Que venez-vous de lire et qu'en avez-vous pensé? (19)

Les 754 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16


504. Quentin - 27/07/18 19:33 - (en réponse à : Achab)
C’est bien possible. Je n’ai pas lu. Je n’ai pas accroché aux dessins et le fait que je connaisse déjà l’histoire de la guerre du feu n’a pas été tres motivant non plus

503. Piet Lastar - 27/07/18 18:38 - (en réponse à : VAR)
Video Assistant Referee

502. Achab - 27/07/18 12:36 - (en réponse à : Quentin)
Point de vue préhistoire, pour le coup, je trouve que ce que fait Roudier est tout indiqué. C'est un passionné qui est très documenté et qui retranscrit jusqu'aux dernières hypothèses et découvertes dans des récits dont l'érudition n'est cependant pas le seul intérêt.
Et graphiquement, je trouve son encrage très élégant.
J'aime beaucoup Vo'houna, même s'il y a une part assez nette de fantastique dedans...

501. marcel - 27/07/18 10:37
C'est quoi ton probleme avec le Var ?...

500. Stefan - 27/07/18 10:11

499. Piet Lastar - 27/07/18 02:15
Stop avec le VAR !

498. Quentin - 26/07/18 16:45
On trouve partout Goumbi et Noune de Sales (un truc mievre comme c’est pas permis - je me suis laissé avoir il y a qq années avec sa bd sur un enfant romain achetée à Vaison La Romaine. Plus jamais). On trouve aussi Silex and the city (pas su tout mon truc), ainsi que Neanderthal ou la guerre du feu (bof bof). Et on trouve partout un truc immonde sur la découverte de Lascaux https://m.bedetheque.com/serie-6911-BD-Secret-des-bois-de-Lascaux.html

Par contre, aucun Rahan, Tounga, ni meme l’âge de raison de Bonhomme. Bizarre. Les commerciaux de ces maisons d’édition ne font pas bien leurs boulot. A moins que les commandes ne soient qu’histoires de copinage, ce qui expliquerait la pietre qualité de ce qu’on trouve

497. marcel - 26/07/18 16:19
Il y a aussi les BD destinees presque uniquement au milieu scolaire (ca s'appelle toujours des CIV ?...), genre les collections sur les rois, les reines, les peintres, etc... Il y a aussi beaucoup de BD régionales, avec des auteurs souvent médiocres.
Sauf cas rarissimes (et loin dans le temps), comme celui-ci :



(Je croyais que Bonifay avait dit qu'il arretait la BD parce qu'il n'en vivait pas).

496. Quentin - 26/07/18 15:57
En vacance en France, je redécouvre les BD a thème touristique. Comme le palais idéal du facteur cheval, de Bonifay, Schneyder et Grycan, ou les BD sur la préhistoire qu'on vend dans les grottes de Dordogne (beaucoup de trucs très moches, une série bof bof, et finalement mes enfants ont jeté leur dévolu sur Frnck, de Boquet et Cossu, dont ils ont bien aimé le 1er tome (j'ai donc dû commander les suivants).

Ca a l'air d'être un excellent filon pour vendre des BD finalement très moyennes (celle sur le facteur cheval est correcte, mais Bonifay n'a manifestement jamais lu le petit dépliant qui accompagne la visite, donc il y a au moins une grosse erreur dans la BD). Je n'imagine pas le palais idéal du facteur cheval se vendre ailleurs que sur place, par exemple, mais ils doivent bien en vendre quelques exemplaires chaque jour, vu l'affluence. Pareil pour les merdes sur la préhistoire qu'on trouve partout dans les boutiques des grottes. Des BD de qualités sur le sujet feraient un carton.

495. froggy - 26/07/18 15:45 - (en réponse à : Piet)
J'aime bien la serie et la derivee, il y a plein de choses que l'on peut y faire. Evidemment, elle est inegale. Mais n'est ce pas le principe de toutes les series?

A part une, a mon avis, il n'y a aucun Johan et Pirlouit de Peyo qui soit mauvais. Cette serie de 13 albums est exceptionnelle a tout point de vue.

494. pierrecédric - 26/07/18 12:23
Question scénario c'est vrai que ça prend un gros coup sur la tronche.

493. Piet Lastar - 26/07/18 11:51 - (en réponse à : froggy)
Tu es bien courageux de continuer à lire les Spirou. Est-ce un serment de jeunesse ou un devoir religieux ?

492. marcel - 26/07/18 02:02
Du duo, j'avais lu leur Aire libre, que j'ai deteste, a tous points de vue.

491. froggy - 25/07/18 22:39
Le Spirou de... 13, Fondation Z

C'est l'album de cette collection qui s'eloigne le plus dans le genre puisque tout l'univers auquel nous sommes habitues y est bouleverse jusqu'a la planche finale qui ramene les choses dans l'ordre.

En premier lieu, c'est une histoire de science-fiction qui se passe dans le futur et une galaxie lointaine, Spirou y est un agent de quelque chose (mais quoi?) enquetant sur une mysterieuse Fondation Z qui a Champignac et Zorglub a sa tete, Seccotine est devenue la soeur de Spirou, et Fantasio est un agent furtif, a la de Han Solo, qui lui aussi enquete sur la meme fondation. J'oubliais Spip qui est devenu cybernetique et a des yeux comme si il avait consomme trop de substances hallucigenes.

De quoi ca parle? Pour l'ecrire franchement, je ne sais pas trop car le recit n'est pas d'une clarte limpide, loin s'en faut. Comme je l'ecrivais au tout debut, Spirou est un agent qui travaillerait pour la police semble-t-il mais ce n'est pas dit en tant que tel. Le monde dans lequel il vit est une dictature tenue pas une administration pour laquelle travaillent les parents de Spirou. Il y a une rebellion a laquelle Seccotine sympathise. Et Fantasio cherche un sens a sa vie. Pourquoi pas? Leur enquete va les mener sur la planete Franqua ou ils retrouveront Zantafio et la verite. Tout cela s'agite dans tous les sens et on arrive a la conclusion qui remet tout cela sur des rails plus familiers pour les fideles lecteurs de la serie.

De Filipi, le scenariste, je ne connaissais que sa serie chez Dupuis interrompue pour manque de succes, Ethan Ringler, serie qui elle aussi pechait parfois par un manque de clarte mais pas autant qu'ici. En effet, il y a tellement de trous dans cette histoire qu'elle ressemble plus a un emmenthal qu'a un gruyere. Je ne sais pas si Filipi savait ce qu'il faisait, si c'est voulu ou si il a mal transcrit et ordonne ses idees. C'est peut-etre clair dans sa tete mais alors, cela ne l'est que dans la sienne. C'est bien dommage car il y a plein d'idees tres mal exploitees et pauvrement developpees. Peut-etre trop d'idees pour un seul album quand on y pense. En effet, il semble au vu du resultat qu'il y avait matiere a deux ou trois albums supplementaires. Mais comme la collection est deja en plein dans l'enorme Spirou de Bravo, il est possible qu'on lui ait dit que ce n'etait pas possible. Toujours est-il que si cette serie derivee a un directeur de collection, soit il est incompetent, soit il fait bien mal sans travail car je pense que cette histoire etait impubliable en l'etat. Pour un seul album, il aurait fallu la simplifier, expliquer quelques situations afin que le lecteur s'y retrouve et accepter tous ces postulats de depart qui sont aux antipodes de ce que la serie originale est.

Je ne connaissais pas du tout le travail de Lebeault, le dessinateur. Autant, l'ecrire tout de suite, il m'a epate. J'ai aime ses physiques des principaux protagonistes, ses decors sont luxueux, ses mises en pages impeccables. C'est du tres, tres bon travail. Il a mis du coeur a l'ouvrage et cela se voit. Il est dommage qu'il soit au service d'une histoire aussi sibylline. Je mache trop mes mots parfois mais il faut appeler un chat un chat.

Malgre tout cela, c'est un album tres interessant. Je ne peux pas ecrire que je l'ai enormement aime, cela vous venez de le lire, mais je ne l'ai pas deteste comme cela a pu m'arriver avec d'autres, vous connaissez tous mes degouts maintenant.

Note finale: 2,75/5. C'est le dessin qui evidemment sauve l'ensemble. Cependant, le scenario n'est pas mauvais grace aux partis pris de depart, il est trop confus, meme Yann est plus clair dans Le maitre des hosties noires. C'est tout de meme genant pour un S&F

490. froggy - 24/07/18 00:42
J'ai lu cela dans le dossier accompagnant l'integrale de Pauvre Lampil.

Sinon, le fait qu'un scenariste et un dessinateur ne se rencontrent quasiment n'est pas un cas rare qui nous laisse de marbre. Ainsi, apres le deces de William Vance, j'ai lu que lui et Jean Van Hamme ne se voyaient quasiment jamais et JVH ne se considerait pas comme un ami du dessinateur. Loin de la relation qui unissait Uderzo et Goscinny mainifestement.

489. suzix@bdp - 23/07/18 16:09
charmant ... deux vieux cons en somme.

488. casa - 23/07/18 15:57
Dans les interviews récentes, Lambil dit toujours qu'il a tres peu de contacts avec qu'il a tres peu de contacts avec Cauvin, qu'il reçoit le scenario par la poste, sans vraiment savoir de quoi ça va parler, etc

487. heijingling - 23/07/18 12:30
Selon BDoubliées, il y a pas mal de Pauvre Lampil dans Spirou de 1974 à environ 1980, le rythme diminue jusqu'à la disparition de la série en 1983, puis elle reprend en 1986 pour disparaitre en 1994 (hormis quelques ocurrences en 2003 et 2006).
Pour les disputes dans la série, ce sont des engueulades mises là pour faire gag, mais je n'ai pas souvenir d'une brouille durable y apparaissant.
Par contre, cette histoire selon laquelle Lambil et Cauvin ne se seraient plus parlé pendant longtemps est signalée dans un numéro de Spirou (lequel??), lors d'une interview de Lambil, mais ils ne donnent pas de date.

486. Piet Lastar - 23/07/18 11:24
Je pense que leur brouille est plus récente et postérieure à la série Pauvre Lampil.

485. suzix@bdp - 23/07/18 11:13
... pardon bientôt 45 ans depuis le tome 5 paru début 1974.

484. suzix@bdp - 23/07/18 11:12
Le premier tome de Pauvre Lampil est paru en 1977. Et la première planche est encore plus précoce dans Spirou (1974?) ... sachant que le premier TB de Lambil est paru en janvier 1974 (tome 5), est-ce que cela signifie que Lambil et Cauvin se sont engueulés tout de suite ? ... et malgré cela ils auraient continué pendant bientôt 25 ans pour 57 albums ??? J'y crois très moyen à une vraie brouille. Des chambrages ou des engueulades d'un "vieux" couple oui mais plus? ... difficile de continuer à collaborer avec une très mauvaise ambiance non?

483. heijingling - 23/07/18 04:29
De quand date cette brouille? Parce qu'au début des années 80, il n'y avait que raremment des histoires du Pauvre lampil dans Spirou, cela pourrait correspondre.

482. heijingling - 23/07/18 03:09
C'est ainsi que l'on reconnait les vrais professionnels:ils ne laissent pas leurs problèmes personnels interférer avec leur devoir envers leur public. Mieux, ils utilisent et transcendent ces problèmes.

481. Lien Rag - 23/07/18 00:25
J'avoue que j'ai effectivement du mal à comprendre comment une série comme Pauvre Lampil peut être réalisée sans une excellente entente et amitié entre scénariste et dessinateur...

Quand au caractère, celui de Lampil en effet est montré comme pas facile.

480. Piet Lastar - 22/07/18 19:04
Le découpage de Pauvre Lampil est très gaufrier, ce qui, aujourd'hui passe moins bien. Cependant, j'ai de l'affection pour cette série de ma jeunesse.

479. froggy - 22/07/18 17:00 - (en réponse à : Lien Rag)
C'est assez etonnant en effet. Cette dispute a dure assez longtemps, quelques annees, durant lesquelles ils ne communiquaient absolument pas entre eux. Cauvin lui envoyait les scenarios des Tuniques Bleues que Lambil se chargeait d'illustrer. Il est surprenant que la serie a continue malgre cela, on a tous vu des series interrompues a la suite de mesentente entre les auteurs. Par contre, je ne connais pas l'origine de cette brouille. Je crois que Lambil n'a pas un caractere facile.

Ce qui m'etonne d'autant plus est que Lambil ait accepte de dessiner les gags de Pauvre Lampil sur ce theme alors que cette serie n'etait pas son gagne-pain principal, bien au contraire. Je ne sais pas qui a lu l'integrale ici mais je la recommande chaudement, c'est du Cauvin du meilleur jus et certains gags sont fabuleux, celui de l'augmentation acceptee par Charles Dupuis, entre autres. Le dessin de Lambil y est tres bon aussi, mi-realiste, mi-comique.

J'ignorais les convictions independantistes de Berck.

478. Lien Rag - 22/07/18 13:46
C'est quoi la brouille Lambil-Cauvin?
J'avoue que je n'ai jamais cherché de parallèle avec la réalité dans Pauvre Lampil...

477. marcel - 22/07/18 01:06
Et que Berck etait vraiment pour l'independance de la Flandres...

476. froggy - 22/07/18 00:29
Je suis un peu d'accord avec Piet sur les private jokes dans l'Atelier Mastodonte. C'etait le meme ecueil qu'avaient rencontre les deux autres series de la meme veine de chez Dupuis, Pauvre Lampil et Le Gang Mazda. Ces deux series n'ayant pas ete des grands succes non plus.

Par exemple, je ne pensais pas que la brouille entre Cauvin et Lambil avaient ete bien reelle quand j'en lisais les gags dans leur serie.

475. Piet Lastar - 19/07/18 12:53 - (en réponse à : bert)
Tu sous-entends que ta femme n'est pas capable de comprendre une private joke ?

474. Bert74 - 19/07/18 11:41
Bof, pas tant que ça les private joke. Ça n'a pas posé de problème quand je les ai fait lire à ma femme, en tout cas.

473. marcel - 18/07/18 22:05
Peut-être.

472. Piet Lastar - 18/07/18 21:31
Trop de private joke

471. marcel - 18/07/18 20:31
Ah mais vus la qualite et les noms sur la couverture, je ne comprends pas non plus que ca n'ait pas marche !

470. bert74 - 18/07/18 19:51
Je n'avais pas conscience du faible succès album de L'atelier mastodonte
Ca avait l'air d'un truc qui marche bien pourtant (jamais eu trop de difficulté à la trouver)...

469. marcel - 18/07/18 16:52
Par exemple, je rappelle que les derniers Sibylline ou Vieux Nick ont été publies alors que la serie d'albums était arretee.

468. marcel - 18/07/18 16:48
Non, mais tu parles la d'une periode avant les annees 80, donc avant que l'album ne supplante la presse. Moi, je dis que c'est rarissime dans les 30 dernieres annees.

467. froggy - 18/07/18 16:11
J'ai ecrit queue au lieu de culotte? Funeste erreur que Laurent aura corrige. Merci.

Au sujet de L'Atelier Mastodonte, ce n'est pas la premiere fois que Dupuis lance une collection pour l'interrompre faute de succes alors qu'elle continue dans les pages du journal. De memoire, il ya eu Michel et Thierry, il y a de cela fort longtemps. Il faudrait que je reflechisse pour me rememorer d'autres exemples.

466. marcel - 18/07/18 14:52
Voui, on est d'accord, c'est pour ca que j'ai mis des guillemets, mais je trouvais rien de plus approprie sur le moment. "Moins remunerateur" ?...

465. Victor Hugo - 18/07/18 12:50
A perte non, une demie planche dans Spirou doit être payé 150 ou 200 euros (de base) voire plus pour Trondheim.

464. marcel - 18/07/18 11:06
Je fais un hors-sujet sur L'atelier mastodonte : bien que la serie soit officiellement arretee en albums, elle continue d'etre publiee hebdomadairement dans Spirou. C'est pas le seul contenu du magazine a ne pas etre destine aux albums mais, généralement, si l'option album a foire, ils arretent dans le magazine. Je pense qu'ils doivent continuer a recevoir des avis positifs des lecteurs. Et, comme c'est un collectif, je pense que ca ne doit pas trop gener les auteurs d'etre publies "a perte" (enfin, pour moins cher, quoi), d'autant que les albums ne devaient déjà pas leur rapporter grand-chose, puisqu'il fallait couper les benefices en 8 ou 10.

463. marcel - 18/07/18 10:38
Je ne connaissais rien de Pecqueur, le scenariste et de Buchet, le dessinateur, je ne connais que ses participations a L'Atelier Mastodonte, serie de gags d'excellente facture qui m'a laisse de tres bon souvenirs.
Alors, d'abord, de Pecqueur, s'il y a un seul truc a lire, c'est Thomas Noland, avec Franz, saga familiale en 5 tomes qui melange western, recit de gangsters et recit de guerre. Excellent. Le reste, tu peux passer.
Et pour Buchet, j'ai du verifier, il y a bien un Olivier Buchet qui est note sur wiki mais je ne vois pas du tout qui c'est, et il n'a aucun album dans bedetheque. La, il s'agit de Philippe Buchet, le dessinateur de Sillage (au debut bonne serie SF qui s'est bien vite enlisee). J'ai pas encore lu ce XIII mais, en le feuilletant, j'ai trouve qu'il était beaucoup moins bon qu'a l'accoutumee.

462. Victor Hugo - 18/07/18 02:07
Tu n'as pas dû bien lire les albums, car ce sont des nains bleus au bonnet blanc mais à la queue bleue. Si elle est blanche il faut ou consulter (muguet?) ou se laver (...) ou retirer sa capote après usage.

461. froggy - 18/07/18 00:17
Les mini-recits schtroumpfs 1 a 6; Les schtroumpfs noirs, Le voleur de schtroumpfs, L'oeuf et les schtroumpfs, Le faux schtroumpf, La faim des schtroumpfs, Le centieme schtroumpf

J'ai profite de cette edition que vient de faire Dupuis des 6 premieres aventures des nains bleus au bonnet et a la queue blanche pour enfin les connaitre dans leur version originale. Pour ceux qui ne le savent pas (mais y en-a-t-il ici meme?), les schtroumpfs sont apparus pour la premiere fois en 1958 dans l'aventure de Johan et Pirlouit, La flute a 6 schtroumpfs. Yvan Delporte et Maurice Rosy, alors tous les deux la tete du journal Spirou (ami, partout, toujours!), avaient eu la brillante idee de creer les mini-recits. Ceux-ci se constituaient d'une aventure de 42 planches publiees en une seule fois. C'etait un supplement detachable et il fallait le plier dans un certain sens afin de pouvoir le lire normalement. Avec les schtroumpfs, des heros comme le Flagada et Bobo y firent leur premieres armes. Certains lecteurs se sont ainsi crees ce qui s'appelait la mini-bibliotheque Spirou. Ces supplements ne se trouvaient pas toujours repris dans les recueils du journal quand je les collectionnais. Le format des schtroumpfs convenait tres bien a la taille de ces mini-recits et c'est ainsi que les nains bleus firent leurs premiers pas sur une route pavee d'or car la serie devint un succes phenomenal et planetaire, cela aux depens de la grande serie de Peyo dans laquelle ils naquirent, Johan et Pirlouit. Ce qui est bien dommage pour tous ceux qui comme moi adore cette serie, une des meilleures du FB assurement.

Ces 6 histoires contenues dans les albums que nous connaissons tous sont les memes mais ont ete redessinees et rearrangees afin qu'elles soient publiables dans un format plus grand. A part les deux premieres editees par Niffle il y a une quinzaine d'annees, edition interrompue quand il prit les renes du journal Spirou, je ne les connaissais pas dans leur dessin d'origine. Comme de plus, je ne les avais pas relues depuis fort longtemps, j'ai ete ravi. Il est evident que leur lecture s'est apparentee au trempage d'une madeleine dans une tasse de the.

Pour faire simple, c'est super bien avec des scenarios remarquablement bien ecrits ou tout coule de source et un dessin au diapason, je me suis regale a chaque instant en relisant pour la enieme fois ces 6 histoires. Une de mes preferees a toujours ete celle des Schtroumpfs noirs dont j'adore les dernieres planches avec la bataille ou tout semble perdu pour les schtroumpfs. J'aime aussi beaucoup l'introduction du Centieme schtroumpfqui presente individuellement quelques uns des habitants du village, presentation qui se termine par celle du schtroumpf coquet qui sera le heros de cette aventure. C'est vraiment tres bien fait. Et le gag final du au schtroumpf farceur me fait toujours autant rire. Il faut dire que Peyo n'avait pas son pareil pour rendre les expressions des visages, il sont tous tres parlants. Et puis maintenant que je suis devenu grand, je me suis rendu compte que le langage schtroumpf peut cacher de veritables insultes, cela rend la bande encore plus ludique car il est evident que les enfants comprennent tres bien cela et peuvent utiliser les mots de leur choix pour les remplacer.

Je ne vais pas m'eterniser trop longtemps sur ces histoires que vous connaissez tous, ecrivons que le reste est du meme tonneau. Quand je rapatrierai les premiers albums de la serie, les meilleurs entre nous soit dit, je m'amuserai au jeu des comparaisons entre les deux versions.

Note finale, 5/5. Evidemment! Une authentique lecture pour tout le monde, les petits comme pour les grands.

460. froggy - 17/07/18 01:10
XIII Mystery 12, Alan Smith

Ou il en a bien des miseres le pauvre garcon.

Ce nouvel album de la serie derivee du plus celebre amnesique de la BD FB a trait a celui qu'il n'avait pu jamais rencontre, et pour cause, il etait deja mort quand on decouvrit le tatoue de la clavicule sur cette plage de La Nouvelle-Angleterre en cette belle journee d'automne. Vous vous rappelez certainement qu'Alan Smith, le vrai, celui qui fait l'objet du present album, etait le fils de l'homme qui decouvrit XIII et qu'avec sa femme, il lui avait donne le nom de leur fils faute de mieux, histoire de faire perdurer le souvenir de leur garcon mort au Vietnam. Mort au Vietnam? Que nenni! C'est ce qu'on avait tente de nous faire croire depuis ce jour la, ce qui avait ete corrobore dans la courte histoire parue dans le recueil, The XIII Mystery-L'enquete. en fait, il n'est pas mort dans ce marais vietnamien, il a survecu miraculeusement par un de ces graces du ciel dont seul Charlier avait le secret jusque-la. Mais peut-etre cela aurait mieux valu pour lui car il va tellement tomber de malchances en malchances qu'on est droit de croire que son signe astrologique serait scoumoune ascendant manque de cul. C'est lui qui aurait du s'appeler XIII tellement la poisse lui colle a la peau.

Ainsi que je vous en ait fait part regulierement pour les albums de cette collection et pour celle de Spirou vu par..., j'aime bien le principe de cette serie qui me fait decouvrir des auteurs confirmes ou non mais toujours talentueux, principe qui associe un dessinateur et un scenariste n'ayant jamais travaille ensemble jusqu'alors, le temps d'un album ayant trait a un des personnages secondaires de la serie principale. Je ne connaissais rien de Pecqueur, le scenariste et de Buchet, le dessinateur, je ne connais que ses participations a L'Atelier Mastodonte, serie de gags d'excellente facture qui m'a laisse de tres bon souvenirs.

A part le debut, rien ne relie XIII a Alan Smith. Pecqueur a imagine une intrigue plutot tordue mais tres astucieuse qui permet de creer un lien entre les deux hommes, plutot tordue mais pleine de sens et qui apporte un eclairage supplementaire sur cetains passages important de la saga de l'amnesique. J'ai trouve cela bien trouve bien que les enchainements de circonstances qui font perpetuellement tomber le pauvre garcon de Charybde en Scylla peuvent inciter le lecteur a sourire. C'est le seul aspect du livre sur lequel on peut exprimer des reserves. Mais il faut remplir cette histoire en 54 planches et en faire une piece du puzzle qui s'agence bien avec le reste. On met donc la vraisemblance bien a l'ecart et on y va a fond les manettes. C'est ce qu'a fait le scenariste et il l'a bien fait, j'ai trouve son histoire bien troussee, je ne me suis pas ennuye une seule seconde en la lisant. Les scenes d'action sont bien menees et on en arrive a une conclusion qui fait penser que certains evenements de la serie mere n'etaient peut-etre pas tant le fruit du hasard que cela.

On peut dire que Buchet a bien travaille (je sens un jeu de mots la mais je ne le trouve pas. LOL). Son dessin est tout a fait digne de la serie et il ne detonne pas de l'ensemble excpete le Berthet bien sur, bon cadrage, bonne composition des cases et des planches. On est dans le thriller, on se veut donc etre efficace et lisible, loin de toute experimentation hasardeuse. L'unique point faible que j'ai trouve est celui de la scene de la poursuite en voitures, il y a manifestement un probleme d'echelle et de perspectives dans les voitures telles que dessinees. Mais c'est du pinaillage pour un album de tres bonne facture qui releve le niveau de la serie apres le tres decevant episode precedent, Jonathan Fly.

Note finale, 3,75/5. Cet album vous offrira un tres bon de moment de detente en cette periode estivale.

459. froggy - 13/07/18 16:23
Ne correspond pas

458. froggy - 13/07/18 16:08 - (en réponse à : Marcel)
Je te remercie. Effectivement, l'ordre de parution des histoires contenues dans l'album ne correspond a celui dans lequel elles ont parues dans Spirou.

457. marcel - 12/07/18 20:32
Je ne sais pas si les histoires contenues dans le recueil sont publiees dans un ordre chronologique

Tu peux le verifier ici :
http://bdoubliees.com/journalspirou/series3/imbattable.htm

456. froggy - 12/07/18 19:08
Imbattable 2, Super-heros de proximite

Je ne vous ferais pas l'injure de vous ecrire quel est le principe de cette serie de gags qui parait dans le journal Spirou (ami, partout, toujours!). C'est Marcel qui ici meme gentiment il y a deux ans nous en avait fait une avant-premiere.

J'avais ete immediatement seduit bien que je sentais que cela ne durerait pas longtemps, il est evident que ce concept n'est pas extensible a l'infini. Il en est de meme pour la lecture d'un album, la lecture au rythme hebdomadaire convient tres bien a Imbattable, mais au bout de 44 planches, on frole l'indigestion et la lassitude. Je n'ose imaginer le jour ou Dupuis voudra en faire une integrale.

Toutes ces reserves mises a part, j'ai passe un bon moment a lire ce deuxieme opus des aventures du seul et unique veritable super-heros de la BD mondiale. En effet, son pouvoir de passer d'une case a l'autre le rend invincible, enfonce Superman, Batman et consorts! Ni rien, ni personne ne peut le battre. Encore que.

En effet, la derniere histoire qui conclut cet album, Le grand neant en est de loin la meilleure. Je ne sais pas si les histoires contenues dans le recueil sont publiees dans un ordre chronologique ou si Pascal Jousselin, l'auteur, l'a concu afin de le terminer sur un climax. Quoi qu'il en soit, le resultat est la et on referme le livre sur une note tres haute alors que l'ensemble des gags est inegal. J'ai souvent ressenti la panne d'inspiration tels que l'histoire d'Imbattable en Amerique que j'ai trouvee faible. Celle de La mysterieuse madame est mal developpee et se conclut si faiblement qu'elle en devient incomprehensible malgre un tres bon postulat de depart. A l'oppose, Le dedoubleur de fiasco donne lieu a une creative mise en page qui m'a fait me demander comment elle etait parue dans Spirou.

Le dessin de Jousselin est digne du journal dans lequel la serie parait; rond, sympathique, plaisant immediatement, il n'est pas original mais il est personnel, Jousselin ne fait pas dans le sous quelqu'un, c'est evidemment un compliment.

Note finale; 3/5. L'effet de surprise du premier album est bien sur passe. Sur la qualite des gags et histoires, cet album est comme une montagne russe, il y a des hauts et des bas


455. marcel - 11/07/18 12:49
la Forever 8 qu'on découvre en fin de tome, n'est autre que celle qu'on voit dès les premiers tomes. Avec le traitement de longévité des protagonistes, ce qu'on prend au début pour des flashbacks n'en sont pas... En tout cas c'est ma théorie.
Oui, j'avais bien compris ca comme toi. C'est d'ailleurs pour ca que j'ai parle d'une ou plusieurs Forever en stock.
Pour le parallele avec Game of Thrones, c'est justement pour le "trial by combat" et l'empoisonnement du chef/roi. Deux scènes consécutives decalquees (je parle pas la d'une simple thematique generale), ca m'a gonfle.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio