Made in Japan

Les 934 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19


34. kejo - 05/06/10 14:39
Merci pour ces ecrits, tu racontes vraiment bien Danyel !!

33. torpedo31200 - 05/06/10 14:02 - (en réponse à : gros con - post # 36)
Je suis rarement ce topic, mais si on ne voulait pas entendre parler de xénophobie et de nationalisme, tu serais banni ou diminué physiquement depuis longtemps.

32. nem° - 04/06/10 21:15 - (en réponse à : lambda)
Okay, j'ignore vigoureusement.

31. Lambda - 04/06/10 20:32 - (en réponse à : nemo)
S't'eup, si vraiment tu te sens obligé de "discuter" avec le mononeurone congénital, tu veux bien aller sur un autre sujet?
Sérieux, il me fatigue.
Là, y avait un petit coin tranquille, un petit jardin à supplément d'âme, un banc sous un platane un jour de soleil avec même pas de pigeons sur les branches, un instant...

Je sais pas... Siouplaît?

30. nem° - 04/06/10 19:22
Repends-toi sale fasciste

Bien parlé.

29. Lambda - 04/06/10 17:07 - (en réponse à : Danyel)
Merci encore, c'est un régal.






28. helmut perchu - 04/06/10 16:17
Un régal Danyel, les anecdotes comme ta plume.

27. suzy - 04/06/10 16:12
Et la copine de nemo, c'est du quotidien ou une exception? ...

...

... ben oui, faudrait commencer à nous parler des japonaise mon gars! C'est qu'on attend grave là (et je pense pouvoir parler au om de mes petits camarades!). N'est-ce pas messieurs?

26. Bert74 - 04/06/10 16:01
Ce qui m'intéresse, ce n'est pas l'exceptionnel, mais le quotidien

Tu as grandement raison, et tu le dépeins avec beaucoup de talent !

25. suzy - 04/06/10 15:30 - (en réponse à : dany)
Si tu croises la petite ci-dessous (on m'a dit que le Japon est un petit pays), il me semble la connaître, pourrais-tu lui demander son numéro s'il t'eup?

24. Danyel - 04/06/10 15:16
Concernant les câbles japonais, il faut comprendre qu'en cas de tremblement de terre, il est bien plus facile de réinstaller des poteaux et tous les raccordements, plutôt que fouiller les décombres a coups de pelleteuses pour remettre en état des installations enterrées.

Sinon, je compte poster ici irrégulièrement... mais régulièrement.
En fait, des que j'aurai quelque chose d'un peu original a raconter ou a montrer qui ne soit pas ce qu'on trouve sur tous les blogs et autres bouquins vite faits mal faits écrits par des petits Français de passage au Japon. Ce qui m'intéresse, ce n'est pas l'exceptionnel, mais le quotidien en ce qu'il est révélateur d'un état d'esprit et d'une culture que je me garderai bien de juger ou de tenter d'expliquer car j'estime n'avoir ni la compétence, ni la légitimité pour le faire.
Mon ambition est donc des plus modeste.

En tout cas, merci pour vos encouragements, cela me fait plaisir. :-)

23. nem° - 04/06/10 15:08


Elle, en revanche, on goûterait bien l'évent.

22. nem° - 04/06/10 15:06
D'ailleurs tu seras bien urbain de passer le message aux vieux japonais nostalgiques de leur enfance d'arrêter de bouffer de la baleine, aligatogozaïmasssss.

21. suzy - 04/06/10 15:05
Sympathique lecture.

20. nem° - 04/06/10 15:04 - (en réponse à : Super Mario)
Il pourrait peut-être utiliser des caches-semelles jetables pour chaque apart', qu'il prendrait bien soin de jeter dans la poubelle idoine, planète oblige.

19. Danyel - 04/06/10 14:58 - (en réponse à : Rouleaux de printemps 2)

La semaine dernière, grand nettoyage dans la maison, y compris dans les recoins qui n’ont pas été visités depuis la construction de l’immeuble.
C’est en effet le passage annuel de Plombier-san, mandaté par la gérance de l’immeuble pour vérifier l’étanchéité des joints des tuyaux d’évacuation dans tous les appartements. Il ne s’agit pas d’attirer un regard réprobateur en laissant penser que les occupants des lieux habitent un appartement négligé. Plombier-san en conclurait aussitôt qu’ils ne sont pas des gens respectables
Je me demandais bien comment Plombier-san allait résoudre l’épineux problème de devoir se déchausser dans le vestibule de chaque appartement. Il est en effet absolument impossible d’entrer chez qui que se soit en gardant ses chaussures aux pieds. Ce serait une grave faute professionnelle.
Et c’est là que l’on retrouve à l’œuvre l’ingéniosité japonaise.
On sonne a la porte, Plombier-san se présente, il tient entre ses mains à hauteur de nombril un rouleau de plastique bleu d’environ un mètre de large. Une partie pend au sol.
En marchant dessus, Plombier-san le dévide devant lui sans avoir à retirer ses chaussures. Je trouve immédiatement sa démarche amusante car ce n’est pas très facile de coordonner le dévidement et les pas sans se casser la figure. Les sceptiques déjà mentionnés peuvent toujours tenter cette nouvelle expérience. D'autant que pour corser la difficulté, il n’y à l’intérieur du rouleau aucune tige pour faciliter le dévidement.
Passée la ligne droite du couloir, se présente le premier virage en direction de la salle de bain, facile c’est un 90 degrés, ça se passe la clé à mollette in ze nose. Le pilote du rouleau négocie la courbe au raz du vibreur sans problème majeur. Le public (moi) retient son souffle.
J’attends la difficulté suivante d’un niveau nettement supérieure : une épingle à cheveux de 180 degrés débouchant dans la cuisine. La tension monte, mes baguettes restent suspendues au dessus de ma bouchée de natto (je suis en train de prendre mon petit-déjeuner).
Là, plombier-san semble moins à l’aise, le plastique vrille légèrement, se fronce, se replie sur lui-même, ce qui réduit sa surface. La manœuvre exige du doigté. Plombier-san adopte aussitôt la démarche Carla Bruni sur son podium en n’oubliant pas de faire la tronche comme son illustre modèle. La ressemblance est frappante, c’est à s’y méprendre.
Carla Plombier-san réussit tant bien que mal à passer l’épingle à cheveux. Dans l’assistance, on retient son souffle. D’ailleurs j’ai reposé mes baguettes.
Arrive l’épreuve finale, celle qui permet de juger la maîtrise et l’expérience du bonhomme. Je veux parler du rembobinage. Il faut en effet revenir sur ses pas, marcher en arrière tout en rembobinant.
Et là on est saisi d’une fulgurance comme cela arrive parfois quand on touche une vérité profonde : avec sa maitrise du moon walk Michael Jackson aurait fait un excellent plombier japonais !
Le mien, sans atteindre le professionnalisme du chanteur décédé, ne s’en tire pas si mal.
Comme d’habitude, d’innombrables questions me viennent alors à l’esprit. Elles resteront bien sûr sans réponse, mais n’est-ce pas ce qui fait le charme énigmatique de la culture japonaise ?
Par exemple : qu’arrive-t-il si le rouleau bleu n’est pas assez long ?
Ou encore, Plombier-san est-il briefé avant les rendez-vous, rapport à la taille et à la longueur du rouleau à charger dans la camionnette : « Bon Poro (Paulo en japonais), tu me prends un 30 mètres, là, pass’que tu vas chez des riches aujourd’hui !». Sauf que manœuvrer un gros rouleau demande du biceps, alors il faut des Poro taillés comme des bûcherons.
Finalement, Michael Jackson avec sa taille d’allumette ne s'est pas trompé en faisant chanteur noir plutôt que plombier japonais.

18. Bert74 - 04/06/10 11:13
J'ai fait moi aussi la photo des fils électriques, quand j'y était. On les retrouve aussi dans la BD de Laurent, tiens.
Ca représente vraiment une image typique du Japon pour l'occidental qui doit y percevoir un esthétisme particulier.
Un de mes anciens collégues a fait un reportage de (très belles) photo sur le Japon, dont une qui prenait la rue du haut d'un immeuble, avec les fils électriques au premier plan, mais n'étant pas le sujet principal : on aurait dit un dessin, où l'artiste n'aurait pas gommé les lignes de fuites du crayonné de départ...

17. nem° - 04/06/10 00:57
C'est partout en Asie. Un autre truc, les cabanes de policiers municipaux. Il y en a au moins une dans chaque quartier, avec son flic en gants blancs immaculés dedans. J'imagine la gueule de la cabane en France.

16. longshot - 03/06/10 23:58
Oui, je crois que tous les touristes les prennent en photo, ces fils électriques, ça surprend tellement !

15. nem° - 03/06/10 22:03
Moi ce qui m'étonne toujours sur les photos de Tokyo, ce sont les fils électriques par centaines dans les rues, y compris en plein centre! On croirait presque qu'on est encore dans les années 50, en faisant abstraction des véhicules moches et des jeunes kawaï.

14. Lambda - 03/06/10 20:29
D'accord avec Bert!

Alors, ils travaillent comme des fourmis? Ils ont des murs en papier? Ils mangent des nids d'hirondelles au goûter? Ils s'ouvrent le ventre quand ils disent une connerie? Ils ont peur de Pappy Boyington?

La suite, quoi, merde!

Enfin, si tu le veux bien, Danyelsan.

13. suzy - 03/06/10 20:10
Vu que c'est la saison des pluies, ils doivent vivre reclus! Et Danyel ne doit pas même un orteil dehors!

12. Bert74 - 03/06/10 19:40
Hé !
Y a plus de news nipponnes, ou quoi ?!???

11. Bert74 - 29/05/10 21:45
Magnifique !

10. Danyel - 29/05/10 05:30 - (en réponse à : Mes voisins les Yamada.)

C'est le début de la saison des pluies au Japon.

Photobucket

9. Danyel - 28/05/10 10:14 - (en réponse à : Rouleaux de printemps 1 )
Au Japon, après chaque repas, on fait deux vaisselles. La première pour nettoyer les couverts. La deuxième pour nettoyer les emballages à recycler. Après qu’ils soient devenus bien propres, il faut examiner ces derniers attentivement pour repérer les petits logos qui figurent dessus : kanji « kami » (papier), direction la poubelle des ordures à brûler, katakana « pura » (plastique), direction la poubelle traitement spécial.
La tâche se complique quand un emballage comporte les deux mentions, résultat généralement d’un assemblage de plastique et d’une étiquette en papier. Il faut alors décoller l’étiquette pour la mettre dans la poubelle idoine et jeter la boîte en plastique dans l’autre poubelle.
Avec son étiquette qui fait le tour du pot, le yaourt est à mon avis le cauchemar de l’eco-citoyen japonais. Cette fichue étiquette se déchire systématiquement en lambeaux qui s’enroulent sur eux-mêmes et collent aux doigts. Les sceptiques qui ont du temps à perdre peuvent toujours faire l’expérience.

Mais qu’en est-il des journaux ?
Eh bien, un traitement spécial leur est réservé. Quand vous les avez lus vous en faites une belle pile bien alignée, vous les ficelez avec la ficelle fournie par le service de collecte des ordures ménagères, puis vous les placez dans un espace réservé pour eux dans le local poubelle. Attention de ne pas vous tromper de jour sous peine d’essuyer les remontrances de Concierge-san car chaque collecte a son jour de passage qui change selon le quartier (un peu comme les patrouilles de police).
Quelques jours plus tard, vous retrouverez dans le hall d’entrée de votre immeuble, trônant sur une feuille portant les noms de quelques heureux habitants de la résidence, une jolie petite pyramide de… rouleaux de papier hygiénique. Vous voilà récompensé pour votre civisme.
Au Japon, pays bouddhiste, le karma de votre quotidien préféré est de se réincarner en PQ. Un encouragement à la lecture des journaux ?

Toujours est-il que ce PQ, bien qu’issu de papier recyclé, est de bien meilleure qualité que celui que l’on trouve dans le commerce. Ce dernier est en effet tellement fin qu’il offre la particularité doublement désagréable 1) de se déchirer au moindre contact 2) de se désagréger sitôt humecté. Je préfère ne pas m’appesantir sur les conséquences. Et dire que la plupart des papiers toilette japonais vantent leur triple épaisseur !
De là à penser que les toilettes électroniques sont la réponse de l’ingéniosité japonaise à ce petit problème de logistique du postérieur, je vous laisse méditer sur la question.

A vrai dire, les mouchoirs japonais présentent le même défaut. Comme il est de toute façon extrêmement mal élevé de se moucher en public (tout comme de chier en public), pourquoi l’industrie japonaise se donnerait-elle la peine de proposer des mouchoirs plus épais ? Ce qui fait que, l’hiver venu, tout espace public devient le lieu d’un concert de reniflements. C’est à qui tiendra sa goutte le plus longtemps avant de sortir le plus discrètement possible son mouchoir pour se tapoter élégamment le bout du nez.
Je ne vois qu’une solution : qu’en ce 21ème siècle déjà bien entamé, un Japonais courageux s’attelle enfin à la lourde tâche d’inventer le mouchoir électronique.
A ce futur grand homme, la Patrie reconnaissante.

8. Lambda - 26/05/10 16:46 - (en réponse à : Je vous lance un défi !)
Est-ce qu'il serait possible qu'ici au moins personne ne réponde au décérébré? Histoire de garder ce sujet intéressant.
Allez, on peut le faire !

7. Lambda - 26/05/10 15:15 - (en réponse à : Danyel)
Belle idée et jolie prose.
Merci.

6. Coacho - 26/05/10 15:13
C'est étrange parce que c'est intéressant, mais on sent une sorte de ton mi-amusé et mi-désabusé.
Mais je peux me tromper Danyel San hein !
C'est agréable à lire, et on sent un petit besoin de communiquer perdu si loin ! ;o)
allez, souhaitons que ça dure un peu plus longtemps que les aventures de Larry au soleil des Caraïbes, si tu résistes aux inévitables snipers du coin !

5. Altaïr - 26/05/10 14:32
chouette sujet, merci Danyel :)

4. Danyel - 26/05/10 13:45
J’ai la malchance d’avoir une caserne de police en bas de mon immeuble.
Enfin ca pourrait être pire, pas tres loin de chez moi, un ensemble d'immeubles résidentiels donne sur une centrale electrique, un autre sur un énorme pilone haut de cinq étages. Il est situe si près des balcons qu'en étant un peu bricoleur on doit pouvoir installer une dérivation et s'offrir du courant gratos en tirant un câble. Je precise que je n’habite pas dans une zone industrielle, mais bien en plein coeur de Tokyo.

Bref, pour revenir a la caserne, un matin tôt, encore sous le coup du décalage horaire, nous sommes réveillés en sursaut par un énergumène qui hurle dans un mégaphone. J'imagine aussitôt que c'est encore un coup de la police qui comme a son habitude vérifie pour chaque véhicule partant en patrouille, le bon fonctionnement du haut-parleur et de la sirène, quelque soit l'heure du jour ou de la nuit. Pour ceux qui souhaiteraient faire un casse dans le quartier de Meguro lors de leur prochain passage a Tokyo, j'ai donc les horaires de la patrouille du quartier.

Me précipitant sur le balcon, je réalise alors que le type au mégaphone n'est pas un policier, mais un nationaliste ! Le Japon est plein de ces nostalgiques de la vieille puissance impériale qui viennent déverser leur propagande, parfois a coup de sono monstrueuse, dans les rues des grandes villes japonaise. On les reconnaît d'autant plus facilement qu'ils se déplacent souvent dans des voitures ou d'énormes bus noirs. J'en ai même vus qui paradaient en costume militaire.
Ce jour-la, le manifestant, accompagne d'une petite poignée d'autre types a gare sa voiture noire devant la caserne, en bloquant l'accès soit dit en passant. Il a plante un drapeau du Japon a l'entrée et pendant 20 mn a éructé des slogans et critique l'action de la police, sans doute trop molle a son goût. A mon avis, la langue japonaise a été créée pour les mégaphones, son rythme hache sied parfaitement aux impulsions électriques.

Alors, question a 1000 yens : mais que fait la police ?
Réponse : rien.

Cinq flics ont entoure le gars et l'on laisse hurler librement dans son mégaphone. Les autres tournaient en rond dans la caserne, l'air embarrasse et les bras ballants. J’imagine la prochaine une des journaux : face a un mégaphone la police reste désarmée.

Dans mon immeuble, aucune réaction, personne au balcon. Propos évasifs d'un flic obtenu au téléphone.
Quand le commando eu fini sa démonstration, il est parti comme il était venu dans sa voiture noire.

Je regrette le temps de l'Armée Rouge Japonaise. A l'époque quand on cassait du flic, c’etait pour la bonne cause. Tout fout le camp.

3. helmut perchu - 26/05/10 13:36
Sympa comme idée et première anecdote amusante, sujet à suivre !

2. Danyel - 26/05/10 12:51 - (en réponse à : Vu au Japon.)
Le match de foot Japon-Corée, sponsorise par la bière Kirin, vient de se terminer. Comme d'habitude le Japon s'est fait battre. Les joueurs ont regagne leur vestiaire il ne reste sur le terrain déserté que le capitaine coréen a qui on va remettre la coupe. Un vieux Japonais en costume cravate la lui tend maladroitement. Le Coréen l’exhibe victorieusement sans paraître enchante pour autant.
Entre alors dans le champ de la camera une jeune fille qui porte une énorme canette de Kirin en carton découpé presque aussi grande qu'elle. Elle la tend respectueusement au vieux monsieur qui reprend alors la coupe des mains du Coréen pour y déposer la canette géante. Le capitaine la brandit elle aussi victorieusement.
Arrive une seconde jeune fille avec la version light de la précédente canette. Le vieux monsieur reprend la première et lui substitue la nouvelle.
Le Coréen, l'air absent, la montre sans grand conviction (peut-être préfère-t-il la Kirin standard) a la camera qui continue de filmer en plan fixe pour la postérité.
Une autre jeune fille arrive en courant. Elle passe la version bouteille de la bière Kirin au vieux monsieur qui répète l’échange avec le même sérieux imperturbable.
Enfin, on a rendu sa coupe au champion. A présent tout le monde, sauf le vieux monsieur, pose avec sa découpe géante en carton devant soi. Des jeunes filles, on ne voit que la tête affichant un large sourire. Le capitaine et le vieux monsieur sont totalement inexpressifs.
Arrive un type en costume cravate avec des gants blancs, signe d'un grand respect. Il s'incline profondément devant le vieux monsieur et lui indique humblement la direction pour sortir du champ. Il s'éloigne tranquillement sans un regard pour le capitaine. Lui emboîtant le pas, tout le monde se disperse alors sans plus faire attention au Coréen.

Le vieux monsieur était un grand ponte de Kirin, peut-être le PDG en personne, en tout cas a n'en pas douter quelqu'un de bien plus important que le capitaine de l'équipe de Corée.

1. Danyel - 26/05/10 12:47
Peut-être qu'il y a parmi ceux qui fréquentent encore BDP des personnes qui s'intéressent au Japon. Comme c'est devenu mon pays d'adoption, je me propose de leur livrer de temps a autres quelques petites chroniques de la vie quotidienne.
Je transfère donc sur ce sujet le premier texte qui figure dans "Conseils..."



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio