A paraitre dans plus ou moins pas longtemps Vol. 7

Les 519 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11


169. froggy - 17/01/22 22:11 - (en réponse à : Philippe)
Effectivement, je t'ai lu trop vite.

Pour les tableaux, il y en a beaucoup, et de tres celebres, ou il y a plusieurs actions simultanees dans la meme image. Et sans ellipses donc.

168. heijingling - 17/01/22 21:43
pm: "je suppose que c’est une boutade, une peinture n’est évidemment pas une bande dessinée"

Chaque fois que pm parle de dessin, il dit boutade.

167. pm - 17/01/22 21:33
Le cadre est ce qui rapproche la bande dessinée du théâtre, alors sue le hors champ interfère beaucoup au cinéma.

166. pm - 17/01/22 21:31 - (en réponse à : Froggy Stephan)
Froggy: C’est curieux que tu aies mal compris mon message car je n’ai jamais dit qu’il n’y avait pas d’ellipse au cinéma, mais peut-être as tu lu rapidement.

Stephan: je suppose que c’est une boutade, une peinture n’est évidemment pas une bande dessinée même si elle peut parfois créer une histoire dans l’imaginaire de celui qui la regarde.

165. pm - 17/01/22 21:27
Le montage n’est pas elliptique par nature ( pas d’ellipse dans un dialogue champ/ contrechamp par exemple ). Tu peux faire tout un film en plan séquence, alors que l’ellipse est intrinsèque à la nature de la bande dessinée puisque tu ne peux pas l’éviter.

164. froggy - 17/01/22 21:11 - (en réponse à : Philippe)
Pas d'ellipses au cinema? Tu plaisantes, j'espere? Et le montage, cela sert a quoi a ton avis?

Des que tu racontes une histoire, tu procedes par ellipses. Ce n'est pas possible autrement.Meme au theatre qui couvre les ellipses, c'est a dire ce qui se passe hors de la scene, ce qui est devant le spectateur, par des tirades racontant ce qui s'est passe ou ce qui se passe.

Exemple connu:

"Nous partimes cinq cents 500 mais par un prompt renfort
Nous nous vimes trois mille en arrivant au port" Le Cid de Pierre Corneille.

Si on peut concevoir un port comme decor de theatre, y placer 3000 figurants est plus difficile. :-)

163. pm - 17/01/22 20:54
Froggy a peut-être bien raison, c’est probablement surtout une question de droit.
Il y a bien eu une réinterprétation de Little Nemo par Marchand et Moebius, probablement parce que c’est devenu libre de droits.

162. pm - 17/01/22 20:48 - (en réponse à : Piet)
Les ellipses en BD le sont par nature ( d’une case à l’autre c’est une ellipse), pas au cinéma. Pas sûr qu’il y ait davantage d’ellipses au cinéma qu’au théâtre ( moderne) mais peut-être vas-tu peu au théâtre.

161. Piet Lastar - 17/01/22 20:47
Et le roman-photo, de la BD pour les Nuls

160. Stefan - 17/01/22 20:41
Je considère la peinture comme de la bande dessinée avec un seul dessin, le cinéma comme de la bande dessinée qu'on met dans une machine pour que ça bouge, le théâtre comme de la BD en 3D, la musique comme de la BD acoustique et la littérature comme de la BD sans image.
La BD, le seul vrai art.

159. Piet Lastar - 17/01/22 20:33
Le théâtre a peu d’ellipse alors que c'est une composante essentielle de la BD. Sans parler des décors.
Cinéma du pauvre si tu veux. Les BD de Leo couteraient très cher au cinéma.

158. pm - 17/01/22 20:24 - (en réponse à : Piet Lastar)
Très différent du cinéma la BD, sinon ce serait un cinéma du pauvre. Plus proche du théâtre il me semble ( absence de hors champs par exemple).

157. Piet Lastar - 17/01/22 19:47
152. pm - 17/01/22 11:50

Je considère la bande dessinée comme de la littérature dessinée.

Pour moi, la BD est à intersection de la littérature, du dessin et du cinéma (cadrage, séquence, ellipse, ...)

156. egoes - 17/01/22 17:51
On peut aussi -peut-être l'avez-vous déjà fait ?- parler de Tilleux, qui se reçyclait pas mal...

155. Victor Hugo - 17/01/22 14:45 - (en réponse à : heijingling)
Et toute la "carrière" de ce vieil enkulé de Jean Van Hamme n'est que relecture d'oeuvres pré-existantes.

154. heijingling - 17/01/22 13:45 - (en réponse à : VH )
Il me semble bien que Greg a aussi fait des, hum, relectures de scénarios d'autrui, non ?

153. suzix@bdp - 17/01/22 11:59
152. pm - 17/01/22 11:50 - (en réponse à : Heijingling)
Ce que tu dis de la littérature ( pas de l’art car ça raconte une histoire ) c’est quand même très très bizarre.
[...]
Bref, ce genre de phrase péremptoire, sans aucune justification, me semble indigne de toi.



C'est ça d'être cultivé sur BDP, on attend bcp de toi! Moi par exemple, je peux écrire que la BD n'est pas de l'art et PM ne m'en tiendra pas rigueur! (;o)

152. pm - 17/01/22 11:50 - (en réponse à : Heijingling)
Ce que tu dis de la littérature ( pas de l’art car ça raconte une histoire ) c’est quand même très très bizarre.
1) La littérature ne raconte pas toujours une histoire loin s’en faut.
2) Le cinéma n’est donc pas de l’art !
2) Pour quelle raison raconter une histoire ne serait pas de l’art ?

Bref, ce genre de phrase péremptoire, sans aucune justification, me semble indigne de toi.

Je considère la bande dessinée comme de la littérature dessinée.

151. Stefan - 17/01/22 09:00
Les gens voient quand même l'évolution de la qualité de l'image et des "effets spéciaux". ça concerne plus le cinéma d'action et le cinéma fantastique.

Mais c'est très très vrai aussi ce que tu dis sur les acteurs, bien vu oui.

C'est d'ailleurs intéressant sur le MCU, de voir qu'ils sont obligés de faire vieillir leurs personnages, et que ça vieilli extrêmement vite un acteur par rapport à un personnage de papier.
Le MCU est tout récent par rapport aux comics qu'ils adaptent et la plupart des personnages ont déjà plus vieilli que leurs versions papiers qui a des dizaines d'années de plus qu'eux.

150. heijingling - 17/01/22 08:46
Plus que l'aspect technique, que la plupart des spectateurs sont incapables de remarquer, la différence essentielle entre BD et cinéma quant à l'existence des remakes est que le cinéma est incarné, on y refait les mêmes films avec des vedettes actuelles pour remplacer les vieux visages dont les gens se sont lassés ou qu'ils ont oublié, ou pour lancer de nouvelles vedettes (le fameux "et avec, pour la première fois à l'écran...!")

149. Stefan - 17/01/22 00:24
Je n'ai pas eu le courage de tout lire en détail ce passionnant débat, alors je vais peut être redire des trucs que d'autre ont déjà dit, mais l'impression que le phénomène de "relecture" est avant tout un phénomène mercantile (comme le dit Suzyx) et que si ça touche plus le cinéma c'est, beaucoup pour des questions techniques et beaucoup pour des raisons de peur de prendre des risques (qu'évoque Lauurent).

Si on compare BD et Cinéma, en a peine 100 ans, le cinéma a évolué techniquement beaucoup plus radicalement que la BD. Si on regarde les planche de Windsor McKay au début du siècle, en couleur avec des découpages de malade et qu'on les compare avec des planches actuelles, ça a peut être un peu vieilli dans les thèmes et la narration mais comparativement beaucoup moins qu'un film du début du siècle, muet et en noir et blanc par rapport à un film d'aujourd'hui.

Le cinéma a connu des révolutions successives, en terme d'image, de son, d'effets numériques, de narration, qui font que certains films, 10 ans après vont avoir dû mal à trouver un large public si on les ressort en salle. Ici on a pas mal de passionnés qui aiment le cinéma et qui savent voir le côté intemporel de certains films. Mais, malheureusement, pour une partie du public, un film de plus de dix ans, est pas regardable. Plutôt que de ressortir un film qui a marché, on va le refaire. Et quand on investi des millions dans un nouveau films c'est plus sûr de reprendre un film qui a déjà marché, ou une histoire qui a déjà marché dans un autre média et qui a déjà ses fans, que de prendre un scénario original.

En BD, les BD, vieillissent un peu moins mais elles vieillissent aussi, et on a effectivement, le phénomène des "vu par" qui se développe. (Beaucoup aimé la relecture récente de Corto par VIvès par exemple)

Le seul critère je pense c'est la loi de l'offre et de la demande. Sur le franco Belge, tant que les vieux albums se vendent bien, ce qui est toujours le cas, je pense, par exemple pour Astérix, les Schtroumpfs Tintin, Lucky Luke... pourquoi les refaire?

Je suis complètement d'accord avec Laurent sur le fait qu'au états unis, ils passent leur temps pour essayer de récupérer des nouveaux jeunes lecteurs à réactualiser, revisiter, réécrire les histoires de leurs séries phare. Et c'est à mon avis très lié au format de publication. Ils ont des séries au long cours qui ne se sont pas arrêtées depuis les années 30 pour les plus vieilles, avec des ventes mensuelles à maintenir. Comme ils sont toujours sur les même persos, ils sont obligés de faire des relectures pour se renouveler. Parce qu'ils ne veulent pas prendre le risque d'arrêter Spider-man, Batman, les X-Men. Pour lancer des nouveaux trucs.
Le format Trade Paperback marche plus qu'avant mais ils restent avant tout sur une dynamique de sortie mensuelle de nouveauté. (comme le cinéma est encore sur une dynamique de nouvelles sorties, avant en salle, de plus, en plus, sur des plateformes.) Donc, relectures cyclique et multivers pour les justifier et les intégré à une continuité bancale.


En Europe et au Japon, on a plutôt tendance à arrêter les série et à en lancer d'autres. Des centaines qui se plantent pour une qui reste.

Et puis la BD reprend sans arrêt des Mythes pour en faire des relectures, des mythes qui viennent de tradition orales souvent à l'origine, ou d'hitoires vraies et qui ont été repris par la littérature puis le cinéma, des comptes, des biographies de célébrités réelles ou imaginaires, revisité en BD dans plein de versions différentes, il y en a des tas. (Les chevalier de la table ronde, Robin des bois, blanche neige, la vie de Raspoutine... Me dites pas qu'il n'en existe pas des centaines de relectures BD, Comics, Mangas.... )

Tout ça pour dire que je ne trouve pas non plus l'hypothèse de base : "Il n' y a qu'en BD qu'il n'y a pas de relecture, ce qui montre que c'est un média encore infantile." très pertinente.

Oui, ça existe les relectures en BD. Et non, les relectures ne sont pas forcément une preuve de maturité d'une forme d'art. Je trouve pas. Plutôt un signe de rapidité d'évolution technique et un reflet d'enjeux financier et de peur de prendre des risques. (Même si certaines relectures peuvent être des hommages sincères passionnés et très créatifs)(ou alors je ne comprends pas du tout ce que tu veux dire)

148. Victor Hugo - 16/01/22 23:41 - (en réponse à : 146. heijingling)
Non.

147. heijingling - 16/01/22 23:31 - (en réponse à : torpedo31200 en réponse à : froggy)
Je dirais même plus: pas con du tout.

146. heijingling - 16/01/22 23:29 - (en réponse à : VH)
Wasterlain a au minimum redessiné tous les visages du docteur Poche, puisque son nez est beaucoup plus court dans l'album "Il est minuit, docteur Poche" que lors de sa parution dans Spirou, ce n'est peut-être pas redessiner entièrement l'histoire, mais c'est tout de même important.

Tu as raison pour Les Schtroumpfs, mais est-ce simplement une adaptation pour un nouveau format, ou bien y a-t-il eu une relecture, comme De Thuin ou Tillieux l'ont fait? Pareil pour Slalom, modifications cosmétiques ou substancielles?

Pour les comics, reraconter l'origine est en effet un remake, mais ce n'est qu'une portion congrue et un passage obligé des reboots (à la différence de Batman de Miller qui se concentre dessus), qui racontent ensuite des histoires différentes, c'est même leur but.

145. Victor Hugo - 16/01/22 23:27
En quoi est-ce contradictoire?

144. torpedo31200 - 16/01/22 23:16 - (en réponse à : Victor Hugo - post # 141)
Tu ne lis pas assez de comics. Wolverine a été par exemple vieilli (de qq siècles) et agrandi (à cause des films).
Dans Spider-man, plusieurs personnages secondaires ont eu des destins revisités, parfois post-mortem.

143. Victor Hugo - 16/01/22 23:15 - (en réponse à : 136. froggy )
la mode ou la necessite pour les editeurs et auteurs d'adapter des oeuvres litteraires deja existantes ne fait que montrer que les nouveaux auteurs ont du mal a ecrire des scenarios originaux.

Absolument pas, ça ne montre que la frilosité et la connerie des éditeurs qui ne prennent aucun risque. Les nouveaux auteurs savent parfaitement écrire des scénarios originaux, ce sont ces connnards d'éditeurs qui ne leur donnent pas leur chance.

142. torpedo31200 - 16/01/22 23:13
Pas lu mais les 16 premières pages du premier Blake & Mortimer ont été refaites si j' en crois la publication du récent fac-similé.

141. Victor Hugo - 16/01/22 23:11
Dans chaque reboot de Batman, on nous raconte comment ses parents se sont fait tuer, dans Spiderman comment il a été piqué (par une araignée atomique ou génétiquement modifié etc suivant les époques) et comment son oncle a été tué par sa faute etc... La même histoire racontée autrement.

140. Victor Hugo - 16/01/22 23:08
On a également les premiers Schtroumpfs qui sont des refontes des mini-récits, avec la même histoire.

139. Victor Hugo - 16/01/22 23:07 - (en réponse à : 135. heijingling )
Wasterlain a redessiné entièrement le premier Docteur Poche, mais je ne sais pas s'il a aussi modifié des dialogues, des cadrages, des découpages.
Faux, il a redessiné certaines cases, il a bidouillé des dessins sans les refaire dans d'autres et il a refait entièrement une seule page.

Si on cherche un mec qui a entièrement redessiné son propre bouquin, il y a Trondheim avec Slaloms (sans changement, à part une réplique) et David De Thuin avec Le Roi des Bourdons (avec des changements pour amener une fin supplémentaire qui change le paradigme).

138. torpedo31200 - 16/01/22 23:03 - (en réponse à : froggy - post # 136)
Pas con.
Mais ils ne tomberont jamais dans le domaine public, les droits d' exploitation se rachètent et se rachèteront.

137. torpedo31200 - 16/01/22 23:01 - (en réponse à : heijingling - post # 135)
Certains comics "rebootés" sont des versions modifiées des origines de tel ou tel personnage.
Le révisionnisme culturel est très décomplexé aux USA, peut-être pour faire enrager les fanboys et leur "continuité" rêvée.

136. froggy - 16/01/22 23:00
A mon avis, l'absence de remake en BD tient a quelque chose de beaucoup plus prosaique, le droit d'auteur.

Bien que la BD existe depuis longtemps, elle n'a vraiment emerge qu'apres guerre et l'immense majorite des BD n'est pas encore tombee dans le domaine public comme c'est le cas pour nombre de romans et oeuvres musicales. Ce sont toujours les ayants-droit d"Herge, Franquin, Goscinny et consort qui touchent les royalties de leurs oeuvres. Je vois mal Trondheim dessiner une nouvelle version de son Tintin prefere sans s'attirer les foudres de Moulinsart SA. C'est pareil pour toutes ces series qui n'ont pas ete vendues a un editeur. Le jour ou Tintin et les autres tomberont dans le domaine public, la situation changera et nous pourrons donc lire des nouvelles versions de Tintin, Gaston Lagaffe etc.

Toutes les BD du classique FB sont des histoires originales, la mode ou la necessite pour les editeurs et auteurs d'adapter des oeuvres litteraires deja existantes ne fait que montrer que les nouveaux auteurs ont du mal a ecrire des scenarios originaux. La sortie de Brouillard au Pont de Tolbiac de Tardi adaptant Leo Malet au printemps 1982 a ete salue comme un evenement, aujourd'hui, cela passerait completement inapercu et on dirait meme que Tardi n'ayant plus rien a dire doit chercher ailleurs pour avoir quelque chose a dessiner.

135. heijingling - 16/01/22 22:35
@Piet Lastar: Oui, pour Tintin, c'est une vraie réécriture, certains dessinateurs refont certains passages entre l'édition en magazine et celle en album, mais refaire tout l'album, c'est un cas assez unique en BD. Wasterlain a redessiné entièrement le premier Docteur Poche, mais je ne sais pas s'il a aussi modifié des dialogues, des cadrages, des découpages.
Par contre, pour Lucky Luke, B&M, etc., c'est juste une reprise des personnages, cela existe depuis toujours en BD (Spirou, Tif et Tondu), mais cela s'est accéléré depuis quelques années. Ce n'est pas une nouvelle version d'une même histoire, ou ce qu'on appelle un remake au cinéma. À ma connaissance, en FB, seul Tillieux a fait cela, et Walthéry qui a une nouvelle version de L'Île aux perles, de Sirius.

@VH: Je ne connais pas bien les comics, mais les reboots seraient des histoires alternatives, pas de nouvelles versions d'une même histoire. Le Batman Year One de Miller est un vrai remake, et il y en a quelques-uns dans les comics, plus qu'en FB, mais les reboots n'en sont pas.

@pm: La littérature n'est pas de l'art, puisque le but est de raconter une histoire. Et l'absence de remake en BD montre que soit c'est un art encore infantile, soit ce n'est pas de l'art mais une forme de littérature, où donc le dessin n'est qu'au service de la narration. Ben oui, si c'était la manière de raconter qui primait, et pas l'histoire elle-même, on aurait plusieurs versions dessinées d'une même histoire, comme au cinéma, au théatre, en peinture (plusieurs versions d'une même image), en musique (plusieurs version d'un même morceau).
Faudra voir où mènent les expérimentations dans le sens de remakes faits dans Pré Carré.




134. pm - 16/01/22 16:18 - (en réponse à : Piet)
Tu as raison , on peut considérer que les refontes d'albums par Hergé sont des réécritures, au même titre qu'un romancier qui ferait plusieurs versions de son roman.

133. pm - 16/01/22 16:16
Il n' y a qu'en BD qu'il n'y a pas de relecture, ce qui montre que c'est un média encore infantile.

La littérature non dessinée serait-elle infantile puisqu'un remake d'une oeuvre littéraire, ce que tu sembles appeler relecture, est également extrêmement rare et fait davantage l'objet de variations ( Robinson Crusoe réinterprété par Tournier) que de remake comme on peut en voir au cinéma.

Les différences de mise en scène théâtrale ou d'interprétation en musique me semblent d'un autre ordre.
Comme l'a expliqué VH on peut considérer que ça existe en comics avec les reboot, voire même avec des reprises comme Blake et Mortimer ou Corto Maltese en BD européenne. Mais en effet je ne connais pas de Bande dessinée, ni même de romans, ayant exactement la même histoire que l'original mais raconté différemment. Ca pourrait d'ailleurs être amusant de lire les 7 boules de cristal raconté par Lewis Trondheim!

132. egoes - 16/01/22 00:07 - (en réponse à : heij)
sans parler des "Spirou par"... des "XIII Mystery", des Bob et Bobette... du Blueberry de Blain et Sfar, de Brunschwig, qui reboot lui-même Urban ;-)
En fait, la bande dessinée des dernières années est de plus en plus remplie de relectures.
Je ne sais pas si ça en fait un média moins "jeune" ou si c'est un signe d'absence d'imagination ou une envie de sécurité... mais en tout cas c'est de plus en plus répandu :-)

131. Victor Hugo - 15/01/22 22:46
Il n' y a qu'en BD qu'il n'y a pas de relecture,
Dire ça, c'est ignorer les comics, il n'y a que ça des relectures, ça s'appelle des reboots (Batman, Spiderman etc etc...)

130. Piet Lastar - 15/01/22 18:56
"Il n' y a qu'en BD qu'il n'y a pas de relecture, ce qui montre que c'est un média encore infantile".

Il n'y a pas de refonte d'album. Quoique, Herge et son studio ont refait les premiers Tintin. Par contre, les reprises avec relecture sont nombreux : Spirou par..., Lucky Luke par..., ...

129. heijingling - 15/01/22 18:48
froggy: "Par contre, cela ne me derange pas de voir leur adaptation dans un film car le medium est different, il apporte un plus et bien sur un moins a l'histoire. Or, une BD est aussi un livre et adapter un livre pour un autre livre me semble apauvrir le texte original, c'est en faire un digest."

Tu confonds medium et support. Le livre est le support des romans et des BD, qui sont des medias différents. Et maintenant, j'ai des films, de la musique, des BD, des romans, etc dans mon ordinateur, un seul support, mais toujours des medias différents.
Et que penses-tu des remakes au cinéma, même support, même médium? Et des reprises en musique? Et des différentes mises en scène d'une pièce de théatre, d'un opéra? Il n' y a qu'en BD qu'il n'y a pas de relecture, ce qui montre que c'est un média encore infantile.

128. froggy - 15/01/22 18:24 - (en réponse à : Marcel #121)
La coincidence est amusante car je pensais aux reflexions de Philippe l'autre jour sur l'augmentation des adaptations de romans en BD.

D'une maniere generale, je ne les achete pas, a part quelques exceptions bien sur, les Nestor Burma par exemple dont les romans originaux ne brillent pas du fait de leurs qualites litteraires. Si c'est un roman policier, tels ceux de Michel Bussi, les Manchette de Tardi et Max Cabanes ou les Parker de Donald Westlake, cela ne me pose pas vraiment pas de problemes, car en outre je ne les ai pas lus. Il en est differemment de romans que j'ai lus et que j'ai aimes, il ne me viendrait ainsi pas a l'idee d'acheter une BD tiree d'un roman d'Agatha Christie ou un Arsene Lupin et encore moins une version des Trois Mousquetaires ou de La recherche du temps perdu qui sont parmi mes livres de chevet. Par contre, cela ne me derange pas de voir leur adaptation dans un film car le medium est different, il apporte un plus et bien sur un moins a l'histoire. Or, une BD est aussi un livre et adapter un livre pour un autre livre me semble apauvrir le texte original, c'est en faire un digest.

J'ai lu Le nom de la rose a sa sortie, j'ai adore, ensuite, j'ai vu le film qu'Annaud en avait tire, que j'ai plus apprecie a la deuxieme vision qu'a la premiere, j'avais ete decu par la fin qui selon moi dans le roman est similaire a une apocalypse, c'est a dire annonciatrice de la fin du Moyen-Age et du debut de la Renaissance. Si cela n'avait pas ete Milo Manara, j'aurais fait l'impasse dessus, mais je l'acheterai quand meme, j'aime trop le dessinateur comme chacun sait ici. Et puis, j'aime bien le fait qu'il ait choisi de representer le heros, Guillauem de Baskerville, avec la tete d'un jeune Marlon Brando, celle de Montgomery Clift aurait tres bien fait l'affaire cependant. (LOL), Annaud ayant choisi Sean Connery car il apportait le personnage de James Bond avec lui, Manara ne pouvait pas l'utiliser, mais il aurait tres bien pu choisir celui de Basil Rathbone, un des interpretes de Sherlock Holmes au cinema les plus connus, le roman d'Eco est truffe de references a de nombreux romans de differents horizons dont ceux de Conan Doyle, le nom de Guillaume de Baskerville, qui resoudra le mystere, etant un hommage evident.

127. pm - 15/01/22 16:54 - (en réponse à : Torpedo)
OK, merci.

126. torpedo31200 - 15/01/22 16:02 - (en réponse à : pm - post # 125)
Sur l' argu éditeur, pas spécifié.
Demanderais next week.

125. pm - 15/01/22 15:18 - (en réponse à : Froggy Torpedo)
Y aura-t-il des suppléments par rapport à l’eo ?

124. froggy - 15/01/22 14:53 - (en réponse à : Philippe #122)
Il sera reedite dans un format plus petit que celui original, il sera de la dimension de la monographie sur Willy Lambil parue chez Dupuis il y a deux ans.

123. torpedo31200 - 15/01/22 14:47 - (en réponse à : pm - post # 122)
Cartonné.
Nombreuses illustrations, mais je pense que c' était déjà le cas dans l' EO

122. pm - 14/01/22 16:32
Glénat annonce la réédition attendue de «  Et Franquin créa Lagaffe » pour le 27 avril prochain au tarif de 39 euros. Aucune indication sur le type de livre ( cartonné ou broché) ni si ce sera exactement le même contenu que l’eo ou pas. Ils annoncent 432 pages.
Possédant déjà cet album il faudrait de substantielles modifications pour sue je le rachète, mais je le conseille très fortement à ceux qui ne l’ont pas.

121. marcel - 14/01/22 11:38
A priori pas pour tout de suite.
Mais, bien que je ne sois pas grand fan des BD de Manara, Le nom de la rose adapte par lui, ca fait envie.
C'est moi ou Guillaume de Baskerville, c'est Brando jeune ?...



120. egoes - 13/01/22 23:59 - (en réponse à : froggy)
C'est le dessinateur des Buck Danny Classic ?
Si c'est le cas... je suis curieux... (et vous prie de considérer ici la présence d'un émoji avec les yeux ronds comme des soucoupes... mais littérairement exprimé - un retour à l'envoyeur, somme toute...)



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales et vie privée

(http://www.BDParadisio.com) - © 1996, 2018 BdParadisio