Les Cités Obscures et Nous (22)

Les 1198 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24


448. Quentin - 13/02/08 21:53 - (en réponse à : Raymond)
Il l'a déclaré il y a longtemps mais il semble qu'il soit revenu là dessus depuis puisqu'il vend des planches. Il y a par exemple eu une exposition chez Brüsel lors de la sortie de la frontiére invisible et des planches étaient en vente. En tout cas des illustrations (j'ai ainsi vu la superbe couverture noir et blanc chez une connaissance).

Je crois que le refus de vendre des planches était lié à la volonté de contrôler d'éventuelles rééditions. Peut-être qu'avec l'amélioration des scans, c'est devenu moins important aujourd'hui.

Je conseille à ceux qui souhaitent acheter des planches de s'adresser directement à l'auteur. C'est encore le plus simple

447. ABELLS - 12/02/08 19:58 - (en réponse à : dersenval@yahho.fr)
c'est exact ...soupir ...

446. Raymond - 12/02/08 16:18
Dans mes souvenirs, Schuiten a déclaré qu'il ne vendait pas ses originaux (afin de lui permettre d'éventuels remaniement lors de la réédition de ses livres). Aurait-il changé d'avis?

En tout cas, il ne doit pas y avoir beaucoup d'originaux de Schuiten sur le marché !

445. pfloyd2 - 12/02/08 13:09 - (en réponse à : lambillotte@hotmail.com)
c est clair si un jour jai la chance d acheté une planche originale je ne la vendrais jamais mais il y a plusieus site de vente aux enchères avc un peu de chance il ya ebay evidemment mais il ya aussi interenchere.com et aussi banquedessinee.be salle de vente aux enchere exclusivement reservée au bd

444. Theo - 12/02/08 11:09
Le cycle des rééditions se poursuit, prochain album à passer la moulinette de la révision générale : BRUSEL. Parution prévue le 11 mars avec à la clé un "simple" remaniement de la préface. A suivre ...
J'ai bientôt fini de lire la théorie du grain de sable (tout arrive ;-), je posterai mes remarques cette semaine j'espère !

443. ABELLS - 11/02/08 23:45
merci mais pour l'instant, je souhaiterais seulement acquérir une belle planche des précédents albums des cités obscures ...

442. alex - passages - 11/02/08 20:51 - (en réponse à : a Abeels)
Ou tu peux aller a la maison Autrique ou se tient une expo a l'occasion de la sortie du dernier album et des illustrations sont en ventes.

441. Christophe - 11/02/08 08:54 - (en réponse à : ABELLS)
Il y a ebay pour cela.
Tape "schuiten" dans l'outil de recherche et tu trouveras sans doute ton bonheur.

440. René C37 - 10/02/08 23:33
Houla ! Mais ce n'est pas du tout ici qu'il faut espèrer faire bonne pèche ! Tous plus Obscurophiles fous les uns que les autres, si l'un d'entre nous a l'inestimable chance de posséder un tel trésor, il est à jamais dans l'incapacité de s'en défaire :-))))
Réseau n'est pas raison.

439. ABELLS - 10/02/08 21:01 - (en réponse à : dersenval@yahoo.fr)
Bonsoir,
Je suis à la recherche d'une belle planche originale ou illustration de Schuiten de Brüsel ou la fièvre d'Ubircande ou la frontière invisible etc...!
Si un collectionneur désire s'en défaire, un mail sera le bienvenu.
Bien cordialement
Nicolas

438. Raymond - 31/01/08 18:27 - (en réponse à : Quentin)
A part cela, je te remercie de m'avoir donné l'idée de lire le dernier livre de Schréder (Amères saisons). C'est un petit chef d'oeuvre.

437. Raymond - 31/01/08 18:25
Tu as parfaitement raison. En fait, je m'interrogeais surtout sur cette référence à Magritte, car je n'y aurait jamais pensé en lisant la Théorie du Grain de Sable :-)

436. Quentin - 31/01/08 10:10 - (en réponse à : Raymond)
L'idée qu'il y aurait une facon "Belge" de créer du fantastique vient du journaliste (qui revient d'ailleurs 2 ou 3 fois sur cet aspect "Belge" de l'oeuvre), pas de Schuiten, qui ne sait d'ailleurs pas très bien quoi répondre et qui finit par lâcher que BP est Francais :o) Bref, une approche Magritienne du fantastique, oui, mais un approche Belge, non.

435. Raymond - 30/01/08 11:24
"Il y a un petit côté magrittien dans cet album". C'est ainsi que François Schuiten s'exprime. Il ne fait pas référence au dessin, mais plutôt à une conception du fantastique. Il y aurait une façon "belge" de créer le fantastique, en partant de la matière, d'un petit détail sortant de l'ordinaire. Ensuite, l'amplification de cette anomalie, puis l'apparition logique de certaines conséquences, correspondent à "l'effet papillon" qui fait le titre le l'album.

C'est vrai que Schuiten est toujours très impressionnant dans ses interviews. Il nous donne en quelques phrases l'explication de toute l'intrigue.

Il souligne aussi l'intention des auteurs de s'attarder sur la psychologie des personnages, et d'utiliser des personnages réels (à cet égard, les commentaires qui accompagnaient la publication en ligne de la Théorie du Grain de sable sont très précieux).

Par ailleurs, lorsqu'il parle de Magritte, on a l'impression qu'il dévoile un certain idéal artistique ("il ne peint que ce qu'il connait").

Passionnant interview, donc. Merci beaucoup, Théo, de nous l'avoir signalé.


434. Quentin - 29/01/08 21:41 - (en réponse à : René)
Oui. Il est d'ailleurs marrant de voir comment Schuiten présente le Bugi comme un sage éclairé, vivant en équilibre avec les forces naturelles, et de comparer ce personnage aux images que les jounaux télévisés nous servent sur les habitants du Balouchistan, présentés comme des taliban sauvages, misogynes et moyen-âgeux. Pourrait-on y lire une réflection plus générale sur le choc des cultures?

433. René C37 - 29/01/08 21:25
Je renchérie, merci Théo !
Magritte bien sûr, mais aussi le discours sur le colonial.
L'effet aile de papillon appliqué au culturel, avec la métaphore du déplacement d'objets, le déracinement d'un artéfact culturel,la contre-partie de ce micro-boulversement pouvant induire un gros déplacement à un tout autre endroit, et donc pour continuer la métaphore un gros boulversement culturel dans une société suite à un micro-boulversement dans une autre. Tout cela s'inscrit très bien dans le post-colonialisme et les flux migratoires du monde actuel.

432. Quentin - 29/01/08 15:05 - (en réponse à : Theo)
Super cet interview. La référence à Magritte est des plus intéressante. Comment a-t-elle pu nous échapper? Le fantastique qui jailli des choses les plus quotidiennes, c'est exactement ca.

Et l'idée que c'est la couleur blanche qui doit guider le regard du lecteur, ca résume parfaitement ce qu'on essayait de dire plus bas.

C'est marrant comme il suffit de visionner 5 minutes d'interview pour se rendre compte tout de suite qu'on a affaire à un immense auteur!

431. Theo - 29/01/08 14:38 - (en réponse à : VISIONNEZ !)
Itw angoulême 08 sur Youtube.

430. Theo - 22/01/08 13:40 - (en réponse à : VOTEZ !)
pour le prix des lecteurs Angoulême 35, choix obilgatoire pour la théorie du grain de sable !

429. Theo - 22/01/08 13:25
A noter également dans le cadre du festival d'Angoulême une édition spéciale du magazine BoDoï pour les 35 ans de la manifestation : les 34 grands prix s'expriment directement ou indirectement sur leur "première fois". Schuiten est présent, il nous parle de Tillieux (1ère rencontre avec un dessinateur), de Pilote (1ères planches publiées) et d'une troisième 1ère fois que j'ai complètement oublié... pas vraiment nouveau en tout cas pour les lecteurs assidus de précédentes interviews. Nous sommes de plus gratifiés des 2 planches hommage à Windsor Mc Cay qui laissent également un petit arrière goût de déjà vu. Tant qu'à y être je préfère encore l'interview de Bilal qui montre sans détour ce qu'il en pense.

428. René C37 - 21/01/08 20:32
Emission de France Inter prévu le vendredi 25/01 :
"Et pourtant elle tourne" de Jean-Marc Four, à 18h15 en direct et en public du Nouveau Monde. invités : Scott Mc Cloud pour "Lart invisible", François Schuitten pour "Les Cités obscures : la théorie du grain de sable" et Aurélie Bambuck, du service culturel de la rédaction de France Inter.

427. Quentin - 13/01/08 21:51
L'album de Schreder sur Coimbra est tout à fait dans l'esprit des cités obscures, je trouve (ce qui renforce d'ailleurs le côté obscur de Coimbra, dans laquelle fut organisée un mythique congrès sur les cités obscures). Mais c'est vrai que ses autres albums ne m'ont pas trop plu. J'achèterai cependant "Amères saisons" car le sujet m'intéresse (et pas pour la préface de Schuiten ;o))

A propos de préface, Dominique Goblet remercie chaleureusement Schuiten dans la préface de son album "Faire semblant, c'est mentir", qui est pour moi la révélation de 2007. Je me souviens que FS me parlais, lors de notre rencontre, d'une jeune dessinatrice de BD qui venait lui montrer ses planches et lui demander conseils. Il parlait de son adminration mélangé ainsi qu'un peu de son désarroi car ce qu'elle faisait était très loin de ce qu'il faisait (il n'était pas très sûr de pouvoir donner de bons conseils).

Et pour finir, j'aime beaucoup l'image de FS faite pour BDP. Elle résume admirablement bien tout plein de choses en une image: l'idée de réseau, de cités, et d'imagination débordante, indomptable. Une belle image d'internet et des cités obscures (ca ferait bien en couverture du travail de Léonard!).


426. René C37 - 13/01/08 19:34
Merci pour ce rappel Raymond.
Ce dessin m'a toujours fait un peu peur. Certes le personnage a l'air réjoui, mais ces traverses craniennes sont plus impressionantes encore que celles du docteur Abraham il me semble. On peut y voir un flux d' "autoroutes de l'information" qui se déverse dans la tête mais aussi une fuite des idées, un étourdissement, comme des "croles" (ainsi que les nomment les Belges)...
Bref comme il arrive parfois avec Schuiten, un mélange d'intéret et de recul qui fait tout le sel de son travail.

425. Raymond - 13/01/08 17:32
Par rapport à la question de l'inspiration provenant du Web, on peut citer le fameux dessin de Schuiten datant de 1996, que l'on trouve directement sur BDP (section "inédits").

424. Raymond - 13/01/08 17:28
Schréder a sûrement beaucoup été influencé par Schuiten. Pour autant, je ne suis pas un fan de ses albums

423. BOOMSTUD91 - 12/01/08 12:52
François Schuiten à écrit la préface du magnifique livre d'Etienne Schréder 'Amères saisons " chez Casterman écritures.
ce livre est un témoignage autobiographique sur une descente aux enfers liée à l'alcool.

422. Quentin - 07/01/08 13:51
Je ne sais plus si ca a déjà été mentionné, mais FS a fait un dessin dans le collectif de Greenpeace sur le réchauffement climatique. Et le 6e tome du 9e rêve lui fait également la part belle, puisqu'il lui en confie la couverture. Il existe une version "TT" de cet album, en tirage limité sur 100 exemplaires, signés par Schuiten et Renard. Version normale: 23 euros. Version signée et numérotée: 47 euros. 24 euros pour une signature! J'ai donc pris la version normale :o)

http://www.stluc-bruxelles.be/41_9r6.php

421. Quentin - 03/01/08 16:42
L'influence du web sur les cités obscures?

D'abord, le fait que FS et BO ont été parmi les premiers auteurs de BD à investir le web avec un site sur leur série. Et quel site! Ils ont su convaincre Casterman de mettre de l'argent dans qqch qui ne leur en rapportait pas directement. A l'époque, urbicande.be était vraiment novateur et très populaire.

Ca a engendré toute une série d'initiatives d'obscurophiles, qui s'y sont mis avec leur propre site. C'était le début d'internet et il y avait un vrai engouement pour le médium. 10 ans plus tard, on en revient un peu (même BDParadisio s'essouffle).

En règle générale, les auteurs des sites envoyaient un mail aux auteurs pour les informer du site et leur demander s'ils n'y voyaient rien à redire. Ils recevaient une réponse de BP qui disait tout le bien qu'il en pensait et encourageait à continuer. Ils étaient extrêmement enthousiastes vis à vis du dictionnaire obscur de Sylvain, entre autres. Ces sites ont parfois influencé les cités obscures, surtout à travers les conférences fictions, où les auteurs s'ennorgueillissent réellement de tous les sites satellites sur les cités obscures. Les auteurs reprennent également parfois des idées ou concepts développés par les fans ("le monde clair", "les obscurophiles", peut-être même les "urbanautes", etc.). Mais l'influence du net s'arrête, à mon avis, aux conférences fictions. Elles est beaucoup moins claire dans les albums.

A ma connaissance, les auteurs ne sont jamais intervenus sur BDP (FS ne savait même pas ce que c'était, quand je l'ai rencontré l'année passée), ni sur obskür. Ils n'ont pas non plus contribué à Luminas. De ce point de vue, le net n'a pas vraiment créé de dialogue (même si je crois me souvenir qu'il y a eu un vrai dialgue en temps réel sur le net avec eux, pendant une heure ou deux, il y a bien longtemps). Je crois pouvoir dire que les fans ont longtemps secrètement souhaité que les auteurs interagissent un peu plus et qu'ils ont été un peu décus que ce ne soit pas le cas. Je peux parfaitement comprendre que BP et FS n'aient pas souhaité le faire (et ils ont sans doute eu raison), mais cela explique en grande partie, à mon avis, le fait que tous les sites sur les cités obscures s'essouflent et ne soient plus mis à jour. Les auteurs ont surtout encouragé la réaction et l'imagination des lecteurs; BP a lu ce qui en sortait, et il s'en est parfois inspiré par la suite dans les conférences. C'est un peu du même niveau que lorsque le premier guide des cités est paru, et que les lecteurs étaient solicités pour découvrir l'existance de passages dans leur quotidien ou leur entourage (avec cadeau à la clé). Ils ont recu plein de trucs, qui n'ont sans doute pas mené bien loin, à part la création du super site web d'Alex.

420. nem° - 03/01/08 14:28

419. rené C37 - 02/01/08 21:23
Laurent : amateur d'obscurophiles... en somme un Obscurophilophile !
Raymond et Leonard : L'essoufflement est hélas inéluctable en effet dans un monde Clair trop accaparant. Concernant Luminas rendons ici hommage à Sylvain Saint Pierre sans qui cette aventure n'aurait pas été possible. Dans toute démarche collective il faut un "fédérateur", et personne ne s'est senti capable de reprendre le flambeau. Mais au fond il était peut-être temps de passer à autre chose...
En tout cas concernant l'apport du Web, ou du moins de la (modeste) créativité des lecteurs pour enrichir l'univers des CO par le Net, il serait intéressant de demander son opinion à Sylvain qui était en bon contact avec les auteurs (notament parce que l'éthique empêchait que l'on publiat tout et n'importe quoi).

418. Laurent CoIonnier - 31/12/07 13:26
J'adore ce terme: les obscurophiles.

417. Raymond - 31/12/07 11:58
Après plusieurs années d'enthousiasme (caractérisées par une prolifération de sites Web et une activité importante du forum), il me semble que nous vivons maintenant une période de repli. La plupart des sites importants (Obskür, Luminas, l'Office des Passages, le Dictionnaire Obscur) n'ont pas connu de mise à jour depuis au moins 2 ans (seule exception le Catalogue Raisonné remis à jour en 2006). Cela tient je crois au relatif "épuisement" d'un groupe de personnes (en gros, les participants du 1er congrès ) qui avaient consacré beaucoup de temps et d'énergie à l'univers des CO. Ces chercheurs ont dû, par la force des choses (activités professionnelles, mariage etc..) se consacrer un peu plus au monde clair. Cette évolution est au fond normale car, bien que fans des Cités Obscures, nous ne sommes pas des "monomaniaques". Pour ma part, j'avoue avoir consacré mon temps libre à bien d'autres choses ces dernières années. J'ai toutefois beaucoup de plaisir lorsqu'il apparait un nouveau débat sur les CO.

Pour FS et BP, leur contribution la plus directe est représentée par le site Urbicande.be. On y retrouve un certain nombre de textes (souvent déjà publiés dans le Guide des Cités), quelques dessins ou projets inédits ainsi que des annonces régulières sur leur participation à divers événements. En fait, les auteurs laissent à d'autres (les webmestres) le soin d'imaginer comment développer l'univers des CO sur le Web. Leur principale référence semble être le monde des livres, et ceci se remarque par les rééditions successives de leurs oeuvres sous une forme modifiée. Ils s'intéressent, mais participent dans le fond assez peu à tout ce qui se fait sur le Web. Une conséquence positive, c'est qu'ils laissent une très grande liberté à tous les obscurophiles qui ajoutent leur propre contribution à cet univers.

Est-ce que le Web les a influencés ? Il n'y a pas d'exemple précis qui me vienne à l'esprit, mais il est probable que ce soit arrivé. Je laisse la question ouverte à tous les experts qui fréquentent le forum. Il y a d'autres exemples (comme le personnage d'Axel Wappendorf proposé par un participant à une de leurs conférences) qui montrent que FS et BP utilisent parfois les suggestions de leur public.

Il y a le cas des lettres de Mary von Rathen, qui proviennent en partie du Web, mais je ne crois pas que ceci aie vraiment influencé leur oeuvre.

Et puis, je te recommande surtout de lire "L'aventure des images, de la bande dessinée au multimédia", un livre qui raconte comment Peeters et Schuiten ont essayé de dépasser les limites de la bande desinée. La principale idée qui en ressort, c'est que tout ce travail, consacré au départ au monde audiovisuel, a été réutilisé par suite et intégré au monde des CO. Il y a ainsi l'exemple des Quarx, qui était au départ un film d'animation plutôt expérimental (dans les années 80), que l'on retrouve mentionnés dans "La Théorie du Grain de Sable" et dans le "Guide des Cités". Il y a sûrement beaucoup d'exemples de ce genre.

416. leonard - 30/12/07 21:54 - (en réponse à : leonard.cohen10@gmail.com)
Bonjour à tous. Je suis étudiants aux arts décoratifs de Paris et j'ai entrepris d'écrire un mémoire sur l'oeuvre commune de Schuiten et Peeters. Même si j'ai accumulé quelques recherches à ce sujet j'ai malgrès tout le sentiment d'être moins calé que la plupart d'entre vous. De réseaux en réseaux, un de mes axes principaux de recherche est l'influence du web sur l'oeuvre des deux belges. En effet il est évident que cette nouvelle toile à du apporter une nouvelle dimension à l'univers des C.O., pour plusieurs raisons. La premiere est que le web concentre toutes les informations en un seul point, permettant de trouver facilement les références utilisées dans les albums, de comparer les recherches des différents obscurologues, bref le web est l'archiviste dont vous avez toujours révé. D'autre part la toile étant elle même un monde parallelle, elle offre une place de choix au continent obscur pour le rendre plus crédible encore, et le faire vivre vraiment, en temps réel, et ce (et c'est la le point le plus intéressant), en grande partie grace aux lecteurs qui ont toute liberté de participer à l'aventure. On trouve sur le web le rapport du premier congrès obscur, des cartes d'identités du citoyen obscur, ou encore "Luminas" un journal à la maniere de "l'écho des cités" entierement rédigé par des lecteurs. Certes le coté jeu de rôles est amusant, mais le vrai intéret de tout ceci, à mon sens, est de voir que l'oeuvre échappe à ses créateurs (pour leur plus grand plaisir) et que l'univers crée il y a plus de 20 ans revet à présent une nouvelle forme de réalité. Le plus drole est que tout ceci abonde dans le sens de la démarche des auteurs, friands du dialogue avec leurs lecteurs. Justement, et c'est la que je voulais en venir, le dernier numéro de Luminas datant de 2005, comment Benoit et Francois ont ils exploité cet outil de communication rêvé qu'est internet pour enrichir leur travail? A ma connaissance très peu, mais mes connaissances sont faibles.

Si vous pouvez m'aider dans mes recherches d'une quelconque maniere, je vous en serait extremement reconnaissant. Qu'il s'agisse du web ou de quoi que ce soit d'autre. D'ailleurs, me consacrant presque entierement à ce nouvel emploi, toute suggestion de recherche est la bienvenue, pourvu qu'elle touche à quelquechose de contemporain ou d'ouvert (mon but n'est évidemment de faire un nouveau guide des cités). Mon texte, bien que déja long est évidemment incomplet, mais je serais ravi s'il suscite des réactions, des réflexions, et des discutions.

Bien à vous.
Léonard.

415. RenéC37 - 21/12/07 20:37
Oui très vrai, un arrière goût de marabout-d'ficelle, avec le regret de ce qu'aurait pû être cette histoire.
Cela dit, au delà du plaisir donné aux lecteurs qui ne connaissaient pas toutes ces planches éparpillées (tout le monde n'est pas Théo !), on peut se demander en effet quel but tentent d'atteindre BP et FS avec ce moulinage toujours recommencé.

414. Raymond - 21/12/07 18:45
Dans la monographie Mosquito, Schuiten et Peeters expliquent longuement pourquoi ils n'ont pas terminé la série de récits qui devait devenir "les Mystères de Pahry". Il y a eu surtout un manque de motivation, et un attrait pour d'autres sujets, qui les a détourné de leur projet initial. Je pense que la disparition du journal A Suivre leur a ensuite enlevé toute motivation à finir ce récit.

Il est amusant de constater qu'ils ont malgré tout repris l'ensemble de ces planches à 2 reprises. Il y a eu d'abord une tentative de synthèse du travail existant dans le journal Macadam , puis maintenant un nouveau redécoupage dans la réédition de "Samaris". A chaque fois, ce n'est pas très convainquant, car trop court... et trop fragmentaire. Ne feraient-ils pas mieux de s'y atteler, de dessiner ce qui manque, et de compléter ces ébauches de récits pour en faire une oeuvre complète. On connait le thème central du récit, qui est intéressant puisqu'il présente des "passages" involontaires dans la ville de Pahry. Il y a une série d'images (en cartes postales), intitulée "Passages", qui donne une assez bonne idée de la trame générale de l'histoire sur Pahry. J'ai peine à croire que ceci ne les intéresse plus.

En l'état actuel, quel que soit la manière dont ils remanient leurs planches, il restera toujours une sensation de manque. Pour FS et BP, les "mystères de Pahry" semblent devenir un échec mal digéré !

413. BOOMSTUD91 - 20/12/07 21:28 - (en réponse à : jmtur@orange.fr)
Et bien mon cher Théo, quelle mastria dans la démonstration !
c'est fascinant cette qualité de lecture de l'oeuvre obscure, comparaisons, recoupements, hypothéses et éclairages,
à quand un ouvrage complet ? Bonnes fêtes à tous !

412. RenéC37 - 20/12/07 20:20
Cher Théo, il me semble bien qu'une fois de plus tu as trouvé sans le vouloir un passage. Heureusement pour tes enfants tu as pu en revenir ! Cependant méfie-toi, on en connait qui ne sont jamais plus réapparus sur notre monde clair !
Merci pour les commentaires bibliophilique. Je suis bienheureux pour une fois de ne pas posséder tant de versions :-)))


411. Theo - 20/12/07 17:04
Bonjour à tous !
J'interviens en décalage total mais tant pis, je suis encore off sur la théorie du grain de sable dont mon exemplaire est toujours entre les mains de mon cher ami Alex mais je viens d'acheter la nouvelle version des Murailles de Samaris qui est donc l'objet de mon post.
Cette réédition est tout simplement sublime par sa qualité de réalisation (plus durable que les ouvrages cartonnés avec jaquettes qui vieillissent mal, je trouve, à moins de les mettre sous verre &) et son contenu. Je me suis évidemment replongé dans toutes les éditions précédentes et mon obsession bibliophile a pris le dessus. J'ai réalisé qu'entre la première version "Romans A Suivre" et la cartonnée + jaquette, la couverture avait été entièrement redessinée. Dans cette toute nouvelle version 2007 des retouches sont intervenues au niveau du lettrage, le personnage féminin (Clara/Carla) a été lui aussi redessiné (c'est à mon avis le plus beau de toute les éditions). Les couleurs de l'édition 2007 sont en fait assez proches de celles des "Romans A Suivre" et sans doute la version cartonnée + jaquette était la moins bonne en définitive. La postface rédigée par Benoît Peeters dans cette dernière disparaît aujourd'hui. BP avait toujours dit, du reste, qu'elle avait été rédigée "sous contrainte". L'édition 2007 reprend la fin de l'histoire modifiée, la fin originale restera donc l'exclusivité de l'édition d'origine. Là où j'ai vraiment chopé une nausée c'est lorsque que j'ai ressorti mes archives A Suivre pour reconstituer l'histoire des "Mystères de Pâhry". Il s'agit en fait d'un mixage terrible de divers fragments parus non seulement dans 4 A Suivre (109, 133, 135 & 138)+ 1 Hors Série (Architecture) mais aussi dans l'introuvable MACADAM Plus (1994) qui lui n'est pas cité (obscur !). Les histoires ont subi des retouches et en plus elles ne suivent pas l'ordre chronologique de parution des A Suivre. La fin est un mixte foudroyant entre MACADAM Plus et le Hors Série Architecture. A 9h45 déjà très fatigué, (et oui, deux enfants qui totalisent à eux deux 38 mois c'est éreintant) je suis parti me coucher en prévoyant un découpage séquentiel de feu pour les calendes grecques. En m'endormant je suis retourné vers mon histoire, celle que, jamais, je n'aurai dû quitter.
Bonnes fêtes les amis !

410. kuri - 06/12/07 12:42
Une liste d'oeuvres steampunk sur Wikipedia (la référence en données non fiables) cite les Cités Obscures.
> http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_steampunk_works

C'est juste pour dire...

409. nem° - 24/11/07 14:40 - (en réponse à : René)
Il suffit de googler. Le lien explicite bien le projet. Il faut savoir que ce serait le premier bâtiment construit automatiquement (pour sa partie tubulaire du moins), par des robots géants. Et tandis que je tape ces mots, du coin de l'oeil je vois mon mini-PC shuttle, qui ressemble à un cube metallique de 15cm de côté :)

408. René C37 - 24/11/07 14:06
Houloulou ! Il y a même le dirigeable ! Ca vient d'où cette image ?

407. Lien Rag - 24/11/07 11:58
Golden Compass = Les Royaumes du Nord.

406. nem° - 24/11/07 11:38 - (en réponse à : J'ai encore mieux)

405. Quentin - 24/11/07 10:51
J'avais déjà noté une connection possible entre ballon bleu et bijou Bugti - qui semblent tous deux refermer des mécanismes régissant l'unviers. Mais je ne connais pas la boussole. De quoi s'agit-il?

Sinon, j'espère que je ne vous emmerde pas trop avec mes articles du courrier international, mais j'en ai encore lu un fort instructif la semaine passée. Figurez vous que le kilo (la barre de platine de 1 mètre de long conservée dans un coffre fort du bureau international des poids et mesures à Paris) est en train de perdre du poids!!! Il ne pèse plus un kilo. Il a, semble-t-il, perdu 100 microgrammes, soit à peu près l'équivallent d'un demi cristal de sucre ... ou d'un grain de sable ;o) Les physiciens se démènent pour essayer de définir une autre unité de mesure que ce bloc de platine désuet. Certains proposent de redéfinir le kilogramme en fonction de son équivallent en énergie. D'autres proposent de redéfinir le kilogramme en fonction du nombre d'atomes d'un sphère parfaite de silicium 28 (tiens tiens, encore du sable) pesant un kilo. Le kilo défini par ces méthodes devrait être intangible. Le problème est que ces deux manières donnent jusqu'à présent des résultats différents alors qu'ils devraient - en théorie - concorder. Un vrai casse tête.

Bref, la réalité rattrappe la fiction. On nage en plein dans la théorie du grain de sable.

404. BOOMSTUD91 - 20/11/07 00:15 - (en réponse à : jmtur@orange.fr)
Je verse à votre sagacité la "conjonction"dans les récents travaux de BP et notamment FS, il y a a plusieurs éléments
troublants:
- le bijou Bugti et sa finesse d'orfevrerie
- le "monde-montre" de Kronos pour Cartier
- la collaboration de FS au film "la Boussole d'or"
ou un objet fabuleux est au centre de l'histoire.
Qu'en pensez-vous ?
Cordialement.


403. nem° - 17/11/07 16:59 - (en réponse à : René)
Tout à fait, c'était simplement le parallèle "rétrofuturiste" qui me semblait intéressant.

402. René C37 - 17/11/07 15:56
Steampunk : s'il est indéniable q'il y a comme un parfum des CO dans l'esthétique Steampunk, je reste toutefois un peu dubitatif sur la tendance "post-moderne" voire a-futuriste de ce qui est tout de même Punk. Aucun jugement de valeur là dedans, mais simplement il me semble que cet aspect-là est assez éloigné de l'esprit des CO.
En somme oui pour le Stream, non pour le Punk.

401. herve - 12/11/07 13:24
RATTA tardif mais Ratta quand même

400. nem° - 10/11/07 16:24 - (en réponse à : post 389)
Oui, j'avais déjà aperçu ce clavier avec touches de vieille Remington : une merveille digne de La journée d'un journaliste américain en 2889 de Jules Verne. Une bonne lecture steampunk : Darwinia, par Robert Charles Wilson.

399. René C37 - 10/11/07 14:04
A part Burns, Floc'h,... et Schuiten (mais suis-je impartial ?), je n'ai pas été très embalé par les histoires. Ca sent un peu trop la commande (et peut-être pire : la relecture par un comité Cartier, avec cahier des charges etc etc... Bof).

Mais bon pour revenir aux CO et s'agissant de temps la coïncidence est amusante. J'espère qu'on ne va pas être obligés de repartir dans notre casse-tête serpent-de-mer des déphasages Clair-Obscur :-)



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio