Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (19)

Les 757 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


457. marcel - 12/07/18 20:32
Je ne sais pas si les histoires contenues dans le recueil sont publiees dans un ordre chronologique

Tu peux le verifier ici :
http://bdoubliees.com/journalspirou/series3/imbattable.htm

456. froggy - 12/07/18 19:08
Imbattable 2, Super-heros de proximite

Je ne vous ferais pas l'injure de vous ecrire quel est le principe de cette serie de gags qui parait dans le journal Spirou (ami, partout, toujours!). C'est Marcel qui ici meme gentiment il y a deux ans nous en avait fait une avant-premiere.

J'avais ete immediatement seduit bien que je sentais que cela ne durerait pas longtemps, il est evident que ce concept n'est pas extensible a l'infini. Il en est de meme pour la lecture d'un album, la lecture au rythme hebdomadaire convient tres bien a Imbattable, mais au bout de 44 planches, on frole l'indigestion et la lassitude. Je n'ose imaginer le jour ou Dupuis voudra en faire une integrale.

Toutes ces reserves mises a part, j'ai passe un bon moment a lire ce deuxieme opus des aventures du seul et unique veritable super-heros de la BD mondiale. En effet, son pouvoir de passer d'une case a l'autre le rend invincible, enfonce Superman, Batman et consorts! Ni rien, ni personne ne peut le battre. Encore que.

En effet, la derniere histoire qui conclut cet album, Le grand neant en est de loin la meilleure. Je ne sais pas si les histoires contenues dans le recueil sont publiees dans un ordre chronologique ou si Pascal Jousselin, l'auteur, l'a concu afin de le terminer sur un climax. Quoi qu'il en soit, le resultat est la et on referme le livre sur une note tres haute alors que l'ensemble des gags est inegal. J'ai souvent ressenti la panne d'inspiration tels que l'histoire d'Imbattable en Amerique que j'ai trouvee faible. Celle de La mysterieuse madame est mal developpee et se conclut si faiblement qu'elle en devient incomprehensible malgre un tres bon postulat de depart. A l'oppose, Le dedoubleur de fiasco donne lieu a une creative mise en page qui m'a fait me demander comment elle etait parue dans Spirou.

Le dessin de Jousselin est digne du journal dans lequel la serie parait; rond, sympathique, plaisant immediatement, il n'est pas original mais il est personnel, Jousselin ne fait pas dans le sous quelqu'un, c'est evidemment un compliment.

Note finale; 3/5. L'effet de surprise du premier album est bien sur passe. Sur la qualite des gags et histoires, cet album est comme une montagne russe, il y a des hauts et des bas


455. marcel - 11/07/18 12:49
la Forever 8 qu'on découvre en fin de tome, n'est autre que celle qu'on voit dès les premiers tomes. Avec le traitement de longévité des protagonistes, ce qu'on prend au début pour des flashbacks n'en sont pas... En tout cas c'est ma théorie.
Oui, j'avais bien compris ca comme toi. C'est d'ailleurs pour ca que j'ai parle d'une ou plusieurs Forever en stock.
Pour le parallele avec Game of Thrones, c'est justement pour le "trial by combat" et l'empoisonnement du chef/roi. Deux scènes consécutives decalquees (je parle pas la d'une simple thematique generale), ca m'a gonfle.

454. Bert74 - 11/07/18 12:20 - (en réponse à : marcel)
Non, pas encore récupéré le Punisher-Platoon.

Sur Lazarus, je ne comprend en revanche pas pourquoi tu fais une fixette sur un parallélisme avec Games Of Thrones. Les histoires de guerre de clans et de partage du monde entre familles régnantes c'est un genre en soit. Je ne pense pas que Rucka ait voulu décalquer le bouquin de GRR Martin en une politique fiction d'anticipation. Et je trouve que tu exagères quand tu critiques l'anti-manichéisme des personnages. Je trouve cela au contraire très subtil.
Quant au au déclenchement de conflit armé pour rien, tu sembles relever ça comme une faiblesse scénaristique... Heu... Regarde un peu l'histoire du monde...
Nan, franchement tu es parti du mauvais pied.

J'ai par exemple adoré le twist en fin de tome 4 :
DIVULGACHAGE ON
la Forever 8 qu'on découvre en fin de tome, n'est autre que celle qu'on voit dès les premiers tomes. Avec le traitement de longévité des protagonistes, ce qu'on prend au début pour des flashbacks n'en sont pas... En tout cas c'est ma théorie.
Un peu comme la roublardise utiliser pour le twist du dernier épisode de Westworld saison 1.

453. marcel - 11/07/18 11:30
Au fait, Bert, t'as achete Punisher : Platoon (ils ont traduit ca La section) ?... Parce que ca, Parlov + Ennis, c'est un truc sur lequel on peut se mettre d'accord (parmi tant d'autres choses).

452. marcel - 11/07/18 11:26
Ah oui : j'ai pas lu Black Magick.
Mais de Rucka, j'avais adore Queen & Country (bientôt en serie tele) et Gotham Central.

451. marcel - 11/07/18 11:21
Une question : Vous avez vu (ou meme lu) Game of thrones ?... Parce que niveau stategie de clans en guerre et retournements de situation, c'est cent coudees au-dessus.
D'ailleurs, a la base, je ne voulais pas voir cette serie parce que j'aime pas trop l'heroic fantasy et que généralement, les histoires de guerres de pouvoir m'emmerdent. Mais la qualite generale m'a emporte tout de suite.

Le reproche que je fais a Lazarus sur cette thematique, c'est qu'on a vraiment un point de vu unilateral, qui limite beaucoup l'interet.
Par ailleurs, je ne comprends vraiment pas Forever, qui a appris il y a maintenant de tres nombreux épisodes qu'elle avait été trompee sur sa vrai nature et... qui ne reagit absolument pas. Elle continue comme si de rien n'était.
Pareil : elle sait que Johanna est une traitresse, et elle fait rien non plus.

450. Mr Degryse - 10/07/18 18:47 - (en réponse à : Marcel)
Le tome 3 de Lazarus est justement mon préféré

449. Bert74 - 10/07/18 18:20 - (en réponse à : marcel #444)
Ben, on va dire que tu es vraiment parti du mauvais pied sur cette série, hein. Parce que tout ce que tu relèves de manière négative ici, je n'y vois que des points positifs.

Là pour le coup, je ne comprend vraiment pas la lecture que tu en fais. Même en relecture, avec le soin et les détails apporté à la construction de l'univers, je trouve ça toujours jubilatoire. Rucka a vraiment l'art de nous faire entrer dans son sujet et de nous nourrir avec (notamment avec les histoires parallèles, comme celle de la famille de déchets ou celle de la nonne).
J'ai de la peine que tu n'ais pas pu apprécier autant que moi, mais bon...

Sinon, un avis sur l'autre série de Rucka du moment, Black Magick (fais gaffe, moi j'ai bien aimé!) ?

448. pierrecédric - 10/07/18 17:47
'tain, il était comment physiquement Balladur jeune ?
Chais pas mais j'arrête pas de me dire que quand je vois le visage de Hergé sur actuabd je vois un Édouard avec des cheveux.
C'est chelou relou merde.

447. froggy - 10/07/18 17:22 - (en réponse à : Heijingling)
Je ne savais pas ou j'avais oublie que Zidrou avait repris Le Flagada.

J'adorais cette serie quand je la lisais dans les pages de Spirou (ami, partout, toujours!) avec ses calembours absolument epouvantables et le dessin tres sympathique et tres agreable de Degotte. C'est la seule serie du journal dont j'ai regrette l'absence d'albums, je me demande bien pourquoi Mr Charles ne l'a pas fait. Et puis j'aimais bien voir le personnage dans certains gags de Gaston, et quand j'etais enfant, j'etais content que Franquin l'aimait si bien qu'il le glissait dans la bande. Si mes souvenirs sont bons, on doit voir le Flagada ailleurs aussi mais je ne me souviens plus ou. Peut-etre dans Natacha?

446. Stefan - 10/07/18 14:27 - (en réponse à : Quentin)
J'ai pas trop le temps de développer, mais je ne suis pas complètement d'accord. Formellement, L'homme gribouillé laisse la part belle à l'action et au fantastique, du coup c'est un peu moins approfondi. Mais les thèmes abordés (dont certains sont communs avec les vieux fourneaux), la guerre, la résistance, la diaspora, la vieillesse, la création, la corruption, la survie, me semblent quand même assez variés, assez riches et abordés sous des angles assez surprenants et originaux.
Dans les vieux fourneaux, passé l'originalité de héros du troisième age (originalité somme toute relative), c'est finalement pas si original que ça et pas toujours très très fin. Parfois limite caricatural. Après je dis pas que c'est mauvais, il faut avouer que les personnages sont plutôt attachants, ça se lit bien, mais bon, ça ne m'a pas plongé dans des abîmes de réflexion, quelque part, l'homme gribouillé qui a peut être moins de prétention de ce point de vue sous ses aires de BD d'action, m'a plus interrogé et surpris.

(mais bon c'est toujours un peu vainc artificiel et subjectif d'aller comparer deux oeuvres dont les démarches de bases sont si différentes. C'est avant tout une question de goût)

445. Quentin - 10/07/18 13:54 - (en réponse à : Stefan)
Pas si enthousiaste que ca pour les vieux fourneaux. J'ai lu les 4 albums avec plaisir, mais ce n'est pas le genre de BD que je garderais dans ma bibliothèque (je les ai lus chez ma cousine). Quand je dis que cette BD est bien dans l'air du temps, je vois plus ca comme un défaut que comme une qualité: elle vieillira mal.

L'homme gribouillé, c'est formellement très réussi, mais c'est complètement creux. En comparaison, il y a plus de substance dans les vieux fourneaux.

444. marcel - 10/07/18 11:41
J'ai lu Lazarus tomes 3 et 4 (ou "Bert, viens par la, faut qu'on cause !").
Alors, autant j'ai lu avec un certain interet mais sans etre transporte les deux premiers tomes, autant sur ceux-là, je me suis ennuye ferme. Ca avance pas, bordel ! Et le peu que ca avance, on s'en fout complet.
A partir d'ici, je suis oblige de passer en SPOILER complet, pas le choix. Le tome 3, Conclave, c'est un looooong (mais vraiment long) passage sur les guerres de pouvoirs entre les familles. Ils viennent tous avec leur Lazarus, mais, en fait, ceux-ci ne servent a rien dans l'histoire. On est sur une mauvaise version des guerres de clans de Game of Thrones, qui ne donne finalement la version que d'une famille, et qui pousse jusqu'à reprendre l'idee du "trial by combat" (qui sort vraiment de nulle part, la dispute entre Carlyle et Hock etant du niveau d'une cours d'ecole, "non, c'est pas ma faute, on fait un combat pour le prouver... Ah ? J'ai perdu ?... Ben je m'en fous, je fais la guerre"), avec meme le chef/roi empoisonne ecumant dans les bras de sa mere... euh, sa fille.
Rien que la, je commençais a etre bien bien enerve. Mais alors, le tome 4 ! Un long recit guerrier tout creve, pas d'enjeu, Forever a toujours un charisme de poule, bref on s'en fout. Rucka a cree un univers super etendu et il n'en fait rien, puisque tout est centre sur les Carlyle. Et alors, la revelation en bois qu'il y aurait une ou des petites Forever en eprouvette ?... On le voyait venir a cent bornes.
Enfin, tout le passage sur la famille qui veut passer de "waste" a "serf", c'était juste pour introduire un scientifique et une guerriere ?... Les personnages sont transparents, je vois toujours pas leur utilite reelle dans l'intrigue.

Du coup, c'est quoi le spin-off ?... Les aventures de Baby Forever ?... On s'en tamponne, non ?...

443. heijingling - 10/07/18 02:37 - (en réponse à : Mr Degryse #435)
"je ne connais pas beaucoup d'autres auteurs qui en 15 ans ont réussi à sortir tant d'albums au moins lisibles"
Tu ne places pas la barre très haut, hein, dans ce que tu attends d'une B.D. ? :)
Blague à part, de Zidrou, je ne connais que ses séries à succès (Tamara, Ducobu, Le Boss...), mais ce que je ne puis lui pardonner, c'est sa criminelle reprise du Flagada :)

442. Stefan - 09/07/18 23:27 - (en réponse à : Quentin)
Hou la, alors attention, j'ai pas dit non plus que je détestais tout ce que tu aimais, juste que j'avais l'impression qu'on était souvent pas du tout attiré par les mêmes trucs.

J'avais pas d'exemple précis, alors j'ai jeté un oeil rapide sur des trucs que tu as posté récemment. Par exemple tu sembles déçu par l'homme gribouillé qui moi m'a fasciné. Au contraire, tu es plutôt enthousiaste sur les vieux fourneaux qui moi ne pas vraiment convaincu. Tu dis que tu as trouvé la série Sillage pas terrible au début et que ça devenait très bien ensuite. Moi au contraire, j'aimais bien les premiers et au bout d'un moment je me suis lassé...

Je ne sais pas trop comment dire, mais j'ai l'impression que tu es souvent attiré par des choses qui me semblent assez sobres et attendues, qui restent formellement assez classiques, convenues. J'ai l'impression aussi, mais je peux me tromper complétement, que, souvent, tu n'aimes pas trop ce qui est subversif, alors que moi, ça a tendance à m'attirer.

Mais bon en fait c'est loin d'être complètement systématique. Il y a pas mal de contre exemples, j'aime beaucoup M.A Matthieu et Baudoin que tu sembles apprécier aussi.

Après, tout ça ce sont aussi beaucoup des impressions. Tu postes souvent sur des trucs que j'ai pas lu, et souvent ça ne m'attire pas trop mais je peux me tromper et il y a des contre exemples, comme l'athénnée dont tu dis plutôt du bien et qui m'intrigue.

Enfin bref, mon point n'étais pas de "critiquer" tes gouts, juste, comme tu semblais méfiant vis à vis des opinions que j'exprimais, je confirmais qu'effectivement, on semblait ne pas avoir tout à fait les mêmes gouts et qu'il ne fallait peut être pas te jeter les yeux fermés sur tout ce que je pouvais conseiller. Mais je suis sûr qu'il y a dans le lot des trucs que sur lesquels j'ai pu écrire, des choses qui pourraient te plaire beaucoup.

441. pierrecédric - 09/07/18 21:14
Oaow, dites donc, je viens de lire un truc sur BDgest je le mets là:
En plus je n'aime pas les histoires où les protagonistes appellent leurs frères ou soeurs "soeurette" ou "petite soeur" ou "frérot" etc... Je ne connais personne qui emploie ces termes pour s'adresser aux membres de sa fratrie dans la réalité.

"Roseline Bachelot mode on"
Ah booonnn...
"Roseline Bachelot mode off"
Et ça date de 2012 apparemment, putain le gars est géant avec sa certitude.
Perso j'ai bien entendu un de ces mots prononcé dans mon entourage.^^

440. froggy - 09/07/18 19:49 - (en réponse à : Jerome)
De ta liste, je n'ai lu que la Mondaine en integrale. Dans mon souvenir, j'avais bien aime la premiere partie et moins la seconde. Il faut que je retrouve ce que j'ai ecrit dessus ici.

Je sais que L'adoption et Les Beaux Etes sont apprecies ici et en face, et meme beaucoup par certains. J'aimerais bien lire cela au vu des pitchs que j'en ai lus mais je suis tellement refroidi maintenant quand je vois le nom de Zidrou sur une couverture que je prefere ne pas etre curieux.

439. bert74 - 09/07/18 18:57
994. Bert74 - 11/06/07 16:35
Mouais Protecto...Le perso de Madame était pas mal dans Mèche Rebelle. Après il devient carrément insupportable, au point de plomber toute l'histoire, je trouve...


Héhé, je me contredis rarement, tiens, même a plus de 10 ans d'écart... (il n'y a pas de quoi être fier, je sais... mais moi j'aime bien le constater).
Et pis visionnaire avec ça, la série s'est planté juste après.


438. bert74 - 09/07/18 18:48
Boarf, faut pas exagérer non plus, hein, c'est pas transcendent, Zidrou.
Je l'avais découvert avec Mèche Rebelle, diptyque qui m'avait bien plus mais qu'il a complètement flingué en voulant en faire une série (Protecto) et en s'appuyant sur les mauvais personnages pour ça...
Depuis j'ai essayé deux ou trois autres trucs de lui, mais ça m'est tombé des mains à chaque fois.

Comme Laurent, je me demande d'où ils sortent leurs aphorismes tout puissant, les mecs d'ActuaBD.

437. Quentin - 09/07/18 18:46 - (en réponse à : Stefan)
Bizarre. Pourrais-tu me donner des exemples de BD que j'aime et que tu n'aimes pas? Je n'arrives pas à cerner tes goûts

436. Quentin - 09/07/18 18:45
Le seul que j'ai lu dans la liste est Lydie. Ca m'avait été vendu par mon libraire comme un chef d'oeuvre. Je n'ai pas trouvé ca génial, mais néanmoins bien gentil et mignon. J'ai quand même fini par revendre la BD et je n'ai plus aucun Zidrou dans ma collection.

435. Mr Degryse - 09/07/18 18:17 - (en réponse à : zidrou)
Sans être, le plus grand fan de Zidrou, je ne connais pas beaucoup d'autres auteurs qui en 15 ans ont réussi à sortir tant d'albums au moins lisibles :

- La mondaine ( 2 tomes)
- Lydie
- Ladoption ( 2 tomes)
- les beaux étés ( 4 tomes déjà)
- Natures mortes
- Bouffon
- Chevalier Brayard
- Le montreur d'histoire
- Les folies bergères
- Boule à Zéro ( du moins le tome 1 est à lire)

Je ne pourrais dire si ces albums sont de grandes bds, des immanquables ou juste des albums moyens mais pas déplaisants mais je trouve la ratio pas si mal en 15 ans

434. stefan - 09/07/18 17:17 - (en réponse à : Quentin#431)
Ah ben tiens tu vois, beau contre exemple, on est complètement d'accord sur Ballade pour un bébé robot. Sauf qu'à mon avis, ça peut plutôt bien se vendre sur les noms des auteurs. Pas dit effectivement que tous ceux qui achètent, ou se font offrir, apprécient.

433. pierrecédric - 09/07/18 17:10
Apparemment pour actuabd dans une de leur actualité, super mario bros serait un manga, ih ih ouh.^^

432. froggy - 09/07/18 16:43
Tu as raison d'en rire parce que c'est tres drole de lire cela.

Je ne lui reproche pas d'etre prolifique, je lui reproche de ne pas revenir assez sur son travail. En fait, il ne revient pas du tout, Zidrou est un laborieux dans le sens ou il doit revenir 20 fois sur ses histoires pour qu'elles soient bonnes.

Cauvin aussi fut prolifique a une epoque mais c'etait nettement meilleur dans sa globalite.

431. Quentin - 09/07/18 10:58
Ballade pour un bébé robot, de Baudoin et Villani. Gros livre de science fiction très singulier. Dans une civilisation de robots qui attendent l'arrivée de l'homme (leur créateur) sur leur planète, des inspecteurs robots mènent l'enquête pour arrêter des révolutionnaires qui veulent faire tomber la matrice qui maintient la paix et l'ordre dans leur monde. Les révolutionnaires utilisent des symboles humains qui échappent à la vigilance des ordinateurs. Parmi ces symboles, beaucoup de musique (de Mama Béa Tekielski), d'histoire politique, et surtout de mathématique. C'est intelligent, érudit et poétique; ca renvoie a plusieurs niveaux de mythologie (Grecque, Biblique); l'aspect scientifique de la science fiction est très convaincant (autre chose que Vehlmann dans "Seuls", hahaha!), et on a au final une belle parabole sur le libre arbitre. Les dessins de Baudoin sont allégoriques, s'étalent le plus souvent sur des pleines pages, et font parfois penser au Crépax de la belle époque mâtiné d'une pincée de Moebius, tout en restant du Baudoin pur jus. C'est une excellente BD de science fiction, qui se positionne entre BD classique et roman illustré, mais sa lecture est très ardue et il est peu probable qu'elle rencontre un grand succès.

430. Victor Hugo - 06/07/18 18:42
Tu peux pas dire ça, Zidrou est le meilleur scénariste... enfin selon Actuabd: " est non seulement l’un des scénaristes les plus prolifiques des dernières années... mais aussi, et surtout, probablement le meilleur." LOOOOOOOOOOOOOOLLLLLLLLLL!!!!!!

429. froggy - 06/07/18 18:14
Ric Hochet 3, Comment reussir un assassinat

Ou les derniers Zidrou que j'ai lus se suivent et se ressemblent.

Vous savez tous que je suis completement irrationel au sujet de Ric Hochet puisque c'est la serie qui m'a fait veritablement fait tomber dans la marmite de la BD quand j'avais 10 ans. J'avais ecrit ici meme que je continuerai la serie jusqu'a mon trepas. Malheureusement, la lecture de cet album m'incite a reviser cela tellement il est mauvais. Toute reflexion faite, il est pire que mauvais, il est insignifiant. Pourtant, Zidrou avait eu une bonne idee mais elle est tellement mal traitee, mal menee que c'en est du gachis. Pour le coup, c'est Ric Hochet qui est maltraite et malmene.

Une serie de crimes inonde recemment la France, 77 exactement contre 8 l'annee precedente pour la meme periode. Rapidement, Ric et Bourdon trouvent l'origine de cette vague de crimes dans un petit ouvrage edite par les Editions Marabout, ouvrage qui porte tout sobrement le titre de Comment reussir un assassinat. Ric et Nadine vont mener le reste de leur enquete a Verviers en Belgique ou se trouve le siege de la maison d'edition. Ils y decouvrent que l'opuscule est pirate et n'est pas au cataloque de l'editeur. Qui l'a ecrit? Et pourquoi? Un point de depart bien interessant mais dont la resolution est tellement laborieuse que ma lecture ressembla a celle d'un pensum. Penible, penible.

Il y a tellement de defauts dans le scenario qu'une fois de plus et apres La petite souriante qui n'a de souriant que le titre tellement il est a triste a en pleurer de lire un album de BD aussi execrable, on ne sait par ou commencer. Ainsi Zidrou a imagine un recit parallele a celui consistant en l'enquete policiere de Ric, recit qui narre celui d'un homme marie a une megere et qui a decouvert le livre lors d'une seance d'achats au Mammouth (vous savez qui ecrase les prix) local. C'est le seul lien qui unit les deux histoires et rien d'autres. Il est manifeste que le scenariste ne sachant comment remplir ses 54 planches a imagine cette seconde histoire qui ne rime a rien considerant l'ensemble. Il faut en conclure qu'il aurait du s'en tenir a ne faire qu'un 44 planches, cela n'en aurait ete que meilleur. Un autre exemple est la scene de poursuite entre la Porsche jaune de Ric et une Ferrari rouge, cette scene est decoupee si mediocrement qu'elle n'en est pas claire, on ne sait pas tres bien ce qui se passe, est-ce que le conducteur du camion est de meche avec celui du bolide italien? On ne sait pas. Le reste est a l'avenant, c'est d'un mou, mais d'un mou que c'en affligeant. Et la fin est idiote, purement et simplement avec une derniere case grotesque.

Outre le recit, j'ai vraiment eu l'impression que Zidrou ne sait pas quoi faire de la serie. On sait tous que tous les editeurs tiennent a faire perdurer les heros de la BD FB, la liste est longue, je ne vous ferai pas l'injure de les enumerer. Je suis le premier a admettre ma culpabilite dans cette affaire puisque j'en continue certains. Je sais aussi tres bien que ces reprises n'ont plus grand chose a voir avec les albums concus par les createurs desdites series et que je ne retrouverai pas ce qui me les a fait aimer. Le plus troublant est que les deux premiers albums sont plutot pas mal, le deuxieme est meme carrement bon mais avec celui-ci, il s'est retrouve coince. Comment ecrire un album de BD dont l'action se situe dans les annees 60 puisque cela correspond a l'age d'or de la serie, il est connu que les meilleurs RH datent de cette epoque et simultanement, la moderniser pour la rendre attractive a un lectorat de 2018. Il faudrait aussi savoir quel est ce lectorat, des adolescents qui etait le public originel de la serie quand celle-ci fut concu ou bien des quadras, quinquas et au-dela nostalgiques d'une des BD de leur enfance, enfance qui s'eloigne au fur et a mesure que les jours passent. On voit donc Ric et Nadine vivre ensemble alors que ce n'etait pas du tout le cas dans les albums de Tibet et Duchateau, on emploie des mots grossiers, tels que fouille-merde pour qualifier le reporter vedette de La Rafale, Drumont Bob n'hesite pas a prononcer merde, un type met la main sur le genou de Nadine etc. Cette nouvelle serie d'albums met en donc un univers parallele a celui vu dans les albums qui firent la gloire de la serie, mais un univers decale et qui en fait n'a plus rien a voir avec l'autre. C'est dommage car j'esperais revoir des mechants plus grands que nature dignes de Cameleon et du Diable qui n'hesitaient pas faire de la publicite dans les journaux et terrorisaient la France entiere pendant que Ric jouait a faire les Belmondo et autres Jean Marais en etant suspendu a des helicopteres, courant, escrimant, evitant des trains, poursuivi ou poursuivant. Relisez les 15 premiers et vous verrez tout cela. Si ces acteurs sont passes de mode, il reste encore Tom Cruise comme modele, celui-ci continue a jouer les cascadeurs dans ses films. A tout cela, Zidrou ajoute le decalage de l'ironie et du leger sarcasme, j'ai aussi le sentiment qu'il se croit plus intelligent que le genre. Et c'est un tort, car il faut ecrire les Ric Hochet au premier degre sans y chercher rien d'autres. Il n'est pas bon que la serie se regarde le nombril, travers dans lequel etaient tombes Tibet et Duchateau dans certains de leurs albums, et ce ne furent pas leurs meilleurs loin de la.

Au contraire du scenario, le dessin de Van Liemt s'est considerablement ameliore depuis le premier. Il a maintenant les principaux personnages bien en main et ils sont tous conformes a ceux dessines par Tibet, a part celui de Ledru, on se demande bien pourquoi. Insensiblement mais visiblement il instille son style a lui dans un autre. Il s'approprie la serie et c'est tre sbien comme cela. Il y a aussi quelques cases bien cadrees et reussies. De ce cote la, je n'ai aucunes remarques a faire.

En conclusion, c'est tellement mauvais que j'en suis presqu'a considerer les plus mauvais RH de Tibet et Duchateau (et Dieu sait si il y en a) comme des bons albums.

Note finale: 0,5/5. Passez votre chemin meme en mediatheque



428. marcel - 06/07/18 10:07
Pour eviter les spoils, j'ai lu que le debut et la fin de ton commentaire. Et ca confirme mon impression. Heureusement que je me contente de lire ca dans Spirou, ca me ferait chier d'acheter les albums...

427. Quentin - 06/07/18 08:51 - (en réponse à : Pour Marcel)
J’ai fini le tome 11 de Seuls. ATTENTION SPOILER.

2 pages sur Dodji qui est toujours dans la prison du psychopathe sans visage dont on a déjà oublié le nom et le rôle dans l’histoire (si tant est qu’il en ait un, à part emmerder Dodji), 3 pages sur Anton qui se lance dans des spéculations d’astrophysique à deux balles pour dire qu’il existerait autant de fins de mondes que de trous noirs (ca nous fait une belle jambe), 1 page sur Terry qui est dans une tente sous la neige avec le maître des couteaux (ca c’est la seule chose dont je me souvenais à peu près, mais c’est vrai que c’est pas plus mal non plus qu’on me le rappelle), 2 pages sur Leila qui va se faire torturer par Saul, toujours aussi fou, qui va lui marquer au fer rouge sur la peau le numéro de la 8e famille (c’est laquelle encore ? Bof, on s’en fout), 3 pages sur Camille, qui est bien l’enfant minuit, qui veut ramener Yvan à la zone rouge, et qui va lui envoyer le ravaudeur, qui est entré dans la 11 famille (il n’y en avait pas 9 au total ? Roooh, je suis complètement largué), pour découper Yvan en petits morceaux et les ramener dans Fortville. Le ravaudeur est en fait Jonathan (c’est qui encore ? Un copain de la bande à Saul ou qqch dans le genre ?) qui agit sous le pouvoir des mouches. Les 30 autres pages sont sur Yvan qui essaye d’échapper à Jonathan et à ses cloueurs de nuit (histoire quelconque ; rien de bien intéressant là dedans). Bref, toujours rien sur la machine à démourir présentée dans le tome précédent. L'album laisse penser que la bande d'enfants va sans doute se retrouver dans un endroit qu’Anton a déjà identifié mais qu’on ne connaîtra que dans 2 ou 3 tomes (suspense intolérable). Il annonce aussi une guerre entre les différentes familles (?). Je pige toujours que dalle à cette histoire.

426. Lien Rag - 05/07/18 23:45 - (en réponse à : hors-sujet à propos du post 423)
Ce n'est pas de la BD mais un professionnnel m'avait dit que "Les alcooliens" est très bien, mais je n'arrive pas à en retrouver les références et je ne me souviens plus de l'auteur....

425. Quentin - 05/07/18 23:29 - (en réponse à : froggy)
Le sentiment de culpabilité est assez commun et généralisé. Tout le monde aimerait faire quelque chose pour aider un ami, mais rien ne marche si la personne en question n'a pas décidé que ca marcherait. La culpabilité est d'ailleurs bien présente dans la BD de Schréder. Le fils de Schréder se sent coupable de l'alcoolisme de son père alors qu'il le connaît à peine (il pense que c'est parce qu'il a été un enfant non désiré que son père à sombré dans l'alcoolisme). Schréder alcoolo est accueilli par un ami d'enfance qui le sort de la rue, lui donne du fric, veut le remettre sur pied, alors que Schréder ne pense qu'à vider la réserve d'alcool de son ami - il se retrouve rapidement à la rue. Tout au long de la BD, il rencontre plein de gens qui se mettent en 4 pour le sortir de sa misère, mais ce n'est toujours que pour mieux replonger, et descendre encore plus bas. Jusqu'au jour où il décide d'arrêter de boire ... et accessoirement aussi de faire de la BD :o)

424. marcel - 05/07/18 18:55
Bien sur. Dans le 1, il y a celui qui est probablement mon prefere, La fievre d'Urbicande.
Hormis le fait que ce soit des one-shots qui forment un univers coherent, j'aime aussi le fait que ca change de format, ou qu'on passe du N&B a la couleur, de la BD au recit illustre, de faire une version "jeunesse" de l'enfant penchee, etc... D'ailleurs, les auteurs ont etendu leur univers hors BD, par de la musique, des courts et moyens-métrages, des photos, etc...

Tu peux aussi voir sur Youtube l'integrale de leur serie Les Quarxs, qui passait sur Canal. Ca m'avait fascine a l'epoque, il faudrait que je revoie ca. Ces creatures inconnues ne dépareilleraient pas dans l'univers des Cites obscures, je trouve.


423. froggy - 05/07/18 18:45 - (en réponse à : Quentin)
Je te remercie de ce conseil, tu penses bien que le sujet m'interesse. Tous les proches de cette personne dont moi bien sur sommes totalement desempares et se sentont impuissants face a cela. Mais comment sais-tu que nous eprouvons tous un sentiment de culpabilite? Je ne connais rien sur le sujet de l'alcoolisme, n'imaginant pas uen seule seconde qu'un jour, j'y serai confronte de maniere si flagrante. Les seules choses que j'ai lues dessus sont sur le web quand j'y ai fait quelques recherches et il y a tellement de materiel parfois contradictoire que je ne sais plus quoi faire.

422. froggy - 05/07/18 18:37 - (en réponse à : Marcel)
Ainsi que je l'ai ecrit dans ma chronique, ayant recu cet album comme cadeau et decouvrant veritablement la serie, je n'ai pas lu le premier tome. Considerant cette agreable decouverte, je le l'ai mis ipso-facto sur ma liste des BD a acquerir. Et puis, j'ai vu que le tome 3 de cette integrale devrait sortir en novembre prochain.

Sinon, je te remercie des conseils pour les BD de Schuiten. Je verrai cela un peu plus tard, je tiens a les consommer en gourmet et non pas en gourmand.

421. Quentin - 05/07/18 09:49 - (en réponse à : froggy)
Je reviens sur ce que tu as écrit plus bas: je ne sais pas si vous avez un alcoolique dans votre entourage, il se trouve qu'une personne qui m'est tres proche et tres chere l'est et je peux vous assurer que cela n'a rien de la vision amusante qu'en donnent les auteurs au sujet de Schlingo. C'est franchement epouvantable et cela ne prete pas a rire, bien au contraire. Tout l'entourage de cette personne en souffre

Si le sujet t'intéresse, je te conseille fortement Amères saisons, de Schréder, un ami de longue date de Schuiten qui tient d'ailleurs la maison Autrique à Bruxelles (une maison de Victor Horta scénographiée par Schuiten). Schréder a été alcoolique et a vécu sans abri pendant des années, avant de s'en sortir. Il raconte cette vie aux enfers, et il parle un peu de l'impact que ca a pu avoir sur son entourage (il avait un enfant, notamment). C'est direct, franc, honnête, sans chichis, sans humour mal placé. C'est du lourd. Mais ca pourra peut-être t'aider à comprendre la situation de ton ami (et à te dédouaner d'un éventuel sentiment de culpabilité).

420. Quentin - 05/07/18 09:24
Heureux qui comme froggy découvre les cités obscures si tard et peut se réjouir d'immenses lectures qui vont lui procurer beaucoup de plaisir.

Laurent: Le thème des vieux fourneaux, après le 1er tome, c'est faire chier le système de l'intérieur. Le sujet devrait t'interpeler. Mais je suis bien d'accord que ces albums ne cassent rien.

419. suzix@bdp - 04/07/18 22:17
je comprends très bien que le thème ne plaise pas. Moi il m'a plu mais très vite lassé. J'ai trouvé que cela se répétait déjà au tome 2.

418. Victor Hugo - 04/07/18 22:09 - (en réponse à : suzix)
Pas besoin de te dire que je ne lirai pas les autres... merde je viens de le dire.

417. suzix@bdp - 04/07/18 20:14 - (en réponse à : laurent)
C'est pourtant le meilleur des "Vieux Fourneaux" que tu as lu.
Les autres ont a mes yeux perdu de l'intérêt une fois l'étonnement passé à voir ces vieux s'activer. La magie est passée au tome 2 mais bcp ont qd même apprécié.

416. marcel - 04/07/18 20:04 - (en réponse à : froggy)
J'ai un doute en te lisant : tu n'as lu QUE cette deuxieme integrale ?... Pas la premiere ?...
Une petite precision : tu parles du scenario de Peeters, je precise juste que les deux auteurs écrivent ensemble.
Sinon, de Schuiten sans Peeters, je ne saurais trop conseiller ses premiers albums avec son frere Luc ou avec son professeur a l'institut Saint-Luc, Claude Renard. Et plus particulièrement Nogegon, dont je te laisse decouvrir le subterfuge narratif brillant.
Ces albums ont ete edites (ou reedites) dans les "series" Metamorphoses (avec Renard) et Les terres creuses (avec Luc), mais en realite, ce sont aussi des one-shots.

415. Victor Hugo - 04/07/18 19:47
Moi?
Le premier.

414. suzix@bdp - 04/07/18 18:56
tu as lu tous les albums ?

413. Victor Hugo - 04/07/18 18:41
Je viens de lire Les vieux fourneaux de Lupano et Cauuet chez Dargaud. Pas terrible, et qu'est-ce que les personnages sont moches, aucune empathie avec ces vieux cons.

412. froggy - 04/07/18 18:38
Schuiten et Peeters, Les cites obscures, Integrale T2

Aussi bizarrement qu'etrangement, on ne traite pas souvent ici de cette serie ou alors cela fut il y a fort longtemps quand il y avait plus de monde sur BDP. Et je me demande bien pourquoi car c'est remarquable. De mon cote, j'avais les yeux sur elle depuis fort longtemps mais pour l'avouer franchement, je n'y pensais pas tant que cela car j'ai du mal a prendre une serie en cours de route, ce qui etait un tort en l'occurrence car les albums sont totalement independants les uns des autres meme si les histoires se referent entre elles comme c'est le cas ici.

Je ne l'ai pas achete, on me l'a offert et si des fois, des ames bien intentionnees me font cadeau de BD et se trompent parce que j'aurais deja l'album ou bien parce que c'est une BD que je n'aime pas du tout, il s'est trouve ici que ce fut une bon choix.

De la serie, je ne connaissais que L'archiviste lu il y a si longtemps que je l'ai completement oublie. Ce recueil contient 3 recits, La tour, La route d'Armilla et Brusel, il est agremente de supplements qui firent l'objet d 'albums venus en complement de la serie.

Le premier recit raconte l'etrange histoire d'un homme dont le physique est celui d'Orson Welles dans le film Falstaff bien qu'au debut j'ai pense que les auteurs lui avaient donne celui de Victor Hugo (le vrai). Il est mainteneur de la tour et il va monter jusqu'a son faite avec l'aide d'une belle demoiselle, Milena. La deuxieme histoire est en fait un journal de voyage illustree dont seule la fin est une veritable BD. Il s'avere que ma preferee est la troisieme qui fut inspiree au scenariste par les travaux accomplis dans Bruxelles durant le 19e et le 20e siecle, travaux qui selon le dossier adjoint auraient profondement denature la ville. L'histoire est celle d'un fleuriste specialise dans les fleurs en plastique, Constant, qui est aux prises avec les promoteurs en charge des travaux mais aussi avec un medecin completement hallucine et une administration digne du film Brazil. Heureusement, pour lui, il y a Tina.

J'avais beaucoup entendu de Schuiten bien sur et en bien, evidemment, la lecture de cet album m'a enfin permis de combler ce qui s'est avere etre une lacune car j'ai ete emballe par la qualite de son style que je qualifierai d'ample, il faut dire que les scenarios de Peeters lui permettent de laisser libre cours a dessiner des immeubles aux architectures intrigantes et elegantes et des villes au modernisme digne du Metropolis de Fritz Lang.

On a tous lu ici meme recemment les explications de Laurent sur les perspectives au sujet du prochain Lucky Luke, je ne pense pas qu'il ait quoi que ce soit a ecrire au sujet de Schuiten. Il y a bien sur de nombreuses references connus, la tour du premiere album est inspiree de la Tour de Babel telle que celle vue dans les recits blibliques, mais il y a Manhattan et son unique panorama, des immeubles europeens egalement. Toutes ces influences deviennent sous la grace du crayon du dessinateur un paysage etrange, car familier mais nimbe d'irrealites factuelles. C'est harmonieux et gracieux et en meme temps cela met mal a l'aise car il n'y a plus aucune humanite dans le Brusel transforme, ce n'est plus la ville qui est au service de l'homme, c'est l'inverse qui a lieu. Shuiten accentue magnifiquement cet aspect des scenarios de Schuyten.

Il y a plein d'autres choses dans cet album qui devraient vous ravir dont les machines archaiques et modernes en meme temps. Il faut dire qu'on ne sait pas ou et quand ces histoires ont lieu, cela leur donne un caractere non seulement plus universel mais aussi plus intemporel. J'ai l'impression que ces Cites obscures sont impermables aux effets de mode et pourront etre lues tres longtemps sans que l'on puisse lui reprocher d'etre vieille.

Note finale, 4,5/5. Si vous ne connaissez pas et vouez etre depayse, soyez curieux et plongez vous dedans, vous ne le regretterez pas.

411. froggy - 02/07/18 17:59
Guantanamo ou un des echecs d'Obama, il en a plusieurs a son passif.

Il avait annonce que la prison fermerait dans les deux mois le jour de sa premiere investiture en janvier 2009. 9 ans et demi plus tard, c'est toujours ouvert. Ce n'est evidemment pas l'actuel locataire de La Maison Blanche qui va la faire fermer.

410. Quentin - 02/07/18 16:24
Le fauve d'or, pas le grand prix :o)

409. Quentin - 02/07/18 16:20
Alt-life, de Falzon et Cadène, au Lombard: Récit d'anticipation extrêmement inventif. On n'en comprend pas toujours toutes les subtilités, mais il y a plein d'idées, une réflection profonde sur la société et les relations humaines, une belle recherche graphique. C'est une réussite.

Guantanamo Kid. L'histoire vraie de Mohammed El-Gorani, de Tubiana et Franc, chez Dargaud. Cette BD raconte l'histoire incroyable d'un gosse de 14 ans qui a été arrêté au Pakistan alors qu'il sortait d'une mosquée, qui a été vendu aux Américains et transféré à Guantanamo, où il a passé 7 ans en détention avant d'être innocenté et libéré. Je savais que les USA avaient fait des erreurs monumentales dans leur guerre contre le terrorisme, je savais qu'ils avaient pratiqué la torture, mais qu'ils l'aient fait sur des mineurs qui n'ont même jamais mis les pieds en Afghanistan, là j'en tombe des nues. La BD retrace le parcours de Mohammed, son séjour à Guantanamo, les tortures, l'humiliation quotidienne, la manière dont les détenus résistaient à leur facon à l'oppression et gagnaient petit à petit des bribes de droits. L'histoire (vraie) tient en haleine du début à la fin. Amnesty International écrit le postface, où l'on apprend qu'il reste 41 détenus à Guantanamo, et que la grande majorité d'entre eux ne sont inculpés d'aucun délit. Ca fait froid dans le dos. On n'en croit pas ses yeux et on est révolté par tant d'injustice. Le travail des auteurs est remarquable; le ton est juste, sans misérabilise ni opportunisme idéologique mal placé. Un livre coup de poing qui figurera sans aucun doute parmi les incontournables d'Angoulème, et à qui je donnerais volontiers le grand prix.

408. Quentin - 30/06/18 13:27
Kramsky (pas Kramski)



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio