Quelles BDs avez-vous relues récemment ?

Les 1239 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25


1239. egoes - 18/06/22 01:43
La malédiction des 7 boules vertes (les 5 premiers).
Soit je ne réalise pas l'effet madeleinedeproustéen, soit je dirais que ça a très bien, voire pas trop vieilli.
J'ai en tout cas pris beaucoup de plaisir à les relire.

1238. herve - 17/06/22 23:50
La quête de l'oiseau du temps : avant la quête du #1 au #6
Adios Palomita
Wayne Readlake : 500 fusils

1237. marcel - 07/06/22 11:38
Me suis arrete en cours de second cycle. Il se passait plus rien, ca avançait plus du tout.

1236. heijingling - 07/06/22 09:03 - (en réponse à : egoes)
Super, merci, vu mon retard de lectures, ça me fait un gros tas de trucs dont j'avis entendu parler et que je peux dégager de ma pile potentielle de bouquins à lire.

1235. egoes - 06/06/22 23:41 - (en réponse à : pm)
Comme je le disais : tout en étant une série "d'action", la trame générale prenait en effet son temps.
Je ne sais pas si je parlerais de "creux", parce que - de mémoire- il me semble que chaque mouvement de pion amenait logiquement vers le suivant.
Mais il est vrai que ces mouvements successifs pouvaient en effet parfois donner une impression de construction un peu formelle / artificielle.
Le 3 x 6 tomes était évidemment tant une liberté qu'un carcan...

1234. egoes - 06/06/22 23:31 - (en réponse à : heij)
Pour le surplus, Corbeyran, c'est souvent très mauvais.
Son XIII Mystery est unanimement considéré comme le pire et ses séries sur le chocolat, le cognac, le vin et le café (et peut-être bientôt la grenadine et les courgettes et le quinoa ?) devraient être interdites.
Reste la série Metronom, qui, sans être très bonne, propose une gentille fin réflexive.
Mais avoir écrit tant de scénarios pour si peu de production de qualité... c'est dommage (pour ne pas dire autre chose).

1233. pm - 06/06/22 23:29 - (en réponse à : egoes)
Oui, la structure était probablement prévue et peut-être avait-il une idée pour chaque album, mais à l’intérieur c’est décevant car on se rend compte que c’est creux.

1232. egoes - 06/06/22 23:24 - (en réponse à : Stryges)
C'est comique comme beaucoup d'entre vous pensent que Corbeyran ne savait pas où il allait.
Je pense au contraire que -et la construction de ses albums et de son récit me pousse dans ce sens- que tout était bien prévu dès l'entame du récit.
Chaque album se tient, apporte sa pierre à l'édifice et il n'y a à proprement parler pas d'album "bouchon" pour faire tenir l'histoire en 3 X 6 tomes.
Il faudrait relire les interviews de l'époque, mais je suis quasi certain que la structure était originairement connue (et chapeau à l'éditeur de s'être lancé dans pareille aventure si c'était le cas).

1231. herve - 06/06/22 22:58
Je suis étonné du nombre de réactions suite à ma relecture du " chant des stryges".
Je viens d'ailleurs de terminer la série.
Il faut croire que j'ai du être lassé de la lecture à l'époque puisque je me suis rendu compte qu'il me manquait le tome 17 et 18, que j'ai acheté la semaine dernière.
Saison 1, très x-files
Saison 2 plus intéressante à mon avis.
Saison 3 surprenante notamment avec les 2 derniers volumes.

Cette série se relit rapidement, et je l'ai bien appréciée sans pour autant relire les 2 séries parallèles citées ( que d'ailleurs j'avais revendues)

1230. heijingling - 06/06/22 21:59
Entendu parlé, mais jamais lu les Stryges, et je me suis rendu compte que je n'ai jamais rien lu de ce scénariste, (comme de la plupart des auteurs middle of the road) malgré sa production sfaro-trondheimienne (en volume, pas en qualité).

1229. pm - 06/06/22 21:38
Les stryges c’était globalement bien faible, tant niveau scénario que dessin, sans parler de l’affreuse évolution des couleurs. Le genre de série intrigante lors des premiers tomes mais visiblement le scénariste ne sait pas trop quoi en faire. J’ai craqué à la fin du second cycle que j'ai revendu comme les séries dérivées. Je garde encore le premier cycle mais je ne pleurerai pas de m’en séparer.

1228. egoes - 06/06/22 21:26 - (en réponse à : Bert)
En fait ce n'est pas si rallongé que ça.
C'est juste le rythme qui est particulier entre le contenu des cycles et la clôture de chacun de ceux-ci.
Et les séries dérivées avaient en effet tout leur sens et en même temps une consistance bien à elles.
Pour le coup c'était une belle réussite, bien avant les errances thorgaléennes...

1227. Bert74 - 06/06/22 16:13
Les Stryges, faudrait aussi que je relise pour voir. J'avais été aussi de la partie, dès le tome 1, mais vite trouvé que la sauce était abusivement rallongée et j'ai défriché au 12. Jamais relue la série depuis.

Les séries parallèles était assez sympathiques dans mon souvenir (Le Maitre du jeu, Le Clan des Chimères, etc.), mais là aussi faudrait que je relise.

1226. egoes - 06/06/22 00:31 - (en réponse à : Stryges)
Premier cycle assez prenant, en effet, jusqu'à la dernière planche, très laide au demeurant et cadrant assez mal avec le reste du récit.
C'est par cette planche qu'on comprend par ailleurs que ce qu'on avait pu prendre pour un récit d'action allait se révéler une série finalement assez lente dans ses dénouements.
J'ai beaucoup aimé le cycle 2, contrairement à pas mal de monde et malgré les changements de coloristes, tous plus mauvais les uns que les autres (un changement qui s'était déjà opéré fin du cycle un, mais le mauvais goût allait trouver clairement son paroxysme).
Le troisième cycle est une escalade inutile dans la violence (sans parler de l'humour assez pitoyable qui, tout à coup, fait son incursion dans la série -pourquoi ? on se le demande bien- et tombe à chaque fois à plat) et ne tient en définitive que par le 18ème album et son jusqu'au boutisme assumé.
Malgré cela, j'ai été content d'être "de l'aventure" (sauf erreur de ma part, dès le tome 4 ou 5), même si la passion et l'impatience se sont évidemment émoussés avec le temps.

1225. n'casciata - 05/06/22 21:37
Le 1er cycle (1 à 6)est assez prenant mais j'ai décroché ensuite. J'avais l'impression que le scénariste ne savait pas comment clore l'histoire.

1224. Lien Rag - 05/06/22 20:05 - (en réponse à : hervé)
Cela se lit, le Chant des Stryges, finalement ?
J'avais commencé mais eu la flemme de tout reprendre, et j'avais l'impression qu'en fait le concept de base était traité avec la plus extrême platitude, comme souvent dans ces cas-là.

1223. longshot - 05/06/22 18:47
Yakitate!! Ja-pan de Takashi Hashiguchi (vol. 1 à 16). C'est toujours aussi drôle. Les pins-ups de couverture et quelques blagues de cul me mettent toujours un peu mal à l'aise, mais ça reste assez discret… Tamako Kageyama, la traductrice, a fait un super boulot sur les nombreux jeux de mot. Mon japonais limité m'a tout de même permis d'en deviner quelques uns, ça rajoute un niveau de lecture appréciable. Faudra que je me trouve la suite !

1222. herve - 05/06/22 14:29
je me refais toute la série :
- Le chant des stryges #1 à #12 pour le moment

1221. herve - 20/02/22 14:28
"Le testament du capitaine Crown" #1 et #2 Henaff & Roulot

1220. herve - 17/02/22 19:11
"Ne touchez à rien" Bezian & Simsolo

1219. herve - 06/02/22 11:00
RG #1 Pierre Dragon & F.Peeters
une ambiance qui me rappelle la série "Engrenages"

1218. Lien Rag - 03/02/22 20:15
Lupano avait déjà publié "Didier, 5° roue du carosse" qui est une BD Gilet Jaune avant la lettre (et est d'ailleurs très bien)...

1217. torpedo31200 - 03/02/22 16:16 - (en réponse à : suzix@bdp - post # 1216)
Son prochain truc est un strip/demi page sur des vikings avec son frère au dessin.
Faudrait demander au reste de sa famille ses prochains projets...

1216. suzix@bdp - 03/02/22 16:11
et dire que le mouvement des Gilets Jaunes deviendra peut-être romantique dans l'imaginaire collectif. Y'a pas Lupano qui doit sortir qqchose ?

1215. egoes - 03/02/22 16:00 - (en réponse à : pm)
Tu n'as jamais entendu feu mon grand-père parler de mai 68... les deux guerres mondiales, à côté, c'était ... presque anecdotique ;-).
Je confirme donc que, pour certaines familles, en Belgique, en tout cas la mienne, ce romantisme (ou cette détestation) étaient bien présents.

1214. pm - 03/02/22 13:13 - (en réponse à : egoes Quentin)
Bien sûr que les retombées de mai 68 et des mouvements américains de la même période ont influé au moins tout le monde occidental, mais il y a un romantisme lié à cette période ( ainsi qu'une contre révolte- Sarkosy faisait généralement référence aux méfaits de mai 68, pas à ses apports-) qui ne semble pas s'être tellement propagé hors de l'hexagone.

1213. Quentin - 03/02/22 07:59
Il y a eu un petit mai 68 en Belgique, avec contestation étudiante à l'Université Libre de Bruxelles (remise en question de l'autorité, barricades, occupation des institutions, perturbation des programmes radio-TV, etc.) Mais pas de grève générale comme en France. A Louvain, les étudiants ont fait l'impasse sur ce genre de mouvement, trop occupé qu'ils étaient à se disputer pour des questions linguistiques, ce qui débouchera sur la scission de l'université.

Mais 1968 a été une charnière dans toute l'Europe, jusqu'au Danemark en tout cas, et pas seulement à cause de ce qui se passait en France (la contestation venait aussi et surtout des USA). Révolution sexuelle, droits de l'enfant, virage à gauche, démocratisation de toute la société, à commencer par l'éducation, mais aussi tout le reste. Ca a changé énormément de choses. Je suis né en 1969, mais tous mes profs et tout mes pédagogues dans les loisirs ou les mouvements de jeunesse avaient connus mai 68, et ca se sentait bien qu'ils essayaient tous de faire les choses différemment. Même dans les revues comme Okapi, on sentait bien le vent du changement.

1212. egoes - 03/02/22 00:12 - (en réponse à : pm et heiji)
Je ne sais pas s'il y a eu un mai 68 en Belgique, mais en tout cas c'est aussi une référence ici, me semble-t-il.
Je pense que la baffe est -ou pas- plutôt une affaire de famille. Chez certain, ça se fait, chez d'autres, non.
Ce qui m'a étonné, dans Charly, c'est dans chacun de deux albums, il y avait une scène de baffe sur l'enfant, et que c'était donc récurrent.
J'ai en tête, en termes de bd's, quelques scènes de fessées sur des enfants (je ne parle pas des Manara ;-)), et de baffes de femmes outrées (souvent à raison ;-)) sur des hommes, mais des baffes sur des enfants, je ne pense pas qu'il y en ait tant que ça, a fortiori dans des bd's qui se voulaient comme Charly, assez "modernes" pour l'époque.

1211. pm - 02/02/22 16:58 - (en réponse à : heijingling)
Mais Magda et egoes sont belges il me semble. Il n'y a pas eu de mai 68 en Belgique, et quand j'en discute avec mes amis belges cela leur parait bien souvent un autre monde, un truc de français comme ils disent.

1210. heijingling - 02/02/22 16:05 - (en réponse à : pm)
Je sais que sur ce point, comme sur pas mal d'autres, il y a un avant et un après Mai 68, mais egoes parlait de Charly et des années 90, c'est ce qui m'a fait tiquer.

1209. pm - 02/02/22 15:53
Dans les années 60 il était courant que les parents frappent leurs enfants. Même si j’ai dû en recevoir de temps à autres, assez peu quand même et jamais par mon père, j’ai été marqué par un petit voisin qui se faisait massacrer à coup de ceinturons de son père, fenêtre grande ouverte.

1208. heijingling - 02/02/22 10:34
Je suis né avant les 90s, et n'ai jamais pris de baffes de mes parents (que ceux qui pensent que vu le résultat actuel, j'aurais du l'expriment sur le sujet adéquat), ni la plupart de mes amis; quand ado on voyait au cinéma ou en BD des gamins se prendre des baffes de leurs parents on trouvait justement cela médiéval.

1207. egoes - 01/02/22 23:20 - (en réponse à : Pardon...)
Hier soir, je ne sais pas ce qui m'a pris... j'ai relu les 2 premiers "Charly" de Magda et Lapière.
Le look des personnages fait frémir, le trait de Magda a pris un coup, mais la narration et les dialogues, surtout, restent en fait assez efficaces et je me suis pris à retrouver une empathie pour les personnages.
Qui, époque oblige, mettent régulièrement des baffes à leur gosse, comme pour rire.
Sooooo 90ty, tout cela, n'est-il pas...?
Et c'est là que j'ai réalisé que cette série a... pile 30 ans (et que chaque jour, je vieillis).

1206. longshot - 01/02/22 22:44
Tiens, je viens quant à moi de relire Le Journal de mon père, du même Taniguchi. C'est bien, mais j'ai été un peu gêné par le sens de lecture — il y a des cases, il faudrait comparer avec l'original pour vérifier, mais les bulles étaient, genre, une en bas à gauche l'autre en haut à droite, dans un sens de lecture français je me demandais souvent par laquelle commencer… Est-ce que ça a été republié dans le sens de lecture original ? Maintenant que les manga se sont installés et que tout le monde s'y est habitué ?

1205. Quentin - 01/02/22 22:20
Je viens de relire ”Le sommet des Dieux”, de Taniguchi et Yumemakura, chez Casterman, qui est un chef d’œuvre du 9e art. Tout commence au Népal, quand un photographe de montagne découvre dans un magasin un appareil photo qui, selon toute vraisemblance, était celui de Mallory, le premier à avoir sans doute mis le pied au sommet de l’Everest, sauf qu’on n’en a pas la preuve puisqu’il n’est jamais redescendu. L’appareil photo pourrait donner la preuve que l’Everest a été conquis 30 ans avant la date officielle. Le photographe reconstruit l’histoire de l’appareil et trouve Habu Joji, un alpiniste Japonais de légende qui ne donne plus signe de vie depuis des années mais qui est en train de préparer une expédition de la mort qui tue, le genre de truc complètement dingue et absolument impossible.

L’histoire est complexe et s’étale sur 1500 pages, que j’ai dévorées en 2 jours. Les personnages ont une profondeur psychologique inégalée. La toile qui relie les différents protagonistes est patiemment tissée et finit en une trame très serrée. On apprend plein de choses sur l’histoire de l’escalade, ses techniques, la météo en montagne, la nutrition et la physiologie des alpinistes, la géologie de l’himalaya, l’histoire, la culture et la religion du Népal, etc. La montagne n’est pas juste la montagne ; c’est un monde d’une diversité et d’une complexité incroyable. C’est passionnant. L’intrigue pèche parfois par des ressort dramatiques trop classiques et plutôt superflus (vol, kidnapping, course poursuite en voiture), mais si on met cela de côté, la mécanique est parfaite de bout en bout, jusqu’à la fin qui est très réussie. Il est évident que Yumemakura est mordu d’alpinisme et sait ce quoi il parle. Il fait brillamment passer sa passion au lecteur. Le dessin et la narration de Taniguchi sont impeccables, et on ne peut s’empêcher de trembler avec les alpinistes accrochés aux falaises abruptes – le moindre relâchement et c’est la mort assurée. Je ne peux que donner une note maximale pour cette série intemporelle.

J’ai continué avec la lecture de « K », de Taniguchi et Tosaki. Toujours des récits d’alpinistes dans l’Himalaya, mais il s’agit ici d’histoires courtes et au scénario beaucoup plus classique : quelqu’un est en danger dans une montagne inaccessible, et le seul qui peut arriver à le sauver est K, un alpiniste Japonais qui vit au Népal depuis plusieurs années. K y arrive chaque fois par une combinaison de techniques d’escalade de pointe, de connaissance extrêmement fine de la montagne, et aussi quelque fois grâce à une chance de pendu qui relève presque du miracle. C’est moins prenant que le récit de Yumemakura, mais ca reste très prenant et on apprend encore de nouvelles choses sur l’Himalaya.

Tout ca, c’était parce que je voulais relire ces albums avant de voir ce soir l’adaptation par Patrick Imbert du Sommet des Dieux en film sur netflix. Patrick Imbert est un habitué des adaptations de BD en dessin animé. J’ai beaucoup aimé ses adaptations du Grand méchant renard, et d’Ernest et Célestine, j’ai moins aimé celle de Corto Maltese. Disons le d’emblée, son dernier film est une mauvaise adaptation de la BD qui est elle-même l’adaptation d’un livre. Le seul aspect supérieur à la BD est que le film montre de très belles images de montagne avec des couleurs superbes. Tout le reste est raté si on a lu la BD. La qualité du dessin est médiocre, toute profondeur psychologique et toute la trame sociale reliant les protagonistes passe à la trappe, tout comme tous les détails historiques, culturels, géologiques, biologiques, météorologiques, etc. Même l’histoire de l’escalade et de l’appareil photo de Mallory perd tout intérêt. C’est fade, c’est superficiel, c’est mal raconté, bref, le film est assez mauvais.

1204. froggy - 17/01/22 17:47
Puisqu'on parle de source d'inspiration et cela va faire plaisir a Laurent, La cite petrifiee n'est jamais qu'un remake non avoue des Pirates du silence de Spirou et Fantasio.

A part ca, Herve, tu as eu deux tres bonnes relectures.

1203. Quentin - 17/01/22 17:37 - (en réponse à : Hervé)
J'ai essayé de relire l'un ou l'autre Bruno Brazil chez mon frère à Noël. Je n'ai pas réussi. Pourtant j'aimais bien quand j'étais petit mais maintenant je trouve ca limite illisible.

1202. herve - 17/01/22 11:54
L'été Diabolik
Bruno Brazil #4 : la cité pétrifiée

1201. marcel - 17/12/21 14:08
Apres recherche, y a bien aussi du Poivet, ainsi que du Crepax, du Bielsa et du Marcello. On est clairement sur la meme equipe (et la meme epoque) que les trois autres.

1200. marcel - 17/12/21 14:03
Tiens, je me souvenais de La longue marche dessinee par Manara, mais je croyais que c'était dans un des trucs déjà evoques… ce qui était difficilement possible.
C'est bizarre, parce que ca semble etre une compil (y a du Poivet aussi, non ?...) mais je ne trouve pas d'edition individuelle en fascicules pour celui-là...

1199. heijingling - 17/12/21 10:59
Il y en a eu au moins une quatrième, avec Manara, mais je ne sais si elle a eu beaucoup de succès
https://www.bedetheque.com/BD-Histoire-de-la-Chine-De-Confucius-a-nos-jours-45567.html

1198. marcel - 16/12/21 10:34
Vu qu'ils ont fait au moins trois series (L'histoire de France, La decouverte du monde puis le Far West), et vu la plus grande popularite de la presse BD a l'epoque, je pense que ca s'est tres bien vendu.

1197. suzix@bdp - 16/12/21 09:34
C'est logique que les classeurs aient été proposés en même temps que les fascicules. Je ne sais pas s'il en a été vendu bcp et si'l en reste bcp. Surtout s'ils sont fragiles. D'ailleurs c'est un peu la même chose avec les fascicules eux-mêmes. Quel était le tirage et est-ce que cela s'est bien vendu?

1196. marcel - 15/12/21 23:52
Ces reliures etaient proposees a la vente dans les fascicules d'epoque.

1195. herve - 15/12/21 21:11
Non

1194. pm - 15/12/21 20:03 - (en réponse à : Hervé)
Ce sont les mêmes couvertures que celles envoyées par suzix ?

1193. herve - 15/12/21 17:57 - (en réponse à : Suzix )
Pour ma part, oui ce sont des sortes de classeurs

1192. pm - 15/12/21 17:56 - (en réponse à : Suzix)
Non, les albums rouges sont de vrais livres, ce sont des Hors-commerce ( c’est d’ailleurs spécifié au BDM), pas des classeurs où on monte soi même son bouquin. Je pense qu’Hervé parle d’autre chose.

1191. pm - 15/12/21 17:53 - (en réponse à : Hervé)
Ah non, moi c’est pas ça, c’est pas un truc à relier soi mème, c’est l’édition hors-commerce réservée à la clientèle de Larousse distribution France ( les photos de suzix sont les bonnes). Malheureusement il n’y a pas les couvertures des fascicules.

1190. suzix@bdp - 15/12/21 17:47 - (en réponse à : hervé)
donc les reliures rouges sont des sortes de classeurs?
Vendus vide ?



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio