BD antisémite?

Les 422 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9


422. pm - 27/01/23 18:15
Un peu plus loin:
Franquin : « Moi, un anarchiste ?! Disons plutôt que je suis un lapin qui serait contre la chasse !… »

421. pm - 27/01/23 18:06
Et Franquin créa Lagaffe: à propos de Gaston

Sadoul: « Dans son combat contre diverses tares de la société- les parcmètres, les pollutions, les chasseurs de baleines, les flics, les militaires, les emmerdeurs, etc.- il est clairement devenu le porte-parole d’une pensée anticonformiste qui frôle carrément l’anarchie quand il s’agit du feuilleton avec Longtarin. »

Franquin: « C’est bien possible, mais attention: il est en conflit avec Longtarin parce que c’est un flic con. Je ne suis pas anti-flic, moi. Au contraire. Mais faut la qualité! Je ne suis pas certain que Gaston soit consciemment anarchiste ; il est de toute évidence un « fouteur de merde » mais je pense que c’est malgré lui, ce n’est pas volontaire de sa part. »

CQFD…

420. heijingling - 27/01/23 03:37
-Quentin: "Considérant qu’Hergé, venant d’où il vient, était antisémite au départ, il devait fort probablement partager les préjugés de l’époque sur les Tziganes (préjugés qui survivent d’ailleurs encore de nos jours). Etant donné le chemin humaniste qu’il a parcouru pour pouvoir écrire les bijoux de la Castafiore, on peut imaginer qu’il a fait le même chemin en quittant ses préjugés sur les Juifs, même s'il s'est abstenu de les représenter par la suite en BD."

En effet, on peut imaginer que Hergé avait des préjugés négatifs sur les Tsiganes, puis imaginer qu'il les a perdus, puis imaginer qu'il a de même perdu ses préjugés envers les Juifs, puis imaginer que Vol 714 est de l'autofiction et que c'est la rencontre avec des intelligences supérieures extraterrestes qui lui ont montré la voie et fait perdre ses préjugés, puis imaginer qu'il a fait une ode à la tolérance envers les Tsiganes mais pas envers les Juifs pour ne pas donner l'impression d'avoir cédé aux pressions du lobby juif international...

419. heijingling - 26/01/23 20:02
@Quentin: Je la refais. La phrase suivante n'est pas à prendre au premier degré: "Dans les Tintin d'après guerre, on voit des Indiens, des Tibétains, des Chinois, des sud Américains, des Tsiganes, des Africains, mais plus un seul Juif...Il aura juré, un peu tard, qu'on ne l'y reprendrait plus."


-Quentin: " Je note au passage quelque chose qui devrait te faire plaisir: Hergé a réussi à représenter des romanichels reconnaissables en tant que tel sans passer par des clichés raciaux."

Oui, comme pour Chagall avec ses Juifs en Russie, quand on a les accessoires (roulottes, violons, ferblanterie, hérissons rotis), c'est plus facile.

-pm: "Hergé est allé vers une grande générosité dans ses albums."

Dans Les bijoux de la Castafiore, envers les Tsiganes, oui, mais pas envers la Castafiore, les Dupondt, Séraphin Lampion. Et puis, il refait juste avec les Tsiganes ce qu'il avait fait envers les Chinois 30 ans auparavant (il était tombé amoureux d'un Tsigane à ce moment ou quoi?).
Et puis les Picaros, avec sa fameuse dernière case cynique, c'est un peu son Idée noire à lui. Comme Franquin, je le sens un peu désabusé sur ses vieux jours.

418. pm - 26/01/23 19:36
Smolderen disait que Hergé continuait à faire des blagues antisémites sur ses vieux jours. Je ne sais pas si c’est vrai ou fantasmé mais je suis d’accord qu’il est allé vers une grande générosité dans ses albums.

417. Quentin - 26/01/23 19:19 - (en réponse à : Heijingling)
Je note au passage quelque chose qui devrait te faire plaisir: Hergé a réussi à représenter des romanichels reconnaissables en tant que tel sans passer par des clichés raciaux.

416. Quentin - 26/01/23 18:37
Dans les Tintin d'après guerre, on voit des Indiens, des Tibétains, des Chinois, des sud Américains, des Tsiganes, des Africains, mais plus un seul Juif...Il aura juré, un peu tard, qu'on ne l'y reprendrait plus.

Oui, on peut voir les choses ainsi, et faire d’ailleurs le même reproche à Franquin. A ce détail près que Tintin au pays de l’or noir sort en album en 1950 et que la version remaniée ne sort que 21 ans plus tard, mais passons (il a commencé à travailler dessus en 1939). Tu as sans doute raison de penser que vu ses déboires passés, il aura jugé plus sage de ne plus dessiner un seul juif.

N’empêche qu’en poussant un peu, j'aurais tendance à interpréter les bijoux de la Castafiore comme son album de repentance. Les Tziganes ont, comme les Juifs, été l’objet des mêmes préjugés raciaux, d’autres préjugés culturels très lourds et discriminants, et ont fait l’objet d’un même génocide en étant exterminés dans les mêmes camps de concentration (25% de la population tziganes aurait péri, contre 40% de la population juive mondiale). Les bijoux de la Castafiore est une ode humaniste qui détruit les préjugés vis-à-vis de ce groupe et qui les réhabilite. Considérant qu’Hergé, venant d’où il vient, était antisémite au départ, il devait fort probablement partager les préjugés de l’époque sur les Tziganes (préjugés qui survivent d’ailleurs encore de nos jours). Etant donné le chemin humaniste qu’il a parcouru pour pouvoir écrire les bijoux de la Castafiore, on peut imaginer qu’il a fait le même chemin en quittant ses préjugés sur les Juifs, même s'il s'est abstenu de les représenter par la suite en BD.

415. heijingling - 26/01/23 16:16 - (en réponse à : pm)
Fais pas ton Quentin :), quand Franquin dessine un personnage, il n'est jamais désincarné.

414. pm - 26/01/23 15:29 - (en réponse à : Heijingling)
Oui, mais justement, ce ne sont plus vraiment des personnages dans les idées noires, ils sont désincarnés et n’ont pas d’existence propre en dehors de leur fonction ( Franquin dessine le chasseur, ou le militaire, pas une personne qui chasse ou qui s’engage dans l’armée) et du discours de Franquin, qui en fait ne parle que de lui-même et de ses idées ( noires). Il ne critique ni ne se moque de personne en particulier, sauf en sous texte lui-même, comme il le fait explicitement dans «  Et Franquin créa Lagaffe », et de manière tellement récurrente que ça en devient à la fois lourd et attendrissant.

413. heijingling - 26/01/23 15:18
@pm: Certes, mais dans ses autres œuvres, au delà de la fonction, on sentait souvent tendresse, compassion ou sympathie pour les personnages, alors que dans les Idées noires, on assiste souvent à un jeu de massacre.

412. heijingling - 26/01/23 15:07
Ah, oui, c'est sûr que dans les Idées noires son humanisme est devenu moins évident que dans ses œuvres antérieures...

411. pm - 26/01/23 15:04 - (en réponse à : Helmut)
Oui, mais comme tu dis «  militaires et chasseurs », ce sont des fonctions, il ne se moquait pas de la personnalité propre d’untel.

410. helmut perchu - 26/01/23 14:58
Je suis d'accord pour les exemples précités mais si tu fouilles du coté des Idées Noires je suis pas certain qu'il ait de la sympathie pour tous ses personnages (les militaires et les chasseurs par exemple).

409. heijingling - 26/01/23 14:50
Il la contestait assez pour s'en moquer fréquemment dans ses BD, ce qui n'est pas si courant pour un auteur de BD, surtout de sa génération. Par contre, oui, il avait des sympathies libertaires, mais ce n'était pas un théoricien de l'anarchie, je ne serais pas surpris d'apprendre qu'il n'avait pas lu grand chose sur le sujet, bien moins que Delporte par exemple.

408. pm - 26/01/23 14:44
Voilà, Franquin contestait l’autorité, comme beaucoup de monde en première intention, ça n’en fait ni un Bakounine ni un Stirner.

407. heijingling - 26/01/23 14:32
Ben, comme pour le maire de Champignac, si tu regardes la fonction sociale de tous ces personnages, tu vois qu'il y a une certaine cohérence dans le fait que Franquin se moque de leur fonction, mais exprime de la sympathie pour les personnages eux-mêmes. Il y a plusieurs histoires où Gaston sympathise avec De Mesmaeker ou Longtarin (pas Boulier, à ma connaissance).

406. helmut perchu - 26/01/23 14:23
Franquin n'a jamais de créé de personnage pour s'en moquer ou le ridiculiser

Et Boulier ? Et Longtarin ? Et de Maesmecker ?

405. heijingling - 26/01/23 14:19
-Quentin: "pm et bert disent que la case de Franquin est clairement antisémite."

Le dessin est antisémite, pas ce qu'exprime le personnage.Or, une BD est faite de personnages. Il y a contradiction entre le trait et l'idée. franquin, encore jeune, ne maitrisait pas encore bien son instrument.

-"Longshot dit qu'il y a des trucs hyper racistes chez Franquin."

Ha ben si longshot le dit, alors...

-"Je comprends que tu voies Franquin comme un Dieu (surtout après qu'il t'ait fait une jolie dédicace quand tu étais gosse) et que tu l'idéalises. Mais redescends sur terre; ce n'était qu'un homme. Hergé aussi d'ailleurs."

Je ne l'idéalise pas, ce n'était qu'un homme, mais tous les humains ne sont pas racistes et antisémites. Par contre, tous ont des faiblesses et des contradictions.

-moi: "Franquin n'a jamais de créé de personnage pour s'en moquer ou le ridiculiser"

-pm: "Le maire de Champignac, même si c'est pas méchant, un peu quand même."


Excellent exemple. Hergé se moque de la personnalité de ses personnages, Franquin ridiculise le maire en tant que maire, dont on ne sait rien de la personnalité en dehors du fait qu'il est imbu de lui-même en tant que représentant du pouvoir, et obsédé par sa fonction de maire. C'est justement le côté anar, anti autorité, de Franquin qui s'exprime là.

404. pm - 26/01/23 14:11
On peut très bien voter et être sans illusion.

403. pm - 26/01/23 14:09
Sadoul prend souvent ses désirs pour des réalités.
Franquin avait une tendresse pour le coté anar de Gaston, comme les lecteurs peuvent en avoir à la lecture, mais n’était pas anarchiste comme peut l’être Danyel par exemple. Rien n’indique que Franquin ait lu des bouquins sur l’anarchisme ou étudié un peu sérieusement la théorie, on reste dans une sympathie diffuse, mais au bout du compte ça vote gauche modérée.

402. Quentin - 26/01/23 14:06
Franquin votait


401. Quentin - 26/01/23 14:02
pm: Dans l'article: "Anarchistes de tous les pays, votez Franquin", on peut lire ceci d'une conversation avec Sadoul:

Journaliste: Ce n'était pas un militant. Était-ce un anarchiste ?
Sadoul: Tout à fait. Un anarchiste plutôt de gauche. Comme manifestement Gaston l'est. Contre les valeurs établies et quand elles sont trop contraignantes.

Par ailleurs, Franquin a beaucoup travaillé pour le magasine d'extrême gauche POUR après l'attentat qui a brûlé leurs locaux.

Heijingling: pm et bert disent que la case de Franquin est clairement antisémite. Longshot dit qu'il y a des trucs hyper racistes chez Franquin. Je comprends que tu voies Franquin comme un Dieu (surtout après qu'il t'ait fait une jolie dédicace quand tu étais gosse) et que tu l'idéalises. Mais redescends sur terre; ce n'était qu'un homme. Hergé aussi d'ailleurs.

400. pm - 26/01/23 13:57
Gaston est peut-être vaguement anar sur la fin, au début il juste paresseux, par des comportements antiflics, des trucs comme ça, mais sans réel discours politique ( c’est pour ça que c’est drôle). Plutôt libertaire au sens large, mais apparemment Franquin votait ( le vote est obligatoire en Belgique mais l’amende en cas d’abstention est faible), ce qui est contradictoire avec l’anarchisme ( «  Voter c’est pisser contre le vent », un des plus beaux slogans anarchiste).

399. pm - 26/01/23 13:48 - (en réponse à : Heijingling)

Franquin n'a jamais de créé de personnage pour s'en moquer ou le ridiculiser

Le maire de Champignac, même si c'est pas méchant, un peu quand même.

398. heijingling - 26/01/23 13:45 - (en réponse à : oups)
"Franquin a dessiné une unique case dans laquelle un personnage moralement neutre exhibe tous les traits d'une caricature antisémite."

@pm: Gaston est quand même un personnage assez anar, et tu n'ignores pas combien Franquin a mis de lui-même en Gaston.

397. heijingling - 26/01/23 13:41
-Quentin: "Franquin a eu moins de succès qu'Hergé et il n'a pas collaboré avec un journal d'occupation pendant la guerre (trop jeune pour ca), donc on s'est donc moins focalisé sur lui. Mais clairement, au début, il n'était pas moins raciste ni moins antisémite qu'Hergé, même s'il a 17 ans de moins que ce dernier."

Tu te bases sur quoi, pour dire cela? Concernant le racisme, Franquin n'a jamais fait de Spirou au Congo, dans lequel tous les Afriains seraient des arriérés béni oui-oui, au contraire, même les "Pygmées sales" ont une morale, sont intelligents, ont de la répartie et de l'humour, comme on peut le voir ici https://alex002braun.wixsite.com/bd-archives-ab-2/fascicule-611
Quant à l'antisémitisme, Hergé a fait au moins deux histoires dans lesquelles des personnages clairement identifiés comme Juifs sont clairement des crapules, Franquin a dessiné une unique case moralement neutre exhibe tous les traits d'une caricature antisémite. Franquin antisémite, elle est bien bonne celle-là, et après, c'est moi que tu taxes de voir de l'antisémitisme partout...

"Ca se comprend si on les replace dans leur époque."

Argument utile pour expliquer des comportements de groupes, mais non valable pour expliquer ceux d'un individu.

"Hergé a évolué et est devenu humaniste dans ses albums ultérieurs. Franquin a évolué et est devenu anarchiste, mais il n'a jamais vraiment fait d'album humaniste (à moins de considérer que le discours "tous les hommes sont pourris" est humaniste). A choisir, je préfère le parcours personnel du premier."

Franquin n'a jamais de créé de personnage pour s'en moquer ou le ridiculiser, comme Séraphin Lampion, les Dupondt, la Castafiore, Rastapopoulos, tous, à l'exception de rares mauvais (Xénophon Hamadryas, le trafiquant d'arme des Pygmées...) sont humains et complexes, c'est en cela que réside l'humanisme de Franquin, plus que dans de grands discours catéchistes type "il faudrait que tous les peuples se parlent et se comprennent".

396. pm - 26/01/23 13:32
À ma connaissance Franquin n’a jamais été anarchiste. Je relis actuellement la nouvelle édition du bouquin avec Sadoul et Franquin est plutôt orienté gauche humaniste genre PS, pas vraiment un gauchiste.

395. Quentin - 26/01/23 13:08
Franquin a eu moins de succès qu'Hergé et il n'a pas collaboré avec un journal d'occupation pendant la guerre (trop jeune pour ca), donc on s'est donc moins focalisé sur lui. Mais clairement, au début, il n'était pas moins raciste ni moins antisémite qu'Hergé, même s'il a 17 ans de moins que ce dernier. Ca se comprend si on les replace dans leur époque.

Hergé a évolué et est devenu humaniste dans ses albums ultérieurs. Franquin a évolué et est devenu anarchiste, mais il n'a jamais vraiment fait d'album humaniste (à moins de considérer que le discours "tous les hommes sont pourris" est humaniste). A choisir, je préfère le parcours personnel du premier.

394. heijingling - 26/01/23 12:30
-longshot: "Corrigé ou non, ça en dit plus sur la perception de Franquin / Dupuis que sur le racisme qu'on peut y voir."

Et, stp, pourrais-tu "en dire plus" sur ta phrase que je ne suis pas sûr de comprendre, ou plutôt que je suis sûr de ne pas comprendre (autant, sur Franquin, oui, toute œuvre de fiction parle d'abord de la perception de son auteur, mais je ne vois pas ce que vient faire Dupuis là-dedans, et "le racisme qu'on peut y voir", tu veux dire, dans la BD, dans le fait que cela n'ait pas été corrigé, ou quoi?)

-"(Il y a des trucs hyper racistes chez Franquin."

Hormis la case dont on vient de discuter, et qui est surtout une maladresse, et les "noirs qui sont noirs parce qu'ils ne se lavent pas", ce qui a effectivement un sale goût, tu aurais d'autres exemples "des trucs hyper racistes" (pas un peu, ou ambi gus, comme la fameuse case, mais vraiment hyper)?

393. longshot - 26/01/23 10:55 - (en réponse à : Quentin)
Sauf que les africains dans Tembo tabou parlent "petit nègre" et que ca n'a jamais été corrigé.

Corrigé ou non, ça en dit plus sur la perception de Franquin / Dupuis que sur le racisme qu'on peut y voir.

(Il y a des trucs hyper racistes chez Franquin. Le pire àmha c'est cette histoire courte où après avoir rapporté un léopard perdu à son propriétaire, celui-ci les embarque sur la petite île africaine peuplée de pygmées dont il est l'Empereur blanc bien-aimé, île qui est hélas divisée par un conflit ancestral entre une population à la peau plus claire et une autre à la peau plus foncée. Heureusement nos héros vont découvrir que les « noirs » sont juste des gros dégueulasses qui ne se lavent jamais, en fait ils sont noirs de crasse, haha !

Bref c'est affligeant.)

392. heijingling - 26/01/23 03:20
-pm: "Quand Chagall peint des juifs c’est avec des vêtements ou par la coiffure qu’on peut les reconnaître, il s’agit de juifs traditionalistes, ce n’est pas par des caractéristiques du physique, car il n’y en a pas. Franquin n’avait aucune raison de grimer le tailleur en juif ultra orthodoxe, un nom sur la porte genre Aaron Lévy ou Samuel Cohen et le tour est joué."

Chagall avait de plus à sa disposition, comme Sfar dans Le chat du rabbin, tout l'environnement des habitats (villages juifs), des accessoires (chandeliers à sept branches), bref tout un tas de symboles que Franquin, dans sa case isolée, ne pouvait utiliser.


-Quentin: "Et de toute facon, Heijingling s'intéresse à ce que peuvent dire les images en soi, sans mots."

Oui, voila, et en l'occurrence, Franquin a voulu faire un gag visuel, par contrepoint au texte, mettre un nom juif n'aurait eu aucun sens dans ce cas-ci.
Autrement dit, on peut représenter par le dessin un Juif traditionnaliste immédiatement reconnaissable, mais il n'y a pas de synthèse graphique qui permette d'en faire autant pour un juif x sans utiliser les attributs antisémites.

391. pm - 25/01/23 22:37
Quand Chagall peint des juifs c’est avec des vêtements ou par la coiffure qu’on peut les reconnaître, il s’agit de juifs traditionalistes, ce n’est pas par des caractéristiques du physique, car il n’y en a pas. Franquin n’avait aucune raison de grimer le tailleur en juif ultra orthodoxe, un nom sur la porte genre Aaron Lévy ou Samuel Cohen et le tour est joué.

390. Quentin - 25/01/23 20:35
Et de toute facon, Heijingling s'intéresse à ce que peuvent dire les images en soi, sans mots.

389. Quentin - 25/01/23 20:32
le plus simple pour caractériser un juif, même si échappera à certains, est de faire figurer son nom

Est-ce si simple que ca? Ne serait-ce pas retomber dans une autre forme de caricature? Voir la discussion sur Bollewinkel. Et quid des mariages mixtes?

388. froggy - 25/01/23 20:26
Ca craint pour l'avenir.

Je suis desole Philippe.

387. pm - 25/01/23 19:29
Il y a une série de Meynet qui se déroule dans le milieu des diamantaires d’Anvers et avec l’habillement traditionnel et les papillotes c’est très clair et il n’y a aucun sous entendu désagréable ( contrairement à Simon dans la série Le Merlu). Cet habillement n’a rien de caricatural.

386. pm - 25/01/23 19:25
Hormis les ultra orthodoxe qui se reconnaissent par leurs vêtements ou les papillotes, mais il n’y avait aucune raison d’utiliser un ultra orthodoxe pour Franquin.

385. pm - 25/01/23 19:23 - (en réponse à : Heijingling 375)
Comme il n’y a pas d’attribut physique juif, le plus simple pour caractériser un juif, même si échappera à certains, est de faire figurer son nom.

384. heijingling - 25/01/23 19:18 - (en réponse à : Bert74)
"qui ne vise pas une population traditionnellement opprimée."

Les conditions de vie des immigrés italiens en France et en Belgique jusqu'à la mi XXème siècle n'étaient en général pas particulièrement enviables, hein.

383. heijingling - 25/01/23 19:08 - (en réponse à : Papillotes)
@Bert74: oui, non, d'accord, mais là je répondais à Quentin sur les Juifs d'Anvers, je ne parlais pas du dessin de Franquin, qui reprend en effet tous les clichés des caricatures antisémites.

382. Bert74 - 25/01/23 18:51
Papillottes, chapeau et costume noirs, ce sont eux-mêmes qui choisissent de s'identifier ainsi, donc choisir ces attributs pour les représenter n'a rien d'antisémite, on ne les réduits pas à un type physique phantasmé.

La représentation par Franquin ne repose pas uniquement sur l'habit, mais bien sur un aspect général popularisé par les caricatures à vocation antisémite qui l'ont précédée.
Ils sont habillés pareil dans Rabbie Jacob, pourtant le film n'a rien d'antisémite.


De Franquin encore, il y a le personnage du chef des bandits dans Radar le robot: https://alex002braun.wixsite.com/archives-spirou/f523
Il a le nez busqué, mais ses vêtements élégants (guetres, fourrure), ses cheveux crantés, son regard perpétuellement mi-clos, langoureux, le désignent comme un Italien , ce qui peut aussi poser problème, d'associer à l'époque automatiquement un Italien à la malhonnêteté


Oui mais là c'est un cliché courant (qu'on peut qualifier de xénophobe si on veut, mais alors tout est xénophobe, y compris les revendications contre les appropriations culturelles qui serait de l'auto-xénophobie) et, comme je l'ai dit sur les français, qui ne vise pas une population traditionnellement opprimée. En plus c'est vrai que les ritals sont tous des escrocs (il n'y a qu'a voir en foot...).

381. heijingling - 25/01/23 18:44
Curieusement, chez Franquin, les Africains parlent parfois petit-nègre (Tembo tabou, Le gorille a bonne mine), parfois parlent parfaitement français (Chez les Pygmées, La corne du rhinocéros).

380. heijingling - 25/01/23 18:33
Papillottes, chapeau et costume noirs, ce sont eux-mêmes qui choisissent de s'identifier ainsi, donc choisir ces attributs pour les représenter n'a rien d'antisémite, on ne les réduits pas à un type physique phantasmé.

Pour les clichés physiologiques, il faut les cumuler pour faire une caricature malveillante, Monulf en a la plupart, pas Rastapopoulos (qui en plus a un nom grec).

De Franquin encore, il y a le personnage du chef des bandits dans Radar le robot: https://alex002braun.wixsite.com/archives-spirou/f523
Il a le nez busqué, mais ses vêtements élégants (guetres, fourrure), ses cheveux crantés, son regard perpétuellement mi-clos, langoureux, le désignent comme un Italien , ce qui peut aussi poser problème, d'associer à l'époque automatiquement un Italien à la malhonnêteté.

379. Quentin - 25/01/23 18:28 - (en réponse à : Bert)
C'est comme faire parler un africain "petit nègre".

Sauf que les africains dans Tembo tabou parlent "petit nègre" et que ca n'a jamais été corrigé.

378. Bert74 - 25/01/23 18:17
Comme pm, je ne vois pas où est le débat. La façon de dessiner le tailleur par Franquin est clairement un réflexe antisémite, quelque soit le comportement du personnage. C'est comme faire parler un africain "petit nègre".
Ca renvoie un cliché faisant appel à une représentation raciste et stigmatisante courante de populations opprimées. Ça n'a rien à voir avec la représentation caricaturale d'un français béret/baguette, par exemple.

377. heijingling - 25/01/23 18:07
(Je répondais à pm, bien sûr).

@Quentin: c'est une narration de Fantasio en cases séquences, il n'y a donc pas de contexte graphique, ce sont des cases isolées de ce point de vue, dont il faut se contenter.
Ton interprétation est peut-être juste, je fonde la mienne sur le teint cadavérique du premier frippier, contrastant avec le rose de Fantasio et du second, et de ses yeux plissés, exprimant une dissimulation, par rapport aux yeux grands ouverts, regard transparent et donc franc. Mais je reconnais une part de subjectivité dans mon interprétation.

376. Quentin - 25/01/23 18:04
comment faire identifier un Juif sans tomber dans la caricature antisémite?

Oui, c'est une bonne question.

Franquin aurait pu dessiner une bouche "normale" et un nez "normal", je pense qu'on aurait encore reconnu le tailleur juif à sa barbiche, sa calotte, et à la limite aussi son dos voûté. On aurait reconnu un faisceau de codes plus culturels que raciaux.

Si quelqu'un voulait faire une BD sur le milieu diamantaire d'Anvers, il serait par exemple difficile de ne pas dessiner de papillottes ou de chapeau juif. Caricature? Oui et non. Il suffit de se promener à Pelikaanstraat à Anvers pour voir des caricatures ambulantes.

L'autre question est: peut-on utliser certains codes de la caricature juive (bouche lippue, nez crochu, barbiche pointue) pour décrire des personnages non juifs, ou ces codes sont-ils tellement liés à la caricature juive que c'est impossible? Cela renvoie à notre discussion sur Monulf, Rastapopoulos, etc.

375. heijingling - 25/01/23 17:51
Le fait est que Franquin a voulu faire faire un gag en contrastant les racontars de Fantasio prétendant s'habiller chez un grand tailleur alors qu'on le voit aller chez un pauvre fripier. Franquin a voulu personnaliser le gag en figurant un pauvre frippier juif, ce qui n'est en rien antisémite, ce personnage étant courant dans la littérature juive de l'époque, on en voit aussi chez Will Eisner. Le problème a donc été, comment faire identifier graphiquement un tailleur juif? Franquin, jeune, influencé par des années de propagande antisémite, a reproduit une caricature antisémite. Par la suite, il a éludé le problème en redessinant un tailleur générique. Mais le problème reste entier, comment faire identifier un Juif sans tomber dans la caricature antisémite? Sfar se pose encore le problème, et je trouve dommage qu'un génie graphique comme Franquin l'ait esquivé lorsqu'il y a été de nouveau confronté.

374. Quentin - 25/01/23 17:38
le premier, surtout par contraste, a un sourire fourbe et un regard torve

Je n'ai pas vu ca dans le dessin. Ce que je lis sur le visage du premier, c'est le sourire et le regard d'un type qui est sûr de lui et satisfait de son travail (ceci dit, il faudrait voir les cases avant et après pour mieux comprendre le contexte, donc je me trompe peut-être).

Le sourire et le regard du second, j'y vois celui de quelqu'un qui tient à tout prix à refourguer sa came et qui est trop content de pouvoir le faire.

Mais comme il paraît que je ne sais pas lire une BD, on va dire que c'est toi qui a raison ;-)

373. pm - 25/01/23 17:28
Et bien sûr que Franquin a eu raison de la redessiner.



 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio