Forum : interventions des dernières 24 heures.


Attention : les interventions pour un sujet se lisent de haut en bas (contrairement aux forums !)
Vous pouvez changer le nombre d'heures via le paramètre NbHours dans l'adresse URL (max 200 heures !)

La politique, c'est nase, lisez plutôt des BD, tome 5
 
nem° (pm) - 20/05 01:23
Question au pif (je suis un peu raide là) : tu connais un gars qui s'appelle Jean-Guy Greilsamer?
pm (Nem) - 20/05 10:33
En tant qu’humaniste et pacifiste je m’oppose au BDS. Ce n’est pas parce que je suis opposé à un gouvernement que je considère que tout cotoyen est dans le même sac. Lorsque Sarkosy était président je ne me sentais aucune solidarité dans ses décisions. Si lepen était passée, pourquoi m’en aurait on rendu responsable ? Le boycott est quelque chose d’assez répugnant en général.
 
Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (19)
 
Victor Hugo 19/05 16:51
Lu Et si l'amour c'était aimer? de Fabcaro. C'est mauvais. Il tente de faire rire en créant un décalage et ça ne marche pas, ce n'est pas drôle (j'ai souri à 2 endroits). Graphiquement c'est nul, quitte à faire une parodie de roman-photo, autant mettre les photos plutôt que les décalquer maladroitement. Le principe est celui des "messages à caractère informatif", mais à l'audio-visuel ça fonctionne par le ton des voix sur de vraies images (et parfois ça tombe à plat), et c'est un programme court, là c'est trop long. La classe américaine d'Hazanavicius fonctionnait par le background des acteurs détournés (et c'est longuet quand même). Là c'est chiant, on a même l'impression de lire un vrai roman-photo juste un peu décalé, mais c'est pas la poilade, on s'emmerde ferme et le lettrage est dégueulasse. D'ailleurs les seuls trucs à sauver sont les intermèdes.
froggy 20/05 00:17
C'est dommage que tu n'aies pas aime le dernier Fabcaro. Je l'ai beaucoup apprecie pour les memes raisons que tu uses pour ne pas l'aimer.
 
BD & Jeux Vidéos 2
 
nem° 19/05 16:32
Un ami vient de m'envoyer ça depuis la FNAC :

 
GDPR et bdparadisio
 
froggy (Nem°) - 20/05 00:18
C'est ce lien la que je dois utiliser?

https://discord.gg/8WmUsGj

froggy 20/05 00:28
J'ai essaye ca a l'air de marcher.

Il est marrant notre nouveau local.
nem° (froggy) - 20/05 01:59
C'est ça.
 
La BD et la Musique (2)
 
Victor Hugo 19/05 23:59
 
quels albums empruntez-vous à la médiathèque?
 
herve 19/05 18:26
"Wonderball" #1à 5 Duval & Pécaud-Wilson
"Hibakusha" Cinna& Barboni
totom (Hervé ) - 19/05 22:58
Tu as de la chance de trouver ce aire libre en bibli, c'est une de mes rares suggestions qui n'a pas été acceptée chez moi, alors que tous les long bec sont commandés tout de go
Est ce toi qui l'a demandé ?
herve 19/05 23:54
Non je suis tombé dessus par hasard .
 
Tchiii-tchaaa: du pop corn caramel dans le Gesamtkunstwerk (2e partie)
 
froggy 20/05 01:19
Je suis alle voir Le redoutable, la biographie de Godard pour les annees 1967-1968, annees charnieres dans sa vie car il n'est plus avec Anna Karina dont il a divorce mais avec Anne Wiazemsky, la petite-fille de Francois Mauriac, qui officiait au Figaro Litteraire, une des haines de JLG et pour comble, apres avoir fait errete le Festival de Cannes 68, il dort dans la villa de Pierre Lazareff, grand ami de de Gaulle et patron de France-Soir qui se trouve etre le beau-pere d'une des amies du couple. Il en avait beaucoup de ces haines je vous assure et je presume qu'il en a toujours.

Mon cher fidele, adore et adorable public, vous savez que j'adore les films de Godard de la premiere periode, celle qui s'arrete en 1967 justement avec Week-end avec Yanne/Darc. Ce n'est rien d'ecrire que je les adore, ce n'est rien de le faire, A bout de souffle, Une femme est une femme, Bande a part, Alphaville, Pierrot le Fou, Made in USA, Masculin feminin, Deux ou trois choses que je sais d'elle et surtout le joyau sublime Le mepris font partie de ma memoire d'amoureux du cinema. Il est siderant que cet homme ait pondu des films si extraordinaires et si novateurs en seulement 10 ans. Encense par la critique mondiale, boude par le public le plus souvent, Godard derange beaucoup et laisse derriere lui tous ses autres camarades des Cahiers du Cinema et fondateurs de La Nouvelle Vague par la siderante richesse de ses films. On peut dire que Truffaut et Chabrol se sont vite enfermes dans un cinema planplan, Rohmer attend son heure pour que ses litteratures filmees remporte enfin un succes public, je connais moins bien Rivette malheureusement a part Celine et Julie vont en bateau que j'ai adore. Mais Godard, c'est vraiment autre chose.

Durant les annees 60, le spectateur a pu assister a son evolution politique ou lentement mais surement au fur et a mesure de ses films, il est devenu maoiste, sensible a la cause palestinienne et a la guerre du Vietnam. Il ne veut plus faire de films politiques mais faire politiquement des films. En meme temps, les gens lui demandent de continuer a faire des films comme ceux d'avant, mais cela ne lui dit plus rien, il n'a plus le coeur a cela, il veut vraiment passer a autres choses. En meme temps, son dernier film, La chinoise est mal recu par les chinois a Paris et les evenements de Mai 68 l'attirent comme un aimant bien que les etudiants ne semblent pas l'apprecier beaucoup comme en temoigne le film lors de 2 AG ayant lieu dans le grand amphi de La Sorbonne. Et puis, il est amoureux de sa nouvelle epouse.

Cela fait beaucoup pour un seul film, un peu trop peut-etre mais pour quelqu'un moi qui aodre ses aphorismes et ses formules a l'emporte piece, j'ai ete aux anges car Hazanivicius, le realisateur a reussi a reussi a rendre attachant cet homme qui pour d'autres serait profondement detestable. Il faut dire que c'est Louis Garrel, le fils de Philippe Garrel, un des chantres du cinema intellectuel francais et donc un des disciples de JLG sur ce terrain, qui joue le metteur en scene suisse. Il est remarquablement arrive a imiter le son de sa voix si douce avec ce leger cheveu sur la langue que j'aime beaucoup. Il est arrive a restituer ce qui fait la force de cet homme mais aussi quand le doute l'empare. JLG est sincere dans ses nouvelles convictions et il tente de convaincre ses proches et amis aussi au risque de se brouiller avec eux definitivement. Ce n'etait pas evident de vivre avec lui et d'ailleurs le couple ne survivra pas a ses annees. JLG a rencontre Jean-Pierre Gorin qui lui aussi a des idees radicales sur la maniere de faire du cinema et tous les deux vont fonder le Groupe Dziga Vertov et feront des films tres experimentaux durant les annees 70 jusqu'a ce JLG revienne a un cinema plus consensuel avec Sauve qui peut (La vie).

Une des caracteristiques les plus connues de Godard est son humour, le film en regorge avec jeux de mots, a-peu pres, citations detournees etc. C'est ce qui permet d'apprecier l'homme que l'on voit sur l'ecran. Hazanavicius a aussi tente de lui rendre hommage avec quelques trouvailles visuelles ou scenes dont certaines m'ont franchement fait rire, les deux acteurs principaux jouant le jeu jusqu'au bout. Le seul reproche que je fais est que l'actrice principale ressemble plus a Chantal Goya de Masculin feminin qu'a la veritable Anne Wiazemsky.

La reconstitution des annees 67-68 a ete bien faite et manifestement la production a eu un peu d'argent pour engager des centaines de figurants pour les scenes des manifestations. On voit deux scenes amusantes avec 2 amis realisateurs de Godard, Romain Goupil en CRS cinephile et Jean-Pierre Mocky en bourgeois ralant contre les manifestants et se faisant donc invectiver par JLG.

Ce n'est pas le meilleur film, loin s'en faut, mais je me suis bien amuse car il est vraiment plein d'humour en le voyant et il est tres bien fait. Je pense que passerez un bon moment a le voir.

 

 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio