Les 30 critiques de Poukram sur Bd Paradisio...

Yslaire est pour moi le Modigliani de la BD : ses personnages aux traits étirés semblent tellement tristes qu'ils ne pourront jamais faire dans le comique. Une originalité : les caractères arabes dont je n'ai pas vu tout de suite qu'il s'agissait de français déguisé :-) Par contre, il y a quelque chose qui m'agace profondément dans sa manière de victimiser une candidate terroriste : tous les meurtriers du monde ont eu une enfance malheureuse, une mauvaise éducation ou un problème au cerveau et ça me semble dangereux d'en faire des héros (et donc des exemples). J'attends quand même "l'après" avant de me prononcer c'est pour cela que je ne mets qu'une note neutre.
Après un début accrocheur, voilà t-il pas que les androïdes du tome 6 sont de retour. Dommage, jusqu'ici chaque volume était entièrement indépendant et ça rompt l'harmonie de l'ensemble. Et les références mythologiques idem, seul un petit mot sur Pandore dans la préface. C'est vrai que le Minotaure et la vache folle faisaient un meilleur couple mais pas une raison de nous prendre pour des boeufs non plus : on veau mieux que ça ! Par contre plus que jamais l'histoire colle à l'actualité avec l'arrivée du virus H5N1 qui frappe à nos portes - ah non, c'est la chauve-souris enragée qui procède comme ça. Bref, ça se lit sans ennui mais la crème de la série a été donnée dans les premiers volumes et là on sent qu'il a fallu boucler pour faire 8 volumes et respecter un calendrier. A moins que les histoires les plus accrocheuses ont volontairement été publiées en premier ?
Bien que faisant partie d'une série, cet album peut-être considéré comme autonome. Je n'ai en effet eu aucun problème à le lire sans être passé par le premier volet ! Comme défaut, j'ai par moment trouvé les cases trop petites que pour transcire le grandiose de la bataille d'Austerlitz mais dans l'ensemble je ne regrette pas cet achat.
A classer dans le rayon "humour efficace, drôle, marrant, comique, hilarant et poilant" ! D'après mon libraire, les deux premières éditions de cet album ont d'ailleurs été épuisées très rapidement, ça veut déjà en dire long. Même notre BdParadisio a mis du temps avant d'intégrer dans sa base ce succès apparemment inattendu alors que j'étais impatient d'y apporter mes cinq étoiles ! Enfin, quel soulagement ! En ce qui concerne l'adaptation des épisodes diffusés sur le net, elle est fidèle (à quelques répliques) et réussie, deux choses qui sont souvent incompatibles dans ce genre d'exercice. J'avoue cependant que chronologiquement c'est tout d'abord la BD que j'ai découverte. Les amateurs de jeux de rôle en particulier apprécieront sûrement même si dorénavent ils se sentiront un peu ridicules quand ils lanceront un sort de soin pour blessures légères ou de détection de monstres. Vite, des suites !!
Quelle boucherie, j'ai eu l'impression que la violence était encore plus présente dans ce second opus par rapport au premier. Certaines scènes sont tellement noires qu'elles m'ont fait sourire, c'est presque trop. Mais je l'ai lu d'une traite, chose pas si fréquente pour moi, je ne me suis donc pas du tout ennuyé et c'est avec une certaine impatience que j'attendrai la suite. Le dessin y est pour beaucoup mais la fluidités des dialogues aussi. Et avec toujours l'agréable sentiment de se sentir un peu moins idiot à la clôture de cet album.
Une tentative de réponse à la question "Sommes-nous plus proches de ceux qui biologiquement nous ressemblent ?". Parfois les relations privilégiées que j'ai avec non pas avec des extra-terrestes mais mes animaux me font réfléchir dans le même sens ! Du très bon Sillage, sans doute mon préféré parmi les 5 derniers.
Je n'ai pas été déçu : pas terrible. Pour être positif c'est quand même mieux que la Traviata, au moins ici c'était original, pas bon mais original. Dommage Monsieur Uderzo que vous ne souhaitez pas confier le scénario à d'autres, on a vu pour les deux films ce que cela a donné : moins vous vous en occupez et mieux c'est. Regardez le dernier Lucky Luke : je ne dirais pas que le niveau des meilleurs a été atteint avec la Belle Province mais on a quand même assisté à une belle remontée au point de vue de la qualité. Pourquoi ne pas prendre le "risque" alors de confier le scénario à quelqu'un d'autre ? Pourquoi ne pas refaire voyager nos deux compères plus loin, en Russie, en Asie, il doit bien y avoir de nouvelles idées, de nouvelles recherches (pseudo-historiques) sur lequelles on pourrait faire une tonne de jeu de mots. Enfin le coup du "elle va moins bien marcher maintenant" avec l'explication "c'est dans le Corniaud", ça m'a énervé. SVP, laissez les lecteurs trouver comme des grands, même si on ne le comprend pas tout de suite, c'était ça aussi le plaisir des Astérix : à chaque lecture, on découvrait quelque chose qu'on n'avait pas vu précédemment, pas besoin de tout nous mâcher. Je suis médusé.
Trois étoiles qui signifient plus une déception. Une légère impression de déjà vu... Blade Runner par exemple. Par contre c'est vrai que le style est fluide, on ne s'ennuie pas jusqu'à la fin mais je commence à comprendre les mécanismes de la série. Et puis les références mythologiques de cet album sont quasi absentes, en tous cas je suis passé à coté : un vague rapport avec Prométhée. Mes préférés de la série restent dans l'ordre "la gourmandise" et "l'orgueuil".
Pas mal en effet, sans atteindre la perfection du dessin de Delaby. Et puis gros avantage par rapport à Murena : on devrait avoir une histoire complète en deux volumes ! Côté scénario, le style fait plus Dufaux que Dufaux lui-même vu le côté obscure et divinatoire. A oui, on reçoit un marque-ta-page avec la première édition, dommage que celui-ci soit relié avec le restant de la BD ne nous laissant que deux alternatives : le laisser où il est ou abîmer la BD.
Décidément, cette série est prometteuse. Plus de parallèles avec la mythologie grecque par rapport au volume initial. Sans doute moins d'intensité, le dopage utilisé ici pour illustrer la paresse est peut-être moins spectaculaire que le clonage. Le principal protagoniste, Paris, me semble profondément humain et tout comme Narcisse, on éprouve davantage de crainte face à la fatalité qui finira par le punir au centuple que de réelles désapprobations. Sinon je suis trop fainéant pour développer davantage, au suivant !
Préface : "Narcisse, jeune homme d'une grande beauté, il fut séduit par sa propre image reflétée dans l'eau d'une fontaine. Voulant l'embrasser, il tomba dans l'eau et s'y noya" J'éviterai les commentaires qui se résument à "génial", "c'est super" ou autres qui ne feront pas vraiment avancer le schmilblick... mais c'est fou ce que j'en ai quand même envie ! Ca commence par un accouchement d'un part, une élection à la présidentielle américaine de l'autre dont on ne voit pas vraiment le lien pendant la majeure partie du récit... et cette préface en tête qui fera TILT à la fin de celui-ci. Mélange savoureux de suspense et d'émotions... et loin d'être un aussi "happy end" que ça tout de même ! Je vous le conseille !
J'avais été séduit par le premier opus et déçu par sa conclusion. L'équilibre entre le troisième et quatrième tome me semble lui réussi. Concernant ce volume : bonne introduction et pas mal de rebondissements, surtout lors de l'histoire de la destruction du masque. Mais j'ai du mal à m'attacher au personnage principal et les Stryges commencent à être envahissants ! J'espère au passage qu'ils ne seront pas aussi dans "le Territoire", autre série de la collection "Insomnies".
Encore plus noir que le précédent volume, trop noir à mon goût. Le graphisme suit d'ailleurs. Dommage car l'humour disparaît. Même le fil rouge du fiston chez sa maman ressemble désormais plus à un fardeau pesant qu'au vaudeville marrant des précédents tomes et j'en ris... moins.
Au début du récit, j'ai cru à un ènième remake du sixième sens, mais j'ai été bluffé. L'ambiance oppressante, plus que le scénario lui-même vaut son pesant d'or... d'ailleurs comme dans tous les albums de cette série. A conseiller aux amateurs de Stephen King et à lire lentement pour faire durer le plaisir.
Quelques déceptions quand même pour la suite de l'album que j'estime être le plus beau graphiquement de ma collection. Tout d'abord l'enchaînement entre le tome 1 et 2 n'est pas parfait, Jeanne était sur le point d'être découverte à la fin du 1, et puis non c'est pas le cas au début du 2. Ensuite la personnalité de l'Alsacien, ainsi que celle d'autres protagonistes, sonne fausse : dépeint comme un monstre, il discute les prix du pinard au lieu de se servir. Enfin c'est vrai que coté scénario ça manque de punch voire parfois de cohérance, dommage car Gibrat a fait un travail admirable graphiquement. A conseiller aux amateurs de belles images dont je fais partie : plus un livre d'art qu'une BD complète.
Sans avoir lu le premier cycle, il faut dire que le trait de Rosinski ne m'attire pas (ben oui), j'ai été séduit par le dessinateur de Murena qui est pour moi avec Gibrat, un des meilleurs dessinateurs "classiques", sans que ce dernier terme soit péjoratif. Certaines cases sont de réels bijous, notamment la planche avec le cygne. Le scénario est un cran en dessous mais reste accrocheur jusqu'aux dernières pages. Je ne raterai pas le prochain épisode...
J'avais vu les deux critiques ci-dessous APRES avoir acheté l'album et AVANT de l'avoir lu, c'est peut-être utile de préciser : je m'attendais à une horreur. Et je ne suis pas un habitué du dessinateur et du scénariste, je ne peux les comparer à eux-même. Bon c'est vrai que certaines scènes sont superflues (celle du couvent est franchement de trop) mais j'ai aussi passé l'âge d'être choqué. Alors de là à être aussi sévère, je n'ai pas compris ! J'aime le dessin, les couleurs et c'est un des rares albums où je trouve que l'intérieur est mieux réussi que la couverture ! Point de vue scénario, que l'Histoire soit ou non respectée, ça a le mérite de porter un intérêt sur une période peu couverte par nos anciens manuels d'écoliers et d'éveiller la curiosité. Je ne porte pas l'Eglise dans mon coeur et trouve cela crédible. A suivre.
Berk, oui à éviter, c'est pitoyable et manque cruellement d'originalité du point de vue "scénario". Un mauvais plagiat de la cité de la peur (de Les Nuls).
C'est vrai que l'histoire est belle, et les deux tomes sont très différents, la poésie à la Pagnol du premier volume fait place à une tragédie à la Lelouch dans cette suite. A ne pas manquer.
Depuis le temps que j'attendais ça : un BON Lucky Luke ! Ca doit bien faire 20 ans qu'il n'en était plus sorti. J'avais même abandonné depuis six ou sept volumes la série, réconforté dans mon choix par des critiques négatives d'autres lecteurs. Mais ici je me suis hasardé à feuilleter les premières pages chez mon libraire avant de me laisser tenter. Et j'ai bien fait : pas de répétitions, pas de gags remachés d'anciens albums, non du neuf rien que du neuf, bourrés de clins d'oeil comme dans les premiers du temps de Goscinny. De l'humour, de l'amour, de l'action et de la culture, que demander de plus...
20 suivants
 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio