Les 7 critiques de Spock sur Bd Paradisio...

Aaaah… Quelle merveilleuse surprise ! Je l’affirme sans détour, il y a un bon moment que la lecture d’un album ne m’avait à ce point comblé ; et pourtant j’en ai lu d’excellents ! Avec Tiffany, Yann prouve encore une fois qu’il sait admirablement adapter sa patte à tous les styles. La narration est remarquable maîtrisée, ce qui rend la lecture de cette histoire policière très fluide. On ne se prend pas la tête à essayer de dénouer d’inutiles nœuds issus du cerveau embrumé d’un scénariste en manque de cohérence. Mais plus encore que les qualités évidentes de cette intrique de facture – presque - classique (au meilleur sens du terme), c’est la richesse et la finesse de caractères des personnages associées à un humour subtil mais omniprésent, qui m’a procuré ce si grand bonheur de lecture. En plus, les références à Audiard et Maurice Tillieux me comble d’aise. Bien sûr, Yann ne fait pas tout, et je suis bien évidemment totalement sous le charme du trait d’Herval. Si le mot élégance signifie quelque chose en BD, alors son style en est la plus parfaite expression. Associé à une palette de couleur délicate (bien que manquant parfois un peu de réalisme), son dessin m’a scotché aux pages. Un vrai plaisir, une gourmandise visuelle ! Bref, vous l’avez compris, je suis envoûté par mademoiselle d’Arc… Un défaut ? Non. Ah si… Trop court ! A quand le prochain messieurs ?
Voilà une série qui gagnerait à être connue, ne serait-ce que par la qualité remarquable de son dessin. Fusion réussie entre Lucky Luke et les Tuniques Bleues, le style de Duhamel conserve malgré tout une patte personnelle très identifiable. Cela a beaucoup de charme (j’ai même craqué sur la version crayonnée du tome 1, dès sa sortie). Le scénario n’est pas toujours au même niveau car il semble hésiter entre l’aventure à tendance humoristique et le burlesque pur et dur. Résultat, on a un peu de mal à percevoir où cela va bien pouvoir nous mener. Ceci dit, je chipote, car au total c’est bien plaisant à lire et j’invite vraiment les amateurs du genre à s’attarder sur cette série.
Lorsque l’on referme ce quatrième tome des (més)aventures du Bouncer, une évidente clarté nous illumine l’esprit : Blueberry a trouvé son alter ego. Ben oui, Jodorowski et Boucq ont non seulement créé là un superbe western, âpre, poussiéreux et empreint d’humanité ; mais également enfantés un héros qui a une vraie gueule et un vrai caractère. Rien vu d’aussi réussi dans le genre depuis l’avènement de monsieur Myrtille ! Tout cela sent la poudre, la crasse, le sang, le whisky frelaté et les sentiments exacerbés. Le tout admirablement dessiné par un artiste qui trouve là un sujet à la mesure de son style puissant. Boucq est fait pour l’action ! Quant à Jodo, ce caméléon de la BD (et de bien d’autres choses) prouve une fois de plus sa capacité formidable à jongler avec les genres. Chapeau bas. Bravo aussi au co-coloriste Sébastien Gérard (je connaît bien son papa :-)) dont les teintes chaudes épaulent parfaitement le dessin. Bref, c’est comme cela qu’on aime les westerns. Merci de l’avoir compris, messieurs.
Cosmose clôt donc le « cycle des lumières ». Conclusion provisoire d’une série en tout point remarquable. Avec Apocalypsemania, Bollée et Aymond ont su créer une histoire fascinante, mêlant avec adresse science, merveilleux, horreur, suspense, politique et spiritualité. Que ce patchwork tienne la route relève presque du miracle. Bravo les artistes. Bon… J’avoue tout de même que la révélation finale me laisse un peu (beaucoup ?) sur ma faim. Trop mystique pour un cartésien comme moi. Mais surtout trop simpliste. Le duel entre le bien (l’eau pure et claire) et le mal (le feu, doublé d’un monstre de manga qui a volé sa cape à Hydargos…) aurait franchement mérité d’être traité de façon moins manichéenne et plus crédible. Qu’un « dieu », maîtrisant l’ensemble d’un univers, soit obligé de se castagner pendant des milliards d’années avec un troll reclus dans une sorte de super derrick pompant la moelle d’un atome insignifiant de son royaume… Bof. Il y avait moyen de faire plus consistant. Malgré ce point regrettable, l’album ne déshonore pas l’ensemble de la série et j’attends donc avec impatience le démarrage du prochain cycle, en espérant que ses auteurs ne versent pas dans la facilité. Ce type d’histoire peut plus facilement que d’autres virer au grotesque.
S’il y a des séries qui se délitent avec le temps, ce n’est heureusement pas le cas de Soda. Ce tome est bien dans la lignée des précédents, même s’il est vrai qu’une ombre semble s’étendre sur l’atmosphère générale. Logiquement, l’humour perd du terrain dans l’affaire, mais c’était sans doute nécessaire pour la crédibilité de l’histoire. De plus, de mémoire, la série avait déjà ce goût de sang et de désespérance dès le premier album. Dessin toujours aussi soigné et efficace, scénario en osmose. Ceux qui ne connaissent pas Soda peuvent filer illico chez leurs libraires s’offrir toute la collection, ils ne seront pas déçus ! Si ce que soyphrenn rapporte à propos de l’avenir de cette série se révèle exact, ce serait franchement du gâchis, surtout quand on pense à toutes celles qui auraient dû s’arrêter depuis longtemps et qui poursuivent leurs routes malgré trois pneus crevées…
Par les temps qui courent, il est bien rare que des auteurs de BD est le courage de terminer dans le bon tempo une histoire qui, par ses qualités de départ, pouvait former une série à rallonge ; moyennant l’utilisation des grosses ficelles d’usage. Félix, Mallié et Rieu on eu cette honnêteté vis-à-vis du lecteur. Merci n°1. Donc, c’est par ce troisième opus que se clos l’Arche. Le scénario se déroule avec la même efficacité que dans les deux précédents tomes. L’action, fort logiquement, laisse le beau rôle aux révélations finales, que je n’ai pas vue venir, ce qui constitue à mon sens une grande qualité. On lit trop souvent des histoires sympas mais prévisibles pour faire la fine bouche. De plus, malgré l’aspect plutôt sombre de la trame de fond, les auteurs ont constamment injectés une bonne dose d’humour et d’humanité à tout ce petit monde. Emilio, Alice, Asia, Pad… Je vous quitte à regret et j’imagine que vos créateurs on dû résister à la tentation, bien compréhensible, de prolonger vos aventures en rallongeant la sauce. Merci n°2. Quant au dessin, je l’ai trouvé vraiment très agréable. Les personnages sont expressifs, les filles parfaitement craquantes :-) Le tout est chaleureux et dynamique, même si l’on sent que Mallié peut encore largement progresser. Ici et là, quelques vignettes sont visiblement bâclés, mais rien d’indigeste ! Pour finir, la mise en couleurs, efficace et sans fioriture, épaule parfaitement le dessin. Merci n°3. Au total, cela nous fait un triptyque qu’il faut avoir dans sa bibliothèque si l’on aime les récits d’anticipations. Bien au début, bien au milieu, bien à la fin. Que demande le peuple ?! Messieurs les bédéistes de tout poils, au boulot ! ;-)
Volunteer T2 est l'histoire... D'une terrible désillusion ! Moi qui avais tant apprécié le premier tome, son dessin précis, clair et élégant, ses couleurs en osmose et son scénario bien construit. Une sourde colère m'a envahie au fur et à mesure de la lecture de cette suite. B... de M... ! Comment un éditeur peut-il laisser sortir un album aussi visiblement baclé par ses auteurs ?! A la vue de ces pages, Delcourt aurait du exiger qu'ils revoyent leur copie ! Un éditeur n'est pas là uniquement pour encaisser nos billes ; il lui faut penser un peu à vérifier la qualité de la production, sans quoi son catalogue risque rapidement de devenir imbuvable pour la clientèle... Attention messieurs les acteurs du petit monde de la BD, il ne faudrait pas trop nous prendre pour des imbéciles, car on pourrait un jour se lasser...

 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio