Demain l'abîme de Arthur Qwak - 9 critiques

Série : Lola Cordova - T. 1
Edition : Casterman
Collection : Un Monde
Pages : 64 pages en couleurs
Parution : avril 05
Auteurs : Arthur QwakScénaristeDessinateur

Ajouter une critique
 
Par : yannick Voir les critiques de yannick (13 juin 2005)

Avec cette bédé, nous plongeons en plein récit de science-fiction. L'héroïsme est une prostituée qui a été enlevée par des extra-terrestres, elle va ensuite "savamment" utiliser son joli popotin pour essayer de s'arracher aux mains de ces pervers... A lire mon résumé, je comprendrai si jamais vous avez une crainte de lire un album érotique... "Lola Cordova" est plutôt un savant mélange de X-Files, de space-opéra et d'ironie. L'utilisation de couleurs "trashs" ou "flashs", si elle s'avère rebutante lorsqu'on feuillette à la va-vite l'album, est pourtant pertinente par rapport à l'histoire et ne dérange pas une fois que la lecture est commencée. Personnellement, j'aurais tendance à féliciter l'auteur d'avoir proposé ce genre de dessin. La mise en page est fouillée mais paradoxalement, le lecteur ne se sent pas perdu devant cette débauche d'originalité graphique.
Au contraire, cela apporte une patte, un style personnel qui sied au récit et à l'univers dont évolue l'héroïsme. Le scénario est assez tiré par les cheveux, à l'image de la mise en page, ça part dans les sens. Je considère "Lola Cordova" comme un des albums qui m'a le plus marqué graphiquement ces 3 dernières années. Les flash-backs sont nombreux et plusieurs situations se déroulent pratiquement en même temps. et pourtant, la sauce prend son effet et j'avoue avoir passé un excellent moment de lecture. Le seul hic, à mon sens, vient peut-être sur le fait que je ne sais pas ce que l'auteur a voulu faire passer comme message dans cette histoire disjonctée. La fin est d'ailleurs très ouverte... M'empêche que je vous conseille vivement la lecture de cet album même si les dialogues sont assez crus et le fait que Lola soit une prostituée peut rebuter certain(e)s...

Par : Gary Voir les critiques de Gary (13 mai 2005)

Qu'ajouter qui n'aît été dit ci-dessous ? Sinon que l'absence d'un scénario clair ne m'a nullement gêné : cet album est un trip en soi, pas besoin de se foutre la santé en l'air, laissons-ça à cette hérôïne de papier qui nous fait partager sans nuisances les effets hallucinogènes et expressionnistes de ses "prises". Un des albums de l'année 2005, aux côtés de "Ne touchez à rien" de Bézian, "Les quartiers de l'étrange" de StJo/StEf et "Sapiens" de Pontarolo ! Oui je sais, on me dit souvent que j'ai des goûts bizarres. Mais ce que j'aime dans une BD c'est être positivement surpris et non lire des clones de bestsellers qu'on oublie aussitôt lus.

Par : titine Voir les critiques de titine (13 mai 2005)

Je ne peux nier que l'originalité y est. Mais désolée, j'ai trouvé les planches difficiles à suivre, les dessins incohérents (passage d'un style à l'autre, parfois poussés, parfois stylisés à l'extrême), l'usage de l'argot violent une excuse pour camoufler l'absence de bons dialogues et même de scénario. Car que narre cette BD ? Une fille se shoote et s'imagine dans ses trips se faire culbuter par des extraterrestres. Elle nourrit une paranoïa en apprenant en plein shoot que les extraterrestres constituent une menace pour la terre. Revenue à un état de sobriété, elle croit toujours à son délire et tente de mettre en garde les autorités contre la menace dont elle seule est au courant. L'idée de base aurait pu tenir la route mais l'album ne fait que s'attarder sur les états peu lucides de la donzelle et ne raconte finalement pas grand chose.

Par : Philippe Belhache Voir les critiques de Philippe Belhache (09 mai 2005)

« Lola Cordova », d'Arthur Qwak, Casterman. Collection Un Monde.

Qwak is back. Et son nouvel opus est à tous les niveaux un véritable OVNI. Le scénario est gonflé à souhait : une pute camée à mort, enlevée par des extra-terrestres survit avec son cul et se shoote à la connaissance, pour finalement revenir... pour sauver le monde. Un trip menaçant de partir en vrille à tout moment, et qui s'avère au final très maîtrisé. En marge d'une trame échevelée et de scènes de sexe sans équivoque ni censure, Qwak réussit un des plus beaux hommages de la bande dessinée aux récits de l'âge d'or de la science-fiction, option psychédélique. La présence de fausses jaquettes de la revue Galaxie, datées de la fin des années 60, est tout sauf anodine. Non plus que la référence aux grands maîtres conteurs que sont Anderson, Leiber ou Vance. Mais c'est plus vers Philip K. Dick que louche cet avatar de Valérian sous acide, par cette question qui sous-tend l'album jusqu'à son terme : délire de camée ou réalité vécue ? Graphiquement, Lola Cordova est une petite merveille. Du Qwak pur jus, qui fait exploser à chaque page le fruit de ses expérimentations. Son album le plus réussi restait pour moi « Le creuset de la douleur » (Vents d'Ouest). Qwak va aujourd'hui beaucoup plus loin, multipliant les techniques, travaillant à une véritable symbiose de l'encre et de l'informatique, usant du cadrage et de la couleur comme d'un langage narratif. Une bonne claque aux rétines. Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'ensemble a du chien. Le design de Lola Cordova vieillira peut-être plus vite que d'autres, mais l'album devrait faire référence pendant quelques temps.

Par : william s (07 mai 2005)

En comparaison avec le fade "Venus H." qui met aussi en scène une prostituée comme personnage principal, "Lola Cordova" détonne ! Lola, c'est la shootée de service qui s'envoie en l'air avec des extraterrestres. Attention hein, rien de kitsch pour autant, le récit fait penser à un roman noir hyper dur avec des storyboards aussi éclatés que les pupilles de son héroïne. Le dessin présente beaucoup d'audace tout en étant clair. Le scénario est un peu plus confus sur la fin, nous laissant dans l'incertitude.

Par : girofle Voir les critiques de girofle (03 mai 2005)

L'ordinateur utilisé intelligemment donne naissance à des BD originales. "Lola Cordova" fait certainement partie de celles-là. Cadrages efficaces et peu habituels, couleurs trash ou flash qui contrastent avec les noirs, ... qui parviennent à merveille à rendre le shoot ou l'état de manque de la pute qui tient le rôle principal. Pute qui se retrouve téléportée auprès d'extraterrestres, mais même à la fin on ne saisit pas si c'était dû ou non à ses prises de drogue. On ne s'ennuie pas à la lecture, mais on a parfois l'impression que les aspects choquants inhabituels viennent camoufler un vrai scenar bien ficelé.

Par : Tiburce Voir les critiques de Tiburce (02 mai 2005)

Pour une fois, je vais être moins élogieux que les précédentes critiques (qui m'ont tout de même fait acheter Lola Cordova...). J'ai trouvé ce tome "pas mal seulement", car assez inégal, en dépit de qualités indéniables.

Déjà, le dessin est une vraie réussite, acéré et bien découpé : certaines planches sont tout simplement superbes. Ensuite, l'héroine a contre-emploi (une prostituée gouailleuse, camée, cynique et prête à tout) apporte une vraie originalité et beaucoup de piquant. Enfin, la liberté de ton tranche indéniablement avec l'environnement très politiquement correct. L'effet de surprise joue donc en plein, et c'est plaisant...

Le problème principal est que le scénario n'a pas réussi à m'accrocher. Je l'avoue, je ne suis pas "rentré dedans", d'où une lecture relativement indifférente. J'ai trouvé l'histoire trop compliquée (je n'ai peut-être pas tout compris), pas très intéressante, et qui hésite en permanence entre la parodie, le space opera, et le pseudo-espionnage (version X-Files).
Les dialogues sont crus - ce qui peut se comprendre aisément - mais j'ai trouvé qu'on tombait de temps à autres dans l'excès. Jamais assez pour provoquer le ras-le-bol immédiat, mais probablement assez pour altérer le plaisir de la lecture (et je ne pense pas être particulierement sensible). C'est dommage, car un peu de retenue aurait apporté une plus grande densité à l'histoire et à la personnalité de l'héroine.

Au final, Lola Cordova est une oeuvre qui a suffisamment de qualités pour en enthousiasmer certains, et au moins intéresser les lecteurs un peu blasés, en quête de quelque chose d'un peu différent (clairement à ne pas mettre entre toutes les mains tout de même...). Et même si je n'ai pas été enthousiaste, je ne peux que féliciter l'éditeur et l'auteur d'avoir eu le courage de publier. Merci.

Par : CoeurDePat Voir les critiques de CoeurDePat (27 avr. 2005)

Par la malepeste [1], ça dépote ! Ô_o

"Dans la vie, c'est avec mon cul que je m'en sortais. Dans l'espace, il n'y avait aucune raison que ça change."
Ainsi commence l'histoire de Lola, prostituée qui se retrouve enlevée en plein trip par des sous-fifres extra-terrestres en mission pour leurs féroces maîtres. Grâce à Lola, les pauvres extra-terrestres vont découvrir le sexe et y devenir complètement accros. Et quand elle découvre l'infâââme plan de destruction de la Terre échafaudé par ces sombres intelligences, Lola s'enfuit, revient sur Terre et... personne ne la croit bien sûr.

L'histoire paraît simple, mais en fait non. Le récit est joliment intriqué : passé et présent sont mélangés d'une façon plus complexe que les bêtes flashbacks dont on peut avoir l'habitude et qui titille le lecteur de manière obstinée. Mais plus qu'une quelconque originalité de fond, les points (très très) forts de cet album sont incontestablement son graphisme, son ingrédient principal (à savoir le cul), et son héroïne.

Le graphisme n'est pas homogène. Oubliez cette idée ridicule. Il varie énormément au fil de l'album. On trouve bien sûr des dessins très "classiques" où l'on reconnaît complètement le style de Qwak. Mais aussi des scènes réalisées à partir de photos complètement retravaillées avec entre autres des filtres façon Photoshop... d'habitude pour moi c'est plutôt un gros mot et synonyme de pas beau, mais là, ouvrez l'album et regardez ! Vous serez forcés d'admirer le superbe résultat (enfin les résultats). Entre ces deux extrêmes, un style un peu intermédiaire avec un effet très peinture, également superbe. Et comme troisième extrême enfin, on trouve des éléments de design/conception graphique magnifiquement utilisés pour créer une esthétique et une dynamique impressionnantes (voir par exemple les pages 8 à 10, du bonheur !).

Rien que pour ça cet album vaut d'être lu et acheté. C'est vraiment une petite mine d'innovations et d'éléments utilisés à bon escient. Si nombreux et si bien utilisés, c'est vraiment une rareté !

Or donc, foutrecouilles ! Deuxième élément : l'ingrédient principal de l'album, à savoir le cul. Eh oui. Lola est une pute, et elle ne fait ni dans la dentelle ni dans la pudibonderie. Les scènes et textes sont en général bien explicites et laissent peu de place au doute (à défaut de l'imagination qui elle est sauve). Autant ce genre de chose peut très facilement tomber dans le mauvais goût, autant il est ici complètement intégré au récit, d'une excellente cohérence. Bien sûr si ce genre de choses vous choque, passez votre chemin. On notera quand même le ton de l'ensemble qui fait preuve d'un grand naturel, d'une grande franchise. Ce n'est ni gratuit ni vraiment provoquant. L'utilisation qui est faite de cet élément est vraiment... adéquate.

Et enfin, il y a l'héroïne. On sent Anita Bomba pas très loin derrière. Désabusée, sombre, trash, volontaire, sauvage, elle déborde vraiment de charisme et est le moteur de l'histoire. Et croyez-moi, je déteste les héroïnes à deux balles.

Scènes d'action qui réduisent Kill Bill au rang de petite production, humour complètement crétin et jouissif qui surgit parfois quand on l'attend le moins, thriller sur fond de SF qui utilise plein d'ingrédients de tous ces genres, Lola Cordova est un album réalisé avec un brio, non, une maestria que j'ai rarement vu. Une production d'une telle qualité pour un album sorti de nulle part et qui apparemment n'a aucune prétention, ça tient du miracle ! Seule la fin que j'ai malheureusement vue venir de loin (et qui en plus est un peu trop ouverte par rapport à ce que à quoi je m'attendais) a un peu refroidi mon feu au culte (que je mets quand même, parce que, si on se souvient bien, ça dépote. De partout. Et tout le temps sur ces 64 pages).

Alors, à lire ? Mais ami lecteur (ou amie lectrice), si tu te poses encore cette question c'est que tu as du caca dans les yeux !

[1] ou Foutrepute, Mortecouilles, Putentrailles et autres joyeusetés, pour employer un champ lexical plus adapté, nom d'un tentacule baveux !

Par : okilebo Voir les critiques de okilebo (25 avr. 2005)

Au premier abord, je vous avoue que j'étais assez réticent à l'idée d'acheter cette bd. La raison était simple : le dessin ne m'emballait pas plus que ça.
Et puis, en voyant les avis très positifs exprimés sur cette bd, j'ai outrepassé mes appréhensions et je dois dire que je ne le regrette pas !

L'auteur, Arthur Qwak nous offre une histoire passionnante qui met en scène une prostituée qui va être enlevée par des extra-terrestres. A partir de là, la tournure des événements va évoluer pour nous donner ainsi une histoire palpitante et non dénuée d'humour. Le début du récit m'a semblé un peu confus mais après quelques pages, la trame devient beaucoup plus claire. Très intelligemment écrite, cette bd ne manque pas d'originalité. On suit les aventures de Lola avec beaucoup de plaisir et je dois dire qu'en fermant l'album, j'étais un peu triste que ce soit terminé. La narration est parfois un peu crue mais vu la profession de notre héroïne, c'est tout à fait logique.

On ne peut pas dire que le dessin d'Arthur Qwak soit laid bien au contraire, certaines planches sont vraiment superbes.
Je dirais plutôt que son graphisme est déroutant. Je pense que cela est dû au fait que l'auteur utilise plusieurs techniques différentes pour réaliser ses dessins.
Mais bon, j'ai pu constater que l'on s'habitue très vite à sa manière de travailler. Une chose est sûre : Lola est très jolie, un vrai régal pour les yeux.

La singularité de ce one-shot est évidente. Grâce à cet album, on peut dire que du sang frais coule dans les veines de la bd ! Laissez-vous tenter, vous ne le regretterez pas ! C'est à suivre ......... sans attendre !


 


Actualité BD générale
Actualité editeurs
Actualité mangas
Actualité BD en audio
Actualité des blogs des auteurs
Forum : les sujets
Forum : 24 dernières heures
Agenda : encoder un évènement
Calendrier des évènements
Albums : recherche et liste
Albums : nouveautés
Sorties futures
Chroniques de la rédaction
Albums : critiques internautes
Bios
Bandes annonces vidéos
Interviews d'auteurs en videos
Séries : si vous avez aimé...
Concours
Petites annonces
Coup de pouce aux jeunes auteurs
Archives de Bdp
Quoi de neuf ?
Homepage

Informations légales

(http://www.BDParadisio.com) - � 1996, 2012 BdParadisio