La Fin des EX-LIBRIS?

Les 180 commentaires sont triés des plus récents aux plus anciens .

Acces direct aux pages 1 2 3 4


130. suzy - 30/11/06 17:24 - (en réponse à : Cher Sojuro)
Vous avez vu comme d'un post à l'autre la tension redescend! ;-)

J'aime les PLV et cela ne fait de mal à personne vu que normalement elles devraient fini au feu! ... je trouve même que l'art un peu kitch (cela s'écrit comme ça?) de la PLV est une chose que vous devriez étudier. J'en ai de jolies. Je pourrais vous envoyer des photos si vous voulez. Vraiment, aucune fourberie de ma part.

129. sojuro - 30/11/06 17:17
sain...c'est ma libido qui me travaille....

128. sojuro - 30/11/06 17:15
desole pour l'abrutis.mais j'ai quand meme du mal à considerer comme sein d'esprit le bnhomme qui achete l'eo, le tl, la version crayonnée d'un meme album.borné, certainement, car ca, cela m'est completement etranger.et les editeurs se regalent, vous n'imaginez pas!
mlais je vous autorise(je suis bon, aujourd'hui) à me vilipender.nous sommes entre gens de bonne compagnie, et l'insulte est suave.

s2m

127. suzy - 30/11/06 17:11 - (en réponse à : à Sojuro)
Les abrutis qui achètent des TL, ex-libris et PLV font aussi vivre les auteurs, comme ceux qui achètent à Carrefour. Et l'abruti que je suis donc se sent un peu vexé qd même. En fait j'étais pas loin de vous renvoyer la politesse de façon ... humm, pas très catho on dira ... je ne le ferai pas. J'ai en effet écrit plus bas que je déteste les personnes qui se sentent rassurées en classant les autres dans de jolies cases ou encore plus facile en réduisant le monde en blanc ou noir. Alors je suis déçu qu'un auteur reste aussi borné quant à la perception du monde qui l'entoure. Dommage.

126. sojuro - 30/11/06 17:05
et oui, on s'autorise l'equation bd= argent!et pourquoi?parce que c'est notre metier, pas notre loisir, pas notre hobby, mais notre metier!et au derniere nouvelle, pas le votre.

125. sojuro - 30/11/06 16:49 - (en réponse à : cher Quentin.)
vous me permettrez de prendre à charge le ton rugueux que vous utilisez si gaillardement.

pour ce qui est de la responsabilité des auteurs dans les derives, vous prechez un convaincu;qu'il n'y ai pas d'ambivalence:pour moi, l'auteur n'est pas la pauvre vierge effarouchée subissant les assauts de malfaisants libidineux.mais ne tortillons pas du cul comme de petites pincées:il y a commerce et tant qu'il y aura des abrutis pour acheter les tl plv, xl, et toutes ces conneries, les editeurs, les auteurs continueront.je sais , c'est un cercle vicieux.

et meme si cela doit perturber votre petite tranquilité intérieur, l'auteur n'est pas un assoiffé de pognon (il ferait un autre metier largement plus rentable et moins exigeant.);par contre , il en a surement marre de se faire elargir l'anus par un certain nombre d'abus.et oui, et c'est consternant de devoir le repeter, le droit legifere sur les droits et les devoirs de chacun.ca vous perturbe(en l'occurence le droit est attaché au pays de signature, donc vous pouvez vendre en belgique, patagonie,ou a la saint glinglin, c'est du pareil au meme!), et bien tant mieux! c'est fait pour!marre des mecs qui pensent que parce que la technique le permet, il en ont le droit!putain! c'est incroyable!et en plus vous voudriez que l'on vous donne la benediction!non, mais vous rigolez!

confondre les auteurs et les ayant droit(hergé), ouaf ouaf...permettez moi de me fendre d'un sourire en coin.considerez que vouloir proteger le devenir de ses oeuvres, c'est uniquement par motivation financiere, je me gausse.pour soutirer quoi?les 8 % de droit?non, c'est juste pour vous rappelez qu'avant de se faire b.., on apprecie que l'on nous demande un tant soit peu notre consentement.claro?publier , ce n'est pas se transformer en fille publique .


s2m

124. pegase - 30/11/06 16:34
Mais dans ce cas, certaines éditions qui ne sont pas stricto sensu des EO ont également un intérêt majeur, et certaines EO n'en ont pas le moindre.

C'est vrai, de même que certaines rééditions sont plus jolies que les eo mais c'est tout de même assez rare( je continue à ne parler que des vieilles bd). Et puis on peut aussi n'être pas tout le temps noble et vouloir des trucs un peu absurdes qui ne font de tort à personne.
Sur les dédicaces je te rejoins complètement, sur le principe ça n'a que peu d'intérêts même si j'aimerai bien avoir eu mon petit dessin de Franquin étant gamin( à l'origine c'était plutôt ça les dédicaces, Franquin dessinant Gaston ou de Mesmaeker à des gamins). Mais je ne pense pas qu'on aille vers un arrêt de cette curieuse pratique.

123. Golem - 30/11/06 16:29
Je ne revendrai aucune de mes BDs sauf doublons encombrant inutilement ma bibliothèeque ou EO atteignant un valeur tout à fait scandaleuse et disproportionnée (mais me permettant de compléter ma collection).

122. Golem - 30/11/06 16:26
Je n'irai pas jusqu'à jeter un XL même gratuit, ni même le donner (je l'ai il est à moi, gnarf gnarf gnarf, pas touche ou je mords), mais pas payer en plus (damned je radotes).

121. pegase - 30/11/06 16:25
Ceci dit, prenons l'hypothèse où il serait interdit de revendre ce qu'on achète, ou alors il n'existerait aucun marché de l'occasion, ou l'hypothèse où la BD s'autodétruirait après la lecture (un peu du genre d'un film qu'on va voir au cinéma, et où on ne peut pas récupérer son argent après la consommation de l'oeuvre), ben franchement, je n'achèterais pas autant de BD que ce que je fais aujourd'hui

Je suis collectionneur mais je n'ai pas du tout ton analyse. J'achèterai autant de bandes dessinées que maintenant et avec exactement la même culpabilité. Il faut dire que les bd que je n'aime plus j'ai beaucoup de mal à les revendre, je les empile dans des cartons dans ma cave avant ce passage à l'acte définitif, car les rares fois où j'en ai revendu je l'ai un peu regretté par la suite. Evidemment si le besoin s'en faisait sentir je commencerais par vendre celles-là.
Quant à la revente des albums, jusqu'à présent le but a été de faire un peu de place, de vendre des doubles, des albums malencontreusement abîmés parce que je n'aime pas avoir un livre en piteux état( sans doute encore un coté fétichiste), ou de vendre une eo pour m'en acheter une autre et ainsi faire l'apport( du genre vendre un BE pour du TBE ou du neuf). Et dans ce dernier cas je n'ai strictement aucun sentiment de culpabilité, bien au contraire.

120. Sitcom - 30/11/06 16:25 - (en réponse à : Danyel )
Je lis les posts. Et plutôt que de répondre comme Soj le fait, ma contribution se résume au yatta de service tellement cette spéculation me désole.
Bref, un sujet de ringard du niveau de 5 ans, CQFD !

119. Coacho - 30/11/06 16:22 - (en réponse à : qui y va de son inutile intervention !)
Je maperçois que je suis un timbré notoire ruiné !
Je collectionne la BD mais sans aucun autre but que davoir du plaisir à la lecture&
Cest très con mais je nai jamais ouvert un BDM de ma vie et je nai pour centre dintérêt que mon petit plaisir égoïste !
Parfois, je me drape dans le suaire du défenseur des auteurs en disant que je nachète QUE des albums neufs& Et je me rends compte que cest pas vrai !
Il mest arrivé dacheter des occaz, très très peu, mais parce que lalbum nétait plus édité, ou introuvable par un autre biais que les bacs doccasions.
Je me contrefous de lEO (à lire parfois certains commentaires, ça fait froid dans le dos) mais je peux comprendre ce travers de collectionneur dès lors quil sagit dalbums marquants, qui ont fait un peu « lhistoire » de notre passion.
Les EO des albums à la con qui inondent les étals des supermarchés, cela relève du spéculatif.
Question collectionnite, jai la chance de posséder quelques statuettes qui sont des créations « maison » dun intervenant ici connu pour être MVAMQJA et jen suis fier ! Elles ont une âme, sont uniques, et sont étroitement liées à une admiration profonde de certains auteurs.
Sinon, à de très rares occasions, je me suis offert une planche originale& Pour la contemplation, pour les couleurs, pour la construction du travail, pour lamour que je porte à lauteur et à son Suvre& Cest aussi joli quun beau tableau et je my arrête presque chaque jour pour my rincer les pupilles !
Rapide tour de la question de la dédicace ? Cest nul& Cest un marché aux bestiaux&
Ceci étant, jy vais volontiers 2 ou 3 fois par an pour, en vrac, partager un moment avec des amis (Moustache si tu me lis ! ;o)), voir des amis qui sont derrière la table en train de trimer (ils se reconnaîtront !), et surtout remplir mes mirettes de gosses devant la réalisation de dessins, ce qui reste un acte toujours aussi empreint de magie pour moi&
On rencontre parfois avec bonheur des auteurs la tête levée quand ils ont fini leur labeur, et, accessoirement, on va parfois bouffer avec eux ! Sinon, les mêmes connauds (qui a dit « Premier à Tarquin ? »), tout ça& Boarf&

***** soudainement, une angoisse métreint parce que les connauds en question peuvent se dire en me voyant que moi aussi je suis partout & arrgghhhhhhh ! *****

Et pour en revenir au sujet de base, les Ex-Libris, alors là, franchement, je men balance comme de lan 40 !
Je nen achète jamais, je nen veux pas, je ne veux pas payer plus cher pour ça, jen ai jeté par dizaine parce quils tombaient des albums, et il doit men rester dans un carton quelque part en attente dêtre dégagés !
Il mest arrivé dacheter des coffrets avec des intégrales et de jeter le coffret en carton qui memmerdait, cest dire& Et pourtant, Dieu sait combien jaime la BD !

Précision, quand un auteur moffre directement un Ex-Libris lors dune rencontre, je el garde toujours et lui réserve un traitement& sentimental car il est lié à un moment de plaisir& comme quand je lis une BD ! Comme quoi ! ;o)

118. Manu temj - 30/11/06 15:09 - (en réponse à : Quentin)
Si je dépense tant d'argent SANS MAUVAISE CONSCIENCE, c'est parce que je sais que je peux revendre ma collection à tout moment et reprendre mes billes en gagnant sur certains et en perdant sur d'autres

N'est-ce pas aussi et surtout parce qu'il te reste un objet à posséder, chérir, à relire, à prêter à mettre en comparaison d'un autre, à classer et tout et tout ? Nous sommes pour l'essentiel et resterons des collectionneurs parce que nous avons ça dans un coin du cerveau et que notre intérêt particulier se porte sur une discipline artistique abordable financièrement et liée à un objet. Nous ne pouvons pas le nier.

Ce n'est pas une raison pour cultiver ce "côté obscur" ou laisser ceux qui voudraient gagner plus d'argent avec nous nous entraîner vers n'importe quoi. Parce que sinon, je le répète, le n'importe quoi submergera le fond et le microcosme BD étouffera dans sa propre graisse.

En plus, ce n'est pas incontournable (mais je ne vais pas me cacher non plus derrière MON petit doigt, je n'en suis pas à ce stade), il y a des lecteurs de bibliothèques (même si elles sont souvent pas très pointues hélas) et des cinéphiles qui ne collectionnent pas les DVD et des amateurs d'arts qui se contentent d'expositions et de musées...

117. larry underwood - 30/11/06 14:43 - (en réponse à : suzy)
Suis pas une fille non ... un mec sans doute alors! ;-)

Ah, ok.

116. Golem - 30/11/06 14:40 - (en réponse à : Quentin)
Si je trouve une BD que je cherche depuis longtemps, je ne vais pas chercher à savoir d'où elle vient.
J'en ai déjà acheté sur eBay, ou bien via échange d'email.
Pas seulement la BD d'ailleurs, j'ai acheté à un prix minimal des adaptateurs scsi SCA par petites annonces (10 euros les 3 au lieu de 25 E pièce).

115. Quentin - 30/11/06 14:36
J'ai oublié de mentionner un article intéressant à propos des collectionneurs publié sur actua BD.

114. Golem - 30/11/06 14:32 - (en réponse à : Ex-Libris)
Pour ceux qui suivent la série Gorn, le n°10 est vendu à la Fnac avec un ex-libris assez sympa (apparemment pas numéroté).
Peut-être trouvable ailleurs qu'à la Fnac d'ailleurs, j'ai pas regardé.
J'ai failli craquer (malgré mes déclarations de tout-à-l'heure) mais commencer une série pour un XL n'est pas une raison suffisante.

113. Quentin - 30/11/06 14:30 - (en réponse à : Manu)
Je suis d'accord avec toi. Je ne suis d'ailleurs pas un spéculateur. J'achète un album pour le lire, pas pour le revendre plus cher (la plupart du temps, quand je revend un album que je n'aime pas, j'y perd). Maintenant, si par un coup de pot j'achète un truc que d'autres sont prêts à acheter plus cher que ce que j'ai payé, je vais considérer de le revendre, quitte à racheter une réédition. L'argent gagné part directement dans l'achat d'autres albums. La spéculation joue dedans, mais ce n'était pas le but. Je suis amateur, pas commercant. Mais je ne me cache pas derrière mon petit doigt. Je ne crache pas sur la spéculation. J'ai le choix de jouer le jeu ou de m'en retirer (ca fait longtemps que je n'achète plus rien sur ebay).

Ceci dit, prenons l'hypothèse où il serait interdit de revendre ce qu'on achète, ou alors il n'existerait aucun marché de l'occasion, ou l'hypothèse où la BD s'autodétruirait après la lecture (un peu du genre d'un film qu'on va voir au cinéma, et où on ne peut pas récupérer son argent après la consommation de l'oeuvre), ben franchement, je n'achèterais pas autant de BD que ce que je fais aujourd'hui. Si je dépense tant d'argent SANS MAUVAISE CONSCIENCE, c'est parce que je sais que je peux revendre ma collection à tout moment et reprendre mes billes en gagnant sur certains et en perdant sur d'autres (je n'en demande pas plus, je ne cours pas après un bénef, et je perdrait même une partie de bon coeur en echange de tout le plaisir que les BD m'ont procuré). Sans cette possibilité, j'aurais pas mal de problème pour justifier mes achats auprès de ma femme, et la plupart des gens me prendraient pour un cinglé.

Ce qui m'irrite, c'est que ceux qui critiquent la spéculation ne font rien pour l'arrêter, et contribuent même à l'alimenter. Les auteurs ont bien sûr des droits, en premier lieu celui de ne pas faire d'ex-libris. Comment casser le marché des EO? En n'écrivant plus la date de publication sur la première page. Les TT? On ne peut pas en sortir un sans la bénédiction de l'auteur. C'est pas bien difficile de casser le marché de la spéculation. Les lecons de morale teintées d'hypocrisie ("faites ce que je dis, pas ce que je fais"), très peu pour moi.

112. larry underwood - 30/11/06 14:23 - (en réponse à : danyel)
je confirme que le yatta a été drôle 8 jours : le fait que ce truc existe encore au bout de 3 ans est assez navrant...

111. Danyel - 30/11/06 14:23
Non, yatta, ce serait plus proche d'un truc comme "a y'est !". Le genre d'expression que tu n'utilises plus passé 5 ans. Mais c'est vrai que" just do it" est ringard aussi.

110. Manu temj - 30/11/06 14:07
Un amateur BD se voit obligé de dire que pour lui, BD=plaisir, s'il ne veut pas être taxé de spéculateur. Seuls les auteurs peuvent prétendre au moto que BD=argent. Voilà une partie de ce qui m'irrite.

Ben oui, pour moi aussi BD=argent, mais argent dépensé.

Si BD=argent à gagner et que je ne suis ni auteur, ni dans la chaine d'édition-distibution, que je ne suis pas commerçant, que suis-je d'autre qu'un spéculateur ?

Que tu revendes tes albums pour en acheter d'autres, pourquoi pas ? Si tu achètes un album pour le renvendre plus cher, même si tu redépenses l'argent en bandes dessinées, C'EST de la spéculation. Donc tu alimentes un peu plus qu'un autre cette folie fétichiste et immature dont nous parlons (même pour tes noble desseins de collectionneur que je ne conteste pas).

Ne te cache pas derrière ton petit doigt !

109. Quentin - 30/11/06 14:04 - (en réponse à : Suzy)
Les règles du Yatta sont expliquées par Larry Underwood au post 101 (284033) du sujet suivant:

D'après la charte du Yatta dont l'ami nemO et moi-même sommes les seuls dépositaires, que si t'es pas content ben c'est pareil et ça nous fait bien rire, le Yatta n'a de valeur que s'il est solitaire, c'est à dire que tu ne dois pas amener toi-même le sujet vers son centième post comme tu l'as fait ici. Le Yatta est refusé si le post précédent la nouvelle centaine est également de toi. Sinon tout fout l'camp.

De plus, conseil d'expert : c'est bien de te faire la main sur des post 100, mais le Yatta compte double à partir du 300eme message. Et si ton Yatta cloture un sujet (500ème), tu gagnes un super-bonus.

108. Manu temj - 30/11/06 13:59 - (en réponse à : pegase)
ustement, je crois que les collectionneurs sont souvent ceux qui ont été touché par lSuvre et qui dune certaine façon souhaite se lapproprier et la conserver. Elle nest pas là pour faire juste un bel objet mais si cet objet est beau et vraiment de qualité(ce qui est très rare dans la bande dessinée moderne grand public et qui nétait pas spécialement lobjestif visé des anciennes collections devenues furieusement collectionnés) cest tant mieux.

Je me demande si finalement ce que tu critiques nest pas la mauvaise collection, celle qui pullule en effet et qui est plutôt bon marché, pour de la collection, celle du TT de machin truc qui na aucun intérêt dautre que de faire un peu de fric à léditeur qui a deux ou trois croquis merdiques pour faire un plus avec souvent le cahier de lédition courante, ou sinon un n&b nulle à chier, sur du papier dégueulasse etc&Ca cest autre chose, ceux qui se font attraper manque peut-être de goût ? Et la spécualtion qui y est liée me parait plutôt gentillette.


Oui, je pense qu'on est à peu près d'accord. Je suis passionné par la bande dessinée en tant que discipline artistique, mais aussi par son histoire. Collectionner les planches ou les E.O. devrait être une manifestation de son propre intérêt pour l'histoire et la connaissance de la bande dessinée. C'est mon esprit concernant les très rares pièces de ce type que je possède. Mais dans ce cas, certaines éditions qui ne sont pas stricto sensu des EO ont également un intérêt majeur, et certaines EO n'en ont pas le moindre. Sans doute même que conserver une pub ou une mauvaise édition qui aurait eu un intérêt polémique ou technique particulier peut relever de ce "noble" soucis.

Malheureusement, la collection comme phénomène névrotique courant, appelle toujours des dérives d'abord individuelles (on veut TOUT avoir, à TOUT PRIX, TOUT finit par avoir de l'intérêt) puis collectives (un marché se développe, puis un marketing autour de ce marché, qui peut finir par étouffer sa source).

Quand les premiers bédéphiles collectionneurs ont commencé à rechercher tel ou tel astérix miniature en caoutchouc comme un témoignage de l'émergence du "phénomène Astérix" (titre il me semble d'un fameux N° de l'Express), c'était intéressant. Quand quarante ans plus tard on met en avant dans les vitrine des figurines de tous types, luxueuses, en résine ou en métal, et qu'elles sont identifiées comme LA BANDE DESSINEE, c'est atroce !

Pour les dédicaces je demeure TRES mitigé concernant leur intérêt fondamental. Je suis allé récemment voir Dylan Horrocks parler pendant une heure de son travail et de son oeuvre (sans dédicaces), j'y ai trouvé plus d'intérêt et de plaisir que le voir 3 minutes et repartir avec un petit crobard et je ne pense pas que d'un point de vue promotionnel ou égotique c'était moins bon pour lui. Je crois que tu as raison de dire qu'auteurs et éditeurs ont une part de responsabilité dans le gonflement progressif du phénomène, mais les premiers sont pour beaucoup en train de se rendre compte de la vacuité et même de la nuisance de la chose.

Enfin et pour conclure concernant les festivals. Dans 99% des cas leur seul intérêt ce sont les stands d'occasion "anciennes" (disons donc de choses non rééditées, mal rééditées, ou très différemment). Pour le reste, les expos sont souvent pitoyables (et juste là vite faites pour justifier les dédicaces), les rencontres (les vraies) avec les auteurs sont rares et mal organisées, et les dédicaces... et bien ce sont des dédicaces... nous en avons assez parlé. Bref, ils ne sont qu'une manifestation de plus de ce gonflement marketing du "microcosme", délétère et détestable.

Mais ce n'est que mon point de vue de bobo snobinard de province adepte de la branlette intellectuelle... :o)

107. Quentin - 30/11/06 13:53 - (en réponse à : Sojuro)
quentin, quentin...en quoi ce sacro saint droit d'auteur vous perturbe?parce que il empiete sur vos capacités à agir n'importe comment..?lpourquoi cela vous irrite ?je peux comprendre que l'hypertrophie du droit dans toutes les facettes de notre quotidien puisse agacer(moi le premier).mais mepriser ce que visiblement vous ne connaissez pas est pour le moins confondant.

Je ne le connais pas assez, effectivement. Que voulez-vous, je ne suis pas juriste. Je vous suis reconnaissant de m'informer de mes droits en tout cas :o) Une des choses qui me dérange: il varie d'un endroit à l'autre. Je suis Belge, je lis des BD Francaises et j'habite au Danemark. Si vous estimez que je ne respecte pas vos droits, quel est le tribunal habilité à nous départager? Quel droit me conseillez vous d'étudier avant de revendre ma BD le lendemain de l'achat ou avant de revendre un ex-libris recu gratuitement?

Le droit, pour moi, c'est fait pour protéger les gens et régler les conflits potentiels. Quand on l'utilise pour emmerder les autres et limiter leurs droits (qui passent ainsi en second par rapport aux droits du premier), ca me dérange. En BD, ca m'énerve que les auteurs fassent appel au droit d'auteur chaque fois qu'ils ne gagnent rien dans quelque chose (attention, je n'ai pas dit "quand l'auteur y perd" mais bien "quand il n'y gagne rien"). Ex: Fondation Hergé, Schetter dans un autre sujet, la BD en ligne dans un autre sujet, et la condamnation des vente d'ex-libris et de dédicaces sur ce sujet. Je ne vois pas de grande différence entre collectionner des ex-libris ou des originaux (à part le budget). Mais un auteur verra comme différence qu'il ne gagne rien d'un côté et touche le pactole de l'autre, donc condamnera la vente d'ex-libris et bénira la vente d'originaux. Un amateur BD se voit obligé de dire que pour lui, BD=plaisir, s'il ne veut pas être taxé de spéculateur. Seuls les auteurs peuvent prétendre au moto que BD=argent. Voilà une partie de ce qui m'irrite.

106. pegase - 30/11/06 13:16 - (en réponse à : Manu)
Non, le dessin original, le croquis de travail ce sont des éléments de construction de l'oeuvre elle-même. Ils sont passionnants à consulter parce qu'ils éclairent potentiellement l'amateur sur le processus de création et peuvent changer le regard sur l'oeuvre (ce n'est d'ailleurs pas forcément un bien, mais c'est intéressant...)

L'objectif d'une dédicace et d'un croquis préparatoire est en effet très différent mais dans les deux cas il s'agit d'un dessin non abouti, que l'auteur ne revendique généralement pas.



En revanche, les collectionneurs de "dessins originaux" sont des collectionneurs de "dessins", une oeuvre d'art qui peut s'encadrer et s'apprécie comme telle. La bande dessinée ce n'est pas du "dessin". C'est de la bande dessinée, sauf rare exception elle n'est pas faite pour être accrochée à un mur, dans un cadre. Collectionner les planches originales ou les dessins originaux c'est aussi une collection para-bd, ce n'est plus de la bédéphilie, à mon sens. mais je suis d'accord, c'est sans doute la plus noble et la moins nuisible d'entre elles.

A mon sens ça ne se passe pas sur le même plan. Collectionner un original ou une planche originale ce nest pas pour la lire, cest en effet collectionner un dessin en liaison avec une Suvre ou un artiste quon aime beaucoup. Si cétait complètement déconnecté, ce marché nexisterait pas simplement parce quil suffirait de se tourner vers le marché des arts graphiques plus traditionnels. Une planche nest en général que très rarement décorative, il y a des bouts de scotch, les regrets du dessinateur y apparaissent, bref toute une émotion liée à la bande dessinée. En dehors de laspect financier, je ne suis pas collectionneur doriginaux parce que je nai ni château ni musée pour les exposer et que je ne conçois pas ça dans un grand classeur que jouvrirai simplement pour y adjoindre ma dernière acquisition, mais il me semble que ces collectionneurs participent souvent à la mémoire de la bande dessinée, à son histoire. En salle des ventes on verra plus souvent le public senflammer pour un original de Tillieux que de Buchet par exemple . Ceci dit, mencadrer la couverture de « nez cassé » ne serait pas pour me déplaire&

La dédicace était peut-être à l'origine une sorte d'erzats de cela, "du pauvre" comme tu dis. Mais il est vain de nier qu'elle est devenu aujourd'hui un véritable marché, qui s'est emballé depuis longtemps. Bon sang ! Il y a des files de sacs à dos devant les auteurs !!! Où allons nous ? C'est du plus profond débile !

En effet, et ce qui métonne le plus cest que les festivals, salons et autres manifestations liés à la bande dessinée existent encore( ça c'est un vrai signe d'immaturité, surtout lorsque c'est répété à l'infini). Généralement les expositions sont minables donc lintérêt y est quasi nulle. En revanche et sans doute contrairement à toi, je trouve que la responsabilité de cette dérive est au minimum partagé par les auteurs, et evidemment par les éditeurs. A mon sens elle est même plus grande encore que celle des types qui vont faire 5 heures de queue pour revendre le dessin 70 euros le soir même sur ebay ( pas très rentable comme activité). Lorsque les auteurs se rendront compte que ça na aucun sens, que ça nest en rien une rencontre et quon y trouve toujours les mêmes gus, la chose sarrêtera delle-même et ce ne sera pas dommage.Mais il y a ce problème d'ego et du plaisir à rencontrer quelqu'un qui vous dit du bien de votre travail...

D'accord pour l'amour de certaines EO, quand ce sont de vrais beaux livres qui apportent, par leur forme ou leur contenu, à la qualité de l'oeuvre. Celles qui ont été appauvries par les éditions postérieures. C'est ce que j'écrivais plus bas. Mais le marché des EO est-il celui-ci aujourd'hui ? Non ! Là encore !
Quel intérêt pour une EO de Blacksad ou méme de La Quête de l'Oiseau du Temps ???


Une édition originale apporte sa pierre à lhistoire de la bande dessinée. Selon les cas celle-ci est importante( une eo de chlorophylle ou de Corentin na en effet rien à voir avec la sombre merde vendue cette année par Le Lombard) , modeste( les deux premiers tomes de la quête) ou insignifiante (les n°s de casterman, Blacksad). Cette pierre disparaît lorsquil ny a plus aucun moyen de la différencier dune réédition(il y a quelques exemples) et du coup elle nest pas collectionnée.
Mais contrairement à ton idée je pense que le marché des eo est encore bien davantage tournée vers les anciennes bandes dessinées( avant 1980 au moins), les ventes deo modernes sont des effets de mode plutôt que de la vraie collection( et dailleurs le marché seffondre), ne serait-ce que parce quon ne sait pas ce qui sera important dans 20 ou 30 ans.





Mais parce que la forme livresque est souvent indispensable à l'oeuvre en bande dessinée. La bande dessinée c'est du fond, du contenu, mais aussi - quand elle est intéressante - de la forme, et l'un et l'autre sont indissociables.

On est parfaitement daccord, donc lidée dune bd abstraite dont limportance matérielle nexisterait pas nest pas une idée si noble que ça. Posséder et même lire La Serpe dOr dans son édition originale avec marqué collection Pilote dessus( cest quand même essentiel la liaison avec ce journal et lémmergence de livres Dargaud différents de ceux du Lombard), sur un papier de qualité avec un trait bien foncé et même avec des couleurs délirantes( menhirs violet par exemple) ce nest pas la même chose que davoir des couleurs lavasses à force dêtre réédités ou même photoshopisées( je ne parle pas des albums qui utilisent cette technique dès lorigine qui du coup fait partie de lSuvre elle-même) comme il en est question. Et encore Astérix nest pas un excellent exemple( pris uniquement parce qu'il a été cité) , les albums réédités sont plutôt moins massacrés que la moyenne.

Les indés éditent bien souvent des livres de qualité, parce que cette qualité là, ces formats originaux apportent à l'oeuvre elle-même (Je n'en dirais pas tant du 24x32 papier glacé 52 pages qui pululle partout parce que soi-disant ça fait de beux livres. Ça fait du livre cher qui rapporte en marge, mais c'est tout !)

On est donc daccord la qualité matérielle dun livre est quelque chose dimportant difficilement dissociable de lSuvre elle-même.


Mais cette forme elle est au service d'une oeuvre et c'est l'oeuvre qui doit toucher le lecteur. Elle n'est pas là juste pour faire un bel objet qui doit toucher un collectionneur. C'est trop souvent le cas ces dernières années.

Justement, je crois que les collectionneurs sont souvent ceux qui ont été touché par lSuvre et qui dune certaine façon souhaite se lapproprier et la conserver. Elle nest pas là pour faire juste un bel objet mais si cet objet est beau et vraiment de qualité(ce qui est très rare dans la bande dessinée moderne grand public et qui nétait pas spécialement lobjestif visé des anciennes collections devenues furieusement collectionnés) cest tant mieux.

Je me demande si finalement ce que tu critiques nest pas la mauvaise collection, celle qui pullule en effet et qui est plutôt bon marché, pour de la collection, celle du TT de machin truc qui na aucun intérêt dautre que de faire un peu de fric à léditeur qui a deux ou trois croquis merdiques pour faire un plus avec souvent le cahier de lédition courante, ou sinon un n&b nulle à chier, sur du papier dégueulasse etc&Ca cest autre chose, ceux qui se font attraper manque peut-être de goût ? Et la spécualtion qui y est liée me parait plutôt gentillette.

105. yan - 30/11/06 12:32
Ah ouais? Yatta c'est just do it en fait...
C'est très ringard effectivement.

104. Danyel - 30/11/06 12:29
"Yatta", c'est le verbe japonais "yaru" au non-présent. Un des sens de "yaru" est "faire". Yatta signifie donc, littéralement, "je l'ai fait" ou "ça y'est". Au Japon cette expression est passée de mode et réservée aux enfants. Ici, cela amuse quelques attardés pour signaler la centaine de messages. Au Japon, ils se feraient traiter de "dassaï" (ringards).
Si ce fil arrive à 200, il y a fort à parier que Sitcom revienne faire un tour par ici...

103. Danyel - 30/11/06 12:19
Merci à Sitcom pour sa contribution déterminante à ce débat (tu peux retourner dormir).

102. suzy - 30/11/06 12:16 - (en réponse à : à Pegase)
Je te remercie pour ces réponses. Je vois que cela recoupe à peu près mon idée.

101. suzy - 30/11/06 12:15 - (en réponse à : à sitcom)
Explique "Yatta" STP! ... j'ai jamais compris le sens!

100. Sitcom - 30/11/06 12:06
Yattaaaaaaaaaaaaaaa ?

99. suzy - 30/11/06 12:05 - (en réponse à : EO & Authenticité)
Je collectionne les EO, les ex-libris quand ils sont liés à un album, les PLV (stand-up et poster, pas celles qui sont attachées aux bacs BD), les dédicaces et les petits originaux (petits genre croquis et petits dessins encrés ... pour les planches g pas les sous ;-)).
J'aime les EO, les ex-libris sortis pour un album et les PLV pour leur AUTHENTICITE. Une EO se parait qu'une fois, tout comme les ex-libris (quoi que là on pourrait trouver à redire) et surtout tout comme les PLV (les vraies, celles mises en expo dans les magasins). Les EO et les PLV font parties de leur temps. Une sorte de témoignage historique ... c'est cela qui me plait.
J'aime les dédicaces car c'est l'original du pauvre ... et que je suis pas très riche ... enfin pas assez pour acheter des dessins originaux ... enfin pas ceusses qui me plairaient!
J'adore les croquis "originaux" préparatoires. Je trouve cela parfois plus beau qu'un original encré ou en couleur directe. En plus, à nouveau, là, rien n'est faux, le travail de l'artiste est brute. Pas de tricherie.
En clair, ce que je recherche dans la BD, en plus du plaisir des yeux et de l'imagination, c'est l'AUTHENTICITE ... cela n'a pas de prix de sauver une PLV de la destruction définitive.
Je ne crois pas que cela soit lié à l'argent ... les PLV ne valent généralment pas grand chose ... par contre je les collectionne et je les aime vraiment bcp!

98. Manu temj - 30/11/06 12:03 - (en réponse à : pegase)
Il y a parfois peu de différences entre une dédicace chiadée et un original/essai, or il me semble que personne ne considérera les collectionneurs de dessins originaux ou de planches comme étant essentiellement des immatures. Et pourtant voir une planche de Dave Mc Kean, voir la collection du CNBDI ou imaginer l'expo Hergé qui se prépare à beaubourg avec la totalité des originaux noir et blanc du Lotus Bleu me semble être un grand plaisir lié au média et pourtant pas directement à sa lecture.

Non, le dessin original, le croquis de travail ce sont des éléments de construction de l'oeuvre elle-même. Ils sont passionnants à consulter parce qu'ils éclairent potentiellement l'amateur sur le processus de création et peuvent changer le regard sur l'oeuvre (ce n'est d'ailleurs pas forcément un bien, mais c'est intéressant...)
En revanche, les collectionneurs de "dessins originaux" sont des collectionneurs de "dessins", une oeuvre d'art qui peut s'encadrer et s'apprécie comme telle. La bande dessinée ce n'est pas du "dessin". C'est de la bande dessinée, sauf rare exception elle n'est pas faite pour être accrochée à un mur, dans un cadre. Collectionner les planches originales ou les dessins originaux c'est aussi une collection para-bd, ce n'est plus de la bédéphilie, à mon sens. mais je suis d'accord, c'est sans doute la plus noble et la moins nuisible d'entre elles.
La dédicace était peut-être à l'origine une sorte d'erzats de cela, "du pauvre" comme tu dis. Mais il est vain de nier qu'elle est devenu aujourd'hui un véritable marché, qui s'est emballé depuis longtemps. Bon sang ! Il y a des files de sacs à dos devant les auteurs !!! Où allons nous ? C'est du plus profond débile !

De même la collection d'éditions originales me parait bien plus en rapport avec la bibliophilie, c'est à dire avec l'amour des beaux livres en tant qu'objet( il y a un sujet sur le forum de bdgest qui montre de très belles éditions originales à l'état neuf qui sont un véritable plaisir pour les yeux. Je parle évidemment d'albums anciens admirés pour leur remarquable état de conservation ). Ca reste une forme de fétichisme mais pourquoi pas ?
D'accord pour l'amour de certaines EO, quand ce sont de vrais beaux livres qui apportent, par leur forme ou leur contenu, à la qualité de l'oeuvre. Celles qui ont été appauvries par les éditions postérieures. C'est ce que j'écrivais plus bas. Mais le marché des EO est-il celui-ci aujourd'hui ? Non ! Là encore !
Quel intérêt pour une EO de Blacksad ou méme de La Quête de l'Oiseau du Temps ??? Qu'est-ce que ces EO ont de plus, d'original, d'indispensable qui fait leur valeur ? Absolument rien ! C'est du pur spéculatif ou fétichiste selon les cas !

Les éditeurs indépendants qui fustigent les pratiques immatures liées à la bande dessinée préfèrent pourtant réaliser de beaux livres que des albums dégueulasses dont les pages se détachent dès la lecture.

Mais parce que la forme livresque est souvent indispensable à l'oeuvre en bande dessinée. La bande dessinée c'est du fond, du contenu, mais aussi - quand elle est intéressante - de la forme, et l'un et l'autre sont indissociables. Les indés éditent bien souvent des livres de qualité, parce que cette qualité là, ces formats originaux apportent à l'oeuvre elle-même (Je n'en dirais pas tant du 24x32 papier glacé 52 pages qui pululle partout parce que soi-disant ça fait de beux livres. Ça fait du livre cher qui rapporte en marge, mais c'est tout !)

Ce que je veux dire c'est que non, la bande dessinée comme tous les autres arts n'a pas à être strictement fonctionnelle et que lorsque je lis qu'une bd c'est uniquement le contenu et sa lecture je me dis que malheureusement le passage sur écran n'est peut-être pas pour dans très longtemps

Je le redoute autant que toi mais tu ne m'as pas compris. La bande dessinée c'est un objet artistique avec un contenu. C'est aussi une forme livresque (le plus souvent), une odeur, un qualité d'encre qui viennent imperceptiblement, dans un ensemble un peu magique, compléter et magnifier le propos d'un auteur, qui a choisi cette forme, aidé en celà par un éditeur (lui-mêmeun peu artiste) qui l'a guidé dans certains choix.
Mais cette forme elle est au service d'une oeuvre et c'est l'oeuvre qui doit toucher le lecteur. Elle n'est pas là juste pour faire un bel objet qui doit toucher un collectionneur. C'est trop souvent le cas ces dernières années.

97. pegase - 30/11/06 11:55
Question 1: pensez-vous que la qualité des ex-libris est en baisse? Si oui depuis qd? Pourquoi?

Ils ne sont plus sérigraphiés chez SH ( Cornélius en a marre)depuis un moment donc oui ils sont en baisse sur Paris.


- Question 2: pensez-vous que tout le monde aurait intérêt à faire mieux mais moins (auteurs, libraires, amateurs ...)

Aucune idée.L'idée de l'ex-libris pour les libraires indépendants est juste une idée pour proposer autre chose que les grandes ou moyennes surfaces afin de fidéliser leurs clients. J'imagine que s'ils en font trop les gens risquent de se lasser mais que s'il n'y en pas assez ils risquent d'être délaissés par une partie de leur clientèle.


- Quention 3: seriez-vous près à payer 5 euros de plus pour des ex-libris de qualité (dessin original, impression sérigraphiée, joli papier, petites séries)?

A titre totalement exceptionnel pourquopi pas, mais d'une façon général non. je suis un gros acheteur de bandes dessinées et payer un euro de plus me parait suffisant. d'ailleurs Fantas avait essayé de vendre des affiches pendant un moment et la plupart du temps je ne les prenais pas.

- Question 4: lorsque vous achetez un ex-libris seul, vous est-il important de retrouver sa provenance (album, libraire, année)?

Ca me parait vraiment la moindre des choses. Je ne lie pas l'ex-libris à autre chose que l'album. La librairie est généralement indiquée mais ce n'est pas fondamental. En principe l'année est celle de la parution de l'album.

- Question 5: la présence d'un ex-libris collé dans un album lui donne-t-il de l'intérêt ou bien cela vous dérangerait-il plutôt?

Je les colle toujours moi-même et vraiment si je manque de temps je le glisse à l'intérieur.

- Question 6: Pensez-vous que comme les télécartes, les ex-libris se braderont bientôt au poids, y compris, pour les plus anciens?

Aucune idée, j'ai des ex-libris mais je ne me sens pas collectionneur d'ex-libris, et je ne connais rien aux télécartes.

- Question 7: comment voyez-vous l'évolution de l'ex-libris?
- Question 8: comment aimeriez-vous que les ex-libris évoluent?

Globalement je considère que c'est un boulot entre libraires, éditeurs et auteurs. Si l'album m'intéresse et que l'ex-libris y est je ne vais pas dire non, s'il n'y en a pas ben tant pis, pas grave. Je pense que ça continuera tant qiue les libraires indépendants existeront. Quant à la qualité je doute qu'on retourne aux XL sérigraphiés pour pas un rond.

96. pegase - 30/11/06 11:42 - (en réponse à : suzy)
Les ex-libris, je vois ça comme un petit plus assez sympathique mais sans grande importance dans le fond. Comme je fréquente plutôt super-héros et fantasmagories qu'album j'en ai un certain nombre mais je ne paierai jamais une somme importante pour en avoir( ça a dû m'arriver une ou deux fois par hasard pour 5 ou 10 euros parce que je trouvais le dessin super chouette), et leur place est toujours dans l'album. Je précise que chez SH ils sont gratuits et que chez F ils coûtent généralement un euro. Pour moi c'est le prix. D'une certaine façon l'ex-libris c'est un peu la dédicace du pauvre, c'est un petit plus contre un plus un peu plus important et personnalisé. L'avantage de l'ex-libris par rapport à la dédicace c'est qu'il n'y a pas à y passer du temps.
Pour la revente ça ne me dérange pas qu'on vende un ex-libris ni même une dédicace, les raisons de ces ventes en reviennent aux vendeurs et s'il y a un marché...
Concernant les auteurs qui déplorent ces reventes ou qui trouvent que ni les ex-libris ni les dédicaces ne participent à la promotion d'un album, le seul et unique moyen est d'arrêter d'en faire et apparemment ça ne dépend que d'eux puique je ne pense pas que les éditeurs leur mettent le couteau sous la gorge! La rencontre entre un auteur et ses lecteurs ne passent évidemment pas par la dédicace et si les auteurs continuent à en faire c'est que d'une part ça flatte leur ego et que d'autre part ça participe, même modestement, au bruit médiatique autour de la sortie d'un livre. Il n'y a donc aucun problème lié à ces pratiques.
L'ex-libris, comme la dédicace, comme les objets 3D ou les tirages de tête pourris, comme les eo, peuvent en effet être le signe d'une immaturité du média, mais c'est à mon avis un peu plus compliqué. Il y a parfois peu de différences entre une dédicace chiadée et un original/essai, or il me semble que personne ne considérera les collectionneurs de dessins originaux ou de planches comme étant essentiellement des immatures. Et pourtant voir une planche de Dave Mc Kean, voir la collection du CNBDI ou imaginer l'expo Hergé qui se prépare à beaubourg avec la totalité des originaux noir et blanc du Lotus Bleu me semble être un grand plaisir lié au média et pourtant pas directement à sa lecture.
De même la collection d'éditions originales me parait bien plus en rapport avec la bibliophilie, c'est à dire avec l'amour des beaux livres en tant qu'objet( il y a un sujet sur le forum de bdgest qui montre de très belles éditions originales à l'état neuf qui sont un véritable plaisir pour les yeux. Je parle évidemment d'albums anciens admirés pour leur remarquable état de conservation ). Ca reste une forme de fétichisme mais pourquoi pas ? Les éditeurs indépendants qui fustigent les pratiques immatures liées à la bande dessinée préfèrent pourtant réaliser de beaux livres que des albums dégueulasses dont les pages se détachent dès la lecture.
Ce que je veux dire c'est que non, la bande dessinée comme tous les autres arts n'a pas à être strictement fonctionnelle et que lorsque je lis qu'une bd c'est uniquement le contenu et sa lecture je me dis que malheureusement le passage sur écran n'est peut-être pas pour dans très longtemps( ce que je considère comme une régression moderniste au même titre et même pire que de voir un film en DVD plutôt qu'en salle- j'adore le DVD...pour revoir).
Avoir une lampe Art-déco chez soi c'est plus joli qu'un lampadaire hallogène et pourtant ça éclaire moins bien! Je préfère la lampe Gallet.

95. Golem - 30/11/06 11:41 - (en réponse à : sojuro)
Je préfère ça, tu m'as fais peur.

94. sojuro - 30/11/06 11:38 - (en réponse à : erratum)
"ben oui, evidemment"

93. sojuro - 30/11/06 11:34


90. Golem sojuro 82 - 30/11/06 11:19 - (441197)



Comment ça, illégal ! Si j'achète une BD qui ne me plaît pas, je peux la revendre n'importe quand non

ben non, evidemment..mais ne soyons pas hypocrite, nous parlons bien des reseaux et des bd détournés.nous les connaissons tous, les editeurs les premiers...dupuis a multiplié les procedures contre ces abus..pourquoi?par volonté de monopole?par pretention?non, juste par logique.le metier d'auteur, d'editeur, de distributeur ne fonctionnentpas à coup d'amour et d'eau fraiche...et que lea generalisation de telles pratiques signifierait à terme l'asphyxie financiere du secteur.vous allez me dire, ca permettrait d'eclaircir les rangs de la surproduction..sauf que ceux resteront seront ceux qui sont les plus rentables, et pas obligatoirement ceux qui sont les plus interressants.mais ce debat, on l'a eut deja a propos de la musique et du net.

s2m

92. angus - 30/11/06 11:31 - (en réponse à : Suzy)
Revendre ses EO pour acheter plus de BD d'occas, c'est aussi une belle manie de collectionneur frénétique ça non?

Absolument pas. Le fait de spéculer sur des EO ou sur des ex-libris pour se faire du pognon, ça c'est plutôt malsain.
Le fait de revendre des EO pour acheter des BD d'occasion, c'est une façon de découvrir d'autres ouvrages qu'on aurait pas pu s'acheter. C'est une démarche bien différente.

De plus, si vous n'achetez que des BD d'occas, c'est assez plutôt mauvais pour les (jeunes) auteurs non?

Là, je vois pas non... Il vaut mieux s'acheter une BD d'occase à 5 euros et découvrir un auteur que ne pas pouvoir se payer l'EO et ne rien acheter du tout!!

Sinon, je suis encore d'accord avec les propos de Manu. L'EO n'a pour moi un intérêt que si elle a un plus par rapport à ses rééditions ( et encore, il faut vraiment que ce soit un gros plus en comparaison des différences de prix). Les seules EO que je possède sont des BD que j'ai achetées au moment de leur sortie, c'est à dire de moins en moins. Car moi aussi je préfère attendre quelques semaines voire quelques mois pour les acheter d'occasion.

91. sojuro - 30/11/06 11:27 - (en réponse à : à monsieur manu)
desole..dans la confusion...ca fait 7 ans que je fais ce metier, et je n'ai toujours pas comprisl'interet de cette focalisation sur les EO TLmachin truc si on exclut l'angle speculatif..... alors admettons cette speculation en tant que telle, et acceptons tout ce que cela sous entend..et surtout cessons de dire que" c'est pour le bien des auteurs, et de toutes manieres, vus que c'est de la pub, de la promo, ca donne libre cours à toutes les faceties, et que l'on a notre bonne conscience pour nous, et que ceux qui trouve à redire, c'est des connards pretentieux qui pietinent notre bien etre"...bullshit!sous le pretexte que notre metier est un metier public, tout est autorisé et bien venu.

s2m

90. Golem - 30/11/06 11:19 - (en réponse à : sojuro 82)
Comment ça, illégal ! Si j'achète une BD qui ne me plaît pas, je peux la revendre n'importe quand non ?

89. Golem - 30/11/06 10:53 - (en réponse à : suzy)
Je ne suis pas près à payer 5 euros de plus pour un exlibris, en revanche, si l'exlibris est offert, je suis prêt à payer 5 euros de moins pour qu'on l'enlève.

88. Golem - 30/11/06 10:51 - (en réponse à : suzy)
Je ne suis ni pour ni contre le pognon, bien au contraire.
J'en aurai probablement jamais assez pour acheter toutes les séries que je voudrais (hé oui, faut bouffer, s'habiller, se chauffer...)
MAIS, si mon budget était sans limites, je n'aurais que des EO, voire chaque BDs en double, les EO jalousement à l'abri des doigt sales et malhabiles des néophytes et autres mécréants, des EPO pour lire (et me doper à l'occasion), et éventuellement prêter mais avec parcimonie.

87. suzy - 30/11/06 10:50 - (en réponse à : BOUHHHHHHHH)
HOUIIIIIINNNNN ... tout le monde se fout de mes QUESTIIIIIIIIIIIOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNNNNSSSSS

... post #67 !!!

86. suzy - 30/11/06 10:48 - (en réponse à : Golem)
... et t'ennnnnnnn veueueueux??? ... j'ai plein de feuilles dans ce genre!

85. Manu temj - 30/11/06 10:47 - (en réponse à : sojuro)
On ne s'est pas bien compris et je te suis complètement sur les "tombés du camion".

Même chose pour le terme "aigri". je l'avais tempéré d'un "temporairement" tu noteras. Il me semble que ce débat sur l'occasion (la vraie, pas le recel) ne surgit et ne mérite d'être abordé que dans le cadre des séances de dédicace. Le problème n'étant pas alors le marché de l'occasion lui-même, mais la dédicace !

Il y a 25 ans, un auteur qui signait un album "usagé" était satisfait de rencontrer un lecteur de longue date. Aujourd'hui, l'industrialisation de la dédicace entraîne des suspicions et des "aigreurs", hélas, bien souvent pleinement justifiées. Mais ne revenons pas sur la dédicace ! :o)

84. sojuro - 30/11/06 10:40


81. Golem - 30/11/06 10:36 - (441178)



OK, j'ai compris, je vais plutôt me rouler un pétard avec mes exlibris


ah!ben ca c'est tres bien!!!

83. suzy - 30/11/06 10:40 - (en réponse à : à GOLEM et QUENTIN)
Revendre ses EO pour acheter plus de BD d'occas, c'est aussi une belle manie de collectionneur frénétique ça non? Et puis c'est très pognon pognon non?
De plus, si vous n'achetez que des BD d'occas, c'est assez plutôt mauvais pour les (jeunes) auteurs non? Vous creussez la tombe de votre passion les gars!
Une EO à sa sortie n'est autre que le tirage normal que tout le monde achète ... pas de honte à en avoir quoi! ... même une petite fierté (hors collectionnite et future cote) de participer au mouvement de la BD, à son évolution, à aider les nouvelles sorties en les achetant dès leur première parution ... que ne trouve-t-on pas comme excuse pour assouvir sa passion ... je parle pour moi là hein ... mais pas que!

82. sojuro - 30/11/06 10:38
le marché de l'occasion.pas de soucis.par contre un mois apres la vente, c'est illegal.ce sont donc des albums "tombés du camion" ou service de presse.

auteurs aigris?peut etre!mais considérer comme aigris ceux qui vous rappellent que vous n'avez pas tous les droits, c'est un peu enfantin.

s2m

81. Golem - 30/11/06 10:36
OK, j'ai compris, je vais plutôt me rouler un pétard avec mes exlibris.



 
Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio