Les oeuvres d'Andreas

Les 239 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4 5


239. Patrick van Bergen - 27/11/00 21:05 - (en réponse à : garfix@zonnet.nl)
I am sorry for my English, but I don't speak French that much. I would just like to announce my new website on Andreas work:

>> www.dossier-andreas.net <<

I hope you don't have a lot of trouble viewing it. It is a somewhat 'experimental' site, since it is written completely as a Java applet. I have tested it only under Windows, with the latest Internet Explorer, Netscape, and Opera browser versions. It requires you to download a 5 Mbyte Java plugin, but this _should_ be done automatically...

238. Quentin - 23/03/00 17:35
Dites, j'aimerais vous signaler que la suite de ce forum a été créée sous le titre de "Les oeuvres d'Andréas 2". Les discussions continuent ICI

237. Walid - 23/03/00 16:50 - (en réponse à : Whanna@kalisto.com)
Je ne pense pas pouvoir filmer la conference, mais un compte rendu, y'a pas de probleme.

236. Elric - 23/03/00 09:09 - (en réponse à : elric@france-luxe.com)
Si l'un de vous a la chance de s'y rendre et peut camescoper ou enregistrer la conference, je suis preneur d'un duplicata de la K7... A quand un documentaire sur Andreas sur Arte ou La 5eme...

235. Thierry - 22/03/00 13:15 - (en réponse à : Walid,)
Merci de l'info, mais c'est pas possible pour moi (comme pour pas mal d'autres, je le crains) de rejoindre cette conference. Me taper Bruxelles-Bordeaux sachant que je dois preparer un examen pour la semaine prochaine, c'est de l'inconscience. Je suis pas encore mordu d'Andreas a ce point-la ;o).
Pourrais-je te demander s'il serait possible, soit de nous livrer un compte-rendu rapide de cette conference (s'il vous plait, s'il vous plait, s'il vous plait, s'il vous plait, s'il vous plait, ) soit de faucher subreptiscement le texte d'Andreas (lui demander gentiment pourrait marcher aussi), afin que ceux qui ont rate cette conference puissent se consoler en pouvant le consulter.
A+

234. Walid - 22/03/00 11:19 - (en réponse à : Whanna)
Si je trouve sur ce site de quoi aiguiser ma perception de l'oeuvre d'Andreas, je pense que je trouverais encore plus interessant la conférence qu'il donnera ce week end (samedi 25 mars à Artigues à côté de Bordeaux) vers 15h30 et dont le sujet sera: "le fantastique (ou la magie, je ne sais plus exactement) dans l'oeuvre d'Andreas".
Il me semblait important de faire passer l'information a ceux qui n'etait pas au courant de ce petit festival de la BD.
Moi, en tout cas, j'y serais...

233. Nico § - 13/03/00 22:02
Pour le PBE :Houlà,il va falloir que je relise la monographie et Cyrrus-Mil...
Sinon,j'avais découvert quelque petits détails dans le 7e RorK,et je compte en parler très prochainement...(Il faut juste que je retrouve cet album dans mon bazar perpétuel !)
Enfin,ce mois de mars est l'occasion de la sortie du 5e tome de Capricorne,qui semble très très intéressant !
Pour terminer,je ne sais pas si vous avez remarqué,mais le temps dechargement de ce sujet commence à être un peu long...A quand une migration vers un éventuel :"Les oeuvres d'Andreas (2)" ?

232. Le PBE - 08/03/00 11:41
Salut tout le monde. Je viens de lire (enfin!!) Cyrrus-Mil et je vous propose de le ressortir du tiroir des "affaires non-classées" en vous soumettant quelques réflexions-remarques-questions. Je précise que je me réfère à l'édition intégrale remaniée et m'excuse par avance de l'aspect "en vrac" de mes notes.

Problème de date
En se basant sur ce que dit Bachman au début de Mil: "J'avais 22 ans quand Jewel découvrit l'endroit, aujourd'hui j'en ai 82. Cela fait presque 12 mois maintenant que j'observe ce paysage …" et , de plus, la phrase de "l'homme en noir": "Avant il y avait une belle villa ici, mais elle a brûlé l'année passée", je déduis que l'action "noir et blanc" de Mil se déroule en 1973 puisque dans Cyrrus on situe clairement la destruction de la villa (consécutive au départ de Mil) en 1972. Si Bachmann a 82 ans en 1973, il aurait 23 ans en 1924 (date du récit de Cyrrus). Or il avait 22 ans en 1970 lorsqu'il part vers le passé. Si l'on suppose qu'il n'y a pas de "perte de temps" lors du passage, cela implique que les acteurs arrivent en 1923. C'est là que j'ai un problème. Contrairement à l'hypothèse de Cyrrus lors de la découverte du temple ("Le phénomène doit être lié au soleil…"), on apprend dans Mil que le temple évite la destruction en se projetant vers le futur et il semble que ce que voient Cyrrus et son ami archéologue correspond à l'arrivée du temple en 1924. Le temple ne serait donc pas "présent" entre – 4500000000 av J.C. (date approximative) et 1924. Si la chambre centrale est le "véhicule" qui transporta les acteurs vers le passé, comment purent-ils arriver en 1923 si en cette année le temple "n'existait pas" encore? Vous me direz que pour une entité capable de traverser les millénaires une machine arrière d'1 an ce n'est pas grand chose. Il n'empêche que cette question me gêne.

Plus turlupinant encore. 1924: fusion de Cyrrus et Virginia-Mil. Il en résulte un monstre (gardien du temps ?) qui massacre les acteurs sauf Bachmann (pas présent) et Loomis qui témoigne dans Mil: "Le monstre (…) il a tué les autres… moi il me croyait mort… m'a enfoncé le fragment dans le crâne". Donc, de 1924 à 1973, maintenu en vie par l'homme en noir, Loomis se balade avec le petit fragment de la chambre dans le crâne. Comment alors Mil a-t-il pu le découvrir en 1972 (ou un peu avant)?

Une remarque m'a gêné, celle de Bachmann lorsque, dans Mil, il revient dans la chambre: "Après toutes ces années le temple s'est réveillé et il a mal".Toutes ces années… alors quid des évènements de 1972? De plus, sur la même planche, on voit les squelettes des acteurs dans la chambre mais les cadavres des hommes de Kilkenny Leix à l'extérieur semblent avoir disparu.

Liens parentaux
Jewel est indiscutablement la cousine de Mil (c'est la fille de Kilkenny Leix, lui-même frère de Virginia, la mère de Mil). Est-ce vraiment la cousine de Cyrrus? J'en doute. Elle vient du futur et débarque en 1923 où personne ne la connaît. On peut alors imaginer qu'elle se fait passer aux yeux de Cyrrus pour une parente plus ou moins éloignée, le terme "cousine" ne serait alors qu'un terme générique. La question est pourquoi? Quelle raison a-t-elle eu de se faire connaître de Cyrrus?
Ceci entraîne d'autre interrogations. D'après l'article de Griff, le groupe d'acteurs dont fait partie Jewel tourne de nombreux films mais Cyrrus ne semble pas savoir que sa "cousine" est actrice (il l'interroge sur ses études…); de plus, il ne la reconnaîtra pas non plus sur les photos découverts sur le lieu des fouilles. En parlant de cet article, quel peut être le moyen de pression dont dispose le groupe d'acteur sur le producteur Henri Castella?

Désordre temporels
Thierry nous a dit qu'il est précisé dans la monographie d'Andréas que Mil et Cyrrus sont la réincarnation l'un de l'autre. On peut alors imaginer qu'il existe un lien entre eux et que les "désordres" subis par Cyrrus débutent lorsque, 48 ans plus tard, le groupe de parents tente d'utiliser le pouvoir de Mil. Un autre argument montrant le lien entre Mil et les désordres temporels est visible à la planche 38 de Cyrrus. Mil entame son voyage dans le temps, les horloges et les calendriers sont intacts, la réalité de 1924 aussi (l'image est de type "photo d'époque"). Mais après le passage de Mil les horloges sont distordus , les éphémérides effeuillés et la réalité de 1924 perturbée (dessin de type… andréas).

Bon, on s'arrête là pour l'instant. Je voudrais également discuté de la distinction entre rêves prémonitoires et "passages" de Cyrrus mais j'ai besoin d'une relecture et d'un aspirine, merci.

231. Quentin - 02/03/00 09:40
Je ne sais pas s'il faut commencer par Rork, ou par Capricorne, ou Cromwell stone. Andréas a quand même de nombreuses facettes (il faut lire l'album dérives pour voir l'aisance avec laquelle il passe d'un style à un autre). Même dans Rork, il y a des différences énormes d'un album à un autre. Certains albums sont à apprécier pour la mise en page (Descente, retour, Fantalia), d'autres pour le dessin (Cromwell stone, la caverne du souvenir, le cimetière des cathédrales), d'autres pour l'ambiance (les premiers rork, révélations posthumes), d'autres pour l'histoire (triangle rouge, Cyrrus/Mil). Certains sont même humoristiques (Deliah, Raffington). Finalement, il y en a pour tous les goûts. Mais c'est vrai qu'Andréas peut avoir l'air hermétique, car en fait il est toujours très exigeant avec ses lecteurs (c'est bien la moindre des choses quand on voit l'exigence des lecteurs vis-à-vis des dessinateurs). Il faut le mériter.

230. Allégorie - 01/03/00 21:35
Et on peut voir tes dessins où ?

229. aoulad - 01/03/00 20:43 - (en réponse à : aoulad@hotmail.com)
Pour pénétré dans l'oeuvre d'Andréas, un nouveau lecteur devrait commencer par RORK, les 7 tomes. L'histoire permet de cerner le génie de l'auteur sans ce perdre dans des interprétations complexes. Le nouveau lecteur pourra lire l'aventure d'un personnage et petit a petit au fils des albums se rendre compte que le tout forme tout et qu'il nous faut relire les albums précèdent pour comprendre les subtilités et l'oeuvre complète.
Je conçois bien que cromwell soit un chef-d'oeuvre mais le lecteur nouveau-né ne fera que lire les textes comme dans une bd classique et ne fera pas attention au détail graphique. Il trouvera qu'Andréas est un auteur hermétique.

Grâce aux dessins d'Andréas et à ces influences ( J. Busman, B Wrightson, et autre auteur américain), j'ai appris à dessiner. Mais les éditeurs sont très réticent à publier ce genre de dessin "à l'américaine".
Mais si ça tante quelqu'un d'écrire une histoire allégorique ....je suis preneur.

228. Nithael - 25/02/00 16:20
Je ne suis loin d'être un amateur d'Andréas, je n'apprécie pas le dessin et je n'arrive pas à entrer dans ces scénarii, du moins pour l'instant. Néanmoins, et connaissant mon point de vue sur cet auteur, mon libraire m'a conseillé de lire Mobilis, dessiné par Durieux. Le moins que l'on puisse dire c'est que j'ai aimé. Bien sûr ce premier album est une introduction, la suite on verra. Ce qui me frappe au delà de l'histoire (Ovni, complot, ??) c'est la transposition/clin d'oeil d'Andréas ( pour moi: auteur hermétique)a son héros Ross Névada (romancier hermétique) Je ne sais pas si c'est moi qui délire mais les lettres du nom Andréas se retrouvent dans Ross Nevada, il en reste trois lettres VOS non utilisées. Croyez-vous que cela a une signification ?

227. René - 23/02/00 21:59
Le SERONDAN !!! Nous savions qu'Andréas était un génie, mais en soupçonnions-nous de tels sommets ! Alors là je vous assure je ne m'en remets pas. Bravo les amis.
Il est certain qu'à ce point de l'analyse de "la génèse d'une oeuvre" on en arrive aux problèmes psychanalitiques mais alors là je vous avoue franchement que je suis largué.
L'idée de l'autoplagiat = auto- plagiat (!) est très juste à mon avis. Par contre pour les vues des divers travaux du vrai Architecte, je les vois plutôt en D3 (elles sont en couleur, et Miss Anderson s'en approche en catimini, et en sort avec la boite volée, et comme dit Quentin D3 et D4 sont très imbriqués) et peut-être s'agit-il pour l'artiste de se servir de toute son expérience, de tous ses acquis, de trouver un réconfort en se remémorant la qualité de ses oeuvres passées, de se ressourcer à la fontaine de sa propre inspiration (excusez le lyrisme, ce doit être le Sérondan).
"Mais si on continue comme ca, on pourrait trouver qelque chose derriere chaque case de l'album" : je crois bien que tel est le but ultime d'Andréas, et peut-être que, à l'instar de Quentin, j'en viens à penser que "Le Triangle rouge" est un de ses meilleurs albums.

226. Quentin - 22/02/00 09:41 - (en réponse à : quentin.gausset@mail1.anthro.ku.dk)
Bravo Thierry, tui apporte encore plus d'éléments neufs. C'est je crois la preuve de la richesse de cette BD. Chaque nouveau lecteur et chaquen nouvelle lecture peut y apporter une nouvelle interprétation. Je crois que tu as raison pour la peur du plagiat, et le truc du Serandon m'avait complètement échappé, alors que c'est tellement évident! Et pour René, non le sang ne va pas couler entre nous. Je le répète, avant toi, je n'avais pas compris grand chose à cette BD. Je te remercie donc infiniment de nous avoir mis sur la piste. Si vous êtes prêts à continuer à se retrouver réguliérement sur ce forum, il faudra bientôt créer "Les oeuvres d'Andréas (2)",car celui-ci devient pesant à charger.

225. Thierry - 22/02/00 08:40
Pas grand chose a rajouter a l'excellente analyse croisee de Rene et Quentin, tout a ete dit ou presque. Je suis aussi partisan de l'hypothese FLW reve de D1, qui reve de D2, qui reve de D3, qui reve de D4.
Je rajouterais juste 2 ou 3 choses:
Tout d'abord, si FLW signait d'un carre rouge, Andreas signe d'un triangle (A stylise). Le triangle rouge etant symbole de l'idee creatrice, on peut y voir une "aggregation" des signatures D'Andreas (triangle) et de FLW (rouge).
Un detail qui m'a perturbe, a l'oree de son dernier reve, Ffloyd s'endort, apres s'etre ouvert l'arcade sourciliere, dans une chambre aux decorarations essentiellement bleues et carrees ou rectangulaires (couleurs douces mais froides, mais je suis nul en matiere de signification des couleurs) et se reveille dans une chambre aux couleurs decorees detriangles rouges de toutes tailles et vertes (kaki, donc militaire, donc flight lieutenant worth ?). Mais le triangle apparaissant ainsi dans le decors montre bien que l'idee a fait son chemin et remonte d'un niveau. Mais elle reste brute. Elle envahit tout, mais sans "structure".
La derniere incarnation de la muse Anderson est certainement le "SERANDON, nouveau medicament tres cher" (couteux ou 'cherissable'? voir le nom de l'amour perdu de FLW)qui sauve Lebeau Wood. Anderson arrive donc toujours a point nomme pour sauver la situation.
Mais plus que les idees de positifs et negatifs, je retiens l'aspect de va-et-vient necessaire a ce que l'idee prenne vie:
D4 est evolutif et est vu sous differents jours (on considere l'idee sous differents angles pour la faire avancer pas a pas, par iteration)
D3 est plus suivi, comme le processus de "fabrication"
D2 entoure D2 et D3, passant du chaos a l'ordre (jusqu'au cube marque du triangle rouge, tout ce qu'il y a d'ordonne), symbolisant les etapes extremes du processus: le germe initial de l'idee jusqu'a ce qu'on ait toutes les pieces en main.
D1 est comme un etat de pre-conscience, precedant l'expression meme de l'idee, mais la ou il faut encore vaincre les derniers doutes qui nous sont propre, FLW se battant contre FLW. Lebeau-Wood doit tuer les derniers remparts rationnels et timores pour pouvoir enfin oser.
donc selon moi, D2 contient le germe, que D3 va traiter selon une boucle en D4 avant de remonter a D2... un peu comme un script informatique. Sans doute tire par les cheveux mais pas faux, a mon avis. Il faudrait aussi voir les implications en matiere de conscient et d'inconscient.
Une derniere chose, je crois aussi que dans le fait que Will et Leon aient la meme voiture, ce qui desole Leon, il faut voir la peur de l'autoplagiat et du non-renouvellement. Leon croit avoirla perfection, mais quelqu'un a aussi cette perfection, ce qui le desole. Dans le meme ordre d'idees, on voit tout au long de l'album des constructions, sans doute de FLW. Mais il ne me semble qu'elles n'apparaissent que pendant D4, ce qui pourrait laisser entendre encore une fois que pendant que l'idee mature, les autres realisations ressurgissent, comme autant de parasites (toujours la peur du deja-vu et de l'autoplagiat).
Encore une chose. Dans D4, on voit plusieurs fois des dessins de cubes (pages 7 et 9 entre autres). Ils representent certainement l'idee brute, ou plutot le la matiere qui attend d'etre traitee. Le cube est aussi tres present dans D2: boites en desordres au debut, cube geant marque du triangle rouge, donc l'idee lui etant assignee. De ce cube, dont Lebeau-Wood est "prisonnier" naitra l'ultime etape precedant le reveil.
Mais si on continue comme ca, on pourrait trouver qelque chose derriere chaque case de l'album.
A+
PS pour l'histoire de l'avion, je reflechirai ce soir

224. René - 21/02/00 21:42
Le pilote F.L.Wo est en D2 (en noir et blanc), le TABLEAU représentant le Flight Lieutenant Worth (en couleur) est en D3.
Pour moi Lebeau Wood est réveillé dès la première case de la page 40, et l'avion n'a rien à voir avec celui de la page précédente.
Au secours Thierry, viens vite nous séparer avant que le ROUGE ne coule pour de bon ;o))

223. Thierry - 21/02/00 12:48 - (en réponse à : chouette, le sujet revit)
ca fait plaisir de constater que decidement, il est des auteurs dont l'oeuvre permet autant de reflexions et d'interpretations possibles. Ca change de la production premachee. Je vais prendre du temps pour lire vos inteventions et vous prodiguer mes lumieres ;o)
A+

222. Quentin - 21/02/00 09:52
Mouais. Encore une fois, je vais jouer à l'enquiquineur ;o))) Le rêve D-2, où F.L.Wo. voit le cube grandir de son avion à 2 hélices, se transforme subitement en D-1, où l'avion à une hélice apporte les 3 derniers FLW à l'hôpital dans lequel Lebeau-Wood se réveille. Bref, il n'est pas clair que Lebeau-Wood ait rêvé D-2 et F.L.Worth. On passe de D-2 à D-1 avant que Lebeau-Wood se réveille. Par ailleurs, si F.L.Wo n'est pas le même que Flight Lieutenant Worth, alors l'image de la femme qu'on trouve dans la cabine de F.L.Wo n'est pas celle d'Anderson. Ca me semble un peu tiré par les cheveux de dire que ressemblance n'est pas identité. C'est quand même une des rares choses à laquelle on peut se rattacher. Bref, il me semble évident que F.L.Wo et Flight Lieutenant Worth sont une seule et même personne, se trouvant toujours en D-2 (Même si on ne lit pas ce chiffre partout). Mais bon, ce sont des questions de détail. Ce qui compte, c'est que quelque soit la version qu'on choisit, l'histoire ait du sens et puisse se comprendre.

221. René - 21/02/00 00:07
Cette conclusion vient du fait que je considère que chaque rêve est "étiqueté" par un D majuscule. L'ordre en poupées russes en découle forcément.
L'architecte rêve le tout nous sommes bien d'accord :
J'ai bien compris que pour toi il rêve des rêves à la suite,et il est une variante de lui même dans chaque rêve.
Pour moi il rêve qu'il rêve qu'il rêve qu'il rêve, et il est un rêveur différent dans chaque rêve.
Comme tu dis les deux se tiennent, mais je trouve que j'ai moins de problèmes pour assembler le tout.
Donc l'ordre des rêves implique que le pilote F.L.Wo... rêve D3, puisqu'il est en D2 (l'avion qu'il conduit), et il est rêvé par Lebeau-Wood, qui lui est en D1 (étiquette de l'avion à une hélice). Ca c'est ma déduction "mathématique", qui se trouve confirmée par l'ordre des Réveils (voir plus bas). Si D2 est en noir et blanc, c'est à cause de la symbolique de désert (d'ailleur la couleur apparait avec l'affiche d'Anderson dans l'avion).
Flaw(D4)=Ffloyd(D3)=F-L-Wo...(D2)=Lebeau-Wood(D1) : parties positives de l'Architecte.
Fred-Léon-Will(D4)=Flight Lieutenant Worth(D3)=le grand désert(D2)=Frédéric-Léonard-William(D1) : parties négatives de l'Architecte.
Là encore nous sommes d'accord donc : Ffloyd=Lebeau-Wood. Mais seulement en tant que symboles : ce qui arrive à l'un n'arrive pas à l'autre réellement (si tant est qu'on peut parler de réalité hein :-), parce qu'avec mon systême chaque rêve doit rester cloisonné,sauf pour la Muse bien sûr, et pour l'Idée !

220. Quentin - 20/02/00 11:52
Petite précision car j'ai peur d'avoir été mal compris. Pour moi, les 4 D sont bien des rêves (et effectivement, D peut tout aussi bien vouloir dire "Dream"), mais ils sont tous rêvés par le vrai architecte (Frank Llyod Wright), sauf dans le cas de Ffloyd évidemment (D-3 et D-4) et ils se déroulent en ordre chronologique. Donc, je suis d'accord sur la majeure partie de ton analyse, René, sauf que je ne suis pas convaincu par ton interprétation disant que c'est le Flight Lieutenant Worth qui rêve D3 et Lebeau-Wood qui rêve D2 (pourrais-tu expliquer comment tu en es arrivé à cette conclusion?). Pour Moi, les parties de D-3 et D-4 qui est en noir et blanc sont rêvées par Ffloyd qui est lui-même rêvé par Frank Lloyd Wright, et tout le reste (parties en couleurs + D1 et D2) n'est rêvé que par Frank-Lloyd Wright en personne. Concernant le suicide, il me semble que Lebeau-Wood et Ffloyd sont une seule et même personne, même s'ils n'ont pas le même visage. Je n'ai pas le bouquin sous les yeux, mais est-ce qu'on ne dit parle pas à un moment ou à un autre de "Ffloyd Lebeau-Wood"? De toute manière, les deux personnages sont structurellement similaires. Ils jouent le même jeu et remplissent exactement les mêmes rôles. Donc à mon avis, c'est bien Ffloyd qui fait une tentative de suicide et qui se réveille à l'hôpital.

219. René - 19/02/00 23:11
Le Flight Lieutenant Worth représente pour Ffloyd (et pour lui seul) la perfection absolue paralysante et impossible à atteindre (voir page 13 ce qu'il en dit case 6-7-8). C'est le démon à abatre de D3. (Ce que fait Floyd, le coup de couteau dans la toile page 37). Dans D2 on a un pilote dont finalement on ne connait que les initiales (F.L.Wo) puisque tout D2 est muet. Ressemblance n'est pas identité : exemple de Will Léon Fred ressemblant à Floyd comme tu l'a découvert (idem pour la ressemblance des noms, William etc).
Ce n'est pas Ffloyd qui se réveille après sa tentative de suicide mais bien Lebeau-Wood (clairement indiqué page 40 case 4).
Le rôle de D3 est dans mon optique très simple : il correspond aux trois autres véhicules marqués, mais comme ça se passe en intérieur, on voit le pilote au lieu de sa machine.
Pour le coup des hélices c'est vrai que chez Andréas rien n'est gratuit et ça commence à me troubler. D3 et D4 sont en effet, contrairement aux deux autres, très imbriqués puisque Floyd se réveille plusieur fois...Bon, je m'y replonge. (Mais l'avion de Flaw ne comporte pas de numéro. Oui mais 1-2-3 hélices. Oui mais...)

Je détecte l'archi-rouge = je, l'architecte dé rouge (je crois que c'est mieux).

Je ne suis pas Arq, j'avoue que le nombre d'album prévus me rebute un peu... Peut-on espérer un jour lointain une intégrale comme Delcourt aime à les faire ? Quelqu'un a un tuyau ?

218. Quentin - 19/02/00 13:00
Bon, ca se discute... Premièrement, pour Flaw en D3, je persiste à dire que les 3 hélices ne sont pas gratuites. D'ailleurs, Ffloyd est en D3 et rêve de la voiture en D4, puis se réveille en D3, retombe en D4 en se rendormant, etc. Je ne crois pas qu'on peut vraiment différencier D3 et D4, ils sont trop imbriqués les uns dans les autres. Il est vrai que le pilote de course est en D-3, mais on ne le voit pas piloter de voiture. Je n'ai d'ailleurs pas très bien compris son rôle dans l'histoire. Mais il a un visage "triangulaire"... Deuxièmement, Ffloyd fait vraiment une tentative de suicide! C'est ce qu'on lui annonce quand il se réveille à l'hôpital, dans la boîte au triangle rouge. Elle vient après qu'il se soit ouvert l'arcade sourcilaire. En fait, elle vient quand il poignarde le pilote d'avion, qui est un geste auto-destructeur (si j'ai raison quand je dis que tous les individus sont des facettes différentes de la personnalité de FLW, et non pas nécessairement ses "démons". En quoi le pilote Worth serait-il un démon?) Pour les rêves, je crois que les 2 interprétations tiennent la route. Il faudrait demander à Andréas. Pour le reste, je crois que tu as raison (bravo pour la contrepêterie et la boîte "qui germe". C'est très convaincant) A René: ben oui, c'est moi. J'allais te poser la même question, mais je me suis dit qu'il n'y avait pas 2 René sur ce site. D'ailleurs, à ma connaissance, à part un petit plaisantin qui s'est fait passé pour moi une fois, il n'y a pas d'autre Quentin sur BD paradisio. Schuiten/Peeters et Andréas sont mes auteurs préférés. Les plus intellectuels et les plus exigents avec leurs lecteurs. Il y en a beaucoup d'autres qui dessinent comme des Dieux, mais leurs histoires sont plutôt moyennes, je trouve. Dommage, il leur manque qqch. Dans le registre des sentiments, je suis un fan de Baudoin. C'est le seul auteur de BD qui arrive à mettre les larmes aux yeux et à me nouer la gorge quand je lis certaines de ses BD. Les scénarios de Dieter (en association avec Plessix ou Lepage) sont aussi excellents. Le duo Stassen/Lapierre était aussi génial, mais depuis que Stassen fait cavalier seul, c'est un peu décevant. Voilà un peu pour mes goûts. Côté Andréas, je crois que le triangle rouge est un de ses chefs d'oeuvres. C'est un de mes préférés. Je reste en tout cas circonspect face à la série Arq, mais j'attend de voir la suite avant de juger.

217. René - 19/02/00 00:26 - (en réponse à : à Quentin)
Et au fait, est-tu Quentin l'enquimainteneur qui sévit obscurément par ailleur ?

216. René - 19/02/00 00:23 - (en réponse à : Triangle rouge)
A quentin :
Nous ne sommes pas en désacord, car en effet les 4 rèves sont tous forcément rèvés par le même personnage puisque nous sommes "dans son esprit" entre la première et la dernière case. Mais je persiste à dire qu'il s'agit d'un rève en poupées russes : A rève de B qui rève de C...En définitive c'est bien A qui rève le tout, mais par strates. La chronologie existe en effet, elle est là. J'en veux pour preuve la cascade d'évènements et de réveils en chaine à partir de la page 37 : Flaw tue ses démons et tout de suite après Ffloyd se réveille. Ffloy tue son démon (d'un coup de couteau symbolique dans la toile), et le Lieutnant se réveille. Le Lieutnant tue le désert et Lebeau se réveille. Lebeau tue ses démons et l’Architecte-artiste se réveille. Le réveil par strates.
Pour le nombre d'hélices ça ne va pas. Flaw est en D4 et n'en bouge pas. Et le pilote de D3 est pilote de voiture. Je pense qu'il s'agit d'un artifice de dessin pour bien diférencier les avions. Sinon Andréas aurait très bien pu mettre un quadriréacteur en D4, et D3 être un pilote de side-car !.

Très bonnes idées pour les symboles et bravo pour les titres des revues sur lesquels je me suis cassé les dents. Et encore un petit coup de FLW bien sur ! Celui là m'avais échappé.
"Il me semble que Fred, Leon, Will, et Ffloyd ont le meme visage gras" dis-tu, mais c'est bien sur puisque les trois premiers sont rêvés par le dernier (j'insiste hein ;-)
Ton analyse du décors de D3 me semble aussi très pertinente. Mais Ffloyd ne tente absolument pas de se suicider mais (page 27) "d'emmener du rouge dans un rêve" (c'est lui qui le dit).
Petite contrepêterie : "Je détecte d'archi-rouge" = je, l'architecte des rouges" (FLW signait d'un simple carré rouge).
Enfin en ce qui concerne le passage de la boite, il faut bien qu'Anderson la donne à Flaw, sinon que porte Flaw page 6, et comment Fred puis Will entreraient-ils en contact avec elle ? Et comment le rouge (l'idée) se répandrait-elle ? Anderson extirpe l'idée de D3 et la donne à la fois en D2 et D4, puis cette idée est plantée par le Lieutnant dans le désert ou elle va GERMER (passage des planches 38 à 40,le cube a poussé comme une plante, ce que regarde, effaré, le Lieutnant depuis le cocpit) 'case7 page 39)
Pour les groupements de personnages ça peut se discuter mais il ne faut pas perdre de vue qu'il FAUT deux groupes de FLW dans chaque rêve. En mélangeant Flaw (à cause de ses trois hélices) à D3, tu te retrouve avec trop de FLW dans un rève et plus assez dans l'autre.

A Denis : J'ai lu que le vrai FLW a traversé une crise grave et a fuit avec la femme d'un client en Europe. Est-ce que Denis qui a ce bouquin sur FLW pourrait nous apprendre de nom et prénom de cette femme. Cela serait peut-être intéressant...(Hohé les amis, si elle s'appelle Anderson je disjoncte ?-)

215. Denis - 18/02/00 19:08 - (en réponse à : LE triangle rouge)
Dire que je voulais un peu rajouter des explication que j'avais trouve... Mais alors , Felicitation a Quentin & Rene... En fait je n'ai lu que Rene, mais Quentin a un tres bon debut!!) Je crois qu'avec le commentaire de Briard (01/02/00 - (55056)), Il y a dire... Une genese => D for Day mais il est vrai qu'il est clairement question de reves => D for Dream Cela fait plaisir de voir un tel forum! A ++ Denis

214. Quentin - 17/02/00 09:55
En me relisant, je crois que j'ai fait une erreur. En D-3, quand Anderson subtilise la boîte au triangle, elle doit certainement la confier à Worth (et non pas à Flaw, comme je l'ai écrit erronément), puisque Worth la transporte dans l'avion en D-2 (on voit d'ailleurs une photo d'Anderson dans l'avion de Worth). Bref, Anderson avait échoué en confiant la boîte à Flaw en D-4. Elle réussit son coup en la volant à Ffloyd et en la confiant à Worth. Je crois que je vais devoir relire la BD encore plusieurs fois!

213. Quentin - 17/02/00 09:47 - (en réponse à : quentin.gausset@mail1.anthro.ku.dk)
untitled


Merci mille fois, René, pour tes réflexions sur le triangle rouge. Tu es génial. J'avoue que je n'y comprenais pas grand chose, mais tu m'as donné envie de relire le livre et tu m'as ouvert les yeux. J'ai donc passé qq heures hier à lire et relire la BD dans tous les sens. Pourtant, je ne suis pas tout à fait d'accord avec tes interprétations. Dans le fond, tout colle, mais dans les détail, je crois que c'est (encore) plus subtil et que certains détails t'ont échappé (moi-meme, je n'arrive pas encore à tout expliquer). Bref, je vais reprendre pas mal des points que tu as découvert, René, mais les replacer dans un autre contexte et leur donner un sens quelque peu différent. Notre plus grand point de désaccord, c'est qu'à mon avis, il ne s'agit pas de 4 reves revés par différens personnages, mais de 4 "jours" (ou "moments", "mouvements"), qui vont de D-4 (D moins 4) à D-1 (D moins 1) (D=day), tous revés par Frankl Lloyd Wright. Il y a donc un ordre chronologique, qui suit le processus de création. Comme dans d'autres bouquins d'Andréas (voir plus bas), la chronologie se voit à de petits détails; elle ne suit pas la lecture de gauche à droite de la BD. Il faut donc revenir en arrière quand on lit l'album. Ici, les détails sont très clairement les D qui ponctuent le récit, mais aussi les 4 roues des voitures de Fred, Leon et Will (FLW, chaque nom ayant 4 lettres) (D-4), l'avion à 3 hélices de Flaw (D-3), l'avion à 2 hélices du Flight Lieutenant Worth (FLW) (D-2), et l'avion à 1 hélice (D-1) de Frederick, Léonard et William (FLW - les noms complets de Fred, Leon et Will en D-4). Tous les personnages sont, bien sûr, Frank Lloyd Wright himself, représentant différentes facettes de l'architecte. Les noms de tous les personnages ont pour première lettre F, L A ou W. "Flaw" en anglais veut dire défaut, imperfection (d'un projet), brisure, felure. Il s'agit donc bien de surmonter les défauts et les obstacles à la création tout au long de la BD.

D'accord avec René que le triangle rouge représente l'idée créatrice. Mais elle est enfermée dans la boite et tout le travail consiste à ouvrir la boite et la livrer à bon port. Pour ce faire, il faudra ouvrir 10 "petites boites" ayant chacune un symbole (voir page 5), qui symbolise à mon avis différentes étapes de la création. Je propose l'interprétation suivante:

1) Loupe = la projection dans le futur. Tout projet requiert, comme son nom l'indique, une projection. Il faut une dimension de temps. La loupe se trouve sur le journal page 9, sur lequel il est écrit "futur" (D-4)
2) Serrure = blocage, qu'il faut forcer avec un couteau (suit le blocage de Fred qui n'ose pas ouvrir la boite avec un couteau, et précède Ffloyd qui s'ouvre la tete avec un couteau pour laisser couler la création) (page 31, D-4)
3) Flèche = décision. Le projet est sur la voie. Le chemin est tracé. On retrouve la flèche sur le mur et le bouchon du bidon (page 33, fin D-4)
4) et 5) la clé et l'oeil ouvert vont de pair avec la flèche. A mon avis, ca symbolise l'ouverture d'esprit, la solution aux problèmes (page 32, fin D-4).
6) Cadenas ouvert = signe qu'il faut s'ouvrir (voir 4 et 5), ne pas se renfermer dans les idées préconçues (page 25, D-3)
7) Lunettes = introspection pour y voir plus clair? Elles se trouvent sur le journal page 13, sur lequel il est écrit "Weltanschauung" (philosophie, vision du monde) (page 13, D-3). Notons qu'on retrouve un troisième journal à l'hôpital page 43, sur lequel il est écrit "Light". Bref, Future (page 9), Weltanschauung (page 13), et Light (page 43) = FLW.
8) Coeur = passion créatrice. Va de pair avec l'apparition du Federal Law Warden (FLW) Anderson, la "muse inspiratrice" (page 9 mais surtout page 15; D-3)
9) Croix simple = cicatrice. Signe que toute création est douloureuse. il faut savoir se faire violence. Elle se trouve sur le couteau que Ffloyd utilise pour se saigner. (page 28-29, 37; D-3)
10) Croix pleine = carrefour? Communication? Il faut s'avoir exprimer ses idées, les mener à bon port? (page 6, D-2)

En D-2, toutes les boites ont finalement été "ouvertes" (elles restent fermées dans la BD, mais les symboles sont effacés des boites, voir page 39). En dernière page (47), tous les symboles se retrouvent éparpillés sur le sol. FLW a triomphé de tous les obstacles.

Revenons à l'histoire. A mon avis, elle est centrée sur trois mouvements (les 2 premiers étant eux-memes subdivisés en trois mouvements), qui se répètent, mais dont chacun va un petit peu plus loin que les précédents. Dans chaque mouvement, Ffloyd surmonte des obstacles, mais en retrouve d'autres, jusquau dernier mouvement (à l'hôpital), où il triomphe définitivement des derniers obstacles. Premier mouvement: en D-4, on a Fred, Leon et Will qui veulent freiner la création. Il se font tuer par Flaw. Second mouvement, en D-3, on a Ffloyd qui refuse la création; il tente de se suicider. En D-1, on a Frederick, Léonard et William qui veulent freiner la création et qui se font massacrer par Lebeau-Wood. Il me semble que Fred, Leon, Will, et Ffloyd ont le meme visage gras; seul les coiffures et les barbes diffèrent (petite inconsistance: Ffloyd relève de D-3 et pas de D-4; mais les deux mouvement sont imbriqués au travers du reve de Ffloyd, donc c'est pas trop grave). La progression de Ffloyd est parallèle à celle de Fred, Léon et Will: il hésite, essaye de résister à la création, puis ne peut empecher qu'elle s'insinue et se répande en lui. En D-1, à l'hôpital, Frederick, Leon et William ont le meme visage ovale que Lebeau-Wood; seuls les coiffures et la pilosité diffèrent. Par ailleurs, il me semble que le pilote de course Lightning, Anderson et le pilote Worth ont tous trois le meme visage triangulaire (seuls les coiffures et pilosités diffèrent). Grosso modo, je crois qu'on peut dire que le premier et le second groupes hésitent; ils freinent la création. Flaw et Lebeau-Wood sont structurellement similaires. Ils hésitent eux aussi mais arrivent à surmonter ces hésitations en tuant les deux premiers groupes. Le troisième groupe les aident pour faire avancer le schmilblick (chronologiquement situé entre les deux premiers "groupes"). Il reste 3 personnages aux visages inclassables: Flaw, le majordome Worbes, et le docteur Freeme (qu'on ne voit jamais).

Commençons par le commencement: D-4: trois reves en NB, on revit la meme situation, mais vue d'abord par Fred, puis par Leon, et enfin par Will. On a une progression: Fred n'ose pas ouvrir la boite et il l'enferme à clé dans une armoire. Leon aimerait bien que sa voiture soit ... (rouge) mais il hésite, n'ose pas, refuse qu'Anderson la peigne en rouge. Will saute le pas; il force la porte où se trouve la boite et ouvre le bidon plein de liquide rouge. Montre les étapes de la création, les hésitations, la peur, l'angoisse, l'orgueil, etc. Il faut passer outre ces obstacles, faire table rase, d'où Flaw qui tue Fred, Leon et Will en s'écrasant dessus avec son avion à 3 hélices (à qui Fred a refusé de confier la boite avec le triangle rouge!). Cela ouvre la porte au jour D-3. Fred avait prévu que l'avion allait s'écraser sur eux (il l'avait lu dans le magazine), et il voulait prévenir Léon, mais il n'a pas pu, c'était trop tard (une fois que la création est lancée, plus rien ne l'arrete, on ne peut pas revenir en arriére?)

D-3: Se passe en couleur et est centré autour de Ffloyd. Ici encore, on a une progression semblable à ce qui se passe dans D-4. D'abord, le décor est plus ou moins informe: un mélange de ronds et carrés (page 13-15). Ensuite, après que le verre de liquide rouge se soit répandu sur le lit, annonçant la création future, le décor se remplit de carrés, symbolisant la boite qu'il faut encore ouvrir (page 23-25). Enfin, après que la boite rouge ait été volée, que le bidon de peinture rouge ait fuit, et que Ffloyd se soit saigné l'arcade sourcilière, le décor est plein de triangles rouges (page 37). La création est lancée, inévitable. Anderson joue le meme rôle qu'en D-4. Elle veut que Ffloyd ouvre son coffre/sa boite, et libère sa création. Ffloyd a peur, il refuse d'ouvrir la boite, il préfère s'endormir. Anderson dérobe alors la boite au triangle rouge (page 22), et elle la confie à Flaw (page 6, Petite incohérence: on se retrouve au début de D-4 bien que la boite soit dérobée en D-3. Mais comme Flaw est associé à D-3 avec son avion à trois hélices, c'est pas trop grave. D-4 et D-3 sont tellement similaires structurellement qu'il est difficile de les distinguer). Une fois la boite dérobée, le processus créatif est de nouveau relancé, et on ne peut plus l'arreter. Il se répand comme une tache (page 23-24), qui correspond sémantiquement à la tache qui coule de la voiture en D-4 (page 35-36). La tache est encore informe: la création est balbutiante. C'est le début. Mais on ne peut plus l'arreter, meme si Ffloyd "dé-tecte l'archi-rouge" (déteste l'architecte?). C'est plus fort que lui, il ne peut plus arreter la création. Elle s'insinue et s'impose à lui dans son sommeil. Ca ne suffit pas, il faut la libérer entièrement, en s'ouvrant la tete. Il faut se faire violence. L'accouchement est toujours douloureux. Quand à la tentative de suicide de Ffloyd, je ne sais pas s'il faut l'interpréter comme similaire à l'assassinat de Fred, Leon et Will (de meme que Frederick, Léonard et William), c'est à dire comme le fait que Ffloyd surmonte tout ce qui freine la création, ou bien s'il faut l'interpréter comme faisant partie de ce qui freine la création (le créateur qui flirte avec la folie, empetré dans ses contradictions).

D-2: le pilote Worth transporte la boite à bon port. Il est structurellement similaire à Flaw, mais a plus de succès que lui; il va plus loin; il n'y a plus d'obstacles. D'ailleurs, il finit par ouvrir la boite et par manger les petits triangles rouges. La création est sur la voie. Les boites en désordre du début (page 5) sont remises en ordre (page 39), et les symboles des boites sont effacés (page 39), signe que les obstacles ont été contournés. Pas tout à fait cependant. Il en reste qq uns.

D-1: On se trouve au coeur de la création, dans la boite avec le triangle rouge qui est enfin ouverte. Les trois derniers obstacles, liés à la réalisation des projets (d'accord avec René pour dire qu'il s'agit des problèmes financiers, techniques, et liés à la frilosité intellectuelle et au jugement de l'homme de la rue qui ne comprend décidément rien à l'Art). Lebeau-Wood a le choix: hésiter une dernière fois, et en finir avec sa vie, ou etre sûr que ce qu'il a fait est génial, et en finir une fois pour toute avec les dernières hésitations.

D-Day: Frank Lloyd Wright se réveille. Il peut enfin créer le Guggenheim.

Petite parenthèse: le tirage de tete a une courte histoire en BD qui introduit l'histoire. Si j'ai bien compris, cela se passe dans l'atelier de "Dieu" (ou du grand Architecte). Dieu décide qu'il veut un autre projet fantastique, à la création débridée. Bardaf, c'est la cata. On ne sait plus à quel Saint se vouer. Meme le fils de Dieu, qui d'habitude se débrouille pour sortir des pires situations, ne sait plus quoi faire. Il regarde alors le projet d'un type (serait-ce Andréas?), mais c'est pas assez bon (si j'ai bien compris). En dernier recours, comme d'habitude, ils vont faire appel au "petit architecte" (FLW). "Il est sur le point de s'endormir? Parfait! C'est parti!". Et l'histoire du triangle rouge commence.

Conclusion: FLW est un petit dieu!


212. Briard - 16/02/00 13:22 - (en réponse à : Moorcockien repenti)
Le dessin de couverture de bouquin dont vous parlez est dans la monographie aux éditions mosquito. De mémoire, il s'agit d'un livre de contes et légendes et non pas du cycle des épées.
Quant au rapport avec Elric, je doute. Les thèmes développés par Andréas et le ton qu'il emploie sont très loin des livres de Moorcock
René, ton analyse est sans aucun doute la meilleure que j'aie lue jusqu'à présent sur le Triangle Rouge. Tout s'emboite, et tu as surement raison.

211. Emeric - 16/02/00 12:52 - (en réponse à : elric@france-luxe.com)
>Addict Dans passages ou fragments... les nouvelles editions au Lombard, il y a des planches de dessins en plus...dont celle avec une épée...

210. addict - 10/02/00 13:05
> Emeric Ferrand
Ca me le fait aussi le lien entre Elric et Rork.
J'avais repéré une série dont les couv. était dessiné je suppose par Andréas (pas de signature...), autre souci je ne sais plus s'il sagissait du "cycle des épées" ou "Elric" ! Si quelqu'un a une info...
C'est quoi ta réédition avec la planche où Rork tient une épée.
};)

209. René - 09/02/00 02:30 - (en réponse à : Heu...désolé)
Fichtre c'est écrit hyper large, désolé j'ai fait un copier collé assez crade...

208. René - 09/02/00 02:25
Quelques pistes de réflexion pour lire “le triangle rouge”...

Comme l’a bien montré Briard (01/02/00 - (55056)), il s’agit bien ici d’un discours
sur la création artistique et ses affres.Cadre général : pages 3 et 48 qui “encadrent” le
récit, et sont ancrées dans la réalité. Ici c’est bien Le Seul le Vrai (enfin du moins
celui d’Andréas, qui se garde bien de nous le montrer) Architecte Frank Lloyd Wright
qui s’endort, et d’éveille en ayant trouvé l’inspiration pendant la nuit (“Car des
ténèbres viendra la lumière”, comme dirait “Lightnight” (lumière de nuit)). Comment
a-t-il fait ? C’est là toute l’histoire entre ces deux pages...

Pour créer, l’artiste doit se BATTRE contre ses démons intérieurs (nous verrons plus
loin lesquels), se CREUSER la tête pour ASSEMBLER des idées, bref SOUFFRIR.

Comme il a été dit, tous les personnages sont des émanations de l’architecte, mais
chaqu’un a un rôle précis dans cette personnalité englobante. Personnalité qui va se
fragmenter à travers 4 rêves (D1 à D4, comme indiqué sur les véhicules ou leur
symbole (le pilote D3)), et dans chaque rêve des récurrentes mais aussi des variantes
riches en rebondissements.

D1 : rêvé par le vrais FLW, le personnage principal est Lebeau-Wood, (sauvé par Dr
Freeme)
D2 : rêvé par Lebeau-Wood, le personnage principal est le Flight Lieutnant Worth
(qui se suffit à lui même car “quel homme extraordinaire...”page 13).
D3 : rêvé par le Flight Lieutnant Worth, le personnage principal est FFloyd
(accompagné de Lightnight et Worbs).
D4 : rêvé par FFloyd; le personnage principal est Flaw (on verra plus loin pourquoi)
qui ne rêve pas.

Ces 4 personnages vont affronter des ennemis de la création artistique :
D2 : le Flight Lieutnant affronte le désert, symbole évident du vide dans la tête, la
page blanche...Il en triomphe en laissant une petite boite qui “remplit” étrangement la
case 5 page 38.
D3 : FFloyd affronte la peur et la paralysie qui l’accompagne, c’est le rêve le plus
violent, le plus combatif. Il triomphe en “tuant” l’image de l’impossible perfection.
D4 : Démon au visage triple que l’on retrouvera dans D1 : le moustachu Will, obsédé
par l’argent, le barbu Léon, obsédé par la technique, le glabre Fred, obsédé par la
peur des accidents. Ces trois là seront tués par Flaw qui les percute avec son avion.
D1 : Trinité démoniaque encore avec le moustachu William, démon du manque de
moyens financiers, le barbu Léonard, démon du manque de moyens techniques, le
glabre Frédérik, démon du manque d’audace et de la frilosité intellectuelle. Ceux-là
seront tués par Lebeau qui achève ainsi la lutte : l’artiste peut se réveiller.

Se réveiller ? Mais ce n’est pas tout de se combattre soi-même, encore faut-il que
cela débouche sur Une IDEE Créatrice...
C’est ici qu’entre en scène la mystérieuse Miss Anderson, qui est la muse
inspiratrice, qui traverse tous les rêves et qui transporte l’Idée d’un rêve à l’autre,
permettant la circulation de ces idées d’un niveau de conscience à un autre . Cette
idée est bien sur le Triangle Rouge himself. Cette muse doit subtiliser en D3 le
triangle à FFloyd, car ce dernier ne peut s’en défaire de lui même (paralysie nous
l’avons vu), puis elle le transporte en D4 et D2. En D4 elle affronte Léon et lui
instille “l’idée du rouge” (la manche déchirée), puis elle donne l’Idée à Flaw,
véritable pivot de l’histoire, jonction entre l’architecte et son inspiration,
F.rank-L.loyd-A.nderson-W.right : F.L.A.W. Fred n’ose pas y toucher car il a peur, et
Will la vole comme il se doit. En D2 elle permet au Lieunant de repartir, d’ailleurs
elle l’accompagne sous forme de photo (qui se colorise après le succès du pilote
contre le désert). Le pilote enfin amène l’idée qui vient visuellement et réellement se
coller contre le bâtiment de D1 (passage de la page 39 à 40, rapports pages 38/40). Et
voici l’apothéose, voici que notre artiste héros, (car “maintenant il était sûr”p.44)
peut achever le travail, et après un suspens sous forme de trois points de suspension
sanglants page 45, a très littéralement accomplit SES TACHES, qui sont en effet sur
le mur page 46.

L’artiste s’est bien CREUSE la tête : en D1 par balle, avec tentative de suicide, en D2
page 5 case 3, un simple doigt suffit à cet “homme extraordinaire”, en D3 page 29
avec un couteau, et en D4 le pansement est déjà en place sur Will car ici il n’y a plus
de rêveurs.

On pourrait encore parler de la couleur des draps de FFloyd, ou de la ressemblance
entre Worth et le vrais FLW (si l’on en croit la 4ème de couv); mais avec Andréas
plus on gratte, plus on trouve et vous avez déjà été bien sympas de lire cette tartine.

Deux petits gags pour finir, car Andréas a de l’humour (autre sujet) : la bouteille page 9 dont les
mots se terminent par F L W, et une petite contrepèterie page 23 !

207. Ronny - 01/02/00 11:22 - (en réponse à : henri.griffon@wanadoo.fr)
A propos du dernier livre scénarisé par Andréas : Mobilis...
Ben, en fait, ce n'est que le début, une longue introduction pour nous placer les personnages...
A priori, il y sera question d'extra terrestres et de paranormal, mais on n'en sait pas plus, on a juste une mise en condition du héros.
Wait & See, donc ; sinon le dessin s'en sort bien, c'est sobre et élégant, bien que moins original que celui d'Andréas. Le cadrage est assez classique aussi, mais ce n'est pas un mauvais album (sauf que l'intrigue se fait attendre).

206. Briard - 01/02/00 01:36 - (en réponse à : tout confus)
Pardon pour toutes les fautes de syntaxe et d'orthographe. Mon ordinateur plantait, et je ne me suis pas sznti le courage de réécrire tout ça...

205. Briard - 01/02/00 01:34
En m'appuyant sur la monographie des éditons Mosquito, j'en suis arrivé à la conclusion que Le Triangle Rouge parlait de création artistique. Andreas cherche dans le(s) rêve(s) de cet architecte la genèse d'une (si j'ai bien compris), de ses plus grandes réalisations.
Au début d' l'histoire, le personnage s'endort et à la fin il se réveille. Tout l'album n'est qu'une suite de rêves imbriqués. La monographie (ou l'interview parue dans SWOF) indique d'ailleurs que les rêves sont numérotés, de D (comme dream) 1 à D 4.
Tout au long du récit, il est question d'ordonner des symboles. Il!ùm^p)à y a notamment la flèche, la clé et l'oeil. Ce sont manifestement des symboles exprimant la pensée ou la réflexion (la constatation du problème, le processus et la solution, par exemple). Dans l'avion du rêve n°2, ils sont mélangés au milieu de pleins d'autres symboles, ce qui pourrait signifier le chaos des idées de Wright. Chaos qu'il s'agit d'ordonner.
C'est au moment où les trois signes proncipaux sont mis dans le bon ordre que l'architecte se réveille et annonce qu'il va entamer le projet Guggenheim.

204. Denis - 01/02/00 00:38 - (en réponse à : Triangle Rouge & FLW - 2)
Un petit commentaire pour faire remonter le sujet Toujours dans l'album du "Triangle Rouge", a la derniere page, on voit une maison dans un desert. D'apres le bouquin que j'ai sur Frank LLoyd Wright (FLW), cette maison existe reelement. Une des personne qui parle se prenomme Frank (?je ne crois pas a une coincidence!) et parle d'un projet : Guggenheim Donc pour info ce projet a ete realise, et est l'une des plus belle realisation de FLW. Il s'agit d'un musee que l'on voit d'ailleurs dans le film Men in Black (MIB avec W.Smith). C'est le batiment tout blanc en spirale :"une vague". Bon, je recherche toujour plus d'explication sur cet Album qui est l;un des plus hors-norme d'Andreas ! Il a ete dit (je crois) que c'est un hommage a FLW, je ne trouve pas reelement le fil conducteur... Je suis sur qu'il y en a un! Trop de symbole se recoupe dans cet album caracteristique de l'egnime Andreasienne ! Merci de participer! ^o^ Denis

203. Denis - 29/01/00 01:52 - (en réponse à : Triangle Rouge & FLW -1)
Salut, J'ai achete un bouquin sur Frank LLoyd Wrigth. L'album du "Triangle Rouge" en serait inspire... Pour l'instant je ne trouve pas de correlation entre l'architecte et l'histoire en elle meme. Mais l'ambiance, les constructions y sont typiques, similaires. Je pense qu'Andreas a puise dans l'oeuvre de FLW pour les batiments interieur & exterieur de CAPICORNE. FLW a ete classe en 3 ou 4 periode. Je vais m'y plonger un peu plus... Andreas aurait-il cherche a montre cet evolution ou s'est il contente d'une seule??? A++ Denis

202. Emeric Ferrand - 18/01/00 18:53 - (en réponse à : bd@france-luxe.com)
Bonjour à tous, Fan d'Andreas comme vous tous, j'aimerai vous soumettre un point que je n'ai trouvé cité nul part dans ce forum. Le lien entre Rork et Elric, le personnage de Moorcock. La ressemblance physique et évidente et il y a également son coté lien entre le bien et le mal (la balance cosmique dans la saga de Moorcock). C'est la première chose à la quelle j'ai pensé et en plus il y a dans la réédition une planche ou on le voit avec une épée (planche que je n'ai pas dans l'édition originale ?) Merci de vos lumières et à très bientôt, plus de questions et d'info quand j'aurai lu l'intégralité de ce forum… Si une dernière : Fantalia, c'est quoi ca se trouve où ?

201. Thierry - 17/01/00 08:53 - (en réponse à : c'est vrai que c'est plus tres vivant ;o))
C'est vrai qu'on peut se poser la question du "tout prevu ou pas". Mais d'un autre cote, il est aussi possible qu'Andreas utilise la technique du "plantage" (pour pas utiliser ce vilain mot aglais qu'est planting). C'est-a-dire disseminer ca et la des elements a priori gratuits mais qui pourraient etre reutiliser plus tard, si le besoin s'en fait sentir. Cette methode etait tres utlisee par les feuilletoniste du XIXe, entre autres.
Dans XIII, il me semble que Van Hamme avait d'ailleurs dit que quand dans Rouge Total, il fait parler XIII en espagnol, alors que rien dans son dossier ne le laissait supposer, il n'avait pas encore penser au cycle du Costa Verde.
Capricorne se situant dans cette veine feuilletoniste, selon moi, il est probable qu'andreas utilise cette technique (avec talent).
A+

200. Nico § - 16/01/00 20:23
Bon on va réanimer ce forum (mort dixit Thierry dans un autre sujet... :)) ,d'autant plus que j'ai découvert un détail curieux dans Capricorne tome 1.
En effet,dans la page 14(ou planche 12 ,c'est comme vous voulez...),case 4,on voit Cap dans les égouts.Or cette case annonce un avant goût des prochains albums de Capricorne:Sur le mur en face de Cap,on aperçoit les signes indiens du second tome et le gardon rouge du 3e tome ! (quand à l'eau des égouts,elle peut évoquer peut-être les profondeurs du tome 4 ?)
La question que je me pose est: Est ce qu'Andreas avait prévu tout à l'avance et voulait dans ce cas nous laisser un indice à nous autres pauvres lecteurs ? Ou bien,est ce du hasard ?
P.s : Quelqu'un a t'il des renseignements sur Mobilis (à part le site Delcourt) ou le 4e tome de ARQ (Racken...?) ?

199. Vince Foster - 13/01/00 14:35
Je crois que tout le monde avait compris que le monde des reveurs est a l'interieur de la pierre. La planche 47 du dernier tome est tres claire, il y a un zoom sur la pierre fracturee et on voit les reveurs dedans. Pour ce qui est de la baisse de qualite des albums, je ne parlais pas tant du dessin que du scenario. Capricorne est quand meme tres classique et un peu faiblard (meme si le cote serie B doit etre assume), pour Arq c'est pas le pied non plus (meme si on ne peut pas juger un cycle de 18 albums au 3eme). Le fait est qu'Andreas sort trois fois plus d'album qu'avant. Alors comment fait il? il a abandonné sa famille? il a pris des negres? ou il passe nettement moins de temps sur chacun de ses albums?

198. Denis - 11/01/00 22:40
>> A Vince Une petite remarque au sujet de la qualite des dessins... Il plus que visible que le dessin d'Andreas change entre ARQ, CAPRICORNE et CROMWELL STONE... Un peu comme Moebius, il a acquis differents styles... Mais je trouve que la repetion d'image ne fait pas parti chez Andreas d'une tactique commercial, mais d'un effet de style motive par la transmission d'une impression. N'oublies pas que dans le cas d'ARQ, Andreas desire de faire une serie en 18 albums( ou qqch comme ca!) >> A Laurent: Moi aussi j'espere qu'il continuera sur sa lance... 3 albums en 2000 ! Pb cela risque de faire mal au portemonnaie ;-D >>>>>>>>> >> A tous... En relisant les mysteres Andreasiens que se forum ou d'autre site internet evoque, enonce, ou elucide, ne parle pas du monde ou RORK se retrouve prisonier! Meme si cela est stupide de se poser la question, cela n'a pas d'importance dans l'histoire... Je me demande si ce mode ne serait pas l'interieur de la pierre que Low Valley - Deliah a ramene de son monde! Serait-il possible? Voyons d'abord les faits. 1/ Deliah, etait capable de voir Rork dans sa prison des quelle se concentrait. 2/ Deliah ramene la pierre (qui etait dans un autre monde), et quelque chose contrarie les "menteurs de Vhree" (?pas sur de l'orthog?)... 3/ A la fin du cycle, la pierre est detruite, le monde des menteurs est ravage, les menteurs a terre! De la, j'en ai fait un tas de suputations... Ayant l'habitude de me lance dans des hypotheses "tirees par les cheveux", je me contenterais que celle ci... La mission de Rork de retablir les choses "dans l'ordre" ne serait elle pas de renvoyer la pierre... En effet celle ci dans notre monde (ou la terre de Rork/Capricorne/Deliah...) subirais une mauvaise influence (qui sera effectivement destructrice)... Donc en conclusion, le passage de Rork et Deliah aurait ete quasiment dans le meme monde, mais a des tailles differentes... Deliah a cote de la pierre, Rork prisonnier de la pierre (dans la pierre!). +... Le monde ou Rork fut prisonier est rouge, je crois que la pierre est Jaune avec des bandes... Rouge! +... Le monde ou Rork fut prisonier est boules/planetes... Ne serait-ce pas des atomes? (ou l'image que l'on peut avoir d'atome simpliste : Ce n'est qu'une BD pas un recueil de Physique quantique!) Denis ^o^

197. Denis - 11/01/00 21:31 - (en réponse à : HaPpY bIrThDaY)
Bon Anniversaire a Andreas Je sais que je suis en retard... c'etait le 3 janvier 51, il y a 49 ans! (Je ne suis pas sur de cet info, je l'ai lu sur un site : http://www.imaginet.fr/bd/bdjanvier1.html ) Si quelqu'un le connaissant lisait cela, merci de lui faire parvenir mes meilleurs voeux: Pour l'anniversaire et le nouveau millenaire !!! Denis ^o^

196. Vince Foster - 11/01/00 17:47
Est ce vraiement un tour de force de sortir trois album par ans? Ne trouvez vous pas que la qualite s'en ressent? A la lecture du dernier Arq j'ai eu la pensée coupable que certaines scenes avec des cases repetitives (le couple sur le bateau, le couple au lit...) etaient plus du remplissage qu'un reel effet de mise en page. On pourrait aussi soulever ce probleme pour Trondheim qui sort plutot six albums par ans.

195. Laurent - 11/01/00 13:36 - (en réponse à : bdandreas@chez.com)
L.O. et bonne et heureuse année (aux forumiens et aux organisateurs de bdparadisio -quelle lèche !!!- pleine de mystère(s) et de bonnes BD qui nous décolle la pulpe de la matière grise et nous décrasse les yeux et le cerveau ! Le site mentionné ci-dessous est celui auquel particpe un ti gârs qui gagne à être connu Etienne Bariller qui n'a rien trouvé de mieux que de s'offrir comme cadeau de fin d'année un interview en règle et documenté d'Andreas. C'est bien, c'est bon, c'est beau et c'est pas cher -et cela aide la fondation Cousteau (je déconne...) Allez faire un tour là : http://www.imaginautes.com/vpc/slash_19.htm Et parce que nous ne pouvons décemment pas attendre Mars (mais en fait, on aime bien ça quand même...), il y a la coréalisation évoquée dans ces pages qui sort avant Mars (ouf !) entre Durieux et Andreas. sur Delcourt, c'est marqué février 2000. Andreas va-t-il encore réalisé le tour de force de sortir 3 albums la même année comme 1999 ? Joyeux millenium !!!

194. Nico § - salut ! - 10/01/00 18:53
Il paraît aussi qu'on pouvait en apprendre plus sur ce tome 5 en lisant dans une revue ou un site...(HELP ! si vous savez lequel...)

193. Albert F. - 07/01/00 18:37
Salut à toi, D., qui tout comme moi, es nouvelle sur ce forum! Salut aux habitués! Quelques nouvelles du front: Capricorne 5 devrait paraître en mars!

192. D. - 06/01/00 19:00
Salut, moi c'est D.! Youhou! Y a quelqu'un qui a achevé de cuver son vin du réveillon? Puisque je suis la première à me réveiller pour l'an 2000 dans ce forum de fans d'Andrés , je peux émettre mes voeux en prem's: Je voudrais me trouver un pouvoir! Faire bouger des objets à distance! Lire la pensée des gens! Voir à travers les murs! Cette sorte de choses... Quant aux sorties, je voudrais du Andreas, bien entendu!!! Bon, je m'éclipse... Bisous à vous tous! Bonne année!

191. Nico § pour addict - 21/12/99 15:42
Au fait,est ce que tu peux nous donner ta vision de l'univers d'Andreas sur "Cyrrus-mil" ou "Arq" ? (ou les 2 ,si tu veux...!)

190. addict - 17/12/99 12:50
> nico
oui beaucoup, depuis l'époque de "fragment" en fait. J'ai décroché avec le "cimetière des cathédrales", le nouveau traité graphique me déplaisait. Etant gamin je bosssais uniquement à la plume, je passais des heures sur un malheureux dessin n&b, quand j'ai découvert Andréas et Wrightson (orthographe à confirmer) ce fut la révélation.
Mais après des études liées au "graphisme" je suis devenu plus réceptif à toutes les formes d'illustration et naturellement j'ai réembarqué pour j'espére un long voyage};)



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio