Bloody Manhattan de Marc RiouPhilippe ThiraultMark Vigouroux - 2 critiques

Série : Miss - T. 1
Edition : Humanoïdes Associés (Les)
Pages : 52 pages en couleurs
Parution : juin 99
Auteurs : Marc RiouDessinateurPhilippe ThiraultScénaristeMark VigourouxDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : ArzaK (18 juin 2001)

Du polar sombre et sans concession, c’est ce que propose cet album, premier d’une série qui promet d’être passionante. New-York, les années trente, l’alcool frelaté et les balles coulent à flot. Dans cet univers glauque, une survivante, une demoiselle, une miss qui soigne le mal par le mal. Le scénario est d’une très grande efficacité (le scénariste est auteur de roman du même accabit), avec des dialogues percutants et des personnages roublards a souhait. Le dessin est tout aussi sombre et glauque, l’alchimie fonctionne bien. Ajoutez à cela une mise en couleur qui à elle seule fait beaucoup pour l’ambiance, et vous avez une bd délicieuse. Seul la cadrage, à certain moment, perd de son efficacité. Mais c’est bien la la seule fausse note (excusable) d’une mélodie mortelle qui vous emportera au bout de la nuit. Une série à suivre, assurément. Avis aux amateurs de polar.

Par : Thierry Bellefroid Voir les critiques de Thierry Bellefroid (07 juin 1999)

« Miss », tome Un : Bloody Manhattan, de Philippe Thirault, Marc Riou et Mark Vigouroux, paru aux Humanos.


Il n'y a pas de hasard. Quand vous prenez un auteur de polar pour faire de la série noire en BD, il arrive toujours dix coudées au-dessus des scénaristes de bande dessinée. Cette bonne vieille règle qui vaut par exemple pour Didier Daeninckx se vérifie dans le premier tome de « Miss ». Philippe Thirault, auteur de plusieurs romans au Serpent à Plume, place dans la bouche de ses personnages des dialogues coupés au couteau, trempés dans la poudre, burinés par la vie. Ca sent la métaphore de bas quartier, le malheur qui suinte de partout, la violence gratuite aux relents d'oseille. Les textes des récitatifs sont si imagés qu'ils créent en vous comme les images d'une autre BD, qui se superposeraient au dessin. Et le tout, avec un humour (forcément noir !) qui fait passer les actes les plus abjects et les moments les plus noirs pour du Gaston Lagaffe. Bon, c'est vrai, on s'esclaffe rarement. Mais combien de fois se surprend-on à sourire, étonnés par cette vitalité d'écriture ?

Nola et Slim ne sont pas des enfants de coeur. Bonnie & Clyde ne sont pas loin. Mais il y a une sorte de second degré, de retenue dans « Miss » qui désamorce tout et nous les rend sympathiques. Tout le contraire d'un « Polar extrême » (même éditeur), par exemple, où le but de Jodo était clairement d'aller aussi loin que possible dans la déliquescence, voire la scatologie, histoire de choquer un peu et de montrer au passage qu'il n'avait peur de rien. « Miss » n'a pas cette prétention. On serait tenté de dire que « Miss » n'a pas de prétention du tout. Si ce n'est celle de nous faire passer un bon moment et de nous accrocher pour ne nous lâcher qu'à la dernière image de l'album, déjà mûrs pour réserver un exemplaire du suivant chez notre libraire. D'autant que les duettistes Marc Riou et Mark Vigouroux ont développé le dessin idéal pour faire de tout ça une authentique BD noire...en couleurs !


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio