Tchiii-tchaaa: du pop corn caramel dans le Gesamtkunstwerk .

Les 1396 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28


496. nem° - 05/07/16 14:19
Le vent a emporté Abbas Kiarostami.

495. froggy - 04/07/16 18:02
La mort de Michael Cimino me rappelle quelques souvenirs.

J'avais vu son premier film a sa sortie, Le canardeur parce qu'il y avait Clint Eastwood dedans et j'avais ete surpris par la violence du film, le type se faisant bouffer par les dobermann par exemple, et par la fin tres triste. Mais ce dont je me rappelle le plus c'est la tres courte scene ou on voit une fille completement a poil et de face sans qu'elle ne cache rien de toute son anatomie. J'etais adolescent et c'etait la premiere fois que je voyais une fille toute nue au cinema, un souvenir marquant je vous dis.

Sinon, j'avais deteste Voyage au bout de l'enfer ou je m'etais emmerde du debut jusqu'a la fin. Je ne l'ai pas revu depuis mais il faudrait que je le revois afin de savoir ce que cela vaut vraiment.

Et puis bien sur, il y a La Porte du Paradis un authentique chef d'oeuvre que je ne peux que vous recommander a voir et revoir regulierement. C'est un des derniers chefs d'oeuvre du cinema americain, certains disent meme que c'est le dernier. On en a regulierement parle ici meme lorsque le sujet revient.

Quant a L'annee du dragon, c'est un tres bon film policier ecrit par Oliver Stone et avant que Mickey Rourke ne se fasse charcuter par les chirurgiens esthetiques et a une epoque ou on le qualifiait de nouveau Brando. De ce film, je me souviens de l'appartment de la fille qui se situe a Brooklyn si on considere la superbe vue qu'elle a sur Manhattan, je me suis rendu compte bien plus tard que cet appartement n'existe pas, c'etait un decor de cinema.

Et puis, j'ai vu Desperate hours, un remake d'un film de William Wyler avec Bogart, c'est indigne de son talent.

494. pierrecédric - 17/06/16 00:27
C'tune bonne affiche.

493. froggy - 17/06/16 00:17 - (en réponse à : pierrecedric et marcel)
Je vous remercie, vous etes vraiment sympa.

A propos, vous en pensez quoi de cette affiche? Vous plait-elle autant qu'a moi?

492. pierrecédric - 16/06/16 10:47
Comme il y en avait aucune d'assez net:

491. marcel - 16/06/16 10:12
Ou, plus simple, tu changes d'image source, pour en prendre une sans "bi g".
Comme ca (enfin, bon, la photo est pas terrible mais ca donne une idee) :


490. pierrecédric - 16/06/16 09:19 - (en réponse à : froggy)
Si tu veux que l'image apparaisse il faut que tu la télécharge et la mettre sur un site comme imagechak ou casimages, en espérant que tu enlève au moins une lettre à bi g si ça reste apparent dans le titre du fichier.
Si ça peut t'aider.

489. Lien Rag - 16/06/16 02:38 - (en réponse à : froggy)
Techniquement, avec une redirection type bit.ly, ça devrait marcher non?

488. froggy - 15/06/16 22:49 - (en réponse à : marcel)
Je suis tetu.

487. marcel - 15/06/16 17:51
Ben, tu comprends pas quel mot dans "Ca peut pas marcher" ?...

486. froggy - 15/06/16 17:19
OK, je renonce mais l'affiche du film est vraiment tres bien.

485. froggy - 15/06/16 17:13
J'essaye encore une fois histoire d'etayer mon propos sur le film.


484. nem° - 15/06/16 02:38 - (en réponse à : Lien)
Curieux, le virage de Miller tombe juste après l'élection de Clinton.

483. Lien Rag - 15/06/16 01:46
Danyel: Ben en fait le ton politique change complètement avec cette BD, c'est apparemment le moment où Miller vire sa cuti...

Marcel: Je ne sais plus le titre exact, d'après Wikipédia c'est "Martha Washington Goes to War", en tous cas c'est après le premier cycle, celui qui se termine (SPOILER) par la pendaison de l'antagoniste personnel de Martha (fin SPOILER), cycle qui est lui assez lisible.
Je ne sais plus si c'est dans celui-là qu'elle survit à un missile air-sol qui lui arrive directement sur la gueule, j'ai un peu arrêté de prendre la série au sérieux à ce moment-là.

482. nem° - 14/06/16 18:30

481. Victor Hugo - 14/06/16 17:28
à une epoque, certains s'amusaient a ecrire TRES gros
Qui faisait ça? Y'a vraiment des cons!

480. marcel - 14/06/16 16:50
Ca peut pas marcher parce qu'il y a "bi g" dans l'URL, BDP y ajoute systematiquement un espace (a une epoque, certains s'amusaient a ecrire TRES gros).

En gros, si les gens veulent voir l'image, il faut qu'ils fassent un copier/coller dans leur navigateur de cette adresse :
http://media.senscritique.com/media/000012249396/source_bi g/Nouvelle_Vague.jpg
(mais en ayant supprime l'espace).

479. froggy - 14/06/16 16:00
Bon, ben ca passe pas, je dois y aller, j'essaierai plus tard.

478. froggy - 14/06/16 15:59
irc_mimg irc_hic iEBtaYQpH5ZQ-lvVgf-rIiHk">

477. froggy - 14/06/16 15:59
Tiens,cela n'a pas marche, je recommence:


476. froggy - 14/06/16 15:57 - (en réponse à : nem°)
Le film est tres beau visuellement grace a la photo du DP, William Lubtansky, qui est une pointure dans la profession et Alain Delon y est tres bien comme toujours quand il est bien dirige. Mais heureusement que le film est court, 90mn, parce que c'est bien joli pour le spectateur de voir de belles images a l'ecran et un bon acteur du calibre de Delon dans un film de Godard, mais ce dernier nous annoncait qu'il n'avait plus rien a dire. Ainsi que je l'ecrivais plus bas, c'est ennuyeux masi pas aussi chiant que celui avec Depardieu, Helas pour moi pour lequel beaucoup qui l'ont ont ecrit; "Helas pour le spectateur!"

Mais au sujet de Nouvelle vague, ce que je prefere du film est l'affiche, je la trouve tres bien composee.


475. marcel - 14/06/16 15:36
Goes to Washington. Bonne concentration des termes.

474. Danyel - 14/06/16 15:08
Je me suis arrêté à "Goes to Washington". C'était déjà bien assez naze comme ça.

473. marcel - 14/06/16 14:26
Et elle a converti Miller au passage, le quatrième tome de Martha Washington

Tu parles de "Martha Washington dies" ?... C'est sorti en France, en fait, ce truc ?... Je ne trouve que 3 titres sur bedetheque.
Ou bien alors c'est dans la reedition de Martha Washington saves the world, dont j'ai l'EO de 1999 et qui a ete augmentee en 2011 ?...

472. nem° - 14/06/16 13:10

471. Danyel - 14/06/16 10:32
Miller et Ayn Rand, c'est assez cohérent me semble-t-il. Je n'ai plus lu de Miller depuis le dernier Sin City.

470. Lien Rag - 14/06/16 05:13
Si j'ai bien compris, la secte d'Ayn Rand a plus ou moins fait une OPA sur le Parti Libertarien, oui. Pour les détails exacts, il faudra voir avec quelqu'un qui s'y connaît mieux...

Et elle a converti Miller au passage, le quatrième tome de Martha Washington est basé sur une des oeuvres les plus débiles de la gourelle russo-américaine (et pourtant il y a de la concurrence!), Atlas Shrugged.

469. nem° - 13/06/16 11:43
Ils la citent souvent, surtout à droite.

468. Danyel - 13/06/16 06:55
Merci Froggy et Lien pour ces informations.
Est-ce que les libertariens ont un lien avec Ayn Rand, l'égérie de Steve Ditko ?
Elle est inconnue en France mais cette philosophe (?) semble avoir eu une réelle influence sur la pensée politique de la droite américaine.

467. froggy - 12/06/16 23:47 - (en réponse à : Danyel)
Je ne sais pas grand-chose sur ce mouvement car on n'en parle pas quasiment pas ici, meme dans des journaux comme le New York Times et le Washington Post.

Quant au troisieme candidat, effectivement, selon le systeme politique en vigueur aux USA il ou elle n'aurait aucune chance d'acceder a la Maison Blanche car il n'aurait pas le soutien des 2 partis officiels, les Democrates et les Republicains. Il faut savoir qu'une campagne electorale de cette envergure ne doit plus etre tres loin de la centaine de million de dollars en terme de cout. Ce qui fait qu'une campagne presidentielle se finance en soiree de dons ou les donateurs payent plusieurs milliers de dollars pour avoir l'honneur de passer une soiree avec le candidat de leur choix. Les candidats poursuivent egalement les lobbys industriels pour des dons, en contrepartie desquels, ils beneficieront d'avantages divers si le candidat qu'ils financent est elu (mais cela c'est la meme chose en France mais plus occulte), c'est comme cela que la tristement celebre NRA (National Rifle Association) arrive a empecher l'interdiction de la vente libre des armes a feu aux USA et que les paquets de cigarettes n'ont toujours pas les mentions de danger grace aux cigarettiers. Meme le soi-disant multi-milliardaire Donald Trump doit avoir recours a des sources exterieures de financement.

Tout cela pour ecrire que l'organisation d'une campagne presidentielle est telle qu'il faut tout le soutien d'un parti implante dans les 50 etats pour qu'un candidat ait des chances de reussir. Cela empeche donc toute possibilite pour un candidat independant aux 2 partis de gagner cette election. Depuis que je suis ici, il n'y a que 2 hommes qui ont tente , le premier est Ross Perot, un milliardaire texan ultra-conservateur, c'etait en 1992, l'annee ou Bill Clinton l'emporta sur Georges Bush et le deuxieme est un candidat ecologiste, Ralph Nader en 2004 et 2008. Meme le milliardaire a du arreter.

466. Lien Rag - 12/06/16 19:58 - (en réponse à : Danyel)
Les libertariens sont généralement classé à l'extrême-droite, mais c'est en fait surtout par paresse politique : Murray Brookshin est membre fondateur...

Il me semble quand même que les éléments de gauche ont été marginalisés du parti depuis sa création, et les membres ou partisans qui s'expriment le plus sont souvent complètement barges.
Sauf erreur de ma part, leurs candidats à la présidentielle depuis la fin des années 70 sont systématiquement choisis dans l'aile droite du parti, et vraiment très à droite (quoique opposés à l'interventionnisme extérieur des USA).

Heinlein a longtemps été leur porte-parole officieux le plus connu hors des états-unis, et justement son positionnement hors des grilles d'analyses européennes a mené à une série de malentendus sur la nature de ses idées politique - sans compter qu'il n'est en rien évident que la position des protagonistes successifs de ses différents romans reflète exactement la position de Heinlein lui-même.

465. Danyel - 12/06/16 06:18
Ah ah ah ! Si j'aime le cassoulet (et j'm'y connais).

Froggy, je me hasarde à un hors-sujet (en plus de parler cinéma ici avec un connaisseur).
J'ai vu aux infos qu'il existait un parti "Libertarian" aux Etats-Unis, il se situe où sur l'échiquier politique ?
Une autre question, d'après le système électoral US, qui est indirect, il semble impossible qu'un troisième candidat non issu des ânes et des éléphants puisse accéder à la maison blanche. Je me trump ? (jeu de mots aimablement prêté par Kikôm).

464. froggy - 12/06/16 04:57 - (en réponse à : Danyel)
Parce qu'en plus tu n'aimes pas le cassoulet?

463. Danyel - 12/06/16 02:05
"Révéler" non plus.
Ce n'est pas un coming out. Juste un information comme j'aurais dit "je n'aime pas le cassoulet".

462. froggy - 11/06/16 17:17 - (en réponse à : Danyel)
Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit, je n'ai jamais pense que ne pas ecouter de musique a tout bout de champ etait un crime. Peut-etre aurais-je du employe le mot "reveler"?
Il ne faut pas se sentir coupable de ce qu'on est.

461. Léon le Wacky - 11/06/16 14:25
Avouer n'est pas non plus forcément lié à l'idée de crime. Dans le langage des djeuns, c'est même courant de dire "J'avoue !" comme nous, on disait "Absolument !" ou "Bien sûr !"

460. Danyel - 11/06/16 13:43
Je sais bien que tu n'écoutes pas de musique, tu nous l'a avoué.

Objection Votre Honneur !
Ne pas écouter de musique n'est pas un crime.
Mon client n'a rien à avouer. Simplement la musique n'est pas un besoin pour lui.
Je demande à ce que le jury ne tienne pas compte de cette remarque.

459. Danyel - 11/06/16 10:43
Je connais les musiques du "Roi de Cœur" et du "Diable par la queue". J'aime bien celle du générique de ce dernier film.
Je ne peux m'empêcher de penser qu'il entrait une part de parodie dans les compositions et les orchestrations de Delerue et pas seulement quand il faisait "à la manière de". Quelques fois, c'est vraiment chargé et un peu lourd. Mais son style est reconnaissable entre tous, un peu comme celui de Morricone (que j'apprécie aussi).

458. froggy - 11/06/16 07:45 - (en réponse à : Danyel)
Je n'ai pas encore vu La chinoise, je n'en ai jamais eu l'occasion, il fait partie des 3 ou 4 Godard de sa premiere periode qui me reste inconnu. Je ne peux donc pas en parler. Mais pour moi, ce film est associe a la chanson d'Yves Simon dediee a Juliet Berto avec qui il vivait alors, Au pays des merveilles de Juliet ou il chante,"Vous etiez chinoise mangeuse de frites". Et puis je ne dirais pas trop de mal de Juliet Berto dont j'avais beaucoup aime son premier film en tant que realisatrice, Neige. J'aimais beaucoup sa vulnerabilite que l'on ressentait si fortement quand elle etait sur l'ecran. Ce n'etait peut-etre pas la meilleure comedienne du monde masi elle avait une presence indiscutable et j'aimais bien la voir apparaitre dans ses films.

Pour finir sur Georges Delerue, si la musique de La nuit americaine est tres bien et tres agreable a entendre dans le film, le fameux theme vivaldien commence impeccablement mais la fin du morceau est poussive, c'est le moins que l'on puisse dire. Quant a celle du Dernier metro, elle est tout a fait dans les canons habituels de ce qu'il faisait pour Truffaut. Je sais bien que tu n'ecoutes pas de musique, tu nous l'a avoue il n'y a pas si longtemps mais si tu apprecies Georges Delerue, il vaut mieux ecouter ce qu'il a fait pour les films de Philippe de Broca, le metteur en scene pour qui il a le plus travaille. Les musiques qu'il lui a ecrites sont beaucoup plus interessantes et globalement meilleurs que celles qu'il a composees pour Truffaut, je pense notamment a celle des delicieux films que sont Le roi de coeur et Le diable par la queue.

457. Danyel - 11/06/16 05:47 - (en réponse à : La Révolution n'est pas un dîner de gala.)
Je ne suis pas d'accord ! Quand j'écoute du Wagner, ça me donne envie d'envahir la Pologne.


J'essaie de voir les films au cinéma, mais, même si Godard est un dieu au Japon, cela est matériellement impossible. Par ailleurs, les critiques aussi voient les films sur DVD maintenant. Un peu comme les pdf pour les journalistes de BD. Quand on veut observer la technique, c'est un moyen très commode.

J'ai donc regardé "La Chinoise" en ce cinquantenaire du début de la Révolution Culturelle.

C'est nul à beaucoup d'égard !
Un groupe d'étudiants, révolutionnaires en chambre (au sens littéral du terme, puisqu'il s'agit d'un huis-clos dans un appartement), dissertent sur le maoïsme et une possible révolution à venir. Ils en profitent pour critiquer au passage l'impérialisme russo-américain et le révisionnisme russe (en français dans le texte d'époque).
Comme toujours, on a droit à de nombreuses lectures extraites du petit livre rouge (que de mon côté j'ai lu intégralement dans une édition des tout débuts de la Révo Cul) et à des conversations politiques sur la révolution.
Léaud est aussi nase que d'habitude et j'avais oublié de mentionner dans son jeu "subtil" le relevage intempestif de mèches. Il est censé être comédien dans le film. Ce que j'interprète comme un parfait exemple de méthode Coué.
Berto joue et parle politique sans conviction et sans, à l'évidence, comprendre quoi que ce soit à ce qu'elle raconte. Voir une molasse incarner un leader révolutionnaire a quelque chose de comique.
Ces longues conversations qui se veulent intello et qui sont en réalité ridicules me font dire que je vois maintenant ou Kechiche est allé chercher son inspiration pour des scènes similaires dans "La vie d'Adèle".

Certaines scènes sont proprement grotesques (inspirées du théâtre d'avant-garde). Berto déguisée en campagnarde vietnamienne ensanglantée, entourée de maquettes de Phantom suspendues à un fil et qui crie : "Au secours Monsieur Kossyguine !" a dû bien faire rire en son temps les spectateurs dans les salles, sauf peut-être le groupe d'Althuser et les "penseurs" sérieux comme des papes de la future Gauche Prolétarienne (encore qu'il leur était défendu d'aller au cinéma).

Je crains que Godard ne soit lui aussi très sérieux sur ce coup et la suite a montré qu'il faut prendre le film au premier degré, en dépit de sa stupidité.

Il reste que plastiquement, c'est composé comme du Mondrian, en rouge, bleu et blanc (avec un peu de jaune). Godard trouve le moyen de placer des travellings (sur le balcon). La lumière magnifie les peaux, Raoul Coutard le chef op fait un excellent travail, comme d'habitude. Il y a aussi la bande son, toujours aussi travaillée avec ses dialogues inaudibles et le tube du film, une chanson de Claude Channes, hymne stupide mais enlevé à Mao (la même années où Nino Ferrer chante Mao et moi, tout aussi bête, mais plus drôle).

Il faut dire qu'à l'époque, tout le showbizz était maoïste. Le Grand Timonier était tendance. Mais je crois qu'il n'y a qu'en France qu'on s'en est réclamé aussi longtemps et aussi ardemment.
Encore aujourd'hui dans les manifs, quand on va voir à la marge (ce qui est bien plus intéressant), on peut voir un stand du Parti Maoïste Français qui vend la Cause du Peuple, le journal interdit de la GP repris par ce groupuscule. Je vous assure que les militants ne sont pas des sexagénaires !

A propos de Delerue, j'aime beaucoup la musique du Mépris (le plus beau générique du cinéma à mon avis) mais la partition de la Nuit américaine et du Dernier Métro sont aussi magnifiques (sans compter celle de Radioscopie et de Thibaud ou les Croisades :-)).

Il y aurait encore beaucoup d'autres choses à dire sur le contenu politique et cinématographique de ce film qui est sans doute trop marqué par son époque. Mais ça me barbe.

Verdict : c'est bien et c'est pas bien, réciproquement et en même temps.

456. Léon le Wacky - 11/06/16 00:44 - (en réponse à : Froggy)
Godard ne laisse pas indifferent, on aime ou on deteste

C'est comme Wagner. "Wagner est inécoutable ou sublime selon les goûts, mais exquis, sûrement pas." (Jean Gabin, dans "Le président", dialogues de Michel Audiard)

455. nem° - 10/06/16 22:19
En mème temps, voir du Godard à la télé, c'est faire chier Godard, c'est donc justice!

454. froggy - 10/06/16 18:52
Danyel:
Godard ne laisse pas indifferent, on aime ou on deteste masi je pense qu'il vaut mieux voir ses films dans une salle de cinema afin de mieux rentrer dedans, ses films ne sont pas faits pour la television. Seul Le mepris, son film le plus classique peut se voir a la tele et puis, je change de sujet, ce film a une des plus belles musiques jamais ecrites pour le cinema, la partition de Georges Delerue est sa meilleure a mon avis.

Nem°:
Je suis d'accord avec toi sur Wes Anderson, j'avais ressenti la meme chose en voyant Moonrise Kingdom, tres beau visuellement, il sait manifestement composer son cadre mais cela est tres superficiel en definitive. J'avais beaucoup aime sur le moment mais le souvenir du film s'est estompe rapidement dans ma memoire.

453. nem° - 10/06/16 17:25 - (en réponse à : Danyel san)
Rien à voir avec Godard (encore que), mais j'ai revu The Grand Budapest Hotel et en fait, j'ai compris pourquoi Anderson t'agace. Certes, c'est esthétiquement très plaisant, le montage est excellent, le son divin, mais ça manque cruellement de... substance disons. Ca ne dure pas en bouche, ça fait pshit. Un peu comme une femme magnifique mais qui n'aurait pas du tout de conversation.

452. Danyel - 09/06/16 05:03
Godard m'agace par certains aspects systématiques de ses films. Le coup de l'avion (ou de la voiture) qui passe et couvre les dialogues, on y a droit à chaque film. Quand ce n'est pas un avion, c'est la bande son qui est inaudible comme dans la scène de Week-end ou Darc raconte du Bataille.
On a compris que faire joujou sur la console de mixage c'était son truc, mais pourquoi le refaire ad nauseum ?
Les travelings (affaire de morale, n'est-ce pas) sont beaux mais insistants. Toujours. Godard aime à dilater le temps et à faire chier, fuir son spectateur. C'est son côté joueur.
Dans One+One, la scène des types qui se passent des armes sur fond de lecture d'Eldrige Cleaver, c'est gonflant parce que, une fois la surprise passée, on a juste envie qu'il passe à autre chose (au plan suivant tout au moins). Mais non, il insiste et ça dure, ça dure.
Alphaville aussi c'est n'importe quoi. Il est allé cherché un gars avec un problème aux poumons qui a une voix métallique et qui débite son texte tout le long du film, ça finit par être gavant.

Pour Godard, les outils et techniques de cinéma sont des jouets. J'aime son côté ludique et ses fulgurances poétiques mais pas son côté lourdement démonstratif. C'est de l'anti-cinéma fait par un amoureux du cinéma qui tente de dégoûter les autres du cinéma tout en clamant son amour pour lui.
Assez pervers comme démarche, je trouve.

Donc, concernant Godard, je suis comme le chat de Schrödinger : j'aime et je n'aime pas en même temps.

451. Danyel - 09/06/16 01:44
Themroc a énormément vieilli dans sa forme de contestation. Mais quelle distribution ! Un peu comme l'An 1, le film.

450. nem° - 09/06/16 00:30

449. TILLIERTON - 08/06/16 17:22
En ces temps de contestation de l'autorité , je serais tenté de rajouter "Themroc" de Claude Faraldo (1973) toujours d'actualité.

448. froggy - 08/06/16 17:06 - (en réponse à : Danyel)
Pour en revenir au Week-end de Godard, il y a effectivement des choses qui y ont beaucoup vieilli. Il faut savoir que c'est le dernier film de sa premiere periode artistique, il y en a 3; la premiere va de d'A bout de souffle (1959) a Week end (1967). La deuxieme va de 1967 a 1980 ou il s'est lance dans un groupe artistique avec Jean-Pierre Gorin ou tout est signe sous le nom de Dziga Vertov. A cette epoque la, il est completement maoiste et c'est le moment ou il se radicalise completement devenant un veritable dictateur de la pensee politique, il se brouille d'ailleurs avec Francois Truffaut alors qu'ils etaient tres amis. Et puis la troisieme periode ou il refait du cinema avec des stars, le premier film de cette periode est Sauve qui peut (la vie) avec Jacques Dutronc, Isabelle Huppert et Nathalie Baye.

La deuxieme periode n'a aucun interet sauf pour les afficionados pour qui Godard est Dieu, d'ailleurs ne dit-on pas God-Art?
La troisieme est celle ou il se regarde tourner, si vous voyez ce que je veux dire. C'est celle ou tout le monde veut tourner avec lui pour l'inscrire a son palmares. Meme Belmondo le voulait pour faire Mesrine dont il avait les droits a l'epoque, c'est vous dire.
Par contre, la premiere periode est purement et simplement exceptionnelle, elle est d'une richesse inouie, Godard y est inspire, drole, grave, serieux, amusant, iconoclaste, irreverencieux, respectueux de ses aines, politique, amoureux, innovateur, derangeant, il y a les 3 qui dominent l'ensemble, A bout de souffle, Le mepris et Pierrot le Fou. mais que dire des autres tels que Une femme est une femme, Bande a part, Alphaville. C'est bien simple, j'adore. Et il n'y aucune trace de snobisme la-dedans car ce sont des films pour tout le monde si on accepte de rentrer dans un univers un peu particulier. Le snobisme, c'est pour la troisieme periode.

Ses films vont se politiser de plus en plus a partir de Pierrot le Fou, certains dialogues de 2 ou 3 choses que je sais d'elle (1966) sont a pisser de rire quand on les decouvre pour la premiere fois aujourd'hui. Certains de ses aphorismes sont restes celebres tel celui-la, "nous sommes les enfants de Marx et de Coca-Cola", Masculin-feminin (1966) ou "si une photo est un mensonge, alors le cinema c'est 24 mensonges par seconde". Et il y en plein d'autres.

Alors pour en revenir a Week-end, c'est sur que le propos a vieilli, la critique de la bourgeoisie vue a travers le couple Jean Yanne/Mireille Darc, le maoisme, St Just (?). En fait, Godard y parle de la fin d'un monde, le sien en l'occurrence puisqu'il arretera le cinema tel qu'il le pratiquait alors, cela est symbolise par les gens qui deviennent cannibales a la fin, Mireille Darc mangeant son mari. D'ailleurs, Godard sacrifiera sa propre voiture pour la production du film comme si voulait se debarasser de beaucoup de choses dont il n'avait plus besoin. Mais il y conserve son humour, le FLSO (Front de Liberation de la Seine-et-Oise), le carton d'ouverture du film, "Un film trouve a la ferraille" et puis il y a de magnifiques fulgurances tel le (tres long) travelling lateral qui suit la voiture de Yanne/Darc ou celui circulaire dans la ferme, le texte d'ouverture dit par Mireille Darc meme si ce n'est pas du Godard, car il cite Georges Bataille. Tout cela en fait un film que j'aime beaucoup malgre ses imperfections. Et puis, il est interessant d'un point de vue sociologique car il montre une France pre-Mai 68.

Vous avez compris, j'aime profondement les films de Godard de cette premiere epoque. Je les trouve beau et j'y suis a chaque fois bluffe par leur apparente spontaneite et fraicheur. Aujourd'hui, ses films sont toujours aussi beaux et formellement accomplis mais ils ne sont plus droles et amusants en meme temps, ils sont devenus chiants.

Truffaut et Godard sont morts tous les deux, le probleme c'est qu'il y en a un qui ne le sait pas encore.

447. suzix@bdp - 07/06/16 16:21
acheté 5 DVD avec la promo fnac habituelle ... 4 films apo ou post-apo et un sur les vampires. Je suis dans l'humeur actuelle!



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio