Quelles BDs avez-vous relues récemment ?

Les 694 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14


694. suzix@bdp - 28/08/17 23:06
J'ai relu toute la première partie de Les naufragés d'Ythaq soit 10 tomes! Et j'ai enquillé avec les 4 suivants. J'aime bien. On a ce qu'on vient chercher avec de la HF Soleil. Y'a juste qq grosses ficelles qui pourraient être évitées comme le "poète qui récite" pour faire face à une entité gigantesque qui tente de l'absorbé mentalement ... les perso principaux sont attachants. Et le scénar n'est pas rectiligne puisqu 'on commence avec un naufrage interstellaire, qu'on poursuit avec un jeu entre personnes très fortunées pour terminer sur un plan machiavélique d'un gigantesque entité pour reconquérir sa liberté. La 2e phase est pas mal. J'aime bien lorsque les héros croise ces "faux-humains" qui peuvent changer de sexe (et donc leur apparence) selon leur volonté.

693. froggy - 23/08/17 00:05 - (en réponse à : Bertrand)
Tu fumes trop, tu perds la memoire.

692. bert74 - 22/08/17 11:25 - (en réponse à : froggy)
J'ai, bien entendu, Georges et Tchang dans ma bédéthèque (je ne passe pas non plus mon temps à me faire traiter de baltringue sur les forums pour ne pas avoir de contrepartie derrière, non mais quand même), mais je n'avais pas en mémoire que cela traitait beaucoup de la genèse du Lotus Bleu. Faut que je relise.

691. herve - 22/08/17 10:59
Je viens de relire Après la nuit (version n&b)de Guérineau & Meunier.
J'avoue que le dessin en n&b est superbe.
En plus le grand format des planches permet d'apprécier tout le talent de Guérineau.
Autant j'avais été enthousiasme à la première lecture il y a quelques années, autant j'ai trouvé le scénario assez contemplatif cette fois- ci. Peut-être que la vague de western en bd parue depuis deux, trois ans a modifié mon regard sur cet album.

690. froggy - 12/08/17 00:57
Merci Herve de ramener ce sujet dans le droit chemin apres quelques deraillements.

Sinon, je considere Le Lotus Bleu comme le premier chef d'oeuvre de la BD FB. Pour moi aussi, cela fait quelques annees que je ne l'ai pas lu mais c'etait il y a moins de 25 ans, 5 ans peut-etre. Pour terminer, je me souviens encore de la premiere fois que je l'ai lu, je devais avoir 9 ou 10 ans, une soiree inoubliable. Je suis certain que la personne que je suis ne serait pas tout a fait la meme sans cette lecture.

Pour conclure, si tu veux en savoir plus sur la genese de cet album, je ne peux que te recommander de lire Georges & Tchang, une histoire d'amour au 20e siecle de Laurent Colonnier. Si tu n'en as pas eu l'occasion, fais le, c'est vraiment un excellent album qui complete tres bien le Tintin, lui apporte un jour nouveau sans le denaturer.

689. Bert74 - 11/08/17 15:37
Tiens, j'ai relu le diptyque Cigares du Pharaon / Lotus Bleu, la semaine dernière (ça devait faire 25 ans que je ne les avais pas ouverts) et j'y ai pris beaucoup de plaisir.
Si la construction du "Cigares..." laissaient encore un peu à désirer (ellipses un peu tarabiscotées, incohérences, péripéties qui tombent d'on en sait où...), l'histoire est menée de manière trépidante et on passe un bon moment.

Mais c'est surtout le "Lotus" qui fait vraiment passer la série à la catégorie supérieure : histoire fouillée, personnages bien construits, présence du sous-texte historique, rebondissements incessants, gags de qualité, narration sans faille...
Je me demandais pourquoi j'en avais un souvenir plus vivace que de l'autre, mais je le comprends maintenant.

Un truc qui m'a perturbé, c'est que les Dupondt tutoient Tintin dans ces ouvrages, et il me semble que ce n'est plus le cas par la suite.

688. herve - 11/08/17 14:39
Relu la série des "Fox" de JF Charles et Dufaux.
J'ai bien apprécié.

Le 1er cycle renvoie intelligemment à Blake et Mortimer, á Indiana Jones et autres produits dérivés genre "la momie".
En outre Dufaux nous gratifie d'une belle garce qui fait penser à celle que l'on retrouve dans "l'héritage du Diable".
J'ai nettement préféré le dernier cycle sur "Alamo". Un polar bien ficelé.

Une série qui n'a pas trop vieillie

687. froggy - 10/08/17 19:08

686. froggy - 10/08/17 01:13 - (en réponse à : Achab)
T'en as beaucoup d'autres des commes ca?

685. Achab - 09/08/17 18:50
Antibaise c'est effectivement licence "poétique" de Bobby, mais les habitantes de Bellecombe-en-Bauges et de Notre-Dame-de-Bellecombe sont vraiment des bellecombaises, elles !

684. froggy - 09/08/17 17:41 - (en réponse à : Marcel)
Arrete, les gens vont être medisants.

683. marcel - 09/08/17 16:19
Si t'habites p'us Montcuq, ça veut dire que... Heu... Ben... Yurk.

682. froggy - 09/08/17 15:29
J'habite p'us Montcuq non plus

681. marcel - 09/08/17 14:25
Etant a Washington, je te laisse imaginer....
Ah bon ? T'habites p'us l'Cantal ?...

680. froggy - 09/08/17 13:32 - (en réponse à : Bertrand)
Etant a Washington, je te laisse imaginer....

679. Bert74 - 09/08/17 11:40
Et si tu vis en Indre-et-Loire, t'habites à combien de km de Tours ?

678. froggy - 08/08/17 15:43
Comme disait l'autre, il vaut mieux l'avoir rose et droite que Black et Decker.

677. Mr Degryse - 08/08/17 15:39
Et si t'habites à Cambrai, c'est donc que tu es atteint de la maladie de La Peyronie. Je vous laisse faire des recherches

676. Piet Lastar - 08/08/17 14:50 - (en réponse à : marcel)
Mon beau-frère a vécu à Mol. Et je résiste rarement, quand la situation s'y prête, à lui dire en public : "Alors, comme ça, t'habitais Mol ?"

Je suis sorti...

675. froggy - 08/08/17 13:48 - (en réponse à : feldoe)
Pour les lannionniens et lannionniennes, c'est de l'euphonie.

674. froggy - 08/08/17 13:39
N'oublions pas le maire d'Issy.

673. Bert74 - 08/08/17 13:30
En banlieue parisienne, un élu est fièrement le maire d'Houilles, aussi...

672. pierrecédric - 08/08/17 11:51
*:o))

671. froggy - 08/08/17 11:33
Je comprends mieux pourquoi il y a autant de feux de forets dans le sud de la France. C'est a cause des antibois.

->

670. marcel - 08/08/17 10:14
Ah ben je pouvais pas deviner parce que c'est AntibOise.

669. feldoë - 08/08/17 08:41 - (en réponse à : @Lannion vs Antibes)
Sans doute parce que, comme le chantait Bobby Lapointe : "ça ne me mettait pas à l'aise de la savoir Antibaise, moi qui serait plutôt pour".
Je ne connais pas, par contre, les préférences des Lannionaises...

668. marcel - 08/08/17 01:25
Ah bon, pourquoi ca ?...
Moi, juste a cote, je trouve ca drole de se presenter en disant "Bonjour, je suis maire de Grasse". Et en Belgique, "Bonjour, je suis maire de Mol". Ah non, ca marche pas, c'est un bourgmestre... Pas droles, les belges.
Sinon, les habitants de Cuges-les pins (13) ont decide de changer de gentile, parce que les Cugelais, ca faisait croire qu'ils etaient frileux...

667. froggy - 08/08/17 01:07 - (en réponse à : Herve)
J'imagine le candidat aux elections arrivant a Lannion et declamant; "Lannionniennes, Lanionniens!"

Je prefererais etre celui d'Antibes, c'est plus facile a dire et plus drole aussi.

666. herve - 07/08/17 22:58
Je continue mes lectures lannionnaises avec "la femme accident" de Grenson & Lapiere, que je n'avais pas rouvert depuis 2009.Le scénario va crescendo et le suspense est habillement entretenu.
Côté dessin, Grenson s'en tire très bien avec son style réaliste.
J'ai lu quelque part que l'intégrale allait paraître à la rentrée. Ce sera une bonne occasion pour certains de découvrir cette histoire d'une femme qui fait fi des conventions et des quand dira t'on.Bref, je vous invite à découvrir le destin d'une femme libre.

665. froggy - 07/08/17 17:59 - (en réponse à : Herve)
J'ai inscrit Le sursis dans mon Pantheon de mes meilleures BD de tous les temps. C'est un album magique qui a definitivement la grace, Gibrat y a ete particulierement inspire par les muses de la creation, tout est admirable dans cet album, le dessin, le scenario et finalement le titre qui ne trouve veritablement son sens qu'a la fin. Et puis, Cecile bien sur. Tu m'a donne envie de le relire, cela fait trop longtemps que je ne l'ai pas fait.

Le probleme que j'ai avec Gibrat maintenant est que je ne peux m'empecher de comparer ses albums suivants avec celui-la esperant toujours y retrouver tout ce que j'y ai tant aime mais ce n'est pas le cas, Le vol du corbeau est moins accomnpli que Le sursis, bien qu'un tres bon album considere en tant que tel et j'avais ete decu par le troisieme Matteo.

Quant a Polina, j'avais egalement adore.

Decidement, tu as d'excellentes lectures estivales, Lannion, c'est bon.

->

664. herve - 07/08/17 08:59
Après avoir parcouru les échanges entre Quentin et Suzix, je me suis replongé dans "polina" de Vivès et bien je dois dire que j'ai encore mieux apprécié ce bouquin en le relisant.
Vivès prend son temps et l'émotion est au rendez-vous,surtout vers la fin. Un des meilleurs album de cet auteur (avec "les melons de la colère",il va s'en dire.=on ne se refait pas -)).
Très bel album à relire.

663. herve - 06/08/17 23:02
Relu aussi "le Sursis" du même Gibrat. Même après de multiples relectures, ce diptyque reste à mes yeux inégalé. Dessin,couleur,témoignages sur l'occupation....bref un régal.

662. herve - 06/08/17 22:48
Je viens de relire la série Matteo de Gibrat. Très bonne série avec mention spéciale pour le tome 2 consacré à la révolution Russe.Vivement le 12 octobre pour la sortie du tome 4.

Relu aussi à la plage,le premier cycle de Gil st André dans sa version intégrale poche noir et blanc. Bon scénario que j'avais un peu oublié. Aurait pu sans doute tenir sur 4 volumes en resserant l'intrigue à l'essentiel.

661. suzix@bdp - 01/08/17 12:59
En vue de la lecture du tome 4, je viens de relire les 3 premiers tomes de "L'assassin qu'elle mérite" de Corboz & Lupano chez Vents d'Ouest (2010 à 2014). Même impression que lors de mes lectures précédentes (ben oui, le tome 1, cela fait donc ma 4e lecture puisque je relis presque à chaque fois les albums précédents) : les 2 premiers albums sont excellents. Je les conseille à tous ceux qui ne les ont pas lus. Le 3e qui se passe à Paris est plus mou, bien moins inventif et vif. Surtout, le "mécène excentrique" n'apparait presque pas. Du coup y'a bcp moins de piquant et d'extravagance. J'espère que ce 4e (et dernier ??) tome sera une belle fin (paru fin 2016).

660. suzix@bdp - 01/08/17 10:48 - (en réponse à : froggy)
Bedetheque sur BDGest résume bien les 4 tomes d'Urban.

659. froggy - 01/08/17 01:43
De mon cote, avec Le Pouvoir des Innocents, je considere que Makabi/Lloyd Singer est ce que Brunschwig a ecrit de mieux meme si il y utilise un peu trop de la corde scenaristique du tueur en serie, il y a des developpements tres interessants et rarement vus en BD, je regrette sincerement son interruption due a son insucces commercial.

Je ne connais pas Urban, c'est de la SF, je crois? Ca parle de quoi exactement?

658. Quentin - 31/07/17 21:30 - (en réponse à : Suzix)
Ah merde, je crois que j'ai confondu avec le sourire du clown. Je crois que je n'ai même jamais acheté le 1er tome de la mémoire dans les poches (ca ne me dit rien en tout cas). Sans doute pas accroché aux dessins de la mémoire dans les poches, et je crois que j'ai mis Brunschwig sur ma liste noire après le 1er tome du sourire du clown.

657. suzix@bdp - 31/07/17 16:40 - (en réponse à : quentin)
c'était quoi la raison de la revente du tome 1 parce que ça partait pas mal et on ne savait pas encore que la déprime durerait 3 albums!

656. Piet Lastar - 31/07/17 16:29
Makabi, pas fini le tome 1
Sourire du clown, tu t'attends à une fin grandiose, et puis non...
Pouvoir des innocents, 1er cycle intéressant chez Delcourt et les suites chez Futuropolis aussi

655. suzix@bdp - 31/07/17 16:24
de Brunschwig j'avais bien apprécié l'ambiance de "Le sourire du clown". Et actuellement j'aime bcp "Urban" que je trouve excellent en terme d'idées, d'ambiance et de gestion des personnages.

654. Quentin - 31/07/17 15:25 - (en réponse à : Suzix)
J'ai revendu après le 1er tome ;o)

En ce qui concerne le politiquement correct de Brunschwig, mon dosimètre a explosé avec Makabi (je n'ai jamais fini la série et j'ai revendu après 2 ou 3 tomes).

Maintenant c'est fini, j'ai revendu tout ce que j'avais de lui dans ma bibliothèque, y compris le pouvoir des innocents. J'avais besoin de place pour des trucs plus intéressants.

653. suzix@bdp - 31/07/17 12:13 - (en réponse à : La mémoire dans les poches)
Je vais revendre mes 3 albums de "La mémoire dans les poches". J'étais resté sur une bonne opinion à la lecture du tome 2 en 2009. En relisant les 2 premiers tomes à la parution du 3e et dernier, je me suis rendu compte que j'avais changé. Contrairement à toi, Froggy, impossible de m'identifier même un tout petit peu aux trois personnages principaux. Ce sont des loosers pathétiques, même pas magnifiques ou comiques ou avec de l'autodérision. Nan, les 3 perso principaux sont justes pas intéressants. La mère passe d'hégémonique à tyrannique pour finir raciste, égocentrique et dépressive dès que les choses lui échappent un peu. Fort antipathique cette dame non?
Le fils est mou du genou et colle ses pas dans la voie tracée par sa mère. Il est incapable d'agir englué dans la pauvreté émotionnelle et culturelle de son environnement familial. Il a pourtant trouvé les clefs de l'émncipation avec ses succès d'écrivain. Mais non, il revient toujours au sein d'une marâtre, délissant sa générosité (et sans doute son premier véritable amour pour une mère dégénérée.
Le père est le plus sympa mais il a accepté bien volontier un tout petit rôle de figure paternel dans une petite vie monotone et étriquée aux côtés d'une femme qui le bouffe puis vient lui reprocher de ne s'être pas assez investi dans son rôle de père. Si en plus on lui prête des problèmes de mémoire (bon en fait pas vraiment ce sont plutôt des tocs) ben la coupe est pleine. SERIE DE-PRI-MANTE !!!

652. pm - 30/07/17 22:32
DisparaiSSENT

651. pm - 30/07/17 22:29 - (en réponse à : froggy)
Pas relu depuis un moment mais la bienpensance post soixantehuitarde n'a rien à voir avec celle d'aujourd'hui.
Dans l'une je la vois comme un idéalisme certe naïf mais également poétique dans l'autre je n'y vois que des clichés.
Pour faire simple quand je compare les slogans de mai 68 avec ceux de nuit debout je pleure.
Quand l'imagination et l'esthétique disparait de l'idéal la tristesse s'installe ( voir pire ) .

650. froggy - 30/07/17 20:15 - (en réponse à : Philippe)
Quand on y pense, certains scenarios de Christin son tres bien pensants, celui de Bienvenue sur Alflolol de Valerian, par exemple, curieusement c'est mon prefere dans la serie.

649. pm - 30/07/17 19:55 - (en réponse à : froggy)
Tu as très bien résumé les raisons qui m'empêchent d'apprécier ce scénariste: ce coté bien pensant que je trouve contradictoire avec une démarche artistique.

648. froggy - 29/07/17 20:39
Le Roux & Brunschwig, La memoire dans les poches 1 et 2

En prevision de ma lecture du troisieme tome qui vient de sortir et que je viens juste de recevoir, je me suis attele a relire les 2 premiers tomes de ce triptyque que j'avais completement oublies, reconnaissons le. Et quand j'ecris completement, c'est vraiment le cas, je me souvenais vaguement de l'histoire, mais surtout, je me souvenais que j'avais beaucoup aime a l'epoque, 2006 et 2009 (!). Ou comme disait l'autre, il ne faut pas etre presse.

Cela raconte l'histoire d'un couple de retraites vivant dans une cite HLM d'une banlieue non identifiee, cite dont les habitants sont principalement des emigres en ce debut du 21e siecle. Nos 2 retraites sont parmi les derniers francais de souche a y resider. Ils ont un fils, obtenu difficilement, qui est ecrivain de roman policier. La mere aide les jeunes ecoliers, enfants d'emigres, a faire leurs devoirs a la sortie de l'ecole, cela leur evite ainsi de ne pas trainer dans les rues et leur permettra donc de ne pas sombrer dans le vice et la turpitude. Parallelement, le fils donne des cours d'alphabetisation a des emigres venus d'horizons tres divers, Asie, Europe Centrale et bien sur Afrique. La, il va rencontrer une jeune femme d'origine maghrebine et tout va derailler. En effet, la mere, que l'on pensait etre une personne tres sympathique et tres ouverte, revele une face sombre de sa personnalite et rejette completement la jeune femme.

Le deuxieme tome commence trois annees plus tard, le pere est parti avec le fils de la jeune femme, son fils le recherche et retrouve sa trace a Alger. Il y decouvre ce que son pere a fait pour aider la jeune femme.

J'ai essaye de resumer cette histoire en aussi peu de mots que possible car bien qu'elle ne soit pas tres compliquee malgre ce que j'en ai ecrit, il se passe beaucoup de choses. Les evenements s'enchainent les uns a la suite des autres tout a fait logiquement et Brunschwig a construit le scenario du premier tome par la methode du retour en arriere, le pere raconte son histoire. Quant au deuxieme, il est construit en 2 parties, la premiere met l'accent sur la nouvelle relation entre la mere et le fils depuis la disparition du pere, la deuxieme reprend le principe du retour en arriere quand le fils apprend ce qu'a fait son pere a Alger. Comme d'habitude chez le scenariste, ce sont les gens qui font avancer le recit. Et quand c'est bien fait comme c'est le cas ici et a son habitude, le resultat est prenant, j'ai relu ces 2 livres comme si c'etait la premiere fois que je le faisais. J'aime le fait que ce sont de veritables personnages avec autant de qualites que de defauts qui sont les moteurs de l'action. J'ai eprouve de l'empathie pour chacun d'eux, meme pour le personnage de la mere, ce qui n'est pas un mince tour de force considerant sa description et son evolution dans cette histoire. Chaque intervenant est characterise meme legerement avec de leur donner plus de consistance et d'epaisseur.

Il y a cependant une chose qui m'a gene est le cote tres politiquement correct de cette histoire. Il y a un cote utopiste chez Brunschwig qui m'agace un peu car je trouve cela trop bien pensant. Bien sur, il y a des personnages antipathiques et mauvais mais le ton general qui domine ces deux tomes est que les gens s'entraident. Si Brunscwhig nous montre son rousseauisme, de mon cote, je serai plutot moebiusien, l'homme n'est pas bon.

Le travail du dessinateur n'est pas en reste avec la qualite du scenario fourni par l'ecrivain. Les premieres planches sont encore hesitantes, sensation renforcee par leurs pauvres couleurs, mais ensuite, tres rapidement, on sent que le dessinateur prend de l'assurance. J'ai trouve que c'etait le personnage de la mere le plus reussi graphiquement sur les deux car c'est elle qui exprime la palette la plus large. Le pere est bien reussi aussi, quant au fils, il reste attachant avec son physique de grand adolescent qui n'est pas encore celui d'un adulte, ce qui ajoute d'ailleurs une dimension supplementaire au personnage. On peut qualifier le dessin de semi-realiste, cela vient surtout du gros nez donne au pere, cela ne gene pas du tout mais on peut bien se demander pourquoi ce choix graphique, il a le pif comme une patate, le meme que celui de l'acteur Robert Dalban mais en plus gros. Une derniere chose, les couleurs des toutes premiers planches sont vraiment atroces, est-ce bien de la couleur d'ailleurs? Fort heureusement, elles s'arrangent tres rapidement. Elles ne sont pas representatives de la realite, elles sont realisees en teintes monochromatiques qui changent selon le scenes mais toujours dans les memes tons afin de donner de la consistance a l'ensemble.

Note finale, 4/5. Un excellent moment de lecture




647. torpedo31200 - 24/07/17 16:00 - (en réponse à : post # 645)
Epuisé depuis plusieurs années.

646. herve - 23/07/17 12:27
oups!
album paru initialement en 1993
Je l'ai relu dans sa réédition de 2004.

645. herve - 23/07/17 12:20
Je viens de redécouvrir Trait de craie de Miguelanxo Prado, paru initialement en 2004, dans ma bibliothèque.
Cette histoire est à la fois simple et mystérieuse. Nous suivons quelques personnages (un navigateur, une énigmatique et belle passagère et la tenancière du seul restaurant de l'île-et son fils-) sur une île le temps d'une brève escale.
Tout d'abord, il faut souligner le magnifique dessin de Miguelanxo Prado où chaque case est travaillée. Les couleurs employées font ressortir l'atmosphère du moment. Les cases ressemblent parfois à de véritables petits tableaux.
Quant à l'histoire, elle peut paraitre incompréhensible, en fin de lecture mais il se dégage une poésie sur l'ensemble de l'album. D'ailleurs, Prado abonde sa narration de multiples références littéraires.
J'avoue avoir été un peu déboussolé à la première lecture mais il faut prendre son temps pour lire ce presque huis clos dans une atmosphère étouffante.
Œuvre à découvrir;

Note :3/5



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio