Quelles BDs avez-vous relues récemment ?

Les 1259 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26


959. froggy - 05/01/21 00:32
Je me suis trompe de sujet les aminches. Comemnt pouvez-vous relire le prochain Imbattable qui n'est pas encore paru? Je vous le demande?

958. froggy - 05/01/21 00:31
Avant l'Asterix annonce pour ce 21 octobre, on pourra lire cela en avril:

Image may contain: one or more people, text that says 'IE PASCAL JOUSSELIN ¡MBATTABLE 3. Le cauchemar des malfrats DUPUIS'

957. herve - 02/01/21 09:21
Je vais me relire des Gaston Lagaffe pour rattraper ca !

956. froggy - 01/01/21 20:12 - (en réponse à : Herve)
Tu ne t'offres pas des lectures tres gaies pour la fin de l'annee. Tu voulais rester au diapason de ce qu'elle fut peut-etre?

955. Victor Hugo - 01/01/21 19:19
Plus chiant que Blast: le rapport Brobeck.

954. herve - 01/01/21 19:10
je viens de me faire une après midi Larcenet en relisant les 4 volumes de Blast.
Mais quelle claque que cette série !

953. herve - 29/12/20 19:22
j'ai relu l'ensemble de "Black Op" (1er cycle), et j'ai littéralement dévoré les 6 volumes en une soirée ! Bien foutu,pas de temps mort.

Par contre, j'ai relu le cahier bleu de Juillard, et j'avoue avoir été déçu. J'en avais gardé un meilleur souvenir.
Le scénario façon puzzle et pas mal mais j'ai du mal à croire que la motivation des personnages puisse déboucher sur une telle fin.

952. herve - 17/11/20 00:06 - (en réponse à : Pm)
Je me suis arrêté au tome 15, après j'ai les volumes séparément 6

951. pm - 17/11/20 00:03 - (en réponse à : Hervé)
Il y a 16 volumes dans cette collection.

950. herve - 16/11/20 23:37
je possède les 15 volumes TBD dans cette édition, pas envie d'investir dans la nouvelle édition !

949. froggy - 16/11/20 23:25
Quand j'aurai fini d'acheter l'integrale des Castors de Charlier, je m'attaquerai a celle de Buck Danny, mais la derniere edition qui est parait-il beaucoup mieux car plus complete en tous points que celle que tu as.

948. herve - 16/11/20 23:13 - (en réponse à : froggy)
je relis les Buck Danny dans la version des intégrales de 1983 "Tout Buck Danny"

947. froggy - 16/11/20 23:04 - (en réponse à : Herve)
Quelle edition de cette integrale lis-tu? Celles des annees 80 ou sa derniere mouture?

946. herve - 16/11/20 21:50
relu ce week-end, entre 2 intégrales de Buck Danny;
- Shangri-La

945. heijingling - 14/11/20 10:51 - (en réponse à : La Ribambelle)
Tes souvenirs manquent de précision, froggy, pourtant ce n'est pas si lointain, les histoires dont tu parles ayant été publiées dans Spirou lorsque tu lisais ce magazine, en 1975, il y a à peine 45 ans :)

Roba avait commencé a publier La Ribambelle enquête dans Spirou en 1968, assurant dessin seul (Tillieux au scénario), mais a interrompu la série. L'histoire a été republiée avec sa suite, La Ribambelle contre-attaque, en 1975-76, grâce, dixit Spirou 1958, "à la collaboration conjointe de Roba (crayonné et personnages) et Jidéhem (pour une part des décors et mise à l'encre)".
Jidéhem était assez caméléon, je ne vois pas de différence de dessin entre cet épisode de La Ribambelle et les Boule et Bill de la même période, par contre j'en vois avec La Ribambelle version 1968, que je préfère, plus ronde.

https://bd-archives-ab-254.wixsite.com/archives-spirou-1966/f1958




944. froggy - 14/11/20 04:16
Et si mes souvenirs sont bons, Jidehem a signe les decors des deux derniers Ribambelle que Roba dessina, La Ribambelle enquete et La Ribambelle contre-attaque.

943. feldoë - 13/11/20 18:58 - (en réponse à : Petits formats)
Les histoires et parties d'histoires des Spirou de Franquin qui se passent à Champignac ou en ville sont ce que je préfère. Cette histoire courte "Spirou et les petits formats" fait partie de mes préférées, avec certains débuts d'aventures, comme "Le gorille a bonne mine" où l'on voit un Fantasio aux yeux brillants traverser une ville pleine de gens éteints.
Pour "Les petits formats", le fait que Roba ait participé largement au dessin ne me gêne pas, n'étant pas spécialiste. Et j'ai toujours aimé le clin d'oeil avec ses personnages au stand de tir. J'espère que l'édition de cette histoire dans la collection des "histoires courtes" se fera. Cette collection a l'avantage de présenter un maximum de reproduction des originaux, l'histoire remise en couleurs par Jannin, et quelques documents, photos ou reproductions, accompagnant un dossier malheureusement un peu léger...

942. heijingling - 13/11/20 13:25
Quant au dessin de Roba, s'il est encore assez raide en effet, il est amusant de constater qu'il deviendra par la suite, et assez rapidement bien plus rondouillard et souple que celui de Jidéhem, plus tendu.

941. heijingling - 13/11/20 13:21
Chloro: "Je remarque aussi que Spirou ne brille guère par son intelligence dans cette histoire. C'est le comte de Champignac, apparu en milieu de récit seulement, qui comprendra ce qui s'est vraiment passé.

Dans les bandes dessinées humoristiques, on peut observer souvent ce phénomène : c'est au second héros qu'échoit le rôle du gaffeur et de l'étourdi. S'il est absent, quelqu'un d'autre devra s'occuper de cette tâche. De la même façon, le capitaine Haddock est beaucoup plus adroit et malin quand il est en compagnie des Dupondt que lorsqu'il se trouve avec Tintin."


Très juste remarque. Mais appliquée à Tintin et Spirou, remarquons que si Tintin fait quelques erreurs dans les premières histoires, dès que des seconds roles lui seront adjoints, il deviendra parfait. Spirou, lui, se trompera parfois tout au long de sa carrière, pétera parfois les plombs, ou sera d'autres fois assez sot (dans "Les petits formats", il les cumules), c'est pour cela que je préfère Spirou, qui est faillible.

940. Lien Rag - 13/11/20 02:50
Dupilon y est très bien, en effet.

939. Chloro - 12/11/20 05:25 - (en réponse à : froggy Lien Rag)
Je ne doute pas que vous ayez raison, car je suis très mauvais observateur et je n'y connais rien en dessin.

N'empêche que l'histoire m'a plu : les gags avec Dupilon, la chute finale de la statue du maire de Champignac (encore !) et le manque de perspicacité de Spirou, pas aussi fûté que d'habitude.


938. Lien Rag - 12/11/20 01:27
De mémoire, j'avais trouvé les Petits formats assez raides en effet, jamais fait le lien avec Roba jusqu'à présent...

937. froggy - 11/11/20 23:37 - (en réponse à : Chloro)
Autant le dessin de Jidehem se marie bien avec celui de Franquin, autant ce n'est pas le cas avec Roba, leurs styles reciproques sont trop dissemblables, c'est pour cela que je n'aime pas trop l'album 17.

936. Chloro - 10/11/20 00:03
Je viens de relire «Spirou et les petits formats» et j'ai éprouvé bien du plaisir.

Il semble que Roba ait beaucoup aidé Franquin à confectionner cet épisode. On y découvre d'ailleurs Boule et Bill (et le papa de Boule) dans des rôles de figurants.

J'apprécie particulièrement les commentaires (silencieux) de Spip. Je remarque aussi que Spirou ne brille guère par son intelligence dans cette histoire. C'est le comte de Champignac, apparu en milieu de récit seulement, qui comprendra ce qui s'est vraiment passé.

Dans les bandes dessinées humoristiques, on peut observer souvent ce phénomène : c'est au second héros qu'échoit le rôle du gaffeur et de l'étourdi. S'il est absent, quelqu'un d'autre devra s'occuper de cette tâche. De la même façon, le capitaine Haddock est beaucoup plus adroit et malin quand il est en compagnie des Dupondt que lorsqu'il se trouve avec Tintin.











935. froggy - 08/11/20 23:37 - (en réponse à : Herve)
Ce que j'admire le plus maintenant dans ces episodes birmans, c'est la densite des histoires, les episodes 3 a 5 ont ete dessines sur 5 bandes, cela passe a 4 au sixieme. Quand on pense qu'aujourd'hui, certains ne se contentent que de 3 bandes avec une case pour chaque.

934. herve - 08/11/20 17:20
intégrale Buck Danny #3

933. herve - 08/11/20 10:32
Après avoir relu "l'âge d'or #1" avant d'attaquer le #2, j'ai aussi relu l'integrale #2 de Buck Danny.
Je me suis régalé en la relisant. Cela faisait des années que je n'avais pas relu ces aventures birmanes. Bon scénario, avec un Sonny qui devient de plus en plus gaffeur,et des mésaventures qui s'enchaînent sans temps mort.

932. froggy - 02/11/20 23:41 - (en réponse à : Philippe)
Les dialogues emailles de "Face de prune" et autres "Face de Citron" ont continue sous la plume de Charlier pour les 6 premiers episodes. Il faut voir comment Sonny Tuckson annonce de maniere bien casuelle a ses camarades le bombardement d'Hiroshima a la fin d'Attaque en Birmanie, "Les notres ont balance des bombes atomiques dans les gencives des japs. A la troisieme, Hiro-Hito etait K.O!"

931. pm - 02/11/20 20:54
Et ce n’est même pas Charlier qui en est l’auteur mais directement Troisfontaine.

930. froggy - 02/11/20 18:00
Cet eternel debat recommence? On en a deja pas mal parle ici et depuis bien longtemps.

929. Piet Lastar - 02/11/20 14:00
Face d'agrume acide !

928. yancomix - 02/11/20 11:41 - (en réponse à : buck danny)
Si il n'y avait que le coté fastidieux qu'on pouvait leur reprocher…

927. herve - 01/11/20 16:42 - (en réponse à : froggy )
c'est vrai que les deux premiers volumes de Buck Danny sont assez fastidieux à lire.

926. froggy - 01/11/20 16:36 - (en réponse à : Herve)
Tu as passe le plus dur. Apres le deuxieme, Les mysteres de Midway,cela devient super bien. Les episodes 3 a 6 sont parmi les meilleurs de la serie a mon avis.

Quand tu auras fini, dis-nous si tu as change d'avis au sujet de certain, s'il te plait? C'est pour cela que j'aime bien relire mes BD (quand je peux), cela me permet de reviser ou de conforter mes opinions en bien ou en mal.

925. herve - 01/11/20 11:15
Buck Danny Charlier & Hubinon, intégrale #1
j'ai prévu de relire toute la série pendant cette période.
Je n'avais pas relu cette première intégrale depuis 20 ans!

924. herve - 14/10/20 22:19 - (en réponse à : suzix)
Je dois avoir beaucoup de temps, car en plus de mes relecture de bd, j'ai plusieurs livres en cours de lecture voire de relecture ("les confessions" de Saint Augustin, la biographie imposante de Jean Luc Barré sur Mauriac, et je termine "une vieille maitresse" de Barbey d'Aurevilly,dans la pléiade- j'adore cette collection, j'en possède d'ailleurs une soixantaine.)
Les enfants grandissent et j'ai beaucoup plus de temps pour moi (fini les devoirs à suivre, fini-enfin presque-les réunions de parents d'élèves).

923. suzix@bdp - 14/10/20 10:32
je me suis mal exprimé. Comme Hervé j'aimerais savoir me ménager du temps pour lire plus, notamment les BD que je viens d'acheter ... et si je pouvais pour relire des BD ce serait top. Bien évidemment ce n'est nullement une contrainte de lire ou relire.

922. Victor Hugo - 14/10/20 01:25 - (en réponse à : suzix)
Bah dis donc, c'est le bagne, on dirait un boulot, où est le plaisir? Moi ces temps-ci je relis Yoko Tsuno.

921. suzix@bdp - 14/10/20 00:18 - (en réponse à : hervé)
Je t'envie. Je ne trouve même pas le temps de lire les nouveautés. Je relis juste ce qui est nécessaire pour reprendre une histoire.

920. herve - 13/10/20 22:44
relu ce week-end:

- "Ar-Men, l'Enfer des enfers" de Lepage
- Tintin au pays de l'Or noir
- "le dernier pharaon" (B&M)
- Détox #1

919. froggy - 12/10/20 19:32 - (en réponse à : Helmut)
Ce qui est baleze, c'est de faire des fautes de frappe pareilles. Je me relis pourtant mais pas suffisamment manifestement. C'est vraiment le seul defaut que je trouve a ce site, on ne peut pas se corriger une fois que c'est poste. Je vais encore passer pour un con qui ne sait pas bien causer le france.

918. helmut perchu - 12/10/20 17:27 - (en réponse à : pm)
Tu noteras également qu'il a "descendu la note descend", ce qui est assez balèze.

917. froggy - 12/10/20 17:25 - (en réponse à : Philippe)
De mon cote, c'est le deuxieme cycle que j'avais oublie en grande partie.

916. pm - 12/10/20 13:46 - (en réponse à : froggy)
Le premier cycle mérite amplement un 5/5

J'aime le "amplement", tu hésitais avec 5,5/5 ?

J'ai lu ces albums à leur sortie et je ne m'en souviens pas du tout (;o(

915. froggy - 12/10/20 06:07
Kerascoet & Hubert; Miss Pas Touche, l'integrale

Il y a quelques annees, a l'occasion d'une visite a Paris, j'avais sejourne chez mon meilleur ami, Cyrille de son prenom, et il avait dans sa bibliotheque cet album que j'avais lu profitant de la circonstance. J'avais beaucoup aime, et je vous en avais fait part dans une chronique de lecture. Je m'etais dit que j'acheterai cela plus tard, le temps a passe et ce n'est seulement que cet ete que je suis passe a l'acte. J'y pensais mais pas plus que cela, le deces premature du scenariste au debut de cette annee m'a rappele que je devais corriger cette lacune. J'ai ete ravi de constater que c'etait toujours aussi bien que dans mon souvenir et j'ai ete vraiment ravi de relire cela.

Miss Pas Touche est une courte serie de 4 albums parus chez Dargaud dans l'excellente collection Poisson Pilote entre 2006 et 2009. 2 diptyques constituent l'ensemble et ma preference va vers le premier plus original, le deuxieme etant plus convenu et previsible. Le pitch est extremement simple, c'est l'histoire d'une jeune femme vierge qui travaille comme prostituee dans une maison close. Cela a l'air d'un oxymore, cela en est definitivement un, et Hubert, le scenariste, a eu une excellente idee pour rendre ce pitch vraisemblable.

L'action se passe a Paris dans les annees 30, Blanche et sa soeur Agathe travaillent toutes les deux comme domestiques chez une riche dame acariatre qui leur loue une mansarde miteuse et delabree situee au dernier etage de son immeuble. Parallelement a cela, un tueur en serie sevit dans la capitale et laisse les cadavres de jeunes femmes epouvantablement mutilees, la presse l'a surnomme le Boucher des Guinguettes, son lieu d'action se situe dans les boucles de la Marne de l'est parisien. Or, un soir, Agathe se fait assassiner sous les yeux de sa soeur par le Boucher mais elle n'en voit pas le visage. Elle decide de se retrouver le meurtrier qui a marquille le crime en un suicide, these que la police accepte sans probleme. Son enquete la mene rapidement sur la piste du Pompadour, le plus grand claque de Paris. Mais si on n'est pas un client ou une prostituee, on ne rentre pas comme ca dans un tel endroit, ce n'est pas pour rien que cela s'appelle une maison close. Ne pouvant etre prise comme femme de menage, elle arrive a cependant se faire engager par la tenanciere qui voit en Blanche une source de profits juteux, elle sera la Vierge du Bordel, son nom sera Miss Pas Touche. Blanche deviendra ainsi une des attractions les plus notables de l'endroit avec quelques autres pensionnaires. Rentree dans la place, elle peut ainsi mener son enquete. Elle n'est pas arrivee au bout de ses surprises quant a son resultat. Entretemps, elle doit prendre garde a tout le monde dans le Pompadour, les protecteurs, ses collegues feminines qui peuvent etre des veritables teignes et bien sur les clients qui veulent tous etre son premier amant. Le deuxieme diptyque a trait a une jeune homme de tres bonne famille et tres riche qui est tombe amoureux de Blanche alors qu'il allait au Pompadour pour la premiere fois. Evidemment, la mere du jeune homme voit cela d'un tres mauvais oeil et elle fera tout pour contrecarrer ses plans car le jeune garcon s'est mis en tete d'epouser Blanche. Celle-ci a d'ailleurs un autre probleme a s'occuper, sa mere demunie de toutes ressources est venue a Paris et s'y est installee. C'est Blanche qui subvient a tous ses besoins. Ainsi que vous pouvez le constater, le theme du premier diptyque est plus interessant que celui du deuxieme car c'est une enquete policiere menee par une totale novice qui s'aventure sur un terrain tres dangereux alors que le deuxieme n'est qu'une simple comedie de moeurs pretexte a Hubert de denoncer des hypocrisies sociales et des situations dramatiques pour une certaine categorie de personne. Je ne peux pas en ecrire plus sous peine de spoiler. Je crois meme que j'en ai deja trop ecrit.

Vous vous dites bien que je n'y connais rien en matiere de maison a lanterne rouge. Les maisons closes ont ete fermees en 1946 par Marthe Richard dans un grand elan de salubrite publique au lendemain de la Deuxieme Guerre Mondiale, elle meme etait d'ailleurs une ancienne prostituee. Apres 1946, elle fut meme surnommee la Veuve Qui Clot. Je presume qu'Hubert s'est considerablement documente sur ce qui se passait dans des endroits tels que le One Two Two et au Chabanais, deux celebres maisons de tolerance de l'epoque pour decrire la vie quotidienne dans un tel endroit. Le moins que l'on puisse dire est que les filles de joie n'y vivaient pas dans la joie, bien au contraire. Ce ne sont que sont rivalites, jalousies et aigreurs entre les donzelles. On imagine que la vie quotidienne dans un harem entre les epouses officielles et les concubines devaient etre similaire. Les filles sont traitees comme du betail et ne sont la que pour rapporter de l'argent, beaucoup autant que possible afin de satisfaire les gouts les plus etranges, les plus pervers et les plus depraves des notabilites masculines parisiennes, francaises et etrangeres. En cela, Hubert a tres bien ecrit son histoire, les situations sont aussi fortes que les personnages, celui de Blanche en tete bien sur. Il montre une certaine pourriture de la haute societe de cette epoque qui va a la messe tous les dimanches matins alors qu'elle a passe quelques soirees de la meme semaine a vivre et experimenter des pratiques sexuelles bien particulieres. Y avait-il assez d'eau benite dans les benitiers a l'entree des eglises pour se purifier devant le Seigneur? C'est ce que fait Annette, une des pensionnaires, qui s'est liee d'amitie avec Blanche, afin de se laver de ses peches. Hubert a bien raconte ce que pouvait etre la vie quotidienne dans un tel endroit, on est bien loin de la vision idyllique et champetre que Maupassant avait decrit dans sa nouvelle La Maison Tellier, on est dans le stupre et dans le lucre, Le Pompadour, ne fait pas dans la charite, la tenanciere et le souteneurs le rappellent en permanence a ces femmes. Et Blanche apprendra a ses depens qu'on ne quitte pas l'endroit comme cela au debut du deuxieme diptyque. Ainsi que je l'ai indique au debut de cette chronique, il n'y pas grand-chose a dire sur celui-ci, Blanche est tombee amoureuse de ce garcon et sa mere est venue s'installer a Paris pour vivre a ses crochets. J'ai cru comprendre que le premier diptyque avait ete un joli succces critique et commercial, est-ce que les auteurs ont ete pousses par l'editeur pour une suite? C'est la question que je me pose car ce diptyque n'apporte rien de plus dans l'histoire de Blanche, le premier se suffisait bien a lui-meme.

Comme son nom ne l'indique pas, le dessinateur, Kerascoet, est deux personnes. Ce qui donne une tournure bizarre a ma phrase, non? Il s'agit d'un homme et d'une femme et c'est le premier album du duo que j'ai. Je ne sais pas comment ca marche de faire un album a deux quand il n'est pas precise qui fait quoi, est-ce qu'un a pris les decors en charge et l'autre les personnages? Je n'ai pas de reponse a cette question et cela n'a qu'une importance relative car j'ai trouve leur dessin tres plaisant, tres agreable a voir. Je n'ai pas du tout eu la sensation qu'il y avait eu 4 mains sur chaque planche, l'unite de style graphique est manifeste. Tous les personnages sont bien campes, ils sont dessines de maniere realiste avec parfois un zeste de caricature pour Blanche a qui Kerascoet exacerbe certaines reactions. Cependant, j'ai remarque dans quelques scenes, que Blanche apparait comme une femme tres courageuse pour aussitot apres etre dessinee de maniere tres, tres craintive, je pense a la scene du couteau dans le premier diptyque notamment. Ce detail a priori insignifiant nous rappelle qu'elle risque litteralement sa vie dans sa recherche de l'assassin de sa soeur. Et puis, j'ai beaucoup aime la robe de Schiaparelli que le jeune homme riche lui offre, je ne sais pas si ce vetement a vraiment existe mais le motif est superbe, et si c'est ne de l'imagination du dessinateur, je ne peux que l'en feliciter.

Dans ma premiere chronique, j'avais ecrit que le dessin me rappelait celui d'un autre dessinateur mais que je n'arrivais pas un mettre un nom a celui-ci. J'ai toujours cette sensation. Serait-il possible qu'en fait, le dessin de Kerascoet est unique en son genre et serait une synthese de plusieurs influences tellement diluees que le lecteur n'est plus a meme de determiner qui en serait l'inspiration principale? Ce n'est pas plus mal que cela, je n'aime pas trop quand on dit qu'un tel est le nouveau machin qui est mort. Je prefere des talents originaux qui ont appris de certains de leurs maitres lors de la transmission du savoir et qui vont ensuite developper leur propre singularite. Les exemples sont nombreux. Il est possible que Kerascoet se range dans cette categorie. De mon cote, c'est un dessinateur a suivre.

Note finale, 4/5. Je me repete mais il est dommage que la deuxieme histoire soit nettement plus faible que la premiere. C'est pour cela que j'ai descendu la note descend. Le premier cycle merite amplement un 5/5

914. longshot - 05/05/20 22:14
J'ai relu les quatre premiers Jack of Fables, et les Fables 6 à 10. C'est vraiment très réussi, Fables, mais il y a des moment où on sent un peu trop que le scénariste est un gros républicain bien de droite. La comparaison invraisemblable avec Israël en particulier, semble écrite au premier degré, c'est assez effarant. (Le personnage de Boucles d'Or dans le deuxième recueil, et au début de Jack, est aussi tellement caricatural — et c'est d'autant plus dommage que le discours antispéciste, pour marginal et extrême qu'il soit dans le monde réel, pourrait avoir une résonance bien différente dans un univers où les animaux parlent et se comportent comme les humains…)

Mais à part ça faut reconnaître que ça reste très prenant. Jack, j'ai plus de mal à accrocher sur la forme, mais par contre j'aime beaucoup l'idée de fond de faire intervenir les… comment ont-ils traduit ça ? Les littéraux ? Et leurs interactions avec les autres personnages. C'est assez chouette, mais sans trop savoir dire pourquoi j'ai l'impression que ça passe quand même un peu à côté de son sujet.

913. heijingling - 21/04/20 04:43 - (en réponse à : Quentin)
La société a énormément changé depuis Mai 68, pas à cause de Gébé ni parce que les gens ont tout arrêté pour réfléchir, ni à cause de quelques hippies ou d'un président éclairé, mais à cause d'une multitude de facteurs et d'acteurs qui ont poussé les choses progressivement dans une autre direction. Les politiques ont suivi.

Je vois, et suis d'accord avec toi. Je dirais même que la société a beaucoup changé depuis environ Mai 68, mais pas non plus à cause de Mai 68, qui a été l'expression de multiples facteurs qui agitaient la société autant que facteur lui-même..
Et des gens comme Gébé ont été des agitateurs d'opinion, et ont donc contribué en partie aux changements sociaux.

L'an 01 montre surtout la naïveté des idéaux et la naïveté de l'engagement politique des gens comme Gébé à l'époque. L'album se cantonne à de l'humour idéologique et ne donne aucune piste sérieuse pour améliorer la société de demain. Gébé a été un des nombreux acteurs qui ont poussé les choses dans une certaine direction, on peut lui laisser ca, mais ca s'arrête là et je trouve la BD dispensable (et la lecture plutôt chiante). Merci d'avoir donné le lien en tout cas; chacun va pouvoir se faire sa propre opinion.

Des gens comme Gébé ont été des agitateurs d'opinion, et ont donc contribué en partie aux changements sociaux. Il y a eu de nombreux facteurs immatériels comme matériels qui ont amené les changements.
Et il n'y a pas que de l'humour idéologique, il y a aussi beaucoup d'humour, de sensibilité et de réflexions purement visuels. Mais je sais que ce n'est pas trop ton truc :)
Il y beaucoup de pages et de textes, qui abordent plein de thèmes, donc c'est trop lourd, et sans doute chiant ou indigeste à force, si on le lit d'une traite. Mais il faut le lire comme il a été conçu, un processus, ou work in progress, en lire quelques pages et y revenir plus tard.

912. heijingling - 21/04/20 01:38 - (en réponse à : froggy)
Pour le film, je n'ai fait que récrire ce qui est indiqué dans la préface de Menu.

"Le viager de Pierre Tchernia coecrit par Rene Goscinny, une excellente comedie au ton assez caustique et teintee d'humour noir, surprenant de la part de l'auteur du Petit Nicolas et de Spaghetti.

Quand je vois la lâcheté et l'hypocrisie de nombreux personnages dans Lucky Luke, ou comment les habitants du village d'Astérix peuvent facilement être manipulés et entrainés à la trahison et la discorde, je trouve assez évident que Goscinny devait être assez misanthrope.
Et Le viager est un très bon film, mais je ne sais pas si son humour acerbe peut passer de l'autre côté de l'Atlantique, (ou du Pacifique pour moi;) où ils n'apprécient pas trop cet humour en géneral.

911. froggy - 21/04/20 00:01 - (en réponse à : Heijingling #908)
Je crois que tu t'es un peu trompe au sujet de Depardieu car son premier film sorti en salles est Le cri du cormoran le soir au-dessus des jonques de Michel Audiard, un mauvais film, entre nous soit dit. Il s'est rattrape des son troisieme puisque c'est Le viager de Pierre Tchernia coecrit par Rene Goscinny, une excellente comedie au ton assez caustique et teintee d'humour noir, surprenant de la part de l'auteur du Petit Nicolas et de Spaghetti. Si vous ne l'avez pas vu, je vous le recommande, c'est tres tres drole et la distribution y est excellente avec un Michel Serrault en tete et qui s'en donne a coeur joie.

Pour en revenir a L'an 01, il faudrait savoir si c'est le premier long metrage que Depardieu ait tourne mais qui ne serait sorti que bien apres, cela arrive regulierement.

910. Quentin - 20/04/20 23:00 - (en réponse à : Heijingling)
Je ne vois pas ce que tu veux dire par changement social en l'occurence.

La société a énormément changé depuis Mai 68, pas à cause de Gébé ni parce que les gens ont tout arrêté pour réfléchir, ni à cause de quelques hippies ou d'un président éclairé, mais à cause d'une multitude de facteurs et d'acteurs qui ont poussé les choses progressivement dans une autre direction. Les politiques ont suivi.

L'an 01 montre surtout la naïveté des idéaux et la naïveté de l'engagement politique des gens comme Gébé à l'époque. L'album se cantonne à de l'humour idéologique et ne donne aucune piste sérieuse pour améliorer la société de demain. Gébé a été un des nombreux acteurs qui ont poussé les choses dans une certaine direction, on peut lui laisser ca, mais ca s'arrête là et je trouve la BD dispensable (et la lecture plutôt chiante). Merci d'avoir donné le lien en tout cas; chacun va pouvoir se faire sa propre opinion.



 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio