Lewis Trondheim (2)

Les 603 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13


303. br - 13/03/05 21:30
**Ce qui m'a fait noté que dans chaque album on peut trouver un élément "fantastique" (mais jamais complètement car rien ne le confirme)**


Si je ne m'abusions point, le genre fantastique, au sens strict, maintiens justement cette ambiguité entre surnaturel et explication rationnelle : les auteurs classiques en mettant en scène un évènement fantastique prennaient soin d'introduire un élément qui laisse une alternative pour le lecteur.
C'était un point annexe. :)

302. jicece - 13/03/05 21:18 - (en réponse à : LEWIS ! ! !)
salut à tous les fans, et à notre cher Lewis T. en particulier
pour info (et j'espère que cela n'a pas déjà été dit et redit 30 000 fois), le court métrage très inspiré de la patte de mouche "imbroglio" est disponible en DVD depuis moins d'un an, sur un DVD édité par le festival MOUVIZ (les courts indépendants), sur le DVD n°2 de Mouviz, il y a donc :
the Bloody Olive - avec une ambiance "film américain des années 50" très bien rendue...


sur le n°3, il y a aussi : la révolution des crabes
(c'est pas du Trondheim, mais c'est sympa aussi, vous pouvez le voir en ligne, mais pas tous les autres courts métrages (en film... pas en dessins... ;-) qui valent le coup

(j'aime particulièrement le strip-tease du fossoyeur...)
bref, bons films...

301. martin - 13/03/05 21:15
J'avais bien compris la référence à Spirou dans le logo sur la lune :)
Là où je dois pas comprendre Lapinot, manifestement, c'est que pour moi ça se veut réaliste (avec une critique de nos conyemporains) alors que pour beaucoup non.
On ne peut quand même pas dire que la société Damoclès est crédible, ou qu'elle caricature quelque chose, ou sinon quoi ?

300. CoeurDePat - 13/03/05 20:25
>> pas crédible

ARGLLLL ! Je suis mort ! On m'assassine ! Mais donc tu n'aimes pas non plus Astérix, Les schtroumpfs, Tif et Tondu, toute la SF, tout le fantastique, etc. ?! Parce que dire qu'on n'aime pas Lapinot parce que ce n'est pas crédible... Comment dire... ça signifie que tu passes à côté de la série... et de ta recherche d'arguments puisque ce n'en est absolument pas un : il n'explique strictement rien. Au contraire, il a même plutôt l'air ridicule. Que tu n'aimes pas les situations, d'accord, mais parce qu'elles n'ont pas l'air crédibles ?!?! O_o

>> Sinon, pour les one-shots de Trondheim (en particulier ceux à l'association), je n'ai pas l'impression que ça relève d'une exploration systématique ou réfléchie, mais que ça procède plus de l'envie du moment

Oui, je pense largement la même chose. Mais ça reste tout de même une exploration, une volonté de variété. Pour contraster un peu, le cas de Lécroart me semble encore différent. Sans faire de l'exploration systématique (si la chose était possible), il ne se répète pas et fait des choses vraiment différentes à chaque fois.

299. Vieto - 13/03/05 20:21 - (en réponse à : Martin)
L'histoire du logo sur la lune, c'est un clin clin d'oeil à Spirou et à Zorglub en particulier...

298. martin - 13/03/05 20:09
BOn j'ai relu (ou reparcouru) quelques Lapinots. Et en fait ce qui me dérangeait ce ne sont pas les personnages, qui sont bien des caricatures (puisque le trait est forcé, est-il possible d'être aussi moralisateur que Lapinot ?) mais les situations.
Et en particulier, dans "Amour et intérim" où la société Damoclès n'est pas crédible, ou la société Media Trust Corp qui veut écrire son logo sur la lune dans "La couleur de l'enfer".
Ce qui m'a fait noté que dans chaque album on peut trouver un élément "fantastique" (mais jamais complètement car rien ne le confirme) avec par exemple la malédiction de la dynastie Pÿkchnetz dans "Pichenettes", les manifestations paranormales dans "Pour de vrai" ou la prédiction d'une mort dans "la vie comme elle vient".
D'ailleurs celui-ci, en le relisant, je l'ai trouvé particulièrement bien mené (mise à part la fin dont j'ai déjà dis ce que je pensais :) et j'ai trouvé que des personnages comme Richard ou Nadia par exemple prenaientt plus de profondeur.

Sinon, pour les one-shots de Trondheim (en particulier ceux à l'association), je n'ai pas l'impression que ça relève d'une exploration systématique ou réfléchie, mais que ça procède plus de l'envie du moment.
Donc parfois c'est bien ("Moins d'un quart de seconde pour vivre" par ex.) parfois on se demande s'il n'y pas un peu foutage de gueule ("Bleu" par ex.). ça me rappelle moebius qui disait que tout ce qu'il dessinait était édité, je me demande si pour Trondheim c'est pas pareil.

Pour Donjon : on sait bien que le seul rôle de la numérotation est de nous signifier l'ampleur temporelle de tout donjon, et non pas le nombre de tomes que l'on aura à lire. Mais ce qui est sûr, c'est qu'à chaque tome on approfondit un personnage, et c'est ça qui me plaît.

297. br - 12/03/05 16:49 - (en réponse à : Helmut)
Pour moi et dans ceux que j'ai lu, le meilleur Donjon : Mon Fils le tueur, dessiné par Blutch.

Je n'ai pas lu le dernier Lapinot (et je n'aime pas beaucoup la série. Mais peut-être justement, comme cela a été avancé ici, je n'en ai pas lu assez pour aller au-delà de l'humour anecdotique pour m'interesser aux persos), je ne connais donc pas comment ce héroïcide est représenté, et ce que je vais dire n'est qu'hypothèse hasardeuse, mais en lisant ton message, je me demande si tuer Lapinot n'est pas une façon de briser le lien émotionnel entre le lecteur et les personnages, de rappeler qu'une bande-dessinée, comme toute oeuvre fictionnelle, est essentiellement un artifice.
"Enfin, je dis ça je ne dis rien" de rigueur.

296. yancomix - 12/03/05 12:32 - (en réponse à : david t)
D'accord, c'est noté. :)

295. dens - 11/03/05 22:22
ratta du bug.. :o)

294. herve - 11/03/05 22:14 - (en réponse à : post 600)
Yatta du bug

293. david t - 11/03/05 20:32 - (en réponse à : yancomix)
j'arrive avec un train de retard, mais: comme altaïr, je te conseille "donjon potron-minet" même si tu as aimé moyennement les autres séries. (commencer par les blain, puis, si tu accroches, compléter avec les "donjon monsters" de vermot-desroches, blutch et nine qui se déroulent durant la même période.) le ton est assez différent (plus proche de "lapinot" par moments) et, connaissant un peu tes goûts, cette série risque de te plaire.

292. helmut perchu - 11/03/05 16:43 - (en réponse à : martin)
Attention à ceux qui n'ont pas lu le dernier Lapinot mais ils doivent plus être nombreux : MEGA SPOILERS !

Quoi ? La mort de Lapinot ne t'as pas atteint ? Mais quel monstre es-tu ? (smiley évident) Perso, je crois que ça a été ma plus grosse émotion via une BD, j'en ai eu l'appetit coupé, j'ai du relire plusieurs fois de suite voir si je n'hallucinais pas et même si je n'ai jamais eu de doutes par rapport au medium BD, je ne pensais pas qu'un jour, une BD pourrait me procurer une émotion pareille ! Et une fiction en plus !

Mais une fiction bien réaliste car je ne trouves vraiment pas les personnages caricaturaux mais juste terriblement bien définis. En fait Trondheim nous démontre que tout être humain est caricatural (ses carnets me font le même effet, quand il se montre lui-même ou quand il montre ses amis, ceux-ci sont "normaux" et cette normalité est caricaturale). Hm... suis-je bien clair ?

Je pense aussi que l'appréciation d'une BD peut dépendre de la manière dont chacun l'aborde. Car si pour moi Lapinot m'est si cher (et encore, Trondheim n'as pas tué Richard, je crois que là, j'aurrais été à ramasser à la petite cuillére), c'est aussi car je l'ai découvert assez tôt (à la sortie de Pichenettes) et que depuis des années, chaque nouvel album est comme si je prenais des nouvelles d'un ami que je vois peu (tiens, Coacho aurrait pu l'écrire cette phrase...).

Alors que j'ai découvert plusieurs Donjon d'un coup et relativement récemment (2 ou 3 ans) et que du coup, cette série ne m'atteint pas encore autant (mais c'est aussi dû à l'univers qui détache encore plus cette série de la réalité) même si comme toi, je suis curieux de connaître l'assenscion de Hyacinthe et l'évolution de marvin et Herbert...

Outch ! Beaucoup d'idées d'un coup là, chuis épuisé !

291. CoeurDePat - 11/03/05 16:10 - (en réponse à : martin)
>> Et cette idée de globalité on ne la retrouve pas ailleurs chez Trondheim

Je ne voudrais pas donner l'impression d'être "trop d'accord", non plus. En fait tu décris dans ce morceau de phrase ce qui fait que j'aime beaucoup (en général) l'oeuvre de Trondheim : c'est la diversité, l'espèce de recherche, d'exploration de son univers. Je pourrais aussi citer Lécroart comme autre exemple du même genre (un peu extrême, l'exemple). Tu ressens ça comme quelque chose qui ne t'accroche pas, moi c'est le contraire, je suis enchanté de découvrir les nouvelles voies qu'il explore (qu'il s'agisse de petits sentiers ou d'avenues). ^__^

290. Bink - 11/03/05 15:59 - (en réponse à : Martin)
Les personnages de Lapinot sont pour moi assez réalistes. Ils ont leur caractère, leur problèmes, leurs passions. On peut les trouver caricaturaux, mais pour de la BD, je les trouves attachant, et au comportements assez réaliste (par rapport a leur personnalité). De plus je trouve qu'ils évoluent (dans les lapinots comptemporain), les relations entre les personnage s'etoffent, des couples se créent.. Mais c'est sur qu'il ne va pas faire changer un personnage complement du jour au lendemain.

Si non pour les Donjons, ca me fait marrer quand tu dit que tu veux savoir comment ca s'est déroulé... Car vu que la série n'avance plus, et que pour tout savoir il doit y avoir 99 tomes ds chacune des 3 séries, je pense que tu as le temps d'esperer :)

289. martin - 11/03/05 15:50
Je suis d'accord, c'est l'interaction des persos qui est intéressante. Ce sont peut être plus des archétypes que des caricatures.
Enfin il y a des situations dans Lapinot que je trouve non-réaliste (sans être pour autant fantastique). alors que dans Donjon, l'univers est bien entendu non réaliste mais pas les persos.
Je vais relire 1 ou 2 lapinots pour donner des exemples.

288. Altaïr - 11/03/05 15:33
je trouve les persos de lapinot beaucoup plus réalistes que ceux de donjon, pour ma part.
Certes, ils ont un caractère défini de façon simple, limite caricatural, mais c'est la façon dont ils intéragissent qui est passionnante. De cette façon, Trondheim en montre plus sur les contradictions de "l'homme moderne", en confrontant leurs points de vue...

287. martin - 11/03/05 15:29
Mais pourquoi (pour moi) il y a affinité avec les persos de Donjon et pas avec ceux de Lapinot ?
Tout ce que je vois c'est que ceux de Lapinot sont très caricaturaux et sans évolution, ce qui ne correspond pas à la vie réelle, une personnalité comme Lapinot ça n'existe pas, pas plus que Richard. Ils sont trop "finis" et trop simples.
Par contre une personnalité comme Marvin me semble réel, il est complexe avec ses contradictions, il n'est pas le même enfant, adulte ou veillard, donc c'est un vrai personnage, pas une caricature.

286. Altaïr - 11/03/05 15:10
Une question d'affinités avec les personnages, sans doute ^_^
Yabon Trondheim !

Tiuens d'ailleurs on a des donjon à compléter nous...

285. martin - 11/03/05 15:08
L'effet série pour s'attacher ou comprendre les personnages n'a pas du tout marcher avec moi sur Lapinot.
Peut-être est-ce dû au fait d'avoir alterner les lapinots contemporains avec ceux de genre.
En tout cas, la mort de Lapinot je m'en suis foutu autant que la dernière péripétie des Tuniques Bleues !
Par contre, savoir comment Hyacinthe devient le gardien, comment évolue la relation Marvin/Herbert ça m'intéresse.

284. Altaïr - 11/03/05 14:48 - (en réponse à : martin)
Dans lapinot, il y a quelque chose qui fait fait que plus on en lit, plus on comprend les personnages et plus on s'y attache, et du coup chaque nouvelle lecture est plus savoureuse que la précédente. Sans compter les bons mots...
Je n'éprouve pas ce genre de sentiment vis à vis de donjon zenith (encore moins crepuscule, que je n'arrive pas à lire !).
Mais bon, ne chipotons pas, j'adore presque tout Trondheim !

283. Altaïr - 11/03/05 14:46
J'en rajoute une couche : donjon potron-minet, ça fait partie des meilleures oeuvres de Sfar ET Trondheim ET Blain ^_^ (donjons monster associés fortement recommandés dans la foulée !)
Pour le reste de donjon, je préfère lapinot ^_^

282. martin - 11/03/05 14:44
Comme ça, y en a pour tous les goûts chez Trondheim :))
Mais quand même, Donjon me paraît plus intéressant parcequ'on y sent la volonté de faire quelque chose qui reste cohérent sur l'ensemble. Chaque épisode doit être lu dans la perspective globale de Donjon. Les 3 séries principales permettent de développer les personnages, et les monsters l'univers de Donjon (pour Parade, j'ai pas compris ;(
Et cette idée de globalité on ne la retrouve pas ailleurs chez Trondheim, la plupart de ses livres sont des one-shots (à l'association surtout), et même dans lapinot, les personnages sont fixés dès le départ et évoluent très peu.
A part pour Donjon, j'ai l'impression qu'il a fait un livre parceque ça l'amusait au moment où il le fait (ce qu'il dit lui-même) et pas pour d'autres raisons.

281. yancomix - 11/03/05 14:36 - (en réponse à : Altaïr)
Pas encore lu.
Mais on me le conseille vivement! :)

280. Altaïr - 11/03/05 14:36 - (en réponse à : yancomix)
même donjon potron-minet ???

279. yancomix - 11/03/05 14:29 - (en réponse à : martin)
Comme quoi… Le seule chose qui m'intéresse moyennement chez Trondheim, c'est Donjon.

278. martin - 11/03/05 14:13
On est d'accord.
Et plus je lis du Trondheim, plus je me dis que la seule chose vraiment intéressante, c'est Donjon.

277. CoeurDePat - 11/03/05 13:52
>> Et dans "Désoeuvré", on ne peut pas dire que les discussions qu'il rapporte soient très instructives.

Je suis assez d'acord, mais d'un autre côté, ses Carnets ou ceux de Sfar ne sont pas non plus d'un intérêt faramineux à ce niveau-là, donc ça ne me choque vraiment pas plus que ça. :)

>> Sauf peut-être que "Désoeuvré" pour ça ne devrait peut-être pas être dans une collection qui se veut théorique.

C'est clair. Ca ressemble nettement plus à un reportage qu'à un "essai".

276. martin - 11/03/05 13:46
Je parlais spécifiquement de "Désoeuvré".
Et dans "Désoeuvré", on ne peut pas dire que les discussions qu'il rapporte soient très instructives.
La succession et la qualité des auteurs rencontrés m'ont plus frappé que l'intérêt de leurs propos, d'où cette impression d'étalage.
Mais, je le redis, ce n'est qu'un petit défaut à mon sens. Sauf peut-être que "Désoeuvré" pour ça ne devrait peut-être pas être dans une collection qui se veut théorique.

275. CoeurDePat - 11/03/05 13:14
>> faire étalage de ses rencontres, sur le mode 'je fais un barbecue avec untel, je dors chez tel autre, je rencontre tel autre en dinant chez untel etc.

Euh, dire que Trondheim fait de l'étalage me paraît totalement surréaliste.
Lis (ou relis) ses carnets et "Approximativement", et regarde tout ce qu'il ne montre pas. Moi je trouve qu'il a beaucoup de pudeur dans ce qu'il montre. Dans "Désoeuvré" je ne trouve pas non plus que ça soit de l'étalage, juste la relation de ses discussions sur le sujet avec d'autres auteurs...

274. martin - 11/03/05 12:36 - (en réponse à : david t)
Ce n'est pas sous prétexte qu'il est auteur et qu'il s'intéresse à l'avis d'autres auteurs, qu'il doit faire étalage de ses rencontres, sur le mode 'je fais un barbecue avec untel, je dors chez tel autre, je rencontre tel autre en dinant chez untel etc ...'.
ça ne me gêne pas trop, mais après l'avoir lu (et relu), je trouve quand même le fond bien anecdotique.

273. marcel - 11/03/05 11:09 - (en réponse à : Bink)
Hormis le fait que je t'ai fait entrer dans le hall of fame (et c'est merite), j'ai eu la meme impression que toi.
En meme temps, c'etait a Sollies et on apprend dans Desoeuvre qu'il etait en pleine reflexion sur son travail a ce moment. Peut-etre etait-il preoccupe.

272. Bink - 11/03/05 10:37
Ah oui, un moment aussi, Trondheim se plaint du manga d'enthousiasme des fans qui ne lui parle pas trop lors des séances de dédicaces.
Bon moi j'ai fait qu'une séance de dédicace. Et premieremenet je ne voulais pas le déranger le temps qu'il dessine, et ensuite Trondheim apparait comme quelqu'un d'assez froid, d'assez austère...
(il ferait presque peur :)

271. david t - 10/03/05 21:19 - (en réponse à : martin)
Et la succession d'auteurs interviewés a un petit air people. Il fréquente du monde et du beau monde, Trondheim !

un peu étonnant ce commentaire...

reprocherait-on à un plombier de fréquenter d'autres plombiers?

270. bink - 10/03/05 21:13
Ca y est je l'ai enfin lu.
Alors dans l'ensemble j'ai bien aimé. Lewis qui a la crise de la quarantaine, c'est sympathique.
Le seul reproche, c'est vers la fin, quand il "interview" les auteurs ou c'est un peu lassant. Mais bon, c'est quand même un tome que je conseilles à ce qui sont fan de Lewis, car on en sait bcp plus sur lui et sur sa passion de la bd...


269. Lui - 09/03/05 09:16
Une page du blog de L'amiral (5 Mars)... avec des morceaux de Lewis dedans :
Et hop

268. martin - 08/03/05 12:06
Lu désoeuvré : dans la forme j'ai bien apprécié, j'ai l'impression que ce n'est pas tout à fait comme les carnets (que je n'ai que parcouru) qui étaient des sortes de compte-rendus au jour le jour d'évènements divers. Si ici, on a aussi un suivi de ce type, je trouve qu'on est plus dans une sorte d'écriture automatique qui me rappelle les livres de Konture : le dessin subit les digressions de la pensée avec parfois des métaphores (l'auteur sur son vélo) ou inversement on n'a plus de lien entre le dessin et la pensée (croquis de ce que le dessinateur a sous les yeux avec un discours tout autre). Personnellement, c'est une forme que j'apprécie car elle donne l'impression d'accéder de façon brute à la pensée de l'auteur, sans retravaille ou artifice qui pourrait l'édulcorer.
Par contre, le fond à les défauts des qualités de la forme. Puisque la forme n'est pas contruite, le fond non plus, ce sont surtout des pensées jettées comme ça, sans plan, sans structure. De plus, je m'attendais à un questionnement sur comment bien veillir en tant qu'auteur (qualité du travail), alors que c'est plus comment bien veillir en tant qu'individu sans devenir alcoolique/dépressif/suicidaire.
Personnellement, que Trondheim crée dans l'amusement, dans la douleur ou dans l'ennui je m'en moque pas mal.
Et la succession d'auteurs interviewés a un petit air people. Il fréquente du monde et du beau monde, Trondheim !

267. eddy - 25/02/05 17:19
Euh, je voulais dire le post 124...
Désolé...

266. eddy - 25/02/05 17:16
Je crois que je comprends mieux cette notion de "maîtriser son oeuvre". Le sentiment que je retiens, c'est que Lewis a peur de faire des choses qui ne lui plairait plus sous le pretexte de devoir gagner sa vie. (ou simplement de ne pas sombrer dans l'ennui ou le désoeuvrement.)
En effet, à partir du moment où il doit "produire" des choses qui lui déplaise, on peut dire qu'il ne maîtrise plus son oeuvre.

Par contre, je ne pense pas qu'il faille qu'il s'arrête de dessiner pour autant. (cf post 133 de ce même topic).

265. fredh - 25/02/05 17:00
J'entend bien ce que vous dites sur le besoin de se mettre en danger et de trouver des raisons d'angoisser comme pour se justifier d'arrêter. Mais le destin d'un dessinateur, pour moi, c'est assez simple : soit il arrête et fait autre chose, soit il continue. Lewis veut continuer.Mais il veut continuer sans cette impression sourde de ne plus maitriser son oeuvre. En plus cette angoisse d'artiste l'emm…. Il veut pas être un artiste, c'est un raconteur d'histoires, il ne veut pas se prendre la tête avec toutes ces questions sur l'art et machin truc,. Il raconte des histoires, il met des personnages en scene, des fois ils meurent des fois non, ça dépend juste de lui. C'est lui qui décide et avec "désoeuvré", il enfonce le clou. Euh… evidemment c'est juste ce que j'en pense. Il manquerait plus que je pense pour Lewis, non mais des fois…

264. eddy - 25/02/05 15:23
Je ne suis pas convaincu que ce soit une reflexion plus sur l'oeuvre que sur le destin du dessinateur lui-même.

En fait, je pense que c'est une façon pour l'auteur de se demander comment continuer son oeuvre, mais l'oeuvre elle-même (personnalisée par Lapinot) n'échappe pas réellement à Lewis (même s'il estime qu'il n'a pas eu le choix pour ce dernier.)

Personnellement, je reste convaincu que Lewis ne pose pas réellement de question dans ce bouquin, apporte encore moins de réponse, mais par contre expose clairement ses angoisses de création.
Et les réactions de Berberian, Blain, Sfar et autres montrent bien qu'il n'est même pas complètement convaincu par ces mêmes angoisses. (Comme dirait Voutch, le pire n'est même pas certain...)

En fait, c'est un bourreau de travail qui vient d'aboutir à une situation stable où il n'est plus en "danger", et il se créé de nouvelles raisons d'angoisser, parce qu'il en a besoin comme moteur. En tout cas, c'est comme ça que je l'analyse, parce que j'ai également ce défaut.

263. fredh - 25/02/05 12:09
Je viens de lire "désœuvré" de Lewis Trondheim et en le lisant
j'ai eu envie de donner une autre definition au terme "désœuvré" (en gros, qui ne sait pas s'occuper) par le sentiment d'être dépossédé de son œuvre. Pour moi ce qui transparait
c'est ça. L'instant ou l'auteur à le sentiment de ne plus maitriser son oeuvre, qu'elle vit seule comme une machine bien huilée… Qu'en pensez-vous?

262. david t - 25/02/05 00:08 - (en réponse à : yancomix)
le tome 72 de telle ou telle série X

je crois qu'il manque un "III" à cette phrase. :)

261. dens - 24/02/05 23:25
rhooooo..... Moi?! (smiley qui bat des cils tout innocemment)
pas du tout je sais ce que c'est d'etre dans une ville ou il manque beaucoup des choses qu'on aime et de pas pouvoir en changer ... (ici pas de BD, pas de boulangeries dignes de ce nom, pas de ptites terrasses sympatoches, pas de rayons desserts avec des gateaux de riz de la laitiere ou de creme Danette ou de n'importe quoi Charles gervais, pas de ... argh!... je m'a re pété le moral...)

260. yancomix - 24/02/05 23:09 - (en réponse à : Hervé)
Remarque, Dens aurait été capable aussi. :p

259. herve - 24/02/05 23:06 - (en réponse à : dens)
oui mais à cette heure -çi, il dort!

258. dens - 24/02/05 23:05 - (en réponse à : herve)
ou Marcel si on va par la...

257. helmut perchu - 24/02/05 22:50 - (en réponse à : hervé et yanco)
Pour vous servir.

256. yancomix - 24/02/05 22:48 - (en réponse à : Herve)
Tu te demandais?
Ce ne pouvait être qu'Helmut! :p

255. herve - 24/02/05 22:47 - (en réponse à : helmut)
je l'attendais celle- là.
Et je me demandais qui allait sortir cette phrase!

254. helmut perchu - 24/02/05 22:43 - (en réponse à : Itomi)
change de ville, que diable !



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio