Les Cités Obscures et Nous (22)

Les 1198 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24


98. Raymond - 15/06/06 12:06
Je pense , Quentin, que la "magie" du monde obscur apparait lorsque nous voyons les dessins de Schuiten.
Dans le Dossier B, c'est au moment (avant-dernière scène) où l'on découvre les tableaux de De la Barque que les CO apparaissent vraiment. Dans le Dernier Plan, on retrouve un scénario et une ambiance qui pourraient correspondre aux CO, mais il n'y a pas les dessins de FS, et l'oeuvre glisse vers autre chose (l'univers personnel de Benoit Peeters).

Les dessins de FS ont quelque chose d'unique qui crée l'ambiance particulière aux CO. C'est pendant une séance de dédicace à Lausanne que cette idée m'est venue. Les auteurs avaient eu la bonne idée de passer un court métrage (que l'on trouve je crois dans l'Affaire Desombres) pour le public qui attendait, et j'ai alors pensé qu'un film sur les CO, ça ne pouvait pas être autre chose qu'une animation de ces dessins. Je l'ai fait remarquer à BP qui était tout à fait d'accord avec cette opinion (je ne me rappelle pas de nos paroles exactes).
J'ai une petite théorie sur le dessin de Schuiten, mais il faut un peu de temps pour la formuler, et j'ai plein de travail. A bientôt dans un prochain post.

97. Quentin - 15/06/06 06:44 - (en réponse à : Isabelle)
Si les CO ne sont pas adaptables au cinéma et que mes raisons sont mauvaises, quelles sont les bonnes?

N'oublions pas que BP et FS ont accepté le principe d'une adaptation de l'enfant penchée au cinéma. Et puis aussi que "le dernier plan", film de BP, reprend certaines idées de la cité des ombres - sans pour autant que le lien avec les CO soit évident, bien qu'en creusant un peu, elles ne sont jamais très loin.

Dans Brazil (un de mes films préférés), on a effectivement une cité très obscure. Mais le fil de l'histoire ne cadre pas trop bien avec ce qu'on a l'habitude de lire dans les BD ;o)

96. Laurent Colonnier - 14/06/06 01:00 - (en réponse à : Isabelle)
Je suis d'accord avec toi, "Astérix et les vikings" c'était très bien.

95. isabelle - 14/06/06 00:31
C'est le moment des grands come-backs sur ce forum. Ca doit bien faire quelques années que je ne vous ai pas lus et je viens de m'enquiller plus de 2h de lecture. Le message de Theo et sa lecture dans le train m'ont, à moi aussi, titillé les tripes...

Je réagis au message de Quentin, comme quoi on ne pourrait pas adapter "les Cités" au cinéma (je n'ai pas vu le court "Urbicande"). Tu as sûrement raison, mais je ne suis pas d'accord avec tes raisons. Ce n'est pas un problème d'architecture ou d'univers graphique qui ne serait pas "montrable" et je ne me fais aucun souci pour qu'un réalisateur trouve un équivalent au procédé graphique de la "main contaminée" de Desombres. Les grands perspectives de Schuiten sont tout à fait montrables au cinéma, on peut tout faire. Et depuis longtemps.
Et je m'étonne d'ailleurs que, ayant cité "Métropolis", personne n'ait cité (mais j'ai peut-être lu en diagonale) "Brazil" qui est pour moi le film le plus proche de la série (ce n'est pas pour rien qu'il existe les dépôtoirs de LIZBAR dans l'Archiviste).
Ce n'est donc pas un problème de décor, ou un problème graphique.

Je pense que c'est un problème "d'esprit" de la série, série polymorphe et sans autre identité que celle de ses auteurs.

Et puis il existe de bonnes adaptations de BD à l'écran: Batman (de Burton), X-Men (et là, pas de problème de graphisme), Akira, Ghost in the shell (1). "Bunker Palace Hotel", de Bilal, même s'il n'est pas directement l'adaptation d'un album est bien la transposition (à mon sens réussie) d'un univers au préalable couché sur du papier. Et puisqu'il m'a été donné dernièrement (enfants obligent) d'aller voir "Astérix et les Vikings", j'ai trouvé ça très très honnète et très fidèle à l'esprit et au graphisme de la série (mais là, je sens que je vais me faire huer).

94. Quentin - 13/06/06 20:11
Car le véritable Continent Obscur est à jamais (en tout cas pour ma part, hélas :-) ) hors de portée, impossible d'en ramener de vraies images filmées "là-bas".

Il y a bien eu des photographies du monde obscur, comme dans l'enfant penchée (ou même les photos de Blossfeldt et Nadar). En fait, c'est un peu bizarre. On a plusieurs albums sur l'invention de la photographie et son impact sur la société (Echo des cités, ombre d'un homme), mais rien sur les images animées. Doit-on attendre un prochain album sur le sujet? Ca nous aiderait peut-être à répondre à la question de savoir pourquoi il est si difficile de mettre le monde obscur en images animées...

Sinon, pour changer un peu le sujet, j'ai commencé à écrire des critiques d'albums sur BDParadisio (j'en ai écrit une sur les portes du possible, par exemple). Je me rend compte que très peu d'albums des cités obscures ont été critiqués - et que les critiques qui existent pourraient être meilleures. Donc je me disais que ca pourrait être intéressant si les intervenants sur ce forum se mettaient à écrire des critiques, pour qu'on puisse lire ce que nous avons chacun apprécié dans les différents albums. Ca vous dirait? On pourrait discuter de nos critiques sur le forum... :o)

93. René C37 - 12/06/06 23:28
1) Les photographies de MF Plissard sont à la fois loin (technique) et pourtant très proches des dessins de FS
2) Avec les technologies actuelles ça ne me semble pas du tout impossible
3) En effet, mais il faut savoir si nous parlons juste des BD ou de l'univers obscur qui déborde ce cadre des livres de type "BD pure" de BP et FS.

Lorsque nous parlons des Cités Obscures, faut-il se limiter au travail de Peeters et Schuiten alors qu'eux même incitent à élargir le "territoire habitable" :
"Les Cités obscures ne peuvent donc pas se confondre avec le seul travail de Schuiten et Peeters." (sic)
Alors très logiquement il devrait être possible de faire un film, comme Simone Bucher a fait une animation par exemple, ou Letort des musiques...
D'ailleurs si l'on parle de "film sur...", après tout les dessins de Schuiten sont aussi des "dessins sur" les Cités Obscures, en sont une représentation. Il s'agit de divers types de représentations de ce monde qui nous fascine, BP et FS n'en étant que "les premiers arpenteurs". Si le dossier B est un "film sur" les CO, il pourrait y avoir d'autres représentations des CO. Car le véritable Continent Obscur est à jamais (en tout cas pour ma part, hélas :-) ) hors de portée, impossible d'en ramener de vraies images filmées "là-bas". Tout sera toujours reconstitution, comme disait Raymond.

Car : "Ceci n'est pas une pipe".
(Tout ça ferait bien rigoler le premier étudiant en art ou litérature venu, mais je ne renie pas ma naïveté dans le domaine).

Concernant la dramatique sonore, je l'ai écouté plusieurs fois et j'ai trouvé les voix assez convaincantes, les "effets sonores" de passage simples et suffisamment suggestifs. Le gardien du musée notamment est vraiment très "Obscur" dans son comportement, ses mots, sa voix. Mais je sais que BP et FS n'en sont que moyennement satisfaits.








92. Quentin - 11/06/06 20:04
Un passage ciné semble très difficile. Pourquoi?

1) Parce qu'on perdrait les dessins de FS
2) Parce qu'il serait difficile de représenter l'architecture obscure en film
3) Parce des exemples réussis de BD à l'écran, je n'en connais pas

C'est pourquoi je préfère le modèle du film sur les CO (genre le dossier B ou conférence spectacles), au lieu d'un film appartenant au monde des CO.

Ca me fait d'ailleurs penser au dramatique sonore "Le Musée A. Desombres". Je n'ai pas trouvé le CD très réussi, et je dois avouer que je ne l'ai écouté qu'une seule fois. Que pensez-vous de cet "album"?

91. René C37 - 09/06/06 21:48
Je comprends les impressions de Théo à la lecture de "petites mythologies" ! Vraiment un beau texte, simple et direct, et qui résume tout l'enthousiasme que l'on porte tous (auteurs comme lecteurs) à ce territoire. Cet aveu d'un risque de lassitude est très beau aussi. Quand on songe que même Théo (un des rares sinon le seul parmi nous à avoir réussi un passage je vous le rappelle) s'était lui aussi éloigné peu à peu de cet univers& Que dire des auteurs qui passent des mois et années à se pencher sur un album ?
"Lunivers a ses propres lois, ses propres exigences, qui simposent à ceux qui laniment. Sans doute cela contribue-t-il à ce que dautres puissent ensuite investir ce territoire".
Toujours cette question qui revient. Qu'est ce qui crée ces lois et exigences, autrement dit qu'est-ce qui décide ce qui ressort des CO et ce qui y est étranger ? Le dico de Sylvain est à ce sujet symptomatique, il doit toujours penser à démêler ce qui vient vraiment des auteurs d'autres sources jugées plausibles mais moins fiables.

Concernant le court métrage, je conserve mon jugement envers et contre tous. Vu ce que vous en dites, c'est que je n'ai manifestement pas su apprécier, tant pis pour moi :-(

Film : d'accord en ce qui concerne la bande dessinée unidimensionnelle, c'est-à-dire des univers clos, mais ici justement nous avons affaire à un univers multimédia, "poreux" c'est-à-dire ouvert à d'autres visions, d'autres interprétations, et malgré tout actuellement un passage par le ciné semble très difficile. Pourquoi ?

90. Theo - 09/06/06 15:43
Pour ma part je n'ai jamais trouvé d'adaptations cinématographiques valables de Bande Dessinées (Iznogood, Astérix, Blueberry, Batman, Superman et j'en passe et des pires ...). Schuiten et Peeters ont eux-même essayé de mettre en place un épisode filmé des Cités Obscures : la cité des ombres (si ma mémoire est bonne) qui finalement n'a jamais vu le jour (quel jeux de mot ;-). Il ne s'agissait pas de l'adaptation d'un album mais bien d'un nouvel axe de développement. Le storyboard établit comprenait 500 dessins dessins au lavis qui étaient tellement précis et qui imposaient un découpage si pointu que l'ensemble, trop rigide, n'a jamais pu être retranscrit en film. Schuiten et Peeters connaissent bien trop leur affaire pour considérer qu'il n'est effectivement pas de leur ressort de réaliser une adaptation fimé d'un album du cycle. Même avec toute la conscience de leurs moyens (Peeters est aussi réalisateur, Schuietn est scénographe, ils ont monté ensemble ou séparement des spectacles et des expositions etc.), un "simple" film inspiré des Cités obscures n'a pu voir le jour.

89. Quentin - 09/06/06 14:13
Raymond: Oui, le dossier B est une réussite complète. Je crois d'ailleurs que la meilleure manière de mettre les CO en images animées est de partir du monde clair pour arriver au monde obscur. C'est un peu ce qui est esquissé dans Taxandria, de Raoul Servais, même si ce n'est pas trop réussi. L'album qui se prêterait le mieux à un film est, à mon avis, l'archiviste, qui a un pied dans les deux mondes, comme le dossier B. Eventuellement l'écho des cités, sous forme de série télévisée ou de faux documentaires :o) Ce sont deux albums aux images fixes, ce qui laisse libre court à leur filmatisation. Les albums de BD plus classiques, par contre, risquent d'être plus décevants (encore plus que le court-métrage sur urbicande). Il y a des pourparlers pour faire un film sur l'enfant penchée, mais je ne vois pas comment on y inclurait la scène avec Desombres dont la main devient dessinée au lieu de photographiée, par exemple.

88. Raymond - 09/06/06 09:43
Par rapport à ce court métrage d'Urbicande, je le trouve moi aussi très beau, et j'admire la prouesse technique, mais c'est vrai qu'il manque une peu de vie (c'est paradoxal pour un film d'animation). On a l'impression de visiter une ville morte. Il est vrai que l'ancienne Urbicande a été détruite, et l'image que l'on découvre ne peut donc être qu'une reconstitution :-)

Quentin: lorsque je met à part le Dossier B (des productions filmées), c'est parce que je trouve que c'est une réussite complète. Il est extrêmement précis et convainquant, et il nous fait croire à l'existence du monde obscur. Le point d'orgue de ce petit film, c'est à mon avis l'avant dernière scène qui nous fait découvrir les tableaux de De la Barque. On y découvre (après une longue attente) les images des Cités Obscures. De fait, ce sont à nouveau les dessins de Schuiten qui nous emportent vers ce monde, et nous font croire à sa réalité.

Je crois que sans les images de Schuiten, les CO n'existent pas, et qu'il sera très difficile à un cinéaste d'adapter ces oeuvres. Mais je reconnais que Metropolis a de nombreuses affinités avec les CO.

87. BOOMSTUD91 - 09/06/06 09:41 - (en réponse à : jmtur@libertysurf.fr)
Salut à tous, pour ma part ce film 3D est une parfaite évocation de lappropriation et la mise en perspective respectueuse du travail dun artiste par un autre, les exemples sont nombreux dans lhistoire de lart.
Lors de la diffusion de la première version sur le net nous avions une maigre vignette animée avec une bande son pompeuse, cela dit, déjà la perception dune expérience graphique &..
Nous avons maintenant un format et une qualité, permettant enfin de « visualiser » dune manière dynamique Urbicande et son atmosphère supposée.
Je reste séduit et admiratif de ce travail, à quant dautres contributions dautres artistes ?! autour des cités obscures.

Jean Marc.

86. rené C37 - 08/06/06 21:50
Bien bien, toi aussi Théo...
OK je m'inclines, je vais essayer de le revoir en "oubliant" le trait de Schuiten.

J'ai le texte portuguais. Je m'y plonge ce soir...

85. Theo - 08/06/06 17:07
A noter que l'intégrale de la Frontière Invisible sortira en Français le 26 octobre selon le calendrier Casterman.

Pour en revenir au film d'animation Urbicande, je dois dire que ce document m'a sidéré. Je ne cherche pas y voir spécialement l'apport que cela peut donner à la série (sans doute très peu finalement) mais plus simplement la performance : je me suis baladé dans Urbicande, presque pour de vrai et je dois dire que le film m'a littéralement absorbé. Il y a un respect total de l'oeuvre originale, une fidèlité irréprochable des décors. Bref, si cette séquence n'apprend rien elle permet tout de même d'avoir un aperçu presque réaliste de ce que pourrait être Urbicande.

84. Quentin - 08/06/06 09:43 - (en réponse à : quentingausset@yahoo.fr)
J'ai déjà recu 3 demandes d'achat de l'intégrale "frontière invisible" en Danois avec ex-libris. Pas de problème, je le ferai avec plaisir, mais vous devez savoir que la BD coûte 298 couronnes (40 euros), que les frais de port coûtent 25 euros pour un colis de 2 kg, et que l'ex-libris n'est que le dessin de l'ex-libris FNAC (pianiste face à la mer) - je suppose que ca en découragera plus d'un.

83. René C37 - 07/06/06 19:49
Oui Quentin je sais que nos auteurs aiment ce court, et ce que tu en dis est bien vu, mais je garde une petite déception, sans doute à cause de l'émotion de la lecture de l'album...

Quand à cet article, je pensais qu'il s'agissait d'une sorte de résumé des Cités à l'usage des non-initiés (ainsi que le titre pouvait le laisser supposer), mais ce qu'en dit Théo est vraiment alléchant.
Raymond, pourrais-tu m'en envoyer une copie ?

82. Quentin - 07/06/06 15:04
Eh oui, on dirait que le forum revit un peu grâce à Boomstud :o)

Theo: marrant que tu parles de faille. Il me semble que cest le titre du prochain album des CO :o)

René: cest vrai quil y a une infidélité au niveau dessin, mais cest parce que le dessin de ce qui est vivant et de ce qui bouge dans lalbum (nuages, personnages) nest pas primordial. Je crois que cétait voulu de vider toute âme, de figer tout ce qui vibrait dans lalbum, pour rendre vivant tout ce qui était mort, sans âme, sans vibration. Cest là que se trouve le trait de génie de la réalisatrice: animer ce qui ne létait pas, et figer ce qui était animé (même si je crois qu'au départ, c'était fait surtout pour des raisons techniques et budgétaires). On retombe sur lidée de faille - spatio-temporelle :o) En tout cas, BP et FS aiment beaucoup cette animation.

Mais cest vrai que Metropolis est finalement très obscur. Quant aux scénographie, ce qui me dérange chez elles, cest quelles sont creuses. Du carton pâte. Les livres ne sont pas de vrais livres. La poussière nest quune imitaton de poussière (quoiquelle soit elle même recouverte de vraie poussière ;o)). On démonte tout et on le remonte ailleurs, dans un autre ordre, pour gruger dautres visiteurs. Cest comme une ville de Samaris mais en 3D au lieu dêre en 2D (pour reprendre lanalogie). Il faut être aussi naïf que le héros des murailles de Samaris pour se laisser prendre au piège. Même si parfois, on a envie de se laisser tromper, de se laisser bercer dillusions. Le mundaneum, par contre, ca cest du vrai. Il y a un autre cachet qui se dégage de la scénographie, et ca se sent tout de suite. Les illusions, sil y en a, ne sont pas au niveau du visiteur, mais bien au niveau des concepteurs du mundaneum! Ca donne une toute autre ambiance.

Raymond: je ne mettrais pas le dossier B à part. Même sil reléve du documentaire, cest finalement du même ordre didées que larchiviste ou lécho des cités. Si tu le mets à part, tu dois mettre ces albums là à part également. Je ne crois pas que limage filmée soit incapable de représenter lunivers obscur. Cest juste quon na pas encore trouvé la bonne formule. Et puis cest certain que sans les superbes dessins de FS, il sera plus difficile dapprécier un film sur le monde obscur :o)

81. Theo - 07/06/06 14:24
Absent du forum depuis trop longtemps, je reviens à l'occasion de ce texte de Benoît Peeters Petites mythologies obscures qui m'a véritablement remis dans le "bain obscur".
Lorsque j'ai découvert la série en & 1997, rien n'a été plus fort que ces toutes premières lectures, que cette découverte du monde obscur. C'est l'ouverture vers le monde clair via l'Archiviste, album que j'avais acheté tardi vement par rapport au reste de la série, qui m'a aspiré définitivement dans cette faille et m'avait fait comprendre l'ampleur du concept. Cette émotion, cette impression donnée par la première lecture, j'ai eu bien du mal à la retrouver. Atténuée après chaque relecture, l'exaltation est retombée enfouie par le déjà vu. En 2003, après avoir reçu, dans des circonstances sur lesquelles je ne reviendrai pas, le livre "Correspondances", j'ai renoué avec cet esprit d'origine, ces émotions premières que la lecture de ce livre me procurait. Peut être parce que l'histoire décrite par Mary, au tout début, ressemblait un peu à la mienne et finalement à tout fan des Cités Obscures. Et, maintenant, ce texte de Benoît Peeters, lu dans un train, presque dans un instant volé à la somnolence qui me saisissait, m'a brusquement replongé dans cet état d'esprit qui avait tant marqué mes premiers pas dans la série. C'est donc (bien réveillé ;-) que j'ai pu lire ce texte qui place Benoît Peeters sous un angle de vue extérieur et qui raconte, dans ce style simple et attachant, son histoire ou tout du moins une histoire d'Auteur par rapport à sa création. Bien que nombres d'idées qu'il exprime ont déjà été reprises sous d'autres formes, je trouve ce texte particulièrement intéressant et révélateur : l'auteur se confie librement, tout à fait hors d'un jeu question / réponse. Il raconte son vécu sous la forme d'une synthèse d'impressions personnelles. Il livre ses réflexions d'homme sur ce qui est arrivé à l'auteur des Cités Obscures qu'il est. Poussé aussi loin l'exercice et rare et j'ai pour le moins apprécié !

80. René C37 - 06/06/06 22:19
oubli : Et l'analogie avec Samaris est bien vue.

79. René C37 - 06/06/06 22:16
Comprenons nous bien, ce c'est pas tant que je n'y retrouve pas le monde obscur, car on est bien "dans" Urbicande, c'est que j'ai l'impression de me trouver devant des dessins de Schuiten qui auraient été vidés de toute âme, de toute vibration. Un calque sec. Alors d'accord avec Quentin pour aprécier ce court comme contribution, mais pas comme oeuvre dessinée, pas comme "dessin animé" (au sens primitif du terme). C'est "trop du dessin" ou pas assez en somme, en tout cas trop réducteur par rapport à l'encrage de François Schuiten.
Par exemple à un certain moment on voit un ciel tel que dessiné par Schuiten, et devant les décors revus et corrigés par Bucher. Pour moi ça ne passe pas.
En conclusion je ne suis pas d'accord avec l'expression de Raymond : "respect du dessin". Respect de l'univers des CO certes, du squelette, mais quasi "infidélité" au dessin au contraire. Beaucoup trop affadi, schématique.

Et j'apporte un exception à la REGLE : voyez le film "Métropolis" de Fritz Lang. Là nous sommes en 3D, en personnages réels, et là je suis totalement dans une des Cités Obscures, sans le moindre doute. Ambiance, lumière, décors, personnages et scénario, tout se retrouve. Alors bien sûr on me rétorquera qu'il s'agit d'une restutution anticipée... L'idée me convient :-)))
Autre 3D vraiment Obscure : la scénographie du musée Desombre, ou de multiples décors de livres géants, etc... (voir "Voyages en Utopie"). Ou encore certainnes photos du site d'Alex précédemment cité.
Mais pour du "dessin filmé" je crois qu'il faudrait carément oublier l'interprétation graphique de Schuiten. Mais est-ce envisageable ?



78. Raymond - 06/06/06 18:55
C'est sympa de retrouver un forum vivant :-)

Pour ce court métrage, on retrouve une de ces pièces totalement hybrides et inclassables dont parlait Benoit Peeters dans son article. Il est réalisé par une jeune allemande (dont je ne sais plus le nom), puis il est incorporé à l'oeuvre officielle de FS et BP grâce à un CD/DVD/livre. La même réflexion s'impose pour le "portrait d'Axel Wappendorf", qui est au départ une oeuvre musicale de Bruno Letort, et que l'on incorpore maintenant dans l'univers des CO (grâce au même livre). Il est clair que FS et BP aiment tout ce qui est fait autour de leur oeuvre (à ce sujet, Quentin, ne change pas trop ton site Internet qu'ils apprécient). Il est même probable que parfois, ils s'en inspirent.

Je suis intrigué par les remarques de René sur le court métrage d'Urbicande en 3D. L'oeuvre appartient au genre du dessin animé, et elle est entièrement composée à partir des dessins de Schuiten. Malgré ce respect du dessin initial, René est déçu du résultat, qu'il estime moins convainquant que "le personnage réel Desombre, les scénographies ou les musiques de Letort".

Cela m'interpelle, car je retrouve cette énigme qui a déjà été plusieurs fois discutée dans ce forum : le cinéma n'arrive pas à recréer l'univers des CO ! Pour rappel, les projets cinématographiques de FS et BP ont souvent échoué (je mets à part le documentaire sur le Dossier B qui prend la forme du reportage). De plus, le seul film qui a été achevé (Taxandria) n'a plus rien à voir avec le monde de Schuiten, ou l'univers des CO. J'ai pensé que ces échecs n'avaient rien d'accidentel. J'ai même été jusqu'à déduire comme une REGLE que l'image filmée est incapable (pour des raisons qu'il serait intéressant de discuter) de restituer l'univers de Schuiten. En corollaire, je me suis dis qu'il fallait une animation de son dessin (par une conférence spectacle, une scénographie, ou un dessin animé) pour retrouver une ambiance "obscure". Et maintenant, je lis chez René que ce court métrage métrage est insatisfaisant, car "c'est trop du dessin". A nouveau, on n'y retrouve pas le monde obscur.

Comment comprenez-vous cela ?

77. Quentin - 06/06/06 13:57 - (en réponse à : René)
Je trouve le court-métrage sur urbicande intéressant à plus d'un titre, surtout en regard de l'album précédent. On avait avec Samaris une cité en 2D avec un héros en 3D alors qu'on a dans l'animation sur Urbicande l'inverse: une cité en 3D et des personnages en 2D. La ville est vivante et bouge, alors que les personnages ne sont que des figurants sans vie. Rien que pour ca, l'intérêt du court-métrage dépasse de loin l'aspect esthétique, et est une contribution originale à part entière à l'univers obscur.

76. René C37 - 06/06/06 13:48
Oui excusez-moi, j'ai trop interprété la réponse de BP. En effet il ne s'agit ni d'aigreur ni de crainte mais plutôt d'un amusement.

En fait la seule vraie (petite) inquiétude dont je me souvienne concerne Mary, parce qu'à un moment les auteurs se sont demandés ou s'arrêtait le jeu et ou commençait ce qui justement n'était plus du jeu.

Concernant le concours c'est là que tout a vraiment commencé pour moi, non pas dans la découverte des CO mais dans mon envie d'en "faire un petit peu partie". Et si l'idée de complot et de passage préexistait, c'est là en effet que les auteurs ont appelé les lecteurs à s'investir dans leur univers. Les résultats ont été plus prolifiques que prévus d'ailleurs.
Pour mémoire les diverses contributions des lecteurs à ce concours ont été élégament incluses dans le site d'Alex
http://passages.ebbs.net/reception.htm
Et si l'envie de poursuivre les CO taraude toujours BP et FS, peut-être comme a pu le comprendre Quentin est-ce un peu grâce à nos encouragements sous diverses formes. Encore récemment je pense à ce qui est dit de Wappendorf dans "Un opéra pictural".

Ce qui me fait penser que le tome 2 de la Frontière Invisible se présentait comme clôturant la série (???) ce qui n'avait pas manqué de nous inquiéter&

Opéra pictural justement : j'ai été un peu déçu par le court-métrage du Urbicande. Si il est toujours fascinant d'entrer dans l'épaisseur d'une case, et de ce point de vue c'est très réussi, en revanche je n'aime pas l'aspect trop froid du rendu informatique. C'est toujours le problème de la 3D, en figurines aussi, le dessin perd toute sa beauté et sa force. C'est un peu enfoncer des portes ouvertes je sais bien, puisque par définition un dessin est justement une réduction en 2D d'une hypothétique réalité 3D (sauf dans l'abstrait il va sans dire), et les extrapolations sont forcément des ré-interprétations. Finalement je ressent moins ça avec le "personnage réel" Desombre, les scénographies ou les musiques de Letort, peut être parce qu'à ce moment là c'est encore plus éloigné du dessin, la référence n'est qu'au niveau de l'univers des CO, et l'intégration se fait sans problème esthétique& En fait ce court-métrage c'est trop du dessin.

75. Quentin - 06/06/06 12:17
Je ne savais pas que les accents danois étaient si difficile à traduire :o(

74. Quentin - 06/06/06 12:16
Raymond: oui, il y a eu ce concours du guide des cités. Mais je crois que ca remonte même à larchiviste qui a le premier introduit lidée de passages entre les mondes, ainsi que lidée dun complot (voir le texte de Benoît Peeters). Si on repense aux premiers sites internet (Eilko et autres), cest surtout là dessus que laccent était mis. Et comme le dit BP: Nous-mêmes, par certains côtés, nous navons cessé dalimenter le jeu du vrai et du faux, de la mystification. A force de souffler sur le feu, il a commencé à brûler lherbe autour deux et leur a échappé ;o) A propos du livre de Mary: Beaucoup de gens ont cru et continuent de croire que nous sommes derrière cette histoire, que nous avons écrit ces lettres, tout manipulé, tout concerté, que tout cela fait partie dun grand plan& Eh bien, pas du tout. Cest vraiment quelque chose qui nous a échappé et qui demeure un mystère.

Je reprend une autre citation: Tout cela ne serait rien sans nos lecteurs En prenant cela littéralement, on conclut que ce sont les lecteurs qui font les cités obscures. Ce qui renforce encore laspect de partage entre les auteurs et les lecteurs, le fait que leur point de vue nen est quun parmi dautres. Plus loin: beaucoup dautres lecteurs nous ont fait le cadeau dhabiter cet univers (&) Au départ, cétait le territoire de deux personnes, François Schuiten et moi. Puis cest devenu un territoire plus habitable . Les auteurs rendent hommage aux lecteurs qui rendent hommage aux auteurs. Car après tout, la grande question est: Comment prolonger une série sans se lasser ? La diversité des medias fait des cités obscures une machine à ne pas sennuyer, mais limplication des lecteurs les rend plus "habitable", en aidant les auteurs à éviter la solitude déprimante qui en a éreinté tant dautres avant eux. Quand j'ai rencontré FS et BP, ils m'ont tout de suite demandé des nouvelles de mon site internet, que je n'ai pas mis à jour depuis plusieurs années, et quels étaients mes projets là dessus. Ce genre de chose est important pour eux.

73. nemOrtel - 06/06/06 11:31
Euh, René pardon, on confond avec ce R commun :)

72. nemOrtel - 06/06/06 11:30 - (en réponse à : raymond)
Mais peut-être y-a-t-il en effet des gens qui ont une facheuse tandence à tout prendre tellement au sérieux qu'on a parfois envie de leur faire guili-guili sous le menton, simple expérience scientifique en passant...

Hahaha, so true...

71. Raymond - 06/06/06 10:04
En fait, le ton de cet article n'est pas aigri. Il y a plutôt une sorte d'étonnement amusé sur le développement qu'a pris l'univers des CO. La conclusion de son article peut d'ailleurs être comprise comme un gag !

Il y a une chose que Benoit Peeters oublie de mentionner, c'est que FS et lui-même sont à l'origine de ces multiples contributions faites par les lecteurs. Je me rappelle qu'un prospectus (édité par Casterman) accompagnait "Le guide des Cités" au moment de sa parution. Ce document contenait un questionnaire et surtout appel aux lecteurs à leur envoyer des pièces qui témoignaient d'un passage vers les CO. C'est à ce moment, je pense, que tout a commencé.

Il est vrai que tous ces travaux ont pris maintenant une ampleur que FS et BP n'avaient pas prévue.

70. Quentin - 05/06/06 14:51
L'équation de R2 (R carré)! :o)

Quant à l'article de Benoît Peeters (merci Boomstud) et à la dernière phrase, elle a l'air de faire référence à certaines personnes bien particulières. Je ne crois pas que nous en faisons partie. Nous ne sommes pas possessifs. Au contraire, notre présence ici montre notre envie de partager. Les possessifs sont peut-être à chercher parmi ceux qui ne participent pas ou plus à ce forum. Je me rappelle notamment de certaines discussions où j'apprenais par exemple que l'angle de penchement de Mary correspondait à l'angle de la déviation magnétique de la terre (ou qqch du genre, je ne me souviens plus bien), ou qu'on retrouvait plein de symboles maconiques, etc. Je crois que je m'imagine facilement les auteurs parlant à des férus d'ésotérisme qui voient dans leurs albums ce qu'ils n'ont jamais cherché à y mettre (voir par exemple leurs citations répétées au sujet de l'absence de religion dans les cités obscures). Mais il est également clair que BP et FS aiment à se présenter comme défendant des "points de vues parmi d'autres", et qu'ils considèrent comme un grand honneur l'engagement des lecteurs dans leur univers. Donc il ne faut pas voir ca comme un commentaire aigri. Ils veulent peut-être se dédouaner de certaines choses qu'ils ne cautionnent pas, mais sans nécessairement vouloir les empêcher. L'histoire de Mary, le petit film d'animation en 3D sur Urbicande, la musique de Bruno Letort, Luminas, les sites internet, et même ce forum de discussion, tout cela et bien d'autres choses sont le meilleur hommage que l'on puisse rendre à leur oeuvre.

69. RenéC37 - 05/06/06 00:23
Hum, comme toujours difficile de trancher entre mythe (volontaire et au second degrès) et réalité dans les propos de BP. Mais peut-être y-a-t-il en effet des gens qui ont une facheuse tandence à tout prendre tellement au sérieux qu'on a parfois envie de leur faire guili-guili sous le menton, simple expérience scientifique en passant... J'espère que nos auteurs ne se laissent pas impressionner par cette côterie (ça m'étonnerais, mais qui sait si ça ne les amuse pas moins qu'avant, si ça ne les inquiète pas un peu ce côté presque "fanatique")

Passer de Fan à fana à fanatique, glissement qui peut aller loin...

En tout ca s'il est une chose qu'ici sur ce forum aucun d'entre nous n'a jamais repproché aux auteurs c'est leur humour, c'est même une importante composante de leur travail.

Ca me fait penser à Franquin qui était un peu énervé quand des exégètes parfois un peu pontifiants disséquaient son oeuvre. "Après tout ce ne sont que des bonshommes sur du papier..." (je cites de mémoire).
Qu'une oeuvre soint appropriée par les lecteurs c'est normal, que les auteurs ne puissent plus s'immicer dans le débat serait ridicule.

Merci Quentin pour ton compte-rendu.
Et merci d'avoir pensé à "mon" équation, qui en fait (étant retourné quelques pages en arrière j'ai pu vérifier) fut paufinée par Raymond. Inutile de préciser que je propose illico de la baptiser "l'équation de René Raymond". Et que BP et FS n'y voient rien à redire surtout :-))))

68. Raymond - 02/06/06 19:39
Si j'ai bien compris, il n'y a qu'un article sur les Cités Obscures dans cette revue portugaise, et c'est celui qui est écrit par Benoit Peeters ("Petites Mythologies Obscures").

Je viens d'en lire la version française (Merci Boomstud). Benoit Peeters y reparle de la "frontière invisible", mais cette fois il s'agit de la frontière qui sépare l'oeuvre (des auteurs) et le "monde des CO" qui s'est développé à côté de leur travail (l'oeuvre des lecteurs). Après un long commentaire, Benoit Peeters exprime le sentiment d'être dépassé par sa création

Voici par exemple quelle est sa conclusion :
"Certains des lecteurs les plus créatifs, devenus quelque peu possessifs, ne craignent pas désormais de nous écarter des débats les plus pointus sur la vraie nature des Cités obscures. Nos avis sont devenus des points de vue parmi dautres, et pas forcément les plus qualifiés. Notre ironie semble à certains quelque peu déplacée. Et il nous arrive dentendre quà travers Les Cités obscures nous avons mis le doigt sur des phénomènes un peu trop importants pour nous. Que pourrions-nous ajouter, nous qui ne fûmes que les premiers arpenteurs de ce Continent perdu ?"

Qu'en pensez-vous?

67. Christophe - 02/06/06 10:43 - (en réponse à : Article portugais)
J'ai fait lire l'article à une portugaise qui m'a expliqué que c'est le site d'un magazine qui crée un dossier spécifique à chaque parrution (on en est au 8ieme) consacré à un artiste (les 7 autres artistes n'ont rien à voir avec la BD). En l'occurence,le n°8 est aux auteurs des CO. La page web décrivant le dossier explique le parcours des artistes et la philosophie qui soutend le projet ainsi que le phénomène de fan-art qu'il a généré. En gros, rien de nouveau. Il faudrait acheter le n°8 de ce magazine pour en savoir plus.

66. Quentin - 01/06/06 21:15 - (en réponse à : Erratum)
"Impressions nouvelles" (et non pas éditions nouvelles)

65. Quentin - 01/06/06 21:13
J'ai oublié de dire: je ne comprend malheureusement pas le Portugais :o( Je n'ai fait que transmettre le lien recu par e-mail de Benoît Peeters.

64. Quentin - 01/06/06 21:11
Bon, j'avais annoncé un compte rendu du festival BD de Copenhague. J'avais même pris des notes lors des conférences spectacles, mais je ne les retrouve malheureusement plus :o(

Je me lance donc de mémoire. Nous avons eu droit à 2 conférences spectacles. La première débutant avec Jules Verne comme visionnaire vivant à l'époque des grandes utopies, et posé en contraste de l'époque actuelle, désenchantée, ne croyant plus en aucune grande idée. Tel était le point de départ des portes du possible: essayer de retrouver un peu de l'enthousiasme passé pour le futur. S'en est suivi une très belle présentation des portes du possibles, déviant un peu de l'album, faisant d'autres associations, avec beaucoup d'humour aussi, malheureusement tempéré par la traduction simultanée qui brisait le rythme du dialogue entre Francois et Benoît. La présentation aurait fait plaisir à René, car il me semble qu'elle reprenait presque mot pour mot son équation (dommage que j'aie perdu mes notes). En guise de conclusion: si les utopies de la fin du 19e siècle se sont révélées dangereuses, on se rendra peut-être bientôt compte que l'absence d'utopies peut elle aussi être dangereuses, en enfermant les politiques dans un rôle de gestionnaire technocrate - ce qui était un des thèmes et une des bases de départ des PP. C'était très bien, très beau, et très intelligemment présenté. Je garderai un excellent souvenir de ma première conférence spectacle.

Le lendemain, nous avons eu droit à une 2e conférence spectale présentant trois court.métrages: le film d'animation de l'Allemande présentant Urbicande en 3D, les auteurs travaillant sur une planche de l'ombre d'un homme (quel travail incroyable!), et un troisième qui m'échappe pour le moment. Ca tournait plutôt autour de leur travail, à la fois d'auteurs de BD et de réalisateurs de différents projets. Ca devait être surtout intéressant pour une audience Danoise qui connaît moins le travail de Schuiten et Peeters (l'ombre d'un homme, les portes du possibles ne sont pas traduites en Danois, par exemple). La frontière invisible venait de sortir en Danois et BP&FS ont fait de longues dédicaces. La version Danoise, sortant en intégrale, est assortie d'un ex-libris signé pour les 1000 1er exemplaires, au cas où ca intéresserait certains.

Sinon, j'ai eu le grand privilège de pouvoir inviter les deux auteurs au restaurant le dimanche soir. Nous avons eu toute liberté pour parler des CO et d'autres choses, comme par exemple l'écologie, la politique, la BD (dont "Fraise et chocolat" d'Aurita, publié aux éditions nouvelles, donc par Benoît Peeters), et de plein d'autres choses. J'ai passé une excellente soirée, qui restera pour moi un des grands moments de 2006!

63. Raymond - 31/05/06 18:43 - (en réponse à : r.larpin@vtx.ch)
Merci Boomstud de ta proposition. Je suis intéressé par une copie de cet article :-)

62. BOOMSTUD91 - 31/05/06 17:36 - (en réponse à : jmtur@libertysurf.fr)
Précision complémentaires à mon précédent post
j'ai retrouvé le fichier word, l'envoi sera donc fait par mail
à qui veut me communiquer un gentil petit mot!
Cordialement

61. BOOMSTUD91 - 31/05/06 13:50 - (en réponse à : jmtur@libertysurf.fr)
j'ai le texte original en Français de l'article " Petites mythologies obscures" paru au Portugal, son origine remonte à la période de l'expo à la BNF, sa parution n'était pas identifiée et validée,par soucis de respect envers l'auteur je n'en ai pas parlé.
Cela dit, à titre amical et désintéressé, je suis ok pour envoyer une copie papier à qui le souhaite ( je suis incapable de retrouver la version Word !)

me contacter par mail, merci de penser au timbre !
Cordialement.

60. Raymond - 30/05/06 18:45
Merci Quentin de cette référence. Je constate que Benoit Peeters a écrit un article (je n'ai pas bien compris le sujet) dans un journal portugais. Y a-t-il d'autres choses intéressantes sur ce site ?

59. Quentin - 29/05/06 09:46
Bon, j'ai encore dû me tromper dans le lien html mais vous pouvez faire un copier-coller ;o)

58. Quentin - 29/05/06 09:45 - (en réponse à : Nouveau site obscur)
Pour ceux qui comprennent le Portugais, voir le site suivant:

http://acd.ufrj.br/~confrariadovento/numero8/index.htm

57. Raymond - 05/05/06 10:23
Très intéressant, en effet, mais il me semble que tout cela (le jeu sur DVD, la nature, le type de scénario) correspond plus à l'univers de Sokal que celui de Schuiten.

56. boomstud91 - 04/05/06 22:18 - (en réponse à : jmtur@libertysurf.fr)
quelques infos sur AQUARICA ( compil d'infos glanées sur le net )

Casterman et White Birds Productions ont aujourd'hui le prochain projet de Benoît Sokal, qui sera cette fois-ci accompagné du célèbre et excellent dessinateur François Schuiten. Nommé Aquarica, ce projet devrait être à la fois disponible en bande-dessinée et en jeu vidéo (comme c'est le cas pour Paradise), mais aussi au cinéma, dans un film mélangeant images de synthèse et acteurs classiques, un peu à la manière de l'Immortel (Ad Vitam) d'Enki Bilal.

Aquarica, qui ne devrait pas nous arriver avant 2008, sera également la première tentative de White Birds pour réaliser un jeu intégralement en 3D temps réel.

le jeu sortira vraisemblablement avant le film d'animation.

L’histoire parle de personnes vivant sur une petite île tropicale. Un jour, ils ont soudain l’impression que les îles se sont mises à se déplacer lentement et petit à petit les oiseaux tropicaux quittent l’île et la température diminue. Ce qui aura pour conséquence que la végétation va changer au fur et à mesure de la progression vers des contrées plus froides.

L’explication à tout ceci est qu’ils vivent en fait sur le dos de gigantesques baleines de 500 mètres de long et de large , qui une fois par siècle, voyagent vers le nord pour se reproduire et mourir. Elles se cachent des humains pendant 100 ans en vivant dans une semi léthargie, couvrant leur dos de sable et de terre, et ressemblant à de petites îles. Il y a aussi une histoire parallèle, prenant place dans un petit village sur la côte Est des USA où des chasseurs de baleines ont entendu parler de ce mythe de baleines gigantesques et décident de partir en campagne. Nous incarnerons trois personnages différents dans le jeu.

». François Schuiten a déjà beaucoup travaillé sur le scénario de ce récit : « François travaille toujours avec un scénariste, mais en réalité, c'est un remarquable raconteur d'histoires. Il intervient bien entendu aussi dans la mise en place l'univers graphique. ».dixit Benoit Sokal

ben les amis, ça sent bon tout ça !!!
Cordialement.

55. fables - 01/05/06 09:40
François Schuiten, Benoît Peeters et Bruno Letort donneront une conférence musicale sur le thème des "Portes du Possible" le 30 septembre 2006 au Cinéma "L'archipel" (Bd de Strasbourg à Paris) dans le cadre d'une sorte de "rétrospective" consacrée à Bruno Letort...

54. Quentin - 28/04/06 23:01 - (en réponse à : Christophe)
Je viens d'apprendre que BP et FS sont à Copenhague et donnent une conférence spectacle demain et après-demain. Il est annoncé plus bas qu'ils seraient ici le 30 mars. Etaient-ils là le mois passé ou bien y a-t-il eu une erreur de date dans l'agenda?

En tout cas je ne manquerai rien cette fois - et je donnerai mes impressions par la suite ;o)

53. Christophe - 23/04/06 18:36

52. organisation amiens - 22/04/06 10:48
Plus que deux jours pour réserver votre place et venir nous rejoindre lors de cette rencontre exceptionnelle avec François Schuiten, Benoît Peeters et Bruno Letort, au sein de la maison de Jules Verne à Amiens, récemment rénovée de fond en comble...
tel : 03 22 72 18 74

51. René C37 - 17/04/06 23:06
Ha ha ! Merci Crabouf pour ce lien.
Et qu'en retirais-je ? ceci :
"«C'est un futur ironique», explique Schuiten, en souriant"
Ce qui apporte de l'eau à mon moulin concernant le côté côté second degrès des PP :-)))) Faussement optimistes, férocement ironiques...

50. Crabouf - 17/04/06 13:15
http://www.cyberpresse.ca/article/20060416/CPARTS/604160455/1042/CPARTS

49. organisation amiens - 15/04/06 16:06
François Schuiten et Benoît Peeters seront le lundi 24 avril à partir de 20h30 à la maison de Jules Verne à Amiens.
Les Bulles du Lundi sont des rencontres mensuelles, sortes de cercles littéraires conviviaux autour de la bande dessinée et de ses auteurs.
Page web consacrée à cette animation : http://bd.amiens.com/les_bulles_du_lundi_3.html

Nous y avons accueilli des auteurs aussi divers que Paul Gillon, François Boucq, André Geerts, Jean-Davis Morvan ou Vanyda, chaque mois depuis février 2002, à Amiens au Centre Culturel Léo Lagrange.
A l'occasion de l'ouverture de la maison de Jules Verne, François Schuiten a eu l'idée de proposer que celle qui lui est consacrée, en compagnie de Benoît Peeters et Bruno Letort, se déroule au sein même de la maison. Ce lundi 24 avril, à partir de 20h30, les auteurs guideront les visiteurs au coeur de la maison, pendant une petite heure, jusque 21h30 environ. Ensuite, Schuiten, Peeters proposeront une de ces conférences - spectacle dont ils ont le secret, autour d'une projection d'images en lien avec les Cités Obscures et l'oeuvre de Jules Verne, le tout sur les musiques enregistrées et improvisées sur le vif par Letort.
Vu l'intérêt suscité par cette venue, la réservation est vivement conseillée (passer par la page "contacts" sur le site).



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio