Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (18)

Les 1245 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25


295. pm - 03/02/17 15:19
Va demander aux gazés de la Shoah ou aux victimes d'Oradour, entre autres, si c'était psychologique !!!
Ce qu'il ne faut pas lire ...

294. pierrecédric - 03/02/17 15:13
Bah je sais pas, je la vois plus comme ça que la première.

293. pm - 03/02/17 15:10
Peut-être parce que la seconde guerre mondiale était plus une guerre psychologique.

Euhhh...

292. pm - 03/02/17 15:08
A part les bouquins sur la détention de son père je n'ai pas le souvenir d'album de Tardi traitant explicitement de la seconde guerre mondiale.
Il me semble que Tardi est plutôt dans l'optique que la première guerre mondiale est cause de la seconde, ce qui est loin d'être faux.

291. pierrecédric - 03/02/17 14:53
Peut-être parce que la seconde guerre mondiale était plus un guerre psychologique.

290. Quentin - 03/02/17 14:48
Quand Tardi dessine la première guerre mondiale, le sang gicle, les corps explosent, les soldats reviennent estropiés, etc. C'est horrible. Quand il dessine la 2e guerre mondiale, on ne voit pas de boucherie, quasi aucune violence à grande échelle, alors même que la 2e guerre mondiale a fait trois fois plus de morts que la première (pas en France, certe, mais quand même...) Si Tardi était si antimilitariste qu'il le prétend, il ne devrait pas appliquer deux poids, deux mesures en traitant des 2 guerres mondiales. J'aimerais bien qu'il s'explique un jour à ce sujet.

289. suzix@bdp - 03/02/17 14:27
... en lien avec ses 2 albums sur la période de détention de son père? Parce que sinon cela sonne bien creux comme remarque non?

288. pm - 03/02/17 12:52 - (en réponse à : Suzix)
Quentin veut dire que c'est bien gentil d'être antimilitariste mais que malheureusement parfaois la guerre est la seule solution.
Je ne suis pas sûr en revanche que Tardi soit antimilitariste au point de demander à tendre la joue aux nazis, je crois même le contraire, même si son propos est plutôt de démontrer les ravages de la guerre que de chercher les solutions pour l' éviter.

287. suzix@bdp - 03/02/17 12:14 - (en réponse à : quentin)
... rien compris au sens de ton post.

286. Quentin - 03/02/17 11:37
Tardi a beau jeu d'être antimilitariste en parlant de la guerre 14-18, qui était une boucherie. Il est beaucoup moins à l'aise pour parler de celle de 40-45, où il s'agissait de lutter contre l'Allemagne nazie.

285. suzix@bdp - 03/02/17 10:57
284. froggy - 03/02/17 01:09
Tardi, Le dernier assaut.

Tardi s'offre meme le luxe de nous parler de la prochaine guerre mondiale et de la decolonisation des colonies francaises qui suivra celle-ci lorsqu'il traite des Tirailleurs Senegalais qui durant cette guerre ci furent envoyes sans pitie en premiere ligne car c'est bien connu, la vie d'un noir a moins de valeur que celle d'un blanc. Et puis ce sont des sauvages, ces gens-la! Il est certain que pour tous ceux qui debarquerent en metropole pour la premiere fois et se retrouverent illico presto sur les champs de bataille du nord et de l'est de la France, ils eurent un bel avant-gout des bienfaits d ela civilsation occidentale. Il est certain que les survivants eurent de quoi raconter quand ils rentrerent dans leur village.


Les soldats d'Afrique ont payé un lourd tribu à "la mère-patrie". Sans doute n'auraient-ils jamais dû être là ... mais c'est le cas pour tous les sacrifiés de cette guerre. Cependant, je ne crois pas que les "tirailleurs" d'Afrique noire aient payé plus chers que les autres. Les chiffres sont les suivants:

- Pays / Mobilisés / Morts et disparus / Blessés

France / 7,9 millions / 1,4 million / 4,3 millions
soit 18% de morts & disparus.

dont :
Pays Mobilisés / Tués ou disparus
Algérie 175 000 / 35 000 = 20 %
Maroc 40 000 / 12 000 = 30%
Tunisie 80 000 / 21 000 = 26%
Afrique noire 180 000 / 25 000 = 14%
Madagascar 41 000 / 2 500 = 6%
Indochine 49 000 / 1 600 = 3%

donc en % l'Afrique noire n'a pas été plus sacrifiée que les autres. Par contre l'Afrique du nord a vraiment morflé.

Les colonies représentent 100.000 des morts & disparus sur les 1.400.000 soit 7%. C'est toujours trop et inutile mais une fois cela dit, il ne faut pas plaquer notre vision du XXIe siècle sur cette guerre. Cette guerre a surtout était faite par des français des campagnes françaises et des villes françaises dont plus de la moitié ont été blessés !


Les cibles de Tardi sont bien sur les militaires haut-grades bien planques a l'arriere et envoyant a la mort des milliers de pauvres types qui n'en demandaient pas tant, mais aussi les industriels qui se sont enrichis durant le conflit, et pour le dessinateur, il n'y aucune difference entre les industriels allemands, francais, anglais et americains, ce sont tous des salauds qui se sont enrichis et qui ont autant leur part de responsabilite que les militaires et les politiques. Et Tardi ne se genent pas pour mettre dans le meme sac, tout ce petit monde quelque soit leur nationalite. Il aurait pu chosir un soldat allemand comme heros, la BD aurait ete la meme avec quelques variantes bien sur.

Ben pas certain, j'ai qd même constaté une fort ressentiment envers les soldats allemands même "de base".

284. froggy - 03/02/17 01:09
Tardi, Le dernier assaut

J'ai fait comme beaucoup d'entre nous cette semaine, j'ai lu le dernier Tardi et je suppose que c'est une coincidence.

Je crois que c'est sur le forum d'en face concurrent mais neanmoins ami que j'ai lu cela, il a ete ecrit que c'est la derniere bande dessinee que l'auteur consacrera sur le sujet de la 1e Guerre Mondiale. Et cela se ressent a la lecture de son dernier opus. Il faut dire qu'il a abondamment traite la question quasiment des son premier album, La veritable histoire du soldat inconnu. Non seulement, c'est le sujet des oeuvres que sont C'etait la guerre des tranchees, Varlot soldat, Putain de Guerrre! 1 et 2, mais il en parle aussi pour les albums dont l'action se situe apres la guerre, on y trouve entre autres le der des ders mais aussi les Adele Blanc-Sec apres Momies en folie, le quatrieme titre la serie. Certains ici meme ont ecrit qu'ils regrettaient la decision de Tardi. Je le concois bien sur mais il est evident qu'apres cet album, l'auteur semble avoir fait le tour du sujet.

Avec un grand-pere ayant combattu durant la 1e Guerre Mondiale et un pere qui fut prisonnier des nazis durant la 2e, comme tous les les lecteurs fideles de l'auteur le savent maintenant (j'en suis, et vous, en etes-vous aussi?), il n'est pas besoin d'avoir fait des etudes approfondies de psychologie pour comprendre pourquoi Tardi est pacifiste et antimilitariste. J'imagine que derriere sa planche a dessin, on y trouve sur un papier la celebre strophe de Barbara, le poeme de Jacques Prevert; "Quelle connerie la guerre!". Ce en quoi, je suis entierement d'accord. C'est entre autres pour cela que j'aime tellement les BDs de Tardi. Il fait peu de cas de l'etre humain et tel Hermann, il est profondement desabuse a son egard meme si il'exprime tres differemment que son collegue des Ardennes Belges.

Dans cet album, Tardi nous raconte les deambulations d'un brancardier prenomme Augustin allant de tranchees en tranchees, tantot francaises, tantot anglaises, parfois combattant l'ennemi, parfois fuyant celui-ci, parfois en premiere ligne, parfois en arriere de celles-ci. La BD ne se veut pas realiste dans la forme, les peregrinations de ce pauvre gusse pris dans une tourmente dont il ne sait pas si s'en sortira vivant tels ses nombreux collegues soldats ne sont qu'un pretexte pour Tardi de nous offrir un cours d'histoire qui s'avere beaucoup plus captivant qu'un autre qui serait dispense au College de France. Tardi s'offre meme le luxe de nous parler de la prochaine guerre mondiale et de la decolonisation des colonies francaises qui suivra celle-ci lorsqu'il traite des Tirailleurs Senegalais qui durant cette guerre ci furent envoyes sans pitie en premiere ligne car c'est bien connu, la vie d'un noir a moins de valeur que celle d'un blanc. Et puis ce sont des sauvages, ces gens-la! Il est certain que pour tous ceux qui debarquerent en metropole pour la premiere fois et se retrouverent illico presto sur les champs de bataille du nord et de l'est de la France, ils eurent un bel avant-gout des bienfaits d ela civilsation occidentale. Il est certain que les survivants eurent de quoi raconter quand ils rentrerent dans leur village. La deuxieme allusion que Tardi fait a la guerre suivante lui permet de faire un derapage savamment controle lorsque notre brancardier est sur le point de tirer sur su soldat allemand qui lui tourne le dos, Augustin se refuse a commettre un acte aussi degueulasse, Tardi nous assene ce commentaire qui conclut la planche: " Le brancardier Augustin venait d'epargner l'estafette Adolf Hitler-caporal au 16eme regiment d'infanterie bavarois!" On a frole l'uchronie.

Les cibles de Tardi sont bien sur les militaires haut-grades bien planques a l'arriere et envoyant a la mort des milliers de pauvres types qui n'en demandaient pas tant, mais aussi les industriels qui se sont enrichis durant le conflit, et pour le dessinateur, il n'y aucune difference entre les industriels allemands, francais, anglais et americains, ce sont tous des salauds qui se sont enrichis et qui ont autant leur part de responsabilite que les militaires et les politiques. Et Tardi ne se genent pas pour mettre dans le meme sac, tout ce petit monde quelque soit leur nationalite. Il aurait pu chosir un soldat allemand comme heros, la BD aurait ete la meme avec quelques variantes bien sur.

Le dessin est evidemment du pur Tardi. Le decoupage est irregulier, parfois, 4 bandes par planches, parfois 3. Ce sont des longues cases comme si l'auteur avait dessine en CinemaScope afin de mieux rendre l'ampleur de cette tragedie, de tout dessiner et que le lecteur voit tout. Quand la planche est decoupee en 4 cases, celles-ci cont grandes egalement et ce dans le meme ordre d'idees. Tardi dessine les corps des champs de bataille, dechiquetes, mutiles, pourrissant dans la boue, gazes. Ce que tous ces hommes ont vecu, vu et entendu est absolument epouvantable. Si la Bd etait vendu en Odorama, il est certain que cela puerait tres fort. Tardi nous montre aussi les innombrables destructions qui accompagnerent cette gigantesque hecatombe. Rien n'a ete respecte durant cette guerre, meme pas les eglises, dont beaucoup furent completement detruites et dont on trouve dans les gravas des Christ troues de balles. Ces memes eglises qui etaient des lieux sacres meme durant la Guerre de 100 Ans. Le nouvel homme occidental du 20e Siecle etait revenu a l'etat sauvage et primitif.

Un CD insere dans la derniere page de garde accompagne le livre. Je ne l'ai pas encore ecoute, j'attends encore un peu afin de laisser cet ouvrage se decanter dans mon esprit.

Note finale;4.5/5. A lire et a mediter sur l'inanite de la guerre

283. froggy - 02/02/17 23:50 - (en réponse à : Marcel)

282. marcel - 02/02/17 16:37
Ca fait longtemps que j'ai pas fait de critique, alors je vais developper un peu celle-là.

Lucky Luke : Jolly Jumper ne repond plus, de Bouzard :
Mouahahahahah ! Mais mouahahahahah !

Note : 92,4/5.

Merci de votre attention.

281. herve - 01/02/17 19:56
Motorcity Berthet & Runberg

Avec ce one shot publié dans la collection "Ligne noire" de Dargaud(pour le moment,les titres son assez intéressants), Sylvain Runberg nous entraine dans un pays qu'il connait bien, la Suède.Il y situe aussi un de ses derniers albums "le chant des Runes", que j'ai bien apprécié.
Nous suivons ici un polar très classique: une enquête sur la disparition d'un homme, enquête menée par une jeune policière, affectée sur un poste de police de sa ville natale, qu'elle avait quitté depuis la mort de sa mère.
L'originalité de cette histoire réside dans le milieu dans lequel elle se déroule: le mouvement "reggare"-inconnu pour moi-, qui rassemble des amateurs des années 50, de grosses cylindrées américaines, et de rock.
Berthet, à son habitude, nous livre des planches nettes, claires et précises.On suit cette enquête avec plaisir, cependant avec le regret que le dénouement final soit un peu précipité. Aucun indice distillé dans l'album n'aurait pu nous mettre sur la piste de cette conclusion.
Bref, un album honnête, mais à qui il manque un quelque chose pour nous tenir en haleine jusqu'à la dernière page.

Un polar classique, somme toute mais qui, grâce au talent de Berthet, sort du lot.

note: 3,5/5

280. Quentin - 30/01/17 14:43
J'ai beaucoup aimé "parenthèse" d'Aude Picault, donc au vu de ton compte rendu, je met tout de suite idéal standard sur ma liste d'achats :o)

279. nem° - 29/01/17 21:38
M'intrigue cet Idéal standard...

278. torpedo31200 - 29/01/17 19:33
Undertaker 3 de Dorison et Meyer (Dargaud). Nettement supérieur aux deux premiers tomes, en espérant que ce second dyptique (alors qu' annoncé longtemps en one-shot par les auteurs) finisse mieux que le premier, fin 2017.

Idéal standard d' Aude Picault (Dargaud). Son chef-d' oeuvre. Tendre, vachard, poétique, chirurgical, diagnostique et redéfinit les relations amoureuses.

277. herve - 29/01/17 18:39
Buck Danny : les oiseaux noirs Charlier & Bergèse

Je suis un inconditionnel de la série "Buck Danny". D'ailleurs je possède tous les albums ("le cobra noir", excepté, à cause d'un dessin trop juste) et je me suis lancé avec plaisir dans la série "classic" .
C'est donc avec curiosité que je me suis lancé dans la lecture de cet album (j'avais lu les seize premières planches parue en intégrale )imaginé en partie par Charlier. Et bien, je n'ai nullement été déçu.
Cet opus répond parfaitement aux canons de la série avec un Sonny gaffeur à souhait, un scénario assez manichéen (les bons américain contre les bolchéviques) et son lot d'espionnes. Certes ce premier volume manque un peu de scènes aériennes (mais Bergèse , même s'il ne le dessinera , a annoncé des scènes de combats aériens dans le tome 2. D'ailleurs, ce qui fait la force de ce volume c'est de retrouver le dessin de Bergèse, un dessin impeccable et net. Je regrette qu'il n'ait pas continuer la série. Un des meilleurs dessinateurs de Buck Danny (avec Hubinon).
Un petit regret également. Comme l'ont fait remarquer certains, il était inutile de donner les traits de Laverdure, de Laurel et Hardy à certains personnages, certes secondaires, mais tout de même.

Un très bon album, sur fond de guerre froide.
En tout cas , je serai au rendez-vous pour le tome 2, qui sera piloté par Arroyo, Zumbiehl et Marniquet.

note:3/5

276. TILLIERTON - 29/01/17 09:57
Undertaker Vol 3
Très bon opus qui met en scène un médecin sympathique postérieurement à la guerre de sécession. C'est un précurseur de la chirurgie moderne de par ses recherches sur le terrain. La scie de Gigli n'est pas encore inventée mais ses découpes sont quand même remarquables et il a même expérimenté la greffe des membres . A consommer sans modération. On suivra avec intérêt l'avancée de ses recherches dans un prochain tome.

275. froggy - 29/01/17 01:55
Sambre 7, Fleur de pave

Ca y est! On approche de la conclusion de l'histoire de la famille des Sambre, victime d'une malediction genetique qui les rend fous ou qui leur donne les yeux rouges, parfois c'est les deux. Comme l'auteur a decide placer son intrigue au 19e siecle, mais un siecle place sous le signe du romantisme le plus exacerbe. Je t'aime ou je te hais, il n'y a pas de place pour des sentiments tiedes.

Dans cet album, Yslaire nous raconte d'une maniere parallele le destin de 3 personnages; le premier est Julie Saintange, qui n'est pas morte comme tout le monde le croit a Paris et qui se refugie dans une famille vivant dans la campagne anglaise pour y accoucher. C'est la partie la plus courte. La deuxieme plus longue est celle consacree a l'enfance de Bernard-Marie Sambre, le fils de Bernard Sambre et de Julie. Le pauvre garcon a les yeux rouges et il est eleve par sa tante, Sarah Sambre, soeur de son pere, qui elle est completement aveugle maintenant mais elle est aussi completement folle. Vous aurez immediatement compris que l'atmosphere generale de l'ouvrage n'est pas d'une franche gaite. Finalement, Yslaire raconte l'enfance de Judith, fille de Juile. C'est sur celle-ci que l'auteur s'attarde longuement nous racontant comment elle passe d'un orphelinat pour etre adoptee par une famille bourgeoise bien parisienne (pas du tout bobo, je vous assure) pour finalement atterrir dans la rue ou elle sera fille de joie telle sa mere et sa grand-mere selon le policier quand elle se fait encartee. On n'echappe pas a son destin.

On est bien loin de l'univers rose bonbon des amours tendres de Bidouille et Violette, la serie qui nous fit decouvrir l'auteur il y a 39 ans deja!. Sambre est aussi une histoire d'amour mais beaucoup plus tourmentee que son predecesseur meme si son troisieme episode, La reine des glaces nous avait donne un bel apercu de ce que Bernard Hislaire avait en lui. Il y a beaucoup de sexe dans Sambre et ce n'est pas toujours une fete. Ainsi, dans cet album, Judith, Fleur de pave donc, est victime des agissements de males en rut alors qu'elle n'a pas encore 13 ans. Le dessinateur a pris bien soin de reduire l'espace autour des protagonistes afin d'accentuer cette atmosphere etouffante qui les entoure, rues de Paris etroites et surencombrees, petits appartements surmeubles, et quand on est bord de la Seine qui pourrait offrir une legere perspective d'ouverture, le quai est egalement etroit et terriblement sale car peuple de misereux qui n'ont que cet endroit pour vivre. Peu d'espace, donc peu d'echappatoire. A cela, il rajoute la mode vestimentaire de l'epoque ou les hommes sont surhabilles et les femmes corsetes. Cela favorise les passions frustrees, inavouees voire inavouables.

J'ai beaucoup cet album malgre tout ce que j'ai pu ecrire de desesperant sur son ensemble. Hislaire sait raconter son histoire et la decouper egalement. Et quand bien meme les dialogues sont un peu theatraux, on est dans une fiction. Hislaire joue les cartes du melodrame et du romanstisme a fond. Il demande a son lecteur de jouer le jeu, ce que je fais volontiers. Nous sommes dans une tragedie et il est evident que tout cela finira mal pour Bernard-Marie et Judith, le premier etant encore innocent, surprotege par sa tante, la deuxieme ayant la revelation a un age beaucoup trop jeune que le monde peut etre une porcherie

Il faudrait que je relise l'album qui precede celui-ci pour savoir si le dessin d'Yslaire a beaucoup evolue mais je n'en ai pas l'impression au premier abord, il est egal a celui auquel il nous a habitue depuis les debuts de cette saga. Les deux prochains albumns sont annonces pouir la fin de cette annee et celle de l'annee prochaine.

Note finale, 3.5/5. La lecture reste plaisante meme si on est tres loin du choc provoque par le premier tome

274. suzix@bdp - 29/01/17 01:07
ah! Content de voir que mon 5/5 était aussi justifié que le "pas la moyenne" à 2,75 de Mr. D! (;o)

273. herve - 28/01/17 17:56 - (en réponse à : suzix #246)
Effectivement, l'adaptation en bd de "la délicatesse" est réussie.
Ayant lu le roman, et vu le film, j'ai retrouvé ce qui faisait le charme de ce best-seller.
Par contre, je ne pense pas que j'aurai acheté cette bd(je l'ai gagnée sur le site d'en face), trop fidèle au roman.
A conseiller à ceux qui ne connaissent pas encore l'ouvrage original

272. Lien Rag - 27/01/17 21:55
Je ne le verrais pas comme une lutte intérieure, on ne peut pas vraiment dire que le père a une riche intériorité...
Et on voit aussi la mère avoir comme rêve principal d'aller aux galeries lafayettes, cela ne fait pas de la série une analyse de l'aliénation par le consumérisme.

Froggy: je suis d'accord (c'est ce que j'écris plus haut) mais c'est une erreur facile à faire, le style de Sattouf étant quand même très particulier.
Et je pense (comme implicitement écrit plus haut) que son succès l'est en partie, la plupart des lecteurs verront l'incohérence de la société arabe mais passeront à côté de la folie de l'école française ou ne noterons que le ridicule de l'affection de Sattouf père pour sa mère, pas la beauté de ce reste d'humanité dans une société en décomposition.

271. Piet Lastar - 27/01/17 21:41
Jeremiah est une des meilleurs séries qui soit. Bien meilleur que Bernard Prince dont le rythme est plus haletant mais les ficelles parfois bien épaisses. Dans Jeremiah, les environnements et personnages sont différents à chaque fois avec des ambiances bien installées.

270. Quentin - 27/01/17 20:29
On voit quand même une lutte intérieure chez le père entre la tradition (faire le ramadan, circoncire ses fils, etc.) et la "modernité" (l'éducation, l'alcool, etc.) C'est présenté de manière explicite; ce n'est pas juste une interprétation dans la tête du lecteur.

269. froggy - 27/01/17 19:50
Qui ecrit que L'arabe du futur est raciste? Ceux qui affirment cela n'ont absolument rien compris a l'ouvrage.

268. Lien Rag - 27/01/17 19:48
Pour moi il n'y a absolument aucune réflexion sur l'Arabe du Futur, à part peut-être dans la tête du lecteur, et c'est bien pourquoi les accusations de racisme à l'égard de cette BD sont totalement injustifiées amha (dans sa réception par contre cela se discute)...

267. Quentin - 27/01/17 18:35 - (en réponse à : Lien Rag)
Oui, tu as raison. C'est d'ailleurs assez marrant de voir que les personnages Francais ne sont pas nécessairement plus "civilisés" que les Syriens, ou que la France n'est pas moins "mystérieuse" ou difficile à appréhender que la Syrie dans le regard d'un enfant. Je suis juste un peu décontenancé par ce mélange de souvenirs d'enfance (un peu dans le style l'enfance d'Alan) et les réflections sur l'Arabe du futur, censé être le sujet de la série. C'est clair que le second aspect est construit sur le premier, mais le second aspect m'intéresse quand même plus que le premier, et ca me gêne un peu quand le premier aspect se détache du second.

266. suzix@bdp - 27/01/17 18:05
Oui voilà, relis les tomes 3 à 12 de Jeremiah.
Et fais-toi aussi les tomes 1 & 2 qd même qui ne sont pas mauvais non plus.
Tu peux aussi lire le tome 15 (Alex).

265. marcel - 27/01/17 18:00
En gros, relis si t'as l'occasion du tome 3 au 12. Tout y est bon. Et pis Hermann y est graphiquement au top.

264. froggy - 27/01/17 17:49
251. marcel - 26/01/17 20:10
C'est quand meme etonnant ce que tu ecris : Le passeur est un spin-off (officieux) de Jeremiah, dans le meme univers, et avec un scenario quand meme moins bien que les premiers tomes de la serie...


Quand le premier Jeremiah est sorti, j'avais ete tres decu et comme je l'ai deja ecrit ici meme, j'ai du lire les 5 ou 6 premiers tomes que mon ami Gilles me pretait et je n'ai jamais accroche. Il faut dire que je regrettais enormement qu'il ait arrete Bernard Prince, serie que j'adorais (et que j'adore toujours). Je trouvais ses scenarios moins bons que ce que Greg lui faisait. Il y a peut-etre de cela dans mon opinion sur Jeremiah. Si je les relisais aujourd'hui, il est possible que je change d'avis mais cela est peu probable car je ne vais pas acheter une serie dont tout le monde ecrit que les derniers titres ne sont pas terribles.

263. froggy - 27/01/17 17:42 - (en réponse à : suzix)
Pour te mettre l'eau ala bouche, une des meilleurs bandes annonces de tous les temps. Tout y est dit, ou presque!


262. froggy - 27/01/17 17:37 - (en réponse à : suzix)
Tu devrais effectivement voir Psychose, en plus tu vas aimer la musique car elle est d'Hermann.

261. lobabu - 27/01/17 17:28
La 1ère fois que j'ai regardé "Psychose", je n'en n'ai pas dormi de la nuit. J'étais un grand garçon pourtant... C'est le film qui m'a le plus impressionné.

260. Lien Rag - 27/01/17 16:05 - (en réponse à : Quentin)
Je ne sais pas, j'ai l'impression que c'est la force de Sattouf justement, de ne quasiment pas prendre position (je dis "quasiment pas" parce que j'ai du mal à croire qu'il se souvienne de tout aussi précisément, et donc la partie reconstruite de son autobiographie est forcément choisie); il faudra d'ailleurs que je relise No Sex in New York, j'avais trouvé sans intérêt mais pas compris la démarche de l'auteur à l'époque.

Note que ce n'est pas une histoire du moyen-orient, c'est l'histoire d'un petit garçon et secondairement de son environnement, donc chacun va être sensible à un détail différent, là encore c'est la force de la série.

259. suzix@bdp - 27/01/17 12:06
WD n'est pas effrayant. (;o)

258. marcel - 27/01/17 11:45
Je dirais pas que c'est un film d'epouvante. C'est un thriller. C'est quand meme beaucoup moins effrayant que WD.

257. suzix@bdp - 27/01/17 11:14
En fait je n'aime pas tellement les films d'épouvante purs et durs. Commencer un film en se disant qu'on le regarde pour se faire flipper, c'est pas ma came. Mais si je le trouve à pas cher, je prends.

256. marcel - 27/01/17 10:59
Et surtout file voir Psychose. Et surtout sans rien en lire avant, parce que c'est un tel classique que tu risques de te faire spoiler.

255. suzix@bdp - 27/01/17 10:07
ok merci. Je vais réouvrir le Hermann pour comparer.

254. froggy - 27/01/17 08:10 - (en réponse à : suzix)
Cette maison ci:
Image result

Le tableau s'appelle House by the Railroad

Voici la maison de Psychose:
Image result for psycho house

253. Quentin - 26/01/17 22:59
Le dernier assaut, de Tardi. Enième opus sur la guerre des tranchée. Toujours la même verve, et Tardi arrive encore à nous apprendre de nouveaux trucs sur cette guerre complexe. Mais la lassitude gagne, à la fois l'auteur (scénario prétexte pour servir un long monologue monotone) et le lecteur, avec une forte impression de déjà vu. Reste à espérer que ce dernier assaut soit bien le der des der.

252. suzix@bdp - 26/01/17 21:21
250. froggy - 26/01/17 19:55
Hermann et Yves H., Le passeur
[...]
C'est toujours avec un peu d'apprehension que j'ouvre son nouvel album a cause de son scenariste, son fils, comme nous le savons qui nous a souvent gratifie du pire avec des histoires confuses et absconses avant de s'ameliorer considerablement dans les derniers opus que son pere a dessines. Retombera-t-il dans le travers qui plomberent ses premieres oeuvres? La reponse est non et manifestement, le rejeton a definitivement porgresse et il semble que maintenant il soit sur la pente ascendante.

[...] Seule la maison que l'on voit a la fin a l'air plaisante a vivre, mais il ne faut pas s'y fier, car bien que ce soit une maison peinte par Edward Hopper, c'est aussi celle de Norman Bates, le heros de Psychose, le film d'Hitchcock.


Concernant Yves H. je suis en total désaccord avec vous tous. Il n'est jamais meilleur que quand il se lâche comme dans son sublime "Liens de Sang". Il est capable de faire des scénar' qui sortent de l'ordinaires. Des trucs improbables et vous le ramenez à faire du Greg! Mais pitié !!!

Concernant cette maison, tu crois vraiment que Hermann s'est inspiré de la maison de Psychose ou bien c'est toi qui a extrapolé? (je ne connais pas ce film).

251. marcel - 26/01/17 20:10
C'est quand meme etonnant ce que tu ecris : Le passeur est un spin-off (officieux) de Jeremiah, dans le meme univers, et avec un scenario quand meme moins bien que les premiers tomes de la serie...

250. froggy - 26/01/17 19:55
Hermann et Yves H., Le passeur

Je l'ai beaucoup ecrit ici, j'aime beaucoup ce dessinateur dont j'ai quasiment tout sauf meme si c'est un grand pan de sa carriere sa serie Jeremiah que je n'aime pas et les 2 albums de Jugurtha que je n'aime pas non plus.

C'est toujours avec un peu d'apprehension que j'ouvre son nouvel album a cause de son scenariste, son fils, comme nous le savons qui nous a souvent gratifie du pire avec des histoires confuses et absconses avant de s'ameliorer considerablement dans les derniers opus que son pere a dessines. Retombera-t-il dans le travers qui plomberent ses premieres oeuvres? La reponse est non et manifestement, le rejeton a definitivement porgresse et il semble que maintenant il soit sur la pente ascendante. Le plus dur reste a faire cependant pour lui, convaincre d'autres auteurs que son paternel de dessiner ses histoires. A part Dany et Sera qui dessinerent les 2 autres tomes de la trilogie Sur les traces de Dracula, il n'y personne d'autres. Il faut croire qu'il n'y en a pas beaucoup qui se bouscule a son portillon.

Pour en revenir a cet album, l'histoire est evidemment tres sombre, nous sommes dans un univers post-apocalytique ou le desespoir est non seulement assis sur un banc, il est partout. Il existe une lueur d'espoir cependant pour aller vers un monde meilleur. Malheureusement, il faut beaucoup d'argent pour y aller et nos deux protagonistes n'en ont pas suffisamment, cela sera la cause de leurs problemes. Il ne faut pas se fier aux apparences et ce monde meilleur n'est peut-etre pas celui que les voyageurs venus dans cette petite ville aux confins de nulle part attendait. Vous en saurez plus en lisant cette histoire.

Debarasse donc des tics de ses premiers albums, le sceanriste nous offre donc une histoire toute simple, d'une linearite exemplaire mais profondement sombre et desesperee. Bref, si vous avez le cafard, un coup de blues, le bourdon, si votre patron vous engueule en permanence et que votre belle-mere s'est installee chez vous prendre ses quartiers d'hiver, cette BD n'est pas pour vous. Ou alors pas tout de suite, attendez des jours meilleurs. C'est quand meme assez deprimant mais comme c'est le scenario est bien structure et va crescendo avec un suspense final, j'ai passe un tres bon moment a lire cette histoire et je ne me suis pas du tout ennuye durant ma lecture, car les personnages bien que legerement stereotypes sont bien decrits et ont de la consistance dans une situation forte. Ils ne font pas toujours ce que je croyais qu'ils allaient faire.

On ne presente plus le dessin d'Hermann, il reste egal a lui-meme. Ses hommes sont durs et ses femmes moches. C'est a dire que certaines ont un joli corps mais il rate leur visage. Dasn le meme ordre d'idee, j'ai quand meme eu l'impression que l'heroine ressemble beaucoup a Comanche, mais une Comanche vieillie et avec des levres plus epaisses. Les couleurs choisies par l'auteur restituent parfaitement le ton general de l'album, il fait gris tout le temps, avec des teintes jaunatres, pour ne pas ecrire blafardes. L'architecture generale reflete egalement cette atmosphere de fin du monde, usines et voies de communication detruites, motel a moitie dilapide. Seule la maison que l'on voit a la fin a l'air plaisante a vivre, mais il ne faut pas s'y fier, car bien que ce soit une maison peinte par Edward Hopper, c'est aussi celle de Norman Bates, le heros de Psychose, le film d'Hitchcock.

Note finale, 3.75/5. Une tres bonne lecture

249. Victor Hugo - 26/01/17 13:57 - (en réponse à : à l'enculeur de mouche)
Rho, ta gueule.

248. Quentin - 26/01/17 12:02
J'ai lu l'arabe du futur, tome 3. Toujours aussi bien, même si Sattouf ne fait pas bien la différence entre les détails insignifiants et complètement superflus (genre le fait que telle personne avait un furoncle sur le bout du nez), et les détails qui donnent tout son sens à son oeuvre. En d'autre terme, il ne fait pas bien la différence entre les détails qui ne sont importants que pour lui et pour lui seul, et ceux qui sont importants aussi pour les lecteurs. Malgré ce petit défaut, je continue à trouver cette série excellente.

247. suzix@bdp - 25/01/17 15:48
Lu Orbital #7 de Pellé & Runberg chez Dupuis (janvier 2017)

Relu les tomes 4 à 6 pour me mettre dans l'ambiance. C'est une série qui tient la route. J'aimerais juste que les visages humains soient un peu plus chiadés parce que des fois, cela fait pitié. Bon sinon c'est ENFIN arrivé! ... Caleb et Mézoké se sont embrassés!!! ... même si les Sandjarr sont une sorte d'hermaphrodites, Mézoké est qd même sacrément ... bönne !! (;o)
Voilà voilà ... bonne lecture!
Note 5/5 ... pour le kiss! (;o)

246. suzix@bdp - 25/01/17 10:41
Lu La délicatesse de Bonin d'après le roman de Foenkinos paru chez Futuropolis (novembre 2016)

Très bel album. Généralement je n'aime pas lire des histoires d'amours ... faut dire que c'est toujours un peu mièvre quand on aime l'Apo, le post-Apo et le western ... mais souvent les Bonin parviennent à attirer mon attention. Déjà le dessin est plaisant, élégant, léger, translucide. Ici, on suit une jeune femme dans ses relations humaines. En fait, on suit aussi d'autres personnages exactement avec la même intimité. De ce point de vue c'est intéressant de se mettre à la place de chacun des personnages. De plus les textes sont excellents que ce soit sur la philosophie de la vie et des relations humaines ou pour des discussions saupoudrées d'un humour très subtil. Je ne sais pas si ces textes viennent du roman mais ils sont très très bons.
Une excellente Note : 5/5



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio