Tchiii-tchaaa: du pop corn caramel dans le Gesamtkunstwerk (2e partie)

Les 426 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9


426. froggy - 20/05/18 23:18
J'ai oublie de preciser dans ma critique du Redoutable que le film a un lien avec la BD.

En effet, un des producteurs du film n'est rien d'autre que ce bon vieux Riad Sattouf qui a du decider d'investir tous les sous gagnes avec L'arabe du futur dans la production cinematographique. On lui souhaitera bonne chance.

425. froggy - 20/05/18 01:19
Je suis alle voir Le redoutable, la biographie de Godard pour les annees 1967-1968, annees charnieres dans sa vie car il n'est plus avec Anna Karina dont il a divorce mais avec Anne Wiazemsky, la petite-fille de Francois Mauriac, qui officiait au Figaro Litteraire, une des haines de JLG et pour comble, apres avoir fait errete le Festival de Cannes 68, il dort dans la villa de Pierre Lazareff, grand ami de de Gaulle et patron de France-Soir qui se trouve etre le beau-pere d'une des amies du couple. Il en avait beaucoup de ces haines je vous assure et je presume qu'il en a toujours.

Mon cher fidele, adore et adorable public, vous savez que j'adore les films de Godard de la premiere periode, celle qui s'arrete en 1967 justement avec Week-end avec Yanne/Darc. Ce n'est rien d'ecrire que je les adore, ce n'est rien de le faire, A bout de souffle, Une femme est une femme, Bande a part, Alphaville, Pierrot le Fou, Made in USA, Masculin feminin, Deux ou trois choses que je sais d'elle et surtout le joyau sublime Le mepris font partie de ma memoire d'amoureux du cinema. Il est siderant que cet homme ait pondu des films si extraordinaires et si novateurs en seulement 10 ans. Encense par la critique mondiale, boude par le public le plus souvent, Godard derange beaucoup et laisse derriere lui tous ses autres camarades des Cahiers du Cinema et fondateurs de La Nouvelle Vague par la siderante richesse de ses films. On peut dire que Truffaut et Chabrol se sont vite enfermes dans un cinema planplan, Rohmer attend son heure pour que ses litteratures filmees remporte enfin un succes public, je connais moins bien Rivette malheureusement a part Celine et Julie vont en bateau que j'ai adore. Mais Godard, c'est vraiment autre chose.

Durant les annees 60, le spectateur a pu assister a son evolution politique ou lentement mais surement au fur et a mesure de ses films, il est devenu maoiste, sensible a la cause palestinienne et a la guerre du Vietnam. Il ne veut plus faire de films politiques mais faire politiquement des films. En meme temps, les gens lui demandent de continuer a faire des films comme ceux d'avant, mais cela ne lui dit plus rien, il n'a plus le coeur a cela, il veut vraiment passer a autres choses. En meme temps, son dernier film, La chinoise est mal recu par les chinois a Paris et les evenements de Mai 68 l'attirent comme un aimant bien que les etudiants ne semblent pas l'apprecier beaucoup comme en temoigne le film lors de 2 AG ayant lieu dans le grand amphi de La Sorbonne. Et puis, il est amoureux de sa nouvelle epouse.

Cela fait beaucoup pour un seul film, un peu trop peut-etre mais pour quelqu'un moi qui aodre ses aphorismes et ses formules a l'emporte piece, j'ai ete aux anges car Hazanivicius, le realisateur a reussi a reussi a rendre attachant cet homme qui pour d'autres serait profondement detestable. Il faut dire que c'est Louis Garrel, le fils de Philippe Garrel, un des chantres du cinema intellectuel francais et donc un des disciples de JLG sur ce terrain, qui joue le metteur en scene suisse. Il est remarquablement arrive a imiter le son de sa voix si douce avec ce leger cheveu sur la langue que j'aime beaucoup. Il est arrive a restituer ce qui fait la force de cet homme mais aussi quand le doute l'empare. JLG est sincere dans ses nouvelles convictions et il tente de convaincre ses proches et amis aussi au risque de se brouiller avec eux definitivement. Ce n'etait pas evident de vivre avec lui et d'ailleurs le couple ne survivra pas a ses annees. JLG a rencontre Jean-Pierre Gorin qui lui aussi a des idees radicales sur la maniere de faire du cinema et tous les deux vont fonder le Groupe Dziga Vertov et feront des films tres experimentaux durant les annees 70 jusqu'a ce JLG revienne a un cinema plus consensuel avec Sauve qui peut (La vie).

Une des caracteristiques les plus connues de Godard est son humour, le film en regorge avec jeux de mots, a-peu pres, citations detournees etc. C'est ce qui permet d'apprecier l'homme que l'on voit sur l'ecran. Hazanavicius a aussi tente de lui rendre hommage avec quelques trouvailles visuelles ou scenes dont certaines m'ont franchement fait rire, les deux acteurs principaux jouant le jeu jusqu'au bout. Le seul reproche que je fais est que l'actrice principale ressemble plus a Chantal Goya de Masculin feminin qu'a la veritable Anne Wiazemsky.

La reconstitution des annees 67-68 a ete bien faite et manifestement la production a eu un peu d'argent pour engager des centaines de figurants pour les scenes des manifestations. On voit deux scenes amusantes avec 2 amis realisateurs de Godard, Romain Goupil en CRS cinephile et Jean-Pierre Mocky en bourgeois ralant contre les manifestants et se faisant donc invectiver par JLG.

Ce n'est pas le meilleur film, loin s'en faut, mais je me suis bien amuse car il est vraiment plein d'humour en le voyant et il est tres bien fait. Je pense que passerez un bon moment a le voir.


424. froggy - 19/05/18 00:50 - (en réponse à : Lien Rag)
Je n'ai jamais beaucoup aime Nicolas Cage avec ses yeux de vache regardant passer un train mais je voyais regulierement ses films car il a tourne avec quelques bons metteurs en scene jusqu'a qu'il obtienne son Oscar, Peggy Sue s'est mariee, Arizona Junior, Sailor et Lula. Cet Oscar a du lui tourner la tete car depuis il ne tourne que dans des navets. Cependant, il continue entre deux cachetons a interesser des metteurs en scene d'envergure, je ne sais pas pourquoi, Scorsese pour A tombeau ouvert, Scott, Les associes qui est un tres bon film au sceanrio tres malin. Je recommande chaudement.

Mais en fait, le film de lui que je prefere est le John Woo, Volte/face qui est une tuerie, il faut voir la scene ou lui et Travolta se font face a face par miroir interpose, c'est une idee geniale quand on voit le film et elle est magistralement mise en scene.

423. froggy - 19/05/18 00:38 - (en réponse à : Laurent)
Je ne connais pas les films de Dario Argento. Cela ne me dit rien. Cependant, je crois que j'ai vu Suspiria, est-ce celui qui se passe dans une ecole de musique ou de danse? Je ne sais plus.

Il faut dire que je n'aime pas les films d'horreur; des effets gratuits pour surprendre le spectateur et une surenchere dans les effets speciaux pour degouter les spectateurs. J'ai vu La nuit des morts-vivants, Halloween, Vendredi 13 et Les griffes de la nuit mais pas leurs suites evidemment et le moins que l'on puisse dire est cela m'a laisse de glace. Le seul que j'ai beaucoup aime car j'ai trouve cela tres drole en definitive est Evil Dead, le premier mais c'est a prendre au deuxieme degre. Je trouve que ces films se prennent trop au serieux ou alors c'est moi qui pense cela car je n'aime pas cela au depart.

422. Lien Rag - 18/05/18 10:55
Snake eyes, je l'ai vu et j'ai été assez déçu...
Surtout en fait parce que ce n'était pas le De Palma mais un autre film qui s'appelait aussi Snake Eyes!

Par ailleurs Cage a fait plein de films alimentaires où il joue un navet mais ce n'est pas un mauvais acteur, il faut voir Lord of War!

421. Victor Hugo - 18/05/18 01:31 - (en réponse à : bert)
Snake Eye est ludique à voir, avec ses plans séquences simultanés, croisés, trompeurs, dommage qu'il y ait Nicolas Cage. Mission to Mars a un très beau plan séquence d'ouverture, une fiesta avant le départ dans l'espace, et durant le voyage les clins d'oeil à 2001 sont sympas.

420. Victor Hugo - 18/05/18 01:27
Raising Cain est un film assez lamentable. Si le plan auquel tu penses est celui dans la cimetière où la personne plein écran se penche et révèle le tueur juste derrière elle, sache que c'est un plagiat de Dario Argento dans Ténèbres (le plan de Dario est infiniment plus chiadé). Pas le premier emprunt de Brian à Dario, c'est d'ailleurs en découvrant les premiers Giallo de Dario que Brian a changé de style, passant d'un cinéma vérité à des thrillers sanglants. Retour des choses, c'est sûrement en ayant vu Jessica Harper dans Phantom of the Paradise que Argento l'engagea pour Suspiria. Moins glorieux, Dario prit le lamentable Pino Donaggio pour la musique de films des années 90.

419. froggy - 18/05/18 00:35
De Palma est un excellent technicien de la camera, il sait s'en servir, par exemple, le seul plan a sauver du desastre qu'est Le Dahlia Noir est celui ou on decouvre le meurtre, il y en a un autre aussi memorable dans L'esprit de Cain qu'il faudrait que je revois aussi pendant que j'y pense, encore que la fin n'est pas mal non plus dans son genre ou il raconte visuellement la simultaneite de plusieurs actions differentes. une scene brillante a l'ecran mais qui fait un peu trop tour de force.

Pour Wolfe, j'ai lu Le bucher des vanites en francais et A man in full en anglais. Pour ce dernier, il reussit a retranscrire par ecrit l'accent sudiste d'Atlanta, quand on lit cela, on a vraiment l'impression d'entendre les gens parler. C'est impressionnant.

418. bert74 - 16/05/18 10:58
J'adore aussi la scène d'ouverture du Bucher des Vanités, car, avec les plans fixes, il y a qu'une chose que je respecte par dessus tout au cinéma, ce sont les plans séquence.
Comme De Palma abuse inconsidérément de ces dernier, je suis prêt à lui pardonner ses quelques baisses de régime et le porter au pinacle contre vents et marrées.
Mon carré de films préférés (ceux que j'aime le plus revoir) chez lui : Les Incorruptibles (que je peux voir et revoir sans cesse) , Outrages, Snake Eye et Body Double.

Pour revenir à Tom Wolfe, je n'ai pas lu le bouquin, mais j'aime aussi beaucoup le film L'Etoffe des Héros, notamment grâce à la qualité de son interprétation (de toute façon, tout film ou série avec Ed Harris ne peut que tendre vers la perfection, oui même The Rock, putain...). J'y mettrai un bémol quand on voit ces pilotes des early 60s porter des lunettes de soleil Randolph Aviator qui n'ont été sorties que dans les 70s...

De Tom Wolffe lui-même je n'ai lu que Moi, Charlotte Simmons et on ne peut pas dire que c'est de la grande littérature non plus, hein...

417. Victor Hugo - 16/05/18 01:26
Je retiens Blow Out, mais Sisters c'était pas mal, son emploi du split screen était intelligent et justifié. Je pense que De Palma est un imbécile avec des accès de génie, mais un imbécile. Avec Greetings et Hi mom il lance un truc qu'il abandonne pour se coller à Hitchcock (et dans une moindre mesure à Orson tout en pompant allégrement un contemporain Dario Argento), du coup il devient un faiseur, il ne s'accomplit pas et reste un petit monsieur. Son pitoyable remake du film d'Alain Corneau, Crime D'Amour montre l'étendu de sa stupidité, il ôte tout ce qui était intelligent et réfléchi pour y mettre de la connerie à l'état pur. Femme fatale était une belle merde aussi.

416. froggy - 16/05/18 01:08 - (en réponse à : Laurent)
Quand on fait Carrie et L'impasse et dans une moindre mesure Obsession et Les incorruptibles, je ne le qualifierai pas de nullard, seulement de cineaste tres inegal.

415. Victor Hugo - 16/05/18 00:45
Le bûcher des vanités de Brian de Palma ne vaut que pour son plan séquence du début, il est magistral, mais comme le film est nul c'est inutile. Quand Orson Wells débute par un plan séquence ça donne un chef d'oeuvre: A touch of Evil. Heureusement que De Palma a fait le génial Phantom of Paradize, parce que quel gros nullard sinon.

414. froggy - 16/05/18 00:40 - (en réponse à : Le smois de mai sont meurtriers: BDP, Vance, Margot Kidder etc.)
L'ecrivain americain Tom Wolfe est decede ce matin. 2 de ses livres ont ete adaptes au cinema qui sont chacun aux antipodes l'un de l'autre en terme qualitatif.

On va commencer par le pire, Le bucher des vanites de Brian de Palma qui nous a livre la une des oeuvres les plus indigestes malgre Tom Hanks et Bruce Willis et la minaudante et insupportable Melanie Griffith. Pour tous ceux qui ont lu le roman, le film est a chier car de Palma n'a pas su/pu restituer tout ce qui en faisait son essence, une critique acerbe et caustique de New York pris dans son ensemble au debut des annees 80. Il n'en a garde que le cote anecdotique. Pour tous ceux qui aiment de Palma, c'est a ne voir qu'une fois, peut-etre deux comme je l'ai fait afin de mieux rendre compte du ratage, de Palma est capable du pire comme du meilleur, et quand il est a son meilleur, c'est incomparable. Au-dela de deux visionnages, soit vous etes un malade digne d'etre soigne, soit vous avez un gout de chiottes.

Le meilleur est L'etoffe des heros ou le recit de la conquete spatiale americaine au debut des annees 60 et plus principalement le programme Mercury. C'est bien simple, et comme je l'avais ecrit il y a longtemps, c'est formidable, un des mes films preferes assurement. C'est un film de mecs ou les femmes ont un role accessoire au film mais essentiel pour les heros. Je l'avais vu sa sortie dans une copie 70mm dans une belle salle des Champs-elysees aujourd'hui disparue, le Francais, qui etait rue Quentin Bauchard et je n'ai absolument pas vu passer les 3h et 15 mn du film tellement c'est sublime. Ce film vous donne une peche d'enfer et rien que d'ecrire dessus, cela ne me donne qu'une envie, c'est de me precipiter sur mon DVD et de le regarder une nouvelle fois. Le genre de films dont on ne se lasse pas.

413. froggy - 15/05/18 22:03 - (en réponse à : Nem°)
Tu aimes la cuisine grecque?

412. nem° - 15/05/18 21:42
Tiens, je suis retombé sur cette scène que j'aime bien, avec Bébel qui se met à table.


411. Victor Hugo - 15/05/18 18:31
Margot Kidder est surtout la pierre angulaire du nouvel Hollywood avec Jennifer Salt.

410. Bert74 - 15/05/18 17:14
Snif !





409. froggy - 15/05/18 16:33
Bye bye Margot Kidder.

Ce n'etait pas la meilleure comedienne du monde, loin s'en faut mais elle fut ma premiere Lois Lane dans le Superman de 1978. Et puis elle a tourne dans Sisters de Brian de Palma, quie j'aimerais bien revoir car je en m'en souviens plus du tout. Par decence pour toutes les personnes impliquees dans le film, on ne s'attardera pas sur Louisiane de Philippe de Broca, une veritable catastrophe.

408. nem° - 12/05/18 22:04 - (en réponse à : froggy)
Le mot non, le manque d'objectivité, un peu.

407. Lien Rag - 12/05/18 17:52


Personnellement la Jetée m'a beaucoup fait penser à Armalite 16 de Crespin et m'a fait comprendre en quoi la guerre d'Algérie était la matrice de sa vision des "hommes en verre"...

406. froggy - 11/05/18 19:19 - (en réponse à : Nem° post #398)
Et pourquoi arreterais-je de crier au chef d'oeuvre intemporel quand c'est ce que je pense?

Est-ce que le mot te fait peur?

405. froggy - 10/05/18 17:09 - (en réponse à : Laurent post #396)
C'est une idee interessante, audacieuse dans son developpement et assez capillottractee en definitive.

C'est un jeu intellectuel auquel je me prete volontiers mais cela depend des oeuvres. Je trouve la conclusion de ce sujet hasardeuse au final, je ne serais jamais alle assez loin car je n'ai pas l'esprit suffisamment tordu.

404. pierrecédric - 10/05/18 10:15
D'un autre côté, je me demande si ce ne serait pas parce que la plupart sont des histoires d'amour, auquel cas je comprendrais parfaitement pourquoi je suis si vite lassé.

403. pierrecédric - 10/05/18 08:54
Z'en avez pas un petit peu marre des fois, de mettre presque tout le temps des vieux films sur le tapis.
On dirait le mode "c'était mieux avant".

402. Stefan - 10/05/18 07:29
Pas juste la musique, toute la bande son est importante et participe au film. La voix du narrateur et les bruits de fond qui participent à l'ambiance.

Et puis, bien sûr, il y a aussi tous ces jeux sur les images fixes rapprochées qui donnent des illusions de mouvement au ralenti, jusqu'à la magie du mouvement de la femme qui s'éveille. Tout ça, ce n'est possible qu'au cinéma et ça participe à la force de ce film.
(mais bien sûr ce ne sont pas juste des jeux formels, tout ça a du sens, c'est pour ça que c'est fort)

401. nem° - 09/05/18 21:35
Je concède que la musique de La jetée est fabuleuse!

400. Stefan - 09/05/18 20:51 - (en réponse à : nemo )
Vous faites encore les Yatta?

Ce qui fait peut être la différence la plus fondamentalement entre cinéma/dessin animé d'un côté et BD/roman photo de l'autre, c'est le rythme.

Au cinéma, l'oeuvre impose son rythme au lecteur, en BD, ou en roman photo, c'est le lecteur qui impose son rythme de lecture.

La conséquence la plus directe est l'utilisation de la musique et du son en général. La musique, comme le cinéma, impose son rythme et le cinéaste a ce pouvoir immense et incroyable de pouvoir faire coller les sons et la musique à ses images. (c'est souvent une frustration pour l'auteur de BD. il existe de nombreuses expériences d'association BD/bande son, mais ça ne peut jamais être aussi efficace qu'au cinéma, parce que si on ne veut pas que le rythme de la musique perturbe le rythme de lecture, il y a trop de limitations, on ne pourra jamais, en BD, faire sursauter un lecteur avec une image et un son comme au cinéma?)

Et la bande son de la jetée est extrêmement importante et c'est pour ça que ça ne peut pas être un roman photo.

Sur Citizen Kane, c'est vrai qu'aujourd'hui, on peut considérer que beaucoup d'autres films plus marquant pour le spectateur actuel ont été réalisés. Mais il ne faut pas minimiser la révolution technique que ce film a pu être et qui en font un monument essentiel dans l'histoire du cinéma.

399. pierrecédric - 09/05/18 20:15
Heureusement que je n'en n'ai pas autant que Monk ou Sheldon.^^

398. nem° - 09/05/18 19:49 - (en réponse à : froggy)
Non mais Citizen Kane c'est pareil, faut arrèter de crier au chef-d'oeuvre intemporel, ce film est devenu culte parce qu'il plait à la presse, c'est tout. Il est très bien, mais c'est loin d'ètre "le meilleur film jamais fait".

397. nem° - 09/05/18 19:45 - (en réponse à : Stefan)
Ben alors il aurait du faire... un roman-photo. Désolé mais là c'est un peu comme les jeux vidéos "cinématiques", c'est pas pour moi. Le jeu n'est pas du cinéma, et inversement. Mais l'histoire reste énorme, je me demande dans quelle mesure ç'a pu influencer Terminator.

396. Victor Hugo - 09/05/18 17:52

395. froggy - 09/05/18 17:38
J'aime bien la coincidence que Laurent ecrit au sujet de La jetee deux jours avant l'anniversaire d'un film auquel Marker fait explicitement reference, Sueurs froides d'Alfred Hitchcock ou Vertigo en VO.

C'est en effet le 9 mai 1958 que le film a ete presente pour la premiere fois lors d'une premiere qui eut lieu a San Francisco, ville ou l'action du film se situe.

Je n'avais pas besoin du classement de la revue anglaise Sight & Sound pour considerer qu'il est le meilleur film de l'histoire du cinema supplantant apres des annees de suprematie Citizen Kane d'Orson Welles car c'est mon film prefere.

Cela ne fut pas toujours le cas car comme beaucoup de gens, je l'ai enfin vu en 1984 profitant de la reedition des 5 Hitchcock que celui-ci, proprietaire des droits, avait retire de la circulation pendant plus de 20 ans. Pour voir ces 5 films, il fallait profiter d'une projection a la Cinematheque mais c'etait quasiment mission impossible car je n'etais pas le seul et les places etaient litteralement prises d'assaut, et la majorite des spectateurs achetaient des billets pour le film precedent et restait pour voir Vertigo. Or, j'ai toujours refuse de voir un film si je ne suis pas bien assis, je ne me sens pas en mesure de l'apprecier a sa juste valeur si c'est pour rester assis dans l'allee ou debout au fond de la salle. Je sais, je ne suis pas un vrai cinephile. Comme je voulais savoir de qui ca parlait, j'avais lu le roman policier dont il est tire, D'entre les morts de Boileau-Narcejac. Le roman est pas mal, astucieux. Mais qu'en etait-il du film?

Je l'ai donc decouvert au printemps 84 dans la salle du St Michel, sur la place du meme nom. Et j'ai ete effroyablement decu. Tout ca pour ca? me dis-je ne sortant, c'est ca le GRAND chef d'oeuvre dont on me rabat les oreilles depuis des annees? Je n'avais vraiment aime que le generique d'ouverture de Saul Bass et la musique de Bernard Hermann absolument extraordinaire qui est avec la partition de Geroges Delerue pour Le meprisde Godard, la plus belle musique de film jamais composee, musique d'Hermann directement inspiree de Tristan et Isolde de Wagner. Ce qui est amusant, c'est que j'ai reagi comme le spectateur de 1958 qui n'a pas bien compris le film et n'en a pas vu la richesse absolument inouie qu'il recele.

J'ai commence a decouvrir cette richesse quand le film a ete diffuse pour la premiere fois a la tele et que je le revis bien que ce soit en version francaise. Plein de choses que je n'avais pas remarque lors de ma premiere vision me sauterent aux yeux, l'apparition de Kim Novak au restaurant dans une magnifique robe verte mais silencieuse et hieratique, et sa reapparition dans une rue toujours dans une robe verte mais beaucoup plus commune et cette fois-ci, la femme est tres animee, parlant avec des amies. Il faut dire que le vert est tres present dans le film, la Jaguar, le neon de L'Hotel Empire, les filtres au cimetiere etc. Il y a plein de scenes sublimes venant d'un cineaste qui a commence au temps du muet et remplit donc son film de pleins de details visuels car les dialogues ne sont pas la pour faire avancer l'action ou tres peu, il en est ainsi de la scene, et cela je ne l'ai decouvert que bien encore apres, la scene chez le libraire et ou la lumiere diminue sans raison apparente au fur et a mesure que le marchand raconte la pauvre histoire de Carlotta, un element important du film, quand James Stewart et Barbara Bel Geddes sortent de la boutique, on voit le libraire allumer les lampes du magasin. Et cela peut signifier d'autres choses bien sur.

Je pourrais parler longtemps de ce film tellement il est genial, et c'est la mot juste en l'occurrence. Avec ce film, Hitchcock a amene le cinema au rang des plus grandes oeuvres culturelles qui existent et qui donnent une raison supplementaire de vivre.

Vertigo est un poeme ou Eros et Thanatos se rencontrent, l'amour et la mort forment un entrelac de sentiments complexes et attention spoiler, c'est le seul film du realisateur, qui se termine mal. C'est un amour impossible puisque le personnage jouee par Kim Novak au tout debut du film quand elle est Madeleine n'existe pas, ce n'est qu'une illusion et le pauvre garcon est fou amoureux de cette illusion. La seule note d'humour car il en faut toujours dans un film d'Hitchcock est apportee par le personnage de l'amie de Stewart jouee par Barbara Bel Geddes. C'est d'ailleurs elle qui est dans ce que je considere etre le plus beau de l'histoire du cinema, quand elle s'eloigne dans le couloir de l'asile ou Stewart est soigne, une pauvre petite silhouette toute triste eclairee seulement par la lumiere de la fenetre vers laquelle elle s'avance car elle aussi aime Stewart mais cet amour n'est pas reciproque.

Completement incompris a sa sortie et meme par Francois Truffaut qui dans ses entretiens avec le metteur en scene ne lui a consacre que quelques pages alors qu'il s'atait etendu plus longuement sur d'autre films, le film n'a pas ete un grand succes commercial. Mais le temps fait son oeuvre et Sueurs froides est enfin reconnu pour ce qu'il est, un veritable chef d'oeuvre qui parle de nous car ce n'est jamais que l'histoire d'un amour fou.

Decouvert au St Michel a Paris sur un petit ecran, je l'ai revu une derniere fois en salle, en l'occurrence dans une plus belles de New York au Ziegfeld, profitant de la ressortie de la version restauree. Cela ne m'a qu'aide bien sur a y voir encore des choses que je n'avais pas encore decele. C'etait un merveilleux moment quand le rideau s'est ouvert et que le film a commence par ca:


394. pierrecédric - 09/05/18 11:33
Ah bah, c'est un de mes TOC, comme tout le monde, une personne qui n'a pas un TOC même refoulé je pense que je ne le croirais pas.

393. Stefan - 09/05/18 11:19
Parce que formellement ça fait penser à un roman photo ça serait pas bien?
C'est comme les gens qui n'ont lus que des mauvais Mickey et qui refusent en bloc de lire des BDs.
Le roman photo est un moyen d'expression extrêmement proche de la BD consistant à raconter des histoires avec des textes et des photos.
Il a souvent été utilisé pour raconter des histoires de merdes dans des magasines pourris, mais on peut raconter n'importe quelle histoire très bien, comme en BD, avec des romans photos.
Dave McKean, Pierre La Police, Benoit Peeters ou Jean Teulé, entre autres, ont utilisé ce support de façon remarquables.

392. pierrecédric - 09/05/18 10:54
T'as mis le doigt dessus, je crois que c'est bien parce que ça fait roman photo que ça m'a coupé net.

391. nem° - 08/05/18 22:45
*géniale

390. nem° - 08/05/18 22:44
Bon, j'ai revu La jetée. La restauration est excellente, ça aide. Mais je ne comprends tjs pas le culte autour de ce court-métrage anti-cinématique. Je vois bien le coté expérimental, album photo, tout ça, mais on a l'impression d'un vieux roman-photo ou une de ces parodies dans Fluide Glacial. Je note quand même cette phrase génial prononcée négligemment au début : "Et quelques temps après vint la destruction de Paris."

389. froggy - 08/05/18 21:23
On saura dans 10 jours si Cannes 18 aura ete un bon cru ou pas mais en attendant, j'aime beaucoup l'affiche cette annee:

Image result for affiche du festival de cannes 2018

388. torpedo31200 - 08/05/18 15:54 - (en réponse à : lobabu - post # 387)
Le film de Marker sur mai 68 est A bientôt, j' espère, tourné en 1967 dans une usine en grève, mais sorti en 1968.

387. lobabu - 08/05/18 11:56 - (en réponse à : pm386)
Tu as raison; j'ai confondu avec un film dont j'étais persuadé que Marker était l'auteur. Il y avait beaucoup d'interviews d'acteurs de mai ou d'observateurs qui étaient faites durant l'été 68 (une de Malraux notamment dans un ministère totalement désert...). Du coup, je ne sais pas qui l'avait réalisé.

386. pm - 07/05/18 23:37
Le joli mai n’est pas un film dur mai 69, il date de 1962 comme la jetée.

385. froggy - 07/05/18 18:12
Il n'y a rien a jeter dans La jetee.

384. pierrecédric - 07/05/18 12:33
Souvent les remakes sont ratés et inutiles, surtout quand le film original est un tel chef d'oeuvre.
C'est sûr que les goûts et les couleurs c'est "global".
J'ai pas pu tenir quelques minutes.

383. pierrecédric - 07/05/18 12:20
Moi aussi j'ai bien l'impression que c'est chiant, sans trop savoir pourquoi mais...

382. nem° - 07/05/18 11:43
Que c'est chiant, dans mon souvenir du moins. Je vais tenter de lui donner une seconde chance.

381. Stefan - 07/05/18 09:23
La jetée est une belle leçon de cinéma oui.

J'ai trouvé que ça mettait aussi bien en valeur le travail de Terry Gilliam sur l'armée des 12 singes. La façon dont il arrive à raconter la même histoire autrement, en conservant une ambiance très proche, dont il s'approprie complètement l'histoire, y ajoute, son style, sa vision, tout en restant respectueux du matériaux d'origine.

Souvent les remakes sont ratés et inutiles, surtout quand le film original est un tel chef d'oeuvre. Dans le cas de l'armée des 12 singes, c'est une relecture qui a du sens, je trouve.

La jetée, c'est aussi le nom (en hommage au film de Chris Marker) d'un tout petit bar mythique à Tokyo, à Shinjuku qui a été visité par les plus grand noms du cinéma mondial. J'y étais allé en 2005. Il a l'air de toujours exister, mais je ne sais pas si c'est toujours la même propriétaire, une petite dame assez âgée passionnée de cinéma.

380. Lobabu - 07/05/18 08:03
C'est extraordinaire comme film et il a servi de base à "L'armée des 12 singes". Il y avai une soirée Chris Marker hier sur Arte . Parmi les films, il y en avait un sur mai 68 qui avait déjà été diffusé il y a au moins 20 ans et qui était aussi très bien. Je crois qu'un coffret de ses films doit sortir (est sorti).

379. Victor Hugo - 07/05/18 05:16
Si certains d'entre vous n'ont pas vu La Jetée de Chris Marker (est-ce possible?), ça vient d'être restauré et Arte le met en ligne. 27 minutes de chef d'oeuvre en HD.


378. froggy - 06/05/18 19:37 - (en réponse à : Torpedo post #372)
Si, si, j'ai vu le Spielberg, (cf mon post #262 dans le meme forum), j'ai beaucoup aime et j'ai trouve que la sequence de Shining est la meilleure scene du film.

J'ai vu la bande annonce de Lean on Pete et cela ne me dit absolument rien du tout, ce qui ne veut rien dire bien entendu, les bandes annonces sont parfois tellement trompeuses comem chacun sait. Cependant, le sujet ne me dit rien du tout non plus apresa voir lu la critique.

Et a propos de si, si, je viens de voir les 3 Sissi avec Romy Schneider pour la premiere fois car je me faisais un point d'honneur de ne pas les voir a la tele quand ils passaient annuellement tellement je trouve ces films tartissimes au possible. Il se trouve qu'ils viennent de passer pour la premiere fois a la tele americaine ou comme d'habitude, les USA au faite de la culture europeenne. Ils les ont diffuse en allemand sous-titre bien entendu, car c'etait sur TCM. Et bien, je dois admettre que ce n'est pas si nul que cela. C'est nunuche de chez nunuche, c'est bourre de beaux et bons sentiments que ca donne presqu'envie de vomir tellement c'est sucre mais Romy y est adorable et je crois que c'est bien la premiere fois que je l'entendais s'exprimer dans sa langue maternelle. J'ai passe un bon moment a les voir toutefois. Mais il ne faut pas abuser. Ou alors, je vais me mettre a aimer les BD de Leo.

377. Victor Hugo - 05/05/18 02:01
Pas mal ANON le nouveau Andrew Niccol, moins bien que Bienvenu à Gattaca, mais meilleur que Time out.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio