La politique, c'est nase, lisez plutôt des BD, tome 4

Les 1414 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29


1164. pierrecédric - 05/10/17 11:48
Tu ne m'apprends rien ma bonne suzette.

C'est sûr, comme sous-entendent certaines personnes ici tu te répètes.

1163. suzix@bdp - 05/10/17 11:43 - (en réponse à : pc)
les courbes du chômage sont interprétables car cela dépend de qui on considère comme au chômage.

INSEE (BIT) vs Pôle Emploi

Il y a donc différentes façon de compter ces chômeurs. Mais il faut y rajouter tous ceux qui ont travaillé mais pas autant d'heures qu'ils voudraient ... ils faudrait aussi corriger cela avec les départs à la retraite si on veut comparer les années!
Enfin, le % de chômeurs peu varier à l'inverse du nombre d'emploi créés ... genre qd les babyboomers partent tous à la retraite, cela fait moins de chômeurs mais c'est pas pour autant qu'il y a plus de gens qui travaillent. Ou inversement. Bref, le(s) taux de chômage ne sont qu'une indication pour juger de la reprise de l'activité sur qq mois voire même qq années. Par contre oui, comparer sur 10 ans, 20 ans, 30 ans, les effets sont tels que les conclusions sont évidentes mais pas sur de courtes périodes.

1162. Quentin - 05/10/17 11:38 - (en réponse à : totom)
Il y a effectivement une contradiction apparente. A première vue, ou dans un premier temps, faciliter les licenciements crée du chômage au lieu de le résorber. Ca ne résorbe le chômage que si les patrons engagent plus qu'ils ne licencient. L'hypothèse de Macron est qu'ils vont le faire quand ca va bien parce qu'ils sera plus facile pour eux de licencier quand ca va mal. S'il a raison, tant mieux, le chômage va diminuer plus vite (quand la conjoncture est bonne). S'il a tort, vous êtes tous cocus et roulés dans la farine, et Macron perdra tout son capital politique puisqu'il joue son avenir là dessus. On oublie de dire qu'un tel système est bon quand ca va bien, mais fait très mal quand ca va mal. La France a mieux résisté que beaucoup d'autres pays à la crise des sub-primes (elle était en avance quand ca allait mal), mais elle a raté le train de la reprise (elle est en retard quand ca va bien). Ceci dit, un autre avantage d'un système plus flexible, est qu'il est plus facile de déboulonner les quelques rares employés incompétents et nuisibles qui foutent le bordel partout où ils passent. C'est un système qui récompense mieux le mérite, la compétence, le service au client, etc.

Quant à la courbe du chômage, si elle est bonne pour le moment, ca n'a rien à voir avec les mesures de Macron puisqu'elles ne sont pas encore passées. C'est juste la bonne conjoncture du moment (ou alors le reflet d'un optimisme ambiant, qui lui est peut-être en partie influencé par Macron, quoique...)

1161. pierrecédric - 05/10/17 11:12
Ah elle est magnifique la courbe du chômage sur le tableau que nous a ramener Quentoche, un tableau de l'insee, tellement magnifique que l'on se demande vraiment si ça va durer longtemps

1160. totom - 05/10/17 11:09 - (en réponse à : Suzy)
La question c'est de savoir si les ordonnances vont ameliorer ce que tu met en avant lorsque les patrons sont honnêtes, ou juste permettre à des boîtes de mieux budgetiser des licenciements.
Je pense du coup que l'objectif et de rendre les entreprises plus performantes et de mettre plus de competition entre les salarie´s plutôt que de diminuer le chômage. Car beaucoup de personnes risquent de se retrouver sur la touche

1159. pierrecédric - 05/10/17 10:59
Ton saint Macron ma bonne suzette, il prend certaines personnes pour des cons en ce moment, j'espère sincèrement que ça lui tombera bien sur la gueule d'ici là.

1158. suzix@bdp - 05/10/17 10:15 - (en réponse à : pm)
1156. pm - 04/10/17 20:51 - (en réponse à : suzix)
Pour les prudhommes je suis partagé, d'un coté c'est vrai que certaines demandes juridiquement bien argumentées, quoiqu'éventuellement moralement douteuses, peuvent faire couler des petites boîtes.


Il faut l'avoir vécu mais toutes les plaintes aux prud'hommes sont prises au sérieux et peuvent conduire à une sanction (indemnités supplémentaires au légal). Et même les plaintes sans fondement légal ou juridique. Même lorsqu'il est prouvé que la société est dans son droit le plus simple. Ca c'est pour le temps de travail, les conditions de travail, la validité d'un licenciement économique ... bref des trucs qui ne devraient pas pouvoir être interprétés. Même des éléments factuels peuvent être remis en cause. Contrairement au tribunal classique, c'est à la société a prouvé qu'elle n'a rien à se reprocher (preuves à l'appui) alors que le plaignant peut juste lister ses plaintes sans vraiment les justifier. Ca c'est pour le factuel. Des trucs qui ne devraient même pas pouvoir être discutés.
Alors je te parle pas de tout ce qui est laissé à l'appréciation notamment les relations humaines, la charge de travail, les objectifs ...

1156. pm - 04/10/17 20:51 - (en réponse à : suzix)
D'un autre coté il y a bien des patrons véreux qui font n'importe quoi avec leurs employés, voir même qu'ils ne les payent plus prétextant de problèmes passagers...qui durent. Le salarié, bien sympa et compréhensif ( je parle des toutes petites boites ) se réveille alors parfois tardivement et dans ce cas je considère qu'il n'y a aucune raison de plafonner ce qui est dû. Ce que je n'ai pas forcément bien compris quand on parle d'indemnités prudhommales c'est justement ça, est ce que les salaires non payés font partie des dommages ou est-ce que les dommages c'est ce qu'il y a en plus des salaires non payés ( indemnités pour retard de paiement etc.) ?


Toi t'as jamais traité un dossier aux prud'hommes! (;o) ni pour toi ni pour ta boite! J'ai raison? Tu devrais c'est édifiant sur le fonctionnement de notre rapport au travail en France et sur le système qui tourne autour : syndicats, avocats, prud'hommes ...

Oui il y a des patrons et mêmes des sociétés entières dégueulasses, malveillants. Des personnes qui ne devraient pas pouvoir exercer ce type de fonctions. Et puis il y a le code du travail tellement tatillon que même en mettant en place tout ce qui va bien t'es jamais bien certain que les choses ont été faites de façon carrée. J'ai vu des trucs pas croyables.

Bref, pour répondre à ta question, si un employé n'a pas été payé puis est licencié (ou pas d'ailleurs), il peut demander aux prud'hommes les sommes dues. A cela, il va demander des préjudices financiers. Et s'il est licencié, il va toucher les indemnités légales (calculées en focntion de son ancienneté) et si la boite l'a viré sans suivre le code (énorme et complexe) du travail ou son raison justifiable, il va demander des indemnités supplémentaires.

1157. pm - 04/10/17 21:00 - (en réponse à : suzix)
Comme tu dis c'est un tout.
Personnellement je suis favorable à la flex-sécurité à la danoise, mais pour le moment il n'ont mis en oeuvre que la flexibilité. je pense que c'est une erreur que de ne pas tout faire en me^me temps , éventuellement dans une même loi. La partie sécurité c'est effectivement le droit pour un salarié de toucher les indemnités chômage en cas de licenciement mais aussi, et surtout, une véritable formation en cas de chômage, pas les trucs débiles et inutiles actuels, qui coûtent d'ailleurs inutilement chers. J'avoue même avoir des doutes car les conseillers de Pôle emploi sont bien gentils ( ils sont incroyablement patients avec certains cas désespérés au bord de la violence ) mais ne me semblent pas avoir les compétences ni le temps de bien suivre les dossiers et encore moins de trouver des solutions pérennes. Actuellement leur obsession est de retirer des statistiques, le reste est totalement secondaire. J'imagine qu'on leur met une grosse pression pour aller dans ce sens.

1156. pm - 04/10/17 20:51 - (en réponse à : suzix)
Pour les prudhommes je suis partagé, d'un coté c'est vrai que certaines demandes juridiquement bien argumentées, quoiqu'éventuellement moralement douteuses, peuvent faire couler des petites boîtes. D'un autre coté il y a bien des patrons véreux qui font n'importe quoi avec leurs employés, voir même qu'ils ne les payent plus prétextant de problèmes passagers...qui durent. Le salarié, bien sympa et compréhensif ( je parle des toutes petites boites ) se réveille alors parfois tardivement et dans ce cas je considère qu'il n'y a aucune raison de plafonner ce qui est dû. Ce que je n'ai pas forcément bien compris quand on parle d'indemnités prudhommales c'est justement ça, est ce que les salaires non payés font partie des dommages ou est-ce que les dommages c'est ce qu'il y a en plus des salaires non payés ( indemnités pour retard de paiement etc.) ?

1155. suzix@bdp - 04/10/17 13:37
je parle bien entendu des TPE et PME. Les grosses entreprises peuvent se payer le luxe (cela en est un) d'aller au clash au Prud'hommes afin de montrer qu'elle est inflexible et ne cède pas aux attaques fondées ou non ...

1154. suzix@bdp - 04/10/17 13:17 - (en réponse à : tom)
c'est un tout. Pendant des décennies on a donné des avantages aux salariés année après année sans contrepartie. On en est arrivé à un point que même quand le salarié est 100% en tort, 9 fois sur 10, il y a transaction avant les prud'hommes et le salarié touche le double du légal (au moins). En gros, les boites paient pour écourter et s'assurer de pas être prises en défaut et cela même quand elles sont dans leur droit. La raison : il suffit au salarié de prétendre n'importe quoi, même sans preuve pour que ça conduise à une transaction par peur de la grosse sanction. Et le salarié peut raconter ce qu'il veut : le harcèlement moral même non prouvé est suffisant pour faire plier n'importe quelle boite. Quand une entreprise est ainsi attaquée même sans fondements, il faut que, elle, elle prouve son innocence! Et dans le cas où en cherchant, elle tombe du coup sur des éléments à charge contre le salarié, c'est sans conséquence pour lui. Véridique. Et le conseil des avocats des sociétés est toujours le même : payez, c'est préférable. En fait, dès le début de la procédure, à la lumière de qq éléments (âge, ancienneté, poste, raison du licenciement même économique prouvé!!) l'avocat te dit combien l'entreprise va verser. Oui même quand elle n'est pas en tort!
Et ça c'est juste plus possible. Mais les ordonnances ne résolvent pas vraiment cela. C'est juste atténué pour pour certains cas. Pour notre branche, cela ne joue pas. Comme quoi hein, descendre dans la rue pour rien y'en a qui n'ont rien d'autre à foutre!

C'est une vison globale. Par exemple, pouvoir toucher le chômage en démissionnant est un élément MAJEUR dans ce dispositif. Pourquoi? Ben parce qu'un boite qui se comporte mal, va voir ses employés se barrer! Et ce sera bien fait pour elle!
L'idée générale est que les mauvais élèves (entreprises et employés) soient perdants!

1153. totom - 04/10/17 12:43
Suis pas sur que les ordonnances aient vraiment un effet sur le chômage car ils risque d'y avoir autant de patron qui jouent le jeu que de structures plus grosses qui ne fassent qu'en profiter pour virer les fainéants
A moyens termes on aura juste plus de "fainéants " chômeurs
Mais bon la baisse du chômage n'est peut être pas l'objectif principal

1152. suzix@bdp - 04/10/17 09:04 - (en réponse à : Tom)
Toucher les indemnités chômage en cas de démission est un point très important dans les changements de 'l"esprit du travail" voulu par Macron. Mais ça, la rue, les syndicats, ils le prennent pour acquis alors que tout le reste serait condamnable. Si tu parviens à comprendre que cette mesure "moderne" fluidifie le marché du travail, en n'imposant pas à un salarié de rester à un boulot qui ne le satisfait plus alors tu dois aussi pouvoir comprendre que c'est la même chose pour les licenciements.
On peut craindre que les dirigeants profitent d'une facilité de licenciement pour mettre la pression sur les salariés. Mais ce ne serait que rétablir un équilibre des droits. Car actuellement, limite les entreprises (les TPE encore plus car elles n'ont pas les fonds pour payer un licenciement qui pourrait être jugé sans fondement) sont obligées de garder un employé qui (parfois volontairement) n'en branle plus une voire fait pire que cela. Seuls les patrons connärds feront cela (mettre la pression). Et les connärds ne réussiront pas avec les générations qui arrivent sur le marché du travail, génération Y en tête. Eux, s'ils ne sont pas convaincus et motivés, ils se barrent. Donc les "patrons tyrans" qui mettent la pression n'auront pas de bons résultats. La base qu'il est difficile de comprendre tant qu'on a pas été de l'autre côté du miroir, c'est qu'un dirigeant d'entreprise crève de ne pas avoir des salariés compétents et impliqués. Un bon élément, tu lui mets pas la pression en le menaçant. Nan, tu le chouchoutes en lui mettant des objectifs ambitieux mais atteignables et acceptés par les deux parties.
Après, dans les grands groupes, cela ne changera pas grand-chose. Eux, ils ont toujours privilégié le fonctionnement global à celui de proximité et ils ont la thune pour payer un plan de licenciement donc ils continueront leurs pratiques de merde qu'elles que soient les nouvelles dispositions. C'est d'ailleurs pour cela qu'il y a un plafond à 50 salariés. D'ailleurs on pourrait passer ce plafond à 100 ou 150.

1151. totom - 04/10/17 07:08
Le seul truc que je trouvais bien c'était le fait qu'on puisse être au chômage en cas de démission, ca encourageait à bouger et à laisser des places libres, mais ça ne semble plus être à l'ordre du jour , j'espère que ce ne sera pas trop reporté ou detricoté

1150. nem° - 04/10/17 04:32 - (en réponse à : Kiki)
Le changement, c'est... reviens dans trois ans, on aura les nouveaux chiffres de la baise du chomage qui pourrait redescendre à deux millions! Quand on te dit qu'il faut penser printemps.

1149. pm - 04/10/17 00:39 - (en réponse à : nemo)
J'ai lu récemment que tous les indicateurs économiques français étaient de nouveau dans le vert... sauf le chomage!

Ben tu as dû mal lire alors ( ou alors tu es daltonien ), ne serait-ce que le déficit du commerce extérieur, la dette qui deviendra ingérable si les taux remontent, et ils remonteront. Une paille, à part ça tout va très bien Madame la marquise.

1148. pm - 04/10/17 00:35 - (en réponse à : lolabu)
Mais à part cela, l'allemagne est le modèle à suivre, d'ailleurs les dernières élections ne l'ont-elles pas montré de façon éclatante?

C'était tout bien et très intéressant jusque là mais la fin ce n'est pas possible. L'Allemagne a accueilli un million de réfugiés en un ou deux ans alors que nous ralons compme des putois contre les étrangers qui viennent manger le pain des français et que nous n'en avons pas accueilli 10 000 ( 1% de l'Allemagne !) sur la même période.
Nous on n'a pas besoin d'un million de réfugiés pour voir arriver l'extrême droite pétainiste et anti européenne au second tour !

1147. Kikôm - 04/10/17 00:31
Un instant j'ai cru lire une page de janvier 2014 mais non, c'est bien celle du jour. Y'a guère que le casting qui change. Encore que..

1146. suzix@bdp - 03/10/17 22:34
quand on voit cette courbe du chômage (selon la norme du BIT c'est cela? C'est à dire les personnes n'ayant pas travaillé du ttout?), on se dit que franchement, la politique française ne joue pas un grand rôle par rapport aux impacts macroéconomiques mondiaux.
Chirac n'a rien fait de 1995 à 2007. Or la fin de son quinquennat a correspondu à la décrue du chômage dont a profité Sarkozy sur un an avant que la crise des subprimes en 2008 ne mette tout par terre. Quelle que soit la politique même volontariste de Sarko, le chômage ne cesse de monter. Peut-être qu'il a vraiment agi et que le chômage aurait pu être bien pire!? Qui sait. Maintenant cela se tasse et Hollande qui a espéré une "inversion de la courbe du chômage" a vu son espoir arrivé en fin de mandat. Trop tard. Et c'est Macron qui arrive lancé ... mais en fait, tout cela n'est dû qu'aux fluctuations et crises mondiales. La politique française joue à la marge. Elle peut juste permettre de performer un peu mieux en période de prospérité générale ou d'atténuer les crises ...

1145. suzix@bdp - 03/10/17 21:43
ils sont combien à Mayotte!?
Y'en a qui travaillent là-bas? (;o)
Remarque quand tu vois le temps qu'ils ont ça donne pas envie de travailler.

1144. Quentin - 03/10/17 21:38 - (en réponse à : nemo)
Ah!Ah! Tu vis encore en 2014? Pour être de bonne foi, tu devrais montrer les derniers chiffres de 2017:


1143. nem° - 03/10/17 21:25
"Le chomage baisse."



Tu me rassures. Pendant un moment j'ai failli ètre inquiet.

1142. suzix@bdp - 03/10/17 20:43

1141. nem° - 03/10/17 20:41 - (en réponse à : Lien)
Whaaahahahaha! Effectivement, un grand moment de WTF télévisuel. La fine équipe qui discute pendant une plombe de la réforme du travail, pour conclure l'émission sur : "La flexibilité, ça n'a jamais marché." Merci, au revoir, à la prochaine, générique de fin. PTDR!


1140. suzix@bdp - 03/10/17 20:41
La vie familiale en Allemagne est d'une grande tristesse. C'est une vraie galère pour un couple d'avoir un enfant, juste un. Souvent la femme (!!) s'arrête de bosser pour l'élever parce qu'il n'y a pas tous les dispositifs périscolaires mis en place en France : crèches, assistantes maternelles, centres aérés avant et après l'école. Même la cantine c'est galère. BRef, c'est la zone d'avoir un enfant en Allemagne. Des couples allemands qui ont plus de 2 enfants, je crois pas que j'en connaisse. Souvent c'est un. Parfois aucun ... Oui, on est super privilégiés en France sur ce plan. Et c'est tant mieux. Y4a au moins un truc qu'on fait bcp mieux qu'eux! Ils tentent bien de venir copier mais c'est aussi culturel. Une allemande qui travaille au lieu d'élever son gosse est (ou était y'a pas si longtemps) appelée une "mère corbeau" (ou un truc du genre) ... sans commentaire.

1139. Quentin - 03/10/17 20:27 - (en réponse à : lobabu)
Je parle inégalités, tu parles taux de pauvreté. C'est pas pareil et on a tous les deux raison: http://www.oecd.org/social/income-distribution-database.htm. Mais de ce que j'en ai lu et compris, Lordon dit que la dérégulation crée des inégalités, il ne dit pas que ca crée de la pauvreté.

Sinon, le taux de pauvreté est une mesure relative, pas absolue. C'est le pourcentage de gens gagnant moins que la moitié du revenu médian. Le revenu médian étant plus élevé en Allemagne qu'en France (de 10% environ), les pauvres d'Allemagne gagnent plus que ceux de France, donc sont moins pauvres, dans l'absolu.

1138. suzix@bdp - 03/10/17 20:21
1134. nem° - 03/10/17 20:06 - (en réponse à : lobabu)
J'ai lu récemment que tous les indicateurs économiques français étaient de nouveau dans le vert... sauf le chomage! Mais? On nous a tjs dit qu'avec la croissance et la confiance, il y aurait la reprise pour le monde. Je m'étonne.


T'es nul. Tu comprends rien à la gestion d'une boite. Quand tu as la tête sous l'eau depuis longtemps. Quand on te permet de la sortir, avant de repartir à la nage comme aux jeux olympe, tu commences par te refaire un peu la cerise. Tu souffles quoi. Après, tu commences à penser à relancer la machine. Un employeur a tout à gagner à embaucher pour croitre. L'inverse c'est quand l'innovation n'a pas été suffisante et que la seule solution est de fermer les écoutilles pour ne pas couler.
De plus, le chômage baisse depuis fin 2015. Y'a des remontées mensuelles mais au global il baisse.

1137. suzix@bdp - 03/10/17 20:16 - (en réponse à : Lobabu)
1132. lobabu - 03/10/17 20:00 - (en réponse à : suzix)
Aaahh, j'ai toujours aimé ton sens de la nuance!


Ben pour le coup, c'est toi l'extrémiste! On peut rien changer en France c'est cela? Vaille que vaille, même à si le mur se rapproche grave, on continue! Parce que Macron fait passer c'est rien, quedalle, nada! Des os à ronger pour la gauche. Cela en est presque minable ces réformettes. Ca va RIEN changer dans les TPE et PME. R.I.E.N. En fait si tu regardes le détail ça chope juste de la thune et de la l'influence aux syndicats, c'est tout. Or ce sont depuis longtemps des groupes de professionnels du syndicalisme. De plus ils sont encore moins représentatifs des salariés que Macron! .. hé ouais, c'est par ça qu'on pourrait commencer non? Macron a eu 24% des voies exprimées soit 8,6 millions de personnes. Or les syndicats dans les TPE et PME sont élus avec ... 7% des voies!!!



1136. nem° - 03/10/17 20:08
*pour tout le monde

1135. nem° - 03/10/17 20:07 - (en réponse à : suzix)
Bah non, toi tu parles tout seul.

1134. nem° - 03/10/17 20:06 - (en réponse à : lobabu)
J'ai lu récemment que tous les indicateurs économiques français étaient de nouveau dans le vert... sauf le chomage! Mais? On nous a tjs dit qu'avec la croissance et la confiance, il y aurait la reprise pour le monde. Je m'étonne.
Je vois déjà de vilains complotistes imaginer, dans leur fièvre délirante, une conspiration au plus haut niveau de l'Etat pour maintenir la population dans la peur de la misère et donc faciliter son assujetissement. Ces gens sont fous.

1133. suzix@bdp - 03/10/17 20:05 - (en réponse à : nemo)
Je parle pas avec un extrémiste écologiste!

1132. lobabu - 03/10/17 20:00 - (en réponse à : suzix)
Aaahh, j'ai toujours aimé ton sens de la nuance!

Il n'en reste pas moins vrai que l'on peut sérieusement s'interroger sur l'Allemagne et que s'extasier sur un taux de chômage faible me semble un peu court pour la qualifier de modèle au regard des nombreux autres problèmes qu'elle connaît, à commencer par sa démographie qui est calamiteuse (et qui commande une bonne part de sa politique éco et financière qu'elle fait d'ailleurs payer au reste de l'Europe).

Mais moi, je dis cela comme je dirais yahourt....

1131. nem° - 03/10/17 19:56 - (en réponse à : lobabu)
Laisse. Crois moi, tu perds ton temps. Ce type s'est fait laver le cerveau. Il a chopé la macronite. Il est foutu.

1130. suzix@bdp - 03/10/17 19:28 - (en réponse à : Lobabu)
Excellent alors continuons à tout faire contre l'entreprise en France et attendons que toutes les usines ferment et tous les emplois indirects avec. Qui alors paiera pour le système social français? Les profs? Les cheminots? Les syndicalistes ? Jusqu'à quel taux de chômage peut-on maintenir notre système? ... parce qu'il est là le sujet. Où est la limite?

1129. lobabu - 03/10/17 19:16
Taux de pauvreté en France: 14,2%
Taux de pauvreté en Allemagne: 16.7%

"L’outre-Rhin enregistre un taux de pauvreté plus élevé que la France : 17 % contre 14 %. Si le chômage français dépasse le taux allemand, la pauvreté touche plus d’actifs en Allemagne. Elle mine la confiance des classes laborieuses, tandis que sa prise en charge par les systèmes de protection sociale en France est souvent présentée comme un fardeau.

Le taux de formation de capital fixe allemand est lui de 5 ou 6 points inférieur par rapport au taux français. Le ministre de l’Economie, Sigmar Gabriel, s’est engagé à le porter à 20 % en 2019, quand il atteint 22,5 % en France. De même, sur les investissements directs à l’étranger, l’Allemagne peine derrière la France : 1,37 % du PIB pour la première, contre 1,45 % pour la seconde.

Le degré de confiance des agents économiques envers la solidité et l’avenir de leurs pays respectifs reste inférieur en Allemagne par rapport à la France. Si la première est fière de l’excédent de ses comptes extérieurs (8 % du PIB), elle devrait l’être beaucoup moins sur les conditions intérieures rendant possibles ses performances. Sur les plans de la santé, de l’éducation, de la communication et des infrastructures, elle enregistre déjà d’immenses déficits d’investissement, public et privé. Sur le marché du travail allemand, l’insécurité règne avec les contrats de travail «temps partiel» souvent rémunérés à des taux inférieurs au seuil de la pauvreté. Pourtant, la productivité du travail, reflétant l’intensité de l’investissement, reste nettement supérieure en France.

Le «modèle allemand», tant vanté par les milieux d’affaires français, ne s’avère pas aussi convaincant pour leurs homologues allemands qui restent circonspects : les investissements allemands sont en retard non seulement en Allemagne, mais aussi hors de ses frontières."

Extrait de «Is Germany Unbalanced or Unhinged ?» de Barry Eichengreen (économiste à Berkeley)

Mais à part cela, l'allemagne est le modèle à suivre, d'ailleurs les dernières élections ne l'ont-elles pas montré de façon éclatante?

1128. Quentin - 03/10/17 18:27
Et à propos de l'argument qui dit que la dérégulation du marché du travail crée des inégalités, je fais juste remarquer qu'il y a moins d'inégalités en Allemagne et au Danemark qu'en France.

1127. Quentin - 03/10/17 18:23
Sinon, des exemples de dérégulation du droit du travail qui réduisent le chômage, il y en a plusieurs en Europe: Allemagne, Grande-Bretagne, Danemark. Mais des dérégulations qui réduisent la précarité, ca non puisque les dérégulations réduisent la sécurité d'emploi. La question est donc assez conne et Lordon est assez con d'y donner un quelconque crédit.

1126. suzix@bdp - 03/10/17 17:42 - (en réponse à : Lien)
On peut railler les explications du gouvernement ou des élus LREM.
On a aussi le droit, voire même le devoir, de douter de leur politique. Par contre, on n'a aussi le devoir de se rendre compte de là où nous ont emmené les politiques précédentes toute sur le même moule, de droite ou de gauche! Ce matin chez Whirlpool, un journaliste interviewait des ouvriers. Enfin non, des syndicalistes ... comme si tous les ouvriers étaient syndicalistes ... alors qu'une grosse part en sont même pas syndiqués. Les gars, remontés comme des pendules lors de la visite de Macron pendant la campagne, refusant de lui serrer la main (ont-ils serré celle de Le Pen !?) sont toujours aussi vindicatifs. Les gars, ils t'edxpliquent que leur situation n'est plus tenable. Que la classe ouvrière se meure, qu'il faut la protéger (je suis 100% d'accord). Ils font un excellent constat : désindustrialisation de la France, des centaines de milliers d'emplois perdus dans l'industrie en 20 ans (on parle d'un million non?), il faut que cela change! Et que demandent-ils alors? ... que l'on continue la même politique qu'avant !!!!
Cherchez l'erreur!

1125. Quentin - 03/10/17 16:03
Lordon, encore et toujours. Et il a la solution pour résoudre tous les problèmes de la France: fermer la bourse. Ce type est un vrai génie.

1124. Lien Rag - 03/10/17 14:12
Il y en a qui ont de bonnes références...

"Certains se souviennent peut-être de cette stupéfiante émission de C dans l’air du 26 juin où la présentatrice lit benoîtement une question d’internaute : « Y a-t-il des exemples de dérégulation du droit du travail ayant permis de réduire le chômage et la précarité des salariés ? ». Grand silence frisé, tout le monde se regarde. Et puis Raymond Soubie, dans un demi-borborygme : « euh non… »

1123. suzix@bdp - 02/10/17 18:30
ah merde!
Comme c'était présenté j'ai pensé à une fiction!
22000 balles tirées! Une dizaine d'armes à feu. Si les terroristes islamistes attaquent les states, ils vont avoir plus de munitions qu'en France! C'est flippant.
Wonderful propagande pour les armes à feu !

1122. froggy - 02/10/17 18:11

1121. froggy - 02/10/17 16:58
Image may contain: 29 people, people smiling, people standing and crowd

1120. froggy - 02/10/17 16:57
Image may contain: 3 people, people standing and text

1119. froggy - 01/10/17 16:52
Pensees profondes:

No automatic alt text available.

1118. bert74 - 29/09/17 14:22
( le doute m'habite comme dirait froggy ).

Est-ce à dire que tu es éjaculateur préc... heu... dubitatif ?

1117. froggy - 28/09/17 22:28
Image may contain: outdoor


1116. froggy - 28/09/17 17:47
1115. pm - 27/09/17 13:37 - (en réponse à : nem)
Ah, mais je doute énormément ( le doute m'habite)


Cette declaration de Philippe + celle de suzix qui tend sa perche a Laurent, je ne peux que constater que ce forum sombre dans le stupre et dans le lucre.


1115. pm - 27/09/17 13:37 - (en réponse à : nem)
Ah, mais je doute énormément ( le doute m'habite comme dirait froggy ).
Il y a plus qu'une nuance entre doute et suspicion.
Le doute s'applique souvent à soi, à ses convictions, à ses connaissances, la suspicion s'applique uniquement aux autres et est généralement l'apanage de ceux qui sont tellement sûrs d'eux-même, ils "savent" ce que les autres ignorent, qu'ils ne doutent pas.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio