Les 2 critiques de Mr Albert sur Bd Paradisio...

Fabien Vehlmann serait-il enfin le scénariste de génie que nous attendions tous ? Pour sûr, il en a déjà l’odeur et le goût. Rien que pour s’être déjà gavé de son Green Manor, conteur de Bagdad ou autre Ian, il ne fait plus aucun doute que cela sent bien bon la relève et que moult lecteurs perdus, déviant vers le manga (Hérétique !) vont désormais pouvoir s’en retourner, grâce à lui, dans le droit chemin. Pour en revenir à la série qui nous concerne et pour les accros de la première heure, ayant découvert le marquis lors de sa première apparition, nul étonnement devant la qualité de ce quatrième opus. C’est parfait. Tout comme le bon vin, la série se bonifie avec le temps et chaque récolte nous fait oublier la précédente. Il y a là de l’aventure, du suspense, une écriture travaillée sans être pompeuse. Juste histoire de laisser au dessin le soin de raconter par lui-même. Un dessin maîtrisé, propre, technique, avec ce qu’il faut d’audace pour en faire un vrai dessin au style personnel et donc attachant. Bref un dessin autant d’artisan que d’artiste ! Le principe de la série est de démonter les veilles superstition et croyances qui stagnent à foison dans les campagnes du 18e Siècle. En ce sens, elle m’a fait songer à la série Scoubidou ou l’on poursuit (ou se fait courser) des heures durant par un soi disant fantôme qui ne se révèle, par ailleurs, n’être que le directeur du musée habilement grimé d’un masque de monstre. Mais là s’arrête ma comparaison. Car "Le marquis d’Anaon" n’est pas une bande dessinée pour les plus petits. Les situations sont cohérentes, logiques, plausibles et les réactions du personnage principal plus que réalistes. Nous avons là un vrai héros. Un héros qui a peur et qui se cherche, un héros qui doute et qui traîne un passé (comme un avenir) bien inquiétant, ce qui enrichit d’autant plus la série. De toute évidence, nous avons là un héros parti pour durer.
Après le troisième tome à rallonge, voire peut être superflu, on pouvait craindre un enlisement dans cette fresque rouge mais ô combien passionnante... Surprise ! Une nouvelle fois, Tardi fait mouche et porte brillamment l'estoc final à la boucherie révolutionnaire et dans un exercice qu'on ne lui connaissait pas encore : la série à suivre. Et il a tenu le rythme le bougre. Preuve s'il en était que l'on peut être une bête de travaille et un grand artiste et que la qualité peut aller de paire avec la quantité. Que d'autre en prenne de la graine ! (Dans un sens comme dans l'autre !). Mr Van Hamme, je vous salue ! C'est que du noir et blanc mais y'a des couleurs partout. La couleur du sang, celle de l'amour, de l'espoir et d'autre encore que seul le dessin toujours aussi magique de l'immense papa d'Adèle peut encore appliquer sur du papier tout connement blanc, lui. Allez, petite critique pour ne pas avoir l'air de passer la brosse, le format même s'il met magnifiquement le dessin en valeur (voir la double planche de Paris qui brûle!!!!), c'est un peu pénible à tenir. Pas grave, j'm'achèterai un chevalet. Tardi, comme Vautrin, se régale à étaler son penchant Anar sur chacune des pages, à cracher son venin au détour de chaque case, de chaque mot qu'il emprunte à un autre formidable poète révolutionnaire. Ca sent la colère et c'est good ! Sans déc, rien que pour ça, on lui refilerait bien un second sacre fin janvier !! A bon entendeur...

 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio