Que venez-vous de lire en qu'en avez-vous pensé ? (19)

Les 227 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5


227. pm - 19/10/16 01:44 - (en réponse à : Labiourdet)
Je confirme, jusqu'au 5 c'est facile, ensuite c'est cher.

226. Piet Lastar - 18/10/16 16:56
J'avoue ne pas avoir véritablement cherché

225. froggy - 18/10/16 16:53
Tant mieux que cela t'ait plu, c'est la serie la plus tartissime que je connaisse mais j'adore et je ne sais pas pourquoi.

Par contre, tu me surprends pour les albums 2 et 3 difficiles a trouver. Je croyais que seuls les 2 derniers l'etaient selon Philippe.

224. Piet Lastar - 18/10/16 13:11 - (en réponse à : froggy)
J'ai bien lu le premier tome des Labourdet. Oui, j'ai aimé me plonger dans la vie de cette famille bourgeoise, ça sent bon les sixties avec le consumérisme, la pudibonderie, le côté "vieille France", les cathos de droite et son triptyque travail-famille-Jésus, le plein emploi, la modernité. S'ils savaient ce que ça donne 50 ans plus tard...

J'ai le tome 4 mais comme ça se suit, je dois trouver les 2 et 3, et comme pourrait le dire Pépé, ça n'se trouve pas sous le sabot d'un cheval !

223. Suzix@bdp - 16/10/16 01:08
Salut Froggy
C'est donc vraiment de lui et pas des vieilleries?

222. froggy - 16/10/16 00:52
Le dernier assaut.

Selon lui, c'est le dernier album qu'il fera jamais relatif a la 1e Guerre Mondiale, il estime qu'il en a suffisamment traite dans ses BD. Vraiment?

221. suzix@bdp - 16/10/16 00:18
c'est quoi le dernier "Tardi" ?

220. suzix@bdp - 15/10/16 13:47 - (en réponse à : hervé)
Je confirme. J'avais posté un avis similaire. J'avais mêem fait la remarque que tous les Peeters se terminent sans fin comme suspendus, comme si Peeters avait la flemme de terminer ... qu'il bosse avec ou sans scénariste. Etrange. Et le fantastique ici vient tout gâcher ... une sorte de Deus ex machina du pauvre.

219. herve - 15/10/16 10:31
l'odeur des garçons affamés de Peeters & Hui Phang

Autant j'avais adoré il y a quelques années "le prestige de l'uniforme" (qui est réédité ce mois-ci), autant je pense être passé à côté du scénario de Loo Hui Phang.
Certes le dessin (sans oublier les couleurs) de Peeters sert parfaitement ce western presque chamanique mais il m'a manqué quelque chose pour j'accroche vraiment à l'histoire, où il faut l'avouer, il ne se passe pas grand chose sur presque 110 pages. L'irruption du fantastique vient un peu ternir cette aventure.
Un album graphiquement réussi mais dont j'ai eu du mal à comprendre les motivations des principaux personnages dans cette expédition (en particulier ceux de l’ingénieur Stingley) .

Un album moyen, à mon goût.
note: 2,5/5

218. stefan - 14/10/16 09:31
Voila, tu as lu un livre de Baudoin, en espérant un livre de Masse. Deux auteurs majeurs, exceptionnels, mais qui n'ont pas du tout les mêmes démarches. Baudoin est plus attaché à l'humain et ses sentiment, Masse à la science et la logique. C'est comme si tu reprochais à Adamsberg de ne pas être Sherlock Holmes ou à K. Dick de ne pas être Asimov.

Bien sûr tu peu préférer l'un à l'autre, dans chacun des cas, mais reprocher à l'un de ne pas être comme l'autre, ça n'a pas beaucoup de sens, parce que ce n'est pas ce qu'ils ont envie de faire.

Enfin, je crois, quand on lit un livre, ou qu'on regarde un film, c'est toujours un peu dommage d'y aller avec des attentes trop précises, sinon, on risque de passer à côté de chefs d'oeuvre, juste parce qu'on attendait un autre chef d'oeuvre. Je pense que c'est bien d'essayer (c'est pas toujours évident) de tenir compte des intentions des créateurs pour mieux apprécier le résultat. En tous cas, quand ça ne me plait pas, j'essaie toujours de différencier, si c'est la démarche elle même qui ne me plait pas, où si c'est la mise en oeuvre de la démarche qui est ratée. ça permet, parfois d'être moins frustré.

En tous cas là, sur les rêveurs lunaires, c'est exactement le livre que j'attendais, du point de vue de la démarche, et je trouve qu'il est parfaitement réussi. (Mais je comprends que la présence de Villani aie pu t'induire en erreur. A mon avis, s'il avait voulu faire un livre purement technique, il aurait choisi Masse, justement, ou Petit. Villani n'est pas un mathématicien, centré uniquement sur les maths, comme beaucoup de normaliens, il est aussi très littéraire, avec un grand intérêt pour l'histoire et la philo, d'où son choix de Baudoin)

217. pm - 14/10/16 01:53 - (en réponse à : Quentin)
Je pense au contraire qu'ils n'ont pris aucune liberté avec les faits, qu'ils soient scientifiques ou historiques. Je pense que la bande dessinée va plus loin que ce que tu dis, ce n'est pas un film hollywoodien comme le mauvais film sur Turing. il me semble que le bagage scientifique de Baudoin est également trop limité pour vraiment aller encore plus loin.
Je pense au contraire que le dessin en général et la bande dessinée en particulier peuvent être d'un apport très puissant pour vulgariser des concepts compliqués.
J'aurai très bien vu Masse le faire, c'est à la fois un grand auteur et un gars qui s'est confronté à la rigueur scientifique et qui peut donc avoir l'imagination nécessaire à sa vulgarisation, ce qu'il a déjà fait dans des bandes humoristiques pour expliquer sommairement, mais très rigoureusement, les principes de la physique quantique.

216. pm - 14/10/16 01:44
Le centre de ce livre c'est de montrer comment des personnalités hors normes et inadaptées ont pu faire basculer l'histoire. De ce point de vue, ce livre est une belle réussite. (enfin, je trouve)

De ce point de vue c'est en effet réussi mais il y a de multiples débuts d'explication scientifique et puis généralement le passage clef est shunté, sans doute parce qu'on rentrerait dans trop de technicité. Donc c'est frustrant parce qu'on ne comprend pas vraiment. Un peu comme si on énonçait un théorème compliqué en affirmant que sa preuve est évidente, et ça m'énerve.


215. Quentin - 13/10/16 10:42
La question, c'est peut-être de savoir ce qu'une BD apporte à la vulgarisation de cette histoire, comparé à un livre ou un autre média. Je pense que la BD permet de raconter les grandes lignes de l'histoires en l'illustrant de petites anecdotes, en prenant de grands racourcis. Donc on comprend ce qui s'est passé, mais sans que cela doive s'accompagner d'une démonstration rigoureuse, avec références et citations à l'appui toutes les 5 lignes. Les auteurs peuvent se permettre de prendre quelques libertés avec les faits pour le besoin du scénario et la cohérence de l'ensemble.

Donc pour moi, la vulgarisation de cette histoire de la science et de la 2e guerre mondiale en BD me semble tout à fait légitime, et même réussie. Trop de BD qui se frottent au genre se limitent à plaquer des illustrations/vignettes sur des textes écrits au préalable, sans une bonne intégration entre les 2. On est très loin de cette pratique paresseuse chez Baudoin. C'est véritablement une oeuvre à 4 mains.

214. Quentin - 13/10/16 10:32
Je suis d'accord avec Stefan :o)

213. stefan - 13/10/16 09:20 - (en réponse à : pm)
Oui, mais là, pm, tu as un point de vue ultra technique, il y a des tas de livres très bien pour approfondir ces aspects purement techniques.

Dans les rêveur lunaires, même si l'aspect vulgarisation scientifique est très appréciable, l'enjeu du livre est plus dans les aspects historiques, géopolitiques et éthiques. Je trouve au contraire, que le livre trouve un très bel équilibre en livrant un point de vue original sur une période célèbre et en en dégageant des thématiques fortes et peu abordées ailleurs.

Je comprends que la présence de Vilani t'ai fait miroiter quelque chose de plus technique, et il est en effet, sur le livre, le garant d'une certaine rigueur scientifique, mais je ne crois pas que c'était le but premier de leur démarche de faire un livre technique.

Le centre de ce livre c'est de montrer comment des personnalités hors normes et inadaptées ont pu faire basculer l'histoire. De ce point de vue, ce livre est une belle réussite. (enfin, je trouve)

212. pm - 13/10/16 01:04 - (en réponse à : Quentin)
Même si je n'exerce plus depuis quelques années je suis mathématicien, et même logicien, et comme Viliani je suis un grand admirateur de Baudoin.
Contrairement à ton ressenti il me semble clair ce qui vient de Baudoin et ce qui vient de Viliani et pourtant cet album m'a laissé sur ma faim. D'une part parce que visiblement Baudoin ne comprend pas bien les enjeux scientifiques mais également parce que ne pouvant rien approfondir ni expliquer vraiment on reste un peu trop à la surface des choses, pas complètement dans l'anecdote il ne faut exagérer, mais cet exercice reste assez frustrant.

211. Quentin - 11/10/16 19:33
Les rêveurs lunaires, de Baudoin et Villani. J'avais un peu d'appréhension et j'avais longtemps différé ma lecture, ayant lu un avis négatif sur ce forum il y a plusieurs mois de cela. Et bien cette BD m'a emballé. L'album présente quatre personnages qui, par leur intelligence et leur détermination, ont changé le cours de la 2e guerre mondiale, présentée non pas comme une lutte armée mais comme une course contre la montre scientifique - qui arrivera le premier à décoder les messages secret de l'autre? Qui aura la bombe atomique le premier? Racontée par Cédric Villani, l'histoire fait la part belle aux scientifiques, mais elle est d'autant plus intéressante que l'auteur se penche sur les doutes et dilemmes éthiques qui les ont secoués, et sur une réflection sur la nature et le sens de l'histoire. Baudoin joue sur un autre terrain que d'habitude, mais s'en sort admirablement bien dans la vulgarisation et l'humanisation du sujet - même s'il est parfois difficile de savoir ce qui vient de lui ou de Villani.

Un livre instructif, intelligent et profond, à recommander


210. herve - 10/10/16 19:05
"La loterie" de Miles Hyman.

J'avais découvert Miles Hyman avec "Le Dahlia noir" scénarisé par Matz et David Fincher (d'après le roman de James Ellroy). Véritablement tombé en admiration devant ses planches (même si certains trouvaient ses personnages "figés"), je me suis précipité sur son art-book intitulé "Drawings" édité en 2015 chez Glénat. On pouvait y découvrir de somptueux dessins, d'illustrations de couverture de romans ou d'articles de presse.Un régal !
Avec "la loterie", Miles Hyman adapte une nouvelle de sa grand mère , Shirley Jackson, qui avait fait scandale à l'époque (1948).
Ce livre de 140 pages fait une part belle aux formidables dessins de Hyman (avec en moyenne 3 vignettes par planches). Ce qui perme au lecteur d'admirer le travail du dessinateur. Malgré la montée du suspens et le noirceur du récit au fil des pages, on ne peut que saluer la luminosité des planches.
Miles Hyman nous offre des gros plans de visages assez percutants,et des pleines pages qui permet au lecteur de prendre son temps, de découvrir cette loterie quasiment en temps réel:
Car outre, la population du village, le temps est pour moi un des principaux personnages de cet ouvrage.
Je ne vous dévoilerai pas l'enjeu de cette loterie, car cela nuirait au plaisir de cette lecture.
Pour ma part, dès avoir lu cet album, j'en ai repris la lecture pour voir quels étaient les signes avant coureurs de cette conclusion.
Un dessin formidable, des planches lumineuses sur un scénario étonnant, bref une très belle bande dessinée que l'on peut lire aisément plusieurs fois.

note:5/5

209. pierrecédric - 10/10/16 17:13
Ah, encore ouin l'k'ingue d'inde...

208. suzix@bdp - 10/10/16 17:01
MouaaaaAAAAAAHHH!

Alors pour le Zep, j'ai pas pu plus que qq dizaines de secondes. Pour le Pellejero, je l'ai lu 10 à 15 minutes. J'ai hésité mais j'ai reposé. J'ai pris des trucs bien plus intellectuels, mieux dessinés et optimistes comme le dernier Walking Dead et le Chauzy! (;o) ... et le Frank. D'ailleurs faut que je liste ça!

207. Mr Degryse - 10/10/16 16:51
"Je n'ai pris ni le Zep ni le Pellejero."


C'est un signe évident de leur qualité :-)

Non sans déc, ce sont vraiment de superbes bds.

206. suzix@bdp - 10/10/16 16:42 - (en réponse à : Mr D.)
Je n'ai pris ni le Zep ni le Pellejero.
Je trouve le dessin "réaliste" de Zep sombre et laid (désolé).
Et j'ai trouvé le Pellejero trop monochrome (on se tape son marronné sur combien de pages au débuts? 50 ?) et bonjour la mélancolie et et le gros clichés alors que c'est plutôt sensé être authentique contrairement aux Vieux Fourneaux.
Mais tant mieux que tu aies aimé. Il faut de tout en BD.

205. Mr Degryse - 10/10/16 15:37
Un bruit étrange et beau - Zep - Rue de Sèvres :


Vraiment un bel album. Que cela soit graphiquement mais aussi d'un point de vue scénario. C'est vraiment un sujet original et peu ( voir pas ) abordé en bd. Et qui jamais ne se moque de la religion ou du choix du moine. Je trouve la représentation du silence monastique impressionnant. La séduction douce aussi de la dame. Zep m' a scotché par son dessin réaliste qui tranche avec ses albums à succès habituels. C'est dingue ce qu'il réussit à faire passer en une case.

Je trouve les 70 premières pages admirables et j'aime aussi beaucoup le final. Il manque à mon goût juste une petite dizaine de planches pour l'album soit parfait.
[Cacher] Spoiler!!!!!!!!:
Je trouve cela très bien que Zep ne montre pas crument la passage à l'acte du moine. De la part d'un auteur que certains accusent toujours d'aimer représenter les zizis, c'est fort. Mais par contre, j'aurais aimé quelques pages en plus montrant les tourments du moine qui a "fauté", à renoncer à ses vœux monastiques et que sa progression mentale pour vouloir y retourner soit plus développer que sur une case.

J'aime aussi énormément la couverture.

Vraiment un très bon album que je n'attendais pas. Une véritable surprise 4 /5 et coup de coeur

The Long And Winding Road - Christopher et Pellejero :

C'est ma lecture coup de coeur de ce weekend.

Un mélange réussi des Vieux fourneaux, du journal de mon père de Taniguchi et de toussaint 66.

Pour l' amateur comme moi de musiques des années 60 et 70 et qui regrette de ne pas avoir connu cette période, cette bd est un véritable bol d'oxygène.
Une bd à la fois belle ( grâce au dessin de Pellejero), drôle ( les pays rockeurs), émouvante et surtout très bien mené. Un road movie d'un quadra en crise sur les traces d'un père méconnu. Un road trip en France et sur l'île de Wright. Un voyage ou on rencontre des persos hauts en couleurs, de belles filles, etc.

A écouter en musique grace à la superbe playlist.

4 à 4.5/5


Le Zep est vraiment très bon . mais comme j'ai tendance à préférer la musique à la vie monastique mon cœur balance vers le Pellejero.

Mais Zep réussit l'exploit de me passionner pour une bd intimiste, sur un sujet dont je me fiche totalement à priori.
Et je trouve plus fort graphiquement le Zep ( et j'adore pourtant le Pellejero).

C'est d'un point de vue scénario plus maitrisé dans son entièreté ( sensation peut être causé par une pagination beaucoup plus importante) que personnellement je donne un coup de coeur au Pellejero.

Mais vraiment les 2 livres, très différents, sont excellents.


204. Stefan - 09/10/16 22:49
Tiens moi au courant, j'espère que ça te plaira.

203. suzix@bdp - 09/10/16 21:06
Y'a du Grolleau! ... petit malin va! (;o)
Bon ben ça promet tout plein ces deux albums! J'aimerais aimer car je crois ne jamais avoir acheté du Vide Cocagne.

202. Stefan - 09/10/16 20:29
Sur Hopital public, je ne t'ai même pas mis les très belles planches de Fabien Grolleau... et pour Sauvage, quand tu as le livre entre les mains, c'est encore plus impressionnant.

201. suzix@bdp - 09/10/16 19:20
Je vais regarder si je trouve et si c'est du même tonneau que ce que tu as publié, je pourrais me laisser tenter.

200. stefan - 09/10/16 18:54
Hôpital était présent dans la plupart des fnacs où je suis passé voir et dans pas mal de librairies. Sauvage sort que le 21 octobre, j'aurais dû préciser, désolé.

(et tu me fais plaisir, merci.)

199. suzix@bdp - 09/10/16 18:07
"L'hopital" et "Sauvage" m'interpellent. Je vais voir si je peux les trouver.

198. stefan - 09/10/16 03:29
Sauvage ou la sagesse des pierres par Thomas Gilbert, éditions Vide Cocagne.



Sauvage raconte l'histoire d'un couple en excursion dans la nature qui va finir par s'y perdre totalement, dans tous les sens du terme. Ce qui frappe en premier lieu à la lecture de ce livre c'est l’extrême virtuosité du dessin. Extrêmement organique, au crayon noir avec quelques touches de éclatantes de crayon rouge , l'auteur semble pouvoir se permettre toutes les liberté, toutes les folies, sont trait reste toujours incroyablement juste et incroyablement fort.



Il s'en dégage une beauté et une poésie sidérantes.



Mais là où ça devient encore plus incroyable, c'est que l'histoire est à l'unisson. Donnant l'impression d'être en partie improvisée, de pouvoir partir à tout moment dans n'importe quelle direction, ce qu'elle ne se prive pas de faire, elle réussi, elle aussi à rester toujours juste et cohérente, à toucher droit au cœur. En parcourant ces pages on pense à Miyazaki , à Saint Exupéry, à Tsuge, à Taniguchi, à Comès. C'est une fable écologique, une ode à la nature sauvage, un réflexion sur la nature humaine, un cauchemar et un rêve.


197. stefan - 09/10/16 03:17
Quelque chose nous a échappé Juan Pablo Mino et Gwendoline Blosse, éditions Vide Cocagne.



Qu'est-ce qui fait qu'un enfant de bonne famille, intelligent, plein de vie et de malice devienne, en grandissant, un dépressif alcoolique inadapté, cloitré chez lui dans un environnement insalubre sous le regard impuissant et incrédule de ses proches ? Ce livre ne répondra pas à cette question, (a-t'elle seulement une réponse ?) il se contentera d'en faire le constat glaçant. Le trait sobre et élégant de Gwendoline Blosse arrive à donner un peu de légèreté à ce témoignage admirable, passionnant, mais quelque peu désespérant.


196. stefan - 09/10/16 03:09
Hôpital Public Collectif, éditions Vide Cocagne.



Déficits, réductions des déficits, économies, derrière ces mots, il y a des conséquences, et en particulier, dans le domaine médical, sur la façon dont nous sommes soignés.



Hôpital public ne cherche pas à dévoiler des mécanismes, ni à chercher des explications politiques. Il veut juste aller rechercher l'humain derrière ces questions de chiffres. A travers sept portraits dessinés, sept travailleurs en milieu hospitalier, précisément à l’hôpital public de Nantes, dans leur environnement professionnel, ce livre est une photographie volontairement subjective et partielle du milieu hospitalier en France aujourd'hui.





S'il n'est pas complétement noir, s'il sait aussi rendre la beauté des ces gens dont le quotidien est de prendre soin de nous, il ne cache pas non plus les conditions de plus en plus difficiles dans lesquelles le travail doit être effectué. Thomas Gochi, Emile Chiffoleau, Benjamin Adam, Camille Burger, Nicolas De La Casinière, Gwendoline Blosse, Thierry Bedouet et Fabien Grolleau nous livrent ici un document riche et exigeant dont la lecture à le mérite de nous rappeler que le coût de notre système de santé mérite peut être d'être dépensé.


195. stefan - 09/10/16 02:56
L'écureuil 1 Un démon sur le toit Par Grolleau, Bonelli et Miallet. Éditions Sarbacane



Paris, Juillet 1870, à la veille de la guerre contre la prusse un gamin roux courts et chaparde sur les toits de Paris, recherché par la police et par une dangeureuse bande de voleurs ?



L'histoire, originale et dynamique évoque Eugène Sue, Victor Hugo (qui joue un rôle important dans l'intrigue) et aussi une pincée de Lupin. On y retrouve de l'aventure, une touche d'humour, mais aussi de la tragédie et un aspect social avec cette guerre en toile de fond dont l'absurdité, la barbarie bouchère et l'impact sur le quotidien des gens est montré avec réalisme et subtilité.

Le tout est servi par un dessin dynamique et magnifique avec un traitement des couleurs particulièrement admirable.


194. TILLIERTON - 07/10/16 21:03
"La loterie " de Miles Hyman . Le salut pour la BD viendra de l'innovation et hélas pas grand chose à se mettre sous la dent cette année, mis à part le "Watertown" de Gotting, "Black dog" de Loustal et du même Gotting, "Trashed" de Derf Backderf, "Megg , Mogg and Owl , magical ecstazy trip "de Simon Hanselmann, "Insomnies" de Germain Boudier, " l'été Diabolik" de Smolderen et Clérisse, et le dernier "Sangri-la ". That's all , guys !!!

193. marcel - 07/10/16 00:03
Moi je l'ai lu (mais pas le premier mais on s'en fout, les histoires sont indépendantes). Et c'est vraiment pas mal du tout. On est en pleine SF aux thématiques classiques (Asimov, par exemple), mais l'album est assez riche, ce qui me change des tomes 1 FB completement vides que j'ai lu récemment.
C'est le meme scenariste que Zombies. Je pense que tu devrais aimer.

192. suzix@bdp - 06/10/16 18:21
J'ai aussi bien aimé le tome 1.
Le tome 2 est paru il y a qq temps déjà aussi. MAis les auteurs sont différents. Pas encore lu ce dernier.

191. maxproducts - 06/10/16 18:01
Je viens de lire Androïde 1 chez Soleil. Très bonne narration, textes et bulles idéalement placés par page. On peut noté une esquisse succincte, mais efficace de Jesus H.M. et une finition électronique d'encrage couleurs. Le style science fiction ressort bien, on retrouve du K.Dick à la Ford. Des Droides pleins d'éclats métallique et c'est la clé gagnante de cet album!

190. suzix@bdp - 05/10/16 17:48 - (en réponse à : hervé)
Ta description colle bien avec ce que j'ai pu feuilleter sur "Les Voyages d'Ulysse" de Lepage. Je vais donc passer mon tour. Et tant pis si je rate la BD de l'année. (;o)

189. suzix@bdp - 05/10/16 17:39 - (en réponse à : hervé)
Ta description colle bien avec ce que j'ai pu feuilleter sur "Les Voyages d'Ulysse" de Lepage. Je vais donc passer mon tour. Et tant pis si je rate la BD de l'année. (;o)

188. pierrecédric - 05/10/16 12:08
Oups, le 6ème tome, bon bah c'est encore autre chose alors.

187. pierrecédric - 05/10/16 12:03
certain point

Sinon, je me demande si j'ai choisi le bon terme en appelant une OAV la version anime de cette bande dessinée...

186. pierrecédric - 05/10/16 11:57
Ooooooooooooh pauvre petit, ça te défrise hein !?
Moi je l'ai regardé en OAV, c'était pas trop mal.
Je sais que l'on pleurniche beaucoup sur certain point mais quand même.

185. Quentin - 05/10/16 11:55
Lu le 6e tome du chat du rabbin. Il y a des hauts (quelques bonnes situations et bons dialogues) et des bas (beaucoup de remplissage de pages). On passe à certain moment un agréable moment de lecture, puis on oublie tout une fois le bouquin refermé. C'est incroyable comme certaines BD ne laissent absolument aucun souvenir, a part l'impression diffuse qu'on a aimé - ou pas.


184. pierrecédric - 05/10/16 11:23
Conté de fée ou mythologie, boarf ça me rebute pas tellement ça.

183. herve - 05/10/16 11:18 - (en réponse à : suzix)
ce qui m'a plus c'est justement c'est le thème du voyage.
Mais aussi l'intrigue : pourquoi Salomé recherche-t-elle ce peintre?
Le récit mêle habilement cette quête, avec des flash-black, qui au final nous apporte la réponse à cette quête de Salomé, le tout sous une inspiration mythologique.
Bref du grand art !

Tiens, je viens de lire "La loterie" de Hyman, c'est terriblement magnifique ! (je posterai mon avis plus tard)

182. suzix@bdp - 04/10/16 13:59 - (en réponse à : hervé)
Je n'ai pas acheté "Les Voyages d'Ulysse" de Lepage/Follet/Michel. Justement parce que cela mêle des passages mythologiques. Peu-tu m'en dire plus sur ce scenario qui t'a tant plu?

181. herve - 04/10/16 10:11 - (en réponse à : TILLIERTON)
il me tente bien cet album

180. TILLIERTON - 03/10/16 23:21
"La loterie" de Miles Hyman
Il y a du Edward Hopper dans ce cauchemar provincial. Une adaptation graphique réussie du roman de Shirley Jackson

179. herve - 03/10/16 22:14
Les Voyages d'Ulysse Lepage/Follet/ Michel

Depuis plusieurs années, j'achète les yeux fermés les ouvrages de mon compatriote breton, Emmanuel Lepage.
Ses derniers ouvrages "voyages aux Iles de la désolations", "la lune est blanche" et "Un printemps sur Tchernobyl" font partis des ouvrages que je lis et surtout que je relis, gage d'une qualité certaine, quasiment tout les ans. Car Emmanuel Lepage , avec le temps, nous offre plus qu'une bande dessinée mais de véritables tableaux à chaque vignette, ce qui se vérifie avec le présent album.
Avec " les voyages d'Ulysse", c'est une véritable invitation au voyage, au sens de Baudelaire, que nous offre Lepage. Fini les aventures autobiographiques ici, mais place aux aventures de Toulet, un des personnage aperçu dans "Les Voyages d'Anna", paru il y a plusieurs années chez Daniel Maghen (2005)-qui fera l'objet d'une réédition en novembre 2016- . D'ailleurs, je m'interroge sur le choix du nom de Toulet, (non le peintre mais le poète) auteur des "contrerimes" , aventurier, marin ayant navigué jusqu'à l'extrème Orient, poète et écrivain qui de Jean d'Ormesson à Jean Dutourd, en passant par Jacqueline de Romilly n'a ne cesse ne nous rappeler à nous souvenirs.
"Les voyages d'Ulysse" nous offrent un formidable voyage maritime mais aussi un merveilleux voyage dans le temps. En mélant habilement l'"Odyssée" d'Homère et le parcours de Salomé, Lepage nous livre là un véritable chef d’œuvre aussi bien scénaristique que graphique. En intégrant dans son récit certaines planches de Follet (auteur que j'adore, mais malheureusement trop méconnu), Lepage compose ainsi un album d'une élégance rare: hommage aux textes fondateurs grecs, hommage aux dessinateurs plus âgés (Follet), le tout servi sur un scénario d'une beauté fatale.
Cet album est certainement un des albums incontournable de cette année, aussi bien par son ampleur que pour sa qualité graphique .
Pour l’anecdote, ma fille commence cette année en fac , en lettre moderne, à la Sorbonne, et Homère est , évidemment au programme. Je compte lui prêté cet album de Lepage, qui ne manque pas de faire référence à Homère, que ce soit au niveau graphique, qu'à travers les pages de l'Odyssée distillée ici ou là sur les pages de cette bande dessinée.

note: 5/5

178. Léon le Wacky - 02/10/16 12:53
J'avais pas lu les posts de Quentin sur Astérix. Lui et son copain Ramadan auraient lancé une fatwa sur le personnage ?

Avec la complicité de Michel Serres.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio