Les 5 critiques de toine sur Bd Paradisio...

Je me demande si j'ai lu le même album que Jean-Pol II et Spipp... Ce nouveau Lefranc m'est tombé des mains à la lecture : Frankenstein à l'égyptienne (le côté scientifique a dû être tiré de Oui-oui biologiste moléculaire), une société secrète pan-religieuse pour la préservation des croyances (plus fort que l'Opus Dei et Al Quaida réunis), des attentats (Proche Orient oblige) + Axel Borg par contrat. Niveau réalisation, si les décors ne sont pas mal (l'Egypte au niveau documentation c'est facile), les personnages semblent complètement figés et on dû été rajouté avec photoshop un peu au hasard. Quand aux situations, quelle plaisanterie ! Alors que la situation est explosive (momie en ballade/menaces d'attentat), Lefranc trouve le temps de faire ses longueurs dans la piscine de l'hôtel ensuite on le retrouve faire un tour des monuments... Je vous épargne les clichés à 2 francs (les fès, les "agents-secret" à moustache et lunettes noires). Non je ne vois rien à sauver de cet album.
Cette reprise du personnage de Rock Mastard ne vole pas très haut. L'humour de Belkrouf ne fait que dans "l'énaurme". Les gags sont tout en lourdeur et les situations improbables se suivent sans aucun rythme tout au long du récit. C'est la nature du genre dérision/parodie mais le deuxième (troisième, quatrième...) degré nécessite un doigté et une précision qui fait largement défaut ici. Au pinceau, Boucq assure le minimum, la majorité des scènes sont des resucées de ses albums précédents (époque Jérôme Moucherot). On ne sent pas beaucoup de passion dans cette réalisation (la qualité du scénario n'a pas dû être très motivante). Le premier tome de Rock Mastard (Pas de Deo Gratias) était une sympathique farce de débutants plus ou moins irrévérencieuses. 25 ans plus tard (idée diablement marketing), cette longue histoire semée de poncifs éculés (pinup nazie, savant fou et plantes carnivores) ne fonctionne pas. Cette lecture m'aura au moins donné l'envie relire les Superdupont, c'est toujours ça de pris...
Le Largo nouveau est arrivé. Van Hamme nous offre ici un de ses meilleurs scénarios depuis longtemps (enfin demi-scénario puisque la fin de l'histoire se fera dans le prochain tome). Pas de doute, c'est du Van Hamme pur jus, sans surprise pourrait-on dire. Les ficelles sont grosses mais bien en places : Chine + triade + gros business + vieille sagesse taoiste + méchant militaire communiste. Tout tient bien en place (seule l'arrivée de Miss Texel est un peu trop tirée par les cheveux) et la lecture est prenante. Au niveau dessin Francq tient bien sa barque sauf pour ses femmes décidément bien anorexiques. Mention spéciale pour la poursuite automobile entre une Renault 4L et une Smart dans les rues de St-Trop' ça change des grosses cylindrées. Vivement la suite, mais comment Largo va faire pour s'en sortir cette fois ?
Charmes fous par toine
Attention quelques spoilers ----- Sébastien Dugroin est de retour dans le village de son enfance pour y enterrer son père. Celui-ci est décédé dans un accident de voiture, accident banal ou vengeance ? Corbeyran nous propose une enquête en milieu rural bien ficelée, la galerie de portrait est riche et les pistes multiples. Malheureusement, on reste un peu sur sa fin car tout cela reste un peu superficiel. Sauf pour Sébastien qui est bien décrit, les autres personnages sont monolithiques et manquent de profondeur. Un stéréotype = un personage : la copine nunuche, l'ancienne copine intello, le pilier de bar qui cache son jeu, les différentes amantes déçues, le garagiste mystèrieux. L'autre aspect qu'y m'a un peu déçu est le rythme : tout va à 100 à l'heure, Sébastien cavale à gauche à droite à la recherche d'info sans jamais lever le pied. C'est trop rapide pour qu'une atmosphère se pose. Néanmoins j'ai beaucoup aimé cette histoire (qui aime bien châtie bien). Le trait et les couleurs de Balez sont remarquables et les interludes "théoriques" très bien vus. A recommander aux amateurs de Bruno Heitz.
Tout au long de sa carrière Van-Hamme a du mettre de côté dans un petit carnet toutes les idées qu'il n'a pas jugées suffisamment bonnes ou trop éculées pour ses divers projets en cours. Et puis un jour, on lui a demandé un scénario pour démarrer une nouvelle série. Il a eu l'idée de faire une BD concept : une BD sans une seule idée originale uniquement composée de clichés, le résultat : Wayne Shelton. Un petit peu de James Bond et du Mission Impossible emballé avec du Greg (le maître) et hop le tour est joué. Denayer est content il y a des camions, il a déjà la doc, pour le reste des décors trois cartes postales et deux dépliants d'agence de voyage feront l'affaire. Le résultat est parfaitement réussi, comme les meilleurs épisodes de l'Agence tout risque. A la prochaine. toine

 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio