Quelles BDs avez-vous relues récemment ?

Les 720 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15


420. helmut perchu - 14/04/16 12:21
Tout pareil que mon marcel, je préfère 100 fois les histoires longues qui ont en plus le mérite de mettre + en valeur les personnages secondaires alors que les gags sont quand même très centrés sur Achille (de mémoire ça fait un moment que j'en ai pas lu).

419. marcel - 14/04/16 10:07
Ces albums sont comme le cul entre 2 chaises, celle de l'aventure et celle de l'humour
C'est exactement pour ca que je prefere les histoires longues. Et c'est la meme chose pour, par exemple, Leonard ou Robin Dubois, les quelques histoires longues me plaisent plus que les gags.

418. pierrecédric - 14/04/16 07:38
Tiens le débile profond à déontologie exacerbé j'ai une autre dédicace pour toi.

417. Victor Hugo - 14/04/16 03:58
Facile quand tu ne fais quasiment que du plagiat.

416. froggy - 14/04/16 01:10
Achille Talon, les recueils de gags

J'ai profite de mes quelques jours chez mes parents pour me repolonger dans les 15 premiers albums d'Achille Talon que je n'avais pas relus depuis fort longtemps. Et j'aime toujours autant. Il est evident que la BD ne survit pas pour le dessin qui est tres moyen, Greg le reconnaissait lui-meme mais les textes sont a proprement parler extraordinaires. Je me souviens que lorsque j'etais tout petit, je n'aimais pas la bande a cause d'eux car je trouvais qu'il y en avait beaucoup trop. Heureusement que j'ai change d'avis plus tard. Je me souviens egalement que j'avais essaye de parler l'Achilletalon en faiusant des phrases pompeuses mais cela s'est avere impossible. La magie de ces dialogues resident dans le fait qu'ils relevent du langage ecrit alors qu'ils ont l'apparence d'un dialogue quotidient qui serait eructe par un type plutot sympathique au demeurant mais tres imbu de lui-meme. De tous les albums que j'ai relus, c'est Achille Talon persiste et signe que je prefere car c'est celui qui contient les gags dont je me souvenais le plus dont le premier que je trouve irresistible de drolerie sur la necessite de commencer l'album par un gag d'une planche seulement alors que ceux-ci en faisaient toujours deux a l'epoque. C'est dommage que ce n'est pas celui-la que j'avais choisi quand l'auteur m'avait dedicace lors d'une visite a la librairie album de la Rue Lafayette a Paris en mai 1991. J'avais opte pour L'indispensable Achille Talon, il est un peu moins bien que l'autre mais la dedicace est toujours aussi jolie.

Il a toujours fallu un peu de temps pour lire un Achille Talon et comme j'en avais a ma disposition, j'en ai bien profite et m'a permis de gouter un peu de la langue francaise.

Notre ami Victor Hugo nous a souvent fait savoir que Greg etait un con, c'est parfaitement possible bien que ce ne soit pas l'impression qu'il m'ait laissee lors de notre petit echange dans la librairie il y a 25 ans. Mais le bougre avait un talent fou. Ecrire les scenarios de toutes ces series dans le journal Tintin (le journal des jeunes de 7 a 77 ans), Bernard Prince, Bruno Brazil, Luc Orient, Comanche, Les Pantheres, Go West, Les Naufrages d'Arroyoka, Olivier Rameau; diriger l'hebdomadaire en question et delivrer ses 2 pages chaque semaine pour Pilote (Matin! Quel journal!), j'en connais peu qui ont ete capable d'en faire autant et sur une duree assez longue, plus de 10 ans tout de meme! Et en plus, ce sont toutes des BD de qualite qui perdurent encore.

Je sais aussi que certains d'entre nous preferent les longs recits d'Achille Talon. Pas moi, je considere les recueils de gags nettement meilleurs et surtout plus amusant meme si Greg y demontrait toujours son talent de dialoguistes. J'ai ainsi en tete celui qui commence l'album, Ne revons pas! dans la premiere case:


Le reste est nettement moins drole.

Le probleme de ces histoires est que l'aventure est noyee sous le Niagara verbal d'Achille Talon et sa rivalite avec Hilarion Lefuneste n'a plus lieu d'etre. Ces albums sont comme le cul entre 2 chaises, celle de l'aventure et celle de l'humour et l'humour que Greg avait developpe pour sa serie est si particulier qu'il ne convient pas a des aventures qui se deroulent sur 44 planches.

J'envisage de revendre une grosse partie de ma collection. Il est certain que je ne conserverai que les recueils de Greg, je ne regretterai certainement pas les autres

Note finale, 5/5


415. TILLIERTON - 28/03/16 09:57
Pour Bézian , je rajouterais "Adam Sarlech, la trilogie" . De toute façon , il faut relire ou découvrir tous les Bézian, sauf le dernier , qui est plus un exercice de style du domaine artistique.
Une petite, mais alors vraiment petite, préférence pour "ne touchez à rien"

414. longshot - 27/03/16 22:52
Relu Lou!, de Neel. Toujours aussi bien, mais j'attends toujours la suite car ce dernier volume m'avait laissé perplexe, comme beaucoup de lecteurs sans doute. L'intrusion soudaine et franche de la science-fiction dans un univers où les seuls écarts discrets avec notre réalité contemporaine semblaient ne tenir qu'à une forme de poésie... Je me demande où tout ça va mener.

Ah, en écrivant je lis que le prochain album est prévu pour la fin de l'année. Cool :)

413. TILLIERTON - 14/03/16 09:22
Tif &Tondu : "le scaphandrier mort" Will & Tillieux
Certainement le meilleur titre de la série et de loin. Un savant dosage entre l'humour et la tragédie ( le mot n'est pas trop fort) puisqu'on oscille constamment entre les deux et le tout est mixé avec bonheur par Tillieux. De plus, l'intrigue matinée d'espionnage et de coups tordus entre services secrets glauques est courageuse et lucide pour l'époque, car le sujet dénonce avec force la rivalité entre compagnies pétrolières.
Dommage que Will n'est pas le talent d'un Walthéry pour nous peindre les fonds sous-marins.

412. TILLIERTON - 26/02/16 10:27
Le dernier, totalement d'accord. Ça ne m'a pas intéressé. Juste feuilleté, peut être à destination d'un autre public que le lecteur de BD.
Par contre pour les ambiances, la narration, l'emploi des couleurs, les 3 précités "Ne touchez à rien" , "les garde-fous" et "aller-retour" sont un régal, avec toujours la magie des lieux décrits que ce soit des décors anciens, modernes, et l'interférence sur les personnages qui sont indissociables des lieux qu'ils fréquentent.

411. Quentin - 26/02/16 10:06 - (en réponse à : Tillierton)
Ah tiens, ca doit être un des seuls de Bézian que je n'ai pas lu. C'est vraiment bien? Les trois derniers que j'ai lu m'ont beaucoup décus.

- Ne touchez à rien: ouais bof, ne casse rien
- Les gardes fous: huis clos pesant et chiant. A lire pour l'ambiance et rien d'autre (moi en tout cas, ca ne me suffit plus)
- Bourdelle: Très mauvais; j'ai eu du mal à finir l'album. Sans doute la pire BD de toute la collection du Louvre.

Bézian est pour moi un des auteurs qui promettait le plus et qui a le plus décu. Je considère de mettre la moitié de ses BD (les dernières) dans la pile des trucs que je dois revendre.

410. TILLIERTON - 26/02/16 08:43
Dans la pile : "Aller-Retour" de Bezian : on garde forcément . Un très bon souvenir de lecture . Puisqu'on parlait de Simenon sur un autre topic, ce récit est tout imprégné d'une atmosphère Simenonienne . Le personnage déambule sur les lieux de son enfance, et c'est tout son passé qui ressurgit. A la manière de Maigret qui a besoin de s'imprégner de l'endroit , de respirer le même air là où le crime a été perpétué pour tenter de comprendre, les lieux étant indissociables des individus qui le fréquentent et influant leur évolution.

409. TILLIERTON - 24/02/16 10:29
Comme quoi un avis peut évoluer .
Je fais le tri en ce moment de ce qui doit sortir pour alléger le poids en bouquins de ce que je veux garder
Ai relu le diptyque "Undertaker" faisant à priori partie des reventes. Une relecture m'a convaincu du contraire par le côté Comedia del'Arte grand-guignolesque de ce récit ajouté à une certaine noirceur. Le tout quand on le reçoit à ce niveau parvient à convaincre qu'on a affaire à une œuvre singulière assez innovatrice dans le ton et l'expression. Par conséquent, ça passe dans la pile "à garder"

408. dens - 03/02/16 19:02
Les Forets d'Opales #1-7

J'ai vu que le tome 9 et fin(?) etait sorti il y a peu . Ca ne m'a pas donné envie et ca m'a fait realiser que j'avais déja pas acheté le 8. Du coup les 7 premiers ont été transmis a une amie de passage fan de BD et d'HF ...

Une relecture rapide avant l'adoption m'a confirmé que ouais ils seraient mieux appréciés chez elle que chez moi ... Je ne suis plus client.

407. herve - 31/01/16 23:14
je viens de relire l'intégrale en n&b du Marquis d'Anaon qui regroupe les 3 premiers albums de la série.
Les planches en n&b sont superbes et l'histoire, même après une relecture après plusieurs années, reste très intéressante.

406. froggy - 30/12/15 01:30 - (en réponse à : Tillierton)
Je ne sais pas si tu as lu l'edition originale mais les couleurs y sont epouvantables car elles sont quasiment inexistantes. Mais comme tu le dis, passer d'Hubinon a Jije en milieu de cycle pique les yeux. On ne peut pas dire que Charlier ait eu la main heureuse en choisissant son vieil ami, je suis certain que c'est parce qu'il n'avait trouve personne pour succeder a Hubinon. Cela faisait plus de 5 ans que l'album precedent, Le Vaisseau de l'Enfer etait sorti (1974) et ce cycle avait commence sa prepublication dans les pages de Pilote (Matin! Quel journal!) en 1967!. C'est dire le temps passe entre le premier et le dernier titre de ce cycle qui ne comprend que 4 albums. Cela peut expliquer pourquoi JMC qui en avait assez d'attendre un repreneur au style proche d'Hubinon a choisi Jije en desespoir de cause.

405. TILLIERTON - 29/12/15 22:23
Ai relu "raid sur la corne d'or" en album individuel suite de l'intégrale 6 de Barbe-Rouge. Eh bien, ça pique les yeux. Jijé excellent dessinateur est plus à son aise pour dessiner des détectives (Valhardi) ou des westerns ( Jerry Spring , les chevaux). Pas sûr qu'il est pris du plaisir à dessiner cette histoire de pirates. Il faut dire, à sa décharge , que notre œil s'est habitué au dessin d'Hubinon.

404. TILLIERTON - 25/12/15 21:05
Où est la vérité "vraie "quand c'est : "un tel a dit que... " rapportée dans un bouquin sur un soit-disant souvenir ou témoignage. Encore, la crédibilité peut résulter d'une interview rapportant des propos réels

403. froggy - 25/12/15 17:27
Pourquoi melanges-tu le vrai au faux? Tu perds de ta credibilite.

Et si tu penses faire de l'humour, c'est rate. Je suis certain que tu peux etre drole autrement.

402. TILLIERTON - 24/12/15 22:47
Il faut rétablir la vérité, et j'ai fait un peu d'enfumage mêlant le vrai au faux ( purement hypothétique)
Très bonne analyse sur QRN, la vérité figure dans tes propos avec les références exactes. A ce propos , " le dialogue sans bulles"de Mouchard avec Greg donne pas mal de réponses .
Je recommande quand même la formidable édition en N&B (TT) de QRN sur Bretzelburg faite par Marsu Productions avec de nombreuses précisions/annotations
L'´anecdote sur Walthéry est authentique, dans une période très puritaine où les héroïnes déshabillées n'étaient pas légions ( encore moins en France/voir une interview de JMC.)Charles Dupuis n'était pas un patron aussi pingre que celà , lui qui était sensible aux thèses développées par Jean Doisy , communiste et scénariste qui a été longtemps été un de ses principaux collaborateurs pendant de nombreuses années .
Tillieux avait effectivement été victime d'une recommandation de Franquin pour ses albums auprès de Charles Dupuis . Il ne lui en tenait pas rigueur pour autant, en tout cas moins que Rosy qui rappelait souvent le serment d'allégeance de Franquin auprès de Dupuis pour l'affaire de la Worldpress ,bien des années après .
Le père de Paape était contremaître chez Dupuis à Marcinelle. On ne connaît pas son caractère. La seule chose que l'on sache , c'est qu'Eddy lui avait donné les traits de son méchant dans " les êtres de la forêt " sans qu'on connaisse l'explication.

401. froggy - 24/12/15 21:42 - (en réponse à : Tillierton)
Cela tombe bien que mon apres-midi soit calme ici et que j'ai un peu de temps a te consacrer.

Une de mes sources est la tres belle edition Dupuis de QRN sur Bretezelburg parue en 1987, celle qui reprend la version telle que publiee dans Spirou, la version originale en quelque sorte. Je vais reecrire ce que Greg a dit sur ce sujet (page 14 de l'edition):
"Apres Z comme Zorglub et L'Ombre du Z, Franquin avait eu l'idee de realiser Panade a Champignac. Il voulait reconditionner Zorglub en partant de l'enfance, et il avait commence a dessiner cette histoire. Un gag prealable devait servir d'introduction: le marsupilami avalait un appareil de radio.
Je commencais Achille Talon a l'epoque, et nous etions d'accord pour arreter momentanement notre collaboration. Il avait dessine quelques planches de sa nouvelle serie et etait alle les porter a Dupuis. L'editeur, tres content, lui a dit: "C'est bien, mais que va-t-il arriver?"
Franquin a raconte l'histoire en commencant par: "C'est Zorglub qui...". et Dupuis l'a arrete par un "Non, Zorglub, on vient d'en prendre deux histoires de suites, je n'en veux plus!"
Franquin, pris au depourvu,a fait un premier brainstorming avec Peyo, Roba et Delporte (ils ont passe une nuit a carburer). Le lendemain, il m'a appele pour me demander si je n'avais pas une idee. Il m'a raconte action des quelques planches qu'il avait dessinees, et j'ai eu le declic. Je connaissais un radioamateur et je me suis dit: "Pourquoi ne pas faire du transistor avale par le Marsupilami un emetteur-recepteur?" (...)J'ai ensuite trouve l'histoire du petit roi enferme dans son chateau."

Durant ses entretiens avec Benoit Mouchart retranscrits dans Dialogues sans Bulles, Greg reconfirme la genese de QRN en termes quasi identiques (pages 29 et 30).

Je me demande qui je dois croire, toi ou le scenariste de QRN?

Pour ta description de ce qui se passait chez Dupuis, j'aimerais bien connaitre tes sources. Quant a ce que tu as ecrit au sujet de Franquin jaloux de Tillieux, cela me parait surprenant car ce dernier cite le createur de Gaston comme faisant partie de ses amis dans le grand entretien publie dans Les Cahiers de la Bande Dessinee No 35. Mais peut-etre tout cela sera evoque dans le deuxieme tome de La Veritable Histoire de Spirou qui paraitra le mois prochain.

400. TILLIERTON - 24/12/15 18:50
Il faut rétablir la vérité sur ces têtières . Le vieux Dupuis était assez près de ses sous ( c'est de famille ) et l'ambiance n'était pas bonne à Marcinelle, ( déjà avec les mines à côté )ni les conditions de travail. Le père de Paape, qui n'était pas facile, régnait en chef- imprimeur et imposait des cadences infernales avec des matériaux et un papier de mauvaise qualité. Paape dans ses récits le représentait en chef des brigands. Conséquemment, les erreurs d'impression étaient choses fréquentes et aussi les interversions quand ce n'était pas des fautes de frappe (ça explique QRM au lieu de QRN). Je crois même que c'est Tillieux qui mettait en marche le poêle quand il arrivait le matin.

399. TILLIERTON - 24/12/15 17:08
Et bien voilà . Numa Sadoul a commis pas mal d'inexactitudes (comme d'habitude)'dans ce bouquin. Il faut reprendre le tirage de tête de "QRN sur Bretzelburg " de Marsu Productions qui reprend tous les détails de cette genèse. Les précédents opus jusque là bénéficiaient de l'aide scenaristique de Rosy ( l'inventeur du métomol). Franquin avait besoin à l'époque d'un scénariste et tout naturellement Greg était à ce moment là disponible. En aucun cas, Charles Dupuis , vieux con ploutocrate, n'aurait pu imposer ses choix à Franquin. C'était plutôt l'inverse puisque Franquin, quelque peu jaloux (?) des succès de Tillieux avait demandé et obtenu de Dupuis que les albums de celui-ci sortent brochés et ne bénéficient pas des couvertures cartonnées plus luxueuses. Franquin était le pilier du journal Spirou. Son départ, après déjà l'affaire de la Worldpress quelques années auparavant aurait signé l'arrêt de mort du périodique .

398. froggy - 24/12/15 16:41 - (en réponse à : Tillierton)
Je ne sais pas ou tu as trouve ces informations sur la genese de QRN sur Bretzelburg mais je me permets d'ecrire que tu es dans l'erreur.

Selon Franquin lui-meme qui le declare a Numa Sadoul dans le livre d'entretiens Et Franquin Crea Lagaffe, il avait deja dessine les premieres planches lorsqu'il alla trouver Charles Dupuis pour lui expliquer le reste de ce qui allait se passer. Lorsque celui-ci entendit Franquin prononcer le nom de Zorglub, il l'interrompit en lui disant qu'il venait d'en faire deux et que cela suffisait largement. Franquin rentra chez lui desappointe et a court d'idees fit appel a Greg qui ecrivit donc le reste de l'histoire en imaginant le personnage du radio-amateur, la suite on la connait tous. Cela explique pourquoi on voir Zorglub dans les premieres tetieres lorsque QRN (qui s'appelait alors QRM sur Bretzelburg jusqu'a ce qu'on lui fit remarquer que c'etait une erreur) l'histoire commenca a etre prepublie dans Spirou (ami, partout, toujours!), il en disparut lorsque le scenario changea.

Cependant, Franquin reprit une partie de ce que devait etre l'intrigue originelle de QRN pour la derniere aventure de S&F qu'il dessina, Panade a Champignac.

397. TILLIERTON - 23/12/15 10:02
Charles Dupuis aurait été bien en peine d'imposer quoi que ce soit à Franquin qui était déjà une vedette et pouvait voler de ses propres ailes. Simplement Franquin traversait une grave période de dépression à cette époque au niveau créatif. Le scenario de "QRN" a été fourni par Greg et le récit a été interrompu prenant forme au bout d'une année d'indécision

396. TILLIERTON - 23/12/15 09:24
Charles Dupuis? J'ai cru comprendre que déjà à l'époque il était complètement gâteux . Quand Walthery lui a amené Natacha, il a failli faire un infarctus!

395. TILLIERTON - 23/12/15 09:03
Relu le dernier Michel Vaillant "Collapsus": rien à faire. Ça paraît tenir la route, le dessin est classieux, mais même par une lecture attentive j'ai rien pigé à ces histoires de montage financier. Et il est indispensable de comprendre celà pour apprécier pleinement ce récit. Sinon uniquement pour adepte des coups tordus dans les milieux de la finance ou de l'industrie pharmaceutique ( suivez mon regard) où les OPA sont choses courantes.

394. froggy - 21/12/15 23:32
Il faut noter que tu as en partie raison et que cet album est loin d'etre aussi bon que le precedent mais ce n'est tout de meme pas un si mauvais album comme tu le decris. Apres celui-ci, je comprends pourquoi Charles Dupuis a dit non a Franquin qui avait envisage de faire un troisieme Zorglub pour QRN sur Bretzelburg. On connait la suite.

393. froggy - 21/12/15 23:24 - (en réponse à : Quentin post #391)
C'est un tres bel aveu que tu nous fais la mais je ne me risquerais pas a le faire sur BDgest, l'autre forum concurrent mais neannmoins ami, pour eux, Franquin, c'est Dieu. Ce serait donc l'equivalent d'un blaspheme. Au minimum, tu y risques le goudron et les plumes!

392. pierrecédric - 21/12/15 13:39
On ne peut pas plaire à toute la loose...
Qu'est-ce qui me prend moi de citer un truc de l'émission la téloose ?

391. Quentin - 21/12/15 13:19
J'ai relu l'ombre du Z de Spirou et Fantasio en faisant la lecture à mes enfants avant de dormir. Scénario indigent et lecture extrêmement pénible. On a mis 3 soirées avant de finir la BD - et encore, étalées sur une semaine. Un vrai calvaire.

390. froggy - 20/12/15 23:54
Et c'est le moment de dire: Parkinson le glas!

Ok, je sors....

389. TILLIERTON - 20/12/15 17:03
Aie! On est désarmé face à cette fatalité. Souhaitons-lui le moins de désagréments possibles avec des périodes de stabilisation (c'est possible)

388. pm - 20/12/15 16:52
Que devient Didier Savard?

Parkinson, de source presque sûr.

J'adore cette série.


387. TILLIERTON - 20/12/15 16:08
Puisque la mode est aux rééditions de vieilles bandes, je déconseillerais vivement la lecture de Thierry Le Chevallier, étant pourtant amateur de JMC. Ça ne valait pas le coup de monter ces histoires très moyennes qui en leur temps n'ont pas donné lieu à des albums. Pour collectionneurs seulement, mais pas sûr que JMC lui-même aurait apprécié la sortie de ces stories , simples galops d'essai. On se demande pourquoi l'éditeur n'a pas respecté l'ordre de parution prévu, à savoir Guy Lebleu

386. TILLIERTON - 20/12/15 15:55
C'est bien ça . Inquiétant, onirique. Délire opiacé ?

385. nem° - 20/12/15 14:46


C'était ça non?

384. nem° - 20/12/15 14:40 - (en réponse à : Titi)
J'ai souvenir d'une aventure d'Hérisson sur une île étrange, avec des tigres et une pagode.

383. TILLIERTON - 20/12/15 13:55
Relectures toujours.
Oldies but goldies:
- Jeannette Pointu de Marc Wasterlain avec 2 titres qui illustrent les préoccupations écologiques de leur auteur. Le"trésor des Calanques" où sont évoqués pêle-mêle l'intervention des Canadair et la taxifolia caulerpa (Wasterlain remarquable documentaliste) et "chasseurs de tornades" avec 6 reportages de développement durable.
- Dick Hérisson de Savard. (Que des enquêtes pleines de rebondissements).Et les plus belles descriptions en extérieur de la Provence et des environs d'Arles.
Que devient Didier Savard?

382. TILLIERTON - 07/12/15 19:06
Finalement relu "La princesse du sang" de Manchette et Cabanes.
Cet ouvrage ultime et définitif regroupant tous les éléments du diptyque donne davantage de clarté au récit particulièrement dans la seconde partie où l'éclaircissement et l'agrandissement des vignettes permettent un meilleur découpage de l'action et une meilleure adaptation d'un texte particulièrement touffu dans le sens géopolitique où manipulation et intérêts contradictoires pullulent. Une préfiguration du monde d'aujourd'hui

381. dens - 05/12/15 23:28
oui mais la c'est le créateur qui parle d'une serie en preparation donc pas aopcryphe ... une vraie adaptation.

A part ca j'ai aussi relu tout FEAR AGENT
C'est over the top en fait ca se lit comme un serial pulp du debut du siecle dernier ... ca me rappelle les Chroniques Martiennes de E. Rice-Burroughs avec des rebondissements a chaque 3 pages le heros se retrouve dans une situation impossible apres l'autre dont il se sort toujours pour se retrouver dans une pire.
Ca se lit pa mal au second degres.
Je garde.

380. marcel - 04/12/15 16:37
Dans son afterword Willingham évoque la possibilité d'une ébauche de début de projet de série pour Fables...
Ca existe deja, mais c'est apocryphe, c'est Once upon a time.

379. dens - 04/12/15 16:17
Pas sur d'etre excité par un Preacher a la télé...
Apres les deceptions Walking Dead et Hellblazer... suis pas rassurré...

La saison 1 de Powers était pas mal par contre... et obviously Jessica Jones etait tip top...

Dans son afterword Willingham évoque la possibilité d'une ébauche de début de projet de série pour Fables...

378. herve - 02/12/15 22:26
je viens de relire un one shot pas si vieux que cela "Rouge comme la neige" de De Metter, et bien j'avoue l'avoir encore plus apprécié à cette seconde lecture que j'ai ressentie plus comme un thriller que comme un western (le fond l'emporte sur la forme).

377. marcel - 02/12/15 18:26
La serie tele de Preacher arrive bientot...

376. dens - 02/12/15 17:05
Je viens de me relire tout Preacher et c'est toujours autant de la bombe.
Et aussi tout TOP TEN (les 4 volumes francais SMAX inclus) et ca aussi c'est de la balle. J'ai aussi relu Beyond the Farthest Precinct qui etait pas mal mais qui en fait apporte pas grand chose à l'affaire.
J'ai par contre pas relu the Forty-Niners le prequel graphiquement c'est tres beau mais j'avais l'impression que les references s'adressent aux historiens des comic-strips plus qu'au lecteurs de mon age (et le nombre d'octogenaires capable de connaitre les references naturellement ET de lire une BD de super heros doit pas etre enorme). Je pense que je le relirai un jour avec plaisir mais là ca m'a pas donné envie.

375. TILLIERTON - 02/12/15 15:14
Caroline Baldwin : La dernière danse, tome 4 Casterman
Rarement un auteur n'a autant soigné ses décors. Taymans fait évoluer avec brio, dans un thriller, son héroïne avec un maximum de détail sur l'architecture Cubaine. Les lieux sont peints avec précision fruits d'un repérage minutieux. De ce fait, on pénètre encore mieux dans l'ambiance des lieux et leur moiteur exotique.

NB : Berthet, dans "Perico" , par ses couleurs chaudes et son trait souple avait déjà su nous restituer l'ambiance particulière des lieux.

374. froggy - 16/11/15 17:45
Hier soir, j'ai relu Talk Show de Fabcaro que j'avais lu cet ete. J'avais besoin de sourire un peu et de lire quelque chose de leger. Et cela a tres bien marche car j'ai reussi a rire a nouveau a certains gags meme si je les connaissais toujours. Mon prefere est celui de E=MC3.Je ne peux pas vous en dire plus si vous ne l'avez pas lu.

373. froggy - 24/10/15 02:01
Sherman de Griffo et Desberg, Lombard 2011-2012

Pour ceux qui ne le savent pas (mais y'en a-t-il ici?), c'est une tres courte serie de 6 albums seulement. Parue a un rythme rapide et soutenu sur une periode de 16 mois puisque le premier est sorti en janvier 2011 et le sixieme et dernier en mai 2012, je m'etais toujours dit que je la relirai dans son integralite aussi tot que possible mais je n'ai pu le faire que maintenant. En effet, j'avais beaucoup aime cette histoire lors de sa parution et j'esperais que la relecture des 6 tomes a la suite m'offrirait un plaisir comparable. Ce fut le cas.

Je ne suis pas enormement ce que Desberg fait et j'ai plus de lui ce qu'il a fait chez Dupuis dans les annees 70 et 80 avec Will et Benn (Tif et Tondu, Mic Mac Adam) que ce qu'il a fait recemment au Lombard et chez Dargaud. J'avais ete attire par le sujet et par le fait que le dessinateur est Griffo que j'aime bien egalement mais dont je ne possede que S.O.S Bonheur, Samba Bugatti et Beatifica Blues.

L'histoire est tres classique ou Desberg a imagine une petite histoire plaquee sur la grande, en l'occurrence la 2eme Guerre Mondiale. Cela raconte l'ascension d'un petit malfrat newyorkais qui deviendra un important banquier de la ville avant de devenir le financier de l'industrie chimique allemande grace aux liens d'amitie qui l'unissent a un chimiste teuton quelques temps avant que les nazis n'y prennent le pouvoir. Evidemment, sa destinee ainsi que celle de sa famille en sera transformee d'autant. L'histoire est contee sous la forme de retours en arriere, notre homme, Jay Sherman, recoit maintenant des menaces de mort et devient a son tour la victime de quelqu'un qui desire se venger a son encontre. Le recit commence par l'assassinat de son fils candidat aux elections presidentielles americaines, cela sera suivi d'un coup de telephone lui annoncant sa future ruine qui precedera le meurtre de sa fille adoree. Il se fera aide par les forces de l'ordre incarnes en la personne d'un vieil ami policier qui l'a aide a sortir de la delinquance avant de commencer son ascension sociale et professionnelle, le scenario fait alterner le passe et le present, l'action se situant vers la fin des annees 40, le debut des annees 50. Sherman repond aux questions des policiers charges de l'enquete. Je ne vais pas vous raconter le reste mais Desberg a parfaitement deroule son histoire qui ne connait quasiment aucun temps mort, les peripeties s'enchainent tres bien et le suspense monte petit a petit jusqu'a la fin qui nous apprend qui est l'auteur de la machination.

Du fait de la longueur de cette histoire, Desberg prend son temps pour developper les characteres de ses personnages et le moins que l'on puisse dire est que les hommes n'y ont pas le beau role dont evidemment le heros en titre qui a bien sur quelques cadavres dans son placard alors qu'il est sur le chemin de la reussite, la premiere de ses characteristiques est qu'il n'est pas tres sympathique meme si sa faiblesse principale est d'adorer sa fille au point qu'il la prefere a son fils. Ce sont les femmes qui ont le beau role, le premier etant celui de Jeannie, sa fille donc mais aussi Lana, sa maitresse qu'il aime d'amour fou mais qui le rejette (il vous faudra le lire afin de savoir pourquoi) mais aussi sa femme, mere de ses enfants. Malheureusement, pour cette derniere, son role est sacrifiee dans l'histoire, c'est dommage que Desberg ne lui ait pas ajoute quelques scenes afin d'enrichir le personnage. Le fils non plus, n'est pas tres sympathique. Et enfin, un des rivaux de Sherman qui est le mari de Lana, sa maitresse, est freanchement antipathique. En fait, il n'y a pas de victimes dans cette histoire (a part les malheureux juifs victimes de l'Holocauste bien sur dont le sort sert de toile de fonds a la deuxieme partie de l'ouvrage). On ne les plaint pas beaucoup.

On pourrait penser que realise si rapidement, le dessin serait bacle sur le dernier album, il n'en est pas le cas et pour ceux qui connaissent bien ou un peu Griffo ici, cette serie est tout a fait digne de lui avec une mention speciale pour les couvertures que j'ai toutes aimees. C'est d'excellente facture et les auteurs peuvent etre tres contents de leur travail, c'est si bien qu'ayant oublie qui etait le coupable, j'etais impatient d'en arriver au sixieme album qui me revelerait a nouveau son identite.

Note finale, 4.25/5. Je le recommande chaudement

372. herve - 23/08/15 16:56
Relu pendant les vacances:

- la série "Halloween Blues" => pas mal, bonne description des années 50, beaux dessins, un scénario qui tient la route (seul le tome 6 est faible voire assez irréaliste), et un fil rouge (l'enquête sur la mort de Dana) intéressant

- la série "Prophet" (Lauffray) => cela fait trois fois que je la relis et c'est toujours aussi prenant, malgré des erreurs chronologiques sur l'ensemble de la série.

371. marcel - 19/08/15 00:42
Moi, mes premieres BD vers 6, 7 ans, avec Pif gadget, c'etait Astérix et Lucky Luke, et j'adorais. Rapidement apres, y a eu Tintin mais j'aimais moins (trop sérieux).



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio