Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (19)

Les 774 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


324. Victor Hugo - 29/05/18 17:56
Mon palmarès Trondheim.
Le plus drôle


Le plus senti. Préférable en fascicules les couvs sont chouettes, mais le recueil est bien aussi.




Le scénario le mieux foutu, le plus intelligent, du Trondheim en très grande forme (les 3 sont très bien et le cliff hanger du dernier laissait augurer du meilleur)


Sinon, Lapinot avec un très beau trait de plume, la première version de Slalom


323. froggy - 29/05/18 16:57
Je prends note pour Slaloms.

De toutes facons, commencer par le meilleur ou commencer le debut, bien que parfois et je dirais meme plus souvent surtout en ce qui concerne les series qui s'eternisent, ces deux theories se valent a mon avis.

322. marcel - 29/05/18 16:50
Et, si je comprends ta volonte de proceder méthodologiquement et chronologiquement, Victor a raison dans le sens ou Lapinot, c'est pas Thorgal, la plupart des recits sont isoles (voire se passent dans un univers different).

321. marcel - 29/05/18 16:48
D'abord, y a beaucoup de series ou la qualite est descendante (on reparle de Leo ?...). Ensuite, contrairement a Torpedo, je ne te conseillerais pas le dernier. Il est effectivement tres bon, mais prend un sel tout different quand on connait déjà les personnages et le contexte precedent.
Ceci dit, et bien qu'il soit tres sympa, tu peux sauter Mildiou et attaquer directement Slaloms.

320. Victor Hugo - 29/05/18 16:42
Non, c'est mieux de découvrir un auteur par ce qu'il a fait de mieux. Si tu files les soviets à un môme qui connait pas Tintin, tu peux être sûr qu'il lira jamais les autres.

319. froggy - 29/05/18 16:35 - (en réponse à : Torpedo)
J'avais note et tu as certainement raison.

Le probleme de commencer par le meilleur album quand on entame une serie est que lorsque l'on continue, cela ne peut etre que moins bien et donc on est decu.

Je prefere decouvrir un auteur ou une serie chronologiquement, je vais ainsi d'une maniere ascendante quant a la qualite et non descendante. C'est quand meme mieux, non?

318. torpedo31200 - 29/05/18 13:14 - (en réponse à : froggy - post # 309)
Fallait pas commencer par celui-là. Il a + de 20 ans, a été réalisé en pilotage automatique et a un peu vieilli.

Je t' avais conseillé le denier, un des meilleurs.

317. Stefan - 29/05/18 11:00
C'est difficile de pas trouver quelque chose à son goût dans tous les trucs qu'à pu sortir Trondheim.

Moi je l'avais découvert avec Imbroglio, Approximativement et Slalom, je devais avoir 16 ou 17 ans à l'époque, et ça avait été un vrai choc, dans le sens, prise de conscience de nouvelles possibilités.

Je conseille aussi les Cosmonautes du futur avec Larcenet, surtout le premier.

316. marcel - 29/05/18 10:22
Esteban, c'est du "tout public" au bon sens du terme. Ca prend pas les gamins pour des cons, donc ca plait aux adultes.

315. Piet Lastar - 29/05/18 07:54
Je ne suis pas d'accord. Ce Lapinot ne peut que décevoir un aficionado de Spirou qui découvre Trondheim.

Par contre, j'ai dévoré Estaban en intégrale NB. Un récit intelligent et très lisible. Je craignais d'avoir un truc enfantin, et bien pas du tout. Merci Marcel !

314. marcel - 29/05/18 01:17
A part les récents qui sont dans ma pile des "a lire", Un interieur d'artiste (jamais reedite, il est cote a 200, 300 euros) et le deuxieme MKM, oui, je les ai tous lus, realises seul ou avec d'autres.
Le premier, je pense que c'etait Blacktown ou le premier Donjon, a parution, il y a donc plus de 20 ans. Quoique j'avais vu quelques pages dans je sais plus quel magazine.

313. froggy - 29/05/18 00:40 - (en réponse à : Marcel)
Tu as tout lu de lui?

Sinon, je vais continuer bien sur. Je vais bien voir ou cela ira. Je les lirai dans l'ordre de parution.

312. marcel - 28/05/18 23:28
Et il faut que tu lises ca :


311. marcel - 28/05/18 23:10
Ceci dit, faut aussi remettre l'album dans son contexte par rapport au reste de la production : personne ne faisait 500 pages en un seul volume.
Pour ton info, Trondheim avait sorti deux trois trucs, mais c'etait souvent juste une case photocopiee dont il changeait les bulles (Psychanalyse). Il avait quand meme fait Un interieur d'artiste, avant. La, il s'est dit "Je fais un strip et je vois". Ca lui allait, il s'est dit "Je fais une page". Ca lui allait toujours, il s'est dit "Je fais combien de planches ?... Allez, 500". Arrive a 500, l'histoire est finie. C'est gonfle quand meme comme pari avec soi-même.
J'espere que cette mi-deception ne t'arrete pas dans ta volonte de decouverte.

Accessoirement, MKM est le seul Trondheim que je n'ai pas reussi a finir. Sur quelque chose comme 200 albums.

310. marcel - 28/05/18 22:58
ici meme tardivement
Eh eh. Quand on lit ca, faut rester zen...

309. froggy - 28/05/18 21:57
Trondheim, Lapinot et les carottes de Patagonie

Ou sortir de sa zone de confort en matiere de BD n'est pas toujours une sinecure.

Cet album est le premier veritable de Trondheim que j'ai. De lui, je n'avais que ses participations a L'Atelier Mastodonte, MKM avec Sapin et Frantico, son Spirou vu par... qui se trouve etre un de mes preferes dans cette collection, et finalement Texas cowboys. C'est vraiment tres peu considrant sa production. En ce qui me concerne, je vais donc a la decouverte d'un auteur confirme et que seul mon eloignement m'a fait ignorer jusque la. "Errare humanum est, persevare diabolicum", ne perseverons plus donc et corrigeons le tir.

Marcel, ici meme tardivement, a ecrit que commencer par cet album n'etait peut-etre pas la meilleure chose a faire pour vraiment faire connaissance avec Lapinot. 500 pages apres, je ne peux qu'abonder dans son sens. Je ne peux pas ecrire que j'ai deteste, cela ne serait pas vrai car il y a plein de bonnes choses, mais je ne peux pas ecrire non plus que j'ai adore car il y a plein de trop de choses. Je l'ai lu assez lentement au rythme moyen de 30 pages par soir, m'arretant volontiers pour contempler quelques planches que j'ai bien aimees et qui pour moi constituent le meilleur de cet album mais aussi pour revenir en arriere car, il me faut bien l'admettre, j'ai parfois ete un peu perdu durant ma lecture a cause de la profusion de personnages et des situations que vit Lapinot.

Il est impossible de resumer cette histoire. Il y un arc narratif sur lequel vont se greffer plein d'aventures qui empecheront Lapinot de mener sa quete, cet arc est comme un fil rouge qui revient regulierement dans l'album afin que le lecteur sache que c'est toujours le but principal de Lapinot, le heros donc, et peut-etre aussi pour Trondheim qui s'en servirait tel un compas qui lui indiquerait le nord et le consulterait regulierement afin d erester sur ses rails. Car cet album est tres touffu, c'est le moins que l'on puisse dire. Donc, Lapinot est a la recherche de carottes provenant de Patagonie qui ont soi-disant des vertus speciales. Pour cela, il doit aller dans la grande ville a l'ambassade tres precisement afin qu'il puisse y en acheter. Y arrivera-t-il? Ca, vous ne le le saurez qu'a la fin de l'album.

C'est avec la meme contrainte qui ennuyait tant Franquin, celle du gaufrier que Trondheim a concu son album. Il n'en demordra pas et il n'y a aucune exception. Chaque planche contient 4 bandes de 3 cases chacune. On pourrait croire que cela rendrait la lecture fastidieuse et monotone, il n'en est rien, l'auteur excelle a accumuler les peripeties et rebondissements en ajoutant personnage apres personnage, ce qui fait qu'a la fin, on se croirait dans la celebrissime cabine des Marx Brothers. Le moins que l'on puissse dire est qu'il n'a pas manque d'imagination meme si certains developpements sont un peu trop etires comme si il attendait d'avoir une nouvelle idee pour pouvoir mieux rebondir dessus.

Je ne sais rien encore rien de la carriere de l'auteur, ne le decouvrant que sur le tard. Je ne sais donc pas si ces Carottes sont sa premiere oeuvre ou une de ses premieres. Je ne sais pas non plus ou il avait appris a dessiner avant car il n'y a aucune commune mesure entre le Trondheim des Carottes et de ce que j'ai lu de lui dans L'Atelier Mastodonte. Soyons juste, il y a deja une serieuse amelioration entre la premiere et la derniere planche des Carottes, cela ne peut que rappeler evidemment que l'album fondateur de toute la BD FB, a savoir Tintin au pays des soviets ou Herge a appris a faire une BD en seulement 135 planches. Les premieres planches sont tres surprenantes de par leur amateurisme et toutes les erreurs que le dessin recele. Cependant au fut et a mesure que le recit avance et que donc Trondheim tient mieux ses personnages, de fait, il prend de l'assurance, ce qui ameliore la bande et en rend la lecture plus aisee. Et c'est tant mieux car je ne suis pas sur que j'aurais tenu le coup si cela avait dure 500 planches. Cependant, a la difference d'Herge, il y a beaucoup d'erreurs par la suite, avec des problemes de perspective et de maitrise du noir et blanc entre autres choses. Certains personnages ne se ressemblent que trop, des cases sont confuses. Il est evident que tout cela a ete improvise et realise sur le moment sans scenario prealable et que Trondheim n'est jamais revenu en arriere pour voir si son histoire avait toujours un sens, il avancait comme si il etait dans un tunnel dont il comblait le vide derriere lui avec la terre qu'il deblayait pour avancer. Il s'est manifestement fait plaisir meme si cela n'a pas du toujours etre evident. Les planches que j'ai le plus aimees sont celle ou Lapinot reve ou est pris d'hallucination, je considere ces pages comme des plages de repot ou le recit fait une pause avant de reprendre de plus belle. J'ai la tres nette sensation que l'auteur se reposait aussi en les dessinant. J'ai egalement aime le parti pris qui fait que Lapinot, un lapin donc, saute, il ne marche pas. J'ai trouve cela tres intelligent de la part de l'auteur qui prend ainsi a contre pied un phenomene d'anthromorphisme courant dans les BD ou les dessins animes quand ce sont des animaux qui sont les heros. J'apprecie aussi le fait qu'en meme temps que l'auteur aligant planche apres planche les semaines durant, le heros prend de l'assurance et devient plus de plus actif pour parfois prendre la situation en main alors qu'il subissait tout depuis le debut sans trop vraiment comprendre ce qui se passait.

Au final, je suis ravi de l'avoir lu, c'est profondement original, ce n'est pas du tout ce que j'attendais mais ce n'est pas aussi bien que ce que les enthousiastes avaient ecrit dessus.

Note finale, 2,75/5. Cet album a autant d'indiscutables qualites que de defauts. Selon vos gouts, il sous sera aussi inuspportable que genial. C'est a vous de voir

308. froggy - 28/05/18 00:00 - (en réponse à : Torpedo)
Cela doit etre cette periode la que le Post republie car j'ai lu entre autres le strip ou il a baptise l'oiseau jaune, Woodstock. Cela ne peut donc qu'etre apres 1969.

En meme temps, si je devais me lancer dans cette vaste entreprise de collectionner Peanuts, je commencerai des le debut afin de mieux en constater l'evolution aussi bien quant au dessin que pour les personnages. Je me vois mal ne pas lire les premiers Tintin ou S&F de Franquin pour cette raison.

307. torpedo31200 - 27/05/18 16:42 - (en réponse à : froggy - post # 304)
Pour Peanuts, tu peux taper entre 1964 et 1977 ou 1979, qui est souvent considérée comme la meilleure période.

306. marcel - 27/05/18 13:22 - (en réponse à : Danyel)
Voui, et je trouve ce petit jeu phonetique justement tres amusant. Ruvuru pour Louvre, quand meme, ca fait bizarre (d'ailleurs, je ne savais pas qu'on pouvait mettre un dakuten sur le katakana de "u" pour en faire un vrai "vu", je pensais qu'ils auraient utilise un "bu", comme pour le film Abenjaazu). Evidemment, quand on le prononce, ca devient un peu plus clair.

305. Danyel - 27/05/18 07:02 - (en réponse à : Marcel & Froggy.)
Marcel,

En effet les Japonais ne transcrivent pas les mots étrangers selon leur orthographe mais selon la façon dont ils s'imaginent que les étrangers les prononcent, le tout mixé avec les limites des sons disponibles dans leur propre langue (seulement 48).
Par exemple le "the" anglais est transcrit en "za", ce qui ne vaut guère mieux que nos très franchouillards "ze ou zi" à l'oral (voir "Zi Artist").
Quand je dois programmer un enregistrement d'un film américain, j'ai un mal de chien à en reconnaître le titre, le réalisateur et les acteurs, tous transposés en katakana. Il faut que je les lise tout haut plusieurs fois pour entendre la prononciation et parvenir à les identifier car avec une simple lecture silencieuse c'est presque impossible.
Les katakana sont faits par et pour les Japonais. Ils n'aident pas du tout les étrangers à reconnaître leurs propres mots !

Froggy,

Quand j'allais à NY, c'est toujours dans le comic shop de la 33e et 5e avenue que je passais en priorité faire mes achats à l'époque où je collectionnais. Il y avait des tas de back ish à très bas prix, comparés à ce qui se pratiquaient en France. :-)

304. froggy - 27/05/18 01:18
Pour repondre a tout le monde ayant un peu plus de temps ce soir, le dessin n'est pas secondaire, loin s'en faut, il se trouve que j'ai un peu plus envie maintenant de sortir de ma zone de confort et d'aller vers des dessins qui ne sont pas ce a quoi j'ai ete biberonne avec le FB. Je reviens beaucoup sur cet album et j'espere que vous voudrez bien me pardonner, mais j'ai ete vraiment impresssionne par Stupor Mundi qui m'a mis en etat de stupeur. C'est pour cela que je lis avec beaucoup d'attention vos avis sur certains albums et que si le sujet me tente comme ce fut le cas avec L'ete Diabolik, La terre des fils et donc la petite souriante bien que pour ce dernier, je n'ai rien lu ici meme mais plutot en face, je me laisse tenter. Jean Gabin disait "Le cinema, c'est d'abord une bonne histoire, ensuite c'est une bonne histoire et enfin c'est une bonne histoire". Je ne suis pas loin de penser a la meme chose pour la BD, si l'histoire est bonne et que le dessin y est au diapason, quelqu'il soit, l'album sera bon. Mais si l'histoire est mauvaise ou pauvrement charpentee, meme le meilleur dessin du monde ne pourra pas le sauver.

Je n'aime pas les comics, je n'y arrive pas. Ce n'est pas faute d'avoir essaye. Le seul comics que j'aime vraiment, c'est celui-la:



Mais ce n'est pas tout a fait un comics, c'est plutot comique.

A New York, quand j'y etais, quand j'allais chez Strand qui est LA librairie de la ville et une veritable institution, j'allais toujours chez Forbidden Planet voir un peu ce qu'il y avait et je n'ai jamais ete conquis. Sinon, il y en a une autre sur la 33e Rue et la 5e Avenue au pied de l'Empire State Building ( je ne m'en rappelle plus le nom) qui est beaucoup mieux remplie mais rien n'y attirait mon attention. Les rares romans graphiques americains que j'ai sont en francais car je n'en entend parler que lorsqu'ils sortent ici et en voulant les acquerir, il n'etait pas disponible ou epuise. Vous me direz que je pourrais les commander chez Amazon, or, pour mes livres, je ne le fait jamais car je vais toujours dans une boutique afin qu'elle survive. Mes actes d'achats sont devenus un geste politique LOL.

Sinon, ici, il y a bien une boutique qui est la seule que j'ai vue lors de promenades mais elle a beaucoup d'undergrounds que j'ai feuillete et qui m'ont l'air bien chiant. A cote, une BD de Zidrou dessinee par Leo ressemblerait a du Moebius, c'est vous dire.

Pour les BD en francais, je m'etais deja explique il y a quelques annees, je ne lis plus mes BD que dans mon lit le soir avant de m'endormir et nulle part ailleurs. Or, apres avoir turbine en anglais, ecrit en anglais, pense en anglais, ecouter de l'anglais toute la journee, je me repose en lisant du francais. Pour Terry et les Pirates, j'ai achete le tome 1 en francais car je ne savais pas que c'etait la traduction d'une edition americaine, c'est vous dire a quel point je suis ignorant de ce qui se passe en terme de comics. J'aurais pu acheter les suivants dans l'edition US mais je ne l'ai pas fait car les tomes 2 et 3 sont sortis rapidement, le prix etant a peu pres similaire de part et d'autre de l'Atlantique. Or, en lisant quelques planches ici et la en VO, l'anglais utilise par le personnage de Connie est un anglais casse, un anglais pidgin comme on dit ici et je ne comprenais pas ce qu'il disait, j'avais besoin que l'on m'explique ou aller sur un site de traduction. Cela veut donc dire, que mon repos quotidien serait devenu un moment plus penible si je voulais lire Terry en anglais a cause de cela, pour l'ecrire purement et simplement et en bon francais, cela me fait chier. La lecture d'une BD est une distraction, pas un travail.

Par contre, et je vous en ai fait part ici, je lis tous les matins la gazette locale, Le Washington Post, je presume que vous en avez entendu parler a cause d'une histoire d'eau. Le journal continue a publier Peanuts dont j'avais plus entendu parler que lu, je lis cela en anglais bien entendu, c'est un anglais tres facile a part les termes de base-ball que je ne connais pas. Je me suis mis a beaucoup apprecie la band et le talent de Charles Schultz, je me laisserai bien tenter par l'integrale pour le coup mais celle ci fait 26 volumes bien epais. Oups!

303. Danyel - 26/05/18 09:46 - (en réponse à : Marcel.)
Oui, c'est bien le kanji de "yume", rêve (inutile d'essayer d'écrire en kanji sur BDP, ça ne marche pas, j'ai déjà essayé). Mais je t'assure qu'il reste très lisible par rapport aux versions calligraphiées qui pullulent (c'est un classique des cours de calligraphie japonaise).
Mais, sans même parler de stylisation calligraphique, l'écriture manuelle des kanji est très difficile à lire pour un non japonais. Perso, je les écris comme un bébé dans la mesure ou je me contente d'écrire comme les caractères d'imprimerie, ce que ne font pas pas les Japonais. Ils prennent des raccourcis qui leur évitent de lever le stylo de la feuille. Du coup, la "méthode bébé" des étrangers est beaucoup plus fastidieuse puisque nous levons le stylo quasiment à chaque trait et n'utilisons pas d'arcs de cercle, inexistants dans la base carrée des kanji. Notre écriture est impersonnelle et austère. On reconnaît très facilement quand un étranger écrit en japonais.

J'ai beau m'essayer à écrire comme les Japonais, la plupart du temps je n'arrive pas à comprendre leurs raccourcis dans le dessins des caractères.

302. marcel - 25/05/18 17:46
Ah, BDP a transforme mon beau kanji en "(?)"...

301. marcel - 25/05/18 17:44
Tiens, une question pour Danyel : le kanji a gauche du titre Mujirushi, c'est bien Yume (?), qui me semble le plus proche dans ce que le truc graphique de Google trad me propose ?... Parce que stylisé comme ça, c'est hyper chaud a reconnaitre, non ?... Ou bien on s'habitue a ce genre de lettrage "manuel" un peu a l'arrache ?...

300. bert74 - 25/05/18 17:34 - (en réponse à : Danyel / Torpedo)
Je ne le savais pas exactement, mais je m'en doutais un peu de cette raréfaction de comic-shop. Quand je me suis baladé à New York, il y a un peu plus d'un an, j'ai quand même du les chercher activement.
A Londres, pareil.

Tandis que quand je vais à Bruxelles, j'en trouve à tous les carrefours. Et je parle même pas de Paris où je vis depuis 20 ans et où, malgré les fermetures successives, j'en découvre encore régulièrement (2 que j'avais jamais faits avant en 2017).

Et pm est un expert en auteurs américains : c'est lui qui m'a fait le premier découvrir Alex Robinson.

299. marcel - 25/05/18 16:56
Purojekuto Ruvuru... Ils ont vraiment un oreille bizarre quand ils entendent une langue etrangere, ces japonais...

298. marcel - 25/05/18 16:39
J'ai pas reussi a trouver des infos là-dessus, t'as encore le titre en mémoire ?...

Sinon, un avant-gout de Mujirushi :


297. torpedo31200 - 25/05/18 16:31 - (en réponse à : marcel - post # 295)
Urasawa a aussi fait un one-shot après Billy Bat, une comédie avec des yakuzas, pas encore traduit.

296. torpedo31200 - 25/05/18 16:29 - (en réponse à : Danyel - post # 292)
L' édition couleurs des Chats du Louvre sera proposée en octobre à 30 euros. Mais je conseille plutôt les 2 N&B, bien que plus chers (26 euros)

295. marcel - 25/05/18 14:52
Tiens ! Danyel m'y fait penser : je me demandais dernièrement ce que préparait Urasawa depuis la fin de Billy Bat. En fait, il a fait un album sur le Louvre pour la collection de Futuropolis. C'est déjà sorti au Japon (prepublie dans chaipukoi) et ca doit sortir a la rentree ici.
Tu l'as vu passer, Danyel ?...

294. Danyel - 25/05/18 14:32 - (en réponse à : pm)
Pardon pm, je me suis trompé, c'est Froggy qui m'intriguait car vivant aux Etats-Unis avec des comic shops faciles à trouver dans un rayon de 100km, autant dire en bas de chez lui comme disait Bert.

293. pm - 25/05/18 14:12 - (en réponse à : danyel)
Je ne lis pas l'anglais, ou trop laborieusement, tout simplement.
Pareil pour l'intégrale Peanuts de Fantagraphics que je prends en français, et pourtant là ce n'est pas de l'anglais bien difficile. Idem pour Calvin et Hobbes mais je crois que j'en ai un en anglais.
Sinon je n'ai pas de plaisir à lire les comics, même Y the last man m'a rapidement ennuyé malgré un point de départ sympa, alors que c'est considéré comme un must. J'ai gardé 100 bullets et je suis encore WD mais plus par habitude et toujours en français.
Je ne suis plus le comics US, à part ce qui est historique bien sûr et que j'aime beaucoup, ou ce qu'on appelle le Graphic Novel ( et encore, les trucs américains genre Brech pourquoi j'ai tué maman me gonfle de plus en plus ).

292. Danyel - 25/05/18 13:43
Oui, c'est un peu galère de trouver des comic shops aux US. A Washington DC, ce n'est pas évident, à San Francisco encore moins et je ne parle pas de Honolulu, par exemple où je n'en ai trouvé que deux, très éloignés du centre ville et dont l'un ne propose que des jouets et des produits dérivés. Les quelques Barnes & Nobles, généralistes, qui n'ont pas encore succombé à Amazon ont en général des rayons bien fournis.
Et quand vous trouvez un comic shop, il y a de fortes chances pour qu'il ne vende que du mainstream, même à New York où il faut aller à Greewich pour trouver de l'indé. Quant à la BD "explicite", alors là, elle est carrément dissimulée ou bannie en raison des lois sur la pornographie. Même une série comme Bitchy Bitch que j'aimais bien et qui se fait bannir sur son seul titre (alors que ce n'est pas une BD de cul).

Cela dit, moi aussi, je ne comprends pas que pm ne s'intéresse pas aux comics, allant même jusqu'à acheter l'intégrale Terry et les Pirates en français.

Inutile de dire que j'achète du manga au Japon. :-)
J'en profite au passage pour signaler que l'édition couleurs des Chats du Louvre de Taiyo Matsumoto vient de paraître. Mise en couleurs tradi d'Isabelle Merlet, recommandée par Nicolas de Crécy. Deux volumes de grand format, prix exorbitant pour un manga (3000 yen le tome). Cela ne m'étonnerait pas que cette édition soit proposée en France pour Noël ou à l'occasion de la grande expo d'Angoulême.

291. torpedo31200 - 25/05/18 11:55 - (en réponse à : bert74 - post # 289)
Mais à combien estimes-tu le nombre de comic-book shops aux USA ? Je pensais qu' il y en avait moins de 2000, + 1000 en généralistes avec rayons comics assez fournis.
Et au vu de la superficie du territoire US, ça constitue un maillage beaucoup moins important qu' en France.

290. pm - 25/05/18 11:52 - (en réponse à : bert)
Non, moi ça me parait normal, justement parce qu'il est sur place.

289. bert74 - 25/05/18 11:06
Moi, ce qui me sidère le plus avec froggy, c'est qu'il ne se soit pas mis au comics, alors qu'il a la matière première en bas de chez lui, c'est dingue...

288. longshot - 25/05/18 10:38
C'est bien froggy qui vit aux États-Unis, et n'achète de BD que lors de ses rares passages en France, voire se les fait apporter ? Si c'est ça je comprends qu'il ne prenne pas le temps de feuilleter...

287. pm - 25/05/18 00:54 - (en réponse à : froggy)
je ne feuillette jamais un livre en librairie quand j'y vais.

Ca c'est quand même très étrange en ce qui concerne la bande dessinée. Est-ce à dire que le graphisme est secondaire pour toi ?
J'ai pu mais actuellement je ne peux plus découvrir une série ou un auteur si le graphisme ne me plait pas. Le scénar peut être béton je n'y arrive plus. C'est la raison pour laquelle je passe à coté de plein de trucs primés.

286. herve - 25/05/18 00:07 - (en réponse à : froggy)
C'est vrai que j'ai la chance d'avoir une médiathèque, bien fournie en BD,en face de mon bureau.

285. froggy - 24/05/18 23:54
Si j'avais une mediatheque a portee de la main, j'y mettrais le pied sur un coup de tete histoire de lire a l'oeil. Et j'acheterai encore moins de BD, c'est certain. Malheureusement, ce n'est pas le cas

J'ai arrete de tres nombreuses series pour des raisons diverses et variees, ce qui fait que maintenant j'acquiers plus de one-shots ou des mini-series en 2, 3, 4 tomes generalement sur des auteurs que j'aime;, Hermann, Boucq, Berthet, Gibrat, pour ceux qui produisent encore et j'aime bien faire des decouvertes sur vos recommandations. Et puis, bien sur, il y a mon instinct, mes envies quand je lis le pitch d'un BD dont je n'ai pas entendu parler et dont je ne connais pas les auteurs, des fois ca marche, le Je suis un autre par exemple, des fois ca marche pas du tout, La petite souriante pour prendre mes deux derniers exemples. Ce n'est pas tres grave pour le deuxieme, j'en survivrai bien entendu et j'en tire la lecon est que leurs auteurs ne rentrent pas dans la categorie de ceux a suivre" chez moi.

Et cette petite infortune est largement compensee par le premier cas, quand ca marche, qui est tres gratifiant et justifie l'acte d'achat. qu'il soit impulsif ou un peu plus reflechi.

De toutes facons, je revendique le droit de me tromper.

284. herve - 24/05/18 22:36 - (en réponse à : froggy #282)
Avec le temps, je suis devenu très sélectif sur mes achats.
il m'arrive pourtant de me tromper et d'être déçu par mon achat. Le dernier en date est "le suaire'qui est malgré tout signé par des auteurs reconnus.

Mais je n'achète jamais une BD les yeux fermés,hormis les Lepage,les XIII,les Astérix post Uderzo et les Blake et Mortimer,post Jacobs-mais ça c'est mon côté acheteur compulsif qui n'arrive à décrocher d'une série (encore que j'essaie de soigner en évitant la plupart des spin off de Thorgal voire la série mère si elle continue à se dégrader ainsi.)

283. froggy - 24/05/18 19:35
Gnoni et Rodolphe, Je suis un autre

Ou on ne peut pas toujours se tromper dans ses impulsions.

Cette fois-ci, j'ai ete attire par la couverture que j'aime beaucoup, j'ai ensuite lu le sujet qui m'a attire aussi et au final, la lecture a ete extremement plaisante.

Quelque part dans une ile de la Mediterranee, deux freres jumeaux et rigoureusement identiques, Peppo et Sylvio, passent leurs vacances a se baigner, pecher, aller a la plage, etc. Leurs parents sont ailleurs. Comme ils sont adolescents, une gouvernante s'occupe d'eux. Un beau jour, une jeune femme peintre s'installe dans une belle villa situee a cote de la maison des garcons. Elle est belle et seduisante et Peppo s'eprend rapidement d'elle. Or, cette affection attise la jalousie de Silvio. Pour savoir le reste, il faut que vous lisiez l'album.

On comprend rapidement la veritable nature des liens unissants les deux freres or le scenariste ne s'est pas apesanti sur ce lien crucial dans l'histoire. Au contraire, le recit en divise en 3 chapitres d'egales longueurs et Rodolphe nous en fait la revelation a la fin du premier chapitre bien que je la subodorais. Le recit s'attache a la personne de Peppo et aux affres et tourments qui le traversent. Le scenariste a bien ecrit son histoire ou il y a du suspense et aussi un retournement final que certains devineront peut-etre mais ce ne fut pas mon cas, etant bien trop pris par la qualite de l'album. Et puis, j'aime bien la fin car ici, il y en a une. Suivez mon regard...

Je ne connaissais pas Gnoni, le dessinateur et j'ai ete agreablement surpris par son style. Personnages aux traits anguleux, decors plus ou moins detailles mais toujours suffisamment precis malgre tout, des pleines planches au decoupage bizarre ou sans decoupage du tout qui refletent l'etat d'esprit de Peppo, couleurs agreables qui expriment aussi le personnage. Tout cela fait que cet album n'est pas revolutionnaire loin s'en faut, mais les auteurs ont cherche a raconter a leurs manieres et differemment cette histoire. Ils auraient pu adopter le ton du thriller psychologique avec ses coups de theatre et autres retournements de situations improbables. Ici, les auteurs avancent pas a pas et par touches successives, il ssavent parfaitement ou ils vont et ils y vont bien.

Ma derniere remarque est que j'ai ete surpris par l'editeur, en effet, celui-ci est Soleil. Il aurait pu tout aussi bien paraitre ailleurs car Je suis un autre detonne dans leur production habituelle.

Note finale: 4/5. C'est de la bonne BD comme je les aime, agreable, pas pretentieuse et avec un point de vue personnel avec lequel je suis en concordance

282. froggy - 24/05/18 18:27 - (en réponse à : Philippe, Herve et tous les autres.)
Je voudrais savoir si vous ne vous etes jamais trompe en achetant une BD ou un livre, en choisissant un film ou d'aller voir une piece de theatre.

Vous me connaissez, je resiste a tout sauf a la tentation. J'avais envie de le lire, je l'ai donc achete, mal m'en a pris et la lecon apprise est que lorsque je verrai le nom de Zidrou sur une couverture, j'y regarderai a deux fois sauf pour Ric Hochet pour des raisons totalement irrationnelles comme je me suis deja explique souvent ici sur cette serie. De toutes facons, je ne feuillette jamais un livre en librairie quand j'y vais.


281. herve - 23/05/18 23:13 - (en réponse à : froggy)
Sur le dessin de Springer,j'avais bien aimé son trait sur "Volunteer" il y a quelques années. (Je dois même avoir une version n&b d'un album de cette série)

280. herve - 23/05/18 23:06 - (en réponse à : froggy)
Je rejoins l'avis de pm.Comment as tu te faire avoir sur cette BD de Zidrou? Pour ma part, je l'avais feuilleté mais vite reposé :apparemment vite lu et mis à part quelques avis positif sur le site d'en face, je n'avais pas lu de critiques dithyrambiques.

Mais peut-être que tu n'as pas l'occasion de feuilleter une bd avant de l,'acheter.

Pourtant j'aime le travail de Zidrou notamment sur "l'adoption" ou la très belle série "les beaux étés" mais sur cette BD .....non je n'adhère pas

279. froggy - 23/05/18 17:42 - (en réponse à : Philippe.)
Oui, j'ai vu cela et que seul chienvert a aime. Quel ongule ce mec!

Plus serieusement et j'espere que si chienvert nous lit, il excusera ce jeu de mots laid que Philippe m'a apporte sur un plateau, comme je l'ai ecrit plus tot, ce n'est pas la premiere fois que j'achete une BD ou que je vois un film uniquement atttire par le pitch qui comem je l'ai ecrit m'attirait. J'ai pense que c'etait plutot une bonne idee que Zidrou n'avait pas voulu utilsier pour un Ric Hochet car c'etait un peu trop noir pour cette serie. Le probleme est que ce n'etait qu'une idee et rien de plus vu qu'il n'a pas su la developper du tout. Quand j'ai achete l'album a Paris en fevrier dernier, l'objet m'avait plu et je me suis dit qu'il etait suffisamment attractif pour que je le prenne. Je ne connaissais pas Springer non plus. Cela aurait pu etre une bonne occasion de decouvrir un nouveau dessinateur en ce qui me concerne. Je pense que je m'arreterai la pour lui. A moins que...

De toutes facons, je ne lis jamais les sujets sur les albums que j'ai l'intentention de lire sur BDgest, il y a trop de spoilers et la premiere chose que j'aime en lisant un album est d'etre surpris, je n'aime pas du tout deja savoir ce qu'il y aura dedans. Ou est l'interet, franchement?

Je n'ai pas vu cela comme un hommage a La quatrieme dimension/The Twilight Zone qui se terminait souvent pas une morale. Mais ici, rien, nada, niet, le neant.

Bon, on ne va pas epiloguer la-dessus 107 ans. Cela ne sert a rien et nous avons tous autres choses a faire, non? Moi, le premier.

278. suzix@bdp - 23/05/18 08:55
266. froggy - 22/05/18 17:40
Springer et Zidrou, La petite souriante

L'action se passe en Australie. Un homme, eleveur d'autruches, harcele par sa megere d'epouse la tue sauvagement et violemment. Il jette le cadavre encore chaud dans un puits abandonne. Il rentre chez lui et trouve sa femme vivante! Etonnant, non? Tres intrigue par ce pitch, j'en ai fait l'acquisition bien que j'avais peur que la resolution de l'intrigue ne serait pas aussi forte que le postulat de depart. Et j'avais raison. Mais la ou le bouchon a ete pousse loin, tres loin, trop loin est qu'en fait, il n'y a pas de resolution. Rien n'est explique. Le recit ne va strictement nulle part.
[...]
Le scenario etant ce qu'il est, c'est a dire qu'il n'est pas, la question du dessin est accessoire car l'ouvrage est insauvable.
Note finale: 0/5. Faites-vous plaisir, ne l'achetez pas


Je ne l'ai pas acheté à sa sortie mais je l'avais lu en rayon ... parce que c'est qd même super vite lu, chose qui va dans ton sens.
Par contre, je pense que tu n'as pas pris cet album par le bon bout. Il faut voir cela comme un hommage à la série "La 4e dimension". C'est une sorte de série-B entre fantastique, mystère et horreur. Si on place ça en ville et qu'on met une fin (et encore), on se rapproche d'un thriller de Hitchcock. Enfin c'est mon point de vue.
Non mon reproche est surtout que c'est trop vite lu car il n'y a pas d'intrigue.

277. pm - 23/05/18 02:07 - (en réponse à : froggy)
J'ai lu les commentaires sur bdgest, beaucoup ont plus ou moins ton avis mais chienvert, un ex de BDP comme tu t'en souviens sans doute, qui officie sous le pseudo d'un autre animal, un mammifère ongulé, a trouvé ça super bien.
Ce qui m'étonne c'est d'acheter ce genre de BD( j'allais dire à ton âge (;o)!), déjà le dessin de Springer je n'aime pas, je ne lui trouve aucun classe, la couv bof, le genre de BD où on passe devant sans même regarder.
Si j'ai bien compris tu t'es laissé avoir comme un bleu par BDgest. Sache tout de même que nombre de post de ce forum ne sont que des pubs déguisées, surtout quand ça poste avant la sortie de l'album.

276. froggy - 22/05/18 19:15
Marcel, ce n'est pas une BD d'horreur. Seules les scenes des meurtres sont horribles. Et si je n'aime pas les films d'horreur en general, il y a quelques films aux passages particulierement horribles que j'aime beaucoup The thing de Carpenter, Poltergeist entre autres. La scene de la tete du cheval dans Le parrain est memorable. Mais ce n'est pas le propos de tels films, en fait je n'aime pas les films gore. Je cherchais le mot.

Piet:
Je ne suis pas contre les fins ouvertes ou on laisse les explications au lecteur. Ici, j'aurais meme accepte une explication non rationnelle du genre reve, folie du personnage principal mais au moins une explication bon sang. Il n'y a rien d'explique dans La petite souriante, rien de rien. La BD n'a aucun sens et Zidrou n'est pas M.A Mathieu, cela se saurait deja non?

275. Piet Lastar - 22/05/18 19:04
Surtout si on fait le lien avec Ric Hochet, où le lecteur a une explication "clé sur porte". Il y a des récits où l'essentiel est le voyage pas la destination



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio