Que venez vous de lire et qu'en avez vous pensé (3)

Les 501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


501. champignac - 03/07/05 02:54 - (en réponse à : ralta!)

500. larry underwood - 03/07/05 02:48
Yalta !


499. herve - 02/07/05 23:18 - (en réponse à : iarl)
disons que l'ambiance de la bd se rapproche de Lady Oscar, non ?

498. iarl - 02/07/05 19:11 - (en réponse à : herve)
J'ai juste feuilleté rapidement -manque de temps- "La Rose Ecarlate" en hésitant à l'acheter (l'héroïne me fait penser graphiquement à Asuka, d'Evangelion), et je ne suis pas d'accord avec la critique de Herve sur la prétendue qui prétend que le dessin est proche de celui de "Lady Oscar".
Le dessin de Patricia Lyfoung n'a rien à voir avec celui de Ryoko Ikeda, sauf peut-être le contexte d'époque et le fait que ce soit une BD de cape et d'épée. Pour t'en rendre compte, je te suggère amicalement de lire ou de feuilleter, à ta convenance, "La Rose de Versailles" (traduction du titre japonais de Lady Oscar), c'est en deux gros volumes chez Kana.

497. spip - 02/07/05 11:16
"Quel con ce Régie..."

496. larry underwood - 02/07/05 11:04
perso ce qui me fait le plus bizoire, c'est qu'un album de merde comme ça ait trouvé un éditeur...

Ah ben non, c'est normal on me dit en régie.

495. spip - 02/07/05 10:47
Bizoire,bizoire,vous avez dit bizoire,comme c'est bizoire...

494. Manu Temj - 01/07/05 22:55
N'empêche, appeler "la rose écarlate" un manga-like historique avec une héroine de cape et d'épée, je veux bien croire que c'est un clin d'oeil à Lady Oscar ("La rose de Versaille", non ?), mais moi ça me fait bizoire.

493. herve - 01/07/05 18:27
la rose écarlate #1
=>Prenez un zeste de Zorro, un zeste de "la tulipe noire (pour l'incipit et la balafre), le tout servi par un dessin assez proche de "Lady oscar" et vous obtenez "la rose écarlate". C'est un manga sous la forme agréable d'un album cartonné et en couleur de 48 pages! (le fameux 48 CC de JC Menu) Même si le scénario ne brille pas par son originalité (un héros masqué, une vengeance), j'ai été agréablement surpris par la lecture : une héroïne attachante, un dessin net (malgré les grimaces assez disgracieuses voire exagérées que l'on retrouve ici, comme dans les mangas), des couleurs à l'ordinateur (mais qui ne desservent pas le dessin). Avouons aussi, que l'histoire est plutôt tournée vers un côté "fleur bleue" mais il ne faut pas s'arrêter à cela. Patricia Lyfoung signe là (pour son premier album, je crois ?) une bd de qualité. Je le conseille donc aux amateurs de capes et d'épées.
note :3/5


l'ombre de l'ours de Faure & Corteggiani
=> Chaque case est un vétitable tableau tant le dessin de Michel Faure est beau.
Inspiré, je pense de légendes slaves, le scénario par contre pèche un peu : la bd se lit en effet trop vite et beaucoup d'élèments nous échappent encore.
Note : 2,5/5 euh non... allez on va mettre 3/5 grâce au dessin.

492. philma - 01/07/05 11:33
Durango avait un peu ce coté western Spaghetti au début. Déjà que Durango c'est Clint Eastwood.

491. yannick - 01/07/05 10:31 - (en réponse à : Lacon de Témor )
Je suis d'accord avec toi pour dire que "L'étoile du désert" n'est pas vraiment le meilleur exemple de similitude avec les oeuvres de Sergio Léone. Néanmoins, je l'ai quand même mis en exemple parce que je trouve que le découpage, les cardrages (les gros plans..) sont inspirés des westerns de ce cinéaste. Sinon, à part "500 fusils", quelles autres bédés "spaghetti's" as-tu en tête ?
"Bouncer" par exemple, je le trouve trop violent et n'a pas l'humour des films de Sergio Léone. "Colt Walker", pareil, trop violent...

490. marcel - 01/07/05 09:50
Attire par les avis exprimes ici, j'ai lu Les mesures du temps.

S'il manque, a mon sens, un peu d'huile dans les rouages du scenario, celui-ci reste tres reussi et les dessins assez aboutis pour un premier album. J'ai par contre eu un peu de mal a clairement identifier certains des personnages, peut-etre manquait-il quelques cases de "presentation" (de maniere a bien les camper) pour certains.

M'enfin, details que tout ca, c'est tout de meme un tres bon premier album.

489. Coacho - 30/06/05 11:43 - (en réponse à : Mon Vieto à jamais à moi que j'ai !)
Si je voulais le point Larry, je dirais que je le savais mais que je ne me suis pas encore fait à la féminisation des métiers ! ;o)))

Mais c'est bien de le savoir, ça donne un relief à mon sens encore plus particulier, plus fort, au "Prestige de l'uniforme".

La vision féminine de la .....merde, faut spoiler.... vie (pour ne pas dire déchéance) de Paul est magnifique.
Les fantasmes féminins sont toutefois bien étranges ! ;o)))

Merci de m'avoir repris avec cette élégance qui te caractérise et d'avoir éclairé ma lanterne sur ce point ! ;o)
Pour le reste, tu sais que "tu y es" presque ! (Et désolé pour ce jeu de mot maléfiquement private joke !) ^___^

488. Lacon de Témor - 29/06/05 23:19 - (en réponse à : yannick)
L'étoile du désert est tout de même très différent des western dessinés par Lamy. Je n'aime pas trop les comparaisons avec le cinéma mais si 500 fusils et trio grande sont des "spaghettis" leoniens, l'étoile du désert s'apparente plus à l'école américaine du western, avec les derniers de clint (pale rider, impitoyable) ou les classiques de georges stevens (l'homme des vallées perdues) ou john ford (la poursuite impitoyable).

487. Vieto - 29/06/05 22:42 - (en réponse à : Mon Coacho à moi que j'ai)
Juste pour te signaler que Loo Hui Phang, "le" scénariste, est "une" scénariste.
Comme tu le sais, je suis un grand spécialiste de la gent féminine asiatique ;-)

486. yannick - 29/06/05 10:25
ça date un peu mais je ne peux pas m'empêcher de vous faire partager mon avis sur cette bédé (et en plus, elle n'est pas référencée sur bdp) :

"Adios Palomita" - Trio Grande
« Adios Palomita » est une bédé sortie en 1992, malgré son ancienneté, elle reste pour moi un des meilleurs albums westerns spaghettis au même titre que « 500 fusils » et « L’étoile du désert ». Quand je lis cet album, j’ai l’impression de regarder un film de Sergio Léone. Les cadrages, les gros plans, l’ambiance, les flash-backs, tout cela est caractéristique de la patte du maître ! De nombreuses scènes rappellent beaucoup « Le bon, la brute et le truand ». Cette bédé m’a beaucoup captivé par sa mise en scène d’une redoutable efficacité et par ce scénario farfelu et original qui nous tient en haleine. Et puis, il y a cette ambiance ! J’adore cette mise en couleurs de Isabelle Rabarot qui utilise pertinemment les tons orangés, azurs et brunes (pour les passages en flash-back). Certes, il y a des passages totalement ridicules notamment avec le loup ou encore avec la mitraillette mais il faut dire que Sergio Léone n’était pas avare lui-aussi sur ce point-là ! Le dessin de lamy est très dynamique et sied parfaitement à ce type de bédé. Si vous avez aimé cet album et désirez prolonger ce moment de lecture , précipitez-vous alors sur « 500 fusils – Wayne Redlake » ou regardez un film de Sergio Léone !

485. Coacho - 29/06/05 09:38
Prestige de l'uniforme
Je suis bien incapable de faire un rapport de lecture honnête et cohérent de ce livre.
C’est tout simplement scotchant, bluffant, énorme dirais-je même pour faire le djeunz !
J’avais lu dans cette collection le Comix Remix d’Hervé Bourhis qui m’avait bien plu et j’avais la désagréable impression que ce « Prestige de l’uniforme » était une variante sur le thème…
Pourtant, après avoir plusieurs fois feuilleté les 80 pages de ce double expresso, j’étais attiré par ces cases sombres, ces dessins fouillés, mais bon… Sans plus d’envie que ça.
Traînant un midi dans ma Fnac, désœuvré, rien à lire avec moi, je me suis dit « Pourquoi pas ? » et j’ai acheté cet album un peu résigné par ma maladive compulsivité dans l’achat !
Est-ce pour cela que j’ai apprécié cet album ? Est-ce parce que je n’en attendais rien de particulier ? Est-ce parce que je n’avais pas de préjugés mais bien quelques a priori négatifs ?
Peut-être… Mais en fait, non. Il faut savoir reconnaître quand c’est bon et là, ça l’est !
Très vite on est happé par l’existence de Paul, ou plutôt son inexistence, dans un laboratoire Kafkaïen qui le coupe de toute réalité, à commencer par sa famille.
Sa femme subit et soutient son mari, malgré une certaine perversité psychologique dans cette démarche.
Sa fille souffre de l’absence de son père et développe de sombres pensées.
Et un jour, l’accident de recherche.
Le corps de Paul mute et il vit une période d’éclaircie dans sa vie.
Le scénariste, Loo Hui Phang, utilise le mode narratif personnel et c’est donc par les yeux du héros, et ses pensées, que nous lisons ce bouquin.
C’est désespéré, fort, poignant, beau… Les mots me manquent un peu pour faire quelque chose qui soit du niveau du sentiment qui m’a étreint à la lecture de cet album.
Une sorte de clin d’œil fait à tous les anonymes en quête d’un peu de lumière, une ode à l’anonymat, et une description fine et intelligente sur les méfaits de la reconnaissance et la gestion de la notoriété.
Un album magnifique à ne pas manquer. Dire que j’ai failli passer à côté…
L’édition nous réserve parfois de belles surprises, Prestige de l’uniforme en fait partie.

484. david t - 29/06/05 01:42
enfin réussi à trouver gemma bovery de la britannique posy simmonds en VO... (malheureusement, pantheon ne garde pas grand chose de la jolie couverture originale, hum...)

la première moitié est franchement géniale à tous points de vue mais la deuxième est un peu lourde; le surplus de texte commence à peser (faut dire que le livre comporte énormément de texte pour une BD) et on perd pas mal en subtilité surtout que l'auteure (par narrateur interposé) souligne un peu trop les rapports entre son histoire et l'oeuvre de flaubert. petite déception de ce côté-là mais c'est surtout que j'attendais beaucoup de ce livre. d'un autre côté, c'est du feuilleton (paru originellement dans le guardian) alors les redites et quelques facilités sont inévitables. dans ce contexte, il s'agit quand même d'un petit chef-d'oeuvre en son genre, que je conseille à tous ceux qui veulent lire une BD vraiment atypique.

quant au dessin, il est fort joli et l'alternance entre l'anglais et le français (le gros de l'histoire se passant en normandie) est très drôle. et les personnages sont à croquer. aucune idée de ce que ça donne en VF mais y a un potentiel de massacre non négligeable là (donc: recommendation VO!)

sinon, j'ai lu du corto (les éthiopiques) et ça, évidemment, on sait à quoi s'en tenir et c'est un petit régal comme toujours. je suis toujours impressionné par hugo pratt, ce grand magicien du dessin, et ses personnages plus grands que nature.

et puis relecture de donjon période potron-minet avec une appréciation particulière pour les monsters... cette semaine je me remets aux zénith puis quand je serai venu à bout de crépuscule, le #104 sera sans doute arrivé à montréal... quel timing!

pour finir, grosse déception pour la jeune fille aux camélias de maruo chez imho. d'accord, y a de fichtrement belles images mais côté histoire, c'est absolument n'importe quoi, rythme nul, personnages réduits à des carcasses sans intérêt. bref, l'oeuvre d'un bon dessinateur qui n'a aucune idée comment raconter une histoire. pourquoi ne pas en faire un livre d'images alors?

483. Pierre-Paul - 28/06/05 23:11
Davodeau: Le Constat. Pas une nouveauté, mais c'est pas grave. Un road-comic basé sur une intrigue assez prenante mâtinée d'une pensée philo sur les disillusions idéologiques pour les papys ex-militants communistes. Je dois dire que venant de lire le dernier opus de Davodeau chez Air Libre, je crois que Le Constat est à classer au même niveau que "Pour Ceux qui t'aiment": un peu prise de tête sur la philo sous-jacente, un peu classique et bateau sur l'intrigue et dessin sans faute. 3/5.
(pour Davodeau je reste sur ma conviction que "Quelques Jours avec un Menteur" est un must absolu que TOUT LE MONDE PASSE 30 ANS DOIT LIRE !!! (Mr Davodeau, je pense ce que j'écris)

482. Vieto - 27/06/05 21:54 - (en réponse à : Chronique très brêve)
Mamma Mia avec Civiello au dessin.
Est-ce parce que je suis fatigué? La narration m'a semblée totalement hermétique (rarement lu quelque chose d'aussi difficile à suivre), qu'à côté de ce festival de flashbacks et d'ellipses amha imbittable, Jimmy Corrigan c'est limpide :-/

481. yannick - 27/06/05 16:48
Tatanka T1 « Morsure »
Malgré un thème archi-connu, le premier tome de cette série m’a accroché. « Tatanka » est le nom d’une association qui lutte contre la violence sur les animaux. Le récit débute par une intervention de nuit de quelques membres de ce groupe dans une animalerie. Le but de ce groupe consiste à délivrer des animaux destinés à des expériences de laboratoire. Mais ceux-ci vont être surpris de ne découvrir aucun animal, l’armée les ayant fait « évacuer » sous peu…mais pour quelle raison ? A partir de cette trame, l’histoire va devenir de plus en plus malsaine. Cette bédé manque beaucoup d’originalité mais le dessin de Séjourné rattrape tout. Ce dessinateur a un trait vraiment remarquable et ses cadrages sont très pertinents. La mise en page est excellente, le tout se lit sans heurt grâce à la grande fluidité de la narration. Cependant, je trouve que la mise en couleurs de certaines planches utilise un peu trop des tons vives. Les personnages ne sont pas vraiment attachants ni même antipathiques, ils ont ce côté qui me fait dire qu’ils sont finalement proches de la réalité. « Morsure » est un album qui possède un graphisme somptueux mais je trouve que le scénario n’est pas assez original pour rendre cette bédé plus que prometteuse. Note finale : 3/5

480. yannick - 24/06/05 14:36
Les mesures du temps – éd. Petit à petit
Cette bédé est un petit bijou au niveau du scénario. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’histoire se met en place, la qualité de la narration. Il y a aussi ce choix de l’époque qui va plus loin que le simple fait que le scénario fait référence à l’horlogerie. Le dénouement de cette bédé en surprendra plus d’un et j’avoue que c’est une des fins les plus réussies que j’ai assisté jusqu’à maintenant ! Et en plus, cet album est one-shot ! Le dessin est assez particulier, j’ai eu l’impression de voir des crayonnés repassés à la couleur. J’aime cet effet car elle apporte une touche de personnalité à l’album et ce trait se révèle vivant. La mise en couleurs est elle-aussi très réussie avec cette ambiance qui rappelle la fin du XIXème siècle et le début de l’industrialisation. L’ensemble m’est donc apparu excellent aussi bien graphiquement et scénaristiquement. Excellente bédé ! Note finale : 4.5/5

479. yannick - 24/06/05 14:02
Les teigneux T4
Après un troisième tome qui m'avait énormément déçu par son manque d'originalité, ce quatrième tome m'est apparu plus divertissant. On retrouve toujours ces dialogues sortis tout droit des "tontons flingueurs", ce n'est pas une surprise de ce côté-là. En fait, ce qui remet la série sur les rails, ce sont les séquences graphiques. Dans cet album, l'action est plus présent et prend le pas sur les dialogues. Ces scènes sont très réussies et apporte un peu plus de fantaisies à la série ! La mise en page est excellente et la narration est très fluide. J'ai encore en mémoire les péripéties du prêtre flingueur et la scéne de fin. Seules, les couleurs me sont apparues un peu trop vives à mon goût. Cependant, le tome 4 est un très bon album qui me réconcilie avec la série : divertissant ! Note finale : 3.5/5

478. Coacho - 24/06/05 12:26
Tour de Force – Frédéric Kinder – Treize Etrange

Sans vouloir faire un mauvais jeu de mots avec le nom du dessinateur, je dois avouer que cet album est une bonne surprise.
En ces temps vélocipédiques qui ont vu la sortie du dernier Lax chez Aire Libre et le prochain départ du Tour de France, ce petit album devait trouver une place pour s’insérer dans les étals des librairies.
Et c’est avec plaisir que je vous recommande la lecture de ces 6 petites historiettes qui se déroulent au cœur de la course, parfois en tête du peloton, parfois en son sein, et parfois loin derrière.
Frédéric Kinder aborde les thèmes de la dualité, du dopage, de la souffrance, mais aussi du plaisir certain que procure la pratique du vélo.
Les histoires sont séparées par de très jolies illustrations au crayon et relevées par une citation qui vient renforcer l’esprit de ces épopées épiques que furent les compétitions cyclistes du début 1900.
Un découpage dynamique, des planches en gaufrier classique, des pleines pages, du mouvement, de la grâce, bref, un dessin magnifique qui font de ce petit ouvrage un très agréable moment de lecture.
Bien entendu, il faut aimer le vélo mais pas seulement. On peut se payer un voyage dans le temps pour 12 Euros et on ne le regrettera pas !
Un album coup de cœur, une vraie surprise, c'est ce que je disais !

477. Pierre-Paul - 23/06/05 13:47
Giacomo C: La Chanson des Guenilles

Fan absolu de la série, ce dernier opus en est le couronnement à mes yeux: un best of, en quelques sortes: action, rebondissements, effets vandevillesques, humour, pensées philosophiques sur la politique, tout est là ! Et les petits monologues adressés au lecteur de la part des personnages clés de ce récit sont du plus bel effet. Et bien sur le superbe dessin de Griffo, même si je trouve la couleur parfois un peu trop rouge à mon goût. Que dire de plus ? La série s'essoufflait, voilà une belle manière de la cloturer: mais est-ce vraiment la fin ? Giacomo en exil, loin de Venise, est-il toujours Giacomo ? Après tout Casanova est lui aussi mort en exil... Laissons Dufaux le soin de choisir le destin de ce personnage culte, mais attention au dérapage ! Pour celui-ci, 5/5

476. philma - 22/06/05 13:48
pour moi, il était évident même à l'époque que macherot était un grand, de la trempe d'un franquin ou d'un peyo.

Pour moi aussi. Les explications sont compliquées, Chloro était dans Tintin( certaines couv du journal de Macherot sont parmi les plus belles, ce dessinateur ayant aussi un immense talent d'affichiste) mais n'était pas trop dans l'esprit du journal. Seuls les trois premiers furent bien édités en toilé Lombard, ensuite on passe aux brochés jeune europe, bd cheap à l'époque. Le succès ne devait pas être trop au rendez-vous, chloro était considérée comme une bd pour très jeunes enfants. Ensuite Macherot passe chez Dupuis mais n'a pas le droit de reprendre Chloro, il passe au Chaminou, album extrêmement mal reçu à l'époque(alors que c'est un chef d'oeuvre), très peu en phase avec la ligne Dupuis. Puis sybilline est un peu créé par défaut, Macherot semble y croire de moins en moins(pourtant il y a des pépites), puis tout ça se termine en grosse dépression. Lors des derniers Sybilline Macherot savait à peine ce qu'il faisait, ce qui donne une lecture finalement très étrange. Quand tout ça s'ajoute à des problèmes d'argent tout au long de sa carrière, à la spoliation de l'auteur qui s'est fait pillé ses originaux, etc etc... Bref un immense talent mais une carrière ratée que l'histoire redécouvre et redécouvrira peu à peu.

475. marcel - 22/06/05 13:28
J'ai pas encore lu d'avis sur Prestige de l'uniforme (Double Expresso chez Dupuis). Alors je m'y colle (jeu de mot ultra subtil dont je ne suis pas peu fier).

C'est amusant tout de meme de constater la (legere) tendance actuelle a vouloir raconter des histoires originales en respectant un minimum les codes d'un genre tres rigide (je pense par exemple a Lupus avec la SF).
Ici, et comme dans le recent Comix Remix, il s'agit de raconter les angoisses existentielles d'un homme en train de se transformer en super-heros (on est a mi-chemin entre Spider-Man et... La metamorphose de Kafka).
Si la thematique n'est a proprement parler pas franchement novatrice pour qui a l'habitude des comics, c'est tout de meme louable de voir avec quel maitrise les auteurs utilisent un genre peu connu chez les franco-belges.

Bref, une bonne surprise. J'ai meme prefere a Comix Remix. Et meme temps, la, y aura pas de suite alors je peux juger la globalite.

474. david t - 20/06/05 07:02
je lis un intéressant site web sur macherot et je suis franchement surpris de constater combien l'auteur a eu de la difficulté pour s'imposer tout au long de sa carrière (le fait que presque tous ses livres soient épuisés est éloquent en soi). voilà le genre de chose qui ne m'aurait jamais traversé l'esprit lorsque je découvrais chlorophylle et sybilline pour la première fois. pour moi, il était évident même à l'époque que macherot était un grand, de la trempe d'un franquin ou d'un peyo. comment peut-on expliquer l'obscurité qui entoure son oeuvre? macherot a-t-il toujours été juste un peu trop en avance sur son temps? (à quand, "tout macherot"?)

473. ToFrA - 20/06/05 00:03 - (en réponse à : herve philma)
Ca va vous me rassurez, je ne suis pas le seul à avoir beaucoup aimé le dernier Isaac. J'ai bien aimé la réverie, le petit coup d'embrayage de cette album. et pis on sent quand même que ça rattaque sévère. Après un isaac de ce niveau graphique, j'attend de pied ferme le prochain Potron Minet.

Quant à Jean... bah c'est surement génial mais j'accroche toujours pas. Non, decidement le trait et les histoire de Dupuy et Berberian sont trop éloigné de mes préoccupations... bon les histoires d'un trentenaire parisien me touche forcement difficilement moi, pauvre berrychon de 19 ans.

472. herve - 19/06/05 22:06 - (en réponse à : revenons à Blain)
Bravo pour le dernier "Isaac le pirate ".
Certes, il ne reste plus grand chose du pirate mais l'histoire est toujours aussi fluide à suivre malgré les 3 histoires parrallèles , celle de Jacques et sa dulcinée peu romantique, celle d'Isaac et enfin celle d'Alice qui permet de retrouver (enfin !)le monde maritime.
Un très bon opus avec des dessins magnifiques!!

471. david t - 19/06/05 19:54
l'attribut que je donnerais au dessin de tabary (et qui expliquerait la relative "difficulté") c'est: anguleux.

470. spip - 19/06/05 16:56
Mon titre en entier était:"si les autre ne sont pas tous sur le sujet"la daube du siécle 2,le retour et elle n'est pas contente".



Merci de votre attention!

469. spip - 19/06/05 16:52 - (en réponse à : philma et yan...et les autres s'ils ne sont pas tous sur le sujet)
Franquin avait un dessin "rond" mais en même temps nerveux dans le mouvement et dans l'encrage...
Will et Morris ,un dessin nerveux dès le départ?...euh,non je ne crois pas:plutôt rond et disneyen (comme Franquin d'ailleurs...)
Tabary,à ses débuts,avec sa (première?) série "Richard et Charly"(est-ce le bon titre?)avait un dessin TRES inspiré par Franquin...le Franquin du début des années 60...C'est encore très visible sur les premiers Totoche,Valentin et Iznogood.Mais c'est vrai c'est le roi du dessin "hysterique"...rien que pour cela il le mériterait son Grand Prix...(qu'on ne me dise pas" place aux jeunes",alors que cette année ,c'est Wolinski qui l'a eu!)
Quant au changement graphique de Macherot,je crois qu'il est intervenu après une grave depression nerveuse à la fin des années 60.D'ailleurs il mit du temps pour s'en remettre,et à cours d'inspiration dessina même des gags avec un chat(le titre?)scenarisé par Cauvin...J'ai commencé à lire Spirou au début des années 80 et c'est là que j'ai découvert son travail(avant même de lire ses classiques des années 50/60),j'aimais bien aussi son trait de plus en plus radical(d'autres,surement nostalgique de son ancien dessin, diront peut-être appauvri,avec des décors de moins en moins travaillés et surtout des abus de gros plans...)et surtout des themes de plus en plus sombres... Etait-il vraiment sorti de sa depression?...
Ce qui est etonnant c'est que le changement de trait de Franquin(de la ligne claire au dessin plus nerveux) a eu lieu egalement pendant une (de ses) depression:pendant la réalisation(ou plutôt l'arrêt de réalisation) de "QRN sur Bretzelburg"...

468. philma - 19/06/05 13:16
Dès le début le dessin de Tabary est déjà nerveux même si moins élaboré que par la suite.

467. yan - 19/06/05 12:22
Historiquement parlant (si tu vas par là), Will et Morris ont un dessin nerveux dès le début.

466. yan - 19/06/05 12:20 - (en réponse à : Spip)
Franquin gardera toujours un dessin rond.
Pas Tabary, ni Macherot.

465. spip - 19/06/05 11:57
C'est quand même Franquin qui a initié le dessin plus nerveux,plus jeté,plus caricatural(à partir du milieu des années 60) de l'école de marcinelle...Tabary et Macherot ont suivi...

464. yan - 18/06/05 23:41 - (en réponse à : David)
Les dommages collatéraux du dessin lisse de Marcinelle.
Oui. Tu as tout à fait raison.
Une des raisons qui fait que Macherot est si cher à mon cœur.
Son progressif passage dans Sibylline à un dessin plus nerveux et à un encrage plus étonnant. Bien sûr je continue d'adorer ses dessins période Chloro ou Père La Houle ou Chaminou, mais Sibylline m'a sauvé la vie :-)
Sans elle j'aurais peut-être mis plus longtemps à apprécier Crumb ou Fred.

463. david t - 18/06/05 21:54
mon papa est un grand fan d'iznogoud... du coup, j'ai un peu attrapé la piqûre. j'avoue que cette série me fait toujours rire, avec ou sans goscinny (il est encore plus irrévérencieux sans...) j'adore aussi les jeux de mots vraiment très très vaseux. mais bon, pour moi ça reste une lecture de bibliothèque parce que comme le dit philma, c'est répétitif et ne supporte pas très bien les multiples relectures.

pour le reste de l'oeuvre de tabary, je suis comme yanco, enfant son dessin m'effrayait (ah! les dommages collatéraux du dessin tout lisse de marcinelle!), du coup j'ai jamais rien lu sauf peut-être quelques valentin...

462. philma - 18/06/05 18:03
De Tabary je conseille surtout Totoche et Valentin. Corinne et Jeannot c'est vraiment très(trop) méchant, Iznogoud trop répétitif. Une série mineure pour Goscinny avec un format très adapté pour le journal Pilote(petites histoires) mais lassant en album. Je n'en ai gardé que les 4 premiers.
Mais je ne sais pas trop ce qu'on trouve actuellement, sans doute Totoche's Band et quelques Totoche ainsi que que quelques Valentin réédités chez Tabary éditions, et partiellement refait.

461. yan - 18/06/05 17:14 - (en réponse à : Phil)
Mince, tu vas finir par vraiment me donner envie de me replonger dans les bouquins de Tabary si tu continues.
Je suis réellement passé à côté quand j'étais enfant.
Son dessin avait un-je-ne-sais-quoi de déplaisant, voir parfois qui me foutait la trouille…
Et puis He Is No Good, bin bof quoi…
Mais j'ai mûri (si si, un peu), alors j'irai sans doute fouiller du côté de chez Totoche ou de Corinne et Jeannot.

Rien à voir mais à Saint-Malo j'ai vu une expo de Jo-El Azara et sincèrement j'avais très peu de souvenirs de son travail, souvenirs qui sont revenus en matant ses formidables (et grandes) pages originales.
Vraiment un bon moment.

Bon, je ne sais pas pourquoi je raconte ça… un moment de nostalgie peut-être… je file me bourrer la gueule en hommage à Charlie.
Bye.

460. spip - 18/06/05 14:08 - (en réponse à : philma...)
Oui,très bel album que ce Totoche là!...on en avait parlé il y a quelques mois,mais Tabary prochain grand prix d'Angoulême,ça aurait de la gueule,non?...
Quant à Monsieur Jean et Isaac le pirate,ce seront mes prochains achats...

459. philma - 18/06/05 12:58
Le dernier Isaac le Pirate tant décrié ici ou là est excellent. Blain continue à être graphiquement très inventif et l'album se lit avec énormément de plaisir.

458. philma - 17/06/05 16:25
Le dernier Monsieur est excellent. Des gags en une planche mais tout de même suivis, vous voyez le genre, et d'une justesse parfaite. Pour certains trucs on croirait qu'ils racontent ma vie ces deux là. Et un dessin toujours aussi beau.

Et puis aussi Totoche "Le meilleur ami de l'homme", le premier album de Tabary(je crois). Des naïvetés bien évidemment mais un trait déjà nerveux, et une grande humanité(déjà). Voilà de l'excellente bd populaire, pleine de fraîcheur, parlant de prolos sans mièvrerie ni misérabilisme mais toujours avec naturel et bienveillance.

457. Coacho - 17/06/05 09:26
Mais quand même Pierre-Paul, au même âge, je n'ai pas de bouteille de rosédans la tronche à 20h22 ! ;o))

456. Pierre-Paul - 16/06/05 20:40
et Lax c'était L'Aigle sans Orteils

(tudju ! à 35 ans je tiens plus le pinard, moi ! maistoute la bouteille c'était un peu trop)

(pas de pousse après le déca)

455. Pierre-Paul - 16/06/05 20:38
Soda: Code Apocalypse
Tanigushi: L'orme du Caucase

(bon, je vais me prendre un déca)

454. Pierre-Paul - 16/06/05 20:35
si si, mais j'ai un peu trop bu de rosé de Corse et j'ai un trou de mémoire + la flemme de vérifier les titres. :o))))

453. Bis Cot - 16/06/05 20:28 - (en réponse à : pierre paul)
t'es sûr que tu les a lu tes bouquins, étant donné que tu connais même pas les titres?

452. Pierre-Paul - 16/06/05 20:22
Lu et acheté récemment

Soda: (c'est quoi le titre déjà ?): Excelleeeent ! Cela devient de plus en plus noir, l'humour n'est plus du tout au rendez-vous pour édulcorer le tout, c'est actuel, captivant, bien dessiné, bien écrit, le top ! 5/5.

Isaac le Pirate: Jacques. Bon ben, Blain se la fait dans le polar parisien à présent. Superbe dessin, intrigue bateau (pour un pirate, c'est normal... heu ! facile, celle-là!) et hors de propos si on regarde ce qui a été fait avant. 4/5 pour le dessin, 0/5 pour l'histoire, la moyenne est de 2/5. Très déçu.

Les Orteils du Cycliste de Lax chez Air Libre. J'adore Lax,je suis cycliste, j'aime bien les récits un peu nostalgiques. Que demander de plus ? C'est une bien belle histoire, un superbe dessin, du tout tout grand Lax. 5/5.

L'Orme des Carpathes (c'est bien des Carpathes ? J'ai bu un verre de trop au diner et j'ai pas le bouquin sous les yeux) de Tanigushi (Casterman / Ecritures). Très beau, mignon, sensible, intelligent. 4/5. Mon préféré de Tanigushi reste Le JOurnal de Mon Père où j'ai pleuré du début à la fin mais c'est vrai que mon histoire perso aidait.

Menace sur l'Empire (Veys / Barral): aaah ! j'ai ri ! Irréverencieux, grinçant, mais subtil et jamais vulgaire. J'en redemande ! 4/5

Voilà, je dois encore acheter le dernier Giacomo C et puis j'aurai fait le tour des nouveautés qui me bottent

a+




 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio