Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (19)

Les 1501 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


1251. suzix@bdp - 26/02/19 13:31
je crois qu'on est d'accord pour dire que même les grands auteurs ont une date limite de consommation.

1250. Quentin - 26/02/19 13:04 - (en réponse à : pm)
Au contraire, j'aime beaucoup tous ces vieux auteurs. Je les aime tellement que ca me fait vraiment de la peine quand ils commencent à faire de la merde.

1249. pm - 26/02/19 01:13
Cosey n’a en fait que quatre ans de moins que Tardi mais il fait beaucoup plus jeune. Cosey c’est déjà la génération rock n’roll tendance baba cool, alors que Tardi est plutôt chanson française engagée.

1248. pm - 26/02/19 01:09
Manara, oui, très bon exemple, son Caravage est très bien.
Quentin a vraiment un problème avec les anciens. Est ce qu’on dit gérontophobe ?

1247. pm - 26/02/19 01:07
Bourgeon je le pensais plus jeune. Rosinski vient d’arrêter et ça fait un moment qu’il n’est plus vraiment créatif. Hermann, que j’adore, est admissible même si je n’aime pas sa production actuelle.
Qu’on aime ou pas, Tardi ne me parait pas sur le déclin alors que tous ceux cités me semblent l’être, sauf peut être Bourgeon mais je n’ai pas lu le dernier.
Je me trompe peut-être mais Cosey me semble bien plus jeune.

1246. suzix@bdp - 25/02/19 22:10
Rosinski a eu la clairvoyance de permettre le création des « Mondes de Thorgal » qui selon moi sont maintenant une part essentielle de cette œuvre majeure de la BD que je place au niveau des plus grandes.

Tardi s’en sort plutôt bien. Bourgeon tourne en rond et Hermann continue de planter les mêmes légumes au même endroit dans son potager annuel. Lambil n’a plus de scénariste pour fignoler les idées de départ. Dommage car son trait est encore correct vu l’age du bonhomme !

1245. Quentin - 25/02/19 21:51
Le dernier Bourgeon était une grosse déception également

1244. Quentin - 25/02/19 21:50
Cosey, son dernier album était lamentable. Hermann, ca fait longtemps qu'il ne fait plus rien de bon. Pareil pour Rosinsky. Juillard est tributaire des scénarios qu'il recoit (rarement bons). Bilal divague, même s'il radote un peu moins que Tardi.Dans cette génération et dans le mainstream, je ne vois que Manara qui maintient un bon niveau. Il est temps que cette génération passe la main

1243. marcel - 25/02/19 21:00
Cosey.

1242. suzix@bdp - 25/02/19 20:11
Bourgeon, même âge que Tardi.
Y'en a plein mais tu vas me dire que c'est pas du même niveau!? Moi je trouve que Rosinski, Hermann, Bourgeon ça vaut largement Tardi.
Mais il y a encore plus vieux et encore productif! Lambil! (;o)

1241. suzix@bdp - 25/02/19 20:08
Hermann.

1240. suzix@bdp - 25/02/19 20:07
Rosinski jusqu'il y a peu.

1239. pm - 25/02/19 19:59
Je n’ai pas encore lu ce tome 3 mais Tardi est quand même l’un des derniers géants de la bande dessinée encore en activité et qui a quelque chose à dire.
Cette trilogie est peut-être son chant du cygne avec ce retour sur le père et sur l’enfance.
Bilal qui est de cette trempe est encore en activité mais il semble s’être vraiment perdu.
Magré certains albums très dispensables on ne peut plus dire que Mézières soit réellement en activité.
Vous en voyez d’autres ?

1238. suzix@bdp - 25/02/19 14:35
"a" sa place.

1237. suzix@bdp - 25/02/19 14:30
Je trouve que cette trilogie à sa place dans une BDthèque qui se respecte. Pour les BD elle-mêmes, pour l'artiste et pour ce que cela véhicule comme témoignage historique, intimiste et traumatique.

1236. Quentin - 25/02/19 14:25
En ce qui me concerne, c'était dans l'ensemble une déception, et j'ai revendu les 3 tomes. Sauf grosse surprise dans le futur, je n'attend plus rien de Tardi et j'en ai fini avec lui. Je tourne la page. Je vais devoir faire le tri dans ce que je garde et ce que je revend. Je suppose que tous les Nestor Burma passeront à la trappe, entre autres BD.

1235. feldoë - 25/02/19 08:47
Dans ce 3ème tome de Stalag 2B, c'est aussi la seconde moitié qui m'a le plus plu, et sans doute ma partie préférée des trois tomes.
On comprend en effet que l'enfance de Jacques n'a pas été bercée par la douceur de ses parents, entre son père complètement désabusé par les années perdues en captivité et la "qualité" du retour au pays, et sa mère ...
Malgré ce contexte, Tardi enfant se construit chez ses oncles et tantes, et on voit naître son intérêt pour le dessin et les illustrés. Cette fin d'album déborde de détails qui sont autant de souvenirs partagés avec ceux qui ont vécu cet après-guerre et les années 50.
Le deuxième tome est à mon avis plus difficile, car il traduit cette longue marche du retour, mais l'ensemble est pour moi une réussite.

1234. froggy - 25/02/19 00:07
Et voila maintenant que nous apprenons que tu es un heretique fan d'erotique.

Comment ferais-tu si Tardi faisait des BD coquines?

1233. herve - 24/02/19 23:51 - (en réponse à : froggy)
Je n'accroche pas au dessin de Tardi.
A vrai dire, quitte à passer pour un hérétique, je ne suis pas du tout fan de Tardi.

1232. froggy - 24/02/19 23:29
Tardi, Moi Rene Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB, Apres la guerre

Nous avons eu des couvertures mensongeres. Tres recemment, nous avons eu des pitchs mensongers. Et maintenant, voila t-y-pas que nous avons un titre mensonger car nulle part dans cet album, nous avons un prisonnier de guere et un stalag IIB. Il y a quand meme du Rene Tardi mais il n'est pas vraiment le heros de cette histoire, puisque cela a plus trait a l'enfance du petit Jacques qu'autres choses.

Dans cet album, l'auteur raconte la vie quotidienne de l'apres deuxieme guerre mondiale vu a travers le prisme d'un petit francais ne en 1946. C'est tout.

C'est un album hybride que Tardi a concu. Il raconte les consequences du conflit au temps de la paix revenue en Europe de l'ouest. L'ouvrage commence par un dialogue imaginaire entre le jeune Jacques adolescent et son pere qui raconte ses premieres annees apres celles de captivite, procede deja utilise pour les deux premiers albums. Il fait oeuvre d'historien ou il raconte les derniers evenements qui marquerent la fin de la guerre, le massacre d'Oradour sur Glane en Haute-Vienne, les batailles engagees par les troupes alliees en Belgique, les bombes atomiques lancees par les americains a Hiroshima et Nagasaki, etc.. Il raconte aussi les vies de ses oncles et tantes depuis la 1ere Guerre Mondiale. Il raconte plein de choses en definitive en melangeant la grande histoire et la petite, tres petite car celle-ci a trait a ses premieres annees. Tardi se fait ici historien et autobiographe a la fois. Cela donne un album fourre-tout ou il se revele et ou surtout il livre a ses lecteurs plusieurs cles de son oeuvre a venir, son antimilitarisme, l'amertume et le caractere desabuse qui impregne nombre de ces bandes dessinees. Il faut dire qu'entre autre information que nous apprenons, le petit Jacques s'est entendu dire regulierement par sa mere que c'etait de sa faute si elle n'avait pas pu avoir d'autres enfants du fait des conditions difficiles de son accouchement qui l'abima. Comme de plus, son pere n'avait pas un caractere facile. On a vu des enfances plus heureuses.

En fait, le plus interessant dans cet album est comment Tardi decrit l'atmosphere de la France de l'apres-guerre, ou comment les anciens prisonniers revenus dans leur pays natal furent les boucs-emissaires de la nation car responsables de la defaite. Il raconte aussi comment la France etait consideree par les allies, pas tres bien. Les americains nous consideraient comme de la merde et furent bien pris de nous assouvir completement. C'est Churchill qui les en empecha, de Gaulle n'avait pas suffisamment de poids politique en 1945, ce n'est pas pour rien qu'il ne participa a la Conference de Yalta, Roosevelt le prenait pour un empecheur de tourner en rond sur fond de banniere etoilee. La France etait a reconstruire et apres les epurations et les rasages des femmes, il fallait tourner la page et elle etait bien lourde a tourner car beaucoup de gens qui avaient profite de la guerre ou avait collabore reprirent des hautes fonctions, Maurice Papon entre autres. Mais ce fut la meme chose en Allemagne avec les anciens nazis et ceux qui echapperent aux poursuites, les petits sans qui le regime d'Hitler n'aurait jamais pu fonctionner et proceder a la Shoah. Tout cela est formidablement bien decrit dans la deuxieme partie du livre, la plus interessante ou l'auteur decrit la vie en Allemagne alors que son pere y avait ete affecte dans la zone occupee attribuee a la France avant que la RFA ne soit creee apres l'union avec les zones anglaises et americaines, en reponse de quoi, les sovietiques, creerent la RDA et le reste appartient a l'Histoire.

Le dessin est toujours aussi impeccable. Dois-je le decrire? J'aime beaucoup le decoupage avec ces 3 bandes par planches qui cree un format cinemascope, ce qui elargit l'espace de chaque case et evite ainsi un etouffement qui rendrait la lecture de cet album encore plus deprimante.

Note finale, 3/5. Heureusement qu'il y a cette deuxieme partie qui sauve l'ouvrage parce que la premiere le plombe. Mais comme c'est Tardi et qu'il a du talent, cela passe mieux.

1231. Quentin - 21/02/19 13:13 - (en réponse à : froggy)
J'ai bien aimé le dernier Sambre. Ca fait longtemps qu'il ne se passe plus rien, mais si on lit les albums pour l'ambiance, le romantisme, le symbolisme, la psychologie/psychanalyse, et les dialogues (+ les dessins bien sûr), ca passe toujours très bien. Si tu veux des albums avec plus de rebondissements, il vaut mieux te rabattre sur les séries dérivées de Sambre.

1230. suzix@bdp - 20/02/19 19:10
étant donné que tu ne peux tâter la croupe des albums en rayon, je pense que tu serais gagnant à te faire les previews des albums que tu te fais livrer. Preview des éditeurs ou de BDGest parfois. Je suis rarement déçu lorsque j'ai apprécié les 10 ou 15 pages d'un preview. Moins que cela c'est plus tangent forcément.

1229. froggy - 20/02/19 18:59
Je continue les series/auteurs que j'aime bien et dont j'ai envie de connaitre la suite. Et les editeurs sortent l'artillerie lourde lors des derniers mois de l'annee. J'achete aussi des albums sur vos conseils. Mais je ne regarde pas les previews sur le web, j'aime etre surpris quand je decouvre un album. Je sens que je vais devoir y proceder.

Le probleme est que de lire des albums pas tres bons ou carrement mauvais a la suite n'incite pas a lire davantage. Je ne vais pas quand meme pas faire comme Filipini et me refugier dans la vieille garde, les Franquin, Peyo, Herge, Goscinny et consorts. Ce serait trop triste.

1228. marcel - 20/02/19 18:26
Reprends Trondheim...

1227. suzix@bdp - 20/02/19 17:55
ce qui est difficile pur toi c'est d'imaginer ce que les nouveautés d'auteurs inconnus ou mal connues donnent réellement. Donc tu te rabats sur des "valeurs sures" ... en théorie sures.
Lorsque tu entedns parler d'un album, je suppose que tu vas voir les previews sur le net? Perso je fais bcp cela et dans la majorité des cas je ne suis pas déçu par ce que je vois en magasin et ensuite à la lecture.

1226. froggy - 20/02/19 17:44
Tout a fait, la livraision de decembre s'avere particulierement desastreuse jusqu'a present.

1225. suzix@bdp - 19/02/19 19:01
Froggy est fidèle à ses classiques ... je connais ça avec les Tuniques Bleues et Jeremiah. Mais c'est vrai que Froggy les cumule. (;o)

1224. marcel - 19/02/19 18:58
Dis donc, c'est moi ou tu ne fais que des mauvaises pioches, en ce moment ?...

1223. froggy - 19/02/19 18:56
Sambre 8, Celle que mes yeux ne voient plus

Ou bientot la fin du grand oeuvre d'Hislaire.

Bernard-Marie, le fils de Bernard et de Julie, a 14 ans et s'ennuie dans sa province ou il eduque par sa tante Sarah, soeur de son pere, aveugle et folle. Pour passer le temps, il etudie les insectes et acquiert un appareil photographique avec lequel il capture les fantomes des esprits qui hantent certains de ses sujets. Il reve d'aller a Paris, projet qui contrarie sa tante. Dans la capitale, la soeur de Bernard-Marie, Judith, dont il ignore l'existence mais dont il la pressent, est prostituee dans un maison close. Un des clients la poursuit de ses assiduites. Elle en profitera pour assouvir son reve, s'echapper de sa condition et devenir comedienne. L'album se conclut avec l'arrivee du jeune homme a Paris ou il voit l'affiche du prochain spectacle avec pour vedette, Judith.

On ne va pas ecrire que c'est mauvais car ce n'est pas vraiment le cas mais ce n'est pas tres bon non plus. La description des affres et tourments de l'adolescent est longue, longue. A trop vouloir faire dans le romantique tragique, Yslaire a commis l'album de trop car il ne se passe rien ou tellement peu de choses que je me suis tres ennuye en lisant cela. Les seules scenes d'action sont celles ou Judith sont car elle veut grimper socialement telle l'heroine du roman de Zola, Nana auquel il est impossible de ne pas penser car c'est manifestement l'inspiration du personnage. Pour le reste, ca cause, ca cause. Et on soupire d'ennui en lisant cela.

Le dessin est toujours aussi superbe et les planches bien belles a voir quand on tourne les pages. Vous connaissez tous le style d'Yslaire, on ne le presente plus.

Je ne sais evidemment pas ce que le sera le dernier album de la saga des Sambre sinon qu'evidemment, la fin sera tragique puisque Bernard-Marie mourra ainsi que l'arbre genealogique qui ponctue la fin de cette histoire nous le fait savoir. Judith le suivra peu de temps apres dans la tombe. J'espere simplement que les envolees romantiques et lyriques que l'auteur imaginera pour les deux seront plus enlevees que la litanie sur les etats d'ame du jeune garcon que le lecteur doit subir.

Note finale: 1,75/5. Le moins bon album dela serie

1222. suzix@bdp - 19/02/19 16:39
ah ok. Bon ben faut que je trouve ça! (;o)

1221. torpedo31200 - 19/02/19 15:45 - (en réponse à : suzix@bdp - post # 1216)
Le plus drôle et le plus scandaleux, amha.

1220. torpedo31200 - 19/02/19 15:43 - (en réponse à : suzix@bdp - post # 1213)
Pas d' accord.
Les melons de la colère me semble très au-dessus de Petit Paul.
En terme de trait (7 ans d' écart), de découpage, de narration (notamment les scènes de transition et les ellipses), et je le trouve bien plus subversif.

J' attends néanmoins avec impatience ton avis sur La décharge mentale, avec ses 3 stickers d' avertissement sur blister, si tu te le procures neuf.

1219. Bert74 - 19/02/19 14:45 - (en réponse à : marcel)
Eeeeet oui...

Mais c'est bien de voir qui y en qui suivent (alors qu'ils sont au boulot, nomdidju !!!)...

1218. marcel - 19/02/19 14:16
Ah merde, je vois pas ton image au boulot, tu dois probablement avoir mis la meme.

1217. marcel - 19/02/19 14:15
Pour Hokusai, c'est Le reve de la femme du pecheur...


1216. suzix@bdp - 19/02/19 12:24
Très juste.

Il faut que je trouve "La décharge mentale" que j'ai raté. Comme ça j'aurai toute la collec! (;o)

1215. Bert74 - 19/02/19 11:53
Pour revenir sur Vivès et ses BD de cul, Le Chemisier emprunte par exemple beaucoup plus à la culture érotique occidentale (la babysitter, la voiture,...).

1214. Bert74 - 19/02/19 11:50 - (en réponse à : suzix)
A mettre en parallèle avec son album "Une soeur" ... je suppose que Vivès a consulté pour cette obsession.

Je pense surtout que cela vient de sa culture manga et plus particulièrement hentai dont l'inceste est un sous-genre à part entière comme pas mal d'autres : uniforme, pédophilie, SM, harem, contrainte, animalier (des perso qui ont des caractéristiques animales, comme Goku et sa queue de singe), tentacules, etc.
Ce dernier thème, tentacules est particulièrement intéressant dans l'historiographie de l'art graphique japonais, puisqu'il aurait été inspiré par Hokusai lui-même.


1213. suzix@bdp - 19/02/19 10:35
Lu Les melons de la colère de Vivès chez Les Requins Marteaux (4e trim 2011).

Dans la collection "BD-Cul" pour ceux qui ne voient pas ce dont il s'agit. (;o)
C'est "Petit Paul" version grande soeur. Bon disons-le, direct, l'histoire n'est que prétexte même si Vivès essaie ainsi d'y mettre un peu de morale ... une seule scène de sexe fait l'objet de plus d'une case c'est celle que l'on peut voir un peu partout où Magalie masturbe son frère "Petit Paul" membré comme un âne. A mettre en parallèle avec son album "Une soeur" ... je suppose que Vivès a consulté pour cette obsession. (;o)
De la morale pour ce galop d'essai. Mais apparemment cela n'a pas satisfait Vivès puisque 7 ans plus tard "Petit Paul" est lui totalement transgressif sans chercher d'excuse ou de bons sentiments. "Petit Paul" est clairement plus réussi que "Les melons de la colère" où Vivès n'était pas allé complètement à fond dans son délire.
Note 3/5.
A lire pour les fans du trait de Vivès. Les autres peuvent passer leur chemin. Trouvable sur Ebay dans les 12€ + expé.

1212. froggy - 18/02/19 00:42
Les vieux fourneaux 5, Bons pour l'asile

Apres un debut en fanfare et un premier album absolument phenomenal, la nouvelle serie vedette de chez Dargaud adopte son rythme de croisiere.

L'action nous amene a Paris ou un des papys, Pierrot, s'est fait arreter par la police pour avoir fait une demonstration symbolique devant l'ambassade de Suisse. Il retrouve au commissariat une femme dont il avait eu la charge quand elle etait une gamine. Elle est devenue officier de police. Parallelement, les deux autres, Emile et Antoine arrivent dans la capitale avec l'arriere-petite fille du deuxieme. Ils doivent asssister le soir a un match international de rugby. Ils se separent, et Antoine et la petiote vont en fait passer la journee avec le grand-pere de l'enfant, c'est a dire, le fils d'Antoine. Les deux hommes ne s'entendent pas du tout et la rencontre forcee a ete provoquee par Sophie, la petite-fille et fille des deux hommes respectivement. Emile, lui se retrouve au siege d'un fonds d'investissement, societe qui n'est qu'une faceade pour en fait aider les emigrants sans papier qui arrivent en France, au nom des principes revoltionnaires de nos pays anarchistes. Il y a une quatrieme petite intrigue qui fait intervenir Sophie, la petite-fille d'Antoine qui elle aussi a quelque chose a faire. Pourquoi frequente-t-elle assidument ce restaurant?

Le scenariste, Lupano, a donc imagine 4 intrigues, 3 mettant en scene nos 3 papys et le moins que l'on puissse dire a ce sujet, est qu'il maitrise parfaitement sa narration a la difference de certains (suivez mon regard). Tout cela est tres fluide et le lecteur tourne les pages sans avoir avoir a retourner en arriere pour essayer de s'y retrouver car chacune de ces intrigues est tres simple, elles ne se chevauchent pas entre elles et les fils se croisent a la toute derniere planche pour une triste conclusion. Le probleme est que tout cela n'est pas tres palpitant. Lupano denonce quelques travers de la societe moderne, et pas des moindres, essentiellement avec l'histoire d'Emile. C'est bien mais il manque dans cet album ce que j'avais tant aime dans le premier et le precedent a celui-ci, ce petit grain de folie qui donne plus de douceur a l'amertume generale qui domine la serie. On est dans une comedie douce-amere, mais ici, c'est l'amertume qui domine car les histoires d'Antoine et de Sophie sont des histoires de rendez-vous manques, meme si elles se terminent bien. J'ai eu l'impression de lire un telefilm fait pour France 3 et non un film de cinema comme c'etai tle cas pour les autres albums de la serie. Ce qui sauve l'ensemble est la qualite des dialogues dont certains font vraiment rire.

Je trouve que le dessin de Cauuet s'ameliore de plus en plus, les personnages sont extraordinairement vivants, les decors sont bien rendus. Les cadrages des cases, leurs compositions avec celles des planches font de cet album un plaisir de lire. Le seul defaut que j'y trouve reside dans les posters, pancartes, cartes, tout ce qui est tapuscrit, le dessinateur a utilise l'ordinateur pour les reproduire tels quels dans ses planches et cela denote beaucoup. Au risque de passer pour un Filipini et sa sempiternelle rengaine, "C'etait mieux avant", je regrette les temps ou les Franquin, Herge, Tillieux, Roba, Will et tous les autres, dessinaient tout et recreaient le monde dans leurs planches. Voir cela dans un album de la serie Zombillenium ne me choque pas du tout car c'est realise entierement a l'ordinateur. ici, cela fait vraiment tache, comme c'est celle faite par un vin rouge renverse sur une belle nappe blanche. J'aime bien le dessin de la couverture mais le choix des couleurs est tres discutable. Et c'est un euphemisme.

Note finale, 2,5/5. La moyenne pour un album moyen. Ce n'est plus la jubilation du premier, mais ce n'est pas la consternation du deuxieme non plus.

1211. froggy - 16/02/19 00:33
XIII No 13, L'enquete-Deuxieme partie

Tous les fans de la serie, et ils sont nombreux, connaissent bien sur le principe de L'enquete, l'album qui conclue la premiere partie des aventures de l'amnesique le plus celebre de la BD FB. N'ayons pas peur des mots, cette premiere partie est vraiment formidable, tellement formidable que la deuxieme en patira car evidemment, il etait difficile de rester au meme niveau de suspense et d'enjeu. Le principe de l'album est donc la constitution de fiches plus ou moins detaillees des personnages qui ont intervenu d'une maniere ou d'une autre et plus ou moins activement dans la saga dessinee par Vance et celui dessine par Giraud. Ces fiches regroupees par dossiers thematiques sont entrecoupees de tres courts recits qui ne font pas plus de 4 planches expliquant en bande dessinee, quelques evenements cles de la saga.

The XIII Mystery-L'enquete s'arretait au Jugement et est un petit pave de 110 pages. Ce deuxieme tome couvre donc le reste des albums scenarises par Van Hamme, c'est a dire de Secret defense au Dernier round. Ce qui ne represente que 6 albums, ce deuxieme tome ne faisant que 32 pages.

Certains ont du penser que ce n'etait pas assez et en auraient bien voulu plus, de mon cote, j'eprouve un sentiment inverse, c'est a dire que ce sont 32 pages de trop qui n'apportent strictement rien a la saga et qui meme plombent encore plus les derniers episodes ecrits par JVH qui sont tres faibles, reconnaissons le. En etant un plus severe, on les qualifierait meme de mediocre. Je presume que l'origine de cet album vient des commerciaux de chez Dargaud qui ont du prendre le scenariste dans le sens du poil pour qu'il reprenne une derniere fois l'ecriture de cette serie devenue culte. Il est sur que lorsqu'on imite le cri de l'euro le soir au fond des bois, certains ne peuvent que reagir. Si Jean Van Hamme venait me dire en face qu'il avait fait cet album car il avait qu'il avait encore a dire quelque chose sur XIII, je lui repondrais "Menteur!". Il n'y a rien d'interessant dans cet album, c'est du vent, de la poudre aux yeux, du fluff, c'est bling-bling. Il n'a tellement rien a ecrire qu'il reprend les fiches de personnage deja evoques dans le premier tome en ajoutant pour faire "plus veridique" avec une insistance aussi legere que la prose d'Achille Talon les coucheries qu'ont connu certains de ces personnages. C'est d'un pathetique, je vous jure. Durant ma lecture, j'ai leve les yeux au ciel plus d'une fois tellement j'etais consterne par le contenu de ces fiches, c'est d'une mediocrite effarante venant d'un homnme que j'estime etre un des meilleurs scenaristes du FB quoi qu'en pense certains ici.

Il y a deux ou trois ans, notre ami Laurent avait qualifie d'inutile un album qu'il venait de lire, Un amour exemplaire de Cestac et Pennac. Je lui avais reproche sa critique en lui ecrivant que ce n'est pas tres aimable de sa part. et que l'on pourrait ecrire la meme chose au sujet de son oeuvre. Il faut me rendre a l'evidence, Laurent avait raison quand il ecrivait cela si c'est ce qu'il pense. En effet, de mon cote, je pense que ce deuxieme tome est completement inutile. Il ne sert qu'a enrichir les auteurs, l'editeur et les libraires. Evidemment, il a fallu abattre plusieurs centaines d'arbre pour sa fabrication, quel gaspillage en ces temps de rechauffement climatique!

C'est a un certain Philippe Xavier qu'a ete confiee la lourde tache de succeder a Vance sur la serie avec un scenario de JVH (himself!). Il s'en sort plutot bien, a tout le moins avec des honneurs. Je ne le connaissais pas jusqu'a a cette lecture. Je ne sais donc pas quel est son style graphique personnel ou si il a decide d'etre a Vance que que Seron fut pour Franquin, j'espere pour lui que non. C'est lui justifie qui la note que je donne a cette chose.

Note finale. .25/5. Passez votre chemin, regardez droit devant vous et surtout ne vous retournez pas

1210. Bert74 - 13/02/19 18:20
Presse-agrume de Stark lui-même fortement inspiré de l'illustration de Jacobs pour la Guerre des Mondes... On tourne en rond, là.


1209. froggy - 13/02/19 16:41 - (en réponse à : Herve)
Tant mieux pour toi que tu aies aime cet album, il faut de tout pour faire un monde, n'est-ce pas?

Cette Vallee des immortels n'est qu'une longue, longue, tres longue, trop longue mise en place. Il y a trop d'elements disparates dans ce scenario, la fin du 3e conflit mondial, l'avenement de la Chine communiste avec ses deux corollaires; le tresor archeologique refugie a Taiwan et le chinois descendant du premier empereur qui veut devenir empereur a la place du president et qui prend Olrik comme homme de main, et pour finir, le Skylantern, la nouvelle invention de Mortimer qui a quand meme trouve le temps de travailler dessus alors qu'il etait aux prises avec le regime de Basam-Damdu (dors-t-il jamais cet homme la?), Skylantern dont la forme n'est jamais que le presse-agrume dessine par Philippe Starck mais renverse.

Alessi PSJS Juicy Salif Citrus Squeezer

Trop, c'est trop.

Quant a ta liste des meilleurs B&M post-Jacobs, mes 3 preferes sont Le testament de William S., L'affaire Francis Blake et Le sanctuaire du Gondwana car je trouve le rebondissement final excellent.

Par contre on se retrouve entierement sur L'onde Septimus. Tu vois, on arrive quand meme a etre d'accord. :))

1208. herve - 11/02/19 22:03 - (en réponse à : froggy)
En restant sur B&M, j'avais posté ma liste des meilleurs albums post-Jacobs, sur bdgest

1/ L'Étrange Rendez-Vous
2/ Le Bâton De Plutarque
3/ La Machination Voronov
4/ L'Affaire Francis Blake
5/ La Vallée Des Immortels 1
6/ Le Serment Des Cinq Lords
7/ Le Sanctuaire Du Gondwana
8/ La Malédiction Des Trente Deniers 1
9/ La Malédiction Des Trente Deniers 2
10/ Les Sarcophages Du Sixième Continent 1
11/ Les Sarcophages Du Sixième Continent 2
12/ Le Testament De William S
13/ L'Onde Septimus

prouvant que,"le Testament de William S", n'étant pas dans mon top five des albums post-Jacobs

1207. herve - 11/02/19 21:54 - (en réponse à : froggy post1194)
Je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur le dernier B&M
Autant "le testament de William S" m'a fait baillé d'ennui, autant "la vallée des immortels" m'a enthousiasmé, à tout niveau, dessin et scénario très riche.
Je suis un grand fan de B&M depuis l'âge de mes 12/13ans , date à laquelle mon père m'avait offert les B&M édition Dargaud.

J'avais d'ailleurs posté cet avis sur "la Vallée des immortels":
Après le très décevant « testament de William S », Yves Sente revient en force avec « la vallée des immortels », premier volume d’un diptyque qui se conclura fin 2019.
Tout d’abord, il faut souligner la qualité graphique de cet album, avec deux dessinateurs que je découvre avec cet album, Teun Bererik et Peter Van Dongen qui nous offrent des planches incroyables, très proches du style de Jacobs. Jamais depuis Antoine Aubin et Ted Benoit, je n’avais ressenti une telle émotion de retrouver la patte du maître du bois des pauvres. En outre, j’ai choisi de lire cette nouvelle aventure de Blake et Mortimer dans l’édition dite « bibliophile » qui présente des pleines planches (hors texte),de toute beauté. C’est d’ailleurs ce qui fait l’atout de cette édition numérotée et limitée à 7000 exemplaires, en plus d’une couverture alternative réussie (et de la présence d’un ex-libris)
D’ailleurs certaines planches, si l’on excepte celles directement inspirées par « le secret de l’Espadon » font écho à d’autres aventures de Blake et Mortimer. Je pense notamment à celles sur le British Museum qui me font furieusement penser aux planches sur le Musée du Caire, dans « le mystère de la grande pyramide ». Même le dialogue entre Mortimer et le professeur Bao Dong au restaurant du Savoy s’inspire de la conversation entre Mortimer et le professeur Amhed, au continental Savoy du Caire.
Yves Sente ne se contente pas de faire des clins d’œil aux canons de la série, mais il utilise aussi des personnages secondaires déjà présents chez Jacobs (je pense au « bon » docteur Sun Fo ) mais aussi dans ses propres albums, notamment « le bâton de Plutarque » (album le plus abouti au demeurant) avec le professeur Nathan Chase (que l’on entrevoit dans le préquel de l’Espadon) . Peut-être que les références un peu trop appuyées à Odilon Verjus et à William Gibbons (« le lotus bleu » Hergé) sont un peu gratuite, mais Yves Sente a fini par prendre l’habitude de distiller de tels clins d’œil dans ses albums.
Côté scénario, Yves Sente nous a concocté une histoire dense, riche en rebondissements qui nous tient en haleine tout au long de la lecture. Nous retrouvons un Olrik fourbe, retord et manipulateur à souhait.
J’ai hâte de découvrir la suite de cette histoire, de connaître le véritable but de la nouvelle invention du professeur Mortimer, le « skylantern », et du devenir de la fameuse « Aile rouge III ».
Ce nouvel opus de « Blake et Mortimer » est passionnant, et mérite une lecture soutenue, comme pour les albums signés Jacobs, signe d’une grande qualité.

1206. suzix@bdp - 11/02/19 11:21
Lu Kidz #1 de Joret & Ducoudray chez Glénat (janvier 2019)

Aussitôt acheté aussitôt lu. En général c'est très bon signe. Et ouaip, cela m'a bcp plu. C'est au rayon "enfants" mais c'est lisible par des adultes et ce serait plutôt "ado". C'est du "Seuls" mais un peu plus trash.
Dans un post-apo zombiesque, une bande d'ado fait la chasse aux zombies et ... se filme. L'ambiance fait très colonie de vacances à la "Club des cinq" ... mais sans Dago! (;o) L'arrivée de deux jeunes filles va permettre de faire parler les garçons et découvrir que tout n'est pas si rose ...
Note : 5/5 ... je ne serais pas surpris que cet album soit dans la sélection jeunesse d'Angoulême 2020.

1205. Bert74 - 11/02/19 11:01
Je pense que Sente évite soigneusement la règle d'or des scénaristes : "toujours se relire".

Il doit penser que cela enlèverait toute la fraîcheur de sa prose ô combien dadaiste...

1204. heijingling - 11/02/19 10:07
Exactement! Vous aimez le mainstream? Lisez Debeurme! Vous aimez le pas evident d'acces? Lisez Debeurme (mais pas les memes albums)!

1203. helmut perchu - 11/02/19 09:36
Epiphania #1 et #2 de Debeurne et c'est carrément prenant. Debeurne s'essaye au "mainstream" et c'est réussi. Je pensais que c'était en 2 tomes et j'étais hyper frustré à la fin du tome 3 de pas avoir la suite.

1202. froggy - 10/02/19 22:56
On a heureusement echappe a B&M a Bangkok, il nous aurait recommande les meilleurs gogo bars (avec anachronisme).
As-tu des addresses? :))

18 paragraphes et plus de 2000 mots

Tu serais pas de Marseille par hasard? Il y a 7 paragraphes et 1338 mots seulement. Oui, je sais c'est un peu long, mais quand c'est long, c'est bon non?




 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio