LE numérique pour une autre BD?

Les 365 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8


65. suzy - 05/03/12 22:09
On en a fait des cauchemars. D'autres l'ont fait!

THE END

64. rikki - 19/11/10 14:13 - (en réponse à : Odrade)
Pour accentuer ton "Une des questions est maintenant : comment les auteurs vont quand même s'y retrouver financièrement ?", une de mes connaissances à qui je disais que le piratage n'est quand même pas si simple et qui a un ipad s'est connecté sur le web et en 5 minutes, il avait tous les XIII piratés en qualité impecc à lire sur son ipad.
Pour les mangas, ça se sait déjà depuis un bout de temps (mangatrans ?), mais pour la BD 'classique', c'est un phénomène assez neuf.
Evidemment XIII, c'était le gros cliché mais rapidement ce sera comme pour les mp3 : au début il n'y avait que les Beatles , maintenant il y a tout. Je comprend que les éditeurs hésitent avant de lâcher toute leur production en numérique, surtout quand on voit la difficulté relative pour un pro de 'craquer' les protections de sites genre Izneo (un decompileur Flah et un peu de connaissance - que je n'ai pas personnellement - et en 2 minutes vous avez accès à toutes les planches dans 5 qualités différentes et tout est sur limewire).
Bon, je ne dis pas que c'est si simple aujourd'hui mais si toutes les versions de Photoshop se trouvent craquées sur le net 3 jours après leur sortie, il ne faut pas croire que les ingénieurs des sites d'ecommerce sont plus intelligents que ceux d'Adobe qui ne sont quand même pas de bleus.
La solution serait peut-être de vendre un max de bd's à petit prix plutôt que moins à gros prix.
Mais s'ils font les mêmes gaffes que pour la musique (prix assez élevé et difficulté de 'porter' un morceau d'un support à un autre), on sait à l'avance ce qui va arriver.
J'ai la naïveté de croire que ça pourrait être évité.
Les éditeurs bd vont ils être un peu plus malins que les éditeurs musicaux ?

63. rikki - 19/11/10 13:59
Le lien "BD : Le numérique, un combat entre auteurs et éditeurs" sur Homepage:Actu en vrac m'a donné envie de remonter ce sujet.
D'une manière générale, je trouve que le numérique a un avantage flagrant , c'est qu'on peut amener toute sa collection de bd avec soi en we ou en vacances.
Désavantage : moins sympa à lire qu'une bd papier mais ça je présume qu'on s'y habituera.
Beaucoup plus gros désavantage carrément pelant, c'est l'impossibilité de prêter. Je vois bien ici ce qui se passe, quand on achète une bd, il y a au moins 5 personnes qui la lisent (idem pour les quotidiens numériques achetés sur le net d'ailleurs) . Avec une bd numérique, impossible ou en tout cas tout sauf simple (il faut renoncer à la bd sur un pc pour que l'autre puisse "l'acquérir" , quitte à la relâcher par après pour que vous puissiez la "réacquérir" et la reprêter le cas échéant. Et encore faut il que chacun ait son pc si il y a qqn qui aime mire plusieurs heures par jour.
Ce problème existe aussi pour les livres non BD (romans, ...) mais la manœuvre est compensée par le fait qu'une fois faite, le nouveau détenteur en a pour des heures voire des jours de lecture, ce qui n'est pas le cas d'une bd ou d'un quotidien ou la manœuvre prend autant de temps que la lecture de l'album.
Les avis des spécialistes concernant la fin de la BD papier (hors fana comme ceux qui ont encore des disques vinyl mais ça devient tout à fait marginal) sont d'accord sur un point : dans 15 ans, la BD papier est morte. La nuance est que certains disent : dans 5 ans, elle est morte, d'autre disent 15, 20 ans avec un déclin flagrant d'ici 10 ans (cad mort des librairies spécialisées).
Votre avis ?

62. nem° - 19/07/10 18:13 - (en réponse à : suzy)
Oh, moi c'était pour toi ;)

61. torpedo31200 - 19/07/10 18:12 - (en réponse à : suzy - post # 60)
Mais pas du tout. Faut pas s' adresser aux gens en les appréhendant tous comme débiles mentaux ou intégristes.

60. suzy - 19/07/10 17:58 - (en réponse à : nemo)
J'aurais dû dire que je préfère le livre papier au livre numérique. Après que les livres numériques existent, je m'en moque tant que les mêmes livres papiers continuent d'exister.
J'aurais aussi pu dire que je suis "contre" le remplacement du papier par le numérique.

59. torpedo31200 - 19/07/10 17:47 - (en réponse à : Odrade - post # 57)
Amha la simple notion d' auteur va etre mise à mal, parceque qui dit dématérialisation, dit respect moindre du travail des auteurs ("c' est virtuel donc c' est gratuit")

Et pour le coût en forêt des papiers, faudrait le comparer au coût écologique des Ipad et autres tissus numériques. Qui ne fonctionneront à priori pas sans électricité.

58. torpedo31200 - 19/07/10 17:42 - (en réponse à : nem° - post # 56)
Et de gros cons, merci pour la démonstration.

57. Odrade - 19/07/10 13:56
En l'occurence, il ne s'agit plus de dire je suis pour ou contre.
Le numérique VA remplacer énormément de supports papier.

Une des questions est maintenant : comment les auteurs vont quand même s'y retrouver financièrement ?

Intéressante question annexe : quid des forêts-papier ? vont-elles être de plus en plus laissées à l'abandon ?


O.

56. nem° - 19/07/10 12:45
Tu devrais pas rester sur Internet, parait que c'est plein de pédophiles et de nazis.

55. nem° - 19/07/10 12:44 - (en réponse à : suzy)
Oui, tu aimes le jus d'orange, donc pas de jus d'ananas, pour personne, car le jus d'ananas met en danger ton jus d'orange. Logique imparable.

54. suzy - 19/07/10 11:00
Je suis contre le livre numérique sans doute parce que j'aime l'objet livre et tout ce que cela évoque chez moi ... vieux journaux dans le grenier de ma grand-mère, livres scolaires, respect du support expliqué à mes gosses, chine, plaisir de feuilleter des éditions anciennes ... cependant, nul ne peut s'opposer à l'évolution, qu'elle soit logique ou non. Soit les êtres et sociétés s'y adaptent, soit elles déclinent et disparaissent. Le futur est (malheureusement) numérique. Tout y passera. Dans qq dizaines d'années, les nouvelles générations regarderont les livres, au pire comme nous pourrions regarder une règle à calcul ou au mieux comme nous regardons un paysan ou un artisan travailler manuellement.

53. Odrade - 19/07/10 10:37
Voilà.
Et toute la presse "rapide", magazines, etc, en premier, je pense.
Quitte à avoir des "reliures" ou Best-of en support-papier.


O.

52. torpedo31200 - 19/07/10 09:27 - (en réponse à : Piet Lastar - post # 48)
Moi quand je parle de mort du livre, je ne veux pas dire qu' il disparaîtra, mais je pense que le marché sera peut-être divisé par 3 ou pire.
Et beaucoup d' acteurs du livre souffriront, en premier lieu les auteurs.

51. nem° - 18/07/10 23:41
Je suis d'ailleurs tout à fait persuadé que le beau bouquin ne disparaîtra jamais. J'en ai gardé moi-même.

50. nem° - 18/07/10 23:15 - (en réponse à : Piet)
Il ne s'agit pas de mort du livre ou de la BD, juste d'une transition d'un modèle majoritairement papier à un modèle numérique. Comme pour le CD. Là, les éditeurs ont eu un exemple de ce qu'il ne faut pas faire : s'accrocher comme un tique à sa vache à lait plutôt que de d'adapter son modèle de distribution.

49. Odrade - 18/07/10 21:45
Attention, comme je l'ai mentionné, il y a toujours des 33t, mais pour les scratcheurs et les nostalgiques.

Là, en parlant de bd, il y aura les nostalgiques et... heu... les chasseurs de dédicaces ?

Non, sérieusement, je crois que ce qui va tomber, ce sont ceux qui achètent une bd "pour passer un bon moment sympa". Mine de rien, et même si c'est surtout pour le mainstream, il y en a un paquet.


O.

48. Piet Lastar - 18/07/10 12:40
La mort du livre a déjà été annoncée plusieurs fois. Le cinéma et la télévision devaient le tuer, il n'en a rien été. Alors, c'est pas le numérique qui va y arriver.

47. Odrade - 17/07/10 21:34
D'où la bataille actuelle (en bd/livre) entre auteurs et éditeurs sur les droits numériques.


O.

46. nem° - 17/07/10 17:53
Rien ne peut sauver le livre. Dans quelques années, l'ensemble des composants d'un circuit sera intégré dans dans une puce. Même la plus raisonnable des exploitations sylvicoles ne peut pas lutter.

45. torpedo31200 - 17/07/10 17:46 - (en réponse à : kejo - post # 44)
Pareil.
Ce qui pourra sauver le livre, c' est peut-être le coût écologique.

44. kejo - 17/07/10 15:22 - (en réponse à : Piet)
Tout à fait d'accord avec toi, mais est ce que ca sera le cas des personnes qui naissent actuellement, qui vont faire leurs devoirs de vacances, leurs cours, leurs études...sur Ipad et consorts ?
Pour une personne dont l'entourage a une culture du livre peut être pas mais pour les autres...

43. Piet Lastar - 17/07/10 12:24
Et la relation au livre ?

Le toucher, le sentir, le feuilleter, le ranger, ...

ça ne peut fonctionner que pour la presse et les strips, pour ce qui est jetable.

42. Odrade - 16/07/10 15:39
Oui mais bon.
Je pense que ça va faire que tous ceux qui achètent une bd juste pour passer le temps vont plutôt charger l'album sur leur iPad (que ce soit de manière payante ou pas).

Suivant les principes auxquels la plupart des humains succombent : tout de suite - n'importe où - sans effort.


O.

41. Odrade - 16/07/10 14:02
MDR
C'est exactement de quoi je l'ai traité (bobo ultime).


O.

40. nem° - 16/07/10 09:17
Mon homme s'est acheté un iPad.

Bobo alert level 3.

39. Odrade - 16/07/10 08:30
Up.

Houlala l'âge précambrien de ce sujet !

Mais là maintenant je crois que le papier est foutu.
Mon homme s'est acheté un iPad. On a regardé hier soir les possibilités de lecture...

g.


O.

38. d - 17/11/01 19:17 - (en réponse à : d)
d

37. JiF - 16/11/01 15:13 - (en réponse à : jif@laposte.net)
OK Robur je comprends :).

36. JiF - 16/11/01 15:12 - (en réponse à : jif@laposte.net)
Comme rien ne vaut la pratique, et puisque de toute façon je parle trop ;)... Jetez un oeil au thread "participez à une BD interactive".

35. Robur - 16/11/01 15:10
Je raccroche au papier sans doute parceque ce support m'excite plus que l'ecran et que je maitrise mieux l'edition. J'aurais du préciser "dans la forme". En fait je suis plus intéressé par l'image et au moment de l'exploitation je laisse le travail à d'autres plus compétents. En clair si je participe à la réalisation d'un site, je m'arrete aux fichiers Psd et au scénario et je délègue la suite (même si je sais faire).
Cela se mesure en terme de plaisir.

34. JiF - 16/11/01 13:17 - (en réponse à : jif@laposte.net)
Scuse moi Robur, et merci de me faire mentir en développant sur le sujet :). Amusant que tu raccroches la BD au papier alors que tu poses au départ que l'écran n'est lui aussi qu'un support. Mais bon si on se lance dans un débat de définitions on n'est pas sorti de l'auberge.

33. JiF - 16/11/01 13:00 - (en réponse à : jif@laposte.net)
Très intéressant développement Lilou, cela me fait plaisir d'avoir un autre point de vue auquel confronter le miens. Ben oui, depuis deux ans je n'avais encore croisé personne qui se soit intéressé au sujet au moins autant que moi... Alors ça ne m'étonne pas que l'on me trouve un peu trop egocentrique à la longue :). Bref j'attend la suite.

32. JiF - 16/11/01 12:48 - (en réponse à : jif@laposte.net)
Mes réponses à Gégé avant de passer au long post de Lilou.
En effet l'immense majorité des bd en ligne est constituée de scan, et même le plus souvent de scans de créations amateurs. Ce constat a toujours été vrai. Il se trouve que j'ai comme pas mal de gens une préférence notoire pour les BD exploitant intelligemmment le support (ce qui ne veut pas forcément dire qu'elles doivent forcément bouger, faire du bruit ou présenter une interactivité, optimiser ses images et publier régulièrement c'est déjà comprendre et exploiter ce que permet internet). Seulement réalisant moi même des bd en ligne, lorsque m'est venu l'idée de l'Abdel, il aurait été très malsain d'opter pour un système sélectif. De ce fait je référence tout ce que l'on me suggère ou qui tombe sous mes yeux; et je surtout je li tout, même si ça me barbe de lire des trucs moins géniaux que ce que j'espère toujours. Ceci explique pourquoi en cherchant "au hasard" tu es tombé sur des BD pas spécialement intéressantes, quand je pioche au hasard dans les bacs d'une librairie je tombe à peine plus souvent sur des perles.
Une BD en ligne est généralement conçue pour uen lecture en ligne, c'est une option utile de permettre le téléchargement et l'impression, mais ce n'est pas la seule et ce n'est pas la plus intéressante créativement parlant je pense.
l'AtelierBD n'est pas de mon fait, c'est un site créé par Joseph Béhé avec l'aide de divers autres professionnels du monde de la BD. Le conseil du jour n'est que la partie émergée de l'iceberg, l'enseignement prodigué est autrement plus poussé. Ceci dit ce conseil du jour n'est pas totalement dépourvu d'intérêt, il est formulé généralement de façon suffisament ouverte pour ne pas tomber dans l'académisme (comme c'est le cas du fameux "l'art de la BD" de Duc qui va jusqu'à donner les références du papier et des plumes à utiliser). Puisqu'il y a mieux selon toi j'attend des url...
Désolé que le graphisme rebute certains, j'ai délibérément opté pour un aspect froid, un peu technologique, inspiré des sites de webdesign parce que cela me semble mieux présenter l'idée que la BD en ligne a à voir avec la création numérique. Les sites BD habituels restent trop proches de l'esthétique de la bulle ronde et des gros nez, or le web pour moi ce n'est plus vraiment ça.
Enfin une dernière mise au point: Abdel ne met pas en ligne des BD, c'est un organe de *diffusion*. L'édition ça se passe ailleurs et je n'ai pas à faire de choix sur ce point, par simple raison éthique. Autant que possible je met en avant les productions plus inventives, mais je ne souhaite pas écarter la part majoritaire de scans.
Pour tes questions quant à flash, je crois y avoir répondu en partie, cf plus bas aussi donc. Il me semble qu'on touche en effet à une frontière, mais cette dernière est largement évanescente, tout n'est pas de la BD, mais tout n'est pas non plus autre chose.

31. Robur - 16/11/01 12:42
Je ne suis pas totalement d'accord avec gégé.
Quand tu dis qu'une "bd numérique" doit etre aussi dessinée sur ordinateur, je pense plutot que peut importe la facon dont elle est dessinée. L'ecran pour moi n'etant qu'un support ni plus ni moins, comme le papier en est un autre.
concernant le format pdf, tu as raison et il est dommage que ce format ne soit pas davantage utilisé. La qualité de sortie peut effectivement etre excellente. Les imprimeurs ne s'y sont pas trompé puisque maintenant les fichiers numériques leur sont souvent envoyés par le net (voire en couches). ceci pour dire que l'edition appartient bien elle aussi au monde du numérique.
En ce domaine les livres bénéficient aussi de cette technologie moins couteuse que l'offset (en faibles tirages).
pour revenir à l'écran et au pdf. Acrobat qui est un logiciel extremement simple permet deja de réaliser des effets d'interactivité interessant assez bien appropriée à une approche simple de l'interactivité qu'on est en droit d'attendre d'une bd sur écran. L'usage de flash peut apporter un plus, mais trop de flash transforme la bd en dessin animé, qui peut nuire au rythme de lecture, déjà bien fracassé par le passage à l'écran.
A mon avis une bande dessinée est en papier, à l'ecran c'est autre chose. Maintenant les professionnels se penchent assez peu sur la question pour des raisons économiques. "les laboratoires de recherches" sont le domaine de notre belle jeunesse...

bien à tous

30. JiF - 16/11/01 12:33 - (en réponse à : jif@laposte.net)
Je trouve dommage que les remarques personnelles de certains viennent noyer les excellents post de Lilou. D'autant que les "certains" en question se braquent sur la perception qu'ils ont de mon comportement sans strictement rien répondre sur le sujet, on voit tout de suite ce qui vous intéresse quand vous venez sur un forum....
Encore une fois je présente mes excuses à ceux qui peuvent m'avoir trouvé pédant ou dondescendant mais qui ont eut l'intelligence de ne pas en faire leur cheval de bataille: il me semblait important de signaler d'où je sortais, sinon tout le monde peut écrire tout et n'importe quoi. Je ne prétend pas détenir La Vérité, mais par contre j'ai en effet une certaine expérience du sujet dont il est question et ça le nier serait bien plus méprisant que le signaler comme je l'ai fait.

29. jouvray - 16/11/01 12:31
Je vais prendre la défense de mon pote jif...
Non, son site n'est pas un répertoire de BD numérique, mais de BD dont on peut lire l'histoire complète on-line quelle que soit la méthode de fabrication de la BD...
son intervention ne m'a pas semblée aussi pédante que vous le dites... il parle de choses qu'il connait sur les quelles il bosse depuis longtemps...
le forum de BD paradisio regorge d'intervention de types qui donnent leur avis sans forcément tout connaitre du sujet, et quand il y'en a unqui maitrise un peu on lui crache dessus.
c'est dommage.

28. Gégé - 16/11/01 11:45 - (en réponse à : Chabertgerard@aol.com)
Je suis allé sur le site mentionné pour voir/ Mes réactions / - choix d'une Bd au hasard : je l'ai fait 5 fois, on tombe sur des planches scannées, je suis désolé, pour moi ce n'est pas, ça le numérique et tu peux critiquer l'Acrobat PDF, mais il peut être téléchargé et imprimé chez toi en un exemplaire assez fidèle. Ce qui n'est pas le cas des documents que j'ai visité. - l'atelier en ligne : il y a mieux comme conseil ailleurs, notamment dans les références que tu mentionnes. - Lecture globale difficile. Aspect froid - Enfin, j'ai 37 ans et je ne suis plus étudiant comme toi, mais j'ai encore envie d'apprendre. Mettre en ligne des scann, ce n'est pas ce que j'attendais de la BD numérique. Bdparadisio le fait aussi… La vraie Bd numérique si elle existe et entièrement faite sur ordinateur, un peu comme le travail de Beltran. Quant à l'enrichir d'effet avec flash et autres, je te revoie à mes questions posées au bas de ce forum. Est-ce encore de la BD? Personnellement, je ne le pense pas… Un graphiste qui dessine avec son crayon et aussi avec sa souris.

27. Lilou - 16/11/01 11:14
Si vous avez tant de choses à dire sur JiF, ouvrez un forum dédié plutôt que de spammer celui-ci. (merci d'avance)

26. Pierrot L. - 16/11/01 10:58
A moi, en tout cas, il ne m'a pas donné envie : quel EGO ! Vivement qu'il se dégonfle. Et son site n'est pas, mais alors pas du tout attractif. Laid, lourd, beurk. J'y suis allé, j'en suis revenu 42 secondes plus tard. Ca ne m'intéresse pas du tout : seul aspect pas négatif. Ce jeune a l'air de vouloir changer un peu les choses. Tant mieux, ça le fera bouger. Dommage cependant qu'il soit si égocentrique. Marchera pas son truc...
Jif devrait aller se gargariser ailleurs. Et vive son nombril !

25. robur à jif - 16/11/01 10:33
tu a été pedant voilà tout et tu l'admets, c'est déja ça.
Evidemment, une telle faute de comportement provoque des réactions. Tu a reçu un smatch mérité et ta récupération n'y change rien.
Si tu ne l'avais pas été j'aurais bu avec soif ce que tu à a m'apprendre. pour le moment je ne retiens de toi que ton attente de questions de bonne qualités, il ya quelques choses à modifier dans la forme. ne débattons pas sur le sens du mot modestie et sur le reste. En tout cas pour la générosité à première vue c'est mal parti, il va falloir ramer pour remonter la pente, car pour le moment j'ai plus l'impression que tu proposes tes services pour te valoriser plutot que pour partager tes connaissances.
alors la balle est dans ton camp et si tu le veux bien laissons pour le moment le balai dans son armoire (sans oublié qu'il y est disponible).
A toi de jouer donne moi (nous ?) envie ...

24. Lilou - 16/11/01 10:01
Pour poursuivre ma pensée à partir de la typologie présentée :

Les oeuvres les plus intéressantes, du point de vue de la modification du schéma auteur-oeuvre-lecteur sont celles proposant les types 2 à 4
(ce n'est pas pour autant que les oeuvres de type 1 ne sont pas dignes d'intérêt, de par leur mise en forme originale, comme When i am a king ou certaines oeuvres de McCloud..., j'espere pouvoir y revenir ultérieurement...)
Donc, les types 2, 3, 4... je les aime bien, parce que le scénario proposé n'est autre qu'un scénario d'interaction proposé au lecteur!! Je m'explique :
Le créateur de "e-BD" réalise des images, des unités signifiantes, qu’il positionne au sein de la structure d’un programme informatique. Il construit une interface numérique de visualisation, certes mais aussi d’action, jouant de l’interactivité pour concrétiser son scénario.
La typologie présentée nous enseigne que la forme du scénario d’une e-BD est en lien direct avec le mode de réception de l’œuvre. Il en est le principe.
Les e-BD à scénario linéaire proposent une unique interactivité de surface par lien séquentiel de type "continuer". Ces e-BD préservent l’objectif premier d’une bande dessinée qui est de raconter une histoire. Toute la subjectivité de l’auteur s’exprime. Ses choix en terme de narration et de montage se présentent de manière univoque. Le récit ainsi constitué et présenté au lecteur n’est que la manifestation claire d’une intentionnalité, d’une altérité constituée. Bien entendu, le lecteur a un rapport actif avec la bande dessinée. Il re-créé mentalement le récit qui lui est donné à lire en y impliquant sa propre sensibilité [U. ECO, Lector in Fabula]. Mais l’œuvre se présente tout de même d’une manière linéaire et finie. Elle est « enclose dans sa propre dynamique » [F.HOLTZ-BONNEAU, Lettre, image, ordinateur : le pari informatique des arts visuels].
En revanche, la subjectivité de l’auteur ne se pose pas d’une manière aussi radicale dans les trois autres types de scénario (d’interaction). En effet, le concepteur se présente comme l’auteur d’un processus, d’un contexte, d’un potentiel où l’interactivité va permettre au lecteur-utilisateur, non plus seulement de lire, mais de construire, re-produire ou de participer.
Le lecteur ne regarde plus l’œuvre, il y entre, comme élément actif du processus de création. Pour les e-BD concernées, l’objectif n’est plus de mettre le lecteur dans la seule position du récepteur du message du schéma de Shannon et Wiever.
Une première interprétation de cette position de l’auteur serait de la rapprocher d’un courant artistique né de l’art performance...
"Les années 70 ont consacré l’artiste non plus comme producteur d’objets, mais comme créateur de situations dans lesquelles la créativité du public peut se déployer." [A. BUREAUD, Internet : un langage, un espace et une culture, 1999]. Avec ou sans moyen technologiques, l’artiste traite le phénomène artistique en fonction de la créativité latente ou manifeste du spectateur qui doit compléter, par une action ou une réaction le processus déclencheur ainsi déclenché. Je pense que c'est dans cette remise en question que se placent les e-BD "non-linéaires".
à suivre...

23. JiF - 15/11/01 21:28 - (en réponse à : jif@laposte.net)
Robur je ne devrais pas répondre un message comme le tiens ça s'appelle un troll mais que veux tu,
J'ai conscience de paraître un rien pédant, désolé pour ceux que cela gêne. Je ne vais pas non plus passer ma vie à faire celui qui ne sait rien et n'a rien à dire sous prétexte de modestie: ça s'appelle le respect lorsque l'on se préoccupe de partager ses idées avec les autres... Tu m'en sembles dépourvu, c'est bien dommage.
Comprends bien qu'un crayon est un outil très con que l'on sait utiliser dès l'age de 3 ans. Ca n'a pas empêché l'émergeance de génies du dessin. Les logiciels c'est à peine plus compliqué, mais pas moins con j'en conviens si ça peut te rassurer.
Si j'avais la prétention d'être un grand créateur de sites j'en aurais fait mon métier, seulement comme tu le dis dreamweaver est un outil très con et vite maîtrisé. Sa version Ultradev qui permet de pondre de l'asp est un peu plus complexe, mais sans plus. Ce qui compte c'est ce qu'on en fait, et ça tombe bien je n'utilise cet outil que pour en faire quelquechose et je me fous de le maîtriser.
Tu n'aimes peut être pas le graphisme d'Abdel c'est ton affaire, des types qui décrètent ce genre de vérité j'en croise quotidiennement ça ne me fait plus rire. Par contre ça m'amuserait de te voir soliloquer sur les centaines d'heures passées et futures que je consacre à ce site pour qu'il fonctionne au mieux, oui maîtriser l'outil c'est bien mais ce n'est pas tout.
Ah oui j'allais oublier: desserre les fesses le balai arrive.

22. Ramonase( parodie de Ramonash - 15/11/01 21:17
La peinture luronne

21. JiF - 15/11/01 21:13 - (en réponse à : jif@laposte.net)
Lilou,
La typologie que tu proposes n'est pas très différente de celle qui se profile à travers deux des premiers articles que j'ai publiés sur Abdel. Mais en exploitant la nature des relations auteur/oeuvre/lecteur tu brosses un portrait plus juste je pense. Accepterais tu de me mailer ta typologie pour publication sur Abdel dans le dossier [les bases], tu peux aussi le publier directement depuis le site.

20. JiF - 15/11/01 21:04 - (en réponse à : jif@laposte.net)
Avant de lire cette typologie quelques réponses.
A Lilou surtout:
Tout à fait d'accord pour dire que la vraie question n'est pas de savoir si c'est encore de la BD, mais plutôt de savoir ce que ça change à la BD. C'est une idée que j'ai déjà du formuler, reprenant les mots de Benoît Peeters dans Case, planche, récit (cités par Philippe Marcelé dans un hors série de la revue Paralaxe à propos de "BD et art contemporain" si mes souvenirs sont bons) a propos de la question de l'art et de la BD (la question n'est pas de savoir si c'est de l'art, mais ce que l'art devient avec l'existence de la BD).
Tout à fait d'accord aussi sur le parallèle entre BD en ligne et autres créations numériques, si je m'attache surtout à la BD en ligne je suis très friand de créations utilisant les nouvelles technologies. A ce titre une visite au ZKM de Karlsruhe s'impose, la Biennale de Lyon de cette année était aussi assez intéressante à ce sujet.
La question de la redéfinition de la place de l'artiste, du lecteur et de l'oeuvre se pose en effet, je me la pose en ce moment à titre plus général dans la création artistique sur la question de ce que j'appelle faute de mieux le "ludique". Pour le moment j'entrevois plutôt un aspect illusoire: depuis la perspective (Bazin dans _qu'est ce que le cinéma_ la présente comme "le péche originel de la peintre occidentale") on observe une recherche perpétuelle de captation du regardeur. Le ludique (l'interactivité si tu préfères) ne me semble pas être autre chose qu'une nouvelle étape vers cette captation (qui fait suite au mouvement et au son du cinéma par exemple). Ce qui ne lui ôte pas son importance, au contraire: il me semble de plus en plus que sans lui il est difficile de s'intéresser aux oeuvres suffisament pour les regarder plus longtemps et autrement que ce que l'on fait pour une affiche publicitaire. (le temps moyen passé devant un tableau dans les musées est d'environ une seconde).

19. Lilou - 15/11/01 16:27
A mon avis, "ma" typologie va plus loin que la tienne, JiF, en posant l'attrait des BD numériques sur autre chose que la forme... Peux-tu réagir, STP !

18. Lilou - 15/11/01 16:23 - (en réponse à : l_streiff@yahoo.fr)
J'ai mis en place une typologie des BD interactives (intercatives car ce sont celles qui me semblent le plus pertinentes pour le web) en fonction des scénarii qu'elles proposent :

1. BD à scénario linéaire :
l'histoire est uniquement linéaire et le lecteur passe de cases en cases, de strips en strips ou de planches en planches par clic de souris
Exemples :
My obsession with Chess de Scott McCloud (www.scottmccloud.com), When I am a king de Demian5 (http://www.demian5.com/) et L’Oreille Coupée de Coté et Djief (www.svc.qc.ca/bdinteractive).

2. BD à scénario extensif :
L’œuvre ajoute au scénario principal, des éléments qui viennent s’y greffer, que le lecteur choisit de lire ou non. Ces éléments peuvent être de plusieurs ordres et avoir des fonctions différentes.
Exemples :
Le déclic de Milo Manara et d’Alphanim (www.yafoule.com), Les Technoffs de Tout pour plaire (www.toutpourplaire.com/technoffs) et Opération Teddy Bear d’Edouard Lussan (sur CD-Rom)

3. BD à scénario génératif :
Elles proposent au lecteur, non pas de lire une bande dessinée au récit tout tracé, mais de générer des planches où se positionnent plus ou moins aléatoirement les vignettes.
Exemples :
Carl, par Scott McCloud (www.scottmccloud.com), et Dans le panneau de Sébastien Trahan (www.pastis.org/paralleloide)

4. BD à scénario ouvert :
La rédaction du scénario n’est pas prédéterminé par l’auteur, mais requiert la participation des lecteurs.
Exemples :
Killer et les martiens de Vicks (www.contact.net/memtroni) et Miss Dynamite (www.missdynamite.com)

Chacun de ces types renvoie à une manière particulière de concevoir le schéma (auteur)-(oeuvre)-(lecteur)

17. robur - 15/11/01 16:22
ooo toi jif, toi qui sais tout sur la science du numérique, toi qui a soif de question pour ainsi alimenter de ton immense savoir nos modestes personnes éprises d'un apprentissage savant.
Peux tu nous dire , oooo jif, quand vas tu devenir modeste et comprendre que les logiciels (par exemple) sont des outils très cons qui s'apprennent dix fois plus vite que la maitrise de la varlope ou de la fraiseuse... hein,?peux tu nous dire?
toi le champion du online (la formation sur dreamweather pour des adultes nécessite trois jours y compris l'apprentissage de mise en ligne d'un document qui se fait en dix minutes..).
OOO jif quand vas-tu arreter ton char ?
Ton site il est pas beau il est trop carré, trop technique.
OOOjif quand vas-tu te retirer le balai que tu dois avoir dans le cul?

16. Lilou - 15/11/01 15:52 - (en réponse à : l_streiff@yahoo.fr)
Bonjour,
je trouve le sujet de ce forum très intéressant, mais peut-être trop large...
En ce qui me concerne, j'aimerais beaucoup qu'on se focalise un peu sur les oeuvres de BD par et pour l'ordinateur, i.e. des BD qui sont créées uniquement dans le but d'exister sur support numérique.
JiF en répertorie beaucoup sur son annuaire et les commente merveilleusement. Cependant, la question de la redéfinition de la place de l'artiste, du lecteur et de son oeuvre n'est jamais posée, alors que cela me paraît être la problématique même de ces "nouvelles formes de BD".
Ainsi, nous pourrions faire le parallèle entre les BD en ligne et les nouvelles formes de création utilisant le numérique.
La question importante est-elle : "est-ce encore de la BD?" ? Sans doute pas. Car si les oeuvres utilisent les principaux codes BD, il est indéniable que c'est de la BD. La question est : qu'est-ce que ça change à la BD, et le numérique ne conduit-il pas (enfin) les auteurs a re-penser le 9ème art...



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio