BRIAN MICHAEL BENDIS

Les 241 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5


241. marcel - 07/07/05 09:30
Tiens ! Au fait, c'est quand la suite de The pulse ?...

240. RaymondVictor - 06/07/05 20:16
Je viens de finir Goldfish et c'est vraiment très bien...

239. marcel - 15/03/05 09:48
The pulse est sorti avant Alias 5... donc dispo.
Je rassure les fans de Gaydos : Bagley ne dessine que les premiers episodes.

238. dens - 15/03/05 00:03 - (en réponse à : rattrappe son retard)
j'ai relu ce sujet du coup ben c'est interressant ...
L'en a de la chance Niko d'avoir un boulot comme ca!
:o)


237. Bert74 - 14/03/05 16:48
J'en rajoute une couche avec le tome 5 d'Alias, très très bon. Un Bendis au meilleur de sa forme clot (déjà, merde !) magnifiquement cette série. En plus on apprend plein de chose sur Jessica Jones.

Bon, y parait qu'on va la retrouver dans The Pulse dans Spiderman HS. Tant mieux, même si les dialogues vont peut-être perdre de leur mordant en même temps que leur "pour lecteur avertis".

236. Bert74 - 28/09/04 11:34
Je trouve que Bendis reprend du poil de la bête avec le dernier Alias paru (Alias 4 - Mattie, collection Max de Marvel France). L'histoire est celle d'un bon polar de détective privé, avec toujours cette petite touche de "vie privée des super-héros" assez gourmande, mais j'ai trouvé les perso bien plus étoffés (notamment le déconcertant J. J. Jameson) et intérressants, et les dialogues sont vraiment aux petits oignons (mention particulière à une conversation téléphonique très surréaliste entre Jessica et un de ses amis agent du S.H.I.E.L.D.).

Bref, après la fadeur du 3e tome (sauf peut-être pour l'historiette de fin mis en image par Sankiewitz), un bon petit plat à déguster tranquillement chez soit.

235. torpedo31200 - 21/02/04 11:50
Intw (en anglais) de B.M.Bendis sur The Pulse
http://www.comicon.com/pulse

234. Niko - 20/02/04 17:48
Transmet, ça sort régulièrement en TPB. Il doit juste en rester un ou deux pour boucler la série, qui ne devraient plus tarder.

233. LOGAN - 20/02/04 16:48
C'est vrai, mais là encore tout n'est pas regroupé en TPB. En général ce sont les arcs à succès.
Si tu prends Transmetropolitan (Warren Ellis + Darick Robertson) par exemple, je ne pense pas que la totalité soit parue en TPB. Quant à la VF, seule les 4 ou 5 premiers N° ont été traduits, alors que la série est restée excellente jusqu'au bout.

232. sonatine - 20/02/04 15:52
Et c'est moins cher que les versions françaises, suffit de regarde les paperback d'ultimates X-men

231. Niko - 20/02/04 15:36
l'autre solution est d'acheter les réimpressions US reprenant entre 4 et 8 épisodes, ce qu'on appelle un trade paperback. la plupart des grandes séries sont maintenant reprises de façon systématiques sous cette forme.

230. LOGAN - 20/02/04 14:54
Un des principaux défauts du comics US est la prolifération de la publicité. Déjà très présente dans les années 90, il semble que ces dernières années la publicité ait littéralement envahi les comics US au point qu'elle en rend la lecture difficile et casse le rythme. Grand fan de comics depuis les années 80 (du bon comme du moins bon d'ailleurs), je me détourne de plus en plus de l'import US pour cette raison. Les versions françaises récentes sont par contre d'une excellente qualité. Malheureusement, au moment de la sortie d'une nouvelle série US, impossible de savoir si elle sera adaptée en VF; il faut donc "parier".
L'autre défaut du comics est l'instabilité des artistes. Sur 12 N° il n'est pas rare devoir se succéder 3 ou 4 dessinateurs (certaines séries font exception).

229. Niko - 08/02/04 08:29 - (en réponse à : Christ)
c'est marrant, moi ça me fait exactement l'effet inverse. Le comics de 22 pages ne me semble pas un format qui lui convienne vraiment. l'histoire ne me semble prendre son rythme que sur au moins une centaine de page.

228. Christ Oliver - 08/02/04 07:00
Je n'ai pas lu toutes les dernières interventions mais il me semble qu'il y a un point qui n'a pas été mentionné.

C'est que Bendis se lit beaucoup mieux en comic mois après mois qu'en recueil. En comics, ces histoires procurent une impatience d'en connaitre la suite, tandis qu'en recueil ce type d'effet tombe un peu à plât.

227. Michaël - 07/02/04 20:06
Ouais, du très bon boulot en tout cas. Bravo.

226. Niko - 07/02/04 19:59 - (en réponse à : Shingouz)
l'accueil aux US de Spawn : Simonie ? pour l'instant, le staff chez McFarlane est super content du bouquin. Pour l'avis du public, faudra attendre le mois de mai, puisque ça sortira sous forme d'un annual de 64 pages (comme en leur temps les deux histoires de Ashley Wood réunies dans De Ténèbres et de Sang).

225. Niko - 07/02/04 19:57
"le loup, le renard et la belette", c'est parce que la comptine d'origine n'avait aucun intérêt une fois traduite. les chansons, pour ça, c'est l'horreur. soit c'est une référence absolue (comme je ne sais pas, moi, sympathy for the devil) et on laisse en VO, quitte à rajouter une note en bas de page, soit il existe un équivalent (dans Top 10, un extrait de Santa Claus is Coming to Town remplacé par un quasi équivalent extrait de Petit Papa Noël), soit la chanson est inventée de toutes pièces, mais alors il faut traduire (je me suis essayé au rap des metallos dans Top10, et j'en ai chié a restituer quelque chose qui ressemble à une chanson, au prix de bidouilles).

je ne crois pas qu'en traductions il existe de solution parfaite. chacun fait au mieux, en son âme et conscience (sauf les crétins qui, sous prétexte qu'ils ont une license d'anglais, traduisent au mot à mot et stérilisent le bouquin).

en ce qui me concerne, le but est de faire passer l'idée, et de ne pas trahir la voix du perso.
un personnage qui parle shakespearien devra parler au moins un peu moyennageux. un type qui fait des calembours devra en faire, même si ce ne sont pas les mêmes (et que du coup il faut triturer un peu le dialogue).

mais bon, le proverbe le dit :
Traduire, c'est trahir.

conscient de ça, je fais mon boulot, le nez dans le guidon, en essayant de faire au mieux, et en faisant des choix.

224. Shingouz - 07/02/04 19:54
belle opportunité de bosser avec un tel perso, quel a été l'accueil là bas?

223. Niko - 07/02/04 19:49 - (en réponse à : traducs)
la référence au diner de cons venait remplacer une référence culturelle ricaine qui aurait été par trop obscure et qui, traduite directement, aurait mal sonné de surcroit.

pour Darry Cowl, c'était un pur gag, qui collait avec la mentalité complètement décalée du Midnighter. la VO abonde de références aux pokemons, canderel et autres saloperies, alors autant poursuivre dans le truc (dans Batman/Lobo, j'avais glissé l'ours Collargol)

après il y a débat. faut-il franciser certaines références ? ou faut-il aller à l'universel, au risque d'aseptiser le truc ? faudrait ouvrir un sujet rien que pour ça.

mais quand je me suis retrouvé carrément scénariste d'un Spawn, je n'ai pas résisté à la tentation de coller des vrais morceaux de Sarkozy dedans. ça me faisait marrer.

donc voilà. je fais partie de cette race de gens qui ne supporte pas l'idée qu'un travail soit necéssairement chiant. on peut s'amuser en bossant. et mon métier, c'est la traduction.... et on s'amuse et on rigole...

222. Maravilla - 07/02/04 19:26
Je viens de lire Authority qu'il a traduit également. Il y a une référence à Darry Cowl. C'est vrai que c'est troublant.

Authority, en même temps, est en parmanence à double tranchant, jouant avec l'énormité des enjeux, des pouvoirs, des caractères, à mi-chemin entre méga-héroïsme exacerbé (c'est dire), et grotesquerie science-fictionnesque. Avec du recul, je me demande si ces choix de traduction un peu burlesques ne sont pas bien vus.

221. Michaël - 07/02/04 19:18 - (en réponse à : Niko)
Félicitations pour tes traducs, mais j'ai un léger problème avec "Midnight Nation". Dans le premier tome (en Semic Book), le seul que j'aie lu pour l'instant, un des dialogues fait référence au "Dîner de cons". La fille (dont j'ai oublié le nom) reprend le dialogue archi-connu, "dites j'organise un dîner ce soir" etc. Cette irruption d'une référence à un film français dans un comic se déroulant aux US m'a gêné, elle paraît peu crédible et m'a fait sortir de l'atmosphère, un peu comme une faute de frappe dans le roman dans lequel on est plongé. Ce n'est pas le seul exemple, dans "Dark Victory" l'Epouvantail chante "Le loup, le renard et la belette", ça fait bizarre.
Est-il indispensable de remplacer les références originales? Je pense que mieux vaut pour le lecteur ne pas saisir toute l'ironie du dialogue plutôt que d'être perturbé par une référence hors de contexte. Qu'en pensent les autres?

220. Maravilla - 06/02/04 23:54 - (en réponse à : Jeude)
Ah, ben voilà, enfin ta première bonne question. Je vois avec plaisir que tu commences à te situer par toi-même. ;o)

C'était une blague.

Toujours motivé à l'idée de ne pas connaître un secteur mais d'en parler, je vois. Des femmes avec des épées. Quelle vision. On dirait du Squarzoni/Clarke aux aurores.

Sinon, à la BD, tu t'y mets quand? C'est bien beau d'en parler. Faut en lire, maintenant. ;o)

Ouais, bon, ok, ça fait deux blagues. J'arrête. M'en vais grignoter l'idole Ito de mon camarade Pat. J'espère qu'il y aura des nanas avec des épées. Sinon, je serais déçu, on m'a affirmé récemment que c'était ça la BD "populaire". Je sais plus qui m'a dit ça. Quelqu'un de l'intérieur, sûrement. ;o)

219. Jean-eude - 06/02/04 23:33 - (en réponse à : une nouvelle couche.)
On peut aussi rajouter que la production dites populaire japonaise se tient mieux que la notre, infiniment mieux même. Plus barge, mieux tenus et foisonnante. Je serais moins categorique en ce qui concerne les us, ou la on descend vite d'un cran, pour se retrouver bien au niveau europeen. ^__^ Les nanas à gros flingues us valent elles nos nanas à grosses epées?
Ce qui n'en finit pas de m'epater c'est de constater que la seule leçon que l'on semble retenir du manga ne soit pas, qualité de scenars, ampleur du recit, decoupage solide etc, non, on retient ce qui justement le discredite le plus à mes yeux, cette stylisation très laide. Serions nous des imbeciles?

218. Pat boon - 06/02/04 19:15 - (en réponse à : Mara)
Reviens en parler sur le sujet Peeters qui traite aussi de narration (le haut du panier) ou crée un sujet, tu fais comme tu veux.
A+

217. Maravilla - 06/02/04 17:01 - (en réponse à : Pat)
Ca y est, j'ai Spirale, tome 1, dans mes bacs. Je te tiens au courant très bientôt. ;o)

216. Bert74 - 06/02/04 15:48 - (en réponse à : Jérôme)
Je te rejoins sur l'aspect "quantité de lecture" que propose certains comics ou manga par rapport au format habituel franco-belge.

Les collections commes Max ou Semic Book (j'en lis beaucoup), peuvent rapidemment se réveler plus avantageuses.
Par contre je relativise un peu plus les pavés manga à 200 pages, j'en lis peu, mais il me semble que si tu fais le rapport cases et/ou développement du récit à celui d'une grande partie des albums franco-belges (ne serait-ce que Lanfeust, ou ils ne sont pas trop avares de ce côté là), la donne n'est pas tout à fait la même.

Le dernier manga que j'ai lu, Coq de Combat, était très bien, mais ça se "consomme" à toute vitesse ces petites choses là (c'est d'ailleurs, je pense un des effets recherchés par les manga).

215. Pat boon - 06/02/04 15:39 - (en réponse à : C'est bien ce qui m'avait semblé...)
"Au Japon, où il ne reçoivent qu'une partie de notre production, il y a fort à parier qu'il y a un Jean-Eude un peu bourrin qui crie à la nullité de toutes ces productions nippones, en regard de ce qui leur arrive d'Europe."

Au dernière nouvelle, si je ne m'abuse, ils reçoivent que dalle de notre production au Japon.

On trouve à Tokyo une librairie spécialisée import Comics, mais pour du franco-belge, faut s'accrocher.
Ce que j'ai constaté sur place à la fin des années 90, ce sont de timides mise en place de sélections arbitraires de nos BOOOO alboums hors de prix. Donc, même à Tokyo, les amteurs d'import en français doivent se compter sur les doigts d'une main.

Faut-il encore le rappeller, l'expérience Kodansha dans les années 90 de traduire et publier dans leur format certains de nos auteurs n'a pas été concluante. Des essais se sont même réveler catastrophique en terme de chiffre de vente. Je donne pas de nom, mais Baru qui se flattait d'avoir vendu quelques millier de son autoroute du soleil, à laquelle les malchanceux acquéreurs japonais n'ont pas adhérés d'ailleurs et c'est bien normal, c'est du pipi de chat là-bas.

214. Jérôme degryse - 06/02/04 15:31
Et pour dire moi aussi je lis de tout. Je m'en fiche du pays tant qu'il y a de qualité. Je crois que des auteurs que tu cites j'ai déjà au moins lu une oeuvre. Je ne suis pas tjrs enthousiaste mais là c'est une question de goût. Mon constat venait juste du fait que les derniers albums m'ayant marqué ne sont pas européen. C'est tout.

Je regrette la surproduction d'héroic fantasy ( les Lanfeust like), de polars sf à la chant des stryges. De plus on voit de plus de maisons d'édition qui essaient de faire à la manière manga.( ex: Nocturne rouge chez Soleil. Attention je critique pas c'est sympathqie.).

Alors effectivement il y a d'autres choix. Mais ils sont malheureusement noyés dans une surproduction ou on a du mal à dégager les oeuvres " intéressantes".

Mais peut être ai je trop lu de bds et que je deviens blasé? Même le dernier Blacksad m'a déçu. Juste beau.( il faut dire que j'adore les polars donc trouvé cela trop classique)

213. Jérôme degryse - 06/02/04 15:21
Non c'était juste le terme tête de gondole de Maravilla qui pour moi renvoie forcément à tête de rayons d'ou grosses ventes. J'ai peut être mal compris. Sinon je suis bien d'accord. La quantité ne fait pas la qualité. C'était juste pour dire que malgré tout c'était trop peu pour parler de l'augmentation de qualité de la bd. Ce chiffre de vente est trop confidentiel. C'est pas ça un succès qui risque de changer la politique éditoriale de certaines maisons d'édition.

Du point de vue vente: la bd en France cela reste: Astérix, Titeuf, Lanfeust, Thorgal, Treize et cette année Black et Mortimer. Alors heureusement qu'il y a de bonnes surprises parfois: Pyonyang ( je sais plus l'ortographe), ou le regard ne porte pas ( essentiellement grace au format 96 pages qui j'espère va se développer)

Non le défaut pricipal à mes yeux de la bd européenne est la rapport quantité de page et prix de vente. 12 euros90 un album c'est cher.... Surtout que les auteurs en touchent bien peu.

Un manga c'est quand même 200 page de lecture. Quand l'histoire est bonne ( ce n'est pas tjrs le cas) je trouve qu'à 8euros 99 on en a plus pour son argent. On pourra me parler de qualité de papier, de couverture etc mais moi je m'en fiche. C'est pas l'objet que je collectionne c'est le contenu ( graphique et scénaristique) qui me plait. Alors que ce soit en grand format et en cartonné....

C'est pareil pour les comics. 25 euros l'intégral de Supreme. Sur le coup cela fait cher mais la qualité et quantité de lecture on est gagnant. Pareil pour Sandman etc. Même les petits tomes comme Alias, Cage, Hulk ( par corben) propose des nombres de pages bien plus avantageuses pour le développement de l'histoire.

Nous pour arriver à raconter une histoire en 200 pages faut 4 albums. Je trouve que cela limite. Moi j'évite d'investir dans de nouvelles séries car le prix devient dissuasif ( on parle encore d'une augmentation 13euros 50 la bd classique).

212. Maravilla - 06/02/04 14:36 - (en réponse à : Jérome)
Là encore, on se retrouve encore avec un peu tout mélangé. Je reprends tes propos:

>"Cela fait très longtemps qu'il n'y a pas eu une bd europénne qui m'ait scotchée."

Soit. C'est ton droit, ton point de vue, pourquoi pas?

>"Pour l'instant ( avant son prix à Angoulème)l'album ne s'est vendu qu'à 10000ex. Bien mais pas grandiose."

Voilà, là ça coince. Que cherches-tu à prouver? Il ne s'est vendu "qu'à" 10 000 exemplaires, ça prouve donc la qualité moyenne du livre?
Pour qu'un album puisse te "scotcher" (et donc te prouver la qualité de la BD européenne), il faut qu'il soit vendu à 250 000 exemplaires minimum?
Tu ne peux pas être "scotché" par différents albums européens qui n'auraient été vendus, disons, qu'à 2 000 exemplaires?

Récemment (ces dernières années), j'ai été très impressionné par Jason, Peeters, Guibert, Blain, Ware, Taniguchi, Moore, Tomine, Clowes, Burns, j'ai découvert avec enthousiasme Domù de Otomo. Tu vois, ça vient de partout. Sais-tu que parmi ces noms, à part Moore et Taniguchi, il n'y a que des tirages moyens voire très faibles? Même le Domù d'Otomo, à l'échelle du Japon, représente un tirage "pas grandiose" comme tu dis. Est-ce que c'est une preuve de quoi que ce soit? Que Domù est un livre qui ne peut nous scotcher?
Que les disques qui ne peuvent nous scotcher ne sont donc que ceux de Jenifer et Julio Iglesias?
Que les films qui peuvent nous scotcher ne sont que Hulk ou La Momie?
Que les grandes BD françaises ne sont donc que "Tout ce que les hommes savent des femmes", et son inverse?
Que les signes du "grandioses" sont indéfectiblement liés aux chiffres de vente?

C'est vrai, c'est dur pour Jeude (j'essaie d'être modéré avec lui, même si c'est dur, je me répète pour me motiver qu'à son âge j'étais sûrement comme lui). Mais lui demander un peu de logique, c'est pas grand chose, non? Si? Soyez construits dans vos propos, nom de nom.

Il faudra que je me mette à lire Luc B. moi. ;o)

211. Jérôme degryse - 06/02/04 13:53
Enfin c'est que Mr Brunschwig n' a pas à s'excuser. Il donne son avis ( que je ne partage pas) de manoère énervé. Mais de la même façon que le regretté sujet que j'ai créé sur Arleston, il le fait avec une véhémence qui obligatoirement va atteindre et énervé ceux qui aiment Benis. Relisez le premier post c'est quand même très catégorique ( bien que je le reconnais dis de manière polie. Grande différence avec moi).

Voilà pour en revenir à Bendis: ma série préférée reste Alias. Il y a un mélange de classissisme mais aussi d'inovation de ton qui me plaisent beaucoup. Le dessin demande un temps d'adaptation mais je ne le trouve pas mauvais ( il est vrai que je ne suis pas expert en ce domaine. N'ayant aucune technique en ce domaine cela s'arrête à j'adhère ou non).

Sinon je vous trouve vache avec Jean Eude. Bien qu'en accord que très partiel avec lui, je ne trouve pas qu'il est totalement tort. Cela fait très longtemps qu'il n'y a pas eu une bd europénne qui m'ait scotchée. On me parle de combat ordinaire. Sympathique mais selon pas extraordinaire. Une impression ( qui n'engage que moi) que de sous Woody Allen.Enfin j'ai lu quelqu'un dire que c'était une tête de gondole. Pour l'instant ( avant son prix à Angoulème)l'album ne s'est vendu qu'à 10000ex. Bien mais pas grandiose. Cela reste très confidentiel. J'ai un blocage aussi avec Sfar. Je trouve intéressant son dessin ( j'adore Pétrus Berbygère)et je lui recoonais toujours une bonne idée de départ dnas chaque album mais je trouve qu'il ne sait pas le mener au bout.

De plus il est quand même étonnant que depuis 2 ans les seul albums qui me marquent viennent du comics ou du Japon. Voilà


P.S: bravo à Luc B pour le pouvoir des inncents et l'esprit de Warren. Je n'aime pas tout ce que vous faites mais comme pour Bendis l'ensemble me semble tjrs lisible et distrayant. L'essentiel quoi!

210. Odrade - 06/02/04 11:28 - (en réponse à : à Faust)
Heuhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

Ben je ne sais pas, personnellement, me faire traiter de "povNubile!" ne m'outre pas particulièrement.

Par contre, s'il s'agit de termes comme "sale nubile!" ou "grosse nubile!", là, la personne se prend une baffe.

Non mais.


O.

209. faust - 06/02/04 11:00 - (en réponse à : [hors débat])
Juste une demande d'info
Nubile (très joli mot par ailleurs, peu usité), n'est ce pas un peu contradictoire avec ingénue

Non parce que au niveau du code civil les hommes sont nubiles à 18 ans et le femme à 15.
(Or à 18 ans on est plus au lycée, normalement, ou alors en post bac).

Toutefois je crois qu'il existe un second sens à nubile, qui doit être "en age de procreer"? Mais la procréation elle même est peu compatible avec le fait d'être ingénu.

Si il y a un linguiste dans la salle, j'aimeais savoir exactement ce qu'il en est par curiosité.

Amikalement, Romain.

208. Shingouz - 06/02/04 09:44
Bendis, c'est du tres bon tres bien tassé, je ne vois pas ou est le problème...

207. Manu Temj - 06/02/04 09:38 - (en réponse à : Maravilla)
J'arrive après la bataille, mais ton argumentaire est remarquable !

Bravo !

206. david t - 06/02/04 08:36
on est vraiment en mode gymnastique prénatale sur ce forum.

205. nemOrtel - 06/02/04 01:53
N'empêche que lème est partie. En apparté.

204. larry underwood - 06/02/04 01:35
Mais, Jean-Euuuuuuuuude ! (*voix genre Dieu le père dans les monthy pythons*) JEAN-EUUUUUUUUUDE ! Mais EXPLIQUE ce dont tu parles, au nom de Jupiter et de ses roubignolles !

"J'aime bien Larry, c'est pas mère courage, plutôt poisson pilote, petite crotouille babillante, pérorante. Il fretille, c'est beau à voir. Je ne m'en lasse pas. Long et lent à la détente, quand même... Il s'était dit, celle là, je la garde sous le coude, au cas ou."

Mais qu'est-ce que tu RACONTES ?? Je ne te comprends même plus, ta logique a atteint des sphères célestes où l'intelligence a laissé toute lattitude à la joyeuse et déconnante stupidité. Je saisis pas, je suis largué, bravo champion tu m'as terrassé... (précisons : ceci est une figure de style, une anti-phrase, le contraire de ce que je veux dire, de l'ironie, en gros : une blague. C'est pour du faux. C'est pas vrai.)

Il se trouve que je relisais simplement le sujet en vitesse, histoire de me souvenir de quoi on parlait au début (t'en étais resté je crois à "j'ai pas lu, mais qu'est-ce que c'est nul", un avis ma foi fort intéressant et qui mériterait qu'on s'y attarde.) Et je suis tombé nez à nez (au doit-on dire nez à cul ?) avec cette petite merveille de non-sens grotesque et magnifique qui m'avait échappé la première fois. Il faut dire que tu en sors tellement, c'est pas évident de te suivre. Quand tu sortiras un recueil de tes meilleurs hara-kiri, tu me préviens hein ? Que je sache d'avance, si jamais ça sort chez Aire Libre je voudrais pas passer à côté sous prétexte que c'est fourre-tout et que d'ailleurs, je ne lis pas ces albums. Encore Jean-Eude ! S'te plait ! Je suis comme toi, je m'en lasse pas. Sauf que moi, je sais pourquoi.

203. nemOrtel - 06/02/04 01:14 - (en réponse à : bon, puisque c'est comme ça et que je me fais chier aussi)
J.E. (un peu de pudeur que diable), je compatis à ta douleur, mais l'empathie, vois-tu, ça se ressent, ça ne s'explique pas. Au mieux, ça s'illustre. Je comprends ton propos, je perçois bien ta frustration face à l'inertie européenne. Figure-toi qu'elle m'est arrivée en pleine poire à Angoulême. Un vrai festival de cannes. Oui, c'est un jeu de mot, mais il est tard.
Je ne crois pas à cette théorie de la sclérose de la création. That's bullshit, comme ils disent en face. La création est en nous, partout, elle est dans l'arbre, dans les rochers, entre les pierres, elle est ta meilleure alliée..euh, non, je dérive. Ce que je veux dire, c'est que même à Petroglouvosk-les-Caillovski en Sibérie orientale, tu trouveras toujours un type (ou un meuf) qui aura un feeling, une idée, une simple étincelle, et qui aura, qui devra la jetter sur du papier (ou de la pellicule, de la pierre, de la glace, du la vodka, à la tienne). C'est juste humain. Donc c'est con. Et j'en sais qqchose, j'essaie de créer. Et j'en chie comme un bossu, crois-moi. Mais je pourrais très bien habiter un appart d'otaku dans la banlieue de Tokyo, ou une jolie maison blanche du middle-west, ou un igloo en laponie, ça ne change rien. Ca ne change que mes moyens, pas mon envie. Et, qu'on s'appelle Brunschwig, Bendis ou nemO, ou même Larry Underwood (mais là c'est lourd à porter), la passion existe.
A chacun de la transmettre. Tout est alors question de moyen.
J'ai peur qu'Angou (et loin de moi l'envie d'y revenir) ne récompense plus dans une optique pratique que passionnée.
Mais je ne suis qu'une étincelle, pas de quoi s'enflammer.

202. nemOrtel - 06/02/04 01:02 - (en réponse à : Post-yatta)
Je n'ai rien à dire.

201. Maravilla - 06/02/04 00:58
Yatta plus one.

200. Maravilla - 06/02/04 00:56 - (en réponse à : Jeude)
Pas de problème, je ne t'oblige pas à changer d'avis. Inutile de t'en demander plus, j'ai bien compris. Je suis content qu'au moins tu ais pu voir ce qu'était un développement. Peut-être m'en offriras-tu un, un jour. Un vrai point de vue. T'as lhonnêteté de reconnaître ta vision "obtuses" (donc un peu crétine). C'est toujours ça de bénéfique, cette lucidité.

Et puis, après tout, tu as reconnu ne pas connaître: Aire Libre, le Manga, etc. Tu as reconnu que ton potentiel de crédibilité était, enfin je veux dire, euh, enfin nul quoi.

Ce que je ne comprends toujours pas (enfin j'espère pas d'explications non plus, j'ai saisi ton non-message: out of brain), c'est pourquoi tu t'obstines à cracher sur ce que tu ne connais pas? Ne comprends-tu donc pas que tu agis comme ces vieux croûtons qui crient au moindre kanji: "Japoniaiseries!". Toi qui lis quelques mangas, tu as bien conscience tout de même de ne pas être aussi abruti qu'ils le prétendent, non? Bref, tout jeunot que tu sois, ça me dépasse. Que tu reproduises, pour une autre production, ces schémas d'ignorants, arbitraires et dangereux (le principe de l'exclusion culturelle aveugle, tu sais bien où ça mène, t'as tout de même vu ça dans tes cours j'imagine), j'arrive pas à concevoir tout ça. Je te jure.

Méfie-toi tout de même, au final, on sait jamais. Tout "de l'intérieur" que tu sois (curieux de le connaître ce fier intérieur en question, envoie-moi ton fanzine un de ces quatre), à force de marteler ces propos balourds et malsains, tu risques vite d'être "extériorisé". Tu n'es pas un bienfait pour la BD. Ca, au moins, c'est un fait certain. Pas besoin de plus de développement ("De quoiça?").

Bon courage à toi tout de même. Au plaisir de tes prochaines bétises.

199. Jean-eude - 06/02/04 00:43
J'aime bien Larry, c'est pas mère courage, plutôt poisson pilote, petite crotouille babillante, pérorante. Il fretille, c'est beau à voir. Je ne m'en lasse pas. Long et lent à la détente, quand même... Il s'était dit, celle là, je la garde sous le coude, au cas ou. Et on n'a nem', juste derrière qui a rit sûrement bêtement, n'ayant toujours rien à dire, mais l'écrivant, infatigablement.

malavida, je reste sur mes certitudes obtuses, desolé hein. Je maintiens que la production europeenne traine peniblement et ecore, là, je ne parle que de notre haut d epanier, parceque le ventre mou qui nous sert de quotidien...Je maintiens que Luc B a raté une bonne occasion de se taire et que Bendis doit le regarder en se marrant.

198. nemOrtel - 05/02/04 23:29 - (en réponse à : Maravilla)
J'ai bien ri.

197. larry underwood - 05/02/04 22:16 - (en réponse à : est mauvais joueur)
En principe, avec le dernier message de Maravilla, Jeude a son compte. Je tiens tout de même à en rajouter une couche, gratuitement, parce que tu m'as gonflé. Je suis plutôt sympa en général comme gars, débonnaire, bon vivant tout ça, mais j'ai un sale caractère aussi.

Je cite avec délice l'une de tes plus belles perles : "Ton absence d'objectivité, doublée d'un aveuglement profond, puisque tu prends simultanément la défense d'un livre que tu n'as pas lu et en attaque un autre que tu n'as pas lu non plus te discrédite bien assez comme ça... "

Pour rappelle, le livre "que je n'ai pas lu" est donc bien le Pouvoir des Innocents (que je défendais justement contre les attaques sans fondement de Jeude) et celui que "j'attaque sans l'avoir lu non plus" est censé être, dans l'esprit de J-E, le Daredevil de Bendis, que je reconnaissais effectivement ne pas avoir lu et sur lequel je me défendais bien, par conséquence, de porter le moinde jugement de valeur. Eh oui... la dyslexie, c'est terrible... mais comment peut-on MAL LIRE à ce point ? C'est de la matière fécale dans les yeux ou c'est juste de la mauvaise volonté assumée et élevée en mode de vie ?

196. Maravilla - 05/02/04 20:11 - (en réponse à : Jeude)
Jeune Ami,

Dans le but que plusieurs personnes cessent de te rendre vivement plus ridicule que tu ne l'es, je viens t'apporter un point de vue avec arguments, exemples, développements. Ce afin que tu aies quelque chose sur quoi t'appuyer pour contre-argumenter et ensuite t'essayer à cet exercice qui t'est manifestement encore inconnu au stade de ton existence: la réflexion.

>"Malavida, employer le mot empathie après m'avoir poursuivi des tes aboyantes questions insistantes était un peu hors de propos, non?"

Je constate que tu ne connais toujours pas le sens du mot "empathie". Tu l'as compris, et je t'en félicite, ce n'est pas un synonyme d'"antipathie". Et, je te l'annonce, ce n'en est pas un non plus d'"obstination". Continue à chercher, c'est autant d'appris.
Ca m'ennuie qu'après les gens te raillent durement aussi facilement. On dirait que tu leur tends le bâton.

>"Tu devais pas me lâcher au fait?"

Je l'ai fait. Ne considère pas mon post précédent comme une relance. C'était un résumé à l'attention de mon camarade Boon. Mais, puisque tu me relances, je viens conclure pour toi.

>"Tu demandes des explications de texte à tous ici comme ça?"

Quand on tient des propos aussi radicaux, voire destructeurs, oui. Mais rassure-toi on arrête d'insister après la quatrième demande quand la partie d'en face ne cesse de vous renvoyer du vent, des erreurs (quand on a de la chance), des contresens ou, mieux, des propos hilarants de contradiction et d'immaturité (je dis hilarant quand ça vient d'un ado mais comme dit Larry, si ça vient d'un quadra, on s'inquiète).

>"Je pense que mes justifications, aussi lapidaires qu'elles puissent être à tes yeux de mollason concessif en diable te permettent de conclure rapidement que je suis un crétin."

Absolument pas. Que tu manques d'expérience, plus certainement. Et que tu parles beaucoup, sans connaître, absolument.

>"T'es un beat heureux de nos sorties en Europe, c'est bien."

Mieux que ça. Je pense que l'Europe propose la production la plus variée, renouvelante et diversifiée de la bande dessinée. Mais je vais développer ("Dévequoi? Ca veut dire quoi?" me demande-t-il soudain).

>"Ton seul argument aura été me situer au lycée, hey, fait gaffe, c'est justement l'argument que sortent les types de ton genre qui n'ont pas fait d'etudes, (surtout à une epoque des surdiplomés comme actuellement)...Un vague sentiment d'infériorité qui leur colle aux basques, comme toi aux miennes en fait."

Dois-je rebondir sur une telle démonstration de ton handicap? Le prestige de mes diplômes ne reluit que dans un cercle particulier, souvent différent de celui composé de mes co-diplômés d'ailleurs. Comme si mon diplôme "brillant" dans un domaine X me préservait d'être stupide dans un domaine Y (remarque même dans le domaine X). Je suis sûr que tu adhères. Quand tu auras le Bac, tu sais pertinemment que tu continueras à croiser des imbéciles bacheliers et des non-diplômés particulièrement affutés. Je pense que tu partages cet avis, non? Mais là n'est pas la notre sujet. C'est juste un nouveau signe de la limite de ton propos: argument zéro. J'ignore mais je cause. Mieux cette fois: je spécule (cf. dico).

>"Mais les tiens d'avis, ils sont ou?"

Nous y voilà. D'abord, je tiens à te conseiller une chose: imprime ce court texte qui suit. Il devrait te servir de structure originelle dans ta façon de percevoir la BD, dans ta petite tête encore vide d'ingénu attendrissant (je le pense, je suis ravi de voir ton enthousiasme nubile pour le Manga). Libre à toi de l'orienter plus tard à ta guise. De te documenter, puis d'exprimer un désaccord. Mais au moins tu auras des bases.

Dans un premier temps, je voudrais remettre certaines notions en place dans ta tête (ou te les apprendre). Tu parles de la médiocrité de la production. Si l'on te rétorque L'Association, Ego comme X, Atrabile, etc. tu surenchéris en parlant de "minorités", d'"élitisme" et en opposant tout ça aux "têtes de gondole" selon tes termes.

Ainsi, on devine ta première erreur majeure. Il te faut employer les mots justes (tu ne dis pas "une bicyclette" quand tu vois une voiture, n'est-ce pas? là c'est pareil): tu ne veux pas nous parler de la médiocrité des succès de librairie, et non de la médiocrité de la production. C'est déjà un distingo énorme, fondamental. Que tu ignorais, d'accord, mais bon.

Soit, admettons: la majorité des succès de librairie sont médiocres. Comparé à ce qui nous "arrive de là-bas" comme tu dis. Il me semble que la logique serait de comparer les succès de librairie d'ici, aux succès de librairie de "là-bas", pour affirmer qu'il y a une telle différence de qualité, n'est-ce pas? Quels sont-ils? Les plus gros succès du Japon? Et d'Amérique? Leurs titres? Auteurs? Editeurs? Tirages? Je te parie que tu es incapable de les désigner. Je me trompe?

Au Japon, les plus gros tirages de Manga sont des histoires réservées aux adolescents masculins. Et une part non négligeables aux adolescentes. Ce sont des histoires très culcul, rose bonbon pour leur grande majorité (pour les filles), ou bien très viriles, très sport (pour les garçon). Une grande part de ces succès pharaonesques sont quasi-introuvables en France. J'espère que tu commences à comprendre ton erreur, et prendre conscience de ton manque de culture dans le domaine: tu compares la production française (à laquelle tu as accès dans sa totalité, du plus mauvais au meilleur), à une production nippone parcellaire, filtrée par des exigences préalables. Tu veux comparer deux éléments mais tu n'as accès qu'à un seul de ces éléments. Au Japon, où il ne reçoivent qu'une partie de notre production, il y a fort à parier qu'il y a un Jean-Eude un peu bourrin qui crie à la nullité de toutes ces productions nippones, en regard de ce qui leur arrive d'Europe. Raisonnement évidemment faux de son côté également, pour les mêmes raisons. Commences-tu à comprendre ta bêtise qui, malheureusement, fait un peu rire?
Le constat est le même du côté de l'Amérique, avec des Comics de Super-Héros plus mauvais les uns que les autres où DC tire la bourre à Marvel, avec quelques satellites outsiders. Evidemment, si on ne retient que les Bendis, McFarlane, etc. qui nous arrivent facilement, on peut facilement faire du Jean-Eude.

Voilà pour le premier point:
a)tu crois parler production alors que tu parles de succès.
b)tu crois pouvoir faire une comparaison entre une production dans son ensemble et une autre que l'on a déjà filtré, présélectionné avec de grandes exigences de qualités, en fonction d'un lectorat potentiel.

Premières grosses bourdes, donc. Tout ça pour dire qu'au Japon ou aux U.S, ne te leurre pas, leurs proportions de conneries, à l'échelle de leurs marchés propres, est sensiblement la même que chez nous.

Maintenant que tu as compris le distingo entre succès et production, revenons-y sur la production, justement. La production européenne.

Depuis une dizaine d'années et l'avènement de l'Asso, la BD en Europe a connu un renouvellement peut-être inégalé dans l'histoire de l'art, tous arts confondus. Un renouvellement, pour ne pas dire une révolution. Révolution graphique, thématique, narrative, mais aussi économique et productive. Des auteurs se sont donnés les moyens d'une structure. Dès lors, la BD a changé jusque dans sa façon de se faire. Certains argueront de cas similaires: l'Underground New-Yorkaise des 70's, les tendances apocalyptiques à la Otomo ou à l'inverse néo-peace & love à la Ghibli, la mouvance crumbienne ou Krazy Kat, ou bien même quelques cas francophones (Metal Hurlant, Druillet, etc. ), mais tu as le temps de découvrir tout ça. Il n'empêche que le contre-courant n'avait jamais été aussi fort. Avec l'autonomie, on voit non pas apparaître mais s'imposer l'autobiographie, le reportage, l'essai politique, tout comme d'autres expériences. Aujourd'hui, derrière les sacro-saints David B., Trondheim, Menu, Sfar, Blain and co. des auteurs de tous bords et de tous pays profitent de l'appel d'air: Winschluss, Squarzoni, Mathieu, Guibert, Jason, Gerner, Peeters, Wazem, Al Rabin, et j'en passe.
Jamais dans nos contrées la production n'a été aussi vive, aussi diversifiée, aussi inventive, aussi assoifée de recherche, de découvertes en tous genre. La BD francophone et européenne connaît peut-être son plus bel âge d'or depuis la ligne claire. Mais surtout son plus mature.

Voilà un aperçu de ce qu'on appelle un "développement", cher ami. Je sais, c'est pas facile. J'espère qu'après ça, tu éviteras de te lancer dans des diatribes idiotes et immatures, sans fond, ou sans références. Surtout quand tu avoues crânement qsue tu ne "lis pas" (au sujet d'Aire Libre), ou que ta culture est très maigre (au sujet du Manga). Tout passe du fait de ton jeune âge. Mais si tu avais 25 ou 30 ans: tu serais le nouveau Régis des nuls.
Ca m'ennuie de voir qu'on se moque de toi aussi facilement, simplement parce que tu es un peu grande goule et qu'il te manque pas mal d'années et de culture.
Ce post n'est qu'une goutte d'eau incitative (il serait bien long de parler de tout) dans l'océan qu'est la production européenne et sa variété. C'est surtout un exemple parmi tant d'autres de discours, qui précède l'affirmation d'une opinion (enfin, normalement, si on est un minimum sensé). J'espère que cela t'aura donné envie de t'intéresser à tout ça. Tu voulais mon avis (et donc ma réflexion), je t'en propose un. J'espère que dorénavant tu feras de même quand tu voudras prendre la parole, surtout pour affirmer des choses aussi virulentes et réductrices. D'autres, plus influents que toi, ont des raisonnements ideentiques (au sujet du Manga que tu aimes tant par exemple), et leur font beaucoup de mal. J'espère que tu comprends tout ça, et que tu grandis un peu par la même.

Promis maintenant je ne t'embête plus. J'ai compris qui tu es, comment tu fonctionnes, ton enthousiasme comme tes limites et ta "grande goule", j'espère juste que je t'aurais apporté un soupçon de variété et de connaissances.

Si tu es arrivé au bout: chapeau. C'est un signe. Tu deviendras un homme, mon fils. ;o)

A+

195. Pat boon - 05/02/04 20:01 - (en réponse à : Berth 74)
Le grand Braquage, je m'y suis intéressé parce qu'on en disait du bien. Tu parles de foutue bonne BD et moi je parlerais plutôt de BD sympathique. Je ne crois pas être sévère. Ce que j'ai lu dernièrement comme Comics m'a légèrement déçu. Je salue l'aspect très professionnel du boulot des intéressés, Sale, Loeb en particulier, mais j'ai quand même un peu l'impression d'avoir passé l'âge.

194. nemOrtel - 05/02/04 19:57 - (en réponse à : sacré georges)
Copains. C'est pas comme si t'avais dit une connerie, genre : "le fond est à deux km".

193. larry underwood - 05/02/04 19:54
putain, j'avais même pas fait gaffe !

euuuuh...



en fait, après tout c'est bien fait.

Copains ?

192. nemOrtel - 05/02/04 19:51
Pardon...crétin? Commprend plus rien moi...



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio