Magie & transhumanisme : la BD & le futur 3

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


151. pierrecédric - 25/08/11 16:02
Et bien justement, l'intrus est là:
Un transducteur magnétostrictif est typiquement constitué d'un solénoïde traversé par un courant d'excitation servant à générer un champ magnétique variable, à l'intérieur duquel se trouve placé un barreau en matériau ferromagnétique, le tout étant enfermé dans un cylindre assurant la fermeture du circuit magnétique. Afin d'assurer des déplacements bidirectionnels, une magnétisation statique du matériau est obtenue soit au moyen d'un aimant permanent, soit en faisant circuler dans le solénoïde un courant continu qui vient se superposer au courant d'excitation variable. D'autre part, une précontrainte mécanique est généralement appliquée au barreau ferromagnétique au moyen d'un boulon, ceci afin de faire travailler le transducteur en compression et ainsi toujours garantir la transmission des efforts mécaniques à l'interface du transducteur et de la charge appliquée.

Les matériaux ferromagnétiques employés peuvent être le fer, le nickel, ou des alliages aluminium-fer (alfenol) ou nickel-cobalt, bien que le matériau le plus couramment utilisé soit le Terfenol-D, du fait de ses bonnes performances magnétostrictives.


Le barreau magnétostrictif, je n'en veux point dans ce que je veux faire, un aimant traversant une bobine en cuivre peut parfaitement avoir du courant sans c'bidule !

150. nem° - 25/08/11 15:28 - (en réponse à : PC)

149. pierrecédric - 25/08/11 14:00 - (en réponse à : pour ceux que cela pourait intéresser seulement)

Oui, l'aimant bouge exactement comme ça dans (ou sur) un tube de cuivre, mais quand cette aimant passe tout le long d'une bobine de cuivre en forme de tube (dont les deux bouts sont éloignés l'un de l'autre) l'aimant n'a pratiquement aucun mal à tomber comme dans un tube en PVC même si les deux bouts sont en court circuit, j'en ai fais l'expérience ! (la vidéo ce n'est pas moi)

C'est dire, avec les stators de la plupart des générateurs fabriqués en tout temps à cause de leur carapace métallique comment cela diminue la vitesse et donc le nombre de tours, mais ce n'est pas le seul problème, en effet les 2 trous des bobines y est aussi pour quelque chose au maintient de la loi de Lenz, c'est justement à cet endroit qu'apparaît chaque pôle puisque une bobine donne toujours un champ magnétique aux deux bouts, champ magnétique qui ralenti encore la vitesse du fait de son opposition à l' (ou aux) aimant(s) du rotor, donc un stator non métallique bobiné en forme de tore semble être la meilleur adaptation.

C'est pourquoi je me penche dessus et que je vais essayer de suivre le modèle que je me suis mis en tête et le faire (sans balais ni collecteurs, car inutiles), évidement ce modèle m'oblige à le faire en courant continu mais c'est pour moi le meilleur type de courant !

Autre problème, le nombre de tours en moins ce fait il linéairement ou par rapport à un logarithme...
linéaire: chaque stator de plus soustrait la même quantité de tours.
Logarithmique: de plus en plus de stator sont mis pour obtenir la même quantité soustraite de tours.

148. nem° - 24/08/11 21:04
Tiens, c'est amusatoire, j'étais en train de parcourir la wiki de la matière sombre à la recherche de l'arche perdue, ou plus précisément d'une éventuelle référence à la MHD/physique des plasmas, et arrivé bredouille en bas de page, je vois dans les catégories : Problème non-résolu en physique.
Et sur la page en question figure aussi la foudre en boule, ou plasma dynamique. La science amusante en deux clics.

147. nem° - 24/08/11 20:55
J'ajoute que le plancton influence le climat, et que si tu dis ça à Claude Allègre, il implose au niveau du néocortex.

146. nem° - 24/08/11 20:52 - (en réponse à : dens)
Bon, j'ai continué à regarder. Je vois ce qui te gêne : la méthode. Moi je dirais que c'est surtout une question de présentation. Le gars commence par lier deux choses à priori complètement différentes, donc oui, on peut alors utiliser un argument que tu as souvent utilisé contre moi, à savoir "Oulaoulaoula!"
MAIS *pause dramatique* il explique ensuite qu'entre ces deux phénomènes (extinctions massives & radiation cosmique), une chaîne d'autre phénomènes sont liés. Enchaînement de coïcidences, biais métacosmique? Peut-être. Mais, sans ressortir mes cercles culturés et mes OVNI, si on y réfléchit, l'univers est composé de plasma. Or, ce qui nous est dit est que l'attraction locale provoque des perturbations dans l'Ether (c'est pas moi, c'est Newton!). On nous dit par ailleurs que la matière sombre est non-baryonique : je dis haha, je dis prove it! Comment prouve-t'on ce qui n'est pas censé exister déjà?
Donc si Virgo perturbe la Voix lactée, et qu'ensuite celle-ci perturbe notre système solaire, qui perturbe ensuite notre planète, tu me dis quoi? Nostradamned?

145. nem° - 24/08/11 20:10
et confusion généralisée entre corrélation, causalité et uniiication narrative.

J'ai été confusé par l'uniiication!

144. pierrecédric - 24/08/11 12:11
Mh... pas si maladroitement dit que ça en faite !

143. dens - 24/08/11 12:00
c'est ce que je disais maladroitement dans ma derniere phrase

142. nem° - 24/08/11 11:22 - (en réponse à : dens)
J'ai pas encore tout vu/écouté, mais... et si l'univers était inexplicable?

141. dens - 24/08/11 11:16
bon ben il melange bien tout plein d'observation interressante et saute ensute a des conclusions pretenuements prouvees sansa tenir comptes de choses essentielles telles que .. marges d'erreur, biais d'observation, lacunes d'observations, absence de mentions de la proporrions de cas de non corrélation .. et confusion généralisée entre corrélation, causalité et uniiication narrative.

VOila c'est ca le prebleme c'est pas parcequ'on peut faire une belle phrase unifiante que ca en devient plus vrai...

je dirai meme plus ce qui s'enonce clairement est probablement une mauvaise representation de la realite d'un univers comlexe

140. dens - 24/08/11 09:30
http://www.larouchepac.com/galactic-question

j'ai juste vu les 5 premieres minutes pour l'instant mais ca a l'air d'etre a sa place ici

139. nem° - 27/07/11 17:44

138. nem° - 27/07/11 17:33
J'ai! Au lieu d'une interpolation polynomiale, on utilise des splines! Ainsi, la matrice devient "vectorielle", sauf que le pixel est défini par trois noeuds RVB. En déformant ces élastiques, la couleur du pixel va changer, mais l'information n'est plus un code matriciel, ce sont des coordonnées! On peut même pousser la chose plus loin avec des NURBS pour augmenter le volume d'information.
Concrètement, prenons l'exemple du voxel : pour représenter un terrain et son relief, on part d'une matrice, une image dont les couleurs sont associées à une hauteur. L'algo va ensuite traduire l'image plate en un volume. Maintenant, supposons que notre algo puisse encrypter d'autres coordonnées pour chaque couleur. Notre paysage devient matière, se densifie, se complexifie jusqu'à créer une soupe virtuelle, comme si on mettait dans la marmite tous les ingrédients connus! L'alchimie étant pilotée par l'algo, qui évite les réactions indésirables. Ca demanderait une puissance de calcul considérable, mais l'image deviendrait organique, vivante, profonde comme l'océan.


137. nem° - 27/07/11 17:16
Non, ça ne va pas. J'ai regardé un peu du côté de la morphologie, et on bute sur un problème topologique : le pixel. Comme c'est une unité arbitraire de base de la matrice, ça créée forcément du bruit polynomial. Il faudrait alors ajouter des passes poru corriger, et on retrouve notre poids initial. Damned!

136. nem° - 27/07/11 17:02
Je réfléchissais à cette discussion sur l'image dans l'image sur le sujet ciné. J'avais mentionné la compression fractale. Je me demande s'il ne serait pas possible d'utiliser une matrice, disons une palette de couleurs, comme codec pour y encoder une grande quantité d'image. En interpolant les codes hexadécimaux des pixels avec une matrice réversible, Vandermonde ou autre, on pourrait stocker les autres images sous formes d'alphas plutôt que de masques style Photoshop qui alourdissent terriblement.
Ainsi, au lieu d'enregistrer chaque image sous forme d'un fichier bitmap, une grille quoi, on pourrait n'enregistrer que les variations de couleurs d'un même pixel. Vous allez me dire : ça s'appelle une vidéo. Certes, mais une vidéo est séquentielle, quand ici on aurait un accès RAM dont l'adressage serait piloté par un algorithme qui organiserait de manière optimale les images pour "lisser" les transitions.
Je vais regarder du côté de ce qui se fait en 3D temps réel.

135. nem° - 27/07/11 08:08
D'ailleurs le posthumain ne serait pas forcément lui-même OGM, ça pourrait très bien être des bactéries dans son système.

134. nem° - 27/07/11 07:48 - (en réponse à : dens)
Intéressant, même si je n'arrive pas aux mêmes conclusions que le monsieur. Je suis d'accord avec l'analyse, quand il parle de signal sigmoïdal, de crête et d'effondrement. Bon, c'est en fait une courbe de Bell (en cloche, amusant) déformée par la course à la croissance. Pour moi il est là le "catch" : l'idéologie.
De même que la religion, après avoir structuré la société l'a aliénée, la politique économique actuelle s'étrangle elle-même. Parce qu'on est incapable d'admettre un simple fait biologique : un organisme ne croît pas indéfiniment. Bon, ça n'est pas vrai pour les poissons et certaines plantes, mais sinon c'est plutôt la règle. Nous n'arrivons pas à passer du paradigme de croissance à celui de développement. Et encore moins durable.
Il le dit lui-même, la croissance continue requiert des ressources "infinies". On peut recycler une bonne part de nos matières premières, une quantité honorable des secondaires, mais il y a une chose que nous ne pouvons pas recycler : nous mêmes. L'entropie nous rattrape toujours.
C'est pour ça que je suis en faveur de l'OGM humain (pas style Alien 3 hein) plutôt que plantulesque, parce que modifier l'environnement est beaucoup trop complexe et risqué, question d'échelle surtout. Si on parvient à générer nous-mêmes nos acides aminés, à avoir une peau digne d'une combi de plongée arctique, etc, on résout alors en grande partie le problème du corps. De même qu'une fourmi doit cohabiter avec des milliers d'autres congénères parce que seule elle n'a aucune chance ou presque, nous dépendons les uns des autres pour la survie. Une fourmi géante est soit une reine soit un autre insecte.
Nous avons un avantage sur les fourmis : nous pouvons théoriquement modifier notre propre évolution consciemment, et notre culture nous autorise un isolement relatif, grâce à Internet par exemple.
La vraie question, existentialiste cette fois, sera alors : voudrons-nous quitter les villes?

133. dens - 26/07/11 18:16

132. nem° - 24/07/11 01:07
L'hypothèse Mu-Atlantis peut paraître trop romantique. Soit, prenons l'hypothèse asiatique alors. Je parlais de la vallée d'Orkoï, peuplée depuis 100 000 ans. Une rigolade comparée à l'Afrique, mais bien plus que les 35 000 de l'Europe. On y trouve des structures évoquant les mégalithes que nous connaissons, un alphabet runique, un peuple qui maîtrise le cheval, l'arc combiné, et chasse à l'aigle. Ce peuple semi-nomade à la spiritualité chamanique, use des drogues et possède un savoir très ancien. Quand l'âge glaciaire les chasse, ils explorent le continent, investissent la plaine, les lit du Yang-tsé, et plus tard au dégel, la Sibérie. Ils sont petits, la peau jaune et épaisse, les yeux bridés. C'est un peuple du froid.



Ils vont gagner l'Europe et se mêler à une population de sauvages blancs aux cheveux roux, vêtus de peaux de bêtes, héritiers du très long savoir astronomique des néandertaliens. Ils vivent dans des grottes, connaissent la médecine par les plantes et la trépanation. Le mélange des gènes et des cultures va donner un peuple qui vit dans des huttes et commence à domestiquer et cultiver. Mais ni les Orks (les loups) ni les Alfs (les blancs) ne maîtrisent le métal, le tissu ou la poterie. Leurs ustensiles sont en corne, en cuir ou végétaux. Cela leur sera enseigné par les méditerranéens. Ils résisteront par contre longtemps à la religion, concept étrange où les esprits sont coupés du monde, voire incarnés. Eux restent attachés à une spiritualité élémentale, proche de la nature, sans dualité ni opposition. Les esprits de la nature ou des morts habitent le même monde, il n'y a pas d'au-delà invisible ou métaphysique. Il y a, toutefois, peut-être le ciel à craindre. Oui, peut-être là sont les ancêtres.


131. nem° - 24/07/11 00:45
Nous voici donc devant un vrai casse-tête. La première civilisation vient de quelque part, mais pas facile de localiser ce quelque part. Ensuite tout un ensemble de choses pose problème. L'écriture tout d'abord. Comme je l'ai dit, le cunéiforme n'est pas un alphabet, ce sont les Phéniciens qui l'ont mis en forme. Or l'on tend de plus en plus à assimiler ces derniers à un ensemble méditerranéen plus vaste, qui recouvrirait les premiers Egyptiens, les Mycéniens et les Cananéens, entre autres. Pas de sémites mais ce que les racialistes appelaient des hamites. Si l'on observe les points extrêmes de l'histoire de l'alphabet, outre les pyramides d'obsidienne du Proche-orient et le linéaire, il faut aller chercher les runes nordiques et mongoles. Cela forme un triangle grossièrement centré sur... l'Asie centrale! On y revient à notre steppe et nos Turcs! Si le Futhark est apparu assez tard, on trouve des stèles et "dolmens" dans la vallée de l'Orkhoi, en Mongolie, qui remontent à de nombreux millénaires. Comme les mégalithes, elles sont difficiles à dater avec précision. Mais les Orkos était un peuple fascinant. Outre les runes, le chamanisme et le nomadisme sont un trait commun de toute la bande boréale eurasiatique. Pourquoi pas plus au Sud? Serait-ce nos Turcs qui faisaient obstacle? Non, avant eux, des blancs caucasiens peuplaient toute la steppe, peuple barbare, conquérant, qui avait acquis la maîtrise du cheval et de l'arc, probablement des Mongols d'ailleurs.



Synthétisons : après le Déluge, l'Europe de l'Ouest degèle et se couvre de forêt. Elle est peuplée de blancs sauvages qui chassent et pêchent, héritiers du savoir des néandertaliens. En Asie, futur pays des Ases, l'expansion facile sur ce terrain immense mais plat les conduit aux portes d'un monde nouveau : l'extrême-Orient. Là, un peuple à la peau jaune et aux cheveux lisses sème du riz, chose inconnue des blancs. Au Sud de l'Asie, de hautes chaînes de montagnes barrent le passage mais certains massifs volcaniques fournissent du minerai brut. Un peuple va lentement apprendre à le fondre et le marteler. Encore inconnu, on le soupçonne d'être l'ancêtre des Aryens. Plus tard, leurs épées d'acier vont semer la terreur dans toute la région, puis le continent entier. Derrière l'Himalaya, une civilisation bâtit d'immenses cités paisibles, développe une spiritualité incroyable et commerce avec tout le continent. Au Sud du sous-continent, ils se mélangent graduellement avec une race sombre qui peuple toute la péninsule indonésienne et australe jusqu'à la ligne de Wallace : les dravidiens. Ce mix de culture et d'influences va donner une mosaïque culturelle indescriptible, peuplée de millions de dieux, d'esprits, de concepts, de traditions. On dit que ce sont les Aryens qui amenèrent cette diversité, je n'y crois pas trop. Un peuple aussi belliqueux, aussi rigide, ne saurait tolérer un bordel pareil. Au risque de heurter les susceptibilités nationalistes ou raciales, je vois mal un peuple des montagnes s'habiller de tissu, perdre du temps avec la culture, quand on peut forger des épées et bâtir des forteresses.



Résumons l'hypothèse générale : Mu s'effondre, les rescapés fondent la civilisation Nahuatl en Amérique, l'Indus en Asie, et remontent peut-être jusqu'en Afrique. En chemin, ils explorent le Golfe persique, la Mer rouge, puis arrivent en Méditerranée. Ils amènent avec eux les mégalithes, les constructions en pierre, le tissu, l'agriculture, la poterie, la spiritualité abstraite, le tatouage, etc. De là ils investissent le delta du Nil, la Grèce, Malte, l'Italie, le Maghreb, puis arrivent en Espagne et franchissent Gibraltar, encore fermé. Ils explorent la côte Atlantique et la colonisent de l'Ecosse au Niger (Nagas). Depuis les Açores, ils empruntent les Alizés et gagnent les Caraïbes. Là, ils finissent par rencontrer les autres héritiers de Mu, qui ont décidé qu'ils étaient chez eux : guerre. Le conflit ravage la région, explose la civilisation Nahuatl en Olmèques et Hopis, parmi tant d'autres. Les Atlantes s'installent en Amazonie et fondent sept cités lacustres. Leur maîtrise de l'agriculture grâce à la Terra preta modifie la forêt. Leur emblème est un aigle saisissant un serpent. L'hydre est dominée par le grand esprit. Le serpent-rêve cède au serpent ailé, Quetzalcoatl. Les Amérindiens se replient dans les montagnes et au Nord. Ceux qui s'avancent loin dans les terres perdent le lien direct avec la civilisation. Ils deviennent indiens des plaines, chasse le bison et taille la pierre. Leur spiritualité n'est plus que l'ombre de celle de l'empire de Mu.


130. nem° - 23/07/11 23:35
Mais où est cette fameuse Dilmun? Et est-elle l'origine des Sumériens? Ou sont-ils venus d'encore plus loin? C'est LA grande énigme. Plusieurs hypothèses sont envisageables : Inde. La civilisation de l'Indus commerçait le long de l'Océan indien, et ce peuple pourrait être issu de peuplades asiatiques. Le cunéiforme serait alors une forme commerçante d'idéogrammes, plus pratique, transportable, et durable. Ethiopie : les Sumériens descendent des Macrobiens, peuple légendaire mal connu, qui n'apparaît que comme un nom sur la carte d'Hérodote. On peut alors supposer une origine commune avec les Egyptiens via la Mer rouge. Amérique : les Sumériens sont des amérindiens qui ont fui Mu après son effondrement, et ont lentement conquis le Pacifique, puis ont remonté le littoral. L'hypothèse indienne est alors absorbable dans l'américaine. Excessif? Peut-être pas.



Noah était connu des Chinois sous le nom de Nuwa-Li, un être semi-divin, démiurge marin qui leur enseigna la connaissance. En Inde, les Nagas partagent cette étymologie et sa nature marine. En Amérique centrale, les Nahuatl (nawal), qui donneront la mystique Nagual encore pratiquée par les shamans, sont des êtres de l'océan, ancêtres divinisés porteurs d'un savoir sacré. Le mot "naval" remonte de là, via les Romains et avant eux les Indo-européens. On peut donc se rabattre sur l'hypothèse locale : un peuple de la vallée de l'Indus, ou de la corne de l'Afrique, ou remonter plus loin. Noter l'étymologie commune de Somalie et Sumer. Si l'on adopte l'hypothèse Mu, nous avons alors un foyer dans l'Océan Pacifique, qui est détruit il y a 16 000 ans par le glissement du point chaud d'Hawaï. Les survivants s'égaillent dans tout l'Océan. Certains atteignent des îles isolées, Rapa-nui, et dressent des statues qui regardent vers le continent disparu et attendent, immuablement. D'autres sont plus chanceux et accostent en Amérique centrale. Mu deviendra la civilisation Maya, qui base son calendrier sur un désastre. Enfin, une branche atteint l'Australie et remonte la côte jusqu'en Inde, pour s'implanter dans une vallée fertile. L'hypothèse asiatique est plus problématique, et ce pour deux raisons : la principale est immense, la chaîne de l'Hymalaya. L'autre est d'ordre culturelle. On trouve en Extrême-Orient des runes Orks, or les Sumériens n'avaient pas d'alphabet. Mais j'y reviendrai au chapitre suivant.



Je suis personnellement plutôt en faveur de l'hypothèse indienne, car on dispose de plus de matériel écrit, littéraire ou génétique. Par exemple, le Rig veda comporte un Sama-veda, longue liste de chants rituels, lié à l'utilisation du Soma, la plante rituelle. Saman signifie mélodie, donc on pourrait croire que la méthodologie est approximative. C'est ignorer comment procédait les anciens langages. Les mots n'étaient pas aussi cloisonnés que de nos jours. Ainsi, un même terme (et ses variantes) pouvait couvrir de nombreux concepts. Le même signe ou mot pouvait indiquer "eau" ou "serpent", en référence à la forme des vagues et aux mouvements de l'animal. La sémantique est donc issue de la graine.


129. nem° - 23/07/11 22:50 - (en réponse à : shumeru)
Tout commence au Déluge. Pas celui de la Bible, le vrai issu de la fin de la période glaciaire. Il y a environ 12 000 ans, les glaciers amorcent leur retrait d'Europe, libérant des terres qui deviennent graduellement forêt. Les derniers Néandertaliens n'ont pas survécu à leur migration forcée dans le Sud et se sont éteints depuis plusieurs millénaires. Seul un peu de leur ADN subsiste dans celui d'homo sapiens, qui a conquit la planète. En effet, on pense souvent à tort que les premières civilisations ont émergé dans un monde vide, où les rares sauvages étaient encore des hommes de cavernes habillés de peaux de bêtes. Or l'exode progressif vers le Sud a provoqué une concentration de population jamais vue qui va créer les premières villes du monde. Ainsi, entre -10 000 et - 9 000, on trouve des villes de milliers d'habitants au Proche-Orient et en Anatolie. Mais pourquoi là et pas dans le Sahara encore vert ou le fameux Croissant fertile?



La réponse est simple : le Déluge. Lorsque Gibraltar cède à la pression de l'Atlantique, cette catastrophe engloutit nombre de sites qui sont certainement encore à découvrir, s'il en reste qqchose. Avant cet évenement, la mer Egée est à moitié à sec, et les Cyclades sont un mini-continent. Ainsi les nomades peuvent caboter d'une grande île à l'autre au gré des saisons et de leur besoins. Quand les survivants se retrouvent séparés du continent, ils vont devoir s'organiser pour survivre autrement. Sur les côtes autour, le traumatisme pousse des peuples à chercher la sécurité dans les hauteurs. C'est la naissance de cités troglodytes comme Çatal Höyük, possible grâce à la tendresse de la roche dolomite. Mais déjà existait à Jéricho et en Syrie des villages de plusieurs milliers d'âmes, sur les routes commerciales de ce grand carrefour intercontinental. Le point commun entre l'Anatolie et des sites comme le mont Carmel est la culture troglodyte. Les roches calcaires sont faciles à creuser et bien plus sûres que des maisons en torchis. De plus elle assurent une excellente isolation thermique. Sans parler de la sécurité. Nous avons donc un noyau originel d'une culture de creuseurs, culture qui se retrouvera chez les Etrusques, et donc chez les Romains. Nos catacombes sont issues de là. On pense que ce sont les derniers néandertaliens qui ont transmis cette tradition, vers -15 000. Le corridor du Jourdain, prolongement du Rift Africain, amène ainsi des hommes depuis de millénaires du Sud vers le Nord et inversement. Mais ils buttent ensuite sur la barrière du Caucase, jusqu'à ce de meilleurs bateaux leur permettent plus tard de la contourner.



Logiquement, ils vont gagner progressivement vers l'Est, et redescendre la plaine fertile de Mésopotamie en suivant les fleuves. Là, les graines emportées vont s'avérer pousser incroyablement vite du fait des sédiments laissés par les fleuve, comme le long du Nil. Une nouvelle forme de sédentarisation est en oeuvre, produisant une telle quantité de nourriture que la population explose. Hélas, à partir de -8 000, le climat autour des tropiques s'aridifie, et bientôt des conflits apparaissent. Les cités s'organisent, les hommes les plus forts deviennent des guerriers, le reste de la population travaille pour nourrir tout le monde, pendant que les shamans organisent également la religion en fonction du nouvel environnement, climatique comme politique. Mais pour le moment, rien de différencie vraiment la Mésopotamie des autres pré-civilisations, si ce n'est la fertilité extraordinaire de la région.



Cette richesse va progressivement donner un avantage à ces peuples, qui vont pouvoir négocier plus serré l'or, l'ivoire, etc. De siècle en siècle, la réputation de cette région gagne de plus en plus loin, et suscite des jalousies et fantasmes. De nombreux voyageurs rapportent des récits qui vantent ce lieu fabuleux, où des champs entiers de grain ondulent sous la brise, où les bêtes à cornes sont aussi nombreuses que les fourmis. On voit un début de mixité inter-culturelle. Mais c'est un autre événement qui va tout bouleverser. Un jour, un peuple arrive du Golfe persique. Il vient, croit-on, d'une île appelée Dilmun. Ce peuple de la mer est différent des pasteurs locaux. Marin, hardi, curieux, ces hommes aux cheveux noirs et fins, une fois assimilés, vont remonter les fleuves pour explorer ces montagnes qui leur interdisent le Nord. La légende raconte que Gilgamesh, leur roi, en revint avec un savoir mystique, dont l'une des plus belles preuves était un langage qui s'écrit! Il devenait possible de garder des comptes des choses, de mémoriser autrement que par coeur toutes sortes de textes fastidieux. L'argile ne manquant pas, les Mésopotamiens commencèrent à écrire sur des tablettes qui traverseraient les millénaires.



De l'échange entre le peuple de la plaine et celui des montagnes, qui possédait la connaissance et les métaux, une légende va impressionner les frustres paysans du Sud : elle parle d'un homme que Dieu aurait averti en songe du Déluge imminent, lui ordonnant de bâtir un bateau pour lui et sa famille, et d'y embarquer toutes les espèces animales qu'il connaisse. Quand les flots eurent tout englouti, le navire échoua sur le sommet d'une montagne. De là, la civilisation pouvait recommencer. Et l'un des fils de cet homme Noé, se nommerait Sem. Et son peuple Sumer.

128. Odrade - 22/07/11 12:15
Bobocrâne.


O.

127. nem° - 22/07/11 06:18
Après Atlantis, intéressons-nous aux Turcs. Pas seulement les citoyens de Turquie mais les peuples turcs en général. D'où viennent-ils? Selon l'archéologie, on trouve des traces de leur présence d'Europe (Bulgarie) jusqu'en Mongolie et Chine. On serait tenté de suivre la voie classique qui tend à affirmer une origine centre-asiatique de ces peuples. Leur traditions nomades, encore très présente dans l'ancien Turkestan, éclaté par l'URSS en plusieurs républiques, sembles le confirmer. Mais la linguistique nous donne des indices d'une autre piste à suivre. D'abord l'étymologie du nom : turc, qui date seulement du 6e siècle de notre ère, apparaît dans des rapports chinois, et sur les stèles d'Orkhon en Mongolie. Mais on sait que ces nomades ont parcouru les steppes d'Asie centrale en tous sens, et se sont établis parfois très loin de leur supposée origine.
Historiquement, la présence turque est la plus forte sur ce qui est à présent le Khazakstan. Mais bien avant leur implantation sur ces steppes, l'Asie était peuplée essentiellement de blancs caucasiens. On a en effet retrouvé des tumulus, des momies et des tartans très proche des Celtes jusqu'en Chine. Ces Tokhariens dominèrent la steppe pendant des siècles, peut-être plus. Puis ils furent assimilés ou repoussés par les peuples d'extrème-orient, et laissèrent le champ à nos fameux Turcs.



Dans l'antiquité, leur nouvelle conquête était nommé Turanie, et les Grecs les appelaient Touraniens. Dans le Shanameh perse, la légende raconte que le roi Fereydun donne en héritage à ses fils Salm l'Ouest, à Iraj le Sud, et à Tur l'Est. Salm évoque bien sûr Salem, dans Jérusalem, et Iraj donnera Erya, la terre des Aryas, ou Eran, l'Iran moderne. Cela donnerait une origine iranienne aux Turcs. Mais on retrouve cette étymologie dans le nom de la ville de Tyr, célèbre capitale de la Phénicie. Problème, les Turcs ne sont pas connus pour être de grands marins. A moins qu'il ne descendent des Phéniciens. Non loin à l'Est se trouvait la cité de Terqa, dans l'actuelle Syrie, qu'on suppose être hurrienne. Mais poussons l'hypothèse étymologique plus loin : le nom Tariq, ou Tarek, est d'origine perse, et signifie voyageur à l'étoile du matin, référence à Vénus. Planète déifiée en tant qu'Ishtar, en AsTARGatis en Syrie. Le féminin Tariqa possède une signification dans la mystique soufie, évoquant le voyage mystique de l'esprit. Les Turcs pourraient donc être un peuple nomades appelé "Voyageurs". J'avais mentionné Gibraltar en parlant d'Atlantis. Le Djebel Al-Tariq en arabe, la montagne de Tarek. Les colonnes d'Hercule chez nous. Mais Tariq peut aussi être d'origine berbère, sans que ce soit exclusif.



Ca ne colle pas trop avec la culture turque, plus proche des peuples des steppes ou des montagnes du Caucase. Le tur est un caprin, animal typique des nomades. La culture turque traditionnelle est attaché au cheval et est empreinte de shamanisme, souvent un reliquat post-islamisation. Dans ce genre de recherche, mieux vaut privilégier un bon coup de rasoir d'Ockham. La linguistique ne saurait prouver quoique ce soit, les langues turques n'ayant pas, contrairement aux à la famille indo-européenne, de vocabulaire socle, considérons une aire à l'Est de la Caspienne comme référence. Le problème reste entier : en admettant une origine commune aux peuples turcs, d'où viennent-ils exactement?
D'après la génétique, les deux haplogroupes majoritaires de Turcs sont J2 et R1b, soit respectivement le croissant fertile et l'Europe, J2 étant également très présent dans le Caucase, où il frôle même les 75%. C'est un haplogroupe très ancien, et on peut donc supposer que les Turcs sont originaires du Caucase, puis ont conquis la Syrie jusqu'à la côte méditerranéenne. L'hypothèse Tyr n'est donc pas à exclure, de même que l'origine du nom des monts Taurus (Toros en turc). On peut même supposer que Tarquin, le roi étrusque légendaire de Rome, était d'ascendance turque. En effet, les Grecs appelaient les Etrusques, aux moeurs très asiatique, les Tyrrhéniens. On retrouve l'étymologie des Turaniens. J'avais d'ailleurs parlé de l'invasion de l'Egypte par les peuples de la mer, et l'un de ces peuples était appelé Teresh ou Touroush par les envahis. La Toscane leur doit probablement son nom également.



Mais ce n'est pas tout. L'un des plus fameux épisodes de l'antiquité leur doit aussi leur nom : Troie. La légendaire cité et la guerre impitoyable qui en fonda la légende, que les Grecs nommaient Ilion, était la capitale de la Troade, région de la future Turquie. Le nom vient de son premier roi légendaire, Teucros. Vous doutez? Vous pensez que ce sont les Atréides qui lui ont donné rétrospectivement ce nom? Considérez le nom de la région en face : la Thrace. Région qui débordait bien plus au Nord à l'époque. Et plus au Nord on trouve la Thuringie, en Allemagne. Tiré par les cheveux? Songez à la tribu de Dan d'Israël et Dana en Irlande, songez au Danube et faites la connection. Songez aux Scythes du Caucase, dont les nom de retrouve dans des peuples comme les Saxes, les Scotts, les Sicules de Roumanie, ou les Siciliens. Un des peuples de la mer étaient les Shekesh pour les Egyptiens.



Pas convaincus? Songez à l'origine des légendes nordiques, Asgard, Midgard, Alfheim, Niffleheim, etc. Asgard était le pays des Ases, les Asura de l'Assyrie (et des Açores?). Midgard signifie Terre du milieu, exactement la position géostratégique de l'Anatolie. Bifrost était un pont reliant Asgard aux neufs mondes. Pont signifie mer en grec, mais l'Hellespont n'existait pas avant le second déluge. D'ailleurs Hellé rappelle Hel et Hela, l'enfer nordique où vont les mauvais. La mère d'Hellé s'appelle Nephélé, qui rappelle Niffleheim, un autre enfer, mais aussi les Néphilim, les géants de la Bible, survivants du Déluge. Je pourrais continuer à l'envi, vous parlez de la Lycie au Sud de l'Anatolie, de sa parenté étymologique avec "loup", "lycan", Lug et Loki, mais aussi Lagash en Mésopotamie. J'ai déjà parlé de l'origine commune d'Odin, Aton ou l'Adonaï de la Bible.



On le voit, quand on retrace les origines culturelles du puzzle moderne, malgré les vagues successives et les mélanges divers, tout pointe vers le Moyen-Orient. C'est après, ou plutôt avant que ça coince. D'où venait Sumer? Leur mythologie parle de l'océan, mais aussi de la connaissance qui leur fût donné par les "dieux des montagnes" d'Ararat (Urartu), ceux qui parlent avec les étoiles. Nous verrons comment Sumer (Shumeru) était littéralement la graine de la civilisation puisque son nom signifie semence. Mais qui a émis la graine? Serait-ce Yggdrasil, l'arbre-monde? Nous verrons cela la prochaine fois.

126. nem° - 22/07/11 01:06
La bulle temporelle n'est plus de la science-fiction! Cette invention devrait révolutionner la physique, mais également l'électronique, et plus spécifiquement la spintronique et amener rapidement l'ordinateur quantique. En effet, l'obstacle majeur quand on tente d'utiliser la superposition d'états est la décohérence. Einsenberg nous enseigne qu'il est impossible de connaître la position et l'état d'un photon sans influer sur ces paramètres, faussant la mesure. En gros, observer une particule sans masse, en prélevant de l'information quantique, modifie sa nature ondulatoire, la quantifie en réduisant le paquet d'onde. Ici nous avons un système qui permet d'annuler le temps, de le geler plutôt, en l'isolant du continuum général.



Imaginons à présent une application pratique : des transistors, memristors en fait, encore mieux, qui pourraient stocker l'information dans des micro-bulles temporelles. Chaque bit traversant la bulle laisse une empreinte, comme la silhouette de qqun passant à travers une cloison de papier, mais son quantum peut ensuite être libéré, évitant ainsi la complexe tâche de maintenir la cohérence quantique. A chaque appel du registre, le processeur envoie une charge qui réactive le bit. C'est le principe de la mémoire statique d'ailleurs. Bien sûr, les premiers systèmes utiliserait un état binaire classique 0 ou 1, à la différence que le zéro ne correspondrait plus à zéro courant, mais zéro information! Ensuite, les transistors se perfectionnant, le nombre d'état pourra être augmenté de façon booléenne, avec de conditions, des variables, etc. Au final, un cristal quantique pourra stocker plus d'information que tous les serveurs du monde au moment où j'écris ces lignes!


125. larry underwood - 20/07/11 05:12 - (en réponse à : ^)


They're not here !

124. nem° - 20/07/11 03:16
Ce que l'on sait, c'est que les mélanésiens sont issus d'un long parcours en pirogue le long de l'Océan Indien jusqu'à l'Océanie, conquête qui leur a pris des millénaires avec leur petits bateaux. On sait également que Mu était le nom d'Hawaï avant que le déplacement du point chaud de fasse s'effondrer une partie du mini-continent, provoquant un exode massif.



Mais dans quelle direction? Selon Ayerdhal, l'Est comme l'Ouest sont possibles. On peut imaginer aussi le Nord, et un peuplement de continents en deux directions depuis Bering. Ca colle avec la ceinture inuit qu'on retrouve du Canada jusqu'à la Sibérie, mais elle peut être le résultat d'une pression par le Sud.
Si les Nahuatl (Nawa-Li en Chine, Noah dans la Bible) sont partis par l'Ouest, de Mu donc, seule la présence d'une autre civilisation sur la façade Est à pu limiter leur expansion. Les Olmèques ont-ils repoussés les Atlantes à la mer, les forçant à fuir en Afrique? Solon parlait d'un port de grès rouge, blanc et noir, avec des quais creusés dans la roche, sur la côte Atlantique du Sahara. On a retrouvé ce lieu.



Si les Atlantes ont utilisé cette base comme point de conquête du Sahara, pourquoi ne retrouve-t'on pas leur cités? Sont-elles sous les sables? Ca pourrait être le cas s'il s'agit d'un peuple lacustre, le sable ayant comblé progressivement les dépressions. Que va-t'on découvrir sous le sable?

123. nem° - 20/07/11 03:02
Bon, il y a aussi l'hypothèse, plus floue, où l'Europe de l'ouest n'était elle-même déjà qu'une colonie d'Atlantis, cette dernière étant tout bêtement l'Amérique. Si on regarde les courants, ça fait sens. L'aller suit le Gulf stream, le retour les Alizés. Ca expliquerait aussi la présence de pyramides si elles ont été conçues en Egypte puis exportées vers l'Amérique. Problème : on n'a pas de traces de ports justifiant cette communication entre les continents. Ni les disparités linguistiques. Mais ça explique pourquoi Osiris (wsr en égyptien, asura donc) était le dieu des morts de l'Ouest. Si une catastrophe a décimé Atlantis, le culte des morts se faisait logiquement vers le lieu d'origine. Ce me paraît un peu tiré par les cheveux, je vois plutôt ça comme une simple référence au lieu ou le Soleil disparaît. De même qu'Europe et Arabie n'était que le même mot, Ereb, qui signifie "couchant".
Mais on peut s'interroger aussi sur l'origine et la descendances des Scythes. Si on sait qu'ils donneront chronologiquement les Saxes, sont ils les prédécesseurs ou successeurs des Scotts de notre Ecosse de départ? La racine étymologique de "sax" fait référence au lames, racine qu'on retrouve dans "scission" ou "ciseaux", entre autres. Les Atlantes venaient-ils du Nord ou de l'Ouest? Ou des deux? Pourquoi les amérindiens attendaient-ils un dieu à la peau blanche venu de l'Est? Leur calendrier est-il destiné à prévoir les cataclysmes? Leur destruction était-elle prévue ou est-ce une prophétie auto-réalisée?

122. nem° - 20/07/11 02:33
Finalement, Atlantis était peut-être en Ecosse. Outre des traces de constructions datant de 12 000 ans, on a également découvert un mini-continent immergé non loin.



Ca semble conforme avec les récits de Platon et des Egyptiens, ainsi qu'avec la civilisation des mégalithes, dont les plus anciennes traces découvertes sont dans l'Atlantique nord et la Méditerranée. En fait on peut assez bien imaginer, jusqu'à ce qu'on puisse étudier les hauts-fonds et alors confirmer, que les divers lieux de présence similaire (mer Egée, Anatolie) soit la conquète progressive par l'Atlantide du littoral.
Au début de l'Holocène, les glissements brutaux de glace dans l'océan ravage ce qui deviendra l'Ecosse. Les populations se réfugient dans les Highlands, moins fertiles, ce qui les pousse rapidement à "descendre" vers le Sud. Pendant plusieurs millénaires, la civilisation mégalithique progresse, descends la côte africaine, investit la Méditerranée, la Mer noire, remonte le Nil, etc.
Le niveau de l'Océan montant, la pression sur Gibraltar s'accroît, jusqu'à la rupture. C'est le Déluge. Les colonies méditerranéennes sont ravagées à leur tour, poussant les survivants sur les hauteurs. Ils investissent l'Anatolie, puis l'Arménie, jusqu'à la Caspienne. Puis c'est l'isthme de Marmora qui cède, et la Mer noire monte elle aussi. Les survivants remonte le Danube. Le climat, lui, s'améliore et assèche les futurs déserts. Face à la pression de population, plusieurs stratégies, simultanées ou successives : exode à travers l'Océan jusqu'en Amérique, probablement Caraibes. Le mythe de Quetzalcoatl naît.



Dans l'ancien monde, les populations jusqu'ici nomades de chasseurs-cueilleurs-pécheurs, se concentrent sur les pôles de vie dans le Sud. Napta playa en Nubie, Malte, les Cyclades.
Quand la pression devient trop forte, un groupe en Ethiopie part explorer l'océan indien. Il débarque dans le Golfe persique. Fondation de Sumer. Au Nord, un autre groupe s'adapte à la steppe et domestique le cheval, d'abord de trait uniquement, puis comme monture.
Le climat continue de s'aridifier. Premiers conflits dus à la faim. Les nomades des oasis commencent à se protéger des razzias. En Mésopotamie, la conquête de la vaste lagune oblige les hommes, comme dans le delta du Nil, à s'adapter aux rythmes du triangle amoureux eau douce, eau de mer et soleil. Des religions basés sur ces éléments primordiaux apparaissent, car ils rythment la vie, chose quasi-inconnue jusque là, en dehors des phases de la lune et des marées.



Au Nord, les nomades des steppes sont devenus de redoutables guerriers, habiles cavaliers et archers, capables de parcourir de grandes distances rapidement sans emporter de charge lourde. Deux peuples principaux vont se former, chacun ayant sa mythologie, sa culture, ses rites. Les Vanirs sont centrés sur le lac Van, près du mont Nemrud. La région est volcanique et leur fournit certainement minerai et fourneaux. Dans le Taurus, les Asuras sont plus belliqueux, du fait de leur habitat désertique qui les a rompu à la guerre incessante entre cités. Le conflit entre ces deux entités éclate, et dure longtemps, puis bascule à l'avantage du Sud. Les Asuras deviennent les maîtres et assimilent les Vanirs.
La fusion de leurs cultures va donner un peuple qui maîtrise le cheval, l'épée, l'arc, possède une spiritualité, une cohérence linguistique et culturelle. Asura est le premier empire, et ses diverses tribus partent à la conquète du monde. La tribu de Dan remonte le Danube, et injecte dans les anciens Atlantes toutes les nouveautés acquises. L'usage du tissu au lieu de peaux de bêtes devient la norme civilisée. Les pré-Celtes apparaissent, et investissent l'Ouest jusqu'à l'Irlande. Seuls les Pictes rejettent la nouvelle culture, trop sophistiquée pour eux. Ils resteront de rudes barbares jusqu'aux Romains.



En Egypte, Pharaon unit basse et haute terre, le serpent et le faucon, comme son égal le fait en Amérique. En remontant le Nil, les Egyptiens rencontrent les futur Nubiens et les assimilent. Ils ramènent avec eux l'or, celui de l'âge des premières grandes civilisations. Au Nord de Sumer, les Scythes, descendant des Kourganes, dominent les montagnes du Caucase, et terrassent leurs ennemis avec leurs puissantes lames d'acier, bien à l'abris dans des forteresses cyclopéennes. En Inde, la sécheresse détruit la civilisation de l'Indus, qui s'éparpille sur le continent et le sous-continent. En Asie, c'est la Perse qui se profile, tandis qu'en Inde les Aryas se fondent avec les locaux. Ecriture des interminables Védas.



Partout, le système tripartite religieux, la mythologie déluvienne et une langue indo-européenne fonde le socle des prochaines civilisations. Sumer tombe dans la légende, les Asuras deviennent Assyriens, les Scythes des Saxons, et en Amérique, les colonies sont rongées par la forêt pluviale qui gagne sur l'immense lagune amazonienne. Les empires naissent, meurent, se recomposent, les cultures se séparent, se réunissent, jusqu'à ce qu'une nouvelle catastophe climatique inverse la tendance : cette fois c'est le froid qui revient et chasse les peuples du Nord vers des contrées plus clémentes. Mais cette fois elle sont peuplées, et c'est finalement un immense bouleversement de tout le bassin méditerranéen qui explose en même temps que Thera. Les anciennes tribus atlantes, en quête d'espace vital, se ruent par vagues successives sur les rives opposées. Ramsès II fortifie son royaume, mais il ne fait que retarder l'inévitable. Les barbares prennent le contrôle du bassin grâce à leur maîtrise incomparable de la voile.



Les conquérants apportent ce qui manquait au commerce : une marine rapide et sûre. Les matières premières circulent à présent à une vitesse jamais vue, les échanges commerciaux sont démultipliés, les comptoirs existent partout, les cultures et langues se lient comme jamais. Babylone en paiera le prix. A trop vouloir jouer la carte de la mondialisation, sa culture explose, et propulse plusieurs peuples de par le monde. Les Hébreux s'installent entre l'Egypte et le Taurus. Ils emmènent avec eux une religion nouvelle, au dieu unique, qui est à la fois le père et le fils. Le premier et le dernier homme. Connu sous le nom d'Odin dans le Nord, d'Adam dans le Sud, il sera Aton en Egypte et Adonis en Perse. L'histoire est en marche.

121. nem° - 12/07/11 23:40 - (en réponse à : what have you done?)

120. nem° - 12/07/11 22:04 - (en réponse à : cybernard lhermite)

119. nem° - 12/07/11 21:59 - (en réponse à : we are anonymous)

118. nem° - 09/07/11 21:16

117. nem° - 09/07/11 18:36 - (en réponse à : longshot)
Excellente cette vidéo. Le coup de la compétition... naturelle entre polymères, vraiment bien. Par contre, deux choses : je pense que vers la troisième minute, on perd la majorité des créationnistes, trop de mots compliqués à la fois, migraine, douleur, rage de droit divin s'ensuivent. Ensuite je pense qu'il serait intéressant de tester le "junk code" dont il est fait mention, le retirer d'un ADN pour voir si son absence affecte les descendants. De même, les évents géothermaux comme casserole de la cuisine prébiotique, je dis bravo, mais quid de l'effet mutagène des UV? Pas que j'insiste lourdement sur la "mare originelle", mais là aussi, ce serait intéressant de tester un organisme en condition avec/sans UV, pour voir l'évolution du génome dans l'abscisse.

116. nem° - 09/07/11 15:07 - (en réponse à : longshot)
Je crois que le terme a été repris dans les années 60, mais c'est en effet lors de la vague réac post-seventies que cette arnaque intellectuelle a été utilisée de façon déguisée. J'ai que la VF d'Urantia, mais le terme utilisé est "dessein intelligent". La première édition datant de 1955, ç'a du être récupéré un peu plus tard par le New age, puis les Evangélistes.

115. longshot - 09/07/11 10:56
Je pense avoir trouvé l'origine du terme "intelligent design".

D'après ce que j'en sais, le terme a surtout été popularisé dans les années 80, quand les USA ont interdit l'enseignement du créationnisme à l'école. Des créationnistes ont alors publié un bouquin, dont les premières versions parlaient de Dieu etc., en remplaçant systématiquement, ni vu ni connu j't'embrouille, les termes "création" et "créateur" par "dessein intelligent" et "designer intelligent".

Ce qui est marrant c'est que depuis le mouvement a évolué et pris une certaine autonomie, il m'est arrivé de discuter avec des créationnistes qui semblaient sincèrement se voir comme des scientifiques qui proposent une hypothèse rigoureuse, sans faire référence à la Bible — en gros, en mettant en avant la notion de "complexité" et l'idée que l'information contenue dans l'ADN, l'existence d'un "code" génétique suppose nécessairement l'existence d'un "programmeur". Ce qui est faux, évidemment, mais qui pose quand même le problème de l'origine de la vie sous un angle intéressant je trouve.

114. nem° - 09/07/11 02:18
Le verre pilé dans des pots de miel beaucoup moins.

113. larry underwood - 08/07/11 23:45

112. nem° - 08/07/11 20:52
Alexandrette!

111. larry underwood - 08/07/11 20:15
"Un pommeau médaillon de bourdon."

110. larry underwood - 08/07/11 20:14
J'ai lu le 4eme de couv à la librairie tout à l'heure : un archéologue en explo sous-marine trouve un disque d'or qui indiquerait les coordonnées de l'Atlantide.

109. nem° - 08/07/11 19:44
Pitch?

108. larry underwood - 08/07/11 19:06
Quelqu'un a lu ça ?


107. nem° - 08/07/11 18:53 - (en réponse à : last trip for a spaceship)


Farewell, Atlantis.

106. nem° - 08/07/11 17:24
Je pense avoir trouvé l'origine du terme "intelligent design". Dans un bouquin de 1934, nommé Le livre d'Urantia, sorte de pseudo-Bible foutraque digne de la Dianétique de Hubbard, livrant une cosmologie approximative mais néanmoins complète. J'en ai déjà lu la première moitié, et j'ai bien ri. L'auteur, qui se présente comme un simple "Porteur de Vie" intergalactique, nous décrit la nature et les origines de l'univers, organisé par des puissances supérieures aux noms évocateurs.
Urantia est le nom qui y est donné à la Terre, planète "décimale", cad que sur dix planètes en moyenne, une sert de laboratoire de test sur la vie. Les autres suivent rigoureusement le "programme". Le PdV nous explique ensuite la géologie, la biologie, la paléontologie, avec force détails, certains scientifiquement exacts, d'autres correspondant plus ou moins aux connaissances de l'époque, d'autres encore complètement fantaisistes.
J'ai adoré l'utilisation récurrente du mot "soudain" en italique, à chaque explosion évolutive, pour bien préparer l'esprit du lecteur à la Révélation sur l'apparition de l'homme moderne. Celle-ci est d'ailleurs assez confuse, l'auteur usant d'un tour de passe-passe pour justifier la différence FONDAMENTALE entre l'homme et le singe. En gros il argue d'une séparation prédatant les simiens chez les lémurs, qu'il qualifie de prémammifères.
Ca ne l'empêche pas par la suite de nous livrer une splendide explication très bibilolesque sur l'origine des races, à base de "sang adamique" et de fornication entre les races "batârdes du Sud" et leurs cousins poilus de la savane. L'hostilité envers la race noire est palpable. On y apprend également que soudain six races de couleurs sont apparus (d'ailleurs les premiers Soudainains sont toujours un couple de jumeaux), avec notamment une race verte, bleue ainsi qu'indigo. C'est joli, c'est wizz, c'est gaypride.
J'ai pas fini la chose mais je pense que la suite va être métacosmique, quand Lucifer, grand coordinateur du supersystème Satana (sic) va venir mettre le boxon dans ce paradis où la race blanche hérite de la direction de la copropriété. Et Jésus en messie intergalactique, of course. Blanc hein, pas juif, oh.

105. pierrecédric - 07/07/11 15:00
Mh... dû au fait qu'il ne soit pas obliger d'avoir de contact physique d'une bobine à l'autre je me demande si...

Ah il faudrait que je vois ça, là ça m'intéresse beaucoup !

104. nem° - 07/07/11 14:34
Etonnant!

103. pierrecédric - 07/07/11 13:32
En fait si on regarde le montage dans wiki, n'est pas réelement le même que sur la vidéo ci-dessous (vers la fin de la vidéo):


Mais il y a mieux, on est pas obliger d'avoir un tore de ferrite pour l'expérience, comme le montre cette vidéo là:

102. pierrecédric - 07/07/11 13:15 - (en réponse à : nem°)
Dis moi, as-tu déjà entendu parlé du "Joule thief", ce montage avec lequel on peut allumer une petite diode même avec une pile naze (ou presque) si le montage est bien fait.



 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio