Les 2 critiques de RamoNash sur Bd Paradisio...

Voilà un album qui, sous une approche légère et souvent fort drôle aborde avec profondeur un événement douloureux et méconnu de notre histoire nationale. La Réunion. Dans notre inconscient collectif c’est avant tout un cliché tropical, une carte postale, une destination touristique, au mieux c’est depuis 1946 un département d’outre-mer. Mais a-t-on seulement à l’esprit que cette petite île de l’océan indien était encore au début du siècle dernier une possession française au statut colonial, dominée par quelques familles de riches planteurs ? Sait-on qu’elle paya à la France un lourd tribut en envoyant plusieurs milliers de ses hommes au combat et que leur retour eu pour elle des conséquences des plus funestes ? Cette période oubliée, vécue par des laissés pour compte de l’histoire, c’est celle-là qu’Appollo et Huo-Chao-Si ont choisi de nous conter. 1919. Le récit commence avec le retour à la colonie des poilus réunionnais, des hommes qui en Europe ont vu l’enfer. Ils l’ignorent encore, mais plus que leurs blessures de l’âme et du corps, ces vétérans rapportent avec eux le mal qui ronge l’Europe : la grippe espagnole. Cette terrible pandémie qui, au sortir de la première mondiale fit plusieurs millions de morts. La belle ordonnance de l’île qui vit encore à l’heure de vieille Europe, pourrait en être ébranlée et cette épidémie qui s’apprête à la toucher semblerait sonner comme le glas d’un monde ancien. Sûrs d’eux, les riches colons, pourtant alarmés par le consciencieux docteur Souprayen ne veulent rien entendre des menaces qui pèsent sur l’île. Sans le savoir, courrant à leur propre perte, c’est toute la population de la Réunion qu’ils entraînent avec eux. Mais comme nous l’annoncions, cet album n’a rien d’une pesant pamphlet anticolonial, c’est surtout une histoire humaine, forte et touchante qui suit le retour à la vie civile de 4 joyeux camarades. Il y a Evariste, le narrateur de notre histoire. Il y a cette grande brute sympathique de Grondin, il y a aussi Voltaire le fier tirailleur sénégalais et enfin, de Villiers authentique aristocrate créole et véritable gueule cassée. Retrouvailles célébrées au bordel, garden party dans une demeure coloniale ou partie de pêche, nos amis s’immergent dans leur chère île où rien ne semble avoir véritablement changé. Bien sûr derrière le rire se cachent des blessures profondes. Plus encore que les désillusions du retour c’est ce nouveau mal qui commence à frapper que ces derniers vont devoir affronter. La rude expressivité du très beau dessin de Serge Huo-Chao-Si, rend plus attachante encore la destinée des personnages et les couleurs sensibles et douces de Téhem sont marquées de la couleur bleu horizon de ces uniformes que nos héros ne peuvent se résigner à quitter. Servie par un découpage aéré, l’histoire se déroule limpide et implacable vers son dénouement tragique. L’album nous laisse dans sur une impression saisissante: bien que tout soit joué, on ne sait encore comment la tragédie sera exécutée. La grippe aura-t-elle raison du vieux monde ou tout rentrera-t-il dans l’ordre ? A découvrir dans le second et dernier tome : Cyclone la Peste.
Docteur Jeckyll et Mister Hyde fait partie de ces grands mythes modernes qui n'en finissent pas de susciter la fascination et l’étonnement. De nombreuses fois adaptée à l'écran, cette oeuvre l'est ici pour la deuxième fois en bande dessinée, et pas par n'importe qui, deux grands de la création contemporaine : Mattotti et Kramsky. On pourrait s'interroger sur la nécessité de l'adaptation d'une telle oeuvre mais le parti pris des auteurs est tel que nous sommes rapidement conquis. Loin de se contenter de réaliser une plate transposition du texte, le scénariste à laissé le champs à son dessinateur pour qu'il investisse de son dessin virtuose la tragique histoire du docteur Jeckyll. On pourrait même ajouter que le dessin FAIT l’histoire. En effet, Mattotti a donné ici une restitution graphique du profond malaise de Jeckyll/Hyde ; c’est donc, plus qu’une adaptation, une véritable recréation. C’est là tout l’intérêt du livre. Le dessin de Mattotti refuse tout naturalisme, toute évocation réaliste pour ne se référer qu’à une seule vision, celle du héros. Or le personnage principal est malade et son mal rempli les cases : déformations, perspectives tronquées, couleurs violentes. La lecture d'un tel ouvrage est éprouvante, tant l’auteur impose le jeu de l’identification avec le héros. Autre intérêt de cette adaptation : les auteurs ont volontairement déplacé le contexte historique de la société victorienne, puritaine, vers celui de l’époque trouble des années 20-30. Le dessin de Mattotti, justement, fait explicitement référence au courants artistiques d’avant-garde de cette époque, Expressionnisme, dadaïsme, nouvelle objectivité. Les scènes de bordels semblent tout droit sorties des tableaux de George Grosz, ces tableaux dans lesquels le peintre se déchaînait violemment contre l’armée, la religion et la grande bourgeoisie allemande de l’entre deux guerre. Ces années grises sont celles de l’avènement pernicieux des fascismes européens. En témoignent les théories raciales que commence à développer le personnage du diplomate. Les auteurs glissent là un parallèle subtile entre la schizophrénie du Dr Jeckyll qui, en devenant Hyde, l’homme absolument mauvais, se libère du poids de la conscience du bien et du mal, et la folie dans laquelle allait sombrer l’Europe quelques années après. Jeckyll et Hyde, métaphore de la montée du nazisme. Une seule lecture ne pourrait épuiser la richesse de cette œuvre fascinante.

 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio