la Collection 32 c'est (déjà) fini

Les 202 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5


152. Golem - 28/11/06 15:01
encore de la place (deux mains gauches moi aujourd'hui...)

151. Golem - 28/11/06 15:00 - (en réponse à : montaigne)
Si ta bibliothèque est trop remplie, je veux bien me sacrifier pour t'aider à faire de la place. En ce qui me concerne, j'ai encore un de place dans les miennes.

150. larry underwood - 28/11/06 14:58
1-un grand format pas pratique à ranger dans une bibliotheque déjà trop remplie.

non mais celle-là... bon, passons.

149. Golem - 28/11/06 14:57
C'est vrai que les Fnac, c'est moins cher que les libraires, mais la rotation des titres est rapide, et la mise en valeur des titres est ciblée sur les valeurs commercialement sûres.
J'ai dû en faire trois pour trouver le tome 4 de Lanfeust des étoiles complément du coffret.

Je ne connais pas beaucoup de librairies spécialisées, mais chez Boulinier, c'est classé par éditions, les nouveautés sur les présentoirs centraux et le reste dans les étagères, et toutes les nouveautés sont sur le même pied d'égalité.

148. montaigne - 28/11/06 14:51
Excusez-moi d'être brutal mais en tant que lecteur la collection n'était pas du tout satisfaisante car....

1-un grand format pas pratique à ranger dans une bibliotheque déjà trop remplie.
2-des chapitres trop importants avec des parutions trop espacées
on perd le fil de l'histoire...
vivement les histoires en un seul album ..parce que sinon c'est incompréhensible.

3-finalement un prix élevé au total pour des histoires ...bof ..
pas si fracassantes que cela !
toutes mes excuses aux scénaristes et dessinateurs mais bon ..

vu le format,le prix et vu le rythme de parution je pense que cette collection est un cas d'école marketing : Comment louper le lancement d'une collection - au moment ou les lecteurs et les libraires croûlent sous les parutions et cherchent de la place sur le lieu de vente et chez eux ...

Bon d'accord c'est plus facile à écrire aprés ....mais avec un peu de recul cela me semble évident ...

les mangas ont un petit format , du noir et blanc et une parution fréquente ...
Cette collection qui est un peu la contraposée n'était-elle pas une fausse bonne idée ?

147. alban - 28/11/06 14:49 - (en réponse à : torpedo31200)
Pour fréquenter aussi la Fnac Saint Lazare, je peux te dire que ce n'est pas un simple oubli.
Il était presque impossible d'y trouver les nouveautés de la collection 32 au moment de leur sortie ...
Je n'ai d'ailleurs jamais vu une gestion aussi bordélique que dans cette Fnac (mais tout ce qui n'y marche pas est relégué en réserve)

146. luc Brunschwig - 28/11/06 14:44 - (en réponse à : torpedo)
Si je suis un screugneugneu... toi, ne fait pas non plus d'angélisme sur les libraires. Ce que vient de rapporter Laurent, j'ai des dizaines de témoignages similaires concernant le traitement de la collection qui avait disparu dans les réserves.

145. Laurent CoIonnier - 28/11/06 14:27
Un traitement pareil, parce que les bouquins sont planqués et que si tu ne sais pas exactement ce que tu cherches tu n'as aucune chance de l'avoir sans le demander.Pour une nouvelle collection il faut surtout compter sur les achats spontanés, impossible dans cette configuration.

144. torpedo31200 - 28/11/06 14:15 - (en réponse à : Laurent CoIonnier - post # 143)
Un pareil traitement ?
Elle est aller te le chercher alors qu' elle n' avait pas eu le temps de réalimenter les rayons, c' est tout.

143. Laurent CoIonnier - 28/11/06 14:00
Pour acheter le 3ème "L'idole dans la Bombe" je suis passé à la Fnac St Lazare (à Paris).En passant par les rayons, je n'ai pas vu les bouquins de la collection 32, alors j'ai demandé à une vendeuse qui m'a répondu qu'ils étaient classés à T (comme 32 donc).Je les ai trouvé au fond d'un bac au ras du sol derrière les Trondheim.Il n'y avait pas celui que je cherchais(qui venait de sortir), je l'ai demandé et une vendeuse a été le chercher en réserve.
Il ne faut pas s'étonner qu'avec un pareil traitement la collection ne se soit pas vendue.

142. Manu temj - 28/11/06 13:47 - (en réponse à : Luc)
Si les libraires ne vous ont pas accordé ce temps et cette visibilité c'est probablement parce qu'ils n'ont plus ni temps ni espace de visibilité pour personne. Le rythme de production actuel (et Futuro., même en faisant globalement un excellent boulot éditorial, y contribue) ne permet presque plus rien aux espaces exigus des librairies spé.

La solution passe-t-elle (comme le promeuvent très naïvement nos amis d'Actua BD) par des mini-grande surfaces culturelles franchisées dédiées à la BD ? Elle deviendront à court terme suffisamment puissantes - si le concept est viable - pour avoir les mêmes exigences que la grande distibution et provoqueront la disparition des petits éditeurs de leurs rayonnages. C'est une évidence économique que je ne peux pas souhaiter.

Votre proposition avec la collection 32 avait sur le papier du potentiel, mais la vrai question concernant ce concept - je pense - c'est la pertinence de l'élévation du rythme de parution de la bande dessinée occidentale. Est-ce qu'elle correspond vraiment à une attente du public ? Malheureusement votre expérience nous apporte un début de réponse. Les recettes et les analyses relatives au manga ne sont pas forcément transposables à la bande dessinée occidentale et à ce qu'elle représente en termes d'image et donc de typologie de clientèle.

J'appartiens pour ma part - et nous sommes nombreux ici - à une forme de clientèle particulière mais probablement assez vitale pour les libraires spécialisés. Je suis désolé, mais achetant une vingtaine d'albums chaque mois, l'augmentation du rythme de parution sur des séries longues ne m'intéresse pas. Je ne peux simplement pas suivre donc je fais l'impasse.

L'acheteur-amateur occasionnel suivra-t-il ? Peut-être mais (comme le lecteur de manga) il a ses propres limites économiques et il est le lecteur de 2 ou 3 séries seulement à la fois... Le gâteau est mince à partager au regard de la pléthore de séries à suivre actuellement en cours et disponibles sur le marché.

Je n'ai pas la solution qui permettra aux éditeurs de bande dessinée occidentale de consolider ou pérenniser le marché. La démarche de ta maison sur les album de Pascal Rabaté, d'Etienne Davodeau ou de Blutch me semble tout de même - avec un peu de recul d'acheteur - plus pertinente et plus viable (mais je me trompe peut-être sur la viabilité). Des "one shots", de la qualité sur le fond, de la qualité dans la forme (sus aux papiers glacés à la con et au format 24x32), mais sans tomber ni dans l'objet de luxe inaccessible en prix de vente, ni dans le segment de la bande dessinée d'auteur hyper pointue tenue par certains indés sur une niche très réduite...

Il y a sûrement bien d'autres idées à creuser et j'imagine que vous vous y employez. Alors bon courage, faites vivres vos autres solutions et je vous souhaite autant qu'à nous lecteurs (très égoïstement) qu'elles soient très bonnes !

141. luc Brunschwig - 28/11/06 12:51 - (en réponse à : à Torpedo)
Je ne suis pas du genre chouineur... mais plutôt du genre à essayer de comprendre. En effet, il se trouve qu'une (importante) raison de l'arrêt de la collection est que les libraires l'ont condamné en moins de 6 mois. Crois-moi, ce n'est pas pour moi la meilleure des nouvelles pour la bonne et simple raison que j'ai de nombreux amis libraires et que ma propre femme l'a été (spé BD, eh oui). Sébastien et moi étions prêts à donner du temps (et donc de l'argent) à ce concept pour qu'il s'installe... mais pour cela, il faut lui assurer une présence en librairie, pour qu'il soit vu par les gens avant que ceux-ci ne l'accepte enfin. Or, on ne nous a pas accordé cette visibilité (et quand je parle de visibilité, je ne parle pas de mise en place énorme, jsute une place en librairie), ni le temps nécessaire. Je ne peux pas le dire autrement, c'est la raison qui nous a fait arrêter si rapidement la collection.

140. Ro - 28/11/06 12:23
Mon avis personnel (que je n'ai pas le temps d'argumenter) est que je n'ai pas vu Luc "chouiner".
Au contraire, il nous informe, et ce presque au jour le jour, ce que les éditeurs sont rares à faire. Si les directeurs des éditions Soleil, Delcourt (quoique j'aime leur page web questions/réponses), Dargaud et autres Casterman nous tenaient aussi bien au courant de leurs aléas, j'en serais ravi plutôt que de voir des séries abandonnées sans aucun message d'avertissement (merci Soleil et Albin Michel).
Et je n'ai pas vu non plus dans son texte de "c'est la faute à...". Il met le doigt sur une partie des choses qui ont causé l'arrêt de la Collection, sans doute pas tout, mais je ne le vois nulle part dire "c'est la faute à ces cochons de libraire qui n'ont pas d'étagères de nouveautés assez grande et à ces pauvres acheteurs qui n'ont pas assez d'argent".

139. torpedo31200 - 28/11/06 11:26 - (en réponse à : cubik - post # 138)
Non et non. Les lecteurs et les libraires, ils font ce qu' ils veulent. Les éditeurs aussi.

Mais un éditeur qui chouine autant que Luc B, j' en ai jamais vu. Jamais.
(Et pourtant, j' en connais et en ai croisé, des gens qui investissent leur propre fric dans des bouquins. Et qui eux, ont dépassé le discours "C' est la faute à..." depuis très longtemps)

138. cubik - 28/11/06 11:15 - (en réponse à : cubik@caramail.com)
donc, si les lecteurs decident de ne pas acheter un bouquin, ce n'est pas leur faute?
si un libraire decide de ne pas mettre un avant un livre, ce n'est pas sa faute non plus?

c'est sur, on a du les forcer
salauds d'editeurs, vraiment

137. torpedo31200 - 28/11/06 11:09 - (en réponse à : luc Brunschwig - post # 136)
Maladresse c' était gentil.
Après, si tu penses que lorsqu' un bouquin ne se vends pas assez, c' est la faute des lecteurs ou des libraires, il faut changer de métier.
Et quand tu t' adresses aux lecteurs en tant que directeur de collection ou éditeur, ces lecteurs à qui on demande parfois d' attendre 1 an pour connaître une suite ou plusieurs années pour la fin d' une série, il serait peut-être bon de réfléchir à la manière de communiquer sur plusieurs mois...
(Et c' est valable pour plusieurs éditeurs, en particulier ceux qui changent de format au # 2 d' une série...)

136. luc Brunschwig - 28/11/06 09:43
Il ne s'agit en rien d'une maladresse... mais d'une véritable certitude à l'époque qu'on pouvait y arriver, avec du temps. Or, c'est précisément ce temps que l'on ne nous a pas accordé, avec un déclin beaucoup beaucoup trop rapide de l'enthousiasme des libraires. Sans visibilité en librairie, il nous était impossible de continuer de nous battre pour des titres pas facile-faciles.

135. torpedo31200 - 28/11/06 01:21 - (en réponse à : pennpol - post # 134)
Je ne pense pas qu' il prenne les gens pour des cons. Ca serait même le contraire, vu son ardeur à communiquer sur l' arrêt du format.
Le post cité relève plus d' une maladresse, certes non négligeable.

134. pennpol - 27/11/06 21:06
j'ai acheté le dernier Futuro 32 et le premier Holmes, superbe, mais quand je relis ça après avoir acheté quasiment toute la collection, je suis dégoutté, les amateurs de BD sont souvent pris pour des co..


"113. luc Brunschwig - 18/08/06 15:03 - (427795)

Concernant les nouveautés de juin, cher Marcel, l'arrivée par un seul exemplaire était dû à une erreur généralisée du diffuseur, erreur qui fut réparée la semaine suivante. En ce qui concerne les nouveautés d'Août, elles sont dans les bacs avec un peu d'avance (depuis hier en fait) avec un joli macaron qui met le prix en avant.
Et quoi qu'il arrive, la collection 32 perdurera dans sa forme actuelle parce que le directeur de Futuro et moi-même pensont que ce nouveau format d'écriture apporte réellement quelque chose à la BD.
Pour finir et en direction d'Alban, on nous reproche au contraire d'être un peu trop originaux dans nos sujets, ce qui nous coupe du fameux public gros pétards, gros nibards.
Quant aux critiques négatives sur les albums, on n'a pas dû lire les même. J'ai reçu un abondant dossier de presse plutôt franchement dythirambique."



133. Yan - 05/11/06 17:03 - (en réponse à : Gill)
Tu devrais investir dans des jeux de rôles, je crois que ceux-ci correspondent plus à ce que tu recherches.

132. Gill - 04/11/06 18:32
Yan : T'a rien compris : l'objectif ne serait pas de d'annihiler sa créativité, mais de JOUER avec le lecteur, de le surprendre, de l'embobiner... pour son plus grand plaisir !

torpedo31200 :
- 100 000 euros ? Ce qui représente combien par rapport à une collection "32" ?....
- Pour les NMPP, ce serait considéré comme un hebdomadaire.
- Sinon librairie comme les mangas... et dans les mêmes circuits de distribution... par un éditeur qui en fait déjà !
- C'est vendable à l'étranger aussi : consortium européen ? ;-)
- Et puis bimensuels au lieu d'hebdo, si besoin
- Et puis on commence que par 1 ou 2 volumes au début
- Enfin, connaîs tu cette phrase : "C'est parce qu'il ne savait pas que c'était impossible qu'il l'a fait" ;-)
- Bref, c'est bien joli, la comptabilité, mais faut aussi un peu d'esprit d'entreprise, non ? (surtout quand ça reste à l'état de fantasme ;-)

131. torpedo31200 - 04/11/06 14:25 - (en réponse à : Gill - post # 127)
De la création en kiosques ? 20 ou 30 000 ex pour l' amortir... Tu multiplies par 4 (titres) puis par 5 à 7 mois (délai "de survie"). Plus budget pub et accord MNPP...

Donc si tu veux perdre 100 à 150 000 ¬, au minimum, file les à une organisation caritative.

130. DTC - 04/11/06 13:56 - (en réponse à : pour un bon enterrement )
envoyé les violons de la symphonie pathétique de Tchaikovski.




sacré yan

129. Yan - 04/11/06 13:55
Avec vote du public par sms, y'a en plus moyen de se faire du fric!

128. Yan - 04/11/06 13:53
« Ces scénarios seraient pondus dans la fièvre et l'excitation, le nez rivé sur les forums pour voir les réactions des lecteurs, et réorienter les scénarios pour s'y adapter, si besoin... »
Ce jour là, la bd sera morte...

127. Gill - 04/11/06 13:37
"Avec la collection 32, il ne s'agissait en tous cas pas de copier les Mangas"

Ben justement, je rêve d'une collection de petits formats noir et blanc (comme les anciens Blek, Akim, Rodéo, etc... ou les mangas actuels !), avec des histoires plus intenses et osées que celles d'autrefois, qui ne jouaient que sur la vaillance et l'action, mâtinées d'humour facile.

L'objectif serait de capter l'attention des lecteurs dès les premiers épisodes et de ne plus les lâcher par la suite, dans des histoires à cycles. Il y aurait 2 récits par opus : le récit-titre, et un "outsider" qui tenterait de se faire sa place. Si ce dernier marche, il aurait droit à son mensuel à lui. On pourrait compléter l'ensemble par une histoire complète.

J'imagine 3 ou 4 mensuels concurrents qui chercheraient à faire mieux que l'autre. Le tout distribué en kiosque, à une semaine d'intervalle chacun (1-2-3-4 le premier mois et 1-2-3-4 le 2ème, etc...).

L'intérêt de cette collection serait de laisser le public choisir les histoires qu'il préfère, à partir de "tentatives" lancées par des scénaristes inspirés, sans cesse remises en question. Donc pas de longs récits plannifiés à l'avance. Ces scénarios seraient pondus dans la fièvre et l'excitation, le nez rivé sur les forums pour voir les réactions des lecteurs, et réorienter les scénarios pour s'y adapter, si besoin... ou conforter son orientation générale. Chaque mois, le scénariste devrait se surprendre lui-même.

Je crois qu'on aurait là une structure éditoriale qui serait réellement adaptée pour les périodiques, avec une énergie et une inventivité que l'on ne trouverait nulle part ailleurs.
Elle pourrait même concurrencer les mangas (sans pour autant singer leur style, hein ? Ce serait du dessin franco-belge !)

126. Crabouf - 04/11/06 12:43
C'est toujours dommage de voir une collection mourir, surtout quand elle n'a pas eu le temps de faire ses preuves. J'ai feuilleté quelques fascicules de ces séries sans trop savoir quoi en penser. Pas vraiment un livre (même si le prix est assez élevé), pas vraiment un « comic » (même s'il y a une grosse agraffe pour relier les pages). Je crois que c'est là qu'est le problème : La forme n'est pas celle d'un objet durable. Ce n'est pas beau comme un livre, on se demande un peu comment conserver ces fascicules dans une bibliothèque, puis bon, c'est toujours embêtant de s'engager dans l'achat d'une série en 8, 9 ou 10 épisodes. Personnellement, je préfère un récit complet en un album, à la rigueur en deux ou trois. Bref, je ne crois pas que ce soient les contenus qui doivent être remis en cause (cela l'éditeur l'a compris), mais la formule.

125. St Jo - 01/11/06 22:20
On n'a pas fini d'entendre parler de séries interrompues ou de collections arrêtées. J'ai eu écho par un ami auteur chez Delcourt que la collection Delcourt Jeunesse serait menacée.

124. torpedo - 01/11/06 12:06
Une prépublication "exemplaire" est amha celle des Watchmen.
Format comics, dos carré (plus solide qu'un cahier agraphé), papier type "strange", et prix adapté.
La collection 32 dans cette forme là ça aurait été pas mal peut-être...
Tu connais ces fascicules Luc ?

123. Moma - 01/11/06 12:02
A propos des intégrales qui sont publiées en ce moment à l'approche de Noël, je regrette que Dargaud par exemple ne ré édite pas les couvertures originales, d'ailleurs très belles, de la Nuit de L'inca. Ce comportement me pousse plutot à prendre les BD séparement.

Aux USA depuis toujours, les bons recits ont fait l'objet de compilation en TPB.

Depuis quelques années, Marvel édite ses TPB le mois suivant la parution de l'épisode qui conclue un cycle.

Tout le monde pensait que les deux formats allaient se parasiter et que les ventes de comics en souples/mensuels allait chuter devant ces belles collection, le résultat a été tout autre : Les ventes de comics en souple ne s'est jamais aussi bien porté et la vente de TPB a explosé ses dernières anneés. La morale de cette histoire : les deux formats co-habitent parfaitement, et vivent leurs vie chacun de leur coté, puisqu'il existe un public pour les souples et un public pour les reliés. Cette opération a permis de develloper le segment comics dans son ensemble.

Exemple : The Walking Dead chez Image Comics. Le mensuel vend un peu plus de 10,000 exemplaires par mois, le TPB N°5 sorti le mois dernier s'est vendu à plus de 10 000 exemplaires également. Les deux formats ont leur public.

Concernant 32, dès le début, Futuro a annoncé que les séries allaient être compilées dans des albums cartonnés. Les lecteurs comme moi avons pris notre mal en patience (comme je le fais deja pour les comics en attendant les TPB et les HC souvent pendant 1 an) afin de s'assurer d'avoir un beau livre à la fin (dans sa forme). Je pense que cette annonce, honnete, a un peu freiné le decollage de la collection. Mais finalement, ce qu'il en reste : nous aurons nos beaux livres bientot, et 32 continuera sous une autre forme.

122. luc Brunschwig - 01/11/06 11:00
Une chose que les gens semblent oublier systématiquement en parlant du manga... c'est, outre que le papier est de plus mauvaise qualité, les reliures souples, c'est aussi et avant tout du rachat de droit... ça signifie que l'éditeur n'investit pas dans la création mais rachète les droits d'albums mortis depuis longtemps sur des dizaines de marchés différents... ce qui coûte le plus cher à l'éditeur francophone, c'est le paiement des planches à ces auteurs, et c'est très heureux... mais ça exige aussi de gagner assez pour rembourser ces frais de création.

121. luc Brunschwig - 01/11/06 10:50
Avec la collection 32, il ne s'agissait en tous cas pas de copier les Mangas, comme si c'était un danger ou l'homme à abattre... mais de permettre aux auteurs franco-belge de réaliser des histoires dans un format, un rythme de réalisation et un prix plus conforme à la logique d'une histoire longue... en leur permettant de chapitrer plutôt que de proposer des récit bouclés qui s'ajoutent les uns aux autres...
On peut juger qu'on a échouer... ou réussi... en tous cas, qui ne tente rien...

120. phicil - 01/11/06 09:55 - (en réponse à : quentin)
il est de toute facon difficile de comparer le manga et la bande dessinée franco belge , chacun à ses avantages et ses inconvenients, que ce soit dans l'objet, dans la narration, dans la réalisation (cout, nombre d'assistants...),
il y'avait un poste plus bas qui parlais deja de cela , mais je crois qu'il est important de conserver une (grande) partie de notre identité franco belge. évoluer tout en gardant son identité.

119. Quentin - 01/11/06 09:44 - (en réponse à : St Jo)
Quand tu achètes un manga, tu as plus que 32 pages pour 5 euros. Le rapport nombre de pages/euro est beaucoup plus intéressant. Maintenant, c'est sans tenir compte de la qualité du papier ni de la qualité des histoires... ;o)

118. St Jo - 31/10/06 22:51 - (en réponse à : Dabdas)
Les mangas, pas chers ?!? Où ça ? Pour de l'impression n&b sur mauvais papier, avec l'impasse sur le correcteur...

117. Dabdas - 31/10/06 18:56
Les interventions de Gill et Sitcom me semblent assez justes (comme pas mal d'autres hein! :) ).

Attiré par l'idée de séries fleuve un rien "ambitieuses" et pas trop cher, j'ai acheté la plupart des 32, mais elles ont rarement dépassé le stade de l'"intéressant", je trouve. C'est plutôt pour suivre un expérience qui me paraissait importante que j'ai continué. Elles manquaient, comme déjà dit par d'autres, d'une vraie articulation feuilletonnesque: à aucun moment je ne me suis senti accro comme on peut l'être avec un manga ou une série télé US dès les 1ers épisodes (vous savez, cet effet "waw! je suis sur l'cul là!" ;) ). Clairement, pour faire du feuilleton correspondant aux attentes du lecteur d'aujourd'hui en terme de périodicité et de narration, il faut fonctionner en studio avec des équipes de dessinateurs et/ou de scénaristes. Si c'est au service d'un projet de qualité, je ne vois pas en quoi ce serait un problème (ça s'est déjà fait par le passé non?).

Du point de vue du format, je me suis toujours demandé pourquoi Futuropolis n'avait pas poussé le concept du feuilleton jusqu'au bout en optant pour le noir & blanc et un papier d'un peu moins bonne qualité, ce qui aurait permis de baisser encore plus le coût et d'accélérer le rythme de parution. En voulant ménager le lecteur lambda de 48CC, 32 s'est retrouvé le cul entre deux chaises, pas tout à fait "bouquin pas cher genre manga" et pas tout à fait "bd franco-belge classique". Les intégrales étaient annoncées, mais au moins sans "bonus", contrairement au Secret de l'étrangleur de Tardi... (En parlant de Tardi, j'adore les rééditions bon marché en n&b d'Adèle Blanc Sec chez Librio! Une piste à creuser en grand format?) Et quand on lit les réactions outrées à propos des albums brochés de 32 (ou celles sur le site de Delcourt à propos du changement de maquette de dos), on réalise à quel point certains "fétichisent" l'objet BD et son dos carré... ;)

Peut-être en effet qu'il nous manque encore et toujours un magazine de prépublication pour bd adultes mainstream. Dire que Taniguchi a publié Le sommet des dieux (1500 pages!) 2 fois par mois dans Business Jump! Il bosse seul ou a un studio?

Sinon, je n'ai pas eu la bd en main, mais les Humanos ont entamé la publication de Lucha Libre, une nouvelle série (plusieurs au sein d'un même univers, en fait) scénarisée par Jerry Frissen (Les zombies qui ont mangé le monde) et dessinée par Bill, Gobi (Zblucops), Fabien M et d'autres. C'est du 48CC mais broché je crois. Comme quoi... ;)

(Désolé pour la longueur de ce post :) )

116. DTC - 31/10/06 18:40
pour ce qui est des goûts de chacun, si on faisait un sondage auprès des gens qui connaissent assez bien l'oeuvre de De Crécy, à la question de savoir quel titre selon vous aurait le plus de chance de cumuler succès public et critique, la réponse, je parierais là dessus, serait Léon la came, tome 1.
De Crécy est avant tout un excellent dessinateur. le scénariste est plus limité et part vite en vrilles fumantes.

115. DTC - 31/10/06 18:24 - (en réponse à : phicil)
l'arrivée de Blain a créé un mouvement, une mode. Je n'ai jamais dit qu'il s'agissait de copié/collé, encore moins de plagiat. mais on peut faire une famille, un arbre généalogique. en bas Blain. branche de gauche isaac, de droite Les ogres. Lincoln je le mettrais dans cette branche "western". Et il s'agit là d'influence consciente. comme celui qui se dit qu'il veut adopter tel rythme qu'il a adoré dans X série.

114. phicil - 31/10/06 15:31 - (en réponse à : danyel)
c'est vrai la parution revient à un an, 64 pages ou 96 (ce qui est deja un gain par rapport a un 46)
l'avantage, c'est que cette parution en 32X2, nous a donner des bases de travaille avec un rythme dans l'année, ce qui va nous servir pour reproduire ce rythme je pense (là je parle de london), ça a été je pense assez formateur sur ce point. c'est moins flou que de partir pour un gros volume comme ça.

113. St Jo - 31/10/06 15:12 - (en réponse à : Danyel)
N.B. : Même si ça fait partie du même groupe, Polyptique, c'est au Lombard ;-)

112. Danyel - 31/10/06 15:04
On observe quand même un curieux phénomène actuellement, celui de la publication d'intégrales à la fin des cycles. Après que les éditeurs aient eux-mêmes tué les magazines en plubliant rapidement les albums, vont-ils tuer les albums en publiant des intégrales ? :-) Je viens ainsi d'acheter "Gilgamesh" et "La nuit de L'Inca" en intégrales alors qu'on les trouve encore facilement en albums.
Pour la collec 32, ce qui m'emmerde, c'est qu'il va de nouveau falloir attendre un an voire plus pour pouvoir lire un album. Perso, je supporte de moins en moins de devoir attendre des années la conclusion d'une histoire ou de devoir me fader la relecture d'un cycle pour me rafraîchir la mémoire.
Par ailleurs la collection "Polyptique" de Dupuis annonce elle aussi le nombre d'albums pour clore l'histoire. Et c'est vrai que lorsque j'ai acheté le premier "Halloween Blues", je me suis dit que j'allais, au mieux, en prendre pour sept ans minimum. La série affiche déjà du retard, mais en même temps, c'est un fil rouge ténu, une sous intrigue, qui sert de fil conducteur entre les albums. L'histoire en elle-même est conclue en un album. Avec la collec 32, c'était bel et bien une histoire découpée en tranches sur un grand nombre de chapitres. Le seul avantage à mes yeux c'est que leur publication était relativement rapprochée. C'est entre autre ce qui m'a séduit et m'a décidé à l'acheter.

111. Gill - 31/10/06 12:09
Je me demande si le système de prépublication, et plus généralement celui de diffusion à épisodes n'est tout simplement pas possible dans la Bande Dessinée "Adulte".

Bon, OK pour le contexte "Adulte-délire-provocation" (Fluide, Psycho, L'écho...) ! Je parle là de la "BD de récit" pure et dure.

On l'a bien vu : les magazines de prépublication non-enfants-ados ont beaucoup de mal à survivre, leurs lecteurs préférant acheter des albums plutôt que de subir une attente. Il y a là un besoin de "qualité" plutôt qu'un besoin émotionnel de "vivre" une histoire au jour le jour avec son personnage préféré.

Bon : comics = ados...
Restent certains mangas, qui, comme les séries télévisées, sont lues par pas mal d'adultes. Et là, j'en reviens à ce je disais précédemment : qu'est ce qui les pousse à accepter l'effet "feuilleton" ? Justement le "jeu" entre l'auteur et le lecteur : jeu de mystère ou de suspenses, jeu de progressivité de l'intrigue dans un cheminement incluant le "pas à pas"...

Or, je n'ai pas vraiment saisi cet effet dans les "32" : il s'agissait juste d'un "découpage" de récits en plusieurs tomes sans véritable dialogue avec le lecteur : du mystère, oui, mais pas de véritable suspense ni d'extraordinaire. Ces récits étaient trop sérieux, trop "adultes", et ne parvenaient pas à enflammer l'adulescent qui sommeille en chacun des amateurs de séries.

Il est donc logique que ces histoires retournent dans le contexte de l'album traditionnel, découpé en plusieurs tomes, pour amateurs de Bande Dessinée de qualité...

La série feuilletonnesque, c'est un tout autre métier !

110. Quentin - 31/10/06 10:59
Quand Moma dit que la collection 32 était de la prépublication, je trouve ca bien vu. Maintenant que j'y pense, c'est sans doute comme ca que je l'ai percu et pour ca que je ne l'ai pas acheté (et pour ca aussi que je trouve le prix pas si bon marché que ca et le format assez malheureux).

109. phicil - 31/10/06 10:59 - (en réponse à : moma)
oups j'ai ecrit une connerie (le docteur mabuse : c'est une ecriture "feuilleton", (dans son scenario, réalisé avec sa femme), mais diffusé en deux partie au ciné)
faut se surveiller...

108. phicil - 31/10/06 10:47 - (en réponse à : moma)
je suis entierement d'accord avec toi (et avec le message precedent)
simplement, le fait de vouloir faire du feuilleton, ce n'est pas specialement pour copier le manga...et donc pour faire un max de pognon...
le terme feuilleton recouvre un grand nombre d'oeuvre dans plein de domaine, c'est juste un mode de narration qui donne beaucoup de rythme
fritz Lang aussi fesait du feuilleton, "le secret du docteur mabuse" (orginalement realisé en feuilleton pour le ciné), est tres rythmé pour cette raison. et les "serials" (ancêtre des feuilletons actuel etaient nombreux dans les années 30 (a la radio).

107. Moma - 31/10/06 10:34 - (en réponse à : thomas_riviere@hotmail.com)
Après avoir lu vos remarques et le coté "les français sont des cons, ils veulent du conformisme", je voudrais dire que vous faites fausse route.

Je pense qu'il faut être fier de notre patrimoine BD et de notre histoire, et des formats existants. Notre BD, c'ets notre diversité culturelle, c'est notre identité.

La solution n'est pas faire du manga, ou d'envoyer Spirou à Tokyo.

La solution est de proposer de bons livres.

Depuis des décennies, la BD séduit des générations de lecteurs. Il ne faut remettre cet héritage en question. Nous sommes un des seuls pays au monde avec autant de BD et de lecteurs/ acheteurs (mis à part le japon). Regardez les pays européens autour de nous et la sinistrose : UK, Italie, Espagne...

Le manga ou le feuilleton n'est pas LA solution miracle. Certains parlent de menace (les jeunes ne lisent que des mangas), moi je pense que le manga est une clé d'entrée pour les jeunes lecteurs. Un ado qui lit des manga aura envie d'aure chose à 25 ans et ira voirt ce qui se fait chez les Humanos ou Delcourt. J'ai commencé par lire Tintin et Strange, aujourd'hui je lis Magasin général et Le combat ordinaire.

On grandit, le lectorat aussi.

106. Bert74 - 31/10/06 10:22
Sur le fond, plus que sur la forme, même si on peut trouver louable la démarche de favoriser des auteurs et des séries "en émergence" de manière démocratique et égalitaire, il semble bien que c'est une erreur de lancer une collection sans une véritable locomotive dans la liste.

En effet, ce principe a fait ses preuves ailleurs :l'ancètre (déjà) Repérage avec Largo Winch, Poisson Pilote avec Lapinot, Expresso en récupérant Dupuy et Berbérian, ou même la relance Futuropolis avec le très médiatique Période Glaciaire.

Or rien de comparable avec la Collection 32. Campagne marketing (quand même) sur la forme, sans "tête de gondole" pouvant se détacher du lot. Avec un nombre de sortie important en un temps très court. Fallait être bien renseigné pour en citer une...

105. phicil - 31/10/06 10:05 - (en réponse à : DTC)
On a bien compris ton discours et je suis daccord sur le fait que, par exemple, Disney, Hergé, Miller..etc ont crée un style très marqué, et quil ne faut pas faire de la copie de maître.

Mais ils étaient eux même sous linfluence de plus anciens. Rien ne se créait a partir du vide, les influences naviguent dartistes en artistes.
Bien sur, il faut que ces influences soient digérées. Mais je suis sur que, à chaque dessinateurs, même ceux qui te paraissent les plus « novateurs » en bd actuellement , tu peux trouver des liens.. Il faut juste avoir un peu de culture.

Dans la collection 32, je suis desolé ont a peut être des influences (pas plus que les autres) mais jai pas vu de plagiat.
Ensuite je regarde le Lincoln de Jérome Jouvray, puisque tu las cité& et&désolé , mais cest quand même pas du copier coller de Blain. Ou alors jai pas prit le livre dans le bon sens&lol

La plupart des auteurs de bande dessinée aujourdhui ont des influences qui dépassent le monde la bd, pour certains les peintres et les illustrateurs plus anciens) cest le cas pour Blain, regarde Beuville (l'ile au tresor, Oliver twist) : http://mapage.noos.fr/beuville/oliver-twist.html
Ils ont aussi des influence bd, que ce soit graphique mais aussi dans la narration, le cardrage, le rythme...
pour Blain qui n'aime pas la bd trop "cinéma de papier",
cela n'engage que lui, on doit tous etre d'accord ?
moi j'adore certains manga tr7s cinématographique, et ce n'est pas pour "me rassurer de voir ce que je connais déja"?
mais plus pour la recréation d'un univers qui ressemble au réel mais qui ne l'est pourtant pas, ce leger decalage, etrange : comme les cités dessinées par Otomo dans Rêves d'enfants.
c'est bien aussi puissant que les applats noir et les inflences expressionistes.



Pour lécriture de type feuilleton, cest juste un mode décriture qui influe sur le rythme du récit,
Il na jamais été dit : Vous allez faire comme les feuilletons américain contemporain.
Dailleurs si tu regardes les projets de la collec, ils sont tous bien diffèrent, et ne ressemble pas spécialement à ces feuilletons.

Enfin ton dernier paragraphe :
« Le De Crécy, l'ai preté à quelqu'un qui lit des bds et qui connait au moins Larcenet et Loisel, un représentant du grand public quoi, qui a très moyennement apprécié, peut-être à sa juste valeur »
Donc si je te suis bien là, parce que tu las preté a une personne qui na pas aimer , et que toi même tu na pas apprécié , cela prouve que cest moins bon ?
Ca prouve juste que toi et ton ami vous navez pas aimez.
Après les gouts, les couleurs&

104. Moma - 31/10/06 10:02 - (en réponse à : thomas_riviere@hotmail.com)
My two cents :

Je suis un lecteur de comics depuis 20 ans et le format souple, j'en suis revenu. Après avoir collectionné 5000 comics, j'en ai revendu une partie (j'en ai encore plein (à vendre)) et j'a recentré ma collection sur du HC v'ets à dire de la couverture en dur.

Pourquoi ?

Parce que la BD c'est avant tout un livre.
Et ce livre, il est grand, il est beau, il est noble.

Pour moi, la collection 32 était un pas en arrière. On faisait la démarche inverse de ce qui avait été fait en France (on a tous des vieux Lucky Luke en souple) et aux USA (où le marché en librairie via les HC et les TPB se developpe lentement mais surement).

La leçon de tout ça : c'est pas le format qui fait vendre, c'est pas la forme, c'est le fond. Un bon livre, de ceux qui restent, ca se vend et ca reste, pour un peu qu'il soit bien marketé et bien ciblé.

Marvel l'a compris aux USA : on fait pas un succès de librairie avec des épisodes au hasard de X-Men reliés en un gros volume indigeste avec 5 dessinateurs différents et autant de scénariste. Par contre, quand le lecteur est respecté et qu'on lui propose une oeuvre cohérante, le succès ets au rendez vous (Ultimates...)

32 fallait le voir comme une prépublication. Comme les comics en souple, comme le journal de Spirou, comme Shonen Jump au japon, avant que les beaux livres n'arrivent. Mais en France on aime et respecte les livres et là où dans certains pays ce sont des trucs que l'on jete ou que l'on consomme, en France on les lit et on les collectionne.

Je suis content que ces séries paraissent en dur dans quelques temps, j'y jeterais un coup d'oeil.

103. DTC - 31/10/06 00:47
ca devient casse-gueule...
bien sûr que succès et qualité vont de paire de temps en temps. heureusement. s'il n'y avait que des Lanfeust et des blacksad pour marcher, ça serait trop déprimant.
j'aurais du d'entrée préciser que le fait d'être catalogué mainstream n'est pas honteux, évidemment. ca n'empêche pas l'ambition et la qualité de certain produit, qu'il faut trouver.
simplement ça serait bien d'assumer.
on est "mainstream" dans l'esprit quand on suit une mode. de dessin (Blain, mode qui a démarré avec Isaac le pirate). ou de style de récits, séries (six feet under) qui rencontrent un public enthousiaste, dont des scénaristes de tout poil qui veulent faire pareil!
Frank Miller a relancé l'intérêt du comics à une époque, ça a créé un mouvement, une émulation et aussi quelques bonnes vieilles bds de super héros, surement, en cherchant bien encore. Mais la plupart du temps ca n'a pas grand intérêt de dessiner comme, faire du thriller à la façon de. Déjà pour se mettre au niveau du modèle, souvent, bonjour...
Si on a en tête un truc, une série ou autres, ca va ressembler (et le libraire il est content, cest plus facile à conseiller si tout le monde a les mêmes références). Si c'est quelque chose de réellement personnel, ca va se démarquer naturellement et puis peut-être trouver son public.
ce qui est chiant, mais là je dévie, c'est quand un auteur rencontre le succès avec le mauvais bouquin. je ne crois pas que Période glaciaire va inciter le grand public qui découvre De Crécy à aller voir + loin (je l'ai preté à quelqu'un qui lit des bds et qui connait au moins Larcenet et Loisel, un représentant du grand public quoi, qui a très moyennement apprécié, peut-être à sa juste valeur).
pis j'ai guère goûté Les petits ruisseaux aussi, pas de bol pour Futuro. Rabaté a commencé à radoter dès Un ver dans le fruit, qui reste un bon bouquin. Pour moi c'est Les pieds dedans qui est indispensable, après... Comme quoi on peut n'avoir aucune chance d'être catalogué un jours mainstream et faire des bouquins qui cassent pas des briques en vérité (la mienne que je partage).




 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio