Il manquait un sujet sur Bastien Vivès

Les 1003 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .



903. suzix@bdp - 26/03/24 18:44 - (en réponse à : heijingling)
Merci. Intéressant.
Ces lignes nous apprennent que Vivès est poursuivi par le parquet de Nanterre. C'est bien ça avance. On sait aussi que c'est suite à la plainte des mêmes plaignants qu'il y a qq années et qui avait été déboutés. Acharnement peut-être ? hum ...

C'est aussi intéressant de noter que, pour rappel aux petits procureurs staliniens wokes de FB, messieurs je sais tout, RIEN n'est simple. Déjà, il semblerait que cela ne puisse pas être jugé par ce parquet "en charge des mineurs"!
... hé dites Longshot et Odrade, ne me dites pas que cela ne vous fait pas flipper que Vivès, auteur de BD qui n'a fait que dessiner (quel que soit le dessin) soit poursuivi par le "parquet des mineurs" comme un pédophile !!??? ... un enfant dans une oeuvre a été maltraité! ... si cela n'ouvre pas la boite de Pandore, je ne sais pas ce qu'il vous faut. Vivès a créé ces personnages. Ils sont fictifs. Ils n'existent pas. Ils n'ont pas d'âge! Pas de droits car ce ne sont pas des êtres humains, ce sont des êtres de papier! Et pour savoir si Vivès avait le droit de les dessiner ainsi et de les mettre en scène comme il l'a fait, leur tribunal c'est la chambre pénale spécialisée dans les délits de presse. ... énorme, désolante et terrifiante confusion des genres.
Ils sont fous ces romains !

902. heijingling - 26/03/24 18:18 - (en réponse à : PS)
Actuabd ne reproduit qu'une partie du communiqué, je mets un passage intéressant:

"L’Observatoire de la liberté de création apprend par voie de presse que Bastien Vives est poursuivi par le parquet de Nanterre en charge des mineurs. Il demande à ce que cette affaire soit redistribuée à la section presse du parquet. Les personnages de Vives sont des personnages de fiction. Aucun enfant réel n’a été représenté dans ses œuvres poursuivies.
Bastien Vives a le droit que ses œuvres soient examinées en tant qu’œuvres et que les débats judiciaires portent sur l’existence d’une limite, ou non, de sa liberté de création, au sens de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, et non de comparaitre comme un délinquant sexuel, aucun élément factuel ne pouvant établir qu’il en soit soupçonnable."

901. heijingling - 26/03/24 18:14
Remarquez que cet Observatoire fait une demande de révision d'un article de loi de son propre chef, sous sa propre responsabilité, et ne cherche pas à se cacher, se justifier ou se défausser en lançant une pétition en ligne ou autre appel au peuple...

900. heijingling - 26/03/24 18:08 - (en réponse à : Yatta)
https://www.actuabd.com/+Affaire-Bastien-Vives-L-Observatoire-de-la-liberte-de-creation-OLC-demande-une+

"Apprenant par la presse que Bastien Vivès avait été entendu par une chambre criminelle pour ses dessins, l’Observatoire de la liberté de création (OLC) a publié un communiqué où il juge que « L’article 227-23 du code pénal, depuis une modification de 1998 perçue comme anodine par le législateur de l’époque, ne permet plus de discerner la fiction du réel. C’est pourquoi l’Observatoire de la liberté de création appelle à ce que les articles 227-23 et 227-24 soient révisés afin que cesse cette confusion dangereuse. »

L’Observatoire constate que « Les associations qui invoquent[ces lois] (Innocence en danger et Fondation pour l’Enfance) jouent de cette confusion, et il est anormal que le parquet les suive. »

« D’une part, argumente-t-il, l’auteur de bande dessinée Bastien Vivès et ses éditeurs, Glénat et les Requins marteaux, sont actuellement poursuivis pour des albums parus en 2011 et 2018, alors que des plaintes précédentes contre les mêmes œuvres, parfois déposées par les mêmes plaignants, ont été classées sans suite. Alors que la loi sur la presse enserre la possibilité de poursuivre dans des règles de prescription très strictes, pourrait-on poursuivre les livres à vie ? Les délits reprochés à ces bandes dessinées sont-ils graves à ce point qu’ils seraient imprescriptibles ?

D’autre part, à Paris comme à Nanterre, il existe des chambres pénales spécialisées dans les délits de presse, et par extension toutes les demandes visant à restreindre la liberté d’expression et de création.
Ce contentieux est particulier, ces juridictions spécialisées ayant développé des règles d’analyse des ouvrages poursuivis qui tiennent compte des exigences de la Convention Européenne des Droits de l’Homme (article 10) et de son application par la cour de Strasbourg, qui impose aux juridictions nationales des critères stricts pour que les restrictions à cette liberté fondamentale soient admissibles dans une société démocratique. »

La décision de plaider l’affaire est dans l’état dans les mains du procureur de la République."


Cet Observatoire de la Liberté de Création a été créé au sein de la Ligue des Droits de l'Homme (pour ceusses qui ne connaissent pas, c'est un bidule de boomers, considéré comme de droite par certains).

https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2015-1-page-3.htm


899. suzix@bdp - 26/03/24 17:54
897. longshot - 26/03/24 15:32 - (en réponse à : O.)
Mais il est persuadé qu'il n'a aucun droit ;)



Pas du tout.
Par contre certains pensent avoir tous les droits, y compris de faire des choses illégales ... Constater que des gens focalisés sur le respect du droit de l'individu passent outre le droit (tout court) qui est la base des droits humains et donc des individus.

898. suzix@bdp - 26/03/24 17:50
896. Odrade - 26/03/24 14:52
Certes mais il y a une différence de taille : ils s'expriment en pensant bien faire et en pensant donc avoir tous les droits.

Mais toi aussi tu penses bien faire :o)
O.


Non. Moi je le sais.

La seconde différence de taille est que je défends qq'un et des libertés. Je n'attaque personne, ne dénonce personne et je ne traite personne de pédophile. A la limite je traite qq'uns de wokes mais comme c'est un nom qu'ils se sont donnés à eux-mêmes ...

897. longshot - 26/03/24 15:32 - (en réponse à : O.)
Mais il est persuadé qu'il n'a aucun droit ;)

896. Odrade - 26/03/24 14:52
Certes mais il y a une différence de taille : ils s'expriment en pensant bien faire et en pensant donc avoir tous les droits.

Mais toi aussi tu penses bien faire :o)

O.

895. suzix@bdp - 25/03/24 21:30
Certes mais il y a une différence de taille : ils s'expriment en pensant bien faire et en pensant donc avoir tous les droits. Raison pour laquelle, il faudrait attaquer à chaque fois. Histoire de leur rappeler qu'on vit dans un état de droit. De plus ces comportements nous mènent vers le chaos social. On ne peut pas de faire justice soi-même. D'ailleurs ces gars seraient les premiers à venir chialer auprès des flics si on leur faisait la même chose. Pour exemple les guignols de LFI qui chient sur la police en permanence et demandent ensuite la ... protection policière. Si ça c'était pas le karma ... bref, moi je veux bien hein, le chaos. C'est pas pour rien que je suis fan d'apo, post-apo, sf et autres westerns, voire parfois des westerns apo sf. Mais je ne sais pas pourquoi tes potes wokes, je ne les sens pas dans les 10% survivants de l'apocalypse.

894. longshot - 25/03/24 21:20 - (en réponse à : suzix)
Tes potes wokes, peuvent également tenter en meute de faire taire des opinions qui les dérangent.

Ils s'expriment, suzix. C'est exactement le même processus, ils ont a priori le droit de s'exprimer, et tu as le droit de les attaquer en justice pour « régler ça au tribunal » si ça te chante.

893. suzix@bdp - 25/03/24 16:32
891. longshot - 25/03/24 16:17
sauf que là, je pense que Vivès a tort.


C'est autant Vivès que ses éditeurs à savoir "Les requins marteaux" pour "Les melons de la colère" et "La décharge mentale" et ... Glénat pour "Petit Paul" ... autant les requins marteaux, je me dis qu'ils n'ont pas une armée de juristes, autant Glénat, je les sens qd même mieux préparés.

892. suzix@bdp - 25/03/24 16:26
888. longshot - 25/03/24 15:48
Sinon, j'ai bien compris que tu défendais la liberté de création, mais moi aussi justement, seulement je défends aussi la liberté d'expression, y compris la liberté de critiquer les créateurs.


Liberté de création vs liberté d'expression !? Absolument pas! C'est exactement le même processus en fait. Tes potes wokes, peuvent également tenter en meute de faire taire des opinions qui les dérangent. Pour moi tout se règle au tribunal : une oeuvre ou une expression. Soit c'est légal et dans les 2 cas (oeuvre ou expression), tu fermes ta bouche si tu n'es pas d'accord. Soit c'est illégal, tu peux bueugler avec la troupe et porter plainte.
Et si t'es pas certain, tu portes plainte et tu vois sinon tu risques le retour de flamme.

PS : tu as écrit ça sous le poste "888" ... je dis ça je dis rien! Juste un signe peut-être ?

891. longshot - 25/03/24 16:17
Mais bien sûr qu'il pourrait porter plainte, c'est peut-être bien ce que je ferais à sa place, d'ailleurs — si j'étais sûr d'avoir raison, sauf que là, je pense que Vivès a tort. Mais sur le principe, oui, bien sûr. Et même sans attendre le jugement, d'ailleurs.

890. suzix@bdp - 25/03/24 16:15 - (en réponse à : Longshot)
Je t'assure que si aucune plainte n'est déposée ou que Vivès obtient gain de cause, comme cela semble déjà avoir été le cas précédemment, il pourrait porter plainte pour une liste à la Prévert : diffamation, préjudice moral, préjudice financier, perte de chance ... Et dès que ça touche à la thune, ça peut vite chiffrer ces conneries. Et il devrait le faire. Apparemment, il n'a pas pris cette direction. Les artistes ...

889. longshot - 25/03/24 15:50
(Assez d'accord avec Victor, pour le coup. Au moins sur le principe…)

888. longshot - 25/03/24 15:48
@ suzix : la liberté individuelle et donc le respect des lois ? Euh, le respect des lois par la police, sans doute, mais où as-tu vu une entorce à la loi ?

Sinon, j'ai bien compris que tu défendais la liberté de création, mais moi aussi justement, seulement je défends aussi la liberté d'expression, y compris la liberté de critiquer les créateurs.

Et puis comment veux-tu que la loi se prononce *avant* que Vivès soit critiqué ? C'est absurde, il faut qu'il y ait quelqu'un qui porte plainte, donc forcément des gens vont entendre parler de cette plainte, forcément il va y avoir une polémique, c'est juste impossible que quelqu'un de connu soit condamné sans qu'on sache avant la condamnation qu'il a été accusé. Tu veux quoi, une armée de juges qui lisent chaque livre avant sa sortie pour décider s'il est ou non « conforme à la loi » ? La censure, en fait, la vraie, c'est ça que tu veux ?

En plus Vivès a lui-même sous-entendu qu'il était pédophile, hein. Avec des sorties du genre, « Parfois je me sens attiré par des gamines de 10 ou 12 ». Alors peut-être que c'était de la provoc, c'est peut-être sorti de son contexte, mais ça a existé. Comment s'étonner que des gens prennent ça au premier degré ? Si Harris avait dit que parfois, il avait envie de bouffer des gens, et s'il y avait eu plusieurs affaires d'anthropophagie, avec des abus massifs couverts massivement par des institutions comme l'église catholique, comme ça a été le cas pour la pédophilie, peut-être que les gens se seraient posé plus de question.

Comparer pédophilie et anthropophagie, j'vous jure.

(Si Leblanc avait été accusé d'être cleptomane, remarque, ça lui aurait plutôt fait une bonne publicité : de Robin des bois à Arsène Lupin, les voleurs, c'est cool. Surtout ceux contre lesquels on n'a aucune preuve : ça veut dire qu'ils sont doués… Ça fait partie des transgressions valorisables. La pédophilie a pu en faire partie un temps, peut-être que ça passera aussi pour le vol, mais tant que c'est des histoires ge gentils qui volent les méchants, à mon avis ça risque de résister…)


@ Quentin : non mais personne ne t'oblige à en faire plus, ou moins, mais il y a des assos qui ont déposé plainte, et elles en ont aussi le droit — d'ailleurs apparemment la plainte a été acceptée. Et puis, regarde suzix, qui utilise l'absence de condamnation comme argument pour défendre Vivès : si personne ne dépose plainte, comment pourrait-il y avoir condamnation ?

887. Yvon colonnier - 25/03/24 15:37
va te faire enkuler, victor hugo de-mes-deux.
qu'est-ce que t'as d'intéressant à dire sur le sujet? en dehors de remettre une pièce dans le juke box, de quoi t'es capable?

886. Victor Hugo - 25/03/24 14:55 - (en réponse à : suzix)

885. suzix@bdp - 25/03/24 14:21
Tu peux t'interroger Roger. Mais pas faire la chasse à la sorcière Vivès, le faire passer à la question et allumer son bûcher.

884. Yvon colonnier - 25/03/24 14:04
Pffff.... Thomas Harris partage la fascination ordinaire pour les tueurs en série, à la différence que c'est un écrivain. Mais toi, avec ton raisonnement débile, puisque personne ne s'inquiète de sa santé mentale, tu voudrais que personne ne s'interroge devant, exemple, les toiles de Balthus, peintre au penchant pédophile évident.

883. suzix@bdp - 25/03/24 12:40
En fait toi, Longshot et d'autres ne comprenaient pas ce qui pose problème à ceux qui défendent Vivès.
En général on défend la liberté de création artistique. Si cette création enfreint la loi, alors il faut porter cela en justice. La justice ne se fait pas sur les réseaux sociaux.
Ensuite, le second pb soulevé est de confondre oeuvre et artiste. Attaquer les 3 BD de Vivès, à la limite, pourquoi pas. Mais sous-entendre que Vivès est pédophile c'est ignoble. Est-ce qu'on a accusé Maurice Leblanc de cleptomanie ou Thomas Harris d'être un sadique anthropophage ?
C'est ce mécanisme qui est critiqué : attaquer un artiste au lieu de son oeuvre et avant même qu'elle ait été (ou non) jugée non conforme à la loi.
Tous les petits procureurs de pacotille, stalinistes en puissance, se croient tout permis car ils pensent oeuvrer pour le bien commun en oubliant que la liberté individuelle et donc le respect des lois est le premier bien de chaque individu.

882. Yvon colonnier - 25/03/24 10:11
"Est-ce un roman pédophile pour autant ?"
poser la question ce n'est pas sous entendre qu'il le serait et inciterait à la débauche ?
Contrairement à Vivès, il y a des oeuvres utiles et responsables sur le sujet de la pédophilie et de l'inceste, qui ne manient pas l'image à la légère, comme Daddy's girl de Debbie Dreschler, parfait exemple en BD. Menu avait été convoqué au poste pour ce livre fort, mais l'analyse de ce récit autobio le rend inattaquable.

881. pm - 23/03/24 14:29
Il faut apprendre à lire, je défends également bec et ongle ce roman, et Springora étant intelligente elle le défend aussi. Je parle des petits procureurs actuels, qui souvent mélangent tout, pensée, acte, oeuvre...

880. Yvon colonnier - 23/03/24 10:15
PM écrit de la merde.
Tu n'as pas vu le docu sur Arte sur le roman Lolita, pour écrire de telles conneries sur ce chef-d'oeuvre, que défend dedans bec et ongles Vanessa Springora.

879. heijingling - 23/03/24 10:06
Ça résoudrait le problème de la surproduction...

878. Quentin - 23/03/24 09:14
S'il fallait faire un procès à tous les auteurs chaque fois qu'ils font de la merde...

877. Quentin - 23/03/24 09:10 - (en réponse à : Longshot)
Je trouve que les trois bouquins pornos de Vivès sont de la merde (je le pense tout à fait sincèrement). Je le fait savoir. Voilà, ca peut s'arrêter là.

876. pm - 23/03/24 06:47
Je peux comprendre la démarche policière mais elle est extrêmement simpliste, comme souvent avec les flics, et je pense qu'ils auraient bien été capable d'interroger Gotlib de la même façon.
Aurait-on idée d'interroger Nabokov sur ses pratiques masturbatoires ou ses relations sexuelles ? Lolita est bien un roman sur la pédophilie ( beaucoup moins le film, Kubrick a pris soin de prendre une actrice un peu plus âgée), qui est beaucoup plus fin qu'une simple charge, c'est même un chef d'oeuvre d'un des plus grands écrivains du 20 ème siècle.
Est-ce un roman pédophile pour autant ? Y-a-t'il un intérêt de répondre à cette question ?

875. suzix@bdp - 22/03/24 23:55
C’est la même démarche totalitaire oui. Hors cadre juridique. Si Vivès a fait qqchose de mal, ça sera puni par la loi. Alors que ces gens lui fassent un procès. Et si Vivès ne peut être attaqué légalement alors la démarche est elle illégale. Vivès pourrait et même devrait attaquer en justice pour préjudice moral et financier. Donc qq part c’est toi le délinquant. Ça te dirait qu’on te fasse du name&shame dans ta fac !? Non hein. Pourtant vis-à-vis de la loi ces gens dont tu fais partie sont peut-être plus coupables. Ça c’est pour le légal. Reste le bien et le mal. C’est subjectif mais à part insulter une obscure dessinatrice sur un forum tout aussi obscur et cela sous pseudo si j’ai bien suivi, Vivès n’a fait ni de tort ni de mal à qui que ce soit. Ses détracteurs eux, lui ont fait bcp de mal, psychologiquement et financièrement. Donc c’est qui les salaups !?

874. longshot - 22/03/24 23:50 - (en réponse à : Odrade)
Merci. Ça me rassure, quand même. ;)

873. longshot - 22/03/24 23:38
… J'ai l'impression que vous êtes chacun dans votre bulle et que vous ne lisez que ce que vous voulez bien lire. Suzix qui gueule liberté liberté liberté, pm qui ramène le hamas, maintenant c'est Quentin qui voit des lynchages partout.

Eh, c'est juste des gens qui trouvent qu'un type connu publie de la merde, et le font savoir. Si pour vous c'est pareil qu'un lynchage au goulag du hamas, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?

Sérieusement…

872. suzix@bdp - 22/03/24 22:18
Je plussoie.

871. Quentin - 22/03/24 21:30
Une image en soi ne veut rien dire. Ses pratiques masturbatoires non plus, d'ailleurs. Mais les deux ensemble, selon ses réponses, bah ça peut changer l'interprétation des images.

Ah OK, donc selon toi, s'il ne se masturbe pas sur des images d'enfants, ce n'est pas un pédophile et ses dessins ne sont par conséquent pas de la pédopornographie...

Ce serait bien commode pour Vivès, mais je ne pense pas que ca marche comme ca. La loi ne punit pas la masturbation mais elle punit par contre la production, diffusion et détention d'images ou de représentations de mineurs présentant un caractère pornographique. Pour s'appliquer, il faut donc établir le caractère pornographique d'une image ou représentation. L'intention de Vivès peut effectivement peser (mais Vivès a toujours répété que son intention était l'humour ou la parodie). Ton argument que les livres de Vivès sont publiés dans une collection de BD pornos peut aussi être utilisé à charge pour établir le caractère pornographique de ses dessins de mineurs. Mais les pratiques masturbatoires de Vivès n'ont absolument rien à voir avec ca parce que ce n'est pas ca que la loi punit. Si c'était le cas, le jugement porterait sur l'orientation sexuelle de Vivès et pas sur ce qu'il dessine. Et ca, ce serait un jugement moral, puritain. Vu que tu soutiens le mouvement LGBTQ+ qui milite pour accepter toutes sortes d'orientations sexuelles, il est plutôt étonnant de lire que tu souhaite criminaliser les pratiques masturbatoires "déviantes".

Par ailleurs, s'il était établi que Vivès a bien produit de la pédopornographie, il s'ensuivrait automatiquement que tout détenteur de ces images serait passible d'être condamné par la même loi que celle qui aurait condamné Vivès. Ce n'est pas une question de parano. C'est simplement une question juridique. Mais toi tu veux appliquer la loi sur le seul Vivès et pas sur les autres. Deux poids deux mesures. C'est bien un acharnement sur Vivès. Si tu considères qu'il est innocent de détenir les BD incriminées, alors tu dois considérer que ces BD sont innocentes, tout comme celui qui les a dessinées.

870. suzix@bdp - 22/03/24 19:57 - (en réponse à : Longshot)
L'égalité des droits ... qu'est-ce qu'une femme en France n'a pas le droit de faire et qu'un homme pourrait ? Et pour les homos ?

869. pm - 22/03/24 19:44 - (en réponse à : longshot)
sinon, c'est moins la « tolérance », encore moins infinie, qui est réclamée par le mouvement LGBT, que l'égalité des droits,

Sauf s'ils sont juifs, faut pas non plus déconner. En revanche s'ils sont proches du hamas, qui défenestre les lgbt, alors tout va bien.
Idem pour les mouvements féministes actuels, pas de juifs dans leurs manifs pour rappeler les viols de masse du hamas, en particulier au festival Nova, bienveillance totale pour le hamas, qui, comme chacun sait, est hyper progressiste avec les femmes !
Misère de misère.

868. suzix@bdp - 22/03/24 18:22
d'accord pour condamner un collègue et le priver de son gagne-pain en dehors de toute juridiction légale ?
Ce que vous faites est grave. C'est mettre le doigt dans un engrenage de vendetta. C'est qui le prochaine ou la prochaine? Pour quelle raison hors de tout cadre légal ?

867. Odrade - 22/03/24 18:16 - (en réponse à : Longshot 864)
Globalement d'accord avec toi.

O.

866. Yvon colonnier - 22/03/24 16:28
chuis d'accord avec suzon pour une fois. Qui vole une pomme, nique un gosse.

865. suzix@bdp - 22/03/24 15:29
@ suzix : je comprends qu'on ait tant de mal à s'entendre, parce que j'ai vraiment du mal à voir le lien que tu peux faire entre ton histoire de vidéosurveillance des voleurs de pommes, et l'affaire Vivès.

C'est exactement le même procédé. Certains estiment de leur propre chef que Vivès a fait qqchose de mal. Ils estiment que c'est anormal, la justice ne se bougeant pas, ils affichent Vivès en 4x3. C'est du name&shame. Les commerçants ont des vidéos de personnes qui volent dans leur magasin, les flics ne font rien et quand ils sont pris, la justice les relâchent sans aucune peine. Les commerçants estiment que c'est anormal, la justice ne se bougeant pas, ils affichent les voleurs en devanture de leur magasin. C'est du show&shame.
Mais oui, je sais que tu es contre le procédé des commerçants. Moi aussi. Le pb c'est que toi tu es pour balancer Vivès alors qu'il n'a peut-être rien fait d'illégal.


(Tu devrais quand même éviter d'écrire à chaud comme ça, parce que tu trouves que la tribune c'est de la bouille, mais ton texte est peine lisible, et tu fais des raccourcis tellement énormes que ça n'a plus aucun sens.)

Donc tu compares, mon texte écrit à la va-vite avec un texte d'auteurs qui s'y sont mis à plusieurs en pesant leurs mots pendant des heures ... soit tu surestimes, soit tu viens de prouver que leur texte est vraiment minable.


864. longshot - 22/03/24 15:09
@ Quentin : désolé de répondre si tard, ça m'a pris un moment :

- pour le point 1 : oui, ça me semble pertinent de l'interroger là-dessus. Une image en soi ne veut rien dire. Ses pratiques masturbatoires non plus, d'ailleurs. Mais les deux ensemble, selon ses réponses, bah ça peut changer l'interprétation des images. Quand on entend aux infos, la police a arrêté un pédophile, il avait plusieurs milliers de photos d'enfants dans son ordinateur, bon, une bonne partie de ces photos sont souvent des photos volées, qui à l'origine sont tout à fait innocentes. Des photos de famille postées sur facebook par des parents imprudents, par exemple. Il y a plein de parents qui ont dans leur ordi des photos de leurs enfants à poil, sans que ce soit des photos pédophiles, a priori. S'ils les rangent dans un dossier marqué xxx à côté d'autres photos explicites et qu'ils se masturbent en les regardant, c'est une autre histoire. Le sens de l'image n'est pas donné par l'image seule.

- et donc, point 1 bis, à partir du moment où Vivès est accusé de produire des images pédoporno, ça a du sens de soupçonner qu'il puisse aussi être impliqué. Un type qui cultiverait du cannabis dans son jardin, ça aurait du sens de voir s'il en vend (je précise que je suis plutôt pour la légalisation du cannabis, hein, seulement aujourd'hui, c'est illégal). Un type qui aurait une collection d'armes à feu non déclarées, ça aurait du sens de prendre ses empreintes et son ADN et regarder si ça correspond à quelque chose de connu. 'Fin, je trouve.

- par contre pour le point 2, de même que personne ne sera inquiété pour des photos de ses enfants à poil (faudrait mettre en taule la moitié des parents), personne ne sera inquiété a priori pour possession d'un album de Vivès. Faut arrêter la parano. (En plus les flics ont autre chose à faire, genre des contrôles au faciès, quoi.)

- et point 2 bis, un des trucs qui incriminent Vivès, passez-moi l'expression, c'est qu'il a publié ça explicitement dans des collections porno, et que c'est l'argument central des bouquins. Crépax et Liberatore, je n'ai jamais lu, mais Gotlib, un peu, et franchement pour moi la comparaison avec Vivès n'a aucun sens. Chez Gotlib les représentations qu'on pourrait qualifier de pédopornographie s'insèrent dans un contexte de d'humour et parodie dont elles ne sont qu'un détail — chez Vivès, c'est l'argument central. Si Gotlib avait sorti trois bouquins uniquement sur le Petit Chaperon Rouge et Cosette qui se font violer à chaque page, à la limite, mais là, non.

Vraiment, une œuvre s'inscrit dans un contexte. On a parlé sur un autre sujet de racisme dans la BD. Si les planches qui ont valu à Peyo d'être accusé d'antisémitisme étaient sorties, non dans Spirou, mais dans un journal d'extrême droite, à côté de BD racistes, sa défense aurait été beaucoup plus délicate. Ce qu'il faut faire de certains bouquins comme Tintin au Congo aujourd'hui, on peut en débattre. Mais c'est un autre sujet que de savoir ce qu'il faudrait faire d'une BD publiée aujourd'hui qui reprendrait les mêmes clichés — et comment il conviendrait de considérer ses auteurs. Même chose pour les BD de Gotlib (ou Crepax, ou Liberatore), et celles de Vivès aujourd'hui. Le contexte a changé, tout simplement.

Et sinon, c'est moins la « tolérance », encore moins infinie, qui est réclamée par le mouvement LGBT, que l'égalité des droits, y compris le droit à la sûreté et la résistance à l'oppression. Le droit à ne pas être discriminé, ni tabassé, violé… Le mouvement pour la protection des droits de l'enfant, dans lequel s'inscrit la lutte contre la pédopornographie, va dans le même sens àmha. Aucun paradoxe, et même s'il peut y avoir des convergences, ponctuelles et superficielles, je pense que c'est une erreur de rapprocher ça du puritanisme et des mouvements conservateurs, qui ont assez montré le peu de cas qu'ils faisaient de la protection des plus faibles.



@ suzix : je comprends qu'on ait tant de mal à s'entendre, parce que j'ai vraiment du mal à voir le lien que tu peux faire entre ton histoire de vidéosurveillance des voleurs de pommes, et l'affaire Vivès.

(Tu devrais quand même éviter d'écrire à chaud comme ça, parce que tu trouves que la tribune c'est de la bouille, mais ton texte est peine lisible, et tu fais des raccourcis tellement énormes que ça n'a plus aucun sens.)

863. suzix@bdp - 22/03/24 13:40
Très très fort. Tu sais mieux que les hommes et femmes de loi ! C'est pas toi ni les amis wokes de Longshot qui font les lois ni ne sont juges et même pas procureurs même s'ils en rêvent.

862. Yvon colonnier - 22/03/24 13:37
une nouvelle réflexion sur le fond, pour ceux qui ont un cerveau : la pédophilie étant l'attirance sexuelle d'adultes envers des enfants pré pubère, le fait d'affubler d'une grosse bite petit Paul pour le rendre convoitable par des personnages adultes, est un stratagème totalement pervers.
Sous l'alibi de "l'humour", Petit Paul et La décharge mentale banalise la pédophilie, le viol (manipulation de mineur, grosse teub ou pas = viol) et l'inceste, pris à la rigolade. Pour ça ces petits livres malsains, production d'un jeune auteur immature déconnecté du réel, supporté par des éditeurs à la masse, pas plus responsables, devraient être interdit, yes.

861. suzix@bdp - 22/03/24 11:32 - (en réponse à : Longshot)
J'ai lu que certains groupes de citoyens demandent à ce qu'une loi permette aux commerçants d'afficher les visages des voleurs filmés par leurs caméras. Etant donné que tu soutiens la mise au ban de Vivès, j'imagine que tu es donc aussi pour cette loi ?

860. Yvon colonnier - 21/03/24 13:39
haha... Suzon et ses phrases grandiloquentes... tu me fais rire, mec

859. suzix@bdp - 21/03/24 11:09
853. longshot - 16/03/24 14:49
@ suzix : euh, quelques maisons d'édition de BD, ou même la majorité, ça reste loin de « la société tout entière ». Vivès est libre de se faire éditer, d'ailleurs il dit lui-même qu'il a un projet d'expo pour bientôt. Par contre ses collègues lisent aussi et ont aussi leur propre opinion, et il se trouve que le monde de la BD partage au moins en partie l'indignation — cf. la tribune Les raisons de la colère.


Ce texte c'est de la bouillie pseudo-intellectuelle qui mélange tout. Que vient faire Polanski ici? Bouillie. Pourquoi parler des "minorités de genre" ? Rien à voir avec Vivès. Bouillie. "Vision misogyne des corps fe´minins" ? Vivès ? N'importe quoi. On dirait que ce texte a été écrit par ChatGPT sans lien avec le réalité. D'autant que les corps masculins soint montrés avec des sexes énoormes. A nouveau bouillie. "Pense´e re´actionnaire d’extre^me droite" ? ... qu'est-ce que ça vient faire là? Aimer Vivès c'est d'^tre d'extrême droite. Je ne pensais pas si bien dire, ces gens et toi-même êtes des tirants staliniens en puissance. La preuve : "Non, l'hypertrophie des corps ne suffit pas a` en faire une œuvre caricaturale." ... donc maintenant les wokes sont aussi avocats, et juges ?

Ah et puis "Le travail d’artiste-auteur·ice est impre´gne´ par essence d’une dimension politique." ... euh parfois oui. Souvent non. Pauvres débiles. Les mecs et les gonz de prennent pour Che Guevara !

et cette perle "Pour rappel, l’expression « culture du viol » de´signe « une culture (dans le sens de l'ensemble des valeurs, des modes de vie et des traditions d'une socie´te´)" ... éduquer les masses il faut camarades!

Et il faut PUNIR! Au goulag social : "l'impunite´ quasi totale des agresseurs – pas uniquement au sens juridique, mais aussi social. " ... donc c'est ça! Les wokes veulent donc punir eux-mêmes les recalcitrants. Au début c'était des violeurs. OK. Puis des gestes. Maintenant des paroles et des oeuvres de personnes, comme Vivès, ne pouvant même pas être jugés car ils n'ont pas enfreint la loi. ... oui Longshot, je confirme, et tu devrais vraiment prendre cet avertissement en considération. Tes potes et toi-même vous êtes des tueurs de masses en puissance. Des tueurs du liberté. De futurs gardiens de Goulags.

858. Yvon colonnier - 18/03/24 12:03
Abruti, parfaitement le batracien. Ce que tu dis sur Leon et Jean Reno sur le sujet ciné le valide à 100%. Du reste c'est le propre de spécimen comme toi, de ne pas savoir qu'ils sont bête.

857. froggy - 16/03/24 23:28 - (en réponse à : A la cantonade)
Se faire traiter d'abruti par un plus con que soi est un plaisir qui n'a pas de prix. He made my day.

856. Quentin - 16/03/24 18:59
On est bien d'accord. Vivès n'a pas traversé la ligne rouge. Il n'a pas touché un enfant.

855. Yvon colonnier - 16/03/24 18:02
mais enfin Quentin, l'idée c'est que les adultes font ce qu'ils veulent de leurs culs, la ligne rouge c'est les enfants.
En fait, ça indique déjà une certaine perversité latente que d'inclure dans ses fantasmes couchés sur papier des personnages pré pubères.

854. Quentin - 16/03/24 17:53 - (en réponse à : Longshot )
Reprenons au début. De ce que j'en lis, Vivès n'est pas accusé d'être un pédophile. Il est accusé d'avoir produit des représentations pornographiques de mineurs, et ses éditeurs sont accusés de les avoir diffusées.

1) Pourquoi demander à Vivès de décrire ses pratiques masturbatoires? Est-ce que c'est cette fréquence qui va établir ou infirmer le caractère de la représentation pornographique de mineurs, ou est-ce le dessin en soi (ce qui est représenté)? Est-ce que ce sont ses pratiques sexuelles ou ses dessins qui sont incriminés? S'il n'est pas accusé d'actes sexuels avec des mineurs, pourquoi le questionner sur sa sexualité? Pourquoi prendre son ADN? Pourquoi vouloir lui faire passer un examen psychiatrique? Et pourquoi ne pas faire passer le même interrogatoire aux éditeurs, alors qu'ils sont co-accusés?

2) Tu pinailles mais OK. Imaginons qu'un tribunal établisse le caractère pédopornographique de ses dessins. Considérerais-tu dès lors qu'on peut porter plainte contre tout bédéphile en possession des livres incriminés, et que la police devrait faire son boulot en interrogeant chaque possesseur de ses livres (en tous cas ceux faisant l'objet d'une plainte) sur ses pratiques masturbatoires, sur sa consommation de films pornographiques, en prélevant son ADN, en le croisant avec le fichier des criminels sexuels, et en lui faisant passer un examen psychiatrique?

Il y a un acharnement malsain sur Vivès. Il est lynché moralement avant même d'être jugé pénalement. Ca relève d'un puritanisme nauséabond que Vivès a tout à fait raison de dénoncer. Sinon ca s'arrêtera où? Devra-t-on faire une liste de BD à mettre à l'index, contenant non seulement les 3 albums de Vivès mais aussi tous ceux ayant des représentations pédopornographies (Gotlib, Crepax, Liberatore, etc.)? Y aura-t-il une chasse aux sorcières des bédéphiles possédant ces albums mis l'index?

Ce qui arrive à Vivès, je trouve ca hyper choquant. Et les conséquences que ca peut avoir s'il est condamné, je trouve ca flippant. Il est d'ailleurs un peu étonnant et paradoxal qu'un tel puritanisme se développe en même temps que le mouvement LGBT+++ fleurit un peu partout, comme si la tolérance infinie réclamée d'un côté requiérait une tolérance zéro de l'autre.



 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio